Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Richard Strauss (1864-1949)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 12:48

Polyeucte a écrit:
Cololi a écrit:
Ah mais venant d'un fan de Gounod et Massenet ça ne manque pas de ... sel  cat 
Oui, mais le sucre de Gounod et Massenet est totalement différent, moins gluant et rose bonbon...

bAlexb a écrit:
Postulat de base : Strauss n'est jamais écoeurant ; même avec une double portant de Schaglsahne  Evil or Very Mad !
(Et puis, dans une société qui respecte les fondamentaux, une tarte à la framboise ce n'est pas un appareil au citron, ça ne se meringue pas, non ? Allons donc, de si beaux fruits ! Ou alors l'ordre du monde est définitivement alla roversa !)
Ben le Chevalier pourtant... mais un jour j'y arriverai à l'écouter en entier!
(Sinon, au boulot ils nous font des tartes à la framboise meringuées... Mr.Red)

C'est un des plus grands chef d'œuvre de toute l'histoire de l'opéra ...  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 12:50

Cololi a écrit:
C'est un des plus grands chef d'œuvre de toute l'histoire de l'opéra ...  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad 

Tu veux dire... comme Pelléas? Mr.Red
Pour moi, les plus grands chefs d'oeuvres de Strauss restent plutôt Elektra ou FROSCH... avec une affection pour Capriccio ou Arabella même si je les écoute beaucoup beaucoup beaucoup moins!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 12:52

Polyeucte a écrit:
Cololi a écrit:
C'est un des plus grands chef d'œuvre de toute l'histoire de l'opéra ...  Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad 

Tu veux dire... comme Pelléas? Mr.Red
Pour moi, les plus grands chefs d'oeuvres de Strauss restent plutôt Elektra ou FROSCH... avec une affection pour Capriccio ou Arabella même si je les écoute beaucoup beaucoup beaucoup moins!

En dessous de Pelléas évidemment.

Mais au dessus de ceux que tu cites !

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16350
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 13:25

Le Chevalier au dessus de la Frosch ... hehe 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 13:31

arnaud bellemontagne a écrit:
Le Chevalier au dessus de la Frosch ... hehe 

Oh oui largement  farao 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16350
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 13:45

Que ce soit en termes d'ambition, de qualité des thèmes, de richesse d'inspiration, de variété des ambiances la Forsch est sans commune mesure avec le Chevalier, de ce point de vue la elle se rapporche plus d'Elektra et de Salomé.Le Chevalier à ses bons moments (la présentation de la rose sunny ) mais ils sont noyautés par pas mal de passages empreints d'une grande banalité d'inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 13:48

arnaud bellemontagne a écrit:
Que ce soit en termes d'ambition, de qualité des thèmes, de richesse d'inspiration, de variété des ambiances la Forsch est sans commune mesure avec le Chevalier, de ce point de vue la elle se rapporche plus d'Elektra et de Salomé.

Il lui manque juste la concision et un livret supportable   
ça commence à faire beaucoup...

"la Forsch... se rapporche", tu as un problème ?  Mr.Red


Dernière édition par WoO le Ven 3 Jan 2014 - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 13:56

Polyeucte a écrit:
(Sinon, au boulot ils nous font des tartes à la framboise meringuées... Mr.Red)

Nous... on amène nos propres viennoiseries, lorsqu'on en veut  Sad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 14:02

arnaud bellemontagne a écrit:
Que ce soit en termes d'ambition, de qualité des thèmes, de richesse d'inspiration, de variété des ambiances la Forsch est sans commune mesure avec le Chevalier, de ce point de vue la elle se rapporche plus d'Elektra et de Salomé.Le Chevalier à ses bons moments (la présentation de la rose sunny ) mais ils sont noyautés par pas mal de passages empreints d'une grande banalité d'inspiration.

Absolument pas. Le Chevalier est très inspiré de A à Z, comme Salomé et Elektra ... mais pas du tout comme Frosch. Tu dis ça parce que Frosch est dans la lignée de Wagner, c'est tout. Alors je ne dis pas que Frosch manque de bonnes idées musicales, loin de là. Seulement il choisit de faire dans le très très lourd, et c'est difficile à faire parfaitement, sans être Wagner.

Bref j'adore l'esthétique wagnérienne ... mais ce n'est pas mon axe de lecture pour juger d'une œuvre.
Ou pour dire autrement : ce n'est pas parce que Frosch se veut plus sérieux, que c'est nécessairement plus réussi.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 14:05

Cololi a écrit:
Ou pour dire autrement : ce n'est pas parce que Frosch se veut plus sérieux, que c'est nécessairement plus réussi.

Non mais personne n'a donné cet argument.
Il te manque juste quelques écoutes au compteur à mon avis.  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 14:29

Tiens, regarde ce que tu disais en première page il y a quelque temps:

Cololi a écrit:
Xavier a écrit:
Franchement, le Strauss chiant, je ne connais pas.

Guntram n'est pas hyper-passionnant peut-être c'est vrai... A part ça je ne vois pas, tout est à connaître.

Rosenkavalier ... je trouve ça chiant comme la pluie Neutral

 Mr. Green 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16350
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 15:12

Xavier a écrit:
Cololi a écrit:
Ou pour dire autrement : ce n'est pas parce que Frosch se veut plus sérieux, que c'est nécessairement plus réussi.

Non mais personne n'a donné cet argument.
Il te manque juste quelques écoutes au compteur à mon avis.  Smile

C'est exactement ce que je pense.C'est une oeuvre riche et foisonnante.Peut être une des plus ambitieuses de Strauss.  Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 15:16

Oh que c'est vil  Shit 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4548
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 15:31

Moi c'est vraiment le côté sérieux de Frosch qui m'empèche de rentrer dedans. Je trouve qu'il n'y a pas la fantaisie, le grain de folie, des autres grands Strauss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 15:36

Musicalement? Pas de fantasie?  What the fuck ?!? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16350
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Ven 3 Jan 2014 - 15:52

Ben c'est le plus féérique, onirique et enchanteur des ouvrages de Strauss.Franchement je ne sais pas ce qu'il vous faut.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22588
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 2 Avr 2014 - 0:24

Very Happy Strauss à la baguette, coffret à paraître chez DG :

http://www.amazon.fr/Strauss-Conducts-Heinrich-Schlusnus/dp/B00IERAFTC

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier le normand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1355
Age : 45
Localisation : le petit quevilly, à côté de rouen
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Sam 12 Avr 2014 - 9:40

Un coffret à paraître le 19 mai, Clemens Krauss dirigeant les oeuvres de Strauss, poèmes symphoniques certes mais aussi une Salomé avec Christel Goltz que le critique Didier Van Moere, bien connu des lecteurs de l'ASO, avait choisi comme son disque de l"île déserte" dans un récent numéro de Diapason:

http://www.amazon.fr/dp/B00IY372CY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22588
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Sam 12 Avr 2014 - 13:34

cheers Excellente nouvelle !

Bon, je n'achèterai pas : j'ai déjà tout ça en rayon, reparu chez Testament ou au Japon.

Globalement, le style de Krauss est vif, spirituel, dégraissé, assez semblable à celui du compositeur à la baguette.

En ce moment, les majors ont la main heureuse dans leurs fonds de tiroirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 15:14

C'est amusant : je me sens plus proche du langage de Salome, mais je me rends compte que j'écoute (beaucoup !) plus Elektra. Et ça ne tient pas à l'univers plus familier du livret.

De toute façon, l'un comme l'autre, ça met un peu la misère à toutes ses tentatives épiques postérieures comme Frosch ou Helena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 15:18

DavidLeMarrec a écrit:
De toute façon, l'un comme l'autre, ça met un peu la misère à toutes ses tentatives épiques postérieures comme Frosch

 cheers 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 15:20

Tiens, tu as fini l'acte I ? fleurs

En plus, je suis sûr que tu adorerais le troisième acte... Certes, tu as mieux à faire, avec ta double agrégation qui se prépare…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 15:22

Enfin pour moi c'est du tout le même langage et le même format Elektra/Salomé et FROSCH...
FROSCH vise plutôt quand même à l'oeuvre très contrastée entre deux mondes, beaucoup moins physique qu'Elektra.

Alors oui, on est loin des choses roses bonbon du genre du Chevalier... mais c'est un peu un entre-deux des oeuvres violentes et des oeuvres galantes si je puis dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 15:29

DavidLeMarrec a écrit:
Tiens, tu as fini l'acte I ? fleurs

En plus, je suis sûr que tu adorerais le troisième acte...

Mais j'ai écouté Frosch entier plusieurs fois  Laughing 
Je ne m'en suis pas encore remis.  Mr. Green 

Citation :
Certes, tu as mieux à faire, avec ta double agrégation qui se prépare…

Moque toi !

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 16:28

Polyeucte a écrit:
Enfin pour moi c'est du tout le même langage et le même format Elektra/Salomé et FROSCH...
FROSCH vise plutôt quand même à l'oeuvre très contrastée entre deux mondes, beaucoup moins physique qu'Elektra.

Oui, c'est différent, c'est sûr. Mais il y a quand même des convergences notables avec Elektra (et même davantage qu'entre Elektra et Salome).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 16:34

Je trouve aussi, autant du point de vue de la vocalité que de l'harmonie ou de l'orchestration.
Bien sûr le résultat est tout autre, mais du point de vue du langage c'est parfois assez proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 16:37

Des convergences et du langage commun oui, mais je trouve beaucoup plus de choses différentes chez FROSCH. Du coup un côté un peu moins massif et écrasant avec ses passages hyper lyriques et solaires, d'autres au contraire aussi rudes que le pire d'Elektra...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 16:48

Polyeucte a écrit:
Du coup un côté un peu moins massif et écrasant avec ses passages hyper lyriques et solaires,

Comme tous les parties de Chrysothemis, comme la Cinquième Servante ou l'imploration à la hache.


Citation :
d'autres au contraire aussi rudes que le pire d'Elektra...

Là, en revanche, je ne vois pas. Certes, la Teinturière hurle encore plus fort, la musique est d'ailleurs encore plus sombre... mais n'atteint jamais la même violence frontale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18891
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 17:07

DavidLeMarrec a écrit:
Comme tous les parties de Chrysothemis, comme la Cinquième Servante ou l'imploration à la hache.
Pas au point des interventions du faucon, l'air de l'Empereur, l'apparition des enfants à naître, le final...



Citation :
Là, en revanche, je ne vois pas. Certes, la Teinturière hurle encore plus fort, la musique est d'ailleurs encore plus sombre... mais n'atteint jamais la même violence frontale.

Le final du II est quand même bien violent et rude (avant le "Barak ich hab es nicht gettan"). Un crescendo assez prenant.



Disons que même si c'est moins extrême, les contrastes sont je trouve plus marqués. Les parties de Chryso sont lyriques mais tout de même assez lourdes, quelque chose de vicérale et puissant loin du détachement féérique de certains passages de FROSCH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 17:47

Polyeucte a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Comme tous les parties de Chrysothemis, comme la Cinquième Servante ou l'imploration à la hache.
Pas au point des interventions du faucon, l'air de l'Empereur, l'apparition des enfants à naître, le final...

Le premier air de l'Empereur, c'est exactement la même langue musicale (harmoniquement, mélodiquement... même rythmiquement, pareil, un 3/4 à battre à la mesure et des attaques pas sur le temps) que la première scène de Chryso – en moins raffiné.

Après, oui, il y a des différences, mais justement, musicalement, Frosch me paraît plus homogène, sans les contrastes énormes d'Elektra.


Citation :
Le final du II est quand même bien violent et rude (avant le "Barak ich hab es nicht gettan"). Un crescendo assez prenant.

Oui, bien sûr.


Citation :
Disons que même si c'est moins extrême, les contrastes sont je trouve plus marqués. Les parties de Chryso sont lyriques mais tout de même assez lourdes, quelque chose de vicérale et puissant loin du détachement féérique de certains passages de FROSCH.

La légèreté dans Frosch, je l'ai manquée, j'avoue. Chryso, bien chanté, n'a rien de lourd : avec Della Casa, Schwanewilms, même Welitsch, Kupper ou la future Brünnhilde Secunde, ça plane !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Anthony
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3621
Age : 31
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 18:30

Cololi a écrit:
Mais j'ai écouté Frosch entier plusieurs fois Laughing
Je ne m'en suis pas encore remis. Mr. Green 

Tannhäuser/Lohengrin chez Wagner, FROSCH chez Strauss, je vois que nous butons sur les mêmes choses.  Mr. Green 

Il me semble qu'Elektra, malgré son extrême noirceur et sa violence, est plus accessible que FROSCH, déjà parce que le livret ne pose pas trop de difficultés, c'est une histoire que nos grands-mère nous racontaient avant d'être propres, c'est clair, net et ça file droit au but. FROSCH, j'ai beau adorer Hofmannsthal, je n'ai jamais compris où il voulait en venir avec ce livret. C'est dommage parce que c'est selon toute vraisemblance le plus personnel de ceux qu'il a écrits pour Strauss (on y retrouve la mystique des enfants qui était récurrente dans ses poèmes de jeunesse). La musique y est peut-être plus facile à suivre, mais ça reste tout de même très sinueux, il faut plusieurs écoutes pour bien s'imprégner des motifs - à part le faucon  Mr. Green - et cet opéra est très long ! Ça reste du très très haut niveau, bien sûr, mais il y a quelque chose de frustrant... j'ai du mal à trouver les mots...  Neutral 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 18:33

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
Disons que même si c'est moins extrême, les contrastes sont je trouve plus marqués. Les parties de Chryso sont lyriques mais tout de même assez lourdes, quelque chose de vicérale et puissant loin du détachement féérique de certains passages de FROSCH.

La légèreté dans Frosch, je l'ai manquée, j'avoue. Chryso, bien chanté, n'a rien de lourd : avec Della Casa, Schwanewilms, même Welitsch, Kupper ou la future Brünnhilde Secunde, ça plane !

Tu l'as manquée parce que tu es glotto.  Mr.Red 

Poly parlait de l'orchestre à mon avis.  Smile 
L'entrée de l'Impératrice par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 18:41

Xavier a écrit:
L'entrée de l'Impératrice par exemple...

Ah oui, féerique au sens de « kitsch » alors. C'est vrai, il n'y a pas ça dans Elektra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 18:58

Bart Simpson a écrit:
Cololi a écrit:
Mais j'ai écouté Frosch entier plusieurs fois  Laughing
Je ne m'en suis pas encore remis.  Mr. Green 

Tannhäuser/Lohengrin chez Wagner, FROSCH chez Strauss, je vois que nous butons sur les mêmes choses.  Mr. Green 

Il me semble qu'Elektra, malgré son extrême noirceur et sa violence, est plus accessible que FROSCH, déjà parce que le livret ne pose pas trop de difficultés, c'est une histoire que nos grands-mère nous racontaient avant d'être propres, c'est clair, net et ça file droit au but. FROSCH, j'ai beau adorer Hofmannsthal, je n'ai jamais compris où il voulait en venir avec ce livret. C'est dommage parce que c'est selon toute vraisemblance le plus personnel de ceux qu'il a écrits pour Strauss (on y retrouve la mystique des enfants qui était récurrente dans ses poèmes de jeunesse). La musique y est peut-être plus facile à suivre, mais ça reste tout de même très sinueux, il faut plusieurs écoutes pour bien s'imprégner des motifs - à part le faucon  Mr. Green - et cet opéra est très long ! Ça reste du très très haut niveau, bien sûr, mais il y a quelque chose de frustrant... j'ai du mal à trouver les mots...  Neutral 

Encore Frosch je finis par m'y faire. Tannhäuser franchement je n'ai écouté en entier qu'une fois ... et j'ai vraiment pas envie de renouveller.
Lohengrin ... à retenter vu que ça m'a nettement moins rebuté que Tannhäuser.

Frosch ... il y a de très belles idées (musicales j'entend), mais j'ai quand même jamais écouté aussi lourd et grandiloquent.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Anthony
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3621
Age : 31
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 19:13

Cololi a écrit:
mais j'ai quand même jamais écouté aussi lourd

Oh que oui ! La femme de Barak...  affraid La dernière fois que je l'ai écouté (dvd Solti), la pourtant très méritante Eva Marton m'a cassé les oreilles.  hehe 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 19:16

Cololi a écrit:
Frosch ... il y a de très belles idées (musicales j'entend), mais j'ai quand même jamais écouté aussi lourd et grandiloquent.

Tiens, tu n'as jamais essayé les Gurre, le Klagende Lied ou les dernières symphonies de Villa-Lobos ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 20:46

DavidLeMarrec a écrit:
Cololi a écrit:
Frosch ... il y a de très belles idées (musicales j'entend), mais j'ai quand même jamais écouté aussi lourd et grandiloquent.

Tiens, tu n'as jamais essayé les Gurre, le Klagende Lied ou les dernières symphonies de Villa-Lobos ?

Tu veux la guerre c'est ça ?

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 20:47

Qu'est-ce que j'ai dit encore ? Il était facile de faire un coup bas avec Bruckner ou Turangalîla, et je ne l'ai pas fait, pour te ménager. Jamais content...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 21:06

Je ne répond pas à ces viles provocations ... Tournemire et Olivier sont là haut avec leurs tuyaux pour me protéger la bave des crapauds !

Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

Les Gurre ne tombent pas du tout là dedans.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 21:12

Cololi a écrit:
Je ne répond pas à ces viles provocations ... Tournemire et Olivier sont là haut avec leurs tuyaux pour me protéger la bave des crapauds !

Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

Les Gurre ne tombent pas du tout là dedans.

Tu confonds avec Wagner là Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 21:12

Cololi a écrit:
Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

On peut remarquer que tout ce que tu dis là, c'est ce que reprochent à Wagner ceux qui ne l'aiment pas/ne le connaissent pas bien.
Strauss n'est absolument pas plus lourdingue et moins fin, j'ai presque envie de dire au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 21:31

calbo a écrit:
Cololi a écrit:
Je ne répond pas à ces viles provocations ... Tournemire et Olivier sont là haut avec leurs tuyaux pour me protéger la bave des crapauds !

Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

Les Gurre ne tombent pas du tout là dedans.

Tu confonds avec Wagner là Smile 
pas vraiment, l'un est un précurseur, l'autre un plagiaire qui tire à la ligne, le second n'ayant pas eu l'arrogance de se prendre pour un génie de la littérature, ce qui l'excuse parfois et lui confère une subtilité dont le premier manque cruellement.
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28887
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 21:36

Xavier a écrit:
Cololi a écrit:
Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

On peut remarquer que tout ce que tu dis là, c'est ce que reprochent à Wagner ceux qui ne l'aiment pas/ne le connaissent pas bien.
Strauss n'est absolument pas plus lourdingue et moins fin, j'ai presque envie de dire au contraire.

Tu ne vas quand même pas me faire le procès que je n'aime pas Strauss  Mr. Green 

sud273 a écrit:
calbo a écrit:
Cololi a écrit:
Je ne répond pas à ces viles provocations ... Tournemire et Olivier sont là haut avec leurs tuyaux pour me protéger la bave des crapauds !

Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

Les Gurre ne tombent pas du tout là dedans.

Tu confonds avec Wagner là Smile 
pas vraiment, l'un est un précurseur, l'autre un plagiaire qui tire à la ligne, le second n'ayant pas eu l'arrogance de se prendre pour un génie de la littérature, ce qui l'excuse parfois et lui confère une subtilité dont le premier manque cruellement.

J'aime  hehe 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
charles.ogier
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1113
Age : 58
Localisation : Suresnes
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 22:13

Polyeucte a écrit:
Des convergences et du langage commun oui, mais je trouve beaucoup plus de choses différentes chez FROSCH. Du coup un côté un peu moins massif et écrasant avec ses passages hyper lyriques et solaires, d'autres au contraire aussi rudes que le pire d'Elektra...

avec ses passages hyper lyriques et solaires

Bon; je n'en ai aucun souvenir. Sans doute, ces passages sont-ils très courts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5021
Age : 42
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 22:37

FrOSch, lourd ? Non. Kitsch ? Oui Mr. Green (ce qui n'est jamais le cas de Wagner, ce me semble, sauf peut-être le I de Parsifal dans un genre on ne peut plus différent).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 22:39

Cololi a écrit:
Xavier a écrit:
Cololi a écrit:
Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

On peut remarquer que tout ce que tu dis là, c'est ce que reprochent à Wagner ceux qui ne l'aiment pas/ne le connaissent pas bien.
Strauss n'est absolument pas plus lourdingue et moins fin, j'ai presque envie de dire au contraire.

Tu ne vas quand même pas me faire le procès que je n'aime pas Strauss  Mr. Green 

sud273 a écrit:
calbo a écrit:
Cololi a écrit:
Je ne répond pas à ces viles provocations ... Tournemire et Olivier sont là haut avec leurs tuyaux pour me protéger la bave des crapauds !

Par lourdeur j'entend non seulement l'orchestration, le traitement de la voix ... mais l'emphase de l'esprit de cette musique, et du livret ... et plus grave la répétition de façon très lourdingue de certains thèmes.
Bref ce n'est pas fin.

Les Gurre ne tombent pas du tout là dedans.

Tu confonds avec Wagner là Smile 
pas vraiment, l'un est un précurseur, l'autre un plagiaire qui tire à la ligne, le second n'ayant pas eu l'arrogance de se prendre pour un génie de la littérature, ce qui l'excuse parfois et lui confère une subtilité dont le premier manque cruellement.

J'aime  hehe 

Mon cher cololi tu avoues à 1/2 mot ton allégeance à LULLY hehe 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80498
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 9 Juil 2014 - 22:55

charles.ogier a écrit:
Polyeucte a écrit:
Des convergences et du langage commun oui, mais je trouve beaucoup plus de choses différentes chez FROSCH. Du coup un côté un peu moins massif et écrasant avec ses passages hyper lyriques et solaires, d'autres au contraire aussi rudes que le pire d'Elektra...

avec ses passages hyper lyriques et solaires

Bon; je n'en ai aucun souvenir. Sans doute, ces passages sont-ils très courts.

La majorité de l'oeuvre est hyper lyrique...
Après tout dépend de ce qu'on met derrière ce mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rwandrall
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 23
Date d'inscription : 05/06/2014

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Dim 14 Juin 2015 - 16:02

J'apprécie Strauss, d'un point de vu plaisir vocale en premier lieu, car c'est dans un de ses opéras que j'ai entendu un baryton "léger" chanter aussi bien dans les aiguës que dans les très graves. Et ce, ne s'appliquant pas seulement aux barytons mais aux voix d'hommes en général (pour peut qu'on ait des graves). Après d'un point de vu symphonique, mélodique ... Les accompagnements ainsi que les parties purement instrumentales de ses créations sont d'un régal ... Genre "Wie schön ist doch die musik", magnifique.

En bref, Strauss c'est cool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81918
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Lun 10 Aoû 2015 - 19:46

Guillaume a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:


=> R. Strauss : Sinfonia Domestica
Pas étonnant que des gens trouvent que Strauss tourne à vide… Entre Zoroastre, l'Alpestre et ça, on dirait un spécialiste des pubs pour promoteurs de décor de salles de bain.

Tu y vas fort, tout de même - on croirait entendre Theodor Mr.Red . Qu'est-ce qui te déplaît dans Zara' et dans l'Alpen-? Je n'aime pas tous les gestes musicaux de ces deux oeuvres, il y a des moments de creux mais je m'incline devant les 10 premières minutes de l'Alpen ou devant la danse de Zarathustra. Comment expliques-tu ton admiration sans bornes pour le Strauss opératique et ton appréciation modérée des poèmes symphoniques ? (c'est une question que je me pose parfois, étant dans un cas similaire)

J'avais ajouté : « Le dernier mouvement rachète tout, quand même. (mais on peut vraiment se passer du reste)  »

La différence fondamentale entre Dodor et Dada, c'est que Dodor porte un jugement a priori, en partant de catégories esthétiques, alors que le mien (à supposer que ce soit un jugement plutôt que l'expression candide de mes inclinations personnelles) constate simplement empiriquement la différence de nature de ces deux parties du corpus.

Ensuite, ta question :

¶ Oui, il y a de bons moments dans l'Alpestre (Zoroastre, je l'écoute trop peu pour m'en rendre compte, mais je m'ennuie à peu près 100% du temps, donc je ne pourrais vraiment pas les trouver), ce n'est pas le problème en fait. J'y reviens.

¶ Il y a aussi pas mal de poèmes symphoniques que j'aime beaucoup : Don Juan, Tod und Verklärung, plein de trucs jugés mineurs mais très bien faits (Macbeth, les vignettes italiennes…). Ce sont surtout les gros machins comme Heldenleben (très amusant sur le principe des citations, mais quand même bien indigeste… je ne le trouve pas tellement plus digeste depuis que je maîtrise mieux les thèmes).

¶ Le pourquoi se résume assez facilement. D'abord, il y a une question de dates : beaucoup de poèmes symphoniques datent de l'époque de Guntram, et là, tout s'explique. Mais surtout, la différence entre ses symphonies et ses opéras tient en un mot : nécessité. Les opéras sont forcément régis par une poussée, et Strauss s'efforce d'épouser le mot, la tension de la situation, la couleur locale, il interrompt ses plus belles mélodies pour ne jamais lasser le spectateur et servir l'intrigue… Dans les symphonies, Strauss agit en compositeur d'opéra (il compose en vignettes, et pas dans la grande forme développée), mais il semble ne plus avoir de guide… on se retrouve donc avec une succession de moments très réussis, mais qui ne vont nulle part pour moi.
Peut-être est-ce aussi que je ne suis pas très sensible à la musique à programme, parce que je pourrais en dire autant de Má Vlast, de Liszt…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aderchilkov
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 12
Age : 20
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 04/08/2015

MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   Mer 12 Aoû 2015 - 0:11

Bonsoir,

J'apprécie tout particulièrement une version des Métamorphoses, mais je décèle pertinemment de nombreuses imperfections auditives ...

Je recherche une exécution qui met en valeur la profondeur et l'idée d'un changement continu, donc d'une continuité très bien gérée dans les cordes basses - violoncelles et contrebasses!

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Richard Strauss (1864-1949)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Richard Strauss (1864-1949)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» R. Strauss - Oeuvres a cappella
» Johann Strauss Père (1804-1849)
» La femme sans ombre de Strauss et Hofmannsthal
» Richars Strauss - Don Juan
» Johann Strauss fils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: