Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Georges Auric (1899-1983)

Aller en bas 
AuteurMessage
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Georges Auric (1899-1983)   Jeu 26 Mar 2009 - 22:36

Je ne comprends pas... il n'y a pas de fil sur Georges Auric ? scratch

Je n'ai rien à dire sur lui, mais bon j'ouvre.

Je déteste cordialement la musique pour la Belle et la Bête, mais je découvre à l'instant la sonate en Fa, et ça me plaît bien plus. Le livret dit qu'il a cherché dans cette sonate "quelque chose de différent, de plus tendre, d'expressif, de dramatique", ayant renié dès 1921 les principes esthétiques du groupe des Six.
J'aime bien les premiers mouvements, par contre le troisième ("très lent") me semble complètement loupé, c'est dommage. Disons qu'il s'aventure dans des recherches harmoniques où n'a pas grand-chose d'intéressant à exprimer (ça date de 1931).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82888
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Jeu 26 Mar 2009 - 22:44

jerome a écrit:
Je ne comprends pas... il n'y a pas de fil sur Georges Auric ? scratch

En fait si, mais à propos de musique de film: http://classik.forumactif.com/musique-de-film-f3/georges-auric-t2059.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Ven 27 Mar 2009 - 17:24

Chez Auric, il y a des choses tout à fait faibles, mais aussi quelques bijoux... En particulier ses mélodies. Il faut absolument connaître Quatre Chansons de la France malheureuse et la mise en musique de la Rose et le Réséda.
J'en avais fait en son temps une présentation, j'avais été très marqué par cette mise en musique alors même qu'Aragon n'est pas le lieu où se loge admirablement mon admiration :
http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2008/04/21/925 .

Je propose une interprétation intéressante, mais difficile à trouver (et coupée avec du Poulenc (et du Honegger), donc pas idéal pour se faire la meilleur idée d'Auric.

Donc on peut aussi se tourner vers la monographie Timpani :
.
Beaufort et Jacquon sont à leur habitude remarquables, et Defontaine n'est pas mal non plus.


Sur le plan instrumental, tout n'est pas aussi inspiré, c'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Sam 4 Avr 2009 - 23:22

J'écoutais à l'instant le Phèdre paru chez Timpani avec le philarmonique du Luxembourg sous la direction de Tamayo, qui avaient déjà enregistré il y a quelques années une version complète remarquée de Cydalise et le Chèvrepied.
Je me rends compte que je ne connaissais jusqu'alors qu'une suite enregistrée par Tzipine (republiée par les Introuvables EMI avec d'autres raretés du groupe des six et du Roussel) qui durait 19 minutes alors que le ballet en fait plus de 40. Et la musique est d'une grande qualité, très inspirée, dans une orchestration étonnante (par rapport aux ensembles généralement plus petits que fréquentait Auric dans sa musique de cinéma). Le ballet est d'ailleurs toujours au répertoire de l'opéra, et avec raison, la musique est vraiment très au-dessus de tout ce que j'ai entendu d'Auric en musique d'orchestre. On pense par endroits à certaines musiques soviétiques, Popov, Nikolayev, une grande réussite que la suite d'orchestre ampute de ses meilleurs passages.
Le disque est complété par Le Peintre et son modèle, court ballet des années 40 sur un argument -cruel- de Kochno. Pas mal non plus même si ça n'a pas la grandeur et le développement de Phèdre. Plus proche musicalement du monde de Ferroud ou de Françaix, l'humour en moins.
L'ensemble montre qu'on a tort de considérer Auric comme un bricoleur de kermesse, c'est très écrit, avec une tension dramatique constante.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 1:34


Phèdre, ballet
Arturo Tamayo / Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Luxembourg, II.2005
Timpani


Écouté totalement par hasard - et une sacrée découverte! Cette musique est tout à fait à l’opposé de l’idée que je me faisais d’Auric (une sorte de sous-Poulenc, pas mal dans une veine populaire plaisante mais fruste.)

On est en fait ici aussi éloigné que possible du néoclassicisme cocteauisant auquel je m’attendais: l’œuvre est ambitieuse, pas dénuée d’une certaine grandiloquence; la musique, très ample mais constamment animée, à l’orchestration opulente, ferait en fait davantage penser aux meilleurs moments de Schmitt, voire à un certain postromantisme soviétique, façon Popov (je m’aperçois au moment de poster ceci que le contributeur précédent - sud? - avait fait le même rapprochement; au demeurant, ce n’est finalement pas si étonnant quand on sait qu’Auric avait été un peu le compositeur officiel du PCF.) Il y a là dedans une remarquable efficacité dramatique, au prix parfois d’un peu de pompiérisme cuivré, mais ça avance de manière très persuasive, et les moments les plus tragiques sont d’une très grande intensité musicale (en particulier les dernières scènes, Désespoir et fureur de Thésée et Mort de Phèdre) - et la Danse funèbre est vraiment marquante, avec le traitement de son thème quasi-mahlérien de marche funèbre, harmoniquement disloquée et rythmiquement très prégnante.

Je ne sais pas si ce ballet est un hapax dans l’œuvre d’Auric ou s’il y a d’autres partitions de la même veine, mais c’est vraiment remarquable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claudeyaacov
Mélomane averti


Nombre de messages : 123
Age : 72
Date d'inscription : 14/03/2012

MessageSujet: Georges Auric pendant l'occupation   Lun 7 Jan 2019 - 11:51

Georges Auric (1899-1983)

Pendant l'Occupation, tout un groupe comprenant musiciens, écrivains, cinéastes s'était formé autour de la notion de «Résistance» donnant naissance à quelques œuvres majeures.
Les fondateurs du groupe "musique" se réunissent grâce à l'action de musiciens membres du PCF.
Désormière, Barraine et Durey font paraître, en septembre 1941, un manifeste dans une revue clandestine "L'Université libre", refusant formellement le principe de collaboration.
Ce texte a probablement été rédigé par Delvincourt. Ils font ensuite paraître à partir de avril 1942, une revue clandestine "Musiciens d'aujourd'hui".
Parmi les Musiciens, on comptait Roger Désormière, Manuel Rosenthal, Charles Munch, Paul Paray (chefs d'orchestre et compositeurs), Elsa Barraine (pseudo: Catherine Bonnard ou Triolet),
Louis Durey, Francis Poulenc, Georges Auric, 3 membres du Groupe des Six, (Honegger est exclu, Tailleferre et Milhaud sont en exil),
Henri Dutilleux, Claude Delvincourt, Alexis Roland-Manuel (compositeurs), Irène Joachim (cantatrice) et quelques rares autres.
Leurs actions "bien que modérées" n'empêcheront pas l'exclusion des professeurs et les élèves juifs du Conservatoire, exécutée avec zèle par sa direction,
avant même que les forces d'occupations allemandes n'en fasse expressément la demande.

Pendant la période 1940-44 il a composé :

Pour le Concert
•1940, 3 Impromptus pour piano
•1940-1941, 6 poèmes, textes de Paul Éluard
•1940, 3 poèmes, textes de Louise de Vilmorin
•1940, 3 poèmes, textes de Léon Paul Fargue
•1941, 5 chansons françaises, pour chœur à 4 voix mixtes (dédiées à Nadia Boulanger)
•1941, 9 pièces brèves pour piano
•1943, 4 chants de la France malheureuse, textes de Louis Aragon, Paul Éluard, Jean Supervielle, pour mezzo soprano, piano ou orchestre

Pour le Cinéma
•1940 :De la ferraille à l'acier victorieux
•1942 :Opéra-Musette de René Lefèvre et Claude Renoir aîné
•1942 :Macao, l'enfer du jeu de Jean Delannoy
•1942 :L'assassin a peur la nuit de Jean Delannoy
•1942 :Monsieur La Souris de Raymond Leboursier
•1942 :Les Petits Riens de Raymond Leboursier
•1942 :La Belle aventure
•1943 :L'Éternel Retour de Jean Cocteau & Jean Delannoy
•1944 :Le Bossu de Jean Delannoy

Le CD Mélodies (La Mélodie Française, volume 11) (montré par DavidLeMarrec)
Timpani 1C1156
Sonia de Beaufort, mezzo-soprano
Martial Defontaine, ténor
Alain Jacquon, piano
Enregistré à la Villa Louvigny (Luxembourg) en octobre 1998

Autre photo du CD


Il inclus entre autres
- Six Poèmes de Paul Éluard (1940-1941)
- Quatre chants de la France malheureuse (1943)  (Poèmes de Paul Éluard, Jules Supervielle, Louis Aragon)
- Trois Poèmes de Max Jacob (mort en déportation au camp de Terezin en Tchécoslovaquie en 1945) (1945-1946)
- Trois Poèmes de Louise De Vilmorin (1940)



Auric a vécu un temps dans la clandestinité chez la comtesse Lily Pastré au château de Montredon (Aix-En-Provence).
Ici avec les musiciennes Youra Guller et Clara Haskil

Claude Torres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musiques-regenerees.fr/
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6384
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 17:06

Benedictus a écrit:

Je ne sais pas si ce ballet est un hapax dans l’œuvre d’Auric ou s’il y a d’autres partitions de la même veine, mais c’est vraiment remarquable.


Phèdre est une oeuvre que j'adore et que je garde sur ma liste depuis longtemps ! Une sacrée oeuvre en effet, ça me remplit de joie de te lire la défendre ! Very Happy Maintenant, évidemment, j'avais cherché à l'époque d'autres oeuvres du même calibre, et j'ai bien peur que non... pour répondre à ta question. De mémoire, je suis même assez peu séduit par toutes ses autres compositions. Il n'y a que Phèdre. Enfin, je vais m'y replonger, ça m'a donné envi, et suivre ce fil des fois que tu trouves quelque chose avant moi !

Je te conseillerais bien d'aller vers Markevitch, ceci dit. Il me semble, de mémoire encore (je n'ai plus écouté Phèdre depuis un moment), que ça tourne autour des mêmes sensations en plus ascétique et moins grandiloquent (et avec quelle maîtrise !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 970
Age : 42
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 18:03

Rav-phaël! Il y a bien longtemps qu'on ne t'a pas lu cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 18:26

Rav-phaël a écrit:
Je te conseillerais bien d'aller vers Markevitch, ceci dit. Il me semble, de mémoire encore (je n'ai plus écouté Phèdre depuis un moment), que ça tourne autour des mêmes sensations en plus ascétique et moins grandiloquent (et avec quelle maîtrise !).
Miam! C'est bien noté! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6384
Age : 25
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 18:37

coucou Eusèbe !

Benedictus a écrit:

Miam! C'est bien noté! bounce


La merveille, à mes yeux : Icare ! Wink Je parlais de ma liste ; une oeuvre qui ne cesse de grimper dans mon estime !

Si non, j'imagine que tu as songé à jeter une oreille sur Le Peintre et son Modèle qui complète le CD. Ça fait un peu redite, après Phèdre, et ce n'est pas du tout aussi évident, ni remarquable. Ça reste tout de même sympa. Personnelement je comprends moins, et m'y ennuie vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Lun 7 Jan 2019 - 19:07

Rav-phaël a écrit:
Si non, j'imagine que tu as songé à jeter une oreille sur Le Peintre et son Modèle qui complète le CD. Ça fait un peu redite, après Phèdre, et ce n'est pas du tout aussi évident, ni remarquable. Ça reste tout de même sympa. Personnelement je comprends moins, et m'y ennuie vite.
Non, pas encore écouté, mais je vais essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Ven 11 Jan 2019 - 23:51


Les Fâcheux. La Pastorale
Christoph Poppen / Deutsche Radio Philharmonie Saarbrücken Kaiserslautern
Sarrebruck, III-IV.2009
Hänssler


Là, en revanche, on verse clairement du côté de l’esthétique «Groupe des Six» (les ballets sont de 1924 et 1926) - ça sonne vraiment comme du Poulenc (l’orchestration est plus colorée mais aussi plus épaisse): une musique tout à fait en phase avec l’esthétique Cocteau.

On a les ingrédients habituels: beaucoup de ritournelles canailles, un peu de danses pseudo-classiques, pas mal de Pétrouchka simplifié; un langage globalement diatonique mais relevé tout au long de dissonances bénignes, d’harmonies déceptives, d’effets de polytonalité (mais sans que ça fasse langage comme chez Milhaud); des rythmes la plupart du temps assez trépidants (ça sautille et ça claudique beaucoup); pas mal de fanfares un peu cabossées avec caisse claire, de bois persifleurs, avec ponctuation ironique au piano, quelques solos violon crincrin et de trompette égosillée cum granum salis. Et puis, ça a un peu cet inconvénient inhérent à beaucoup de musiques de ballet: ça fait vraiment succession de courts épisodes, sans vraie poussée d’ensemble, mais sans grands contrastes de climats. Ce n’est pas mauvais, mais c’est le genre de musique qui a vite tendance à m’impatienter.

Belle interprétation: orchestre très lisible, avec des couleurs et des textures bien francs, direction cursive et animée, avec un bel élan et un vrai sens du rebond (c’est Poppen, quoi - même si on ne l’attendait pas forcément dans ce répertoire, il y est vraiment très bien.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Sam 12 Jan 2019 - 1:58

Il existe possiblement des choses occultées qui attendent d'être remises sur le métier, et dans un style différent, mais chez Auric, pas beaucoup de choses, pour ma part, qui dépassent le Poulenc un peu moyen. (Effectivement, ces ballets, c'est un peu du sous-Petrouchka et du sous-Animaux modèles…)

Pour moi, son chef-d'œuvre, quoique bref, c'est sa mélodie La Rose et le Réséda (le reste du cycle est sympa, quoique inférieur), qui s'articule extraordinairement à la structure du poème, et tellement entraînante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Sam 12 Jan 2019 - 2:09

Ah, oui, magnifique. (Et puis, pour des «raisons familiales», le poème d'Aragon m'émeut aux larmes chaque fois que je le lis ou que je l'entends - même là, rien que d'y faire référence...)

Mais tu as essayé Phèdre (cf. supra)? C'est vraiment singulier, ambitieux, et ça marche formidablement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 86177
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Sam 12 Jan 2019 - 2:11

Je crois, oui. Plus sombre et ambitieux, mais du contrepoint un peu impavide, ça ne m'avait pas touché. Je vais retenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6986
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   Sam 12 Jan 2019 - 2:13

Oui, retente, parce que (en particulier les trois passages que je cite), ce n'est vraiment pas du «contrepoint un peu impavide.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Georges Auric (1899-1983)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Georges Auric (1899-1983)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georges Auric (1899-1983)
» Georges Auric
» Ernest Chausson (1855-1899)
» Georges Prêtre, chef d'orchestre - dcd 04.01.17
» Georges Delerue (1925-1992)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: