Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 George Onslow (1784-1853)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 57
Age : 32
Localisation : Boston, USA
Date d'inscription : 15/06/2008

MessageSujet: George Onslow (1784-1853)   Sam 10 Jan 2009 - 18:14

Je ne connais rien du monsieur - vous m'en parlez?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Dim 11 Jan 2009 - 9:58

Malgré son nom, c'est un compositeur français, de la première moitié du XIXe.

Il écrit dans le style de salon de l'époque, assez abondamment, essentiellement de la musique de chambre et quelques symphonies.

Rien n'est à jeter dans sa production, ça s'approche assez du meilleur Czerny, ou alors d'un Spohr mais en extrêmement inspiré. A rapprocher aussi de Weber, Hummel... Ca doit te situer un peu.

Personnellement, j'aime beaucoup ; c'est de la musique de divertissement, toujours fraiche, encore assez classique, mais extrêmement bien écrite. Beaucoup d'esprit, un rien de mélancolie très feutrée.

Si je devais recommander des disques, ce serait sans doute en priorité :
- le troisième volume de l'intégrale des quatuors chez CPO (pour le Quatrième Quatuor en ut mineur, un bijou) ;
- le couplage, chez Signum, avec un trio de Czerny (par le Trio Göbel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bouddha
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 72
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 13 Jan 2009 - 17:42

Certains le donnent né à Clermont-Ferrand, d'autres à St Étienne (1784-1853)
Il a été très prolifique dans divers registres musicaux (musique de chambre, drames lyriques...) et d'aucuns ont trouvé sa musique dilettante.

Pour ma part, je l'apprécie en raison de la fluidité de ses mélodies :

Quintetts à cordes Chez MDG, sonate p. alto et piano chez Pierre Verany,
pièces variées p. piano et duos p. piano et violon chez Ligia Digital,
de quoi passer de bons moments ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bouddha.ch/Hifi/hifi.htm
senga
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 06/12/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 13 Jan 2009 - 22:17

J’avais essayé sa musique de chambre et trouvé ça répétitif et sans élan. Je ré-essaierai peut-être. En tout cas, je n’avais rien approfondi puisque je ne savais même pas qu’il était Français !…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beirgla
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 227
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/09/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 28 Jan 2009 - 13:57

Comment fais-tu DLM pour TOUT connaître ?!? Tu as 107 ans ?

Bon moi je n'en ai que 29, et je ne découvre qu'en ce moment les oeuvres de cet Anglo-auvergnat, visiblement très célèbre de son vivant, notamment en Allemagne, et auteur de plus de 70 quatuors/quintettes à cordes (tout pour me plaire, en somme).
En entendant cette musique si riche, si bien écrite, d'un langage proche du romantisme mais utilisé avec une pudeur toute classique, on se demande vraiment pourquoi nos quatuors modernes en font si peu de cas. Ca vaut pourtant, amha, bien des Mendelssohn...
Je n'ai pas le 4ème en do mineur que mentionne DLM, mais je conseillerais quant à moi le 19ème en fa dièse mineur (Coull String Quartet), en particulier le premier mouvement, superbe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17527
Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 28 Jan 2009 - 14:11

Citation :
Comment fais-tu DLM pour TOUT connaître ?!? Tu as 107 ans ?

Entre 400 et 580 ans selon les sources...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
felyrops
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 28 Jan 2009 - 15:16

Très valable participation au forum!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 26/01/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 28 Jan 2009 - 16:23

Ma participation à ce poste restera modeste, mais je dirai tout de même que ce compositeur assez méconnu finalement, m'est tout à fait sympathique: les mélodies sont très riches, mais l'ensemble, qualifié de romantisme, est très accessible, et assez représentatif de "ses" époques (l'insouciance des premières années du règne de Napoléon, puis celles des années 1830, côté salon...). Que ceux qui sont effrayés par le terme "romantisme" se rassurent, sa musique est très vivante, assez éloignée des clichés du genre, et on peut l'écouter sans fin. Personnellement, je suis adepte de ce romantisme moderne "vivant" et fluide. Bref, j'aime bien ! J'aime beaucoup aussi la singularité (la personnalité marqué) de chacun des instruments dans les sextuors notamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 3 Fév 2009 - 12:26

Bonjour...
j'ai trouvé dans je crois le premier post, "proche de ce qu'on faisait dans les salons à cette époque" et aussi le terme "l'insouciance des premières années du règne de Napoléon", alors, et sans critiquer quoi que ce soit, je voudrais pourtant préciser que le terme de "salon" a longtemps à tort été collé sur le front d'Onslow, et aussi que sa musique qui parfois est insouciante, est pourtant le plus souvent tourmentée...

En fait, s'il était peu reconnu en France à son époque, ce qui ne l'a pas empêché de devenir académicien (Berlioz ne lui en a d'ailleurs pas voulu, et l'admirait, qui a dit: "depuis la mort de Beethoven, Onslow détient le sceptre de la musique symphonique en Europe"), il était connu et même joué à l'étranger (allemagne, Angleterre)... d'ailleurs, d'aucuns considèrent qu'il a influencé Schubert dans la création de son quintette, et aussi Franck... ce qui pour le moins est un large éventail !

Auprès du public français, la raison de son manque de notoriété vient du fait justement qu'il se soit toute sa vie intéressé uniquement à la musique sérieuse, et pas aux opéras pastichés de l'Italien (pseudo-Rossini), ou aux gentilles mélodies romantiques et salonardes...

Il n'est que de voir sa production (volumineuse):
à part 3 ou 4 opéras (mais pas dans le vent italien), et 4 symphonies, le gros de sa production est dédié à la musique de chambre : 36 quatuors à cordes, 38 quintettes à cordes (2 celli, ou 2 alti, ou contrebasse) des sextuors et septuors avec piano (l'un est même plutôt une sorte de concertino pour piano), un nonette (cordes et vents), 1 quntette à vent, 6 trios avec piano, des duos violon et piano (qui en fait sont des sonates), des sonates pour violoncelle & piano (dont il a aussi fait d'excellentes transcriptions pour alto et piano)...

À noter que lorsqu'on veut donner à sa musique tout le sens l'énergie et la fougue qu'il y a mis, il faut prendre soin de respecter toutes les données métronomiques qu'il a indiquées, même lorsqu'elles peuvent paraitre excessives, elles correspondent toujours à ce qu'il était habituel de faire à cette époque (par exemple des menuets à 60 pour une blanche pointée, même lorsque les valeurs courtes étaient des croches ou même des triolets de croches), une étude comparative avec d'autres sources (Beethoven, Spohr, Rode, etc...) pour les mêmes indications de mesure (modérato, moderato cantabile, molto moderato, un poco moderato, etc).

Je sais pour avoir donné pas mal de ses œuvres en concert (quintettes, sonates violon ou alto, trios...), qu'il faut accrocher les ceintures, mais toujours, le public a aimé sans restriction.

Je conclurai comme lou, qu'Onslow est en effet un grand méconu, et que seulement depuis une quinzaine d'années il tend à sortir de l'ombre...

D'ailleurs, il y a une associattion Onslow à New York (pourquoi NY ? mais pourquoi pas !) et que des concerts ont été faits régulièrement à Clermont Ferrant dans le château de sa famille (son père: un Lord anglais y avait émigré peu avant pour raison de scandale, et avait épousé une Française)

NB: j'ai dans ma bibliothèque tous les quintettes (édition de 1852), et pas mal d'autres choses que je tiens à la disposition de ceux que cela pourrait intéresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 3 Fév 2009 - 13:11

Je viens encore ajouter comme lettres de noblesses que j'ai oublié de citer à propos de George Onslow, que Chopin qui pourtant en concert ne jouait pas n'importe quoi... seulement sa propre musique, et celle de Mozart, et puis mais pas en concert, et seulement pour son plaisir personnel Bach (probablement qu'il savait déjà qu'un piano n'est pas un clavecin !), Chopin donc, a joué un jour en concert une œuvre d'Onslow pour piano à 4 mains (je crois avec Liszt son ami-ennemi intime)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 29
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 4 Fév 2009 - 10:51

dsoslglece a écrit:
Bonjour... Auprès du public français, la raison de son manque de notoriété vient du fait justement qu'il se soit toute sa vie intéressé uniquement à la musique sérieuse, et pas aux opéras pastichés de l'Italien (pseudo-Rossini), ou aux gentilles mélodies romantiques et salonardes...


Ce qu'a écrit Onslow est d'un très bon niveau pour ce que j'ai pu en entendre (i.e. 1 Cd emprunté dans une médiathèque). Quand on lit dans les Histoire de la musique que la France n'a pas produit de musiciens majeurs oeuvrant en musique pure (hors Berlioz)... Ils oublient très certainement Onslow.

Après, son manque de notoriété est, je pense, surtout du au fait que toute la production française de l'époque est snobée par les musicologues et le public. Exemple : "Rien dans l'oeuvre de Thomas ne dépasse la médiocrité", Philippe BEAUSSANT. J'ai vérifié ce Week-End et Hamlet, je dirais que tout est presque génial (même l'acte 4!!). Je ne vois strictement rien à jeter. Un excellent opéra pour sûr. Alors, l'avis soi-disant éclairé de ce monsieur publié dans Universalis, il ferait mieux de le garder pour lui.
Une discographie sélective pour Onslow?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beirgla
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 227
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/09/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 4 Fév 2009 - 13:19

Moander a écrit:
Une discographie sélective pour Onslow?
http://www.georgeonslow.com/discographie-de-george-onslow.html
C'est pas vraiment sélectif, mais je pense que pour beaucoup de ses oeuvres on n'a guère de choix d'interprétations.
Je conseille particulièrement les quatuors op. 46 n°1 (on est loin, ici, de la musique de salon) et op. 56 par le Coull String Quartet (jamais entendu parler de cette formation avant ce disque), ainsi que les disques de quatuors du Mandelring Quartet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Sam 14 Fév 2009 - 17:25

Je vais juste noter ceux que je connais pour les avoir (sous forme de vinyls!):

Stalder quintett
Grand septuor en si majeur op 79 (Pno, fl, htb,ob, clar, cor, ContB)
Le quintette à vent op 81 n°3 (la partition est encore publiée)

Tournus/Salomé
Sonate pour cello op 16 en ut mineur (Onslow en a écrit 3, et les a aussi transcrites pour alto)

Quatuor Parrenin
Quatuor à cordes n° 16 op 66 en ré min
Grand quintette op 70 (je lis sur la pochette : "le quintette avec clavier est évidemment inspiré par le célèbre quintette de « la truite » de Schubert, mais c'est un prêté pour un rendu, car c'est à Onslow que Schubert avait emprunté l'idée d'un quintette à deux violoncelles dont l'un joue le rôle de basse"

Jarry/Tournus/Bellik-Zbar
Trio avec piano op 83 en fa mineur (je crois que c'est le dernier des trios, une très grande œuvre et qui rencontre toujours le succès en concert)

Trio à cordes Français+Caracilly+Pasquier
Quatuor op 8 n° 1
Quintette à cordes op 78 n°1 (5te à 2 alti) Un premier mouvement magnifique avec un premier thème à l'alto, digne des plus grands Romantiques.

J'ajouterai pour la petite histoire que pour les quintettes, cette idée d'avoir une contrebasse au lieu du second violoncelle qu'il y avait à l'origine dans les premiers quintettes, lui serait venue par hasard un jour où pour un concert, le second violoncelle étant absent pour quelque raison majeure, le grand contrebassiste Bottesini, présent, s'était proposé pour le remplacer...

Tout d'abord, Onslow n'avait pas été très chaud, puis il avait accepté... mais après avoir entendu le résultat, l'idée l'avait enthousiasmé, et par la suite il avait presque toujours rajouté cette possibilité, et même bien souvent conçu l'original de cette manière.

Ainsi pour la totalité des quintettes, la majorité est supposée être jouée ainsi, mais on peut aussi parfois remplacer la CBasse par un second cello, ou le premier Cello par un second alto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 25 Jan 2010 - 21:40

A noter la sortie en France début février de ce disque :



comprenant les Quatuors à cordes en mi bémol majeur, ré mineur et ut mineur. C'est d'ores et déjà écoutable sur MusicMe - c'est ce que j'ai fait, et j'ai par la même occasion découvert ce compositeur. Le premier m'a semblé le plus faible des trois, et déjà, tel quel, ça se laisse très agréablement écouter : sans atteindre des sommets transcendants, il n'y a rien non plus à jeter. Les quatuors en ré et en ut contiennent quant à eux des pages vraiment inspirées. Côté interprétation ça m'a semblé irréprochable.

Ce sera ma recommandation du soir. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 25 Jan 2010 - 21:43

J'ai écouté aussi ça, hier. C'est très sympa, mais pas bouleversé non plus. Je trouve l'anthologie CPO beaucoup plus avenante, traitée avec plus de simplicité, ce qui fonctionne finalement beaucoup mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 25 Jan 2010 - 21:45

Pour l'interprétation je m'en suis tenu à un "ça m'a semblé", faute de point de comparaison possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 25 Jan 2010 - 21:49

C'était irréprochable, mais joué comme un quatuor de Smetana, ça donnait l'impression de pièces de peu de substance alors qu'un jeu un peu plus ingénu llivre plus nettement les mérites de ces pièces (dont je n'ai pas trouvé au demeurant le choix extraordinaire, dans le vaste et qualitativement bien fourni catalogue d'Onslow).

Après ça, c'est louable, mais pas sûr que ce soit efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 1:14

Je viens de me procurer deux des symphonies d'Onslow, la première et la troisième (il en a écrit quatre), et c'est vraiment très bien, et tout à fait de la même veine que tout le reste... ce sont des Allemands qui ont enregistré ça (mais je n'ai pas le CD à proximité et je ne me rappelle plus leur nom...)

On dit toujours qu'il n'y avait pas de symphonistes en France à part Berlioz !
en voici déjà un excellent... et avant il y avait Gossec, et Méhul (que Beethoven admirait… d'ailleurs on retrouve chez Beethoven certains thèmes très très proches de Méhul, qui les avait écrits avants lui, eh oui) et après, il y a encore Lalo, Chausson, Tournemire… J'allais oublier Saint-Saëns !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 9:55

Tout à fait d'accord, mais à partir de Berlioz, le symphonisme français n'est plus du tout formel mais évocateur, c'est en cela que les Germaniques ont beaucoup méprisé la musique française (et qu'aujourd'hui encore elle est considérée comme mineure à côté de la musique austro-allemande, en raison de la hiérarchie des valeurs dans les conservatoires).

Je force le trait, mais on ne perçoit pas toujours que le propos de la musique française est d'évoquer des images et non pas d'exalter des structures ; le but n'étant pas le même, il est difficile de hiérarchiser dans l'absolu entre une Sonate pour piano de Brahms et un cycle figuratif de Dupont...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 9:55

(Et bon souvenir d'Onslow symphoniste moi aussi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 10:46

Cest vrai, mais pourtant, et même si c'est le cas pour Berlioz et sa symphonie fantastique (celle de d'Indy aussi), aucune des symphonies de Saint-Saëns n'ont de programme, ni celles d'Onslow, ni celle de Franck, ni de Lalo, ni même celle de Chausson (Son poème pour violon pourtant en avait un lui, de programme)…

Pour celles de Tournemire, si quelques unes (il a écrit 8 symphonies) ont des titres évocateurs, si d'autres mêmes, comprennent des textes chantés (mais, Mahler et Brückner à la même époque ont fait de même), quelques autres (comme la première), sont tout-à-fait indépendante de toute image, et d'ailleurs, même si la 5e qui fut composée dans les Alpes (à la même époque où R. Stauß composait sa symphonie alpine), et probablement en fut inspirée par l'environnement et même si elle comprend un mouvement "pastoral", n'en fut il pas de même avec un certain Beethoven (qui, lui non plus, comme Brükner, Mahler et R. Strauß, n'était pas Français Wink ).

Finalement, cela démontre une fois de plus s'il en était besoin, la manière dont les critiques musicaux (en fait, ce ne sont que des journalistes !), peuvent, d'une petite phrase lapidaire, influencer le futur, et les opinions des futures générations... opinions qui ensuite restent collées à tel ou tel personnage, car, généralement, ces opinions sont ensuite reprises telles quelles par les critiques des générations suivantes et à chaque fois revigorées... plus tard, on a l'impression de l'unanimité de nombreuses personnes, alors qu'il ne s'agit que d'une seule opinion reprise sans examen par une multitude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 20:18

dsoslglece a écrit:
Cest vrai, mais pourtant, et même si c'est le cas pour Berlioz et sa symphonie fantastique (celle de d'Indy aussi), aucune des symphonies de Saint-Saëns n'ont de programme, ni celles d'Onslow, ni celle de Franck, ni de Lalo, ni même celle de Chausson (Son poème pour violon pourtant en avait un lui, de programme)…
Je ne parle pas de programme, mais de conception de la musique : ce n'est pas la rigueur ou la richesse du développement qui est le but chez les français. Effectivement, pour Saint-Saëns, on pourrait discuter, mais pour Chausson par exemple, ça me paraît évident, pour Tournemire aussi.

Il y a des conceptions plus germaniques, mais que l'Histoire a retenus comme tels, par exemple Magnard.


Citation :
plus tard, on a l'impression de l'unanimité de nombreuses personnes, alors qu'il ne s'agit que d'une seule opinion reprise sans examen par une multitude...
Je ne suis pas critique musical et je ne suis une autorité de rien du tout. Smile Quant à recopier sur eux, ce n'est pas le genre de la maison. Mr. Green Je n'influence que les âmes les plus ductiles de ce forum (et je crains qu'elles ne soient pas bien nombreuses vu les personnalités qu'on y lit Very Happy ).

Tu as raison cependant de pointer les incohérences de mon postulat. J'avais fait ce constat (qui est, pour le coup, difficilement réfutable) pour la musique de piano, mais il est vrai que pour l'orchestre, on peut plus parler de tendance que de règle (les symphonies de Ropartz, plus mélodiques que formelles, n'auraient pas pu être écrites en Allemagne), avec toutes les nuances, notamment dans la musique à programme germanique, que tu cites.
Je persiste à dire que même dans l'Alpestre, Strauss soigne beaucoup plus le langage et la structure que la plupart des français, d'abord attachés à la couleur, au climat, mais ça souffre un nombre non négligeable d'exceptions, tu as tout à fait raison. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 27 Jan 2010 - 23:06

En fait je suis tout-à fait d'accord... et d'ailleurs, ce que je disais était plus une remarque qu'autre chose, et pas du tout en tout cas une prise de position à l'encontre du message précédent... je trouve qu'on a tendance à oublier toutes les symphonies qui ont été écrites en France, et c'était un moyen de le rappeler...

D'ailleurs, ce n'est même pas le fait que ça ait ou non écrit en France, car après tout, ici ou ailleurs, l'important est que ça ait été écrit, et que ça existe... mais, ce qui me chagrine toujours c'est cet oubli profond où semblent dormir tant de chefs d'œuvre et ceux qui les ont créés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 28 Jan 2010 - 1:29

dsoslglece a écrit:
je trouve qu'on a tendance à oublier toutes les symphonies qui ont été écrites en France, et c'était un moyen de le rappeler...
Pour rappel :

Spoiler:
 
Sinon je partage aussi ce "chagrin", mais comme ma hiérarchie personnelle n'a rien à voir avec celle des conservatoires... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 6943
Age : 33
Localisation : Aix / Marseille
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 10:37

Pour revenir à Onslow, je signale aux amateurs la parution dans deux semaines de ceci sous le label André Charlin :



Quintette à cordes op.78 & Quatuor à cordes op.8

Gérard Jarry & Yvon Caracilly, violons
Serge Collot & Bruno Pasquier, altos
Michel Tourus, violoncelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 11:02

Excellente nouvelle, d'autant plus que c'est joué par une brochette d'excellents musiciens...
Au fait, et au cas où cela intéresserait quelqu'un, j'ai dans ma bibliothèque, les partitions de tous les quintettes d'Onslow (édition de 1852), et je compte les mettre un jour sur IMSLP, mais si en attendant, quelqu'un était intéressé par l'un ou l'autre de ces quintettes, je pourrais le faire plus rapidement... ils sont pour la plupart hors commerce (et bien sûr, l'édition 1852 est dans le domaine public !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 12:49

dsoslglece a écrit:
Excellente nouvelle, d'autant plus que c'est joué par une brochette d'excellents musiciens...
Au fait, et au cas où cela intéresserait quelqu'un, j'ai dans ma bibliothèque, les partitions de tous les quintettes d'Onslow (édition de 1852), et je compte les mettre un jour sur IMSLP, mais si en attendant, quelqu'un était intéressé par l'un ou l'autre de ces quintettes, je pourrais le faire plus rapidement... ils sont pour la plupart hors commerce (et bien sûr, l'édition 1852 est dans le domaine public !)

Wow, tu les as tous, mais ça doit être énorme ! Combien en a-t-il écrit au juste.
Ce serait très bien de les mettre sur IMSLP, mais tu remarqueras qu'il y en a déjà un bon nombre là-bas :
http://imslp.org/wiki/Category:Onslow,_Georges
Tu en as qui n'y sont pas déjà ?
Le regain d'intérêt pour Onslow est une des très bonnes découvertes de ces dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 13:40

Ben il y en a 34… le dernier doit être op 82, mais c'est trompeur parce qu'il donne parfois un même numéro d'opus pour 2 ou 3 œuvres… J'avais acheté le lot (une petite pile d'une soixantaine de cm) dans un magasin de musique d'occasion à Paris (maintenant disparu), il y a une vingtaine d'année...

Ils prennent pas mal de volume, parce que d'abord c'est du papier épais à l'ancienne, et aussi parce que pour chaque quintette, il publie aussi pour beaucoup, des versions pour second violoncelle ou second alto ou avec contrebasse…

En fait, il avait passé beaucoup de temps et de soin à ré-éditer toutes ses œuvres en 1852 (un an avant sa mort)... on y trouve beaucoup d'indications de jeu, et aussi, très scrupuleusement, tous les mouvements métronomiques...

En particulier, il est intéressant de voir tous ceux qu'il indique pour ses menuets, tout à fait dans la lignée du menuet baroque, et bien sûr en totale contradiction avec la "tradition" moderne… par exemple, son menuet le plus lent est indiqué : Menuet, noire = 126, le plus rapide : Menuet presto, blanche pointée = 132, un autre, Menuet non troppo presto : blanche pointée = 88 et encore : Menuet moderato, blanche pointée = 72.

Mais il est aussi à remarquer que toutes ses indications correspondent assez exactement avec celles qu'on trouve à la même époque chez Spohr, Rode, et même Beethoven lorsqu'il indique un mouvement (par exemple, je ne sais plus dans quelle œuvre, mais je l'avais relevé chez Beethoven : Menuet allegro molto e vivace, blanche pointée = 108), etc...

En fait, Onslow a écrit plus encore de quatuors à cordes, je ne les ai pas, mais pas mal de conservatoires (tous ? j'ignore lesquels, mais par ex Amiens) doivent en posséder une édition reliée, car à une époque (je pense un peu avant 1900), un mécène bienfaiteur en avait fait don à ceux-ci.
De toute façon, il y a la BN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 15:08

dsoslglece a écrit:
Ben il y en a 34… le dernier doit être op 82,


Donc ça ne t'en fera pas trop à télécharger sur IMSLP puisqu'ils en ont déjà 19 !
Citation :

J'avais acheté le lot (une petite pile d'une soixantaine de cm) dans un magasin de musique d'occasion à Paris (maintenant disparu), il y a une vingtaine d'année...

Bouvier, sur les quais ?

Citation :
Ils prennent pas mal de volume, parce que d'abord c'est du papier épais à l'ancienne,
Oui, du vrai bon papier qui se conserve bien, pas comme la saloperie de papier chimique apparue un peu plus tard au XIXe siècle qui jaunit terriblement, se délite assez rapidement, casse et tombe en poussière.

Citation :
En fait, Onslow a écrit plus encore de quatuors à cordes, je ne les ai pas, mais pas mal de conservatoires (tous ? j'ignore lesquels, mais par ex Amiens) doivent en posséder une édition reliée, car à une époque (je pense un peu avant 1900), un mécène bienfaiteur en avait fait don à ceux-ci.
De toute façon, il y a la BN.

Oui, mais c'est mieux si on les trouve sur IMSLP (qui en a effectivement quelques uns) puisque cela les rend accesssibles à tous et partout. Parce que la BN, c'est pas vraiment pratique pour le quidam moyen !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 15:30

Citation :
Donc ça ne t'en fera pas trop à télécharger sur IMSLP puisqu'ils en ont déjà 19 !

Quand même pas mal pour faire du bon boulot, en plus des autres, en ce moment je suis occupé avec le poème : Exil ! d'Ysaÿe et la mort de Cléopâtre de Paolo Litta, mais si tu es pressé, je ferai un effort...

C'était bien Bouvier, enfin la maison Pugno (je crois des descendants de Raoul, le pianiste d'Ysaÿe.).

Pour le papier, je crois que c'est surtout l'encre qui était acide et qui rongeait le papier (vers 1900)... seul moyen : scanner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 29
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 16:00

♫ a écrit:

Oui, mais c'est mieux si on les trouve sur IMSLP (qui en a effectivement quelques uns) puisque cela les rend accesssibles à tous et partout. Parce que la BN, c'est pas vraiment pratique pour le quidam moyen !

Peut-être qu'avec les rallonges budgétaires qu'ils vont recevoir, ils en profiteront pour numériser les partitions...



Au fait, quelqu'un a écouté Guise? En lisant, des chroniques du XIXème, certains louaient la densité de cet ouvrage et même la caractérisation historique du livret de Planard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 16:16

Je n'ai jamais eu cette occasion, mais je ne pense pas que depuis les quelques représentations de chacun de ses opéras, lors de leur création, ils aient été rejoués ensuite, aujourd'hui non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 29
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 16:49

Moander a écrit:
Peut-être qu'avec les rallonges budgétaires qu'ils vont recevoir, ils en profiteront pour numériser les partitions...

J'en doute fortement. Quand on voit toute l'histoire que c'est pour faire une simple photocopie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 29
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 17:03

dsoslglece a écrit:
Je n'ai jamais eu cette occasion, mais je ne pense pas que depuis les quelques représentations de chacun de ses opéras, lors de leur création, ils aient été rejoués ensuite, aujourd'hui non plus...

En amateur d'Onslow, tu n'es pas au courant qu'une version pour quatuor à cordes (d'Onslow lui-même, sans doute désappointé d'une partition qu'il devait chérir) est sortie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 17:15

dsoslglece a écrit:


C'était bien Bouvier, enfin la maison Pugno (je crois des descendants de Raoul, le pianiste d'Ysaÿe.).

Pour le papier, je crois que c'est surtout l'encre qui était acide et qui rongeait le papier (vers 1900)... seul moyen : scanner.

La maison Pugno, effectivement créée par le pianiste dont la célèbre caricature figure dans l'enseigne, existe toujours, à droite du Bld Saint-Michel en regardant depuis le pont. La maison Bouvier, disparue, était à gauche dudit Bld, et était une véritable caverne d'Ali Baba.

Pour les papiers, la cause principale de la dégradation n'est pas l'encre mais le procédé de fabrication chimique :
http://ifla.queenslibrary.org/VI/6/dswmedia/fr/txt_grap.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dsoslglece
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 76
Localisation : Somme
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mar 2 Fév 2010 - 17:23

Non, jamais entendu parler !... c'est vrai qu'il a tant produit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeanclaudeferet.net
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 16 Aoû 2010 - 13:49

DavidLeMarrec a écrit:
Personnellement, j'aime beaucoup ; c'est de la musique de divertissement, toujours fraiche, encore assez classique, mais extrêmement bien écrite. Beaucoup d'esprit, un rien de mélancolie très feutrée.
Voilà qui me semble décrire à merveille la musique d'Onslow.
Quelque chose de très formel, carré, mais qui peut recéler beaucoup d'inspiration et une vraie profondeur. A la fois gracieuse et substantielle, c'est une musique élégante.
Cependant, dans la considérable production d'Onslow, il y a a boire et à manger, tout ne se vaut pas, loin de là. Des choses ternes et peu intéressante (comme dans ses quatuors, ou en général tout ce qui précède l'opus 30) sans pourtant être maladroites ou bancales.
Et puis la musique de chambre romantique française n'est malheureusement pas très connue, malgré un regain d'intérêt depuis quelques années et la sortie récente de disques autour de ce répertoire.

Le Nonet pour quatuor à cordes et ensemble de vents Op. 77 que je vous présente est sans doute l'une des plus belles œuvres que j'aie pu écouter d'Onslow - avec certains quintettes, dont le superbe "La Balle".
Il réunit toutes les qualités de son écriture : l'équilibre, l'invention mélodique, la profondeur... Il y a une grande vivacité qui traverse l'ensemble de la partition, jusque dans le thème et variation servant de mouvement lent, un tumulte intérieur, une noirceur qui éclate dans le final.


http://www.musicme.com/Mandelring-Quartett/albums/Nonet-Op.77---Quintet-Op.44-0761203715121.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 29
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Dim 22 Aoû 2010 - 23:11

Je viens d'écouter ce Nonet. C'est très gentil et assez galant. J'ai du mal à y voir autre chose.

L'inspiration est tout aussi beethovénienne que dans les quatuors que j'avais écouté il y a plusieurs mois. Néanmoins Onslow possède plus d'inspiration mélodique. Il est très bavard... Du coup tout cela se passe au détriment du sens dramatique, c'est flagrant dans le dernier mouvement ; on ressent une certaine indécision. Et la noirceur, dont tu parles Wolferl, ne me semble pas prégnante.

Le Tema con variazioni montre les qualités savantes et le soucis de ne pas ennuyer de ce compositeur reconnu et apprécié de son vivant, malgré son relatif succès en matière d'opéra.

Clairement pas le genre d'œuvre que je réécouterai mais elle m'a intéressée tout de même. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 23 Aoû 2010 - 0:46

J'ai bien aimé, surtout parce que cette musique est extrêmement colorée, dans le souvenir que j'en ai. Très bavarde comme la dit Ophanin, on passe un agréable moment. Plein de vie, vraiment optimiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Lun 23 Aoû 2010 - 1:20

Le premier mouvement m'a semblé à la fois dramatique et serein. Le style est plus classique que romantique, clair, équilibré, il ménage une large place aux solos de bois, c'est très coloré, très vivant. Mélodiquement c'est admirable. J'aime beaucoup cette formation, je trouve qu'elle dégage beaucoup de fraîcheur et j'aimerais bien découvrir d'autres oeuvres du même type. Il faudrait que j'écoute le nonette de Spohr - j'avais bien aimé la Petite Symphonie de Gounod mais il n'y avait pas de cordes et Zhivotov c'est un autre univers. Superbe scherzo, là aussi avec des petites touches rêveuses ou dramatiques qu'on retrouve dans le thème et variations (var. vers 7'40). Les deux premiers mouvements sont magnifiques. Le troisième m'a moins interpellé, il est très bien fait mais il ne m'a pas vraiment touché.Très beau final. Ce nonette est une très belle découverte qui me donne franchement envie de découvrir Onslow. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 26 Fév 2014 - 23:45

bonsoir je suis entrain d'écouter la 1ere symphonie de georges onslow, nom anglais car de père anglais.cette symphonie la première est déjà selon moi romantique ou romantique précoce....ça me fait déjà penser à du beethoven.comme disait david c'est de la musique fraiche....elle est meme alerte cette symphonie.en meme temps ce premier mouvement et le dernier me font aussi penser à du mozart tardif.......la symphonie 41 la jupiter parfois.je demande alors à mes amis si la dernière symphonie de mozart n'est déjà pas une transition entre la symphonie classique et la symphonie romantique.car entre les premieres symphonies de haydn et cette derniere de mozart il y a quand meme une difference.bon revenons a onslow car sa symphonie est beethovienne à mes oreilles......  enfin je ne sais pas trop.cest beau .
hs : je n'ai jamais cautionné cette affirmation tres souvent entendue : les 9 symphonies de beethoven sont 9 monuments symphoniques.
déjà je pense que sur les 9 de beethoven, 4 symphonies sont mozartiennes, il en reste donc 5....et sur ces 5 je ne vois que la 5ème la 9ème et la 6ème pastorale "monumentales" ou "historiques" dans l'histoire de la musique classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 0:01

hommepiano a écrit:
comme disait david c'est de la musique fraiche....
Un peu mieux que ça, tout de même !

Citation :
je demande alors à mes amis si la dernière symphonie de mozart n'est déjà pas une transition entre la symphonie classique et la symphonie romantique.
On peut le dire pour certaines (rares) œuvres de Mozart (à commencer par le Requiem et certains moments de Don Giovanni), mais pas pour la Jupiter, non. En revanche les premiers romantiques, comme Onslow (même s'il est contemporain de vrais romantiques), oui, sont encore très marqués par la grammaire classique : Cherubini, Catel... sans parler de ceux qui sont parfaitement à cheval comme Beethoven ou Méhul.

Citation :
déjà je pense que sur les 9 de beethoven, 4 symphonies sont mozartiennes,
Pas du tout. Surprised Même la Première excède d'assez loin le modèle haydnien. Pour les concertos, les trios ou les sonates pour piano et cordes, on peut déjà beaucoup plus discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 0:44

DavidLeMarrec a écrit:

Pas du tout. Surprised Même la Première excède d'assez loin le modèle haydnien. Pour les concertos, les trios ou les sonates pour piano et cordes, on peut déjà beaucoup plus discuter.
et pourtant david j'ai  déjà lu sur ce forum et surtout ailleurs que les symphonies de jeunesse de beethoven etaient d'influence mozartienne ou classique....et puis entre les premières et les dernières de beethoven....il y a aussi le nombre de mouvements.
quelle est la vraie premiere symphonie dite romantique ? je le savais ....est-ce la 5 ou la 6 ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81468
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 1:23

hommepiano a écrit:
et pourtant david j'ai  déjà lu sur ce forum et surtout ailleurs que les symphonies de jeunesse de beethoven etaient d'influence mozartienne ou classique....
Oui, c'est vrai, très fortement. Mais ce n'est pas pour autant que l'écriture en est banale.

Citation :
quelle est la vraie premiere symphonie dite romantique ? je le savais ....est-ce la 5 ou la 6 ?
La Deuxième est déjà totalement romantique, malgré la forme qui reste partiellement classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 19:06

bonsoir je suis outré, ravagé, scandalisé,

car j'écoute en ce moment la Symphonie No.4 Op.71 (1846) de George ONSLOW....

j'en suis toujours au 1er mouvement....ces envolées de violons...c'est bien romantique

et c'est g é n i a l....

et j'écoute cela toujours avec youtube et mon casque sennheiser...figurez-vous que à  ce jour je ne suis que la 968 ème personne à avoir écouté cette symphonie sur youtube alors que les symphonies de beethoven la 9 et la 5 dépassent les ....... 20 millions d'auditeurs.

je vais déguster cette superbe symphonie et je terminerai au calice amer à la cigüe pour me pencher sur l'ingratitude humaine à l'égard de monsieur ONSLOW superbe symphoniste.

je vous en prie, il faut écouter cette symphonie n° 2  de onslow :ce 1er mouvement est impérial, divin,......

watch?v=F0k3HUQiWl0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 19:12

dsoslglece a écrit:
Je viens de me procurer deux des symphonies d'Onslow, la première et la troisième (il en a écrit quatre), et c'est vraiment très bien, et tout à fait de la même veine que tout le reste... ce sont des Allemands qui ont enregistré ça (mais je n'ai pas le CD à proximité et je ne me rappelle plus leur nom...)
bonsoir j'ai peut-être trouvé le nom des musiciens : Orchestre: Radio-Philharmonie Hannover des NDR et Chef d'orchestre : Johannes Goritzki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Jeu 27 Fév 2014 - 20:23

j'ai terminé l'ecoute de la symphonie numero 4 et selon moi le 1er mouvement est le meilleur...à plus pour les autres symphonies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   Mer 5 Juil 2017 - 22:44


Quatuors à cordes op. 8 nº1 en ut mineur, op. 10 nº3 en mi bémol majeur et op. 8 nº3 en la majeur
Quatuor Ruggieri: Gilone Gaubert-Jacques, Charlotte Grattard (violon), Delphine Grimbert (alto), Emmanuel Jacques (violoncelle)
Paris, I.2015
Aparté / Palazzetto Bru Zane



Sonates pour violoncelle et piano op. 16
Emmanuel Jacques (violoncelle Boquay, Paris 1726; archet Aumont, d’apr. F.X. Tourte), Maude Gratton (pianoforte Broadwood & Sons, Londres 1822)
Villefavard, VI.2012
Mirare


Deux très beaux disques. Cela faisait longtemps que je n’avais pas écouté d’Onslow, et je suis loin d’avoir entendu l’intégralité de son catalogue, mais j’ai vraiment l’impression d’une œuvre globalement de très grande qualité, sans réel point faible (et avec quelques pépites - le quatuor en ut mineur op. 8 nº1 recèle quelques merveilles d’harmonie).

Et l’impression d’un compositeur beaucoup plus inclassable qu’il n’y paraît: le langage est encore très classique, mais l’écriture harmonique et rythmique est très «avancée» - sans pour autant qu’on sente clairement la bascule vers le romantisme (comme, disons, chez Méhul ou chez Schubert); même chose pour la dichotomie français / germanique: le type d’œuvre et la découpe formelle tirent clairement du côté allemand, mais d’un autre côté les développement ne sont pas si nettement ancrés dans les logiques structurelles de la musique de chambre germanique, plus dans la logique «modulante» française. En tout cas, c’est vraiment remarquable, d’un abord très plaisant mais avec plus de substance qu’il n’y paraît.

Très belles interprétations aussi, très détaillées, plutôt dans la manière «historiquement informée» que «romantique», ce qui me semble mieux faire saillir la discrète originalité de cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: George Onslow (1784-1853)   

Revenir en haut Aller en bas
 
George Onslow (1784-1853)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» George Onslow (1784-1853)
» George Thorogood And The Destroyers
» scènes du Faust de Goethe (Schumann, 1843/1853)
» george boards guitar
» O. Willis du St George's Hall, Liverpool, UK.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: