Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Harnoncourt

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
vinteix
Mélomane averti


Nombre de messages : 182
Age : 49
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:11

PAIX A SON AME.
Personnellement, ce n'est pas un des chefs que j'aime énormément...
même si je lui reconnais son talent de précurseur dans la redécouverte de la musique baroque. Et je me rends compte que je n'ai presque pas, ou très peu de CD de lui...
en tout cas, je retiens un sublime "ORFEO" de Monteverdi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22936
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:25

Je n'ai entendu que peu d'enregistrements de son immense discographie, essentiellement ses enregistrements de Mozart. Néanmoins, apprendre sa mort ne peut qu'émouvoir quand on est un amoureux de la musique classique. Il a œuvré dans divers répertoires. Je retiendrai notamment ses collaborations avec Cecilia Bartoli, Edita Gruberova, Ann Murray. Son enregistrement de La Clemenza di Tito avec Langridge, Murray et Popp est un disque somptueux. Je le connaissais également un peu dans le répertoire romantique, essentiellement Beethoven. Ses Monteverdi sont entrés dans la légende tout comme ses diverses collaborations avec Ponnelle. Il mérite d'avoir des funérailles nationales en Autriche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3407
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:27

Shocked Crying or Very sad Paix à son âme. C'est un chef que je connais très mal; Il a enregistré une Clémence de Titus fabuleuse avec le regretté Philip Langridge. C'est avec ce CD que j'ai redécouvert Titus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 17737
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:32

Souvenirs éperdus de son Orfeo d'anthlogie et de ses Haydn mordants et fruités.

Un très grand bonhomme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3407
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:36

C'est adapté je trouve : /watch?v=TxNYBE0-mL0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 14:58

Je ne l'ai vu qu'une seule fois en concert, dans un programme tout Mozart, il y a très exactement 33 ans. C'est un chef dont les interprétations étaient, disons, à géométrie variable: quelquefois dans le mille, d'autres fois totalement à côté de la cible.

Parmi ses incontestables réussites: beaucoup d'enregistrements avec le Concentus Musicus de Vienne, dont des Bach (Weihnachtsoratorium), Haydn (Schöpfung, symphonies 'parisiennes'), Mozart (Grande Messe K. 427).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinteix
Mélomane averti


Nombre de messages : 182
Age : 49
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 15:08

ah oui, bien sûr !
en plus de son ORFEO
sa magnifique CLEMENCE DE TITUS (pas réécoutée depuis longtemps, mais souvenir vibrant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jbpfrance
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 09/05/2010

MessageSujet: Décès du chef HARNONCOURT   Dim 6 Mar 2016 - 15:24

Il fallait s'y attendre après son retrait de la vie publique fin 2015.
Décédé ce Samedi 5 mars.
Il aura marqué une époque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8283
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 16:16

jbpfrance a écrit:
Il fallait s'y attendre après son retrait de la vie publique fin 2015.
Décédé ce Samedi 5 mars.
Il aura marqué une époque !

Bah ! Il aurait pu vivre longtemps retiré des scènes ; repos mérité (sans aller, comme Denise Duval ou Jacqueline Delubac, à vivre 50 ans ou presque sa seconde vie mais quand même).
Tristesse qu'une autre voix (voie) "informée" se taise ; comme toujours quand on referme un livre auquel on se sentait inexplicablement attaché de manière presque intime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc.d
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 63
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 18:09

Très triste .

Il a marqué l'histoire de la musique dans sa relecture des œuvres classiques et baroques( Bach ,Haydn, Haendel et Mozart).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2939
Age : 44
Localisation : Vers Sailles
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 18:12

La mort de Nicolaus Harnoncourt me laisse le même sentiment attristé qu'une page se tourne et que j'ai raté quelque chose à ne pas l'avoir vu en concert, que lors la récente mort de Pierre Boulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1367
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 20:10

Aïe, en voyant les fils "rubrique nécrologique" et "déceptions du jour" côtoyer celui-ci, j'ai eu un mauvais pressentiment.

Harnoncourt a causé de véritables chocs dans ma vie de mélomane amatrice. Les premiers : dans la musique religieuse de Mozart, dans Monteverdi ... Encore hier, j'écoutais avec ravissement ses derniers enregistrements.

Il laisse une belle postérité musicale et intellectuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3407
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 20:13

Tu peux aussi te mettre à sa version de La clémence de Titus. Le CD est devenu une référence et à juste titre drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Oriane
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1367
Age : 27
Localisation : Orléans-Paris
Date d'inscription : 21/07/2013

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 20:15

Je n'y manquerai pas. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1850
Age : 53
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 6 Mar 2016 - 20:34

C'est un grand monsieur qui s'en va. De lui, je retiens tout particulièrement:

Son Orfeo de Monteverdi, vertigineux.

Ses Haydn, notamment ses « parisiennes », mais je prends tout ...

Certains de ses Bach, où il fut un pionnier ...

Certains de ses Mozart, surtout à l'opéra ...

Un splendide Fidelio à Zurich ...

Ses Johann Strauss (si, si! Very Happy )...

Et sans doute plein de choses auxquelles je ne pense pas à l'instant.

Curieusement, il me touche plus dans le répertoire classique que dans le répertoire baroque. Et je n'ai pas trop aimé ses incursions dans le répertoire romantique, notamment ses Brahms ou ses Bruckner.

Mais c'est assurément une grande figure qui disparaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Lun 7 Mar 2016 - 2:30

Harnoncourt avait la faculté de se réinventer: violoncelliste solo dans le Wiener Symphoniker durant les années 50, il joua de nombreuses fois sous Ackermann, Rosbaud, Andreae, Karajan et d'autres dans les symphonies de Bruckner (le WS jouait Bruckner au moins 3 fois souvent plus que les WP à cette époque). De sorte que sa 'conversion' de Bach Concentus Musicus à Bruckner Concertgebouw Amsterdam ou WP dans les années 80 ne fut qu'un prolongement d'une culture vieille chez lui de plusieurs décades d'expérience "sur le terrain".

Cette expérience allait lui servir également dans le répertoire classique-romantique (Beethoven, Brahms, Schumann, Schubert) dans lesquels son activité arriva après les percées des groupes anglais dirigés par Hogwood, Gardiner, Goodman. De sorte que ses enregistrements de ces compositeurs n'eurent pas le même retentissement .

À noter qu'Harnoncourt enregistra également des Verdi (Requiem et Aida - une des 3-4 versions de référence de cette oeuvre si on me demande mon avis), beaucoup de Mozart, sans égard à des 'périodes', et avec plusieurs formations, petites ou grandes, sur instruments anciens ou modernes.

Le concert Mozart que j'ai entendu au Concertgebouw en 1983 comprenait les symphonies en sol mineur (25 et 40) ainsi que le 16ème concerto avec Malcolm Frager. À l'époque internet n'existait pas et les nouveautés discographiques circulaient lentement. J'étais familier de ses Bach (Oratorio de Noel, Brandebourgeois, Messe en si), enregistrés avec un ensemble qui était encore en phase d'apprentissage de ses instruments. De sorte que je ne l'avais pas "vu venir" dans Mozart, encore moins avec un orchestre de calibre mondial comme le Concertgebouw. J'ai été pratiquement giflé par le premier mouvement de la 25ème, et sous le choc pour le reste du concert: un orchestre survolté (amaigri comme Callas en 54), brutalisé par les rythmes essouflés et les accents cinglants pratiqués par le chef.

C'était Harnoncourt: jamais en repos, toujours en avant de la parade jusque vers les années 2000, à partir desquelles un 'recentrage' de sa vision et de son répertoire allait peu à peu se faire jour. Toujours capable de nous surprendre: les Parisiennes de Haydn enregistrées avec son Concentus Musicus, 45 ans après sa fondation, avec un maximum de reprises, et qui allait pour moi constituer son testament: les couleurs, les accents, le phrasé, l'agogique pratiqués avec un maximum d'intensité.

Je ne suis pas sûr que j'aurais aimé entendre Harnoncourt dans la Pathétique ou dans Sibelius, par contre j'aurais acheté les yeux fermés un enregistrement des concertos de Berg ('à la mémoire d'un Ange' et pour violon, piano et 13 instruments à vent). Là où son imagination et son intellect uniques m'auraient possiblement décroché la mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jbpfrance
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 09/05/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Lun 7 Mar 2016 - 11:33

Sur 30 œuvres écoutées de Nikolaus HARNONCOURT -parmi la centaine que je me suis fixé comme objectif- je retiens, à ce jour, 7 enregistrements/coffrets qui m'ont laissé une forte impression musicale et sonore (ce dernier critère -prise de son + rendu sonore- étant pour moi aussi important que l'interprétation elle-même).

BEETHOVEN
Concertos pour piano (5)
HARNONCOURT Nikolaus / Chamber Orch. Of Europe
AIMARD Pierre-Laurent (piano)
WARNER 0927 47334 – 2
JOKER de Crescendo (B)

BEETHOVEN
Symphonie n° 4 en si bémol majeur op. 60
HARNONCOURT Nikolaus / Concentus Musicus Wien
SONY 88875136452
Diapason d’Or

HAYDN Joseph
Symphonie n° 6 "Le matin”
Symphonie n° 7 "Le midi”
Symphonie N° 8 en sol majeur "Le soir"
HARNONCOURT Nikolaus / Concentus Musicus Wien
WARNER (TELDEC) 2292-46018-2
Diapason d’Or et FFFF de Télérama

MENDELSSOHN
Songe d’une nuit d’été (Suite d'orchestre)
HARNONCOURT Nikolaus / Chamber Orchestra Of Europe
WARNER TELDEC
Référence pour Diapason et Classica

SCHUBERT Franz
Alfonso et Estrella (Alfonso und Estrella) D. 732
opéra romantique en trois actes, livret de Schober
HARNONCOURT Nikolaus / Berliner Philharmoniker
RÖSCHMANN Dorothea
SCHMECKENBECHER Jochen
BHP Recordings
BERLINER PHILH.
Diapason d’Or

SCHUBERT Franz
Messes n° 5 et n° 6
HARNONCOURT Nikolaus / Choeur de la Radio de Berlin
RÖSCHMANN Dorothea
KAUFMAN Jonas
FINK Bernarda
GERHAHER Christian
BHP Recordings (8 CD)
BERLINER PHILH.
Diapason d’Or

SCHUBERT Franz
Symphonie n° 5 en si b majeur , D. 485 '"Sans tambours, ni trompettes"
HARNONCOURT Nikolaus / Berliner Philharmoniker
BHP Recordings (8 CD)
Diapason d’Or


(Globalement, TELDEC ne m'a jamais emballé, il faut le dire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8283
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Lun 7 Mar 2016 - 14:06

bAlexb a écrit:
Harnoncourt/Janus ?
Après la sortie d'un album de concertos mozartiens avec Buchbinder & les Concentus musicus de Vienne, Sony annonce un "Mozart Album" dans lequel le chef dirige Lang Lang & les Wiener Philharmoniker : http://mozart.langlang.com/desktop/index.html . Ça a été précédé de concerts pour lesquels on aurait des recensions ?

"Surtout à la mémoire" : repêché dans la Playlist...

Ravelavélo a écrit:
Wolfgang Amadeus Mozart
* Concertos nos.17 & 24
* 3 Sonates
* Rondo Alla Turca
Lang Lang, piano
Philharmonie de Vienne
Nikolaus Harnoncourt



Surtout à la mémoire de Nikolaus Harnoncourt.

J'avais posé la question de cet enregistrement, de l'attelage entre le pianiste et le chef (ce dernier qu'on pouvait par ailleurs difficilement soupçonner d'avoir cédé à un quelconque star system) ; mais je n'ai jamais eu de réponse Mad .
Donc, cet album ?
(EDIT : j'insiste lourdement mais la porte étant largement ouverte, ce n'est même pas la peine de glisser le pied dedans ; j'aurais tort de me priver, alors...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stolzing
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 703
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/05/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Lun 7 Mar 2016 - 15:06

L'album était offert par la Gesellschaft der Musikfreunde lors du renouvellement de mon adhésion (pas spécialement à moi, à tous les adhérents...). Comme je considère Lang x 2 avec méfiance, et qu'en général je n'aime guère les Mozart tarabiscotés du comte d'Harnoncourt-Unverzagt, je n'ai jamais réussi à me convaincre d'écouter. Je vais essayer, promis.

Sinon, évidemment, perte d'une figure majeure de la musique. Je ne pensais pas que cela irait si vite après l'annonce de sa retraite. Je l'ai entendu assez régulièrement ces dernières années, essentiellement à Vienne. Il attachait une grande importance au discours et je l'ai toujours ressenti comme cherchant à faire parler la musique, quitte à solliciter le texte à outrance. Cela pouvait très bien marcher, notamment dans Haydn, Bach ou Monteverdi, pour me limiter à ce que j'ai entendu en concert. Les bonheurs étaient variés avec Mozart (belle Flûte assez classique à Salzbourg, dernières symphonies à la schlague et agaçantes avec le Concentus à Vienne). J'aime beaucoup ses enregistrements de Bruckner, puissants sans caricature et avançant avec détermination.

Il ne manquait pas d'humour et faisait souvent précéder ses concerts à Vienne d'un bref discours sur ce que l'on allait entendre, qui faisait en général rigoler la salle (pas de souvenir précis d'une blague, désolé).

Je me demande ce que va devenir le Concentus. Il ne laissait à personne le soin de le diriger (sauf une fois Erwin Ortner pour le remplacer), beaucoup de musiciens sont âgés... L'ensemble pourrait bien disparaître, faute de successeur désigné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8283
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Lun 7 Mar 2016 - 15:20

Stolzing a écrit:
Je ne pensais pas que cela irait si vite après l'annonce de sa retraite.

Ces grands serviteurs (de l'art, d'une cause quelle qu'elle soit, en général) ne survivent pas longtemps à ce qui a été la raison d'être de leur vie ; et je pense, par ailleurs, que la retraite a été forcée, en quelque sorte avec, déjà, le bout du chemin en vue .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Savary
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 44
Localisation : Ceinture d'astéroïdes (je viens de déménager)
Date d'inscription : 09/03/2016

MessageSujet: Partagé…   Ven 11 Mar 2016 - 1:15

Quelques Haydn et Mozart, un peu Beethoven et Bruckner, mais sinon je n’ai pas suivi Harnoncourt au-delà de Bach.

Si je salue le musicien qui m’a fait découvrir à la fois Bach, les instruments anciens, Kurt Equiluz et les Petits Chanteurs de Vienne des années 1960-1970, je suis néanmoins très perplexe face à l’évolution du personnage, qu’il n’est que trop facile de mettre face à ses contradictions. Bien sûr, tout le monde peut évoluer, changer d’avis, de goûts, etc. Mais de là à faire preuve d’une telle mauvaise foi ?

Ses déclarations dans le livret du double CD Bach (cantates BWV 29, 61 et 140 « avant-après ») ou dans les suppléments du « Bach-Film » sont vraiment consternantes.

Dans l’entretien figurant dans le livret du coffret Bach, mené par Benjamin-Gunnar Cohrs, ce dernier lui posait la question : « Pourquoi entre-temps préférez-vous [désormais] travailler avec un chœur mixte moderne plutôt qu’avec un chœur de garçons ?
— Cela est lié à l’avancée continuelle de l’âge de la mue. Dans la mesure où aujourd’hui les chœurs de garçons sont si jeunes que la plupart des enfants ne comprennent absolument pas ce qu’ils chantent, il en résulte soit une sonorité infantile, soit une expression puérile — ce qu’apprécient tout particulièrement certaines personnes, mais moi non, car cela va à l’encontre du sérieux et de la profondeur de la musique. Alors, si l’on ne veut pas toujours devoir attendre de trouver un chœur qui se trouverait composé de jeunes campagnards, dont la mue survient plus tardivement, on recourt à un chœur mixte. »

Hum… Qui a commencé à faire chanter comme soliste dans les cantates de Bach un garçon de neuf ans et demi, Allan Bergius, alors qu’il avait sous la main plein de garçons de douze à quatorze ans ? Et pourquoi sinon parce qu’il estimait que, malgré son très jeune âge, le petit Bergius était meilleur que ses aînés ?

En outre, si Nikolaus Harnoncourt avait vraiment continué de s’intéresser aux chœurs de garçons, il aurait su que la proportion de garçons de quatorze à quinze ans n’ayant toujours pas mué était ces dernières années en augmentation au sein du Tölzer Knabenchor. Il aurait certainement témoigné de l’intérêt pour son compatriote Alois Mühlbacher, qui a mué à seize ans passés et continue de toute façon à chanter comme sopraniste aujourd’hui.

Qui écrivait, en 1965 : « Toute modification des rapports sonores originaux peut fausser l’équilibre » ?  « Il est donc indispensable, dans le cadre d’une exécution avec chœur de jeunes garçons et avec les instruments de l’époque de Bach, de faire également interpréter les soli de soprano et d’alto par de jeunes garçons. On soulève toujours à ce propos la question de savoir si des enfants sont en mesure d’apporter les qualités musicales requises pour pouvoir interpréter adéquatement des œuvres d’une telle difficulté. Certes un garçon de treize ans [pas quatorze, pas quinze, pas seize, et nous sommes en 1965…] ne saurait jeter dans la balance les connaissances musicales d’une cantatrice expérimentée, mais il abordera sa tâche avec une attitude bien plus naturelle et naïve. À condition d’avoir reçu les dons et les directives appropriées, de jeunes garçons sont parfaitement à même de “comprendre” cette musique et de la rendre avec le maximum d’engagement personnel. [...] Le timbre particulier des voix de jeunes garçons est irremplaçable. » (traduction du livret de l’édition en CD de 1987 de la Passion selon saint Jean dirigée par Hans Gillesberger en 1965 avec le Concentus Musicus Wien et les Wiener Sängerknaben)

Si l’âge de la mue n’a cessé de diminuer comme l’affirme péremptoirement le Nikolaus Harnoncourt de 2009, pourquoi le Nikolaus Harnoncourt de 1965 évoquait-il, plutôt qu’un garçon de quatorze ou quinze ans, « un garçon de treize ans », âge auquel une majorité de petits chanteurs aujourd’hui encore continuent à chanter avec leur voix d’enfant ?

À la place de M. Cohrs, j’aurais été plus incisif : « Bon, admettons votre point de vue. Mais, sans entrer dans le débat du un par voix, pourquoi donc faites-vous maintenant appel dans Bach à un chœur de soixante-dix chanteurs plutôt qu’à un ensemble de douze à seize choristes, comme beaucoup de vos confrères ? Pourquoi confiez-vous désormais les airs d’alto à des mezzos plutôt qu’à des falsettistes ? Pourquoi avez-vous toléré les débordements opératiques de Christine Schäfer dans la Passion selon saint Matthieu quand vous critiquiez ces mêmes débordements en 1965 ?… En employant pour cette œuvre un grand chœur et un pupitre de sopranos garçons uniquement pour le choral O Lamm Gottes, unschuldig (ce qui, sauf votre respect, M. Harnoncourt, introduit un contraste totalement étranger aux oreilles du XVIIIe siècle et vraisemblablement à la pensée de Bach), avez-vous conscience de reproduire les pratiques de chefs comme Jochum, Karajan ou Klemperer ? »

Pour les suppléments DVD du « Bach-Film » (Chronique d’Anna Magdalena Bach de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet), le chef émettait l’hypothèse saugrenue que Bach, pour interpréter les airs de certaines cantates, avait dû faire appel en cachette à des chanteuses, invisibles car en tribune... Mais bien sûr… Il aurait fallu pour cela commencer par s’assurer de la complicité silencieuse d’une trentaine de musiciens — en admettant en outre que les auditeurs fussent à moitié sourds, en particulier les autorités municipales conservatrices de Leipzig, qui selon toute vraisemblance n’auraient jamais autorisé une telle pratique. Et pour justifier sa « théorie », Harnoncourt de citer des pratiques de ce type… dans les années 1930, alors que l’interdit du « Mulieres taceant » était battu en brèche depuis des lustres et ne subsistait plus, à l’agonie, que dans quelques régions d’Europe. Bel exemple de rigueur intellectuelle !

Nikolaus Harnoncourt avait bien sûr le droit de changer, d’interpréter Bach comme il l’entendait, de préférer les voix féminines dans ce répertoire, Marjana Lipovšek à Andreas Scholl et Christine Schäfer à Emily van Evera, les chœurs de grande dimension aux petits ensembles vocaux, mais pourquoi ne pas simplement avoir admis que ses goûts avaient changé et qu’il reniait ses principes d’autrefois ? Pas besoin de faux-fuyants pathétiques comme ceux que je viens de citer.

Reste qu’il fut un grand musicien, et que je lui suis reconnaissant pour les centaines d’heures de bonheur que je lui dois.

Pour moi, une de ses plus grandes réussites est son interprétation à mes yeux inégalée de la cantate BWV 131.

watch?v=s6_LOdecUFA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.compo85.fr
jbpfrance
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 09/05/2010

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Ven 11 Mar 2016 - 11:03

Il était un acteur très engagé dans ce qu'il faisait, en plus, c'était aussi un hyper-actif.
Je connais des personnes de ce calibre, on ne peut leur demander de raisonner "à froid" sur leurs actions.
Je les compare à des papillons qui volent de fleur en fleur, sans trop se préoccuper de la dernière visitée ni de la suivante. Incontrôlables.
A nous, observateurs, d'en tirer la quintescence. Il y a du bon et du moins bon.

Je le compare (un peu) à Glenn GOULD et à ses certitudes. Engagé à fond dans certaines directions, il finit par nous lasser, et en fin de compte, on y revient tout de même dans certaines œuvres où le "fit" est là.

Ce qui me déplaît chez Harnoncourt, c'est qu'il veut souvent faire ressortir le côté exubérant de l'œuvre, par des contrastes assez marqués. Certains morceaux
le permettent et en sont valorisés. D'autres moins.
Il restera pas mal de bonnes choses, j'en suis sûr. Et il aura ouvert une voie que d'autres exploiteront encore.
Le temps fera la décantation nécessaire, comme toujours.


Dernière édition par jbpfrance le Dim 13 Mar 2016 - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Savary
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 44
Localisation : Ceinture d'astéroïdes (je viens de déménager)
Date d'inscription : 09/03/2016

MessageSujet: Un des bijoux de la discographie méconnue de N. Harnoncourt   Ven 11 Mar 2016 - 21:26

Sans doute le premier et en tout cas quelque quarante ans avant Diego Fasolis et Cecilia Bartoli, Nikolaus Harnoncourt enregistrait vers 1970 le Stabat Mater d’Agostino Steffani avec son Concentus Musicus Wien, le Chorus Viennensis et les Petits Chanteurs de Vienne, trois solistes garçons issus de ce même chœur (soprano 1 et 2, alto), Kurt Equiluz et Rudolf Resch (ténors) et Nikolaus Simkowsky (basse). Je ne m’explique pas que cet enregistrement n’ait pas été réédité en CD ou en album en téléchargement. Le verra-t-on reparaître maintenant qu’Harnoncourt n’est plus ? Le vinyle numérisé dont je dispose grésille méchamment…

Bien sûr, style et prise de son paraissent aujourd’hui bien  datés. Les cordes sont acides, et ça vibre pas mal, y compris dans le chœur, trop chargé de surcroît. Mais j’imagine le choc esthétique que ce dut être pour les auditeurs curieux de l’époque.

Sur les trois garçons, l’un des deux sopranos est assez médiocre, tandis que l’autre est vraiment bon, et l’alto excellent, comme souvent à l’époque chez les Petits Chanteurs de Vienne. Simkowsky n’est pas la basse du siècle (dernier), mais il a le timbre et les graves de l’emploi pour le « Vidit suum dulcem natum ». Kurt Equiluz est égal à lui-même, magnifique ; je crois que personne à mes yeux ne le détrônera jamais dans le répertoire baroque sacré, et en tout cas dans Bach. Le timbre de Rudolf Resch contraste quant à lui agréablement avec celui d’Equiluz.

Si déjà j’avais adoré l’enregistrement de 1994 de Gustav Leonhardt, dont les instrumentistes sont évidemment bien meilleurs et mieux mis en valeur par la prise de son, l’interprétation d’Harnoncourt possède à mon sens une plus grande expressivité, et les Petits Chanteurs de Vienne n’y sont pas pour rien. En particulier, de bons altos garçons dans le baroque sacré, c’est tout de même autre chose qu’un pupitre de falsettistes sans chair ! (je précise tout de même que j’aime beaucoup les falsettistes dans la musique de la Renaissance)

J’espère que les bandes originales n’ont pas disparu et que nous verrons prochainement une réédition de ce génial Stabat pionnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.compo85.fr
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Dim 13 Mar 2016 - 2:20

En hommage au chef, Radio Première (Radio-Canada) diffusait un concert 2104 dans lequel il firigeait SON Concentus Musicus dans Haydn: symphonie no 97 et Missa in Tempore belli ("Paukenmesse"). Totalement conforme, avec force accents et explosions, un orchestre "ancien" totalement à l'aise dans le langage rythmique et agogique du chef. Excellent, pour peu qu'on pratique cette approche (à tout le moins comme auditeur). Pour les amateurs et les convertis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4555
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Mer 23 Mar 2016 - 14:48

bAlexb a écrit:
bAlexb a écrit:
Harnoncourt/Janus ?
Après la sortie d'un album de concertos mozartiens avec Buchbinder & les Concentus musicus de Vienne, Sony annonce un "Mozart Album" dans lequel le chef dirige Lang Lang & les Wiener Philharmoniker : http://mozart.langlang.com/desktop/index.html . Ça a été précédé de concerts pour lesquels on aurait des recensions ?

"Surtout à la mémoire" : repêché dans la Playlist...

Ravelavélo a écrit:
Wolfgang Amadeus Mozart
* Concertos nos.17 & 24
* 3 Sonates
* Rondo Alla Turca
Lang Lang, piano
Philharmonie de Vienne
Nikolaus Harnoncourt



Surtout à la mémoire de Nikolaus Harnoncourt.

J'avais posé la question de cet enregistrement, de l'attelage entre le pianiste et le chef (ce dernier qu'on pouvait par ailleurs difficilement soupçonner d'avoir cédé à un quelconque star system) ; mais je n'ai jamais eu de réponse Mad .
Donc, cet album ?
(EDIT : j'insiste lourdement mais la porte étant largement ouverte, ce n'est même pas la peine de glisser le pied dedans ; j'aurais tort de me priver, alors...)

Pourquoi se priver, en effet.
Cool
Je trouve ça un bel héritage que nous a laissé Harnoncourt.
sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24891
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Jeu 23 Juin 2016 - 21:06


Very Happy A paraître, une intégrale (coffret de 61 CD + 3 DVD) des enregistrements Sony / DHM :

https://www.amazon.it/Complete-Sony-Recordings-65-CD/dp/B01G3LLDH8

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Savary
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 44
Localisation : Ceinture d'astéroïdes (je viens de déménager)
Date d'inscription : 09/03/2016

MessageSujet: Et la réédition du Stabat de Steffani ?   Lun 4 Juil 2016 - 10:30

Et la réédition du Stabat Mater de Steffani, c’est pour quand ? Snif ! Sad



http://www.harnoncourt.info/steffani-stabat-mater/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.compo85.fr
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 315
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Sam 26 Mai 2018 - 17:33


Je viens d'emprunter cet énorme coffret à la bibliothèque, et je voulais vous demander s'il était raisonnable de découvrir certaines des oeuvres enregistrées dans ces années-là par Harnoncourt, sans avoir aucun autre point de comparaison. Car j'imagine qu'on se rend mieux compte de ce que Harnoncourt peut apporter quand on connaît déjà l'oeuvre dans une version « de référence » ou traditionnelle.

Pour Haydn, Bach, Mozart et Beethoven, je lui fait confiance. Son Requiem de Verdi, je le connais déjà superficiellement (écoute distraite).
Mais je ne connais encore pas du tout Bruckner, que je compte bien découvrir, et je n'ai encore jamais écouté le Requiem allemand de Brahms, le Stabat Mater de Dvorak, les différentes pièces de Bartok proposées sur le CD 54, ainsi que Porgy and Bess (ça a l'air excitant !), même le Smetana et le Schumann. Alors, découvrir toutes ces oeuvres par Harnoncourt, est-ce une bonne idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84749
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Sam 26 Mai 2018 - 17:38

Le Schumann est certes tranchant (et phrasés très courts, comme ses Beethoven et Schubert), mais les œuvres ne sont pas méconnaissables.

Pour Bruckner et Brahms, Harnoncourt y est justement très tradi (voire un peu ennuyeux, à mon gré), donc tu ne risques pas de passer à côté du côté révolutionnaire – au contraire, le risque serait plutôt de passer à côté des symphonies de Bruckner, parce que des versions plus radicales (que ce soit par l'ampleur cathédralesque ou la rapidité violente) le rendent potentiellement plus accessible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Thomas Savary
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 44
Localisation : Ceinture d'astéroïdes (je viens de déménager)
Date d'inscription : 09/03/2016

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Sam 26 Mai 2018 - 18:20

DavidLeMarrec a écrit:
Pour Bruckner et Brahms, Harnoncourt y est justement très tradi (voire un peu ennuyeux, à mon gré), donc tu ne risques pas de passer à côté du côté révolutionnaire – au contraire, le risque serait plutôt de passer à côté des symphonies de Bruckner, parce que des versions plus radicales  (que ce soit par l'ampleur cathédralesque ou la rapidité violente) le rendent potentiellement plus accessible.

Le Requiem allemand de Brahms, je suis d’accord, et même plus que d’accord : à mourir d’ennui. Je préfère de très loin Claudio Abbado, ou même Karl-Friedrich Beringer, c’est dire. Sa Huitième de Bruckner, je l’avais beaucoup aimée, par contre — excellente prise de son, en plus. La Troisième et la Neuvième nettement moins, même si les commentaires et les passages du dernier mouvement sont un complément passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.compo85.fr
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 782
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Harnoncourt   Sam 26 Mai 2018 - 21:49

Pas de précipitation !
Il y a beaucoup de plus et beaucoup de moins dans la dernière période de Nikolaus ...et les enregistrements SONY reflètent très bien cette inégalité.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harnoncourt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harnoncourt
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: