Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina

Aller en bas 
AuteurMessage
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9893
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   Sam 14 Fév 2009 - 13:02

J'y vais ce soir, mais j'ai une place à 6 euros pour mardi soir (le 17) que je peux donner à qui la souhaiterait (je n'avais pas vu Nina Stemme le même soir Embarassed ). Je crois que c'est la même place de biais assez près de la scène que j'avais la dernière fois, pas désagréable du tout.

Quelqu'un d'intéressé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
frere elustaphe
Aurelia Aurita
avatar

Nombre de messages : 10071
Age : 58
Date d'inscription : 17/12/2006

MessageSujet: Re: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   Sam 14 Fév 2009 - 16:29

Argggggggggh. Je ne serai pas à Paris. Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9893
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   Dim 15 Fév 2009 - 18:33



Seulement trois représentations en février 2009 à l'opéra comique de cette œuvre commandée et créée à l'opéra de Lyon en 2008. Il ne reste que le mardi 17 et le mercredi 18.

Eötvös parvient à rendre cohérent son spectacle, ce qui n'est pas gagné d'avance : le texte est un anonyme japonais de la première moitié du XIème siècle, traduit en anglais par un orientaliste britannique du milieu XXème siècle, sur laquelle on a mis la musique d'un compositeur hongrois du XXIème siècle...

Le pari est risqué, mais ça marche. Eötvös est enthousiaste de son texte et veut transmettre cet enthousiasme à son public, ça se sent.

Le texte choisi est un nekki, sorte de journal féminin dont le plus connu est le Dit de Genji. Un des textes fondateurs de la littérature japonaise, alors que le Japon s'affranchit de la tutelle chinoise et que les hommes continuent à écrire en cette langue jusqu'aux Xèmes et XIèmes , les femmes de l'aristocratie vont écrire en japonais en prose ces journaux intimes très raffinés qui fascinent aujourd'hui.

Neuf extraits ont été choisis par Peter Eötvös. De l'univers onirique de l'univers du journal de Sarashina, il a choisi 9 textes qui avaient le plus grand potentiel d'action. On a envie de dire : qu'est-ce que cela aurait été sinon... On est bien dans l'univers intérieur de la dame, et l'émotion naît de sa perception de sa vie, mélancolique, d'une grande poésie.

La narration est cohérente, j'ai le sentiment que la trame et l'esprit du texte original ont été respectés, mais quelqu'un qui s'y connaîtrait mieux ne serait pas forcément d'accord. De l'apparence cyclique, immobile, se dégage une narration et une conclusion. Le livret, d'apparence bizarroïde pour un opéra a un véritable impact dramatique, subtil, évanescent, mais qui fonctionne.

Là, je vais sans doute dire une bêtise, car si j'ai bien lu, Peter Eötvös considère que le style vocal de cet opéra est plus proche du langage parlé en comparaison avec une autre de ses œuvres, Trois soeurs, d'écriture lyrique. Je dois avouer que je ne connais pas les Trois soeurs.

Ce qui m'a frappé, au contraire, c'est le véritable lyrisme de son écriture. C'est un véritable opéra, écoutable sans référence obligée au sprechgesang ou à une écriture disjointe. Il y a phrasés, émotion, la ligne suit le texte, c'est vrai, mais Eötvös semble ne rien s'interdire a priori, et le résultat est vocalement " immersif". Selon lui, pour donner une plus grande intimité à certaines paroles, il a utilisé un micro et les chanteurs sont sont sonorisés pour quelques phrases, le tout mis dans un dispositif de spatialisation. Là, j'ai beaucoup plus eu un sentiment de gadget, d'autant que la taille de l'opéra comique rendait bien l'intimité du texte par un simple lyrique " non sonorisé", alors que la spatialisation dans un théâtre à l'italienne, ça marche peut-être au parterre mais dans les loges, pas du tout...

Dans une très grande salle rectangle standard, il faudrait essayer. Mais le rendu voix et électronique n'était pas désagréable et les chanteurs sont l'essentiel du temps sans sonorisation.

Son orchestre est étoffé (joli détachement de l'opéra de Lyon) mais sa musique est riche harmoniquement, plus d'une tonalité torturée que d'un atonalisme dur. C'est mouvant, évanescent, introduit des modes qui font penser à la musique asiatique mais jamais d'une façon qui serait de l'exotisme gentil. C'est splendide à écouter, magnifiquement orchestré et cette élégance évanescente accompagnée de percussions variées (même des pierres) colle parfaitement au texte. La musique évolue avec le déroulement de la pièce, et les contrastes entre les neuf scènes sont bien marqués. J'imagine qu'il y a des structures qui reviennent dans la partition, mais ce n'est pas facile à repérer dans une musique assez complexe et sur une seule représentation.

La mise en scène évoque le théâtre japonais, dans de très beaux costumes de Masatoma Ota. Seule Mary Plazas joue Lady Sarashina sur toute la pièce, excellente chanteuse et actrice impliquée. Les autres rôles , entourage, apparition de rèves, lectures, sont assurés par Pater Bording, Ilse Eerens et Salomé Kammer.

Un petit enchantement que cette Sarashina de Peter Eötvös que je ne croyais pas capable de telles réussite (comme quoi les préjugés...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Wolferl
Lapinophobe
avatar

Nombre de messages : 13311
Age : 28
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   Jeu 19 Fév 2009 - 13:28

Je suis allé le voir hier soir et, étrangement, même si ça m'a intéressé je ne suis pas si enthousiaste que ça...

Globalement je crois que c'est le manque de diversité qui m'a un peu gêné (ou bien je ne l'ai pas perçue puisque tu parles de contrastes, Morloch). Orchestralement c'est très dense, parfois trop, mais je n'ai pas senti de véritable recherche de couleurs ou textures très variées, ça devenait plutôt lassant. Et pourtant il y avait des choses magnifiques, comme l'Ouverture et l'Epilogue, la scène de l'homme qui fait la cour à Sarashina ou celle du chat.
D'ailleurs il y a un énorme travail sur les timbres, c'est vraiment ce qui semble dominer la partition. Les rugissements des cuivres pendant la scène du chat ou le ronronnement de l'orchestre entier sont impressionnants. La voix est presque traitée comme un instrument, avec de nombreux effets : les rires, la spatialisation grâce aux micros, le soin apporté à la voix parlé avec cette accentuation des consonnes et des sifflantes qui semblent se fondre avec l'orchestre et créer de nouveaux timbres...
Le livret est en effet un peu "décousu" mais fonctionne bien finalement...

Voilà, je ne sais pas trop quoi dire d'autre, c'était bien mais je crois que ça ne m'a pas parlé plus que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9893
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   Jeu 19 Fév 2009 - 13:39

Il y a quand même un côté très contemplatif, je crois qu'il faut réussir à entrer dans le truc sinon ça doit être un peu ennuyeux en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina
» [Presse] Lady Gaga et Bill Kaulitz, quel look est le plus rare ?
» Opéra comique - 2010-2011
» Opéra comique : Zoroastre
» Cadmus de LULLY - reprise à l'Opéra-Comique (déc. 2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: