Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LILI BOULANGER (1893-1918)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: LILI BOULANGER (1893-1918)   Mer 29 Juil 2009 - 19:35

En 1988 je sortais du cinéma, je venais de voir La Passion Béatrice de Bertrand Tavernier.
Je découvrais en fait Lili Boulanger, je me hâtais d’aller au « Furet du nord » acheter, sur microsillon, la bande originale du film.


Voilà pour les circonstances personnelles.

LILLI BOULANGER (1893-1918)
Après quelques lectures comparatives l’ article de Wikipédia est un bon résumé
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lili_Boulanger

Bibliographie indicative :
Un premier ouvrage édité chez Fayard :

« A la recherche de Lili Boulanger » par Jérôme Spycket. En 380 pages il retrace la vie de la compositrice, parle peu des œuvres mais organise son livre en 10 mystères.
Le mystère le plus croustillant étant celui de l’opéra inachevé La princesse Maleine .

Sur la princesse Maleine un article scientifique en anglais extrêmement intéressant.
http://www.unc.edu/~fauser/jrma-97.pdf

Le second ouvrage édité chez Symétrie

« Nadia Boulanger et Lilli Boulanger ; témoignages et études » ouvrage le plus complet et le plus scientifique sur Lilli Boulanger et « in extenso » sur les Boulanger. 544 pages.
http://www.symetrie.com/fr/edition/alexandra.laederich/nadia-boulanger-et-lili-boulanger
• Discographie indicative.
J’ai fait un copié collé du catalogue de Lili Boulanger ci-dessous.
En gras œuvre enregistrée avec le numéro du cd

En cinq disques, l’essentiel de son catalogue est parcouru.
Les mélodies
Les psaumes
La cantate de prix de Rome Faust et Hélène


disque 1

Pour découvrir l' univers Boulanger


disque 2

Les plus belles mélodies

disque 3

Pour s ' initier aux mélodies et à sa musique de piano

Disque 4

Pour découvrir sa cantate de prix de Rome et sa musique orchestrale


Disque 5
premier enregistrement fin des années 60 par Markevitch

• 1905-1906, Valse en mi pour piano [inachevé]
• 1906, La lettre de mort sur un poème d'E. Manuel, voix soliste et piano [perdu]
• 1907, Psaumes CXXXI & CXXXVII, deux voix et orchestre [perdu]
• 1908, Ave Maria, voix soliste, orgue [perdu]
• 1909, 5 études, piano [perdu]
• 1909, Psaume CXIX, choeur, orchestre [perdu]
• 1910-1916, Psaume CXXIX Ils m’ont assez opprimé, pour baryton, choeur d'hommes et orchestre 5
• 1910-1917, Psaume CXXX Du fond de l’abîme, pour alto, ténor, choeur, orgue et orchestre 4, 5
• 1911, Sous bois, sur un poème de P. Gille, chœur et orchestre 1
• 1911, Nocturne pour flûte ou violon et piano ou orchestre [titre original, Pièce courte] Partition : partie et conducteur piano
• 1911, 3 études, piano [perdu]
• 1911, Prélude en si bémol pour piano [inédit]
• 1911, Frédégonde, cantate, texte de C. Morel, soprano, ténor, basse, piano [inachevé]
• 1911, Les sirènes, sur un poème de C. Grandmougin, pour mezzo, choeur, piano 1,2
• 1911, Maïa, cantate, texte de F. Beisser, soprano, ténor, basse, piano
• 1911, Reflets sur un poème de M. Maeterlinck, voix soliste, piano ou orchestre 1 3
• 1911, Prélude en ré majeur pour piano [inédit]
• 1911-1912, Soleils de Septembre, chœur et orchestre [inachevé]
• 1911-1914, Morceau de piano : thème et variations [perdu d'après Jacques Chailley dans Revue Musicale 1982 ; manuscrit Légué à la Bibliothèque nationale de France par Nadia Boulanger, manuscrit conservé sous la cote ms. 19493]
• 1911-1916, Renouveau sur un poème d' A. Silvestre, choeur, 4 voix solistes, piano ou orchestre 2
• 1911-1918, La princesse Maleine, opéra en 5 actes, livret de M. Maeterlinck et T. Ricordi [inachevé]
• 1912, Le retour, sur un poème de G. Delaquys, voix soliste, piano [version originale, La nef légère, chœur et piano 1 3
• 1912, Attente, sur un poème de Maeterlinck, voix soliste, piano 1 3

• 1912, Le soir, chœur, piano ou orchestre [inachevé]
• 1912, Hymne au soleil, sur un poème de C. Delavigne, alto, chœur, orchestre ou piano 1 ,2
• 1912, 2 études, piano à 4 mains [perdu]
• 1912, Soir d’été, chœur, piano [inachevé]
• 1912, La source sur un poème de Leconte de Lisle, chœur, orchestre 1
• 1912, La tempête (Pendant la tempête) sur un poème de T. Gautier, chœur, piano 1
• 1912-1913, Pour les funérailles d’un soldat sur un poème d'A. de Musset, Baryton, chœur, orchestre 2

• 1912-1913, 2 fugues a capela à 4
• 1912-1916, Sonate, violon et piano [perdu]
• 1913, Soir sur la plaine sur un poème d' A. Samain, soprano, ténor, choeur, orchestre 2
• 1913, Faust et Hélène, cantate sur un texte d' E. Adenis d'après Goethe, mezzo, ténor, baryton, orchestre 4

• 1913, Alyssa, cantate, soprano, ténor, basse, orchestre [perdu]
• 1914, Pièce, hautbois et piano [perdu]
• 1914, Pièce, violoncelle et piano [perdu]
• 1914, D’un jardin clair, pour piano 3
• 1914, D’un vieux jardin, pourpiano 3
• 1914, Cortège pour violon ou flûte et piano ou orchestre [une version pour piano 2 mains est éditée chez Ricordi, dédicacée à Yvonne Astruc] Version pour flûte et piano, parties et conducteur 3
• 1914-1917, Vieille prière bouddhique (prière d'après Visuddhimagga taduite par S. Karpelès), ténor, chœur, orchestre 5

• 1915, Pièce, trompette et petit orchestre [perdu]
• 1915-1916, Poème symphonique, orchestre[inachevé] [perdu]
• 1915-1916, Clairières dans le ciel sur des poesies de Francis James, dédicacé à Gabriel Fauré (cycle de 13 chansons) ténor et piano [n°. 1, 5, 6, 7, 10, 11, 12, 13 orchestrés] Version piano et chant 2 ,3• 1916, Sicilienne, petit orchestre [perdu]
• 1916, Dans l’immense tristesse sur un poème de B. Galéron de Calone, voix soliste et piano 1 3
• 1916, Marche funèbre, petit orchestre [perdu]
• 1916, Marche gaie, petit orchestre [perdu]
• 1916, Psaume XXIV La terre appartient à l’Éternel, ténor, chœur, orgue, orchestre 4,5
• 1917-1918, D’un matin de printemps pour violon ou flûte et piano ou orchestre. Partition : parties séparées et directeur piano 4
• 1917-1918, D’un soir triste pour trio de cordes ou violoncelle et piano ou orchestre 4
• 1918, Pie Jesu, soprano, quatuor de cordes, harpe, orgue 5

• s. d. Les pauvres sur un poème d'Émile Verhaeren, voix soliste, piano, [inachevé] [perdu]
• s. d., Psaume CXXVI, choeur, orchestre [inachevé] [perdu][b]



Dans le prochain message je parlerai de sa musique , de son style.
voilà le débat lancé


Dernière édition par franchom le Lun 3 Aoû 2009 - 16:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Mer 29 Juil 2009 - 19:43

Je vais déchiffrer ses trois pièces pour piano ("D'un vieux jardin", "D'un jardin clair", "Cortège"), partitions sur l'IMSLP.

A suivre aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
joachim
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1224
Age : 71
Localisation : Nord (avesnois/thiérache)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Mer 29 Juil 2009 - 20:33

Très intéressant article sur Lili Boulanger Very Happy

Quand on consulte le catalogue, on s'aperçoit qu'il y a à peu près la moitié de l'oeuvre de perdu. Bizarre quand même pour un personnage du 20ème siècle !

J'ai entendu la majeure partie des enregistrements, et je trouve que ses chefs d'oeuvres sont dans la musique religieuse, en particulier les 3 psaumes, la vieille prière bouddhique et bien sûr le magnifique Pie Jesu. Ce sont d'ailleurs ces morceaux qui figurent ensemble dans les CD.

Par contre, les mélodies me laissent de marbre (mais il est vrai que les mélodies en général ne sont pas ma tasse de thé), à l'exception du "pour les funérailles d'un soldat" que je trouve magnifique. Il est vrai que composée avec choeur et orchestre, ce n'est pas tout à fait une mélodie.

J'aime bien aussi les autres choeurs, en particulier l'Hymne au soleil, ainsi que les deux petits poèmes symphoniques, D'un soir triste, et D'un matin de printemps. Les 3 pièces pour violon et piano sont magnifiques elles aussi (on y retrouve d'ailleurs D'un matin de printemps).

Mais Faust et Hélène a plutôt tendance à m'ennuyer, je trouve la cantate trop longue.

Ce que je ne connais pas, ce sont les extraits de la Princesse Maleine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Mer 29 Juil 2009 - 20:48

J'aime beaucoup "D'un vieux jardin". Il y a sur ce morceau un très intéressant travail de sonorité, si on essaye d'éviter d'éviter la pédale tout le long. Résultat, je ne vais pas m'arrêter à un simple déchiffrage. Very Happy Me fait penser à du Debussy, sans que ça n'en soit qu'une pâle copie. On a des sonorités modernes, et Lili Boulanger n'hésite pas à aller chercher aux frontières de la tonalité avec beaucoup de notes étrangères. Enfin, on est loin d'une atonalité franche, mais on trouve de riches sonorités.

Je vais tâcher de trouver les disques que propose franchom, là ça donne très envie. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 30 Juil 2009 - 12:53

FAUST ET HELENE

Discographie
Chandos 1999
Yan-Pascal TORTELIER Chef d'orchestre, Violon, Direction (1-5), Lynne DAWSON Soprano (1), Ann MURRAY Mezzo-soprano (5), Bonaventura BOTTONE Ténor (1), Neil MACKENZIE Ténor (2, 5), Jason HOWARD Basse [voix] (1), CITY OF BIRMINGHAM SYMPHONY CHORUS Choeur mixte (2, 5), BBC PHILHARMONIC ORCHESTRA Orchestre symphonique (1-5).

De nombreuses reprises en concert ces dernières années.
Faust et Hélène, cantate pour mezzo-soprano, ténor, baryton, chœur et orchestre de Lili Boulanger (Paris, 1913)
L’audition des diverses cantates eut lieu le 5 juillet 1913 en présence de Paladilhe, théodore Dubois, Fauré , Widor, Charpentier.
Premier prix ex aequo Lilli Boulanger, Claude Delvincourt
Second grand prix de Rome Marc Delmas.

Pour la première fois la récompense allait à une femme, jeune fille de 20 ans.
La partition fut exécutée pour la première fois par Claire Croiza, David Devries et Henri Albero, au piano sa sœur Nadia.
La partition fait appel à un grand orchestre, bois et cuivres par trois, cordes divisées, adjonction d’un célesta.
L’écriture est ferme, elle use de thèmes brefs et caractéristiques, sans omettre les élans lyriques.
Les annotations destinées aux interprètes montrent la connaissance parfaite des ressources expressives
Exemple : le récit de Mephisto veillant sur le sommeil de Faust doit être déclamé « Comme une psalmodie calme et mystérieuse, en mettant bien les mots en valeur, sans donner de la voix »
Ci-dessous le texte de la cantate et quelques annotations simples en gras pendant l’écoute.
Je suis d’ accord avec Joachim pour dire que l’œuvre tire en longueur, en revanche on ne peut lui imputer un charme certain.


Faust et Hélène 30'04 malheureusement une seule plage sur le cd pour les 30'
Prélude orchestral 2’35’’ (un joli thème aux cordes) assez vite relayé par les cuivres puis les bois. Après écoute intégrale l’essentiel des thèmes de la cantate est annoncé
Méphisto
Esprits qui voltigez dans l'ombre du soir calme
Et qui rafraîchissez d'un souffle ami
Avec la palme
De vos ailes,
Le front de mon Faust endormi,
Si fous que soient les vœux qu'il
forme dans la fièvre
De ses désirs jamais lassés,
Au moindre mot qui tombe de sa lèvre,
Obéissez.

Faust
Je m'éveille aux parfums des roses de la plaine
Purs Esprits,
Épars sous les cieux,
Qui me berciez d'un songe merveilleux,
À vous merci !

Méphisto
Plus légers qu'une haleine,
Ils s'évanouissent dans l'air
À quoi rêviez-vous donc ?

Faust
Après un début assez proche de Massenet des touches debussystes et fauréenne sont présentes
À la beauté d'Hélène,
Toujours !
À la splendeur divine de la chair !

Méphisto
Quelle folie!
Et, comme votre cœur facilement oublie!
Marguerite n'est plus qu'un lointain souvenir.

Faust
Tais-toi ! Tais-toi !
Ne trouble pas encore ma conscience
Du seul remords que j'en voudrais bannir !

Méphisto
Ou retournez à la science,
Ou cherchez en l'oubli dans le plaisir.
Mais très vite Massenet prend le dessus
Faust
Non, non, je veux connaître sans souci d'autre volupté,
Celle qui résume en son être
Tout l'idéal de la beauté.

Hélène au front de lys
Hélène au cœur de flamme
Toute la femme !
Toute l'âme,
Tout le poème de l'amour
Viens à travers les temps,
Viens à travers les âges
Hélène, Hélène,
Viens.

Hélène au front de lys
Hélène au cœur de flamme,
Toute la femme !
Toute l'âme,
Tout le poème de l'amour
Viens à travers les temps,
Viens à travers les âges
Émerveiller mes yeux du plus beau des visages
Qui jamais apparût au jour !

Méphisto (utilisation des bassons intéressante)
Tout, excepté cela,
Docteur !
En vérité, vouloir posséder la beauté
Qui n'apparût qu'une fois sur la terre,
Et fit jaillir d'une source adultère tant de fleuves de sang
C'est tenter Dieu.

Faust
Je veux...

Méphisto
Je crains que ce ne soit le dernier de vos vœux.
Interlude orchestral
Univers wagnérien Ring pour les premières mesures. Et utilisation encore basson contrebasson clarinette basse
Thème harpe hautbois flûte ( Debussy)

Faust
Ah ! Hélène ! Hélène !

Mezzo soprano figuralisme sur le réveil
Hélène
Par l'effort d'un vouloir sublime
Qui m'arrache à mon lourd sommeil ?
Qui me ranime ?

Faust
L'éternel désir ô Divinité,
O miracle éternel de grâce et de beauté !
Hélène
Beauté fatale, qui déchaîne au
terrestre séjour !
La Haine !

Faust
mélodie à la Massenet à souhait.
Et qui fait triompher l'amour !
Hélène, indifférent au blâme,
Sourd à la voix du ciel qui s'attristait sur moi,
Je t'ai voulue et j'ai donné mon âme
Aux tourments de l'Enfer
Pour un baiser de toi !

Hélène
Oui, celui qui m'aime
Se montre sans pitié pour autrui,
Pour lui-même ! longueur
J'ai souffert et j'ai fait souffrir longueur
L'orgueil douloureux de mes charmes
A semé, dans le deuil des larmes,
La mort et je n'ai pu mourir.
Mon âme errant sur le Désir
Vit toujours, mais mon cœur repose.
Ne me force pas à rouvrir,
Insensé, ma paupière close.

Faust
Ils expiraient dans un sourire,
Tous ceux qu'ont éblouis les regards de tes yeux !
Que je voie un instant leur double étoile luire,
Je mourrai de bonheur comme eux !
On est toujours dans Massenet
Hélène
Non, non, plus de victimes !

Faust
Je t'aime, sois à moi !

Hélène
Fol amour ! Espoir vain !
N'ajoutons pas un nouveau crime à d'anciens crimes.
L'Amour est maudit !

Faust vers Debussy
L'Amour est divin, Hélène !
Ne te souviens plus du passé qui pleure.
Rappelle-toi l'heure
Où tu t'enivrais de l'ardent baiser.

Hélène
Je vis ! Je renais !

Faust
Rappelle-toi !
Et Massenet redomine
Hélène
Quel feu me dévore !
Je vis ! Je renais !
L'amour fait encore palpiter ma chair sous l'ardent baiser !

Faust
Ne te souviens plus du passé qui pleure.

Hélène
Quel feu me dévore !
Je vis ! Je renais !

Faust
Rappelle-toi l'heure ! Rappelle-toi !
Amour qui m'enfièvres,
Flammes du désir,
Joignez nos deux lèvres pour les embraser !
Amour qui m'enfièvres,
Brûlante flamme.

Faust et Hélène
O brûlante flamme,
Ah ! Joignez nos deux lèvres pour les embraser
Joignez nos deux lèvres,
Joignez nos deux lèvres pour les embraser !

Hélène
Je sens, Dieu d'amour
S'embraser mon âme,
Mon corps se briser.

Faust
Ah !

Hélène et Faust
Ah ! Je t'aime !

Faust
O nuit, o nuit,
J'ai fait tenir toute une éternité de bonheur en une heure brève.
Tel un Dieu,
J'ai connu l'immortelle beauté !

Méphisto
Hélas ! Tu n'as connu que la beauté du rêve
Et voici le réveil !
Passage orchestral étrange intéressant (Berlioz damnation de Faust) modalité
Faust
Dieu puissant !
Tous ces spectres tachés de sang !

Méphisto
Les combattants d'Hellas !
Les conquérants d'Asie !
Tous ceux qui pour elle ont perdu la vie !
Ils vont vous enfermer dans un cercle étouffant.
Au large ! À l'instant !

Hélène
Quoi ! Déjà rompre la chaîne
De nos bras amoureux ?

Faust
Hélène !

Hélène
De mon amour es-tu las ?

Méphisto
Si vous ne vous séparez d'elle,
C'en est fait de vous !

Hélène
Ne suis-je plus belle ?

Méphisto
Loin d'ici !

Hélène
Ne me quitte pas.

Méphisto
Loin d'ici !
Voyez, voyez tous ces fantômes,
Dans la plaine au sombre décor.

Faust
Grandissez, grandissez, fantômes
Dans la plaine au sombre décor.

Méphisto
Sa beauté coûta des royaumes,
Son amour enchaîne la mort !

Hélène
Mon amour sera le plus fort !
Laissez, laissez, ces fantômes !

Faust
Grandissez, grandissez, fantômes
Dans la plaine au sombre décor
Sa beauté coûta des royaumes,
Son amour entraîne la mort.

Méphisto
Son amour entraîne la mort.

Hélène
Mon amour sera le plus fort !

Méphisto
Son amour entraîne la mort.

Faust
Grandissez, fantômes,
Dans la plaine au sombre décor
Sa beauté vaut tous les royaumes.

Hélène
Laissez, laissez, tous ces fantômes
Dans la plaine au sombre décor
Ma beauté coûta des royaumes,
Mon amour sera le plus fort !

Méphisto
Voyez, tous ces fantômes
Dans la plaine au sombre décor.
Voyez,
Le cercle se resserre et la nue étincelle !

Faust
Nuit d'hymen, de clartés !

Hélène
Dis-moi que je suis belle !

Méphisto
Regardez !

Faust
Je ne vois qu'elle !

Hélène
Cher amour !

Méphisto
Écoutez !

Faust
Je n'entends que sa voix !

Méphisto
Il faut me suivre !
L’orchestre explose
Hélène
Conquise, en tes bras, garde-moi !
Par l'amour tu m'as fait renaître.
Je ne veux vivre que pour toi !

Faust
Fantôme, Esprit, Démon,
Je suis ton Maître !
Arrière !

Méphisto
Prenez garde !
Qu'allez-vous faire ?

Faust
Ni l'enfer ni le ciel, ne m'ôteront avec Hélène
L'amour conquis, le bonheur éternel !

Hélène
Ah ! L'on m'entraîne!
Adieu !

Méphisto
Sur nous malheur !
Nous avons tenté Dieu !
Sur nous malheur ! exténué
________________________________________
Eugène Adénis-Colombeau (1854-1923)[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passage
De passage pour longtemps
avatar

Nombre de messages : 2134
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 30 Juil 2009 - 15:11

Brilliant vient de rééditer les psaumes de Boulanger couplés avec la Symphonie de psaumes de Stravinsky par Gardiner:
http://www.brilliantclassics.com/release.aspx?id=FM02095951
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 30 Juil 2009 - 15:22

Merci
J ' ai omis cet enregistrement et en plus au prix Brilliant Classics...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Ven 31 Juil 2009 - 14:02

PSAUME XXIV pour chœur à 4 voix cuivres, timbales, harpe et orgue
1916
Environ 3’30

Bibliographie
Vous trouverez des informations dans l ‘ouvrage paru chez Symétrie cité dans le post introductif
Toutefois pour les plus courageux
Tasher, Cara Suzanne
Conductor’s Guide to the Choral Works of Lili Boulanger (1893-1918)
DMA, University of Cincinnati, College-Conservatory of Music : Conducting, Choral Emphasis, 2006.
187p.

Discographie








Introduction cuivres timbales orgue
1 La terre appartient à l'Éternel et tout ce qui s'y trouve, a capella
la terre habitable et ceux qui l'habitent.
Cuivres timbales orgue
2 Car Il l'a fondée sur les mers,
et l'a établie sur les fleuves.
3 Qui est-ce qui montera à la montagne de l'Éternel,
et qui est-ce qui demeurera au lieu de sa sainteté,
4 ce sera l'homme qui a les mains pures, et le cœur net,
dont l'âme n'est point portée à la fausseté soutenu par l’ orgue pianissimo
et qui ne jure point pour tromper.
5 Il recevra la bénédiction de l'Éternel TENOR et orgue
et la justice de Dieu son sauveur.
6 Telle est la génération de ceux qui Le cherchent, chœur plus orgue
qui cherchent Ta face en Jacob. Chœur Harpe dominante
7 Portes, élevez vos têtes,
portes éternelles,
ponctuation cuivres
haussez-vous, et le Roi de gloire entrera.
8 Qui est ce Roi de gloire ?
C'est l'Éternel fort
et puissant dans les combats.
9 Portes, élevez vos têtes,
élevez-vous aussi, portes éternelles;
Et le Roi de gloire entrera. De plus en plus crescendo
10 Qui est ce Roi de gloire ? C'est l'Éternel des armées,
c'est Lui qui est le Roi de gloire. Éternel. Eternel répété deux fois

Pièce courte mais caractéristique, une entrée triomphale des cuivres pseudo-médiévale soutenue par les timbales. En fait un mode de mi. On comprend pourquoi Tavernier utilise ce Psaume dans son film ‘(La passion Béatrice) Un crescendo dynamique ponctue l’œuvre. Revigorant…

Le psaume XXIV est fréquemment interprété par les chorales en version piano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 50
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Lun 3 Aoû 2009 - 16:04

Pie Jesu for mezzo, string quartet, harp & organ
Environ 4’20

Oeuvre dictée à sa sœur Nadia sur son lit de mort en 1918.

Sept versions sont disponibles actuellement

Gérard Condé en parle admirablement

Gérard Condé le décrit admirablement ici :
"Page ultime, dictée faute de trouver la force de la mettre en partition, le Pie Jesu (composé en janvier 1918) offre une poignante alliance de douceur, dans le rythme, dans la nuance comme dans l'effectif instrumental et de désespoir par ses progressions chromatiques, ses frottements harmoniques. Mais c'est avant tout un cheminement de la douleur résignée (Sol mineur) vers l'acceptation apaisée (Sol majeur) à travers des harmonies pénétrantes, des textures

je suis toujours bouleversé à l' écoute de cette musique

Le « Pie Jesu » d’ Andrew Lloyd Webber est assez proche de son esthétique.
Même émotion chez Fauré

Youtube en présente une version dirigée par Nadia Boulanger

Lien retiré (non libre de droits)

Le texte:
Pie Jesu Domine, dona eis requiem.
Dona eis requiem sempiternam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 7 Mar 2013 - 21:18

Un très beau concert (en fait deux très beaux concerts ; bel éventail de la musique religieuse à la musique de chambre), entre 1968 et 2013 à réécouter ici : http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/concert-am/emission.php?e_id=100000070&d_id=515006667.
Avec les forces de l'ORTF, Bruck donne des interprétations vibrantes des Psaumes ; vision dense, fervente, aux limites de l'expressivité, chahutée même jusqu'à un Pie Jesu séraphique/étiolé.
J'aurais besoin de réécouter pour vraiment m'en imprégner.
La discographique n'est pas si pléthorique qu'on puisse passer outre ce diptyque.
Votre avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Ven 3 Mai 2013 - 10:32

Il est sûr que ça mérite à être connu.
Premier contact hier avec le CD Chandos, et la cantate Faust et Hélène + le psaume Du Fond de l'Abîme.
J'ai même dû arrêter, je trouvais ça trop beau, le moment n'était pas propice à de telles agapes.......
Au niveau du "taux d'écoute", sur 1900 mentions d'écoutes relevées dans les playlist de 3 forums distincts (dont celui-ci), aucune mention de Lili Boulanger. Elle n'est donc vraiment pas très connue, voire restée dans l'obscurité, et c'est sûrement dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 11:47

Des passages de la cantate Faust et Hélène me font irrésistiblement penser aux Gurre Lieder de Schönberg qui sont plus ou moins de la même époque.
En fait, les Gurrelieder ont été terminés en 1913 bien que commencés bien avant, et la cantate de Lili Boulanger a été écrite...en 1913. Troublant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81466
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 11:58

Les influences reçues de Lili Boulanger sont à chercher plus en amont, et du côté français, chez les compositeurs français post-wagnériens, et bien sûr chez Fauré qui était un intime de la famille.

Tu trouves des silimitudes avec les Gurre-Lieder parce qu'il s'agit de la même Europe, qui plonge dans les vertigineux possibles de l'harmonie après Wagner. Et ces gens se sont mutuellement influencés. Mais ça se passe en amont de Schönberg, pendant la formation de Lili Boulanger. Smile


Je n'avais jamais noté la ressemblance. Tu as des moments précis dans les deux oeuvres à indiquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 12:11

ouille....ça serait compliqué, je fais tout à l'oreille sans partitions (que je serais infoutu de lire de toute façon). Ca me demanderait trop de boulot, là.
Anecdote pour montrer à quels rapprochements inopinés on peut arriver : plus loin sur le CD, il y a le Psaume "Du fond de l'abîme", et à un moment je sursaute en me disant : "ça j'ai déjà entendu quelque part", puis je cherche où....et je conclus à un extrait de l'accompagnement orchestral d'une chanson de Jacques Brel (dont le titre ne me vient pas immédiatement).
Et là on en tire les conclusions que l'on veut......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asinius Pollion
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 953
Age : 22
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 12:16

Ah oui quand même silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 12:42

Bon, je continue?
Il y a un passage du 11ème quatuor de Beethoven qui a été copié par les fabricants de klaxon (utilisé par les voitures suiveuses du Tour de France).
Il faut absolument ouvrir un sujet" Tu ressembles à, tu ressembles à......"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 12:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 4 Mai 2013 - 21:28

Je subis actuellement un envoûtement (qui ne sera pas éternel?) par ce CD, Gramophone Awards 2000 pour la musique chorale.
La prise de son est superlative, ce qui pour la musique de Boulanger est intéressant, car elle est très riche du grave profond (p'tain ces basses bien timbrées) à l'extrême aigu. Dynamique très importante également, et il faut ça pour la musique de la Lili (attention, sous des apparences gentillette, elle peut envoyer du lourd). Il y a une importante ouverture d'espace devant l'auditeur avec ce disque (ressenti personnel).

Pour une compositrice morte à 24 ans, c'est quand même pas mal!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Dim 29 Déc 2013 - 1:12


Vive Lili!

C'est quand même très bien amha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OYO TOHO
Des chiffres et des Lettres
avatar

Nombre de messages : 6924
Localisation : LH
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Mar 31 Déc 2013 - 17:47

je chante Hymne au soleil avec le chœur et c'est très sympa ! sunny 
Bon c'est un peu grandiloquent mais ça passe bien, vraiment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/decapitum
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 2 Jan 2014 - 10:45

Est-ce qu'elle a composé des oeuvres heureuses, légères et lumineuses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 2 Jan 2014 - 11:11

Vu le message juste au-dessus du tien, on peut présumer que oui. (je ne connais pas, mais vu le titre...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 2 Jan 2014 - 13:16

Autre titre évocateur pour un peu de légèreté: D'un Matin de Printemps; je n'ai que la version orchestrale, on ne peut pas dire que ça respire la sérénité. Des harmonies surchargées, de la cave au grenier si j'ose dire, donc avec des graves profondes et maléfiques. L'Orchestre peut évoquer par moments La Mer de Debussy amha. Reste à savoir si l'intention était plutôt tournée vers la version flûte-piano, qui doit sonner plus cool. Il faut dire aussi que c'est une oeuvre de la fin et qu'elle savait depuis un bon moment qu'elle n'en avait pas pour longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1510
Age : 53
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Dim 30 Mar 2014 - 16:23

Quel était l'état d'avancement de l'opéra La princesse Maleine au moment du décès de la compositrice?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81466
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Dim 30 Mar 2014 - 16:36

Je ne peux pas dire, mais malgré la mode pro-Lili (ses œuvres « officielles » existent quasiment toutes en plusieurs exemplaires, désormais), il semble que personne n'en ait rien exhumé... il n'en reste donc probablement pas beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Dim 30 Mar 2014 - 16:42

selon l'article de JSTOR cité en référence dans le premier poste, il resterait la partition piano voix de la deuxième scène de l'acte I en tout et pour tout, et un carnet d'esquisse des corrections apportées à la partition complète: les trois carnets contenant le reste de la particelle sont perdus!
Ce n'est pas tant cela le drame, plutôt qu'elle ait passé les deux dernières années de sa vie à s'étioler sur cette pièce imbuvable!
Revenir en haut Aller en bas
Rafsan
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1510
Age : 53
Localisation : Brabant wallon
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Lun 31 Mar 2014 - 14:29

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chris28
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 41
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 15 Mai 2014 - 9:23

J'ai écouté "D'un matin de printemps" et "D'un soir triste" dans une version live pour violon, violoncelle et piano :


http://www.qobuz.com/album/tanja-tetzlaff-lars-vogt-christian-tetzlaff-boulanger-debussy-hindemith/4260085532957

J'ai trouvé cette musique d'une puissance extraordinaire. Dés les premières mesures j'ai été happé par l'émotion, par la fièvre cette musique. Très belle découverte pour moi, dommage qu'elle n'ait composé que si peu de musique de chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2876
Age : 42
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 15 Mai 2014 - 9:42

chris28 a écrit:
[...] dommage qu'elle n'ait composé que si peu de musique de chambre.

Sinon effectivement, c'est une musique qui me transporte, sans que je sache exactement pourquoi... (je reste assez indifférent à la suite du CD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 916
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 15 Mai 2014 - 18:41


J'avoue que ce que j'ai entendu de Lili Boulanger ne m'a guère enthousiasmé : trop proche de Fauré!

Quant à sa soeur, j'ai entendu un jour sur France-Musique une "fantaisie pour piano et orchestre" plutôt filandreuse qui m'a fait penser qu'elle a bien fait d'arrêter le composition pour se consacrer à l'enseignement qui lui a fort bien réussi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80232
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Jeu 15 Mai 2014 - 23:33

starluc a écrit:

J'avoue que ce que j'ai entendu de Lili Boulanger ne m'a guère enthousiasmé : trop proche de Fauré!

Quelles oeuvres?

Ca me semble pas plus proche de Fauré que d'un autre... elle a vraiment quelque chose de personnel quand même je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 916
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Ven 16 Mai 2014 - 10:28


Un cycle de mélodies dont je ne me souviens plus du titre....Cela fait longtemps. Mais j'en ai retenu cette espèce de morosité délicate voire précieuse que l'on retrouve souvent chez Fauré...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 12 Juil 2014 - 11:20

A noter au quelques témoignages sonores de Lili Boulanger interprétée par Nadia Boulanger.

Il y a au moins ça, on est sauvé par BBC Legends:



(téléchargeable Amazon ou Qobuz, sinon assez dur à trouver, et cher)

Je n'ai pas encore vraiment approfondi l'écoute, je reviendrai peut-être en parler (en l'absence de sujet discographique).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Ven 25 Juil 2014 - 22:40

Bon, ces prises live et probablement Grande Bretonnes du Psaume 24, du Pie Jesu et de Du Fond de l'Abîme, sont un peu décevantes amha.
Ce n'est pas très en place, ça se perd parfois. Les solistes semblent ne pas très bien comprendre cette musique, ni le français. Mais la Nadia arrive à sublimer les Choeurs par moments, à les tenir avec poigne dans un gant de velours et on touche à des moments de grâce (oui, la musique de Lili fait surgir, comme ça, ni vu ni connu de ces moments indicibles dont elle a le secret).

Néanmoins, ce disque vaut un peu plus pour le Requiem de Fauré, toujours amha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fgero
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 861
Age : 48
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 1 Avr 2017 - 20:12

Une série sur l'orchestration de sa Vieille prière Bouddhique :
https://www.youtube.com/watch?v=CJJU1GPMKQw

Certaines pièces de cette compositrice m'ont laissé estomaqué et totalement envoûté : outre la Vieille prière, on peut ajouter le Psaume 129, D'un soir triste, D'un matin de printemps et les deux premiers tiers de Faust et Hélène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Ven 14 Avr 2017 - 23:24

Ah bah oui ça peut le faire en fait.
Elle fait pas trop dans la dentelle quand même, mais on lui pardonne, elle était jeune Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fgero
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 861
Age : 48
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 15 Avr 2017 - 13:13

Elle fait dans la dentelle aussi, harmoniquement (il y a de ces accords...) et en terme de couleurs.
Par exemple dans le disque Chandos que tu citais plus haut, Psaume 130, les quelques délicates minutes à partir de 14:10 - et c'est encore mieux au casque.
D'autre part, dans ses oeuvres, même lorsque l'orchestre joue fort, on a souvent de la dentelle dans les arrières plans, en tout cas je le ressens comme ça.
Faust et Hélène est moins intéressant et moins riche de ce point de vue, mais offre un très grand plaisir d'écoute dans les deux premiers tiers, dans le genre des Alyssa et Alcyone de Ravel.

Les impressions ressenties à la découverte de ses oeuvres ne furent pas si éloignées de celles que j'ai ressenties à la découverte de Szymanowski (pourtant ce dernier reste différent de Lili). Je parle du plaisir apporté par des "couleurs" particulières.

Par contre les mélodies me laissent totalement de marbre.


Dernière édition par fgero le Sam 15 Avr 2017 - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81466
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 15 Avr 2017 - 13:50

Les mélodies sont expérimentales aussi, avec des textures et des harmonies assez particulières, mais effectivement, elles ne me touchent pas beaucoup, contrairement à sa musique orchestrale.

(La vraie tragédie reste qu'elle a entraîné Nadia, au moins aussi intéressante, dans sa chute. Neutral )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1469
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 15 Avr 2017 - 14:16

fgero a écrit:
Elle fait dans la dentelle aussi, harmoniquement (il y a de ces accords...) et en terme de couleurs.


Oui, tout à fait d'accord, j'ai été plus ou moins consciemment provocant, ça m'arrive.
Ce qui m'avait surtout surpris à l'origine c'est que son orchestration envoie du lourd. Et la cantate est assez moyenne.

Quant au Psaume 130, dans l'enregistrement Chandos ça file la chaire de poule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fgero
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 861
Age : 48
Localisation : 78
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 15 Avr 2017 - 16:36

Nadia au disque, il n'y a pas grand chose.
Peut-être à part : Mademoiselle - Première Audience, unknown music of Nadia Boulanger, chez Delos (dispo chez Q.B.Z)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81466
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   Sam 15 Avr 2017 - 21:31

Jusqu'à présent, je n'avais vu qu'une monographie, celle de Troubadisc, pas particulièrement éclatante en exécution et prise de son (très correcte néanmoins), mais très marquante en matière de composition – moins expérimental, mais peut-être plus abouti que les chambrismes de Lili.

Je vais me mettre en quête de ce disque Delos, étrange que je ne l'aie jamais vu, je suis leur catalogue d'assez près.

Merci. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LILI BOULANGER (1893-1918)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LILI BOULANGER (1893-1918)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LILI BOULANGER (1893-1918)
» [Bastille] Boulanger : Clairières & De Profundis (nov 2013)
» Gabriel Dupont
» Aarre MERIKANTO (1893-1958)
» Knutsen 1918

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: