Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 [jazz] Miles Davis

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 20 Sep 2014 - 0:16

Alifie a écrit:
Monk jouait aussi du piano debout !

je n'ai jamais dit le contraire  Wink  


Alifie a écrit:
Quant à Miles jouant dos au public, il s'en est expliqué : c'était pour mieux diriger ses ouailles.

tout à fait, ce qui n'a pas empéché certains de lui faire un procès pour crime de lèse majestés, les clients étant rois comme chacun sait, cette attitude étant prise par certains spectateurs et critiques comme la plus haute marque de dédain à leur égard. On l’a décrit hautain, froid et méprisant, tout le contraire de ce que disent ceux qui ont joué avec lui.
Pour avoir vu Miles Davis sur scène plusieurs fois, je peux t'assurer que ce type était pétri d’humanité (la seule écoute attentive de sa musique suffit d’ailleurs à convaincre à ce sujet), un jour, à Salon de Provence ou à Nîmes, je ne sais plus, il y avait un spectateur en fauteuil roulant au premier rang, vers le milieu de sa prestation, Miles est allé vers lui tout en jouant, s’est accroupi devant lui, et à joué ainsi, physiquement à son niveau, face à face, pour lui seul, pendant de nombreuses minutes…frissons à ce souvenir. drunken
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyVen 3 Oct 2014 - 19:04

GET UP WITH IT - MILES DAVIS

[jazz] Miles Davis - Page 3 51KxbpiqH2L._SX425_PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__

Ce disque un peu fourre-tout de la période dite « électrique » de Miles Davis (thèmes enregistrés entre le printemps 1970 et l’été 1974) s’il n’est pas le plus connu de cette époque, est pour moi le meilleur, essentiellement pour la longue première plage du cd 1 : « He Loved Him Madly », 30mn 30 d’hommage à Duke Ellington qui venait de disparaître, (je crois d’ailleurs que l’album devait s’appeler « For Duke »,  je pense même que les premiers vinyles ont du sortir sous ce titre, car c’est celui qui est repris sur l’édition de 1982 du bouquin « Jazz » d’André Francis).
C’est morbide, noir, désespéré à souhait, et en matière de sombritude, je m’y connais, foi de darkmagus !   vador   Pour les non initiés, prêtez bien l’oreille, sur ce titre Miles Davis n’apparaît que vers le milieu du thème, et en plus à la trompette électrifiée, ( comme dans la plupart des plages).
Pour le reste, il y a de l’excellent (« Maiysha », « Calypso Frelimo », et ces deux verrues sur le (pied de) nez que sont « Rated X », thème proche de ce qu’aurait pu composer un John Cage ou un Pierre Henry, nonobstant le tapis rythmique, et « Red China Blues », totalement incongru par sa joyeuseté et son insouciance dans ce contexte globalement sombre), du très bon (« Mtume » et « Billy Preston »), et du dispensable (« Honky Tonk ») enregistré entre 2 et 4 ans avant les autres titres, avec un jeu, un phrasé, un style plus ancien, à la trompette acoustique, et ça dépare trop dans le contexte global du disque.
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyMer 26 Nov 2014 - 20:40

Quel plaisir de te lire Dark.
Je l'avais déjà écris, je crois, ce "Get Up With It" est également mon préféré de la période électrique de Miles.
Par rapport aux autres albums de la période, il est vrai que la playlist de ce double est originale. Ça sortait un peu du côté "concept" des entêtants "On the corner" et "Bitches Brew" ou du planant "In a silent way".
Un OVNI qui conclut bien cette période.
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Nov 2014 - 17:16

Thelonious a écrit:
Quel plaisir de te lire Dark.

  [jazz] Miles Davis - Page 3 3641590030      idem Thel.

Thelonious a écrit:
Je l'avais déjà écris, je crois, ce "Get Up With It" est également mon préféré de la période électrique de Miles.

  Oui, je me souviens de ça, je l’ai relu il y a peu en parcourant le forum.  thumright

Thelonious a écrit:
Un OVNI qui conclut bien cette période.

si OVNI il y a , ça pourrait bien aussi convenir à "On the Corner", unique dans la production de Miles Davis  Wink , quant à cette période, celle d'avant le silence de presque six ans, elle est définitivement conclue par les excellents live japonnais "Agharta" et "Pangaea"    drunken
Revenir en haut Aller en bas
Mario Ouellette
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 82
Localisation : Laval
Date d'inscription : 11/02/2012

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyVen 12 Déc 2014 - 23:30

Thelonious a écrit:
Quel plaisir de te lire Dark.
Je l'avais déjà écris, je crois, ce "Get Up With It" est également mon préféré de la période électrique de Miles.
Par rapport aux autres albums de la période, il est vrai que la playlist de ce double est originale. Ça sortait un peu du côté "concept" des entêtants "On the corner" et "Bitches Brew" ou du planant "In a silent way".
Un OVNI qui conclut bien cette période.

C'est également mon préféré en studio, sans omettre Kind of Blues et autres.

J'ai vu John McLaughlin joué une partie de M'tume à l'Outremont à Montréal. C'était profond et ça nous plongeait dans une ambiance quasi angoissante. Je souligne sa prestation (avec Cobahm) sur Tribute to Jack Johnson, et Live Evil.

Sur You Tube, une performance très inspirée à Isle of Wight en 1970, pour ceux qui aiment le "jazz-rock". Déjà parue sur vinyle mais avec d'autres participants à ce festival (Winter, Hendrix, Ten Years After, Cactus, etc.). À mon avis, tous les albums produits par Teo Macero sont à considérer.
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyDim 17 Mai 2015 - 0:24

Mario Ouellette a écrit:
Sur You Tube, une performance très inspirée à Isle of Wight en 1970, pour ceux qui aiment le "jazz-rock".  Déjà parue sur vinyle mais avec d'autres participants à ce festival (Winter, Hendrix, Ten Years After, Cactus, etc.).  À mon avis, tous les albums produits par Teo Macero sont à considérer.
Ah oui Miles sur l’île de Wight je recommande ! A propos… vu à la FNAC cet aprèm’ : un laïve à San Francisco de la même année, issu d’un enregistrement radiophonique si j’ai bien compris.
Revenir en haut Aller en bas
Alifie
Googlemaniac
Alifie

Nombre de messages : 15878
Date d'inscription : 29/01/2012

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyDim 29 Nov 2015 - 12:14

trouvé sur le tube, grâce à darkmagus, le docu de Bill Cayton sur Jack Johnson avec la musique de Miles  : /watch?v=IWHpEUelQzs Smile
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 19 Déc 2015 - 22:36

[jazz] Miles Davis - Page 3 R-472686-1252005128.jpeg
MILESTONES


Cannonball Adderley (saxophone alto), Paul Chambers (contrebasse), John Coltrane (saxophone ténor), Miles Davis (trompette), Red Garland (piano), Philly Joe Jones (batterie)

1/ Dr. Jekyll (5:50)
2/ Sid's Ahead Davis (13:02)
3/ Two Bass Hit (5:14)
4/ Milestones (5:46)
5/ Billy Boy (7:14)
6/ Straight, No Chaser (10:40)

Et si c’était celui-là le meilleur disque de Miles Davis (c’était en tout cas l’avis de Tony Williams, le batteur de son deuxième quintette)

D’abord pour « Sid’s Ahead », un des plus beaux solos de Miles, mais aussi pour cette petite friandise sur « Miles» dès le début du thème, puis (et surtout) à nouveau à la fin du morceau, à 4 :44 : Miles Davis joue d’abord les notes staccato, puis dans sa deuxième phrase, il reprend les mêmes notes à peu de choses près, mais en les étirant au-delà de la mesure, en les faisant tomber de plus en plus loin du temps, ce qui produit un effet de flottement, voire d’incertitude, et c’est cette impression d’incertitude, d’hésitation, d’équilibre aléatoire, d’inquiétude permanente, d'urgence dans la sérénité que j’aime par-dessus tout chez Miles Davis, et que l’on retrouve au hasard de ses solos toutes époques confondues, même si le procédé n’est pas toujours le même que dans ce titre.


Dernière édition par darkmagus le Ven 16 Déc 2016 - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alifie
Googlemaniac
Alifie

Nombre de messages : 15878
Date d'inscription : 29/01/2012

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 12 Mar 2016 - 8:52



La bande-annonce laisse augurer un film bien plus sympathique que ceux, à venir aussi cette année, sur Chet Baker et Nina Simone, l'acteur-réalisateur Don Cheadle, qui a porté le projet pendant une dizaine d'années avec l'aide de Vince Wilburn, le neveu de Miles, ayant choisi, plutôt que de faire un (assommant, ceux sur Chet et Nina Simone ont l'air gratinés dans le genre) biopic de plus *, d'inventer comme fil conducteur une fiction, comme cela se pratique couramment dans le roman, mais bien peu au cinéma, autour du personnage de Miles Davis, une sombre histoire de bande magnétique volée à l'époque de la retraite de Miles et des enregistrements avec Larry Coryell postés il y a peu sur la playlist jazz. A confirmer donc, la sortie du film est programmée pour début avril aux Etats-Unis.

* je précise, à l'attention de mon excellent compère darkmagus, que je ne considère pas le Bird de Clint Eastwood comme un biopic, ne serait-ce (outre le fait qu'il est l'oeuvre d'un vrai cinéaste) que parce qu'il est adapté d'une bio extrêmement romancée, le Bird Lives de Ross Russell (idem pour Autour de Minuit de Tavernier)
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyJeu 15 Déc 2016 - 20:47

Shocked j'écoute pour la deuxième fois aujourd'hui "Konda", (1970) de l'album "Direction"

Comment ai-je pu oublier « Konda » dans mes solos cultes. scratch

Cette longue mélopée lugubre de près d'un quart d'heure, presque toute en solo davisien, opère chez moi une fascination envoutante, et colle parfaitement à ce que je disais plus haut : impression d’incertitude, d’hésitation, d’équilibre aléatoire, d’inquiétude permanente. Magique !

du grand Miles [jazz] Miles Davis - Page 3 173236763


[jazz] Miles Davis - Page 3 R-1760959-1293653166.jpeg
DIRECTIONS - MILES DAVIS

divers enregistrements et formations entre 1960 et 1970.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19338
Date d'inscription : 22/01/2010

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyJeu 15 Déc 2016 - 20:56

Le morceau-titre est de Zawinul, c'est ça ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyVen 16 Déc 2016 - 0:02

arnaud bellemontagne a écrit:
Le morceau-titre est de Zawinul, c'est ça ? bounce

oui, les deux titres éponymes, "Directions" I et II sont signés Zawinul.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19338
Date d'inscription : 22/01/2010

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyVen 16 Déc 2016 - 20:59

Faudra que je me refasse cette anthologie avec en parallèle celle de Circle in the Round. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Alifie
Googlemaniac
Alifie

Nombre de messages : 15878
Date d'inscription : 29/01/2012

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyVen 16 Déc 2016 - 21:55

C'est, tout comme Circle in the Round, une anthologie à posteriori, puisque, lorsque ces 2 doubles LP sont parus à la fin des années 70, tous ces titres étaient alors des inédits, provenant de différentes séances Columbia (dans la série, tu peux rajouter l'album Water Babies, paru lui quelques années plus tôt). Wink

www.discogs.com/fr/Miles-Davis-Directions-Unreleased-Recordings-1960-1970/release/878212
www.discogs.com/fr/Miles-Davis-Circle-In-The-Round/release/2092134
www.discogs.com/fr/Miles-Davis-Water-Babies/release/66846


Quant à Directions, après l'avoir enregistré en studio, Miles a quasiment ouvert tous ses concerts pendant 2 ans avec ce titre, cf. www.plosin.com/MilesAhead/DiscoDetails.aspx?t=Directions

... comme ici par ex. : /watch?v=xYjINJ8QCgg (quel quintet aussi que celui-là !)
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyLun 24 Déc 2018 - 17:55

Dans le fil "jazz-rock":

arnaud bellemontagne a écrit:
On continue dans la catégorie chef d'œuvre :

Miles Davis : Filles de Kilimandjaro (68)

[jazz] Miles Davis - Page 3 Miles_Davis-Filles_de_Kilimanjaro_%28album_cover%29


A part Mademoiselle Mabry que je trouve un poil trop étendu, c'est du 5 étoiles à tous les étages.
La musicalité insolente de Tony Williams n'y est sans doute pas pour rien (sa science inouïe des dynamiques et de la ponctuation sur Tout de suite  affraid  ).

Un album que je n'ai à recommander à personne vu que tout le monde le connaît.  bounce

Thelonious a écrit:
Citation :
A part Mademoiselle Mabry que je trouve un poil trop étendu, c'est du 5 étoiles à tous les étages.

C'est vrai, tu ne l'aimes pas? affraid
En effet, il traine un peu, mais personnellement, je le trouve irrésistible et marquant.

arnaud bellemontagne a écrit:
Je ne le déteste pas mais je le trouve moins substantiel que le morceau-titre, Tout de suite ou Petits machins.

D'ailleurs c'est un dégagement sur The Wind Cries Mary de Hendrix, c'est ça?



Moi c’est « Filles de Kilimanjaro » mon thème fétiche sur ce disque, petit thème lancinant, avec ces tranquilles circonvolutions, ces petits retours en arrière, comme si Miles  musardait en chemin, et puis il y a cette coda à 9 :45 puis à partir de 10 :50 qui me fait toujours fondre, tout le Miles que j’aime est là.

Mais quant à classer ce disque, ainsi que Miles in the Sky en catégorie « jazz-rock », j’avoue que j’ai du mal, pour moi le jazz-rock chez Miles commence avec « In A Silent Way ».


Dernière édition par darkmagus le Lun 24 Déc 2018 - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyLun 24 Déc 2018 - 19:04

[jazz] Miles Davis - Page 3 R-68031-1445625073-1573.jpeg

Bass – Ron Carter
Drums – Tony Williams
Piano – Herbie Hancock
Tenor Saxophone – Wayne Shorter
Trumpet – Miles Davis



Et là c’est « Nefertiti » le morceau titre qui est mon thème favori, sur une mélodie simple répétée ad vitam aeternam par Shorter et Davis, avec uniquement de légères modifications mélodiques et des petits effets de décalage, le développement étant laissé à la structure rythmique, les rôles accompagnateurs/solistes s’en trouvent inversés. Et puis la fin survient, toute simple, sans emphase, brusquement mais tout en délicatesse.

Avant que les derniers thèmes nous offrent une musique plus tonique mais tout autant mystérieuse, le deuxième titre, « Fall », accentue encore l’atmosphère brumeuse de Nefertiti. Le disque le plus abstrait de Miles Davis.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19338
Date d'inscription : 22/01/2010

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyLun 24 Déc 2018 - 23:36

Oui, un disque étrange pas forcément facile d'accès, mais absolument passionnant de bout en bout.

------

@Filles de Kilimandjaro : le morceau-titre est également mon préféré de l'album avec se rythme chaloupé à la fois si entêtant et si souple..Tony encore une fois y prodigue des merveilles de musicalité.

Le statut de l'album est en effet ambigu, à l'image du jeu en trinaire* de Tony Williams. Pas encore du jazz-rock stricto-sensu, mais l'introduction du Rhodes et de la basse électrique marquent un pas de côté significatif par rapport aux us et coutumes des canons du jazz.




* à style non répertorié, taxinomie non répertoriée alien
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyMar 25 Déc 2018 - 11:42

arnaud bellemontagne a écrit:
 Oui, un disque étrange pas forcément facile d'accès, mais absolument passionnant de bout en bout.

Oui, un disque austère qui demande plusieurs écoutes pour se l'approprier.


arnaud bellemontagne a écrit:
 @Filles de Kilimandjaro : le morceau-titre est également mon préféré de l'album avec se rythme chaloupé à la fois si entêtant et si souple..Tony encore une fois y prodigue des merveilles de musicalité.

Le statut de l'album est en effet ambigu, à l'image du jeu en trinaire* de Tony Williams. Pas encore du jazz-rock stricto-sensu, mais l'introduction du Rhodes et de la basse électrique marquent un pas de côté significatif par rapport aux us et coutumes des canons du jazz.

Oui, la transition s’est faite en douceur, dès « Miles in the Sky » et l’apport de la guitare de Georges Benson en plus du piano électrique, (mais c’est toujours la basse acoustique qui est en place sur "Filles de Kilimanjaro") mais à l’oreille on est encore pour moi dans le climat du deuxième quintette, ça change radicalement avec l’arrivée de McLaughlin et Zawinul dans « In a Silent Way »  


arnaud bellemontagne a écrit:
 * à style non répertorié, taxinomie non répertoriée alien

hehe
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9079
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyMar 25 Déc 2018 - 16:21

darkmagus a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
 Oui, un disque étrange pas forcément facile d'accès, mais absolument passionnant de bout en bout.
Oui, un disque austère qui demande plusieurs écoutes pour se l'approprier.
Oui, enfin, «austère», «pas facile d'accès» et «passionnant de bout en bout» pour du Miles Davis. Mais en effet, c'est un de ses disques que j'aime bien.
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 14:01

Benedictus a écrit:
darkmagus a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
 Oui, un disque étrange pas forcément facile d'accès, mais absolument passionnant de bout en bout.
Oui, un disque austère qui demande plusieurs écoutes pour se l'approprier.
Oui, enfin, «austère», «pas facile d'accès» et «passionnant de bout en bout» pour du Miles Davis. Mais en effet, c'est un de ses disques que j'aime bien.

Je ne comprends pas bien. Tu n'aimes pas Miles en général mais celui-ci fait partie de ceux que tu apprécies?
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9079
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 14:37

Tu as bien compris. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 14:58

Benedictus a écrit:
Tu as bien compris. Mr.Red

Ok Very Happy .

Quels sont les autres disques de Davis que tu apprécies?

Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9079
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 16:02

Pour être tout à fait honnête, il n’y a finalement pas tellement d’albums de Miles Davis (du moins de ceux qu’on considère d’ordinaire comme ses «grands» albums) que je n’aime vraiment pas (à part peut-être Bitches Brew) - pour la bonne raison qu’il a toujours eu un flair assez infaillible pour repérer et faire travailler les meilleurs musiciens à leur meilleur moment.

Sauf que… sauf que, justement, je préfère toujours ce que font ses sidemen sans lui: Lee Konitz et Gerry Mulligan ont fait largement mieux que Birth of the Cool; Out of the Cool et The Individualism of Gil Evans sont mille fois meilleurs que Sketches of Spain ou Porgy and Bess; j’aime beaucoup Nefertiti ou Sorcerer, mais je préfère Speak No Evil, Maiden Voyage ou Life Time; même Kind of Blue, d’accord, c’est génial, mais je ne vois pas trop en quoi ce serait mieux que Know What I Mean?, Sunday at the Village Vanguard ou My Favorite Things. Et puis, quant à la période fusion, franchement, tous les albums de Davis me paraissent inférieurs voire très inférieurs à tous les premiers Weather Report, aux Mwandishi / Head Hunters de Hancock, aux live du Mahavishnu Orchestra.

En fait, j’ai toujours l’impression que Miles Davis tire les marrons du feu et qu’il le fait toujours en tirant la couverture à lui : dans tous ces albums, on entend bien les trouvailles de Gil Evans, de Bill Evans ou de Coltane, de Hancock / Shorter / Williams (parce qu’on est bien d’accord: ce n’est jamais lui qui invente vraiment un style, un langage); mais toujours d’une manière moins âpre, plus facile - c’est toujours plus mélodique, avec ces dégagements pour de jolis solos de trompette langoureux ou virtuoses. Ça va faire puriste aigri, mais n’empêche: je trouve qu’avec Miles Davis, ça sonne toujours un peu plus commercial que quand il n’est pas là.
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 16:14

J'ai un avis diamétralement opposé aux arguments de Benedictus, mais il faudrait que je développe point par point et je ne suis pas sûr d'en avoir envie...peut-être plus tard Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 16:32

Développement amusant.

Moi, qui adore Miles,je serais plutôt entre vous deux hehe .
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 19338
Date d'inscription : 22/01/2010

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 16:51

@Benedictus : il est clair que Miles est plus un catalyseur qu'un hapax à la Ellington, Bird, Monk ou Ornette.

Cela dit, je ne suis pas sûr que ce que fait Miles est systématiquement moins abouti que les productions de son "entourage". Dans cette optique, je ne pense pas que les Out of the Cool et The Individualism sont 1000 fois meilleurs que Sketches of Spain et Porgy and Bess, je trouve même qu'en ce qui concerne Sketches of Spain/Out of the Cool la comparaison joue plutôt en défaveur de ce dernier. Même si, comme toi, je trouve Bitches Brew un brin surcôté, des albums comme Filles de Kilimandjaro ou In a Silent Way sont absolument uniques. J'irai même jusqu'a dire que Tony Williams n'a jamais joué aussi bien qu'avec Miles (à l'exception de l'Out to Lunch de Dolphy). Kind of Blue n'est peut être pas "mieux" que la (brillante) triplette que tu invoques, mais il est plus équilibré et plus homogène qualitativement que les disques pré-cités AMHA. Concernant Weather Report (première période) et Mwandishi, je suis d'accord, il ont poussé plus loin et approfondi les intuitions de Miles qui a dilué un peu sa créativité par le fait d'avoir été surenregistré ( la marque Miles fait vendre), alors que les 2 groupes pré-cités construisaient leur univers patiemment, disque après disque.
Bref, c'est compliqué. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 29 Déc 2018 - 17:09

arnaud bellemontagne a écrit:
@Benedictus : il est clair que Miles est plus un catalyseur qu'un hapax à la Ellington, Bird, Monk ou Ornette.

Cela dit, je ne suis pas sûr que ce que fait Miles est systématiquement moins abouti que les productions de son "entourage". Dans cette optique, je ne pense pas que les Out of the Cool et The Individualism sont 1000 fois meilleurs que Sketches of Spain et Porgy and Bess, je trouve même qu'en ce qui concerne Sketches of Spain/Out of the Cool la comparaison joue plutôt en défaveur de ce dernier. Même si, comme toi, je trouve Bitches Brew un brin surcôté, des albums comme Filles de Kilimandjaro ou In a Silent Way sont absolument uniques. J'irai même jusqu'a dire que Tony Williams n'a jamais joué aussi bien qu'avec Miles (à l'exception de l'Out to Lunch de Dolphy). Kind of Blue n'est peut être pas "mieux" que la (brillante) triplette que tu invoques, mais il est plus équilibré et plus homogène qualitativement que les disques pré-cités AMHA. Concernant Weather Report (première période) et Mwandishi, je suis d'accord, il ont poussé plus loin et approfondi les intuitions de Miles qui a dilué un peu sa créativité par le fait d'avoir été surenregistré ( la marque Miles fait vendre), alors que les 2 groupes pré-cités construisaient leur univers patiemment, disque après disque.
Bref, c'est compliqué. Mr. Green

J'adhère en partie à ton analyse. Miles catalyse, déclenche, propose, conclu.
Il est le maître et tire la quintessence de ses sujets. Sans lui, point d'avancée.
Il faut bien comprendre qu'il est la fois à la marge, "dans" son époque, et en avance.
Il n"est pas toujours le, meilleur, mais les meilleurs ne sont jamais sans lui. Du moins, dans cette marge...
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptySam 9 Nov 2019 - 19:34

Thelonious a écrit:
Miles catalyse, déclenche, propose, conclu.
Il est le maître et tire la quintessence de ses sujets. Sans lui, point d'avancée.
Il faut bien comprendre qu'il est  la fois à la marge, "dans" son époque, et en avance.
Il n"est pas toujours le, meilleur, mais les meilleurs ne sont jamais sans lui. Du moins, dans cette marge...

Belle analyse, j'y adhère sans réserve.

D'ailleurs:

[jazz] Miles Davis - Page 3 R-1488185-1407584616-6673.jpeg

Pur ovni, formidable monolithe, funk urbain sophistiqué, acide avant l’heure, superbe folie expérimentale et futuriste, rythmique hypnotique proche de la transe, et Miles exclusivement à la trompette électrifiée, qui découpe au scalpel et écorche à vif.
pour moi le chef-d’œuvre de la période électrique, avec la moitié de Get Up With It.
Revenir en haut Aller en bas
Thelonious
Mélomaniaque
Thelonious

Nombre de messages : 1470
Age : 45
Date d'inscription : 10/01/2011

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyDim 10 Nov 2019 - 16:26

On the Corner est en effet un ovni. Il n'est pas dénué d'intérêt, loin de là, mais le problème est que si, comme moi, on est pas (plus du tout) attiré par le côté transe, ça devient vite, très agaçant. Et pourtant, c'est le cinquième ou sixième disque de "Jazz" que j'ai acheté. Autant dire que je l'ai usé et aimé.
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyDim 10 Nov 2019 - 19:22

Thelonious a écrit:
On the Corner est en effet un ovni. Il n'est pas dénué d'intérêt, loin de là, mais le problème est que si, comme moi, on est pas (plus du tout) attiré par le côté transe, ça devient vite, très agaçant.
et ça se respecte [jazz] Miles Davis - Page 3 3641590030

Ceci dit, en ce qui me concerne, et après une énième écoute de « On The Corner » :
Disque collectif s’il en est, (et où donc Miles ne tire pas la couverture à lui  coucou Benedictus  kiss )

On a beaucoup dit et écrit que Miles Davis ne jouait quasiment pas sur ce disque.

Ce n’est pas vrai, même s’il y joue moins qu’ailleurs, il est quand même très présent, mais Miles Davis avance masqué, avec trompette bouchée et électrifiée, on peut prendre ça pour un son de synthétiseur ou de guitare électrique saturée, beaucoup de critiques pourtant aguerris s'y sont laissés prendre en disant qu'il était quasiment absent.

Les trois premiers titres (qui en fait n’en sont qu’un et qui même débordent sur le quatrième) sont très courts (moins de 2mn pour deux d’entre-eux) et il ne me semble pas qu’il soit présent, sauf peut-être au synthé qu’il pratiquait occasionnellement, mais à partir de 0:50 du quatrième thème  (véritable début à mon avis de « Vote For Miles »), il joue quasiment tout du long à part quelques petites interruptions (les aboiements, miaulements et autres plaintes surhumaines, c’est lui).
A noter que ce morceau est plus long (13 :42) qu’indiqué sur le CD (8 :45)

Dans « Black Satin », c’est lui, et dès le début, qui joue la « mélodie » répétitive.

Absent (me semble t’il) dans « One And One » il revient dans « Helen Butte » avec des interventions brèves mais incisives pendant les six premières minutes, et je le soupçonne de gratouiller encore au synthé vers 10 :00/11 :00, voire au-delà, car ce qu’on entend n’est pas digne de Corea ou Hancock, Miles lui ne plaquait que des accords sur les claviers, à 12 :40 il revient à la trompette et ce jusqu’à la fin (16 :06)

Sur le dernier titre, « Mr Freedom X », il ne joue que du synthétiseur…ou pas.

Exception sur la planète Miles, ce disque est sans précédent et sans suite, musique de jungle électrique sur une assise de lave torrentielle, climat sombre, voire inquiétant, sans mélodie, ou alors exclusivement rythmique, où la notion de solo ne signifie plus rien.

Et pourtant une œuvre beaucoup moins incandescente qu’il n’y parait au début, on y trouve même une impression de lenteur au fil des écoutes, et d’un surprenant bien-être, ce disque n’est dérangeant que sur la forme.

On The Corner 2:58  
New York Girl 1:32  
Thinkin' One Thing And Doin' Another 1:42  
Vote For Miles 8:45  
Black Satin 5:16  
One And One 6:09  
Helen Butte 16:06  
Mr. Freedom X 7:13
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyMer 13 Nov 2019 - 21:54

Bon, en définitive, je vais quand même répondre à une partie des propos tenus par Benedictus un peu plus haut.

Mon cher Benedictus, ce n’est pas que tu n’aimes pas beaucoup Miles Davis qui m’a gêné, chacun ayant le droit d’aimer ce qu’il veut peut, j’ai mes carences personnelles dont je ne suis pas particulièrement fier, Bill Evans par exemple pour n’en citer qu’un, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais je n’y arrive pas, ça m’ennuie terriblement…mais j’essaie toujours de temps en temps, en fond sonore, des fois que….

Mais revenons à Miles, non, ce qui m’a gêné dans ton post, c’est qu’il ne te ressemble pas, tu nous a tellement habitués à des analyses fouillées que je suis surpris par cette descente en flèche de l’art davisien basée sur ce qui me semble être des à-priori sans arguments étayés, ce qui émanant de toi est pour le moins inhabituel.

Ne serais-tu pas tout simplement allergique au personnage Miles Davis ?

Je te l’accorde, le personnage est irritant, mais ça ne justifie pas de l’accuser de tous les griefs possibles, il n’est d’ailleurs pas le seul en musique tous genres confondus à posséder des travers répréhensibles, mais qui n’interfèrent en rien sur la qualité artistique.

En laissant de côté les disques avec Gil Evans, (ayant peu de choses à rajouter à ce qu’Arnaud a dit), les comparaisons des disques de fusion, (là je passe mon tour par manque de connaissance et d’intérêt), et bien que l’hiver arrive, les histoires de couvertures et de marrons chauds, sinon ça va prendre trois pages, il y a quand même deux trois propos qui m’interpellent dans ton post.

Voyons :

Benedictus a écrit:
 il a toujours eu un flair assez infaillible pour repérer et faire travailler les meilleurs musiciens à leur meilleur moment……sauf que, justement, je préfère toujours ce que font ses sidemen sans lui.  

Je ne comprends pas, ils sont à leur meilleur moment avec Miles Davis, mais tu les préfères quand ils ne le sont plus mais sans lui, c’est ça ?  Laughing
Taquinerie mise à part et si tout simplement ils étaient à leur meilleur moment parce que ils côtoyaient Miles Davis, ceci expliquerait cela non ?

Sur le même thème :
Benedictus a écrit:
 Lee Konitz et Gerry Mulligan ont fait largement mieux que Birth of the Cool;

Venant de gamins de 22 ans à l’époque, ça n’a rien de surprenant, mais Miles Davis en avait 23 et cela vaut aussi pour lui non ? Et personnellement les disques d’après Birth of the Cool de Miles, dès 1954 et pendant les quinze années somptueuses qui suivent, me semblent d’un autre niveau émotionnel (car c’est bien ce qu’on recherche en art non ? les émotions ?) que tout ce que j’ai pu entendre de Konitz et Mulligan. Ses performances dans « Saeta » de Sketches of Spain, dans « Summertime » ou la deuxième partie de « Fishermen, Strawberry and Devil Crab » de Porgy, de « Bye Bye Blackbird », des deux « Funny Valentine », les intros de « The Man I Love » ou de «Autumn Leaves » et tellement d’autres choses encore sont émotionnellement pour moi d’un niveau stratosphérique que ni Konitz, ni Mulligan, pour revenir à eux, n’auront jamais atteint. Certes ça n’engage que moi (mais sûrement pas mal d’autres aussi quand même) après on peut ne pas aimer, ça je l’accepte, quant à taxer ces performances de « langoureuses », là c’est sujet à discussion.


Benedictus a écrit:
, avec ces dégagements pour de jolis solos de trompette langoureux ou virtuoses.

Par langoureux, tu dois vouloir dire larmoyant, ou suave, ou peut-être même aguicheur, car il n’y a pas de langueur chez Miles au sens initial du terme.  study   « Affaiblissement physique et moral qui réduit considérablement les forces et l’activité d'une personne. État d’abattement d’une personne faible et malade ». Dans ce cas langoureux et virtuose seraient antinomiques. Il y a eu des langueurs célèbres au sens propre en jazz, chez Charlie Parker ou Lester Young par exemple, mais ce sont d’autres histoires.

Or chez Miles c’est tout le contraire , il n’y a pas de sensation d’ abattement, d’ affaiblissement, de relâchement du son, le jeu est toujours tendu, en contrôle permanent, et le son n’est jamais ramolli, les idées toujours claires, logiques, le cheminement toujours précis, sobre, c’est visible sur les vidéos où on le voit toujours aux aguets, comme inquiet, rarement en décontraction, encore moins en relâchement.

Mais je n’y vois pas non plus quoi que ce soit de larmoyant, ou d’aguichant. Qu’il émeuve, oui, souvent, mais uniquement par son discours musical et sa sobriété, jamais par des effets faciles avec trémolos et vibrato, son jeu est sobre, très souvent dénué de virtuosité, avec des silences, le son est mat, les fin de phrases abruptes, tout le contraire de quelqu’un qui voudrait aguicher le gogomélomane.
Au passage, c’est gentil pour Miles de le prétendre virtuose, même s’il est un bon technicien, Miles (comme Monk) n’est pas réputé pour avoir été un virtuose de son instrument.

Il y a eu une époque très courte où Miles usait partiellement du vibrato, et où à la rigueur on aurait pu évoquer de la langueur, c’était surtout au début des années 50, pour ne revenir qu’en de très très rares occasions, et encore simplement au détour d’une phrase, par manque de concentration certainement.

Cependant je crois deviner ce que tu veux dire et pour apporter un peu d’eau à ton moulin, je reconnais qu’il lui est arrivé, très rarement, de verser un peu dans le mièvre, sans aller jusqu’au sirupeux, faut pas pousser quand même,  Razz  comme dans le «  it never entered my mind » de 1956, personnellement je lui préfère la version de 1954, plus sobre, mais que tu n’aimerai pas plus sans doute.  Shit

Quant au « dégagements pour de jolis solos », je ne vois pas trop ce qui peut différencier Miles Davis des autres, pour tous les souffleurs ou pianistes, voire batteurs et bassistes, qu’ils soient leaders du groupe ou sidemen, il y a des dégagements pour de jolis solos, c’est l’essence même du jazz dès Louis Armstrong et jusqu’à l’avènement du free, ou alors je n’ai pas compris ce que tu voulais dire par là.  [jazz] Miles Davis - Page 3 2661413304


Benedictus a écrit:
j’aime beaucoup Nefertiti ou Sorcerer, mais je préfère Speak No Evil,

Et c’est ton droit absolu et non critiquable…mais pas moi : à la première écoute de ce disque, je me suis dit (juré ! c’est vrai) "mais c'est à Shorter que doit revenir tout le succès du deuxième quintet de Miles Davis!", et puis au final ce disque m'ennuie, c’est propre, net, bien fait, mais c’est trop carré pour moi, il y manque un je ne sais quoi, une sorte d’incertitude, d’équilibre instable, de mystère, de surprises, de toutes ces petites choses qui font que l’on passe du talent au génie et que sait instiller Miles Davis, mais là encore c’est affaire de ressenti personnel, il n’y a aucune critique de ma part, et je reconnais l’énorme influence de Shorter sur le 2ème quintet de Miles.

Benedictus a écrit:
même Kind of Blue, d’accord, c’est génial, mais je ne vois pas trop en quoi ce serait mieux que Know What I Mean?, Sunday at the Village Vanguard ou My Favorite Things.

Je ne vois pas le but de cette remarque : quelqu’un l’a dit (que c’était mieux) ? Pas moi toujours. C’est différent, c’est Miles Davis, et pas Adderley, Rollins ou Coltrane, comme Cézanne n’est pas Manet, Van Gogh ou Gauguin, et Ravel n’est pas Bartok, Schoenberg ou Stravinsky, après on peut effectivement préférer les uns ou les autres, question de goût personnel, et encore une fois, là je ne discute pas.



Benedictus a écrit:
(parce qu’on est bien d’accord: ce n’est jamais lui qui invente vraiment un style, un langage);

affraid   Ah mais non, on est pas d’accord, mais alors là pas du tout : Il a créé un style, inventé un langage intimiste inusité en jazz, dès son apparition, en 1945, et s’en est rarement départi, langage fait de silences (c’était osé en pleine période be-bop où tout le monde à la suite de Parker voulait jouer plus vite que son ombre), d’épure du discours (idem, tellement loin de la volubilité en verve à l’époque), d’ introspection,  de sonorité feutrée (là où les autres trompettistes suivant Dizzy Gillespie faisaient briller les cuivres) de sobriété, de sérénité, et donc d’un son mat, sans vibrato, à contre-courant des critères de l’époque, si ça, ça n’est pas inventer un langage.  scratch


Mais par style et langage tu voulais peut-être évoquer les différents genres ou courants du jazz ?
Mais même là, il a été à l’origine de tous les mouvements du jazz qui sont nés pendant son activité, hors le free.
Il n’a rien inventé ? Soit, mais qui peut prétendre l’avoir fait seul, hormis Parker ?
Et encore il n’était pas seul au Minton en 41, il y avait Gillespie, Monk, Charlie Christian et deux ou trois autres pour inventer le be-bop, Miles lui était beaucoup trop jeune pour en être.
     
Sans rien inventer donc hormis son style unique dès 1945 aux côtés de Parker, il a été en 1949/50 à l’origine du cool avec Konitz, Mulligan et quelques autres (Gil Evans, John Lewis, Kenny Clarke etc…qui ne l’ont pas plus « inventé » que lui), le projet était collectif sur une idée de Mulligan et sous l’égide de Gil Evans, mais MD en est très vite devenu le directeur artistique : selon un de ses biographes, c’est lui qui aurait imposé un tuba et un cor d’harmonie. (Hein ? Il a tiré la couverture à lui ? Oui si tu veux.)   hehe

Et je crois bien avoir lu qu’il fut le premier en 1954 à enregistrer un disque de hard bop, avant Horace Silver, (mais avec lui) avec la première mouture de « Walkin » qui fera date, je ne dis pas qu’il a « inventé » le hard-bop, mais il en fut aussi à l’origine également. Quant au jazz modal il me semble bien qu’il y est un peu pour quelque chose non ?

Ah et puis tiens, il y en a une autre « invention » de MD, il est le premier à avoir improvisé une musique de film en live sur des images projetées en même temps, il a fait école car beaucoup l’on suivi (Blakey, D. Jordan, Mulligan, le MJQ, Coleman Hawkins, Barney Willen cher à Alifie et pas mal d’autres) même si je me doute que peu ont employé le procédé en interprétant à vif, sans écriture ou minutage préalable.

Sachant qu’il a pris le jazz-rock en route, bien qu’au tout début et qu’il en fut quand même l’un des pionniers, je te laisse bien volontiers en définir la part qui lui revient, mais je me doute qu’elle sera bien mince.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9079
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyJeu 14 Nov 2019 - 1:00

Désolé de ne pas pouvoir vraiment te répondre, dans la mesure où, cet été (et sous l'influence de mon fils qui, lui, est très fan) j'ai écouté ou réécouté pas mal d'albums de Miles Davis (et en particulier celui auquel ton pseudo fait allusion), et que j'ai sensiblement réévalué le musicien: du coup, je ne tiendrais plus aujourd'hui les propos qui étaient les miens l'hiver dernier, ou du moins j'en atténuerais considérablement la teneur polémique.

Bon, certes, le personnage m'est toujours assez peu sympathique.

Par ailleurs, je crois que, ce qui m'empêchera toujours d'adhérer fortement, c'est aussi son «sound» (c'est-à-dire à la fois sa sonorité mais aussi son jeu, son phrasé...) Même sur ce point-là, je relativiserais un peu, dans la mesure où, en fait, je crois que je n'aime pas trop la trompette jazz: à bien y réfléchir, les trompettistes sont toujours les souffleurs que j'aime le moins, à esthétiques comparables.

Cela dit, le «trompettisme» de Davis me met toujours un peu mal à l'aise: certes, «langoureux» était sans doute mal choisi, mais ce que je voulais dire par là, c'est que son jeu m'a toujours paru avoir quelque chose d'assez sensuel, je serais même tenté de dire érotique - ce qui ne me semble pas du tout antinomique avec la description (juste) que tu en fais: l'absence de vibrato, la sonorité mate, je les perçois plutôt comme une façon de jouer qui est essentiellement physique, corporelle - quelque chose qui tourne le dos aux discours (qu'ils soient ceux du sentiment amoureux, des jeux de l'esprit, de l'indignation consciente...) pour se recentrer sur une sorte de «corporéité» à nu. Par ailleurs, cet érotisme me semble aussi procéder de son phrasé félin, de ses silences, de ses fins abruptes (où je vois, pour ma part, non une virtuosité toute en étalage de prouesses techniques, mais au contraire une virtuosité toute dans la maîtrise - ce côté un peu control freak que tu décris): j'ai toujours l'impression qu'il crée ainsi d'emblée une sorte d'atmosphère d'intimité un peu tendue, tout un jeu d'allusions, d'attentes, de brusqueries quasi prédatrices... Donc certes rien d'extérieurement aguicheur, mais je n'y perçois pas non plus l'espèce de sobriété jansénisante que tu sembles y voir.

Sinon, pour ce qui est de son rapport aux autres musiciens, je serais à présent tenté de reprendre à mon compte l'expression de catalyseur employée un peu plus haut par Thelonious - mais peut-être pas de façon aussi uniment laudative que lui. Je persiste à penser que Davis n'a rien inventé d'autre que sa façon de jouer de son instrument. Mais peut-être devrais-je ici préciser ce que j'entends par «style» et «langage»: pour moi, un créateur de langage, c'est quelqu'un qui élabore le cadre systémique (notamment au niveau de l'harmonie, mais ce peut être aussi du rythme ou de l'orchestration) à l'intérieur duquel il va s'exprimer - ce qui fait que ce sont souvent des gens dont la musique va sembler être «toujours la même chose»: typiquement Monk, Bill Evans ou Braxton; Gil Evans me semble être un peu à la limite (il a clairement un certain nombre d'obsessions en termes d'harmonie, de rythmes et d'orchestration, mais sans que ça fasse forcément système.) Ceux qui créent un style, c'est davantage des gens qui vont sembler faire prendre des bifurcations esthétiques, susciter, peut-être par serendipity, de nouveaux courants (le cool, le bop, le jazz modal, le free...): typiquement Charlie Parker ou Eric Dolphy.

Or, j'ai plutôt l'impression qu'ici le génie de Davis aura avant tout consisté à saisir, avec une prescience assez imparable (quoi qu'il ait totalement loupé le free), ce qui commençait à émerger, et d'avoir su mobiliser ceux qui avaient quelque chose à dire au bon moment et donc de «catalyser» leurs énergies créatrices à l'instant t, fût-ce pour prendre une toute autre direction à l'instant t+1 (ce qui peut donner à la fois l'impression qu'il est à chaque coup à la pointe de l'innovation - mais parallèlement alimenter le soupçon d'opportunisme): ce n'est pas lui qui invente le cool, le jazz modal, le fusion, ce n'est pas lui non plus qui en explorera à le plus à fond les potentialités - mais c'est toujours lui qui va cristalliser leurs manifestes les plus emblématiques (Birth of the Cool, Kind of Blue, Bitches Brew et même Doo-Bop de mon point de vue.) Et ça, j'admets à présent que ce n'est pas rien - même si pour ma part, ce n'est clairement pas ce profil d'artiste-là que je préfère (je préfère ceux qui creusent obstinément leur sillon, fût-ce au prix d'une sorte de marginalité - Albert Ayler ou Jimmy Giuffre, par exemple.)
Revenir en haut Aller en bas
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1836
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 EmptyJeu 14 Nov 2019 - 16:34

Benedictus a écrit:
 et sous l'influence de mon fils qui, lui, est très fan j'ai sensiblement réévalué le musicien: du coup, je ne tiendrais plus aujourd'hui les propos qui étaient les miens l'hiver dernier, ou du moins j'en atténuerais considérablement la teneur polémique.  

 cheers   Gloire à ton fils qui as su te montrer la lumière, et en plus ça me donne un petit coup de djeun.  geek   Quand est-ce qu’on le lit sur le forum ?

Benedictus a écrit:
 en fait, je crois que je n'aime pas trop la trompette jazz

Et moi c’est le piano jazz.   Wink


Benedictus a écrit:
  Je persiste à penser que Davis n'a rien inventé d'autre que sa façon de jouer de son instrument.  

Oui bon, ça pourrait se discuter à l’infini, mais même s’il n’y avait que ça, ce n’est pas rien quand même, dans le contexte bop-cool-hard,  le solo c’est essentiellement la façon de s’exprimer du musicien de jazz, même si c'est un peu moins vrai dans le West Coast.


Benedictus a écrit:
 quoi qu'il ait totalement loupé le free

Il l’a fait sciemment, il n’avait pas de mots assez durs pour le fustiger, mais il en a quand même joué, je ne dirai pas à son insu, mais sans vouloir le reconnaître, sa méthode de préparation minimale avant enregistrement, et l’engagement de jeunes musiciens à ses côtés ont fait que parfois on a frisé le free jazz, et même, si tu enlèves les synthés, guitares et basses électriques, on y est en plein dedans, ne serait-ce que dans l’album cité plus haut.

D’ailleurs j’avais écrit quelque part que les gens de l’Art Ensemble avaient vénéré et se passaient en boucle le dernier album paru de Miles Davis, attend, bouge pas, je vais te retrouver ça……….voilà, c’est là, en playlist jazz entre le 18 décembre 2016 à 9 :31 et le 21 décembre 2016 à 19 :25 pour être précis, ça a été un peu long bien que tu n'aies pas dû t'en rendre compte, j’extrais juste ce qui nous concerne aujourd’hui :

« Miles détestait le free, tout le monde le sait, mais l'Art Ensemble ne détestait pas Miles, j'ai quelque part chez moi un article où je ne sais plus qui de l'AEC avouait qu'à leur époque parisienne, ils se passaient en boucle un disque de Miles (je crois qu'il s'agissait de "Jack Johnson"), il y a peu de chance que ce soit au souvenir de cette citation faite à "Jazz Hot" ou "Jazz  Magazine" et dont il n'avait très certainement pas eu échos, que Miles a bien voulu intégrer Lester Bowie parmi ses deux ou trois trompettistes préférés, je crois que c'est dans son autobiographie par interwiew rédigée par Quincy Troupe. »  et plus loin : « j’ai relu une interview passionnante de Lester Bowie (Jazz Hot décembre1995), où il fait part de sa vénération pour Miles Davis : « l’un des plus grands musiciens que le monde ait connus » ou « j’ai aimé tout ce qu’il a fait …il m’a aidé à devenir ce que je suis »
Il semblait donc malgré lui adoubé par au moins une partie de la congrégation free.


Benedictus a écrit:
  des gens dont la musique va sembler être «toujours la même chose»: typiquement Monk, Bill Evans ou Braxton


Un journaliste spécialisé  (j’ai beaucoup lu à une époque où je pouvais retenir ce que j’apprenais, ce n’est plus le cas maintenant, quelques neurones ont du se carapater sans bruit mais leur absence se fait parfois sentir,  Very Happy   ah ! les affres du temps !  [jazz] Miles Davis - Page 3 40601244  ) un journaliste donc le comparant à Coltrane, avait dit, mais chez lui c’était une critique, « il joue toujours la même musique, c’est seulement l’environnement qui change autour de lui »


Benedictus a écrit:
  ce n'est pas lui qui invente le cool, le jazz modal, le fusion
Et je repose ma question : qui peut prétendre avoir « inventé » seul le cool, le jazz modal, le fusion ou quoi que ce soit d’autre ?

Par contre, je n’interviendrai pas concernant tout ce qui est du domaine de l'harmonie, ou de l'orchestration, ni sur qui a fait prendre des bifurcations esthétiques, ou susciter, de nouveaux courants, je l’ai souvent dit, je suis un mélomane un peu bourrin, j’aime mon Miles Davis à ma façon, parce que je vais te faire un aveu : chez Miles Davis, (comme chez Monk, Lester, Bix, Django et quelques autres) c’est d’abord le jeu qui m’interpelle, je suis fan autant de sa sonorité que de son phrasé.



Merci encore en tous cas pour ta réponse, là c’est fouillé et argumenté,  je retrouve le Benedictus que je connais.   mains
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[jazz] Miles Davis - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [jazz] Miles Davis   [jazz] Miles Davis - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[jazz] Miles Davis
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Autres musiques :: Autres styles-
Sauter vers: