Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Verdi-Macbeth

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Montfort
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4155
Age : 70
Localisation : Paris 16
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Lun 4 Avr 2016 - 10:58

luisa miller a écrit:
bAlexb a écrit:
Montfort a écrit:
Bizarre que dans vos grandes Lady Macbeth actuelles vous ne citiez pas Liudmila Monastyrska : elle est simplement phénoménale, vocalement, mais aussi comme incarnation - en comparaison, Netrebko, que j'aime pourtant, est une première communiante !!

Sans établir de comparaison avec Netrebko, qui a d'autres atouts (et pas moins singuliers/sensibles) à faire valoir, Anna Pirozzi est actuellement une Lady Macbeth complète, stylée et d'une justesse d'intention bluffante (et plus largement une verdienne à suivre de très très près, cf. sa récente Lucrezia des Due Foscari à la Scala) : /watch?v=0WT8FRozCjo & /watch?v=lMU02MPt2UA .

Si je rejoins Montfort concernant Liudmila Monastyrska, que j'écoute toujours avec autant de plaisir bien que je connaisse maintenant la production du ROH par coeur, je m'abstiendrais dire quoi que se soit sur Netrebko, avec qui il est bien sévère, que je ne connais pas dans le rôle intégral. quant à Pirozzi se baser sur I due foscari me parait malsain car lady Macbteh est un rôle bien plus éprouvant et dangereux avec trois airs très difficiles et complexes

Je me suis exprimé sans doute trop rapidement à propos d'A. N. : je l'ai vue au Met, et j'avais été conquis : elle une Lady M. plus que convaincante.
Simplement Monastyrska, pour moi,  c'est beaucoup plus fort.

Montfort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Lun 4 Avr 2016 - 11:53

luisa miller a écrit:
quant à Pirozzi se baser sur I due foscari me parait malsain car lady Macbteh est un rôle bien plus éprouvant et dangereux avec trois airs très difficiles et complexes

Oui, c'est même un rôle à entendre dans son intégralité ; ça se trouve, d'ailleurs (un direct de cette année à Piacenza avec Nucci, 2 jours après les Due Foscari justement affraid ), même si ça n'est "régulièrement" disponible siffle . Et sur la longueur, je t'assure que c'est très très convaincant, enfin pour moi Rolling Eyes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 14:25


(parution mi novembre)

Biondi continue à explorer le répertoire romantique... avec Macbeth cette fois, et dans sa version originale de 1847!

Macbeth: Giovanni Meoni, barítono
Lady Macbeth: Nadja Michael, soprano
Banco: Fabrizio Beggi, bajo
Macduff: Giuseppe Valentino Buzza, tenor
Malcolm: Marco Ciaponi, tenor
Dama: Valentina Marghinotti, soprano
Medico/Servo: Federico Benetti, bajo

Podlasie Opera and Philharmonic Choir
Europa Galante
Fabio Biondi, dirección

Sur le papier, entendre Biondi et Europa Galante dans cette partition me fait beaucoup beaucoup envie...
Après, le dernier Capuletti était pas passionnant... et pui Nadja Michael j'ai un peu peur quand même vu ce que j'en ai entendu il y a quelques années...
Mais je tenterai sûrement le coup!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 14:31

Ah, moi les Capuletti j'avais adoré ; mais je n'y suis pas revenu, parce que c'est une partition relativement mineure à mes yeux – s'il pouvait faire la même chose avec Giuletta e Romeo de Vaccai… bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
luisa miller

Nombre de messages : 4160
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 15:09

Polyeucte a écrit:

(parution mi novembre)

Biondi continue à explorer le répertoire romantique... avec Macbeth cette fois, et dans sa version originale de 1847!

Macbeth: Giovanni Meoni, barítono
Lady Macbeth: Nadja Michael, soprano
Banco: Fabrizio Beggi, bajo
Macduff: Giuseppe Valentino Buzza, tenor
Malcolm: Marco Ciaponi, tenor
Dama: Valentina Marghinotti, soprano
Medico/Servo: Federico Benetti, bajo

Podlasie Opera and Philharmonic Choir
Europa Galante
Fabio Biondi, dirección

Sur le papier, entendre Biondi et Europa Galante dans cette partition me fait beaucoup beaucoup envie...
Après, le dernier Capuletti était pas passionnant... et pui Nadja Michael j'ai un peu peur quand même vu ce que j'en ai entendu il y a quelques années...
Mais je tenterai sûrement le coup!

Une nouvelle version de Macbeth est toujours bonne à prendre. Biondi a bonne réputation mais je le croyais plutôt spécialisé dans le répertoire baroque. Et pour une raison qui m'échappe, je crains beaucoup Nadja Michael en Lady. Peut-être est ce dû aussi au fait que j'ai entendu Pirozzi, même si ce n'est qu'un extrait, et qu'elle explose tout sur son passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 15:35

DavidLeMarrec a écrit:
Ah, moi les Capuletti j'avais adoré ; mais je n'y suis pas revenu, parce que c'est une partition relativement mineure à mes yeux – s'il pouvait faire la même chose avec Giuletta e Romeo de Vaccai… bounce

Moi j'avais trouvé ça un peu terne en fait... loin de l'explosion de couleurs qu'il avait donné à sa Norma (jamais éditée bien sûr!)

luisa miller a écrit:
Une nouvelle version de Macbeth est toujours bonne à prendre. Biondi a bonne réputation mais je le croyais plutôt spécialisé dans le répertoire baroque. Et pour une raison qui m'échappe, je crains beaucoup Nadja Michael en Lady. Peut-être est ce dû aussi au fait que j'ai entendu Pirozzi, même si ce n'est qu'un extrait, et qu'elle explose tout sur son passage.

Sans chercher à faire une comparaison (moi je ferai bien une comparaison avec Pendatchenska qui était grandiose à Avignon! Mr.Red), le souci de Nadja Michael est qu'au MET il y a quelques années, la voix était sacrément détériorée... Confused

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 16:37

luisa miller a écrit:
Une nouvelle version de Macbeth est toujours bonne à prendre. Biondi a bonne réputation mais je le croyais plutôt spécialisé dans le répertoire baroque. Et pour une raison qui m'échappe, je crains beaucoup Nadja Michael en Lady. Peut-être est ce dû aussi au fait que j'ai entendu Pirozzi, même si ce n'est qu'un extrait, et qu'elle explose tout sur son passage.

Il est surtout célèbre dans le répertoire baroque, oui (et particulièrement pour les concertos italiens), mais ça fait déjà une quinzaine d'années qu'il se consacre beaucoup à revivifier le répertoire orchestralement sinistré du belcanto romantique : il a fait des éditions critiques (Norma notamment, réutilisée dans le disque d'Antonini avec Bartoli) et donné de ces œuvres sur instruments d'époque. Résultat au minimum très intéressant.

Pour Michael, sans lui demander d'être Larmore, Pirozzi, Monatyrska ou Netrebko, qui font effectivement autorité en ce moment dans ce rôle, il est un peu préoccupant qu'elle ait beaucoup chanté des rôles proto-wagnériens (et quand elle chante Salomé, c'est pas avec la voix de Susanna, plutôt avec celle de Brünnhilde !), avec un timbre pas particulièrement délicat, pour être gentil. Grande interprète, mais dans le cadre d'un enregistrement « baroqueux », on risque rencontrer des problèmes de dimension et de grain. On verra, je suppose que Biondi choisit en connaissance de cause, ses distributions ont toujours été très belles jusque là !


[quote="Polyeucte"Moi j'avais trouvé ça un peu terne en fait... loin de l'explosion de couleurs qu'il avait donné à sa Norma (jamais éditée bien sûr!)[/quote]

Moui, je trouvais Norma un peu raide (comme souvent lorsque les baroqueux font la transition) et pas si colorée que ça ; loin de La Cetra en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 19962
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 16:41

DavidLeMarrec a écrit:
Il est surtout célèbre dans le répertoire baroque, oui (et particulièrement pour les concertos italiens), mais ça fait déjà une quinzaine d'années qu'il se consacre beaucoup à revivifier le répertoire orchestralement sinistré du belcanto romantique : il a fait des éditions critiques (Norma notamment, réutilisée dans le disque d'Antonini avec Bartoli) et donné de ces œuvres sur instruments d'époque. Résultat au minimum très intéressant.

Oui, il y a une vraie réflexion sur les partitions, un retour au source pour essayer de proposer une interprétation parfois différente mais qui se réfère directement aux sources et aux pratiques de l'époque.

Citation :
Pour Michael, sans lui demander d'être Larmore, Pirozzi, Monatyrska ou Netrebko, qui font effectivement autorité en ce moment dans ce rôle, il est un peu préoccupant qu'elle ait beaucoup chanté des rôles proto-wagnériens (et quand elle chante Salomé, c'est pas avec la voix de Susanna, plutôt avec celle de Brünnhilde !), avec un timbre pas particulièrement délicat, pour être gentil. Grande interprète, mais dans le cadre d'un enregistrement « baroqueux », on risque rencontrer des problèmes de dimension et de grain. On verra, je suppose que Biondi choisit en connaissance de cause, ses distributions ont toujours été très belles jusque là !

Voilà... Je me dis que soit en studio elle peut adopter une émission différente et plus fine (sans perdre du charisme!), soit elle a retravaillé depuis quelques temps.
Mais oui, je vois mal Biondi choisir une chanteuse connue mais totalement dépassée... alors qu'il est plutôt adepte des voix peu connues...

Citation :

Polyeucte a écrit:
Moi j'avais trouvé ça un peu terne en fait... loin de l'explosion de couleurs qu'il avait donné à sa Norma (jamais éditée bien sûr!)

Moui, je trouvais Norma un peu raide (comme souvent lorsque les baroqueux font la transition) et pas si colorée que ça ; loin de La Cetra en tout cas !

Même le concert avec Kunde? C'était quand même assez génial! (je n'ai jamais écouté le DVD avec Anderson...)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 16:43

DavidLeMarrec a écrit:
il est un peu préoccupant qu'elle ait beaucoup chanté des rôles proto-wagnériens

Et pas que proto, en l'occurrence : elle a chanté la Brünnhilde du Crépuscule à Karlsruhe cette année.
(NB : alors qu'elle n'avait pas chanté Lady Macbeth entre 2013 et 2017, sic.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mar 30 Oct 2018 - 17:01

@ Polyeucte : oui, je parle bien du concert avec Kunde. Smile


@ bAlexb :
Oh. Surprised

Je ne vois sincèrement pas comment on peut revenir de Brünnhilde, sans même parler de s'associer avec des baroqueux, sauf dans des cas vraiment extrêmes comme Piia Komsi (léger colorature qui l'a chanté une seule fois avec un orchestre de chambre et des coupures, et sans changer sa voix). Considérant que Michael n'était déjà pas très gracieuse avant…

Elle a tout le tempérament qu'il faut pour le rôle et certes, il y a l'histoire des voix laides, mais il faut quand même que l'instrument ne soit pas trop disproportionné au reste de la production !

D'autant plus curieux de découvrir ça (comme le dit Polyeucte, c'était tout l'inverse dans les Capulets, plutôt des voix bien légères de gens pas célèbres).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Mer 31 Oct 2018 - 8:02

DavidLeMarrec a écrit:

@ bAlexb :
Oh. Surprised

Je ne vois sincèrement pas comment on peut revenir de Brünnhilde, sans même parler de s'associer avec des baroqueux, sauf dans des cas vraiment extrêmes comme Piia Komsi (léger colorature qui l'a chanté une seule fois avec un orchestre de chambre et des coupures, et sans changer sa voix). Considérant que Michael n'était déjà pas très gracieuse avant…

Revenue de Brünnhilde ; et d'Elektra, et de Katerina Ismailova, ad lib Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 10:58

J'ai réécouté hier la version Muti. Je crois que c'est un des rares cas où je trouve qu'une musique soit réellement, de manière primaire, effrayante. Je pense que Muti y est pour quelque chose, je n'ai jamais ressenti ça avec autant de force qu'avec cette version. Splendide réalisation qui fourmille d'idées (dans le duo du III, on a l'impression que Milnes et Cossotto sont comme éloignés du micro à certains moments, comme s'ils étaient à leur tour devenu des présences fantomatiques). Milnes est un peu grêle et clair (parfois, on dirait vraiment un ténor), pas très virile, en fait, mais il a beaucoup d'allure vocale et son Macbeth trouillard fonctionne. Dommage qu'on ait tendance à juger la Lady par sa scène de la folie, effectivement ratée (mots grossis, raideur, dureté, accents qui convulsent et ligne finale vraiment pas en apesanteur) parce que Cossotto a des moments remarquables (La Luce Langue spectrale, sans un poitrinage, chanté sur la pointe des pieds) et se sort crânement de la vocalisation (chaque note est audible, mais liée aux autres, comme il se doit) et de la tessiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 11:11

Je vois ce que tu veux dire pour les voix (en particulier le Macbeth plus veule que tyran de Milnes)… mais pour l'orchestre, ce que j'entends est au contraire très lisse, rien ne dépasse dans le son ni dans l'expres​sion(j'entends surtout des cordes bien rondes, rien d'autre), ni même dans le tempo, domaine où Muti aime pourtant se détacher de la tradition.

Tu trouves ça plus effrayant que Keilberth, par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 12:06

Je suis assez d'accord avec Francesco.
Pour moi Macbeth au disque oscille entre Gardelli 1, Abbado, Muti et Chailly et une autre version dont je parlerai après.
Je considère que, pour une raison que j'ignore, l'une des plus belles directions orchestrales de cette œuvre c'est celle de Gardelli 1 chez DECCA (alors que je le trouve nettement moins inspiré orchestralement parlant dans sa 2ème version chez HUNGAROTON!)! Dans cette première version, somptueusement enregistrée de surcroit, tout y est: l'architecture sonore, la pulsation, la force dramatique! C'est suffisamment exceptionnel chez Gardelli (chef qui a la discographie lyrique peut-être la plus importante!) pour que ça mérite d'être noté! A telle enseigne que je trouverais presque, non pas fade mais moins marquante, la direction d'Abbado (pourtant de toute beauté elle aussi!).
Et peu après Muti a livré sa version et là, je dois dire qu'à la première écoute, j'ai été tétanisé tant la conception de Muti collait au plus près à la fois de Verdi et de Shakespeare! Personne avant et après lui (ou presque...) ne m'avait plongé à ce point dans un drame où de tous côtés transpirait le meurtre! Par ailleurs, la distribution vocale de cette version était non seulement superlative mais collait pleinement à cette vision! Une vraie version d'équipe! Les seules réserves peuvent porter sur Cossotto (évidemment quand on a entendu Verrett, sublime Lady Macbeth, la comparaison peut être dure!) mais objectivement, elle se sort du rôle avec une probité vocale que j'aurais aimé retrouver chez la plupart des Lady Macbeth récentes et une vérité théâtrale forte. Alors oui la scène de la folie est ce qu'elle fait le moins bien mais (là je serai moins sévère que Francesco) non ce n'est pas raté!
Quand la très belle version Chailly est sortie, j'ai senti un effort de synthèse entre ces 3 versions. Mais Muti restait le plus impresionnant!
Et depuis il y a eu la récente version (mais en anglais) chez CHANDOS avec Latonia Moore et Simon Keenlyside, ... sous la direction d'Edward Gardner! Eh ben cette direction orchestrale, puissante et dramaturgiquement anxiogène, est celle qui se rapproche le plus de celle de Muti.
Superbe version (et archi-complète de surcroît) mais dommage qu'elle soit en anglais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 12:24

@ David. Oui, ça n'est pas du tout âpre ou parcheminé, sans grincement, c'est une version très civilisée, pas Freischütz pour un sous, disons, mais j'ai trouvé qu'il y avait un contraste formidable entre la beauté du son et la violence de la partition, l'agressivité des nuances, l'importance des silences (et le choix du couple de chanter essentiellement piano, de toujours donner l'impression d'être un peu dépassés, stupéfaits). Pour moi, c'est vraiment inquiétant, même dans la légèreté de l'acte III où on se demande d'où vient tout à coup ce relent d'un Songe d'une Nuit d'été. Je regrette simplement que dans mon édition, les compléments aient disparu.

En tout cas, je note pour la version Biondi, parce que l'édition BBC (Opera Rara) de la première version est hors de prix, désormais.

Je réécoute Gardelli I pour comparer, mais je suis moins convaincu qu'Otello par le chef, a priori. Pas entendu Keilberth dans de bonnes conditions (et pas depuis longtemps en plus) mais là, oui, je me rappelle de quelque chose de vraiment terrifiant, dans un registre très différent.

@ Otello. Merci pour ce que tu dis de la version Chandos. L'anglais ne me dérange pas, en général. J'avais découvert l'oeuvre avec Abbado et je m'étais un peu ennuyé. Peut-être que Chailly me conviendrait mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 12:28

Gardelli, chef si souvent mou dans les studios (et bien plus intéressant chez Hungaroton qu'EMI) est effectivement méconnaissable dans cette fantastique intégrale Decca (de très loin la version que j'aime le plus de cette œuvre).

Je trouve Abbado et Chailly beaucoup plus intéressants que Muti (en particulier pour les couleurs orchestrales assez fauves, là où Muti n'a qu'un seul son d'orchestre du début à la fin, dans une œuvre qui n'est pas la richesse musicale incarnée…).

Je n'ai pas écouté Gardner, mais je ne doute pas qu'il fasse des merveilles de lyrisme et de tension – c'est presque toujours le cas chez lui (Tchaïkovski, Walton, Williams…), quel que soit l'orchestre. (Ma seule déception fut ses Mendelssohn assez quelconques.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 12:36

Ah oui, et pour Gardelli : certes, il a beaucoup enregistré, à peu près autant que Barenboim par exemple, mais moins que Gergiev, David Parry, ou bien sûr Karajan. Ensuite il faut s'entendre : est-ce que l'on compte les pirates officiels ou simplement les sessions enregistrées directement pour le disque, les prises sur le vif ou les studios, est-ce qu'on compte les doublons, etc.
Disons qu'il fait en tout cas partie des chefs très bien documentés, et dans des répertoires plutôt divers !


Francesco a écrit:
l'importance des silences (et le choix du couple de chanter essentiellement piano, de toujours donner l'impression d'être un peu dépassés, stupéfaits).


Là, d'accord. Oui, on peut ressentir ça par contraste avec la beauté lisse du son, en effet. (Mais c'est alors plutôt un corollaire psychologique qu'une vertu de la direction, non ?)


Citation :
En tout cas, je note pour la version Biondi, parce que l'édition BBC (Opera Rara) de la première version est hors de prix, désormais.

Il existe aussi une version chez Dynamic (avec Iano Tamar) prise à Martina Franca, par Marco Guidarini. Certes pas fabuleuse (les cachetonneurs slovaques de l'Internazionale d'Italia font bobo) et mal captée, comme toujours, mais ça existe.

J'ai aussi lu qu'il existait une Leinsdorf 1960 (Rysanek-Warren-Hines-Bergonzi) chez RCA, mais je suis vraiment dubitatif que tout ce petit monde se soit essayé pour une fois à la version originale, je demande à voir (je n'ai pas écouté).

Je réécoute Gardelli I pour comparer, mais je suis moins convaincu qu'Otello par le chef, a priori. Pas entendu Keilberth dans de bonnes conditions (et pas depuis longtemps en plus) mais là, oui, je me rappelle de quelque chose de vraiment terrifiant, dans un registre très différent.

@ Otello. Merci pour ce que tu dis de la version Chandos. L'anglais ne me dérange pas, en général. J'avais découvert l'oeuvre avec Abbado et je m'étais un peu ennuyé. Peut-être que Chailly me conviendrait mieux. [/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 13:51

Non, je pense que Muti savait ce qu'il faisait, y compris dans sa direction des chanteurs (et manifestement Cossotto est tenue ... et bien tenue). Pour moi, il a choisi un Macbeth plastique, symphonique, implacable et, en même temps, fantomatique avec ce son toujours au bord de la disparition. Ce n'est pas une lecture romantique de l’œuvre et du texte, il n'y a pas du "bruit et de la fureur", mais cette approche hiératique est glaçante à mes oreilles. Disons, en résumé, que Muti fait du Kurasawa quand la plupart des autres chefs se tournent vers Orson Welles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 14:40

Bon, réécoute ce matin d'une partie de la version Gardelli. Dieu que c'est sale (au bon sens du terme). A chaque fois que Souliotis ouvre la bouche, on a l'impression qu'elle vient tout juste de replier ses ailes après être allée faire un petit tour sous sa forme de chauve-souris ou de chouette (d'ailleurs, vocalement, la chouette n'est jamais bien loin : waooow ... waooow ... waaaaa .... ooooow).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 15:29

Francesco a écrit:
Non, je pense que Muti savait ce qu'il faisait, y compris dans sa direction des chanteurs (et manifestement Cossotto est tenue ... et bien tenue). Pour moi, il a choisi un Macbeth plastique, symphonique, implacable et, en même temps, fantomatique avec ce son toujours au bord de la disparition. Ce n'est pas une lecture romantique de l’œuvre et du texte, il n'y a pas du "bruit et de la fureur", mais cette approche hiératique est glaçante à mes oreilles. Disons, en résumé, que Muti fait du Kurasawa quand la plupart des autres chefs se tournent vers Orson Welles !  
euh... ben je ne sais pas ce qu'il te faut! Rien que l'attaque du final de l'acte 1 est stupéfiante à ce titre là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 15:41

DavidLeMarrec a écrit:
Ah oui, et pour Gardelli : certes, il a beaucoup enregistré, à peu près autant que Barenboim par exemple, mais moins que Gergiev, David Parry, ou bien sûr Karajan.
Je ne parle que pour les opéras évidemment!
Je ne compte pas les lives qui ne sont pas des projets d'enregistrements à la base même si évidemment on y trouve de vrais trésors! Et puis le problème des lives, c'est que certains restent officieux et d'autres ont été officialisés tardivement ...

En matière d'opéras, studios et lives (très officiels dès le départ) et doublons compris, Gardelli a plus enregistré que tous ces chefs. Avec ses pas loin de 50 intégrales, il dépasse Karajan de peu mais il le dépasse quand même de 2 ou 3 intégrales. Le seul chef qui le dépasse en discographie lyrique, c'est Bonynge avec presque 70 intégrales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diablotin
Mélomaniaque
Diablotin

Nombre de messages : 1030
Age : 52
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 15:59

Otello a écrit:
[(...) Gardelli a plus enregistré que tous ces chefs. Avec ses pas loin de 50 intégrales, il dépasse Karajan de peu mais il le dépasse quand même de 2 ou 3 intégrales. (...)
Karajan, c'est plutôt, au moins, entre 55 et 60 intégrales d'opéras parus chez DGG, EMI, Decca et RCA, selon un décompte rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 16:09

Otello a écrit:
Francesco a écrit:
Non, je pense que Muti savait ce qu'il faisait, y compris dans sa direction des chanteurs (et manifestement Cossotto est tenue ... et bien tenue). Pour moi, il a choisi un Macbeth plastique, symphonique, implacable et, en même temps, fantomatique avec ce son toujours au bord de la disparition. Ce n'est pas une lecture romantique de l’œuvre et du texte, il n'y a pas du "bruit et de la fureur", mais cette approche hiératique est glaçante à mes oreilles. Disons, en résumé, que Muti fait du Kurasawa quand la plupart des autres chefs se tournent vers Orson Welles !  
euh... ben je ne sais pas ce qu'il te faut! Rien que l'attaque du final de l'acte 1 est stupéfiante à ce titre là!

Oui, je suis d'accord avec toi, s'il n'y a pas de bruit et de fureur chez Muti (et chez Kurosawa, par exemple dans "Kagemusha" ou "Ran"), je me demande chez qui il pourrait y en avoir... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 16:19

Ah non, je proteste. Moi je n'entends aucun "bruit" chez Muti. C'est toujours de la musique, même quand elle prend l'allure d'une messe noire.

Sinon, pour Kurosawa je pensais en fait à Macbeth de Welles vs le Château de l'araignée. Plutôt sous le rapport d'un vision brumeuse et gothique contre celui d'un hiératisme fatal.

Sinon, je réécoute Gardelli, c'est beaucoup mieux que dans mon souvenir. Je crois qu'à chaque écoute je revalorise. Et pour le coup Souliotis donne une leçon de phrasé dans le Somnanbulisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 16:29

Karajan (mais sans compter les lives officialisés ultérieurement post mortem par DGG, RCA et Orfeo, ... qui sont superbes mais ne représentent pas des projets d'enregistrements):

Mozart: 6
Beethoven: 1
Wagner: 10
J. Strauss: 2
Lehar: 1
R. Strauss: 4
Humperdinck: 1
Verdi: 10
Puccini: 6
Leoncavallo: 1
Mascagni: 1
Bizet: 2
Moussorgsky: 1
Debussy: 1 (merci Xav Wink )

Et je n'avais pas compté les lives officialisés par la suite pour Gardelli et y en a aussi un sacré paquet!


Dernière édition par Otello le Ven 2 Nov 2018 - 16:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83222
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 16:39

Je pense que tu as omis Pelléas et Mélisande de Debussy. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 17:01

Bon, j'ai la flemme de vérifier ce qui est le vif ou non, mais en valeur absolue (oui, je ne parlais que des opéras), ce qui est disponible sur le marché (ce qui compte pour nous au bout du processus), Gardelli n'est pas le plus enregistré (forcément, vu tout ce qu'on a sorti de Karajan).

Si on en reste aux studios, j'en ai une bonne cinquantaine de David Parry (forcément, comme il a fait quasiment tous les Chandos anglais et beaucoup d'Opera rara, difficile à battre sur le plan du studio) et Barenboim, Mackerras doivent être très bien servis aussi.

Effectivement, Bonynge doit être très, très bien placé. Ce qui n'est que justice. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 18:05

Encore une fois je ne compte que ce qui a relevé du projet d'enregistrement abouti et non pas ce qui relève du live édité post-mortem!

Donc en tête Bonynge suivi de Gardelli lui même suivi de près par Karajan lequel est talonné par Parry (1 intégrale Avie, 22 intégrales Chandos et 22 Opera Rara) et Solti et Serafin ne sont pas loin ...
Non Barenboïm pas tant que ça: 1 Cimarosa, 2 fois la trilogie Da Ponte-Mozart, 1 Beethoven, 10 Wagner, 1 Saint Saens, 1 R. Strauss (16 intégrales)
Un Giuseppe Patane fait plus que lui. Et Mackerras est mieux servi mais moins que Bonynge ou Gardelli.

Je précise que si je n'ai pas compté les lives officialisés pour Karajan, je ne les ai pas comptés non plus pour Gardelli (qui en compte pratiquement autant!)

Tout ça pour dire quoi ? C'est que ce chef dont la direction est très inégale selon les œuvres est à la tête d'une discographie très substantielle (injustement plus que d'autres chefs ...) où trône une vraie réussite: sa première version de Macbeth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomaniaque
Adalbéron

Nombre de messages : 950
Age : 1000
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 18:53

Je ne sais pas si c’est une version composite, car je ne connais que le dernier acte, mais le finale de la partition première existe dans un live dirigé par Böhm en 1970, avec Milnes, Ludwig et Bergonzi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://pezzocapriccioso.wordpress.com
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 2 Nov 2018 - 19:16

Adalbéron a écrit:
Je ne sais pas si c’est une version composite, car je ne connais que le dernier acte, mais le finale de la partition première existe dans un live dirigé par Böhm en 1970, avec Milnes, Ludwig et Bergonzi.
Il existe aussi dans les bonus de la version Muti et dans la version Gardner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
Figaro

Nombre de messages : 873
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 4 Nov 2018 - 12:10

Pour en revenir à la direction de Macbeth, j'aime bien celle de Sinopoli. De plus, il y a la Lady de Zampieri, je sais que beaucoup ont du mal avec elle, mais personnellement je trouve que le rôle lui convient très bien.

Petite précision sur le décompte d'Otello à propos de Barenboim :
Otello a écrit:

Non Barenboïm pas tant que ça: 1 Cimarosa, 2 fois la trilogie Da Ponte-Mozart, 1 Beethoven, 10 Wagner, 1 Saint Saens, 1 R. Strauss (16 intégrales)
Baremboim n'a pas enregistré 2 fois la trilogie Da Ponte-Mozart. Il a effectivement enregistré 2 fois Don Giovanni et les Noces de Figaro, mais il n'a enregistré qu'une seule fois Cosi fan tutte. De plus en studio il a également enregistré du Berlioz chez DGG : Béatrice et Bénédict et la Damnation de Faust (pas vraiment un opéra, mais bon).


Dernière édition par Figaro le Dim 4 Nov 2018 - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 4 Nov 2018 - 13:30

C'est exact! Merci Figaro pour ce léger amendement... ça ne change pas grand chose au nombre d'intégrales dont d'ailleurs les 2/3 sont assez dispensables.

Quant au Macbeth de Sinopoli, c'est vrai que c'est aussi une belle version et que Zampieri y trouve là certainement son meilleur rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 4 Nov 2018 - 14:21

Otello, à propos de Macbeth, sur ODB (qui est en rade, pour changer ...) tu avais annoncé une réédition de la version Schippers, mais je ne vois rien venir pour l'instant (sauf erreur de ma part). Une idée de la date de parution ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 4 Nov 2018 - 14:41

Non malheureusement, je n'ai aucune idée sur la date de réédition!
Et je viens de réaliser, après vérification, qu'ils l'ont mis récemment sur qobuz:
Macbeth Schippers


Dernière édition par Otello le Dim 4 Nov 2018 - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3411
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 4 Nov 2018 - 14:49

Merci. Les prix des versions existantes baissant, ça confirme une réédition de toute manière. Et puis il reste l'option d'acheter le gros coffret Nilsson ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Lun 19 Nov 2018 - 17:47


Giovanni Meoni (Macbeth), Nadja Michael (Lady Macbeth), Fabrizio Beggi (Banco), Giuseppe Valentino Buzza (Macduff), Marco Ciaponi (Malcolm), Valentina Marghinotti (Suivante de Lady Macbeth), Federico Benetti (un Médecin, un Serviteur), Podlasie Opera and Philharmonic Choir, Europa Galante, dir. Fabio Biondi (enreg. 17-21 août 2017 en concert, Teatr Wielki de Varsovie).
CD Glossa GCD 923411. Notice et synopsis trilingues (angl., franç., all.). Livret bilingue (ital., angl.). Distr. Harmonia Mundi.

Commencé ce Macbeth de Biondi, qui vient de sortir.

Je rappelle mon idolâtrie pour la Norma d'Antonini, le Trovatore de Hofstetter, et mon grand intérêt pour les Capuletti de Biondi, pour situer que je ne suis pas précisément un anti-baroqueux ni ennemi des voix légères.

Mais l'intérêt de cette démarche est de raviver les couleurs, voire d'en faire découvrir de neuves, de rendre le drame plus mobile et direct. Or… ce que j'entends un Verdi sur la pointe des pieds, tout malingre – même les chanteurs ressemblent, non à des baroqueux légers mais focalisés, mais à de micro-verdiens un peu à la peine.

J'avais lu beaucoup de bien de Meoni, qui a une très belle voix, comme Beggi… mais dès qu'il faut sortir des aigus, la voix blanchit et se ferme, pousse… Dans Verdi, si on n'a pas un aigu qui claque ou au minimum qui conserve la substance du médium, on est mal parti, tout de même.

Micro-verdiens sauf Nadja Michael, prévisiblement varnaÿsante (elle chante Brünnhilde du Crépuscule ces temps-ci, et était déjà assez massive il y a dix ans…). Ah, rupture belcantiste pour sûr, mais là on est plutôt dans la question : peut-être chanter une seule note à la fois ?

J'ai du mal à me figurer qui a pu avoir l'idée de distribuer une Brünnhilde (et plutôt une Brünnhilde peu gracieuse) dans un enregistrement baroqueux de la version originale de Macbeth, et encore moins quel est le référent artistique qui, en écoutant les répétitions a dit « ok, c'est bon, on publie ». Ce n'est pas infâme de la part de Michael, juste douloureux, la voix est dans un état où elle ne peut plus attaquer avec précision les notes, et encore moins vocaliser, ce qui n'est pas trop grave dans un opéra avec très gros orchestre, mais dans du Verdi encore belcantiste, qui plus est sur instruments d'époque, je ne m'explique pas comment personne n'a dit, à un moment « les gars, on devrait songer à notre plan B qui aurait dû être notre A ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Ven 30 Nov 2018 - 15:43

Comment peut-on sortir une intégrale de Macbeth avec une Lady aussi calamiteuse ? Je sais bien que Verdi voulait une vociaccia, mais là, elle arrive à peine à chanter, elle n'a aucun sens de la mesure et de la justesse, on a l'impression que la voix sort aux forceps et l'expression est tellement outrée qu'on est constamment en pleine caricature, comme au Grand Guignol ; c'est une vraie catastrophe ! Ou Biondi est devenu sourd ou elle est pistonnée par le producteur, je ne vois pas d'autre alternative ; à moins qu'il ne s'agisse d'un tribute à Foster Jenkins...

Macbeth ne casse pas non plus des briques ; la voix est trop claire, c'est chanté de façon très appliquée, mais vraiment sans panache ; il fait Pietà, rispetto, onore, où le malheureux Macbeth est censé être au-delà du désespoir, comme s'il chantait Passe-moi le sel, ma soupe est trop fade. Duras disait qu'il y a des films "que c'est pas la peine" ; là, on a la même chose pour ce CD, complètement inutile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Sam 1 Déc 2018 - 2:13

Stefano P a écrit:
Ou Biondi est devenu sourd ou elle est pistonnée par le producteur, je ne vois pas d'autre alternative ; à moins qu'il ne s'agisse d'un tribute à Foster Jenkins...

Bien sûr, l'entregent n'est jamais à exclure dans le milieu, mais il est tout simplement probable qu'on a voulu chercher une voix « laide », très dramatique, qui tranche avec le reste, fasse peur, et on a donc embauché une grande wagnéro-straussienne (oui, c'est absurde pour qui a simplement l'habitude d'écouter de temps à autre de l'opéra… pourquoi pas embaucher Marco Beasley ou un membre d'I Muvrini pour chanter le gars des montagnes Tonio dans la Fille du Régiment…), qui devait nous clouer sur place.

Évidemment, outre que c'était un très mauvais choix pas du tout adapté à l'instrumentarium ou aux exigences d'un Verdi de cette période (même pour Bal Masqué ou Aida, ça aurait été problématique), pas mal de temps a dû passer entre la signature du contrat et l'enregistrement, et les voix soumises à la pression d'une carrière wagnérienne se dérèglent vite.

Mais oui, je suis d'accord, on se demande comment le chef / le directeur artistique de l'enregistrement / le patron du label n'a pas à un moment sonné l'alarme et dit « on va vraiment publier ça ? ». Outre que ce n'est pas très convaincant, il était évident que ça allait se faire assassiner par la critique… On pouvait assez aisément se figurer que le public susceptible d'acheter un Verdi baroqueux n'aurait pas envie d'entendre une voix avec un vibrato énorme qui peine à se domestiquer…

(Même le reste de la distribution n'est pas fabuleux, vraiment décevant par rapport à ses délicats Capuletti qui n'ont pas forcément été très bien reçus, mais qui étaient d'une cohérence incontestable…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 9 Déc 2018 - 12:49

J'ai également écouté cette version Biondi
Si le propos de départ est intéressant comme à l'accoutumée, il est cependant fort regrettable que ça ne se traduise pas de manière pleinement effective dans cette nouvelle version qui non seulement ne révolutionne pas l'écoute de l'œuvre mais plonge en queue de peloton de la discographie.
La faute en incombe incontestablement à Mme Michael dont on ne comprend pas un instant que Biondi ait pu laisser passer à la postérité une prestation aussi indigne. Quand on pense qu'une certaine critique s'est déversée injustement contre la Lady Macbeth enregistrée chez DECCA au début des années 70 par Elena Souliotis sous la direction de Gardelli, je peux dire haut et fort qu'à côté de Mme Michael, Mme Souliotis est un modèle absolu de chant verdien!
Comment Biondi n'a t'il pas pu entendre que sa Lady Macbeth n'était qu'une avalanche de sons engorgés, gutturaux, aux aigus durs et à la vocalisation improbable (et encore là je suis très gentil!) ? Certes si Verdi ne voulait pas au sens académique du terme une voix séduisante, mais bien plutôt une voix sombre, noire, corsée, rampante, il n'en voulait pas moins une voix sachant chanter et techniquement absolument impeccable pour rendre justice à une écriture encore fortement belcantiste, à plus forte raison dans cette version de l'œuvre retenue par Biondi!
Meoni est un bon Macbeth, il faut le reconnaître mais de là à rivaliser pleinement avec Warren, Fischer Dieskau, Cappuccilli, Milnes, Bruson et même Nucci et Keenlyside, non!
Banquo et Macduff sont tenus avec efficacité mais ne se hissent pas du tout, dans une discographie généreuse et exemplaire (parce qu'il faut tout de même bien dire aussi que la discographie de Macbeth est abondamment servie en versions superlatives! Pour info, La Traviata qui est l'opéra de Verdi le plus enregistré et qui a une discographie 8 fois plus étoffée que celle de Macbeth ne comporte pas proportionnellement autant de versions superlatives!) au niveau, pour le premier, de Ghiaurov, Raimondi et Ramey et, pour le second, de Bergonzi, Pavarotti, Domingo, Carreras et Luchetti.
Les couleurs orchestrales prennent forcément une dimension différente sous la baguette de Biondi mais la direction elle-même du maestro, si passionnante soit-elle, peine à installer un climat comme avaient réussi à le faire Abbado, Muti, Sinopoli et Chailly et même Gardelli, exceptionnellement inspiré dans sa première intégrale de l'œuvre et, plus près de nous Gardner, absolument fantastique dans l'intégrale CHANDOS.
C'est très bien de vouloir continuer à enregistrer des intégrales qui sont des témoignages lyriques de notre temps mais il faut s'en donner les vrais moyens artistiques et avoir une exigence de qualité absolue. Cette exigence aurait dû écarter Mme Michael de ce projet!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stefano P
Mélomaniaque
Stefano P

Nombre de messages : 640
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 9 Déc 2018 - 14:02

Otello a écrit:
C'est très bien de vouloir continuer à enregistrer des intégrales qui sont des témoignages lyriques de notre temps mais il faut s'en donner les vrais moyens artistiques et avoir une exigence de qualité absolue. Cette exigence aurait dû écarter Mme Michael de ce projet!

J'ai écouté aussi et le projet m’intriguait beaucoup, mais c'est vraiment un coup d'épée dans l'eau ! Il y a une fièvre et une tension dans l'orchestre qui captive au début, mais l'interprétation de la Lady fiche tout par terre assez vite, comme je l'ai déjà écrit ici (et je ne voudrais pas donner l'impression de m'acharner, ça m'a déjà valu quelques déboires ailleurs sur le Net), rien n'est en place, mais pour citer un exemple, la façon dont elle termine sa scène du somnambulisme pour esquiver le fameux pianissimo, c'est vraiment une honte, je me demande comment un chef peut laisser passer ça et le graver ensuite dans le marbre (si je puis dire) de l'enregistrement ! Macbeth n'est pas non plus à la hauteur, comme tu le dis, il fait le job proprement, mais ça manque de fièvre, de ferveur verdienne, d'intensité, c'est trop plan-plan. Une version qui se coule elle-même et qu'on oubliera très vite à mon avis...

Je suis très curieux de ce que va faire Chailly à la Scala dans deux ou trois ans, puisque après Giovanna et Attila, c'est Macbeth qui ouvrira la saison pour le 7 décembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 9 Déc 2018 - 14:26

Otello a écrit:
Quand on pense qu'une certaine critique s'est déversée injustement

Prêter oreille à la critique plutôt qu'aux siennes est toujours une grave erreur. Ne serait-ce que parce que, à la fin des fins, ce sont les par les siennes que ça passera ! albino


Citation :
je peux dire haut et fort qu'à côté de Mme Michael, Mme Souliotis est un modèle absolu de chant verdien!

Pourquoi à côté ? Elle chante très bien Souliotis, et particulièrement dans cet enregistrement. Il y a une émission irrégulière de timbre selon les notes et les voyelles, mais c'est plutôt une qualité dans Verdi, ce n'est pas comme si elle chantait des cantilènes de Donizetti, en l'occurrence.


Citation :
Meoni est un bon Macbeth il faut le reconnaître,


Je suis étonné que tu apprécies ce qu'il fait : d'une part la voix est assez claire et petite apparemment (moi j'aime ça, mais toi ?), d'autre part un baryton-Verdi dont la voix se crispe et sonne ouverte et grêle dès le mi, c'est quand même un problème, même moi je le reconnais.


Hé bien, j'en suis baba comme dirait Adalbéron, je suis assez exactement de ton avis (comment ne pas avoir anticipé, et ensuite comment avoir laissé passer une intégrale officielle à tous les stades de production, sans que personne ne voit en quoi Nadja Michael, par ailleurs une grande chanteuse, ce n'est pas en question, posait un problème considérable, rédhibitoire même, à l'esprit du projet comme au simple fait de proposer un disque écoutable). Et jusque dans tes références, assez d'accord sur les affaires de climats, assez pâles ici et très réussis chez ceux que tu cites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7028
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 9 Déc 2018 - 16:09

Content de voir qu'on est d'accord mon cher David! Petite requête: arrête d'isoler des petits bouts de mes phrases hors de leur ensemble, ensemble qui donne la réponse à ta réaction au ptit bout de phrase isolé en question ...
Et puis ne pas verser dans le pinaillage lexical: à côté de voulait dire en comparaison de et j'ai comparé Michael à Souliotis au regard de ce qui s'était dit dans le passé (et que certains ici même persistent à dire) sur sa Lady Macbeth. Et je ne peux pas être soupçonné de dézinguer Mme Souliotis que je défends chaque fois que je le peux!
Crois-moi, c'est bien de laisser le ptit bout de phrase dans son contexte! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 86794
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   Dim 9 Déc 2018 - 16:28

Otello a écrit:
Petite requête: arrête d'isoler des petits bouts de mes phrases hors de leur ensemble, ensemble qui donne la réponse à ta réaction au ptit bout de phrase isolé en question ...

Sérieusement ? scratch

ll y a l'original juste au-dessus, j'isole ce à quoi je réagis, sans chercher à déformer ton propos, si chacun exige d'être cité de telle ou telle façon, ça va pas être commode de parler…

Ta phrase ne répondait pas à ma question : je sais que tu aimes Souliotis, et je me demandais pourquoi tu la comparais à N. Michael pour les faire des compliments. Dans l'absolu, c'est déjà superlatif (on s'attendrait à ce type de formulation comparative plutôt dans une phrase du genre « à côté Siegmund Nimsgern c'est Renato Bruson »).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Verdi-Macbeth   

Revenir en haut Aller en bas
 
Verdi-Macbeth
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Les Opéras de Verdi en Cd
» Verdi - Il Trovatore
» Opéra de Paris - Verdi Rigoletto - Octobre 2008
» Oberto,conte di San Bonifaccio (Verdi)
» Verdi : Aïda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: