Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rossini-Otello

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 21:49

Je ne connais pas du tout l'Otello de Rossini alors qu'on parle tellement de celui de Verdi. Ca m'intéresserait de savoir si quelqu'un, à part David bien sûr, connait cet Otello et ce qu'il en pense.

CDs





DVDs

Pas de DVDs Shocked ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 22:16

calbo a écrit:
Ca m'intéresserait de savoir si quelqu'un, à part David bien sûr, connait cet Otello et ce qu'il en pense.
Dans ce cas je me tais. Mr. Green

MickeyZeVrai connaissait bien. Neutral

Une très belle oeuvre, beaucoup plus policée que celle de Verdi bien entendu. Mais vivante, plus mobile que le seria de cette époque. Et l'assassinat est étrangement modifié...

La version López Cobos présente un Carreras en pleine forme, un délice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 22:17

Ca ne veut pas dire que ton avis ne m'intéresse pas, hein Mr. Green ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Pison Futé
patate power
avatar

Nombre de messages : 27496
Age : 27
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 22:21

J'ai beaucoup aimé cet opéra, mais je ne l'ai écouté qu'une fois.

Ce qui m'a le plus marqué, c'est évidemment l'air du Saule. Magnifique. Very Happy

Ca m'amuserait de faire une comparaison entre Verdi et Rossini pour voir comment ils ont traité cet air même si c'est un chouillat pas la même époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 22:23

Oui, c'est pour ça que je viens de le donner. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Sam 4 Juil 2009 - 22:24

C'est aussi un peu pour ca que j'ai ouvert ce fil même si j'aimerais en apprendre un peu plus sur l'oeuvre de Rossini. Wink

David : siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Zémire
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 62
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 9 Aoû 2010 - 1:54

Je viens d'écouter des extraits de ces trois versions :

Paru le 11 décembre 2006 chez Philips

Paru le 6 avril 2010 chez Naxos

Paru en 2000 (?) chez Opera Rara

La version Philips avec Carreras/Von Stade/Fisichella/Ramey - Lobos semble effectivement très intéressante mais j'ai entendu un extrait de la version Opera Rara avec Matteuzzi/Futral/Ford/d'Archangelo - Parry qui est très bien aussi ; la nouvelle version semble en-deça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 9 Aoû 2010 - 2:03

la version Lopez Cobos était passionnante à sa sortie mais on n'en était qu'aux balbutiements de l'interprétation rossinienne. La version Parry est largement supérieure globalement car davantage dans le style rossinien. La récente version éditée chez Naxox est de haute volée et de toute façon très supérieure à la 1ère.
Un regret: l'absence dans la discographie officielle de la version Pritchard à Pesaro en 1988 avec Anderson, Merritt, Blake, Di Cesare et Surjan: un bijou inégalé à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 9 Aoû 2010 - 10:08

Otello a écrit:
Un regret: l'absence dans la discographie officielle de la version Pritchard à Pesaro en 1988 avec Anderson, Merritt, Blake, Di Cesare et Surjan: un bijou inégalé à ce jour.

Oui, enfin Anderson... Confused Je préfère Cuberli! Mr. Green


Sinon, pareil, dans la série des trucs diffusés à la radio, l'enregistrement de Pezzaro d'il y a quelques années, avec Kunde, Florez, Merritt et Peretyatko est assez génial je trouve!
Même si il faut tenir par moments quand Merritt essaye des choses qu'il ne peut plus faire! Mais Kunde est génial, Peretyatko splendide dans l'optique soprano et Florez curieusement plutôt électrique!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Zémire
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 484
Age : 62
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 9 Aoû 2010 - 19:39

Otello a écrit:
la version Lopez Cobos était passionnante à sa sortie mais on n'en était qu'aux balbutiements de l'interprétation rossinienne. La version Parry est largement supérieure globalement car davantage dans le style rossinien. La récente version éditée chez Naxox est de haute volée et de toute façon très supérieure à la 1ère.
Un regret: l'absence dans la discographie officielle de la version Pritchard à Pesaro en 1988 avec Anderson, Merritt, Blake, Di Cesare et Surjan: un bijou inégalé à ce jour.

C'est une version 'live', il me semble ?
Je n'ai pu en écouter que des extraits mais il m'a semblé entendre beaucoup de bruits tant du public que des déplacements sur scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 9 Aoû 2010 - 19:50

Zémire a écrit:
C'est une version 'live', il me semble ?
Je n'ai pu en écouter que des extraits mais il m'a semblé entendre beaucoup de bruits tant du public que des déplacements sur scène.
oui Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Ven 10 Sep 2010 - 10:39

calbo a écrit:
Tout comme on parle d'une façon rarissime de l'Otello de Rossini Confused

Radames a écrit:
On ne peut pas, de toutes façons, comparer l'Otello verdien avec celui de Rossini. Rossini était surtout un compositeur "allegro" et "giocondo". Le drame c'était pas trop son truc.
Certes son Guglielmo Tell est magnifique mais on est plus dans le romantisme que dans le drame.
Ceci dit c'est vrai qu'on ne parle quasi jamais de l'Otello Rossinien.

Polyeucte a écrit:
Radames a écrit:
On ne peut pas, de toutes façons, comparer l'Otello verdien avec celui de Rossini. Rossini était surtout un compositeur "allegro" et "giocondo". Le drame c'était pas trop son truc.

Heu... t'es sûr de ça? Parce que bon, Otello, Semiramide, Ermione, Armida... je les vois pas trop "allegro" et "giocondo" quand même...




Sinon pour Keane, il ne faut pas confondre la Guleghina de maintenant et celle d'il y a une dizaine d'années... à l'époque, elle était capable de chanter de manière nuancée et avec un timbre superbe. Le soucis, c'est que Turandot l'a tué...

[quote="Radames"]
Polyeucte a écrit:
Radames a écrit:
On ne peut pas, de toutes façons, comparer l'Otello verdien avec celui de Rossini. Rossini était surtout un compositeur "allegro" et "giocondo". Le drame c'était pas trop son truc.

Heu... t'es sûr de ça? Parce que bon, Otello, Semiramide, Ermione, Armida... je les vois pas trop "allegro" et "giocondo" quand même...

(quote]

Son écriture dramatique est quand même plus "enjouée" que celle de Verdi ou Wagner.
Non?


Cololi a écrit:
Beethoven disait de Rossini, que la tragédie ne lui convenait pas, et qu'il ne fallait pas qu'il force sa nature, et reste dans ce qui est réussi chez lui : la comédie.

Polyeucte a écrit:
Radames a écrit:
Son écriture dramatique est quand même plus "enjouée" que celle de Verdi ou Wagner.
Non?

Elle ne passe pas par la même chose... Chez Rossini, les vocalises par exemples sont expressives. Il n'y a qu'à écouter Otello pour voir tout le drame. Comment dire que les affrontements Otello/Roderigo sont enjoués? C'est vaillant, très virtuose, mais aussi d'une grande force expressive! On peut faire du drame autrement aussi...

Cololi a écrit:
Beethoven disait de Rossini, que la tragédie ne lui convenait pas, et qu'il ne fallait pas qu'il force sa nature, et reste dans ce qui est réussi chez lui : la comédie.

Ben Beethoven, il aurait mieux fait de ce taire pour le coup je trouve! Mr.Red Limiter Rossini au Barbier, c'est un peu comme limiter Wagner à la Chevauchée des Walkyries viking

Radames a écrit:
Polyeucte a écrit:
Radames a écrit:
Son écriture dramatique est quand même plus "enjouée" que celle de Verdi ou Wagner.
Non?

Elle ne passe pas par la même chose... Chez Rossini, les vocalises par exemples sont expressives. Il n'y a qu'à écouter Otello pour voir tout le drame. Comment dire que les affrontements Otello/Roderigo sont enjoués? C'est vaillant, très virtuose, mais aussi d'une grande force expressive! On peut faire du drame autrement aussi...
Cololi a écrit:
Beethoven disait de Rossini, que la tragédie ne lui convenait pas, et qu'il ne fallait pas qu'il force sa nature, et reste dans ce qui est réussi chez lui : la comédie.

Ben Beethoven, il aurait mieux fait de ce taire pour le coup je trouve! Mr.Red Limiter Rossini au Barbier, c'est un peu comme limiter Wagner à la Chevauchée des Walkyries viking

C'est vrai aussi. Very Happy

Je viens de réaliser que j'avais ouvert ce fil sur l'Otello de Rossini il y a une éternité Shocked .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 9 Nov 2010 - 11:22

Polyeucte a écrit:
Otello a écrit:
Un regret: l'absence dans la discographie officielle de la version Pritchard à Pesaro en 1988 avec Anderson, Merritt, Blake, Di Cesare et Surjan: un bijou inégalé à ce jour.

Oui, enfin Anderson... Confused Je préfère Cuberli! Mr. Green


Sinon, pareil, dans la série des trucs diffusés à la radio, l'enregistrement de Pezzaro d'il y a quelques années, avec Kunde, Florez, Merritt et Peretyatko est assez génial je trouve!
Même si il faut tenir par moments quand Merritt essaye des choses qu'il ne peut plus faire! Mais Kunde est génial, Peretyatko splendide dans l'optique soprano et Florez curieusement plutôt électrique!

Peretyatko, j'avais adoré l'année dernière à Lausanne (reprise de la prod. de Pesaro) ; c'était d'une poésie folle et la voix m'avait semblée (par rapport à l'enregistrement, je précise) beaucoup plus élargie (ornementation très intégrée, projection assez fabuleuse, surtout compte tenu de la salle). Mais je ne vais pas vous refaire le coup à chaque fois du "couper/coller" de ce que j'ai pu poster ailleurs Embarassed ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 9 Nov 2010 - 11:52

Entendu dimanche la première de l'Otello de concert à Lyon.

Direction de Pido telle qu'on l'attend ; incroyablement sonore (trop, beaucoup trop à mon goût ; couvrir le choeur, il faut le faire !) avec un final du I qui ne laisse à personne le temps de respirer (et la montée d'Antonnaci vers l'aigu en devient d'autant plus cruelle !). Ce qui fonctionne bien (la tempête au III, la stretta du duo Otello/Iago) ne contrebalance pourtant pas ce sentiment d'horizontalité (quand Stendhal parle de l'harmonie des opéras "allemands" de Rossini Wink ) forcée pour ne pas dire forcenée ; et ce n'est même pas réellement théâtral à mon goût. Version en moins de 2 h 30 (quelques coupures de-ci de-là ce qui me paraît incroyable, en 2010 pour une oeuvre qui n'est quand même pas Semiramide ni... Parsifal Laughing !) privée de profondeur de champ (de chant, aussi ; j'y reviendrai), de perspective ; aucune poésie dans ces mouvements subitement lents (l'entrée de Desdemona), inutilement chaloupés (la marcia du I ; incompréhensible) d'où n'émergent, pour l'air du Saule, que les instruments concertants qui parviennent, soudaint et de manière trop fugace à imposer un climat !

Bons comprimarii côté voix.

Vinco
très convaincant, à mon sens, en Elmiro ; belles sonorités (un peu dans les joues, parfois), sans la franchise de Ramey évidemment, mais avec un souci de la couleur et de la ligne bien appréciable pour un rôle par ailleurs assez générique. Emilia (Maria-Josè LoMonaco) jeune, fébrile ; beau double de Desdemona, vraie confidente et chanteuse sensible (timbre charmant aux sonorités moirées). Schmunck annoncé en Iago (!!!) a été remplacé (pour la série, apparemment) par Zappata ; le seul ténor réellement convaincant de la soirée, pour moi, en terme d'intégration des ornements, du texte (et c'est tellement important, ici) assorti d'une palette dynamique parfaitement assumée (dans l'esprit, la lettre et... la technique). Moins convaincu par Osborn. A Lausanne, j'avais noté que la tessiture d'Otello l'obligeait à déplacer vers le bas le centre de gravité de sa voix ; l'aigu en pâtissait mais moins qu'ici ou le "combat de coq" avec Rodrigo, au II, prend des allures de "chaponneries" (il est pas beau, mon néologisme ?!!), avec tout ce qu'on ne voudrait pas entendre dans Rossini (aigu éraillé et poussif pale ). Kortchak en Rodrigo ne sonne qu'au-delà du mf ; il ne se hasarde d'ailleurs guère dans des dynamiques inférieures, l'ensemble du rôle étant plutôt crié, à mon sens. C'est très payant (ovations après son air au II) mais la vérité du rôle (par-delà un timbre assez séduisant, d'ailleurs) est ailleurs. Je ne change donc pas, pour le moment, l'avis que je m'étais formé de ses aptitudes rossiniennes après son Libenskof scaligère ! A tout prendre, j'ai infiniment préféré la prestation de Mironov à Lausanne, sans doute en-deça des exigences réelles du rôles mais incroyablement plus affûté techniquement (sans parler de la poésie qu'il conférait au personnage).

Déception sans borne du côté d'Antonnacci. Moins tant parce que l'instrument est sans mirage (on le sait, le est timbre sec, la projection à peine raisonnable, la couleur uniforme) que parce que la chanteuse me semble être passée à côté du rôle. Je me plais souvent à penser que Colbran devait, vocalement, assez lui ressembler ; or c'est à une Colbran "dernière manière" que je me suis senti confronté (disparité des registres, aigu éclaté [proche de ce que pouvait donner Crespin, au disque, dans les années 70, sans l'infinie séduction d'un timbre riche entre tous], ornementation savonnée). Quant au personnage je ne l'ai jamais sentie complètement investie ; là aussi, la vision m'est apparue plutôt générique (atone au I, jusqu'au final, sans réel relief au II, prise en défaut par une chanson du Saule tout juste bonne [Von Stade à Genève, en récital l'année dernière, c'était, en comparaison, d'une autre trempe]). Peut-être un jour de méforme ; peut-être la conséquence (attendue, de mon côté) de la version de concert ; peut-être quelque chose qui ressemblerait à une inadéquation des moyens (fond et forme) avec le chant du Rossini napolitain. Ceux qui l'entendront à Paris, au TCE, pourront peut-être pondérer ces observations...

On a peu d'occasions d'entendre le Rossini serio en France ; celle-ci est, à mes yeux, pour partie manquée Sad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 9 Nov 2010 - 12:47

je ne suis pas surpris par la teneur de ton compte-rendu.
Précisions: les coupures en live sont idéologiques chez Pido-casse tout! Je trouve ça insupportable. Quant à Antonacci, ce n'est pas lui faire injure que de dire qu'elle n'a jamais été une vraie rossinienne tant l'écriture de la période napolitaine l'a toujours malmenée au point de lui faire savonner la virtuosité, d'émettre des aigus souvent courts, bas, voire carrément faux et, se débattant comme elle pouvait avec ce que ses moyens lui interdisaient, d'en oublier d'incarner le personnage d'où ce côté générique.
Seule véritable exception: Ermione dans la production de Glyndebourne où, en état de grâce vocalement, elle parvenait à dresser un portrait fort dramatiquement parlant tout en franchissant les nombreuses embûches vocales du rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 9 Nov 2010 - 14:43

Otello a écrit:
je ne suis pas surpris par la teneur de ton compte-rendu.
Précisions: les coupures en live sont idéologiques chez Pido-casse tout! Je trouve ça insupportable. Quant à Antonacci, ce n'est pas lui faire injure que de dire qu'elle n'a jamais été une vraie rossinienne tant l'écriture de la période napolitaine l'a toujours malmenée au point de lui faire savonner la virtuosité, d'émettre des aigus souvent courts, bas, voire carrément faux et, se débattant comme elle pouvait avec ce que ses moyens lui interdisaient, d'en oublier d'incarner le personnage d'où ce côté générique.
Seule véritable exception: Ermione dans la production de Glyndebourne où, en état de grâce vocalement, elle parvenait à dresser un portrait fort dramatiquement parlant tout en franchissant les nombreuses embûches vocales du rôle.

C'est peut-être, aussi, que Desdemona (comme Otello, et c'est paradoxal) sont des rôles qui peuvent paraître "épisodiques" (pardon si le qualificatif est un peu fort) ; il faut une concentration énorme pour ne pas "sortir" du rôle entre chaque intervention (et il fallait voir Antonnacci tourner dans la coulisse, s'asseoir, se lever partition à la main pour comprendre que c'est peut-être, justement, la concentration qui a pu faire défaut).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Jeu 17 Avr 2014 - 13:29

A propos du DVD de la production Caurier/Leiser à Zurich : http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6417&cntnt01origid=57&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=55 .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PIT
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 112
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Jeu 17 Avr 2014 - 17:43

Otello a écrit:

Un regret: l'absence dans la discographie officielle de la version Pritchard à Pesaro en 1988 avec Anderson, Merritt, Blake, Di Cesare et Surjan: un bijou inégalé à ce jour.

Mais dont il est heureusement possible de trouver très facilement la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Jeu 17 Avr 2014 - 17:46

Versions officielles:





La plus belle version:



suivie de près par celle-ci:



Les autres versions officieuses, globalement assez satisfaisantes:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 10:28

J'ai écouté récemment la version dirigée par Parry et malgré de bons chanteurs, j'ai ressenti un petit ennui poli Neutral Ce qui est quand même le comble pour cette oeuvre.
Ennui car tout le monde chante bien mais sans grande prise de risque il me semble! Même Matteuzzi ne se lance pas dans des aigus interpolés...

Bruce Ford impressionne par son grave, mais par contre, l'aigu est vraiment limité. Du coup, les duos avec Matteuzzi sont à mon sens déséquilibrés puisqu'ils ne peuvent pas lutter avec la même arme. Par contre, technique impressionnante!
Matteuzzi donc a un timbre assez désagréable, et là où je l'attendais dans la virtuosité et le sur-aigu, j'ai été plutôt déçu car on est dans une Rodrigo assez terne finalement.
Elizabeth Futral est splendide par contre d'un bout à l'autre.
Juan Jose Opera propose un Iago assez passe partout alors que D'Arcangelo propose enfin un père sonore et imposant (jamais entendu Ramey, mais par rapport aux autres entendus, D'Arcangelo est enfin au niveau de ses partenaires!).
Enkelejda Shkosa est une Emilia de belle facture, et aussi un superbe Otello version Malibran dans les bonus! Quand on voit ce qu'elle est devenue Sad (Moïse et Pharaon à Marseille à l'automne...)

Parry dirige tout cela avec entrain et bon goût...

Par rapport aux monstres Merritt/Blake, ou aux trios survoltés Kunde/Florez/Merritt et Osborn/Camarena/Rocha, c'est un peu terne tout ça... et pour moi Otello ne supporte pas d'être terne! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 13:26

Polyeucte a écrit:
jamais entendu Ramey, mais par rapport aux autres entendus, D'Arcangelo est enfin au niveau de ses partenaires!
Vite vite! Ecoute la version Lopez Cobos! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 13:30

Otello a écrit:
Vite vite! Ecoute la version Lopez Cobos! Wink

Oui, mais je crains d'être déçu par Carreras et le côté rossinien de la chose... bien sûr Ramey... mais en dehors de lui, rien ne me fait venir à cette version Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 14:06

Polyeucte a écrit:
Otello a écrit:
Vite vite! Ecoute la version Lopez Cobos! Wink

Oui, mais je crains d'être déçu par Carreras et le côté rossinien de la chose... bien sûr Ramey... mais en dehors de lui, rien ne me fait venir à cette version Confused

Von Stade, au moins ?
(Assez magnifique Desdemona qui lui tombe très exactement dans les plis de la voix ; et émue, et émouvante, et émotive ; mobile, aussi ! Pour moi, un immense souvenir de la scène du Saule, il y a quelques saisons en concert à Genève, crescendo comme ici et modulée dans la pleine pâte de la voix !)
Si tu veux de l'excitation, alors essaie de mettre la main sur la Desdemona de Zeani ; et évidemment sur la confrontation/affrontement Merritt/Blake/Cuberli dont j'ai souvent parlé parce que c'est, à l'aune de ma propre "carrière", un moment si ce n'est princeps parce qu'il y a eu l'Elektra de Jones entre autres, aussi, mais majuscule !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 14:13

bAlexb a écrit:
Von Stade, au moins ?
(Assez magnifique Desdemona qui lui tombe très exactement dans les plis de la voix ; et émue, et émouvante, et émotive ; mobile, aussi ! Pour moi, un immense souvenir de la scène du Saule, il y a quelques saisons en concert à Genève, crescendo comme ici et modulée dans la pleine pâte de la voix !)

Je n'ai jamais beaucoup fréquenté Von Stade... donc ce n'est pas une artiste qui va me pousser à écouter en fait Embarassed

Citation :
Si tu veux de l'excitation, alors essaie de mettre la main sur la Desdemona de Zeani ; et évidemment sur la confrontation/affrontement Merritt/Blake/Cuberli dont j'ai souvent parlé parce que c'est, à l'aune de ma propre "carrière", un moment si ce n'est princeps parce qu'il y a eu l'Elektra de Jones entre autres, aussi, mais majuscule !

Ah mais Merritt/Blake/Cuberli, j'ai en 92... avec Croft pour compléter! Very Happy
Et oui, c'est assez grandiose... ma rencontre avec l'oeuvre en fait sur les conseils d'un admirateur de Merritt justement!

Celui qui me fait de l'oeil, c'est l'enregistrement avec Spyres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 14:38

Polyeucte a écrit:
Ah mais Merritt/Blake/Cuberli, j'ai en 92... avec Croft pour compléter! Very Happy
Et oui, c'est assez grandiose... ma rencontre avec l'oeuvre en fait sur les conseils d'un admirateur de Merritt justement!

7 mai 95 pour moi ; j'ai un moyen mnémotechnique infaillible (jour de l'élection de J. Chirac à la Présidence de la République ; la mémoire connait de ces détours, parfois).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mer 22 Avr 2015 - 22:51

ah l'Otello avec Merritt, Blake, Croft et Cuberli dirigé par Renzetti à Chicago c'est le 19/09/1992.

et bAlexb parle de Nice en 1995
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Jeu 23 Avr 2015 - 8:02

Otello a écrit:
et bAlexb parle de Nice en 1995

7 mai 95, oui ; c'est écrit juste au-dessus kiss ...
(Direction Klaus Weise, dont on avait parlé ailleurs et qui faisait bien mieux que "battre".)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 15:56



Otello : Michael Syres
Desdemona : Jessica Pratt
Elmiro : Ugo Guagliardo
Rodrigo : Filippo Adami
Iago : Giorgio Trucco
Emilia : Géraldine Chauvet
Le Doge : Sean Spyres
Lucio : Hugo Colin
Un gondolier : Leonardo Cortellazi

Chœur philharmonique de l’État de Transylvanie
Virtuosi Brunensis
Direction : Antonino Fogliani


Je voulais écouter cet enregistrement depuis un certain temps, pour Spyres et Pratt en particulier... et au final, il n'y a bien que eux deux qui valent l'écoute Confused ou presque!

Fogliani est comme Semiramide très à l'aise avec Rossini, dirigeant de belle manière l'orchestre, soignant les chanteurs pour leur donner toute latitude de varier, ne laissant pas retomber la tension... très bien. Choeur et orchestre ne sont pas aussi opulents que souvent, un peu raides même à certains endroits, mais finalement très bons.

Les petits rôles sont bien tenus, avec entre autres enfin un Elmiro taillé pour le rôle!
Le soucis vient de deux ténors... pour Iago et Rodrigo, on attend des personnalités marquées : le manipulateur et l'amoureux noble. Malheureusement, les voix et les styles ne sont pas assez différenciés Confused en Rodrigo, Adami montre une technique assez propre (même si par moments c'est un peu étrange!) mais il lui manque la séduction de la voix. En Iago, il aurait été très bien, avec ces aigus agressifs et ce timbre sec. Mais en Rodrigo, il lui manque beaucoup : jeunesse, douceur, amour... rien ne passe par son chant. Giorgio Trucco lui manque de charisme pour vraiment s'imposer en Iago...

Jessica Pratt se montre assez impressionnante vocalement. La palette est large, les couleurs variées et la technique impressionnante. Mais il manque un peu de fragilité dans son personnage. Si ses moments de révolte sont bien menés par une technique démonstrative, l'air du Saule se montre vraiment trop peu émouvant : aucune nostalgie ou tristesse. Dommage. En tout cas, en Sémiramide, elle risque d'être assez parfaite! Very Happy
Enfin Michael Spyres. Quand on cherche le fameux "baryténor", on pense bien sûr à lui en ce moment. Et il faut avouer que son grave est sidérant! Par contre, l'aigu durant cet enregistrement était rebelle et absent. Du coup on a un Otello amputé de sa dimension aiguë. Le reste est impressionnant d'aisance et de présence mais voilà, il me manque quelque chose pour vraiment adhérer à cet Otello.

Voilà... bien, mais pas aussi chouette qu'attendu. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 16:04

Polyeucte a écrit:
Jessica Pratt [...] manque un peu de fragilité dans son personnage.

C'est souvent le cas avec elle, je trouve. Et c'est ce qui fait que ses incarnations restent toujours un peu "en-dehors", extérieures ; en tout cas c'est l'impression qu'elle donne (et forcément de manière presque mathématique dans la mesure où son répertoire naturel, celui qui lui tombe a priori le plus dans la voix appelle de la technique, ce qu'elle a de manière indéniable MAIS aussi du coeur, de l'engagement, quelque chose qui tient dans l'interstice ténu entre musique et texte et qu'elle investit toujours plus ou moins à moitié, pour moi ; ce qui est rageant, d'ailleurs, dans la mesure où on sent qu'elle en est capable mais que quelque chose qui tient peut-être à sa formation très "exacte" la tient toujours plus ou moins en lisière, au milieu du gué au risque de s'y noyer).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 17:38

Tout à fait d'accord avec vous sur Pratt : on est toujours content de la voir sur une distribution, parce que c'est la certitude d'une très belle tenue de bout en bout… mais l'homogénéité et la facilité absolue de la voix finissent toujours par manquer un peu d'élan et d'abandon – non pas qu'elle chante sans conviction, mais la sûreté même de la technique est contre-productive, d'une certaine façon (couverture maximale…).


Polyeucte a écrit:
Enfin Michael Spyres. Quand on cherche le fameux "baryténor", on pense bien sûr à lui en ce moment. Et il faut avouer que son grave est sidérant!

Je ne suis pas persuadé que ce soit ça, un baryténor – la voix est quand même claire et l'émission haute et claironnante… on a plus affaire à une voix longue avec de jolies teintes de bronze.

Après, ça fait très longtemps qu'on les cherche sans les trouver, mais je me figure que ce peut être un ténor un peu moins aisé, qui aurait pu être un dramatique quelques années plus tard.

Mais je reste persuadé qu'on doit difficilement pouvoir faire mieux que Spyres là-dedans, en tout cas actuellement. (Je crois que j'ai écouté le premier disque, et que la direction de Fogliani était passionnante comme d'habitude, mais c'est la seule impression qui me reste, bizarrement.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 20:20

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
Jessica Pratt [...] manque un peu de fragilité dans son personnage.

C'est souvent le cas avec elle, je trouve. Et c'est ce qui fait que ses incarnations restent toujours un peu "en-dehors", extérieures ; en tout cas c'est l'impression qu'elle donne (et forcément de manière presque mathématique dans la mesure où son répertoire naturel, celui qui lui tombe a priori le plus dans la voix appelle de la technique, ce qu'elle a de manière indéniable MAIS aussi du coeur, de l'engagement, quelque chose qui tient dans l'interstice ténu entre musique et texte et qu'elle investit toujours plus ou moins à moitié, pour moi ; ce qui est rageant, d'ailleurs, dans la mesure où on sent qu'elle en est capable mais que quelque chose qui tient peut-être à sa formation très "exacte" la tient toujours plus ou moins en lisière, au milieu du gué au risque de s'y noyer).

DavidLeMarrec a écrit:
Tout à fait d'accord avec vous sur Pratt : on est toujours content de la voir sur une distribution, parce que c'est la certitude d'une très belle tenue de bout en bout… mais l'homogénéité et la facilité absolue de la voix finissent toujours par manquer un peu d'élan et d'abandon – non pas qu'elle chante sans conviction, mais la sûreté même de la technique est contre-productive, d'une certaine façon (couverture maximale…).

Je garde un très bon souvenir de sa prestation dans le Ciro de Pesaro... et là j'avais ressenti de l'émotion. Mais peut-être qu'elle était plus en phase avec le personnage, et inspirée par une mise en scène et de partenaires (Podles!)...


Citation :
Polyeucte a écrit:
Enfin Michael Spyres. Quand on cherche le fameux "baryténor", on pense bien sûr à lui en ce moment. Et il faut avouer que son grave est sidérant!

Je ne suis pas persuadé que ce soit ça, un baryténor – la voix est quand même claire et l'émission haute et claironnante… on a plus affaire à une voix longue avec de jolies teintes de bronze.

Après, ça fait très longtemps qu'on les cherche sans les trouver, mais je me figure que ce peut être un ténor un peu moins aisé, qui aurait pu être un dramatique quelques années plus tard.

Ah mais je ne pose pas Spyres comme le modèle de baryténor... disons qu'il s'est très fortement imposé dans le répertoire a priori destiné à ce type de voix ou du moins à ce qu'on associe à ce terme.


Citation :
Mais je reste persuadé qu'on doit difficilement pouvoir faire mieux que Spyres là-dedans, en tout cas actuellement. (Je crois que j'ai écouté le premier disque, et que la direction de Fogliani était passionnante comme d'habitude, mais c'est la seule impression qui me reste, bizarrement.)  

Disons que dans le même rôle, avec un centre de gravité vocal un peu plus haut, je trouve Osborn plus marquant... vélocité, aigus... il n'y a que ce grave de bronze à faire trembler les murs qu'il n'a pas... mais qu'il compense par autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 20:34

Polyeucte a écrit:
Ah mais je ne pose pas Spyres comme le modèle de baryténor... disons qu'il s'est très fortement imposé dans le répertoire a priori destiné à ce type de voix ou du moins à ce qu'on associe à ce terme.

C'est vrai, ça lui va très bien.


Citation :
Disons que dans le même rôle, avec un centre de gravité vocal un peu plus haut, je trouve Osborn plus marquant... vélocité, aigus... il n'y a que ce grave de bronze à faire trembler les murs qu'il n'a pas... mais qu'il compense par autre chose.

Osborn a à mon avis un centre de gravité plus bas, en tout cas à ce stade de sa carrière. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 20:51

DavidLeMarrec a écrit:
Osborn a à mon avis un centre de gravité plus bas, en tout cas à ce stade de sa carrière. Non ?

Pas l'impression. Dans le même rôle, le grave est un peu moins marqué (et surtout il ne descend pas aussi bas!), et l'aigu glorieux!
Il a encore un aigu impressionnant (contre-fa si je me souviens bien dans le Semiramide dirigé par Pido en novembre dernier... pas super beau, mais il était là et impressionnant!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85753
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 20:55

Je suis d'accord avec ça, peu de graves et suraigu glorieux (bien que, dans le répertoire où je l'écoute, je ne puisse en fait juger que jusqu'au haut de l'aigu, pas vraiment après…), mais je parlais du point d'équilibre de la voix, il me semble qu'Osborn a évolué vers un équilibre plus bas, mais je me trompe peut-être, je l'écoute (beaucoup) moins que toi, et ce n'est pas quelque chose de facile à mesurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 21:04

DavidLeMarrec a écrit:
Je suis d'accord avec ça, peu de graves et suraigu glorieux (bien que, dans le répertoire où je l'écoute, je ne puisse en fait juger que jusqu'au haut de l'aigu, pas vraiment après…), mais je parlais du point d'équilibre de la voix, il me semble qu'Osborn a évolué vers un équilibre plus bas, mais je me trompe peut-être, je l'écoute (beaucoup) moins que toi, et ce n'est pas quelque chose de facile à mesurer.

Disons qu'il a conservé son aigu et développé un peu son grave...
Mais là où Spyres semble s'épanouir dans le grave avec aisance, Osborn lui s'épanouit plus dans l'aigu.
Par contre la voix s'est un peu assombrie par rapport aux premières écoutes d'il y a quelques années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 21:48

Spyres est le seul à pouvoir prétendre à la relève de Merritt en tant que baryténor (qui nécessite un registre grave très nourri). C'est vrai que dans cet Otello, il ne dispense pas de suraigus comme son illustre et idéal prédécesseur.
Pourtant, Spyres a du suraigu: il décoche du contre-ré, du contre-mi bémol et du contre-mi avec une facilité scotchante: Il faut par exemple écouter son grand air dans Les Martyrs de Donizetti: à la fin de l'air ça décoiffe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 10 Aoû 2015 - 21:52

Otello a écrit:
Spyres est le seul à pouvoir prétendre à la relève de Merritt en tant que baryténor (qui nécessite un registre grave très nourri). C'est vrai que dans cet Otello, il ne dispense pas de suraigus comme son illustre et idéal prédécesseur.
Pourtant, Spyres a du suraigu: il décoche du contre-ré, du contre-mi bémol et du contre-mi avec une facilité scotchante: Il faut par exemple écouter son grand air dans Les Martyrs de Donizetti: à la fin de l'air ça décoiffe!

Oui, mais là, chaque aigu est difficile, et rapidement mis de côté j'ai l'impression... un passage sans sûrement.
J'ai l'impression qu'il a des jours avec et des jours sans Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 13:15

Annoncée chez Dynamic pour septembre, une captation avec Kunde & Mironov, à Anvers sous la baguette de Zedda : http://www.naxos.com/catalogue/item.asp?item_code=CDS7711 . Un peu plus que prometteur sur le papier drunken ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 13:29

La distribution complète :

Otello : Gregory Kunde
Desdemona : Carmen Romeu
Rodrigo : Maxim Mironov
Iago : Robert McPherson
Elmiro : Josef Wagner
Emilia : Raffaella Lupinacci
Il Doge : Maarten Heirman
Un Gondoliere : Stephan Adriaens

Koor van de Vlaamse Opera
Chef de choeur : Jan Schweiger

Symfonisch orkest van de Vlaamse Opera
Direction : Alberto Zedda


Kunde oui. Mironov, je n'en garde pas un immense souvenir dans La Muette de Portici à l'Opéra-Comique : une présence inexistante et un timbre très blanc. Après, peut-être que Rossini lui convient mieux! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 13:49

Polyeucte a écrit:
Kunde oui. Mironov, je n'en garde pas un immense souvenir dans La Muette de Portici à l'Opéra-Comique : une présence inexistante et un timbre très blanc. Après, peut-être que Rossini lui convient mieux! Very Happy

Dans Otello, justement, à Lausanne, c'était très présentable ; assurément stylé, en tout cas, même si la voix manque d'intensité, "d'accroches", "d'attaches" aussi j'ai envie de dire (articulations des registres, manière d'utiliser la vocalise dans la construction de la ligne), d'angles par-dessus tout, même si le brillant est réel. Disons que, pour moi, ça construit un personnage pour la galerie, un caractère de façade plus que ça ne le creuse (et, face à Kunde en Otello, il ne peut que plier/ployer sur tous les plans ; j'ai fait cette même expérience dans la Donna del Lago de Genève en 2010, où Luciano Botelho n'avait aucune chance face au Rodrigo magistral de l'Américain).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 15:30

bAlexb a écrit:
Dans Otello, justement, à Lausanne, c'était très présentable ; assurément stylé, en tout cas, même si la voix manque d'intensité, "d'accroches", "d'attaches" aussi j'ai envie de dire (articulations des registres, manière d'utiliser la vocalise dans la construction de la ligne), d'angles par-dessus tout, même si le brillant est réel. Disons que, pour moi, ça construit un personnage pour la galerie, un caractère de façade plus que ça ne le creuse (et, face à Kunde en Otello, il ne peut que plier/ployer sur tous les plans ; j'ai fait cette même expérience dans la Donna del Lago de Genève en 2010, où Luciano Botelho n'avait aucune chance face au Rodrigo magistral de l'Américain).

Mais c'est justement ça qui me pose soucis : ce manque d'accroche et de fougue... le côté un peu lisse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 16:14

Polyeucte a écrit:
bAlexb a écrit:
Dans Otello, justement, à Lausanne, c'était très présentable ; assurément stylé, en tout cas, même si la voix manque d'intensité, "d'accroches", "d'attaches" aussi j'ai envie de dire (articulations des registres, manière d'utiliser la vocalise dans la construction de la ligne), d'angles par-dessus tout, même si le brillant est réel. Disons que, pour moi, ça construit un personnage pour la galerie, un caractère de façade plus que ça ne le creuse (et, face à Kunde en Otello, il ne peut que plier/ployer sur tous les plans ; j'ai fait cette même expérience dans la Donna del Lago de Genève en 2010, où Luciano Botelho n'avait aucune chance face au Rodrigo magistral de l'Américain).

Mais c'est justement ça qui me pose soucis : ce manque d'accroche et de fougue... le côté un peu lisse...

Evidemment, ça n'est pas Blake ; ça n'est pas non plus Florez, qui a beaucoup plus "d'articulations" dans la voix qu'on ne veut le dire, beaucoup plus de "cartilages" pour donner de la tenue à son chant et de la hauteur à son personnage . Mais ça ne pèse pas lourd (et d'autant moins que, je le redis, Mironov est très soutenable) quand il s'agit d'avoir enfin l'Otello de Kunde ; et qui plus est, spécifiquement avec ce chef-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 16:38

bAlexb a écrit:
Evidemment, ça n'est pas Blake ; ça n'est pas non plus Florez, qui a beaucoup plus "d'articulations" dans la voix qu'on ne veut le dire, beaucoup plus de "cartilages" pour donner de la tenue à son chant et de la hauteur à son personnage . Mais ça ne pèse pas lourd (et d'autant moins que, je le redis, Mironov est très soutenable) quand il s'agit d'avoir enfin l'Otello de Kunde ; et qui plus est, spécifiquement avec ce chef-ci.

Bien sûr, je ne cherche pas à comparer (sinon, tu as aussi Camarena qui est fabuleux avec Bartoli! Very Happy)...
Mais disons que justement, quand on a Kunde avec Florez (et Merritt!) à Pesaro, le trouver avec un partenaire moins bravache et marquant est dommage.
Après on aura peut-être une excellente surprise! Je le souhaite! Very Happy

(j'aime beaucoup le duo de coqs du deuxième acte, alors faut que les deux soient au niveau! Des tandems à la Merrit/Blake, Kunde/FLorez, Osborn/Korchak ou Camarena...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8410
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 17:03

Polyeucte a écrit:
Mais disons que justement, quand on a Kunde avec Florez (et Merritt!) à Pesaro, le trouver avec un partenaire moins bravache et marquant est dommage.



Polyeucte a écrit:
(j'aime beaucoup le duo de coqs du deuxième acte, alors faut que les deux soient au niveau! Des tandems à la Merrit/Blake, Kunde/FLorez, Osborn/Korchak ou Camarena...)

pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 18 Aoû 2015 - 17:07

bAlexb a écrit:
Polyeucte a écrit:
Mais disons que justement, quand on a Kunde avec Florez (et Merritt!) à Pesaro, le trouver avec un partenaire moins bravache et marquant est dommage.


hehe

Citation :
Polyeucte a écrit:
(j'aime beaucoup le duo de coqs du deuxième acte, alors faut que les deux soient au niveau! Des tandems à la Merrit/Blake, Kunde/FLorez, Osborn/Korchak ou Camarena...)

pale

Je sais bien! Mr.Red
Mais j'aime bien personnellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 26 Nov 2018 - 13:40

En écoutant le récital Rossini de Kasarova où elle chant un duo d'{Otello} dans sa version Malibran (elle chant le rôle titre!), je me suis demandé si il existait une version correcte de cet état de la partition?
Il y a bien le cd Dynamic... mais j'ai un peu peur de la mezzo.

Et du coup, c'est étrange qu'aucune grande mezzo n'ait réussi à imposer cette version! Imaginez une Horne ou une Podles dans le rôle d'Otello bounce bounce bounce

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 846
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 26 Nov 2018 - 17:08

La version Malibran, telle que disponible dans l'enregistrement Dynamics, ne m'a pas laissé un grand souvenir. Est-ce l'interprétation ? Est-ce la musique ?
Cette version propose deux fins, une "fin heureuse" (plutôt pas mal, pour autant qu'il m'en souvienne) et la "fin traditionnelle"...Pourquoi pas, à titre de curiosité ?
Ceci écrit, à titre de comparaison, la version Malibran des Puritani de Bellini tient la route, à mon sens, tandis que la version Malibran de l'Otello de Rossini de s'impose pas
Peut-être est-ce pour cela que Marylin Horne et Ewa Podles ne s'y sont pas risquées ?

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3265
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Lun 26 Nov 2018 - 19:19

Mais cette version Malibran est de la main de Rossini ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6937
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 27 Nov 2018 - 0:25

fomalhaut a écrit:
La version Malibran, telle que disponible dans l'enregistrement Dynamics, ne m'a pas laissé un grand souvenir. Est-ce l'interprétation ? Est-ce la musique ?
Sans hésiter c'est l'interprétation qui plombe cette version sans nerfs, sans ressorts, sans aucune brillance vocale (et c'est pas sur Ciofi avec sa demi-voix et son émission toute voilée qu'il faut compter pour impulser une quelconque énergie!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19658
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Rossini-Otello   Mar 27 Nov 2018 - 10:11

fomalhaut a écrit:
La version Malibran, telle que disponible dans l'enregistrement Dynamics, ne m'a pas laissé un grand souvenir. Est-ce l'interprétation ? Est-ce la musique ?
Cette version propose deux fins, une "fin heureuse" (plutôt pas mal, pour autant qu'il m'en souvienne) et la "fin traditionnelle"...Pourquoi pas, à titre de curiosité ?
Ceci écrit, à titre de comparaison, la version Malibran des Puritani de Bellini tient la route, à mon sens, tandis que la version Malibran de l'Otello de Rossini de s'impose pas
Peut-être est-ce pour cela que Marylin Horne et Ewa Podles ne s'y sont pas risquées ?

fomalhaut

Enfin la version Malibran des Puritains, elle est quand même pas très souvent données non plus!

Francesco a écrit:
Mais cette version Malibran est de la main de Rossini ?

De ce que j'en ai lu j'imagine.. Pasta aussi a chanté cette version!

Otello a écrit:
fomalhaut a écrit:
La version Malibran, telle que disponible dans l'enregistrement Dynamics, ne m'a pas laissé un grand souvenir. Est-ce l'interprétation ? Est-ce la musique ?
Sans hésiter c'est l'interprétation qui plombe cette version sans nerfs, sans ressorts, sans aucune brillance vocale (et c'est pas sur Ciofi avec sa demi-voix et son émission toute voilée qu'il faut compter pour impulser une quelconque énergie!).

Rho... franchement, dans cette distribution il n'y a bien que Ciofi qui me tenterait pour une Desdemona toute en demi-teintes... En même temps de toute façon, si tu donnes Otello à une mezzo, difficile de donner Desdemona à une Pratt par exemple, le mieux est quand même de différencier un peu plus les timbres...

Mais bon, s'il n'y a rien d'autre... je vais rester sur les extraits malheureusement. En espérant qu'un jour on ait un enregistrement chouette! Very Happy Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rossini-Otello   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rossini-Otello
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rossini-Otello
» [TCE] Rossini : Otello (Spinosi, 2014)
» BT 113 : To be or not to be ? That is the question.
» Maometto II (Rossini 1820)
» TCE 2010-2011 (programmation)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: