Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alberto Ginastera (1916-1983)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Jeu 4 Sep 2014 - 23:24

Ginastera : Popol Vuh, The Mayan Création

Gisèle Ben-Dor/BBC National Orchestra of Wales, juin 2001.
Tout a déjà été dit et bien dit sur le fil accorte, mais je ne manquerai pas d'y éditer mes onomatopées élogieuses à seule fin de faire remonter sujet.
Arf !
Mazette !
Tudieu !
Ach !
C'est bon, ça !
Cela ne te rappelle rien ?
Si ! j'y retourne tout à l'heure !
Je ne m'aventurerai pas à parler technique ni avant-garde ; mais quel plaisir à l'oreille  !
Et pas un plaisir bête dans le sans du poil,( comme Say, ou dans une moindre mesure Salonen). Un plaisir instructif, surprenant, déstabilisant. Avec une orchestration osée. Du neuf avec les vieux outils de l'orchestre qui n'apparaîssent plus du tout émoussés.
Un matériau non pas pour faire beau mais pour dire vrai.
Une connaissance de tous le matériau antérieur et contemporain pour en faire un opus signifiant, contemporain, compréhensible et mêlé !
Le rêve de Bernstein qui souhaitait la Musique de l'Avenir comme un Melting Pot de toutes les influences passées.
On a même droit à un très joli p'tit solo de violon lors de La Gran Lluvia  !
Revenir en haut Aller en bas
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Jeu 11 Sep 2014 - 22:25

A mon tour d'écouter ces quatuors...

On peut rapprocher ces œuvres (du point de vue de l'évolution musicale) des trois Sonates pour Piano. En effet, le Premier Quatuor montre un attachement au folklore argentin. Le premier thème semble d'ailleurs tout droit sorti d'un air populaire. C'est très vivant et, additionné de toutes ces dissonances, le discours devient vraiment personnel et accroche vite l'oreille ! Le deuxième mouvement fait office de scherzo malicieux, c'est une fois de plus très vivant. Le troisième mouvement est peut-être le mouvement le plus important, une sorte de longue méditation du violon qui semble perdu. Belle atmosphère en tous cas avec le fameux accord de Ginastera (les cordes à vide d'une guitare) soutenu par les basses, un mouvement captivant. Et le finale, on retrouve la vitalité du début et des thèmes pseudo-folkloriques, le tout se termine dans l'allégresse. Bien qu'ayant encore quelques racines argentines, le quatuor montre que Ginastera a envie d'aller explorer d'autres univers musicaux. Très chouette !

Le Deuxième Quatuor est tout de suite moins drôle...le début est très aggressif, les notes répétées (pour l'effet de rythme) me font même penser à du Métal... vador  Le discours est très sombre, violent et avec des dissonances bien crues comme on les aime. La musique est ici atonale mais cela reste compréhensible. Le premier mouvement est une sorte d'éloge du rythme, ça tape ! Le deuxième mouvement m'évoque Chostakovitch, beaucoup d'angoisse et d'inquiétude, la musique en devient presque malsaine par moments. On sent qu'il se passe réellement quelque chose. Le troisième mouvement a également quelque chose d'un peu magique et de malicieux. Toutes les possibilités du violon sont abordées, cela donne un mouvement étrange, aérien et très étonnant. Le quatrième mouvement est semble-t-il plus libre, cela ressemble à une cadence de concerto, pour chaque instrument du quatuor. Pour terminer, Ginastera choisit d'écrire un mouvement perpétuel, une sorte de cauchemar éveillé, tout à fait furieux et avec de sacrées dissonances, ça bastonne ! Peut-être mon quatuor préféré !

Le Troisième et dernier quatuor est totalement différent puisqu'il fait appel à une soprano et le langage musical est devenu complètement atonal. Cela donne une atmosphère indescriptible. La chanteuse chante des textes d'auteurs espagnols tels Garcia Lorca mais avec une voix parlée dans certains mouvements. Ginastera aime bien utiliser toutes les possibilités techniques des instruments à cordes. Le deuxième mouvement (uniquement instrumental) nous fait réentendre une atmosphère hallucinée, proche de la folie. Le troisième mouvement est une sorte d'élégie, très résignée et cela contraste bien avec les folies du mouvement précédent, très beau. les deux derniers mouvements me font penser à du Saariaho...je ne sais pas trop pourquoi, un peu à la manière de Mirage et des Leino Songs.

Bref, un superbe corpus, bien que très hétérogène par l'esthétique de chacun d'eux.  thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B&mol
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 798
Date d'inscription : 26/12/2013

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Ven 30 Jan 2015 - 14:40

De belles découvertes, de quatuors entre autres. Merci aux intervenants.
Le Cuarteto Latino-Americano disponible à l'écoute sur le tube est loin d'être désagréable quoique peut-être un sec à la prise de son, avec dans mon souvenir des basses voilées et des aigus métalliques. Les amateurs de quatuor auraient-ils quelques conseils discographiques à pourvoir avant que je ne me procure cette version ? en attendant de voir naître le fil approprié, cela va sans dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elisabeth
Mélomane averti


Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: ginastera   Mar 10 Mar 2015 - 10:15

Il y a une partie de son oeuvre dont vous n'avez pas parlé : ses opéras. Il y en a écrit trois, dont un chef d'oeuvre, Bomarzo, qui a gardé une réputation sulfureuse. Ecrit en 1967, il a été interdit 5 ans en Argentine. Il demande de grands moyens pour être représenté. C'est un peu une oeuvre "monstre", qui pourrait interesser metteurs en scène et chanteurs. C'est, si j'en crois ce que j'ai lu, l'histoire d'un noble italien dévoyé qui dans sa villa, menait une vie plutôt dépravée. En gros l'histoire fait penser aux Gezeichten... Pourquoi un Lissner, avide de nouveautés, ne la monterait-il pas ?

Son deuxième opéra, Don Rodrigo, est plus classique, et a été monté à Strasbourg en 1978, avec entre autres Alain Fondary et Galina Savova.

Le troisième opéra,Béatrix Cenci, confirme son goût pour les personnages torturés. Un bon point pour revoir ces opéras, qui offrent vraiment des rôles forts, ce qui manque souvent dans les opéras contemporains.

A quand leur retour sur scène ? Bomarzo à Bastille, je courrais le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elisabeth
Mélomane averti


Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Ginastera   Mar 10 Mar 2015 - 10:17

J'ai oublié de préciser que à New York, c'est Placido Domingo qui a créé Don Rodrigo....L
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Mar 10 Mar 2015 - 10:24

J'ai pu écouter Bomarzo, il en existait un LP dirigé par Rudel.
Mais je ne l'ai écouté que distraitement. (la flemme de lire le livret en espagnol)

Sinon, les autres me semblent introuvables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sergio
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 177
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Mar 31 Mar 2015 - 16:50



La première Sonate, les Danzas Argentinas et les Danzas Criollas font face à d'intéressantes oeuvres du compositeur cubain Farinas superlativement jouées par le pianiste cubain Gabriel Urgell Reyes.

Diapason d'Or dans le Diapason avril 2015.

Il semble que deux autres volumes vont suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Lun 22 Aoû 2016 - 22:00

Xavier a écrit:
J'ai pu écouter Bomarzo, il en existait un LP dirigé par Rudel.
Mais je ne l'ai écouté que distraitement. (la flemme de lire le livret en espagnol)

Ca vient de sortir en CD:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81007
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   Lun 8 Mai 2017 - 3:36

Bomarzo vient d'être donné à Madrid, il est diffusé ici: http://concert.arte.tv/fr/bomarzo-dalberto-ginastera-au-teatro-real-madrid (malheureusement sans sous-titres)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alberto Ginastera (1916-1983)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alberto Ginastera (1916-1983)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Alberto Ginastera (1916-1983)
» Alberto Ginastera (1916-1983)
» Henri Dutilleux (1916-2013)
» Les déclarations d'Alberto Alvarez sur les derniers instants de Michael Jackson (mis à jour)
» Alberto Bruni Tedeschi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: