Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Gundula Janowitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 646
Age : 31
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Gundula Janowitz   Jeu 22 Oct 2009 - 19:28

Soprano autrichienne née à Berlin le 2 août 1937, elle fait ses débuts à l'Opéra d'État de Vienne en 1960 dans le rôle de Barberine des Noces de Figaro de Mozart. Enchaînant les rôles mozartiens (Pamina), elle est appelée par Herbert von Karajan au festival de Salzbourg en 1968 où elle chante au cours des années qui suivent Donna Anna, la Comtesse et Fiordiligi qui la rendent célèbre.

Outre Mozart, son répertoire comporte de nombreux rôles straussiens comme Ariane, d'Ariane à Naxos ou la Comtesse de Capriccio dont la tessiture et le caractère correspondent à sa voix. Elle aborde également des rôles qui semblent a priori moins lui convenir comme Leonore dans Fidelio ou même, à la demande de Karajan, Sieglinde de La Walkyrie dont elle enregistre le rôle dans la Tétralogie du célèbre chef d'orchestre.

Sa voix pure, éthérée, sans vibrato, a parfois été qualifiée de froide mais le choix prudent de ses personnages et la beauté de son timbre en font une interprète exceptionnelle, voire bouleversante, dans des œuvres telles que la Passion selon saint Matthieu de Bach ou les Quatre derniers Lieder de Richard Strauss. Son interprétation de l'air de Pamina, Ach,ich fühl's, de la La Flûte enchantée de Mozart, est une des plus émouvantes de la discographie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 22 Oct 2009 - 21:15

Sans vibrato ? Justement ce qui me gêne dans cette voix évidemment très belle c'est ce vibrato très serré dans les aigus, une légère trémulation qui m'agace dans cette voix presque trop pure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80176
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 22 Oct 2009 - 21:59

Hippolyte a écrit:
Sans vibrato ? Justement ce qui me gêne dans cette voix évidemment très belle c'est ce vibrato très serré dans les aigus, une légère trémulation qui m'agace dans cette voix presque trop pure.

Le malentendu vient que beaucoup de gens considèrent qu'un vibrato rapide est serré c'est peu ou pas de vibrato.
Et qu'à l'inverse d'autres vont dire "vibrato très présent" pour la même chose.

Ojoj je me permets d'effacer tes messages avec les liens Youtube vers des extraits non libres de droits (donc illégaux), normalement j'édite les messages, mais là il y en a trop.
Merci de faire attention à l'avenir. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 22 Oct 2009 - 22:10

Xavier a écrit:
Le malentendu vient que beaucoup de gens considèrent qu'un vibrato rapide est serré c'est peu ou pas de vibrato.
Et qu'à l'inverse d'autres vont dire "vibrato très présent" pour la même chose.

C'est tout à fait vrai, mais il y a, me semble-t-il, quelque chose de spécial avec Janowitz. Il m'est souvent arrivé de me faire incendier par ses amateurs parce que j'osais parler de ce léger vibrato (qui n'a pourtant rien de déshonorant, je comprends même qu'on l'aime) qui venait contredire ce mythe idiot de voix parfaite et pure de tout vibrato. Je n'arrive pas à croire qu'on ne l'entende pas. Récemment, écoutant Don Carlo dans la version Stein, j'avais oublié que Janowitz était Elisabeth, et tout d'un coup, entendant un aigu trémulant, je me suis dit : "Tiens ! On dirait Janowitz."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 22 Oct 2009 - 22:19

Oui, 'sans vibrato' est quand même une erreur évidente de la part de quelqu'un qui ne maîtrise pas beaucoup la technique vocale. C'est au contraire le type même d'un vibrato extrêmement serré, qu'on peut appeler 'vibratello'.

Il est vrai qu'il y a des moments où elle vibre peu, et la beauté vocale s'en ressent, mais ce n'est pas en permanence, loin s'en faut Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:12

keane a écrit:
On peut camper un personnage en peu de temps ! Ecoute Judy Garland live à carnegie Hall dans Stormy weather : elle incarne davantage son personnage en 4 minutes que Gundula Janowitz en 2 heures.

Pour Janowitz, ta remarque est valable pour tous les rôles?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:12

Era a écrit:
Alors là je vais protester, pas touche à Janowitz hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Era
Noctambule
avatar

Nombre de messages : 12314
Age : 25
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:28

En fait je ne la connais vraiment que dans les quatre derniers lieder, mais c'était plus fort que moi hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:30

Era a écrit:
En fait je ne la connais vraiment que dans les quatre derniers lieder, mais c'était plus fort que moi hehe

Je suppose que c'est la version avec Karajan. Je lui préfère Lucia Popp dans les Vier Letzte Lieder mais Janowitz est évidemment superbe là dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ericc
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 17/08/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:40

aurele a écrit:
keane a écrit:
On peut camper un personnage en peu de temps ! Ecoute Judy Garland live à carnegie Hall dans Stormy weather : elle incarne davantage son personnage en 4 minutes que Gundula Janowitz en 2 heures.

Pour Janowitz, ta remarque est valable pour tous les rôles?


Non non, elle sait transformer en "oie blanche" tous les personnages qu'elle touche.
( smileys bien sûr ! au choix)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 19:56

Ericc a écrit:
Non non, elle sait transformer en "oie blanche" tous les personnages qu'elle touche.
( smileys bien sûr ! au choix)

Elle n'a jamais joué de rôles de méchantes à ma connaissance. Elle est plus souvent une victime ou quelqu'un de noble dans la plupart des rôles qu'elle chante. Elle peut être une "oie blanche" aussi selon les personnages qu'elle interprète probablement : Elsa dans Lohengrin en particulier.
Pour le smiley, je ne sais pas si ton message est sincère ou si c'est de l'ironie donc je ne peux pas vraiment choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ericc
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 17/08/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:02

aurele a écrit:
Ericc a écrit:
Non non, elle sait transformer en "oie blanche" tous les personnages qu'elle touche.
( smileys bien sûr ! au choix)

Elle n'a jamais joué de rôles de méchantes à ma connaissance. Elle est plus souvent une victime ou quelqu'un de noble dans la plupart des rôles qu'elle chante. Elle peut être une "oie blanche" aussi selon les personnages qu'elle interprète probablement : Elsa dans Lohengrin en particulier.
Pour le smiley, je ne sais pas si ton message est sincère ou si c'est de l'ironie donc je ne peux pas vraiment choisir.

Ironie et sincérité sont ils par définition antinomiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:03

Ericc a écrit:
Ironie et sincérité sont ils par définition antinomiques ?

Je ne pense pas. Néanmoins, je ne sais pas si ce que tu dis, tu le penses vraiment ou si c'est une provocation ironique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ericc
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 17/08/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:33

aurele a écrit:
Ericc a écrit:
Ironie et sincérité sont ils par définition antinomiques ?

Je ne pense pas. Néanmoins, je ne sais pas si ce que tu dis, tu le penses vraiment ou si c'est une provocation ironique.

Que Janowitz me fasse bailler en récital au 4e rang d'orchestre mais aussi au disque et que j'hésite entre elle et Studer pour la palme de l'insipidité, c'est sincère.
Après, je suis conscient qu'inclure là dedans certains Quatre derniers lieder qui sur ce forum font l'objet d'une certaine unanimité, c'est faire preuve d'une certaine forme de provocation iconoclaste, non ? Mais bon, tant pis, hein ?
Tu remarqueras que nous avons trouvé après tant de divergences insurmontables un point d'accord avec Keane...

Et puis,il suffit, à mon sens, d'écouter Harteros en Elsa ( pour ne citer qu'un des legs les plus récents ) pour se rendre compte qu'on peut faire d'Elsa, autre choses qu'une "oie blanche".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:35

Si je comprends bien Ericc, tu n'aimes ni ses Mozart, ni ses Strauss, ni ses Wagner très probablement. C'est tout de même une voix d'une immense beauté. Il faut au moins lui reconnaître cela. Il paraît qu'en Donna Anna, elle est plutôt investie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:48

aurele a écrit:
Ericc a écrit:
( smileys bien sûr ! au choix)
Pour le smiley, je ne sais pas si ton message est sincère ou si c'est de l'ironie donc je ne peux pas vraiment choisir.
Aurèle ! Shocked

Des fois, on est vraiment désarmé. Eric ne demande pas de remplir un formulaire pour donner son choix... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Ericc
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 697
Date d'inscription : 17/08/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 20:49

aurele a écrit:
C'est tout de même une voix d'une immense beauté.

Oui peut être Aurèle mais je ne suis pas sensible à ça. Reprend tous mes posts et tu n'en trouveras aucun où j'ai mis en avant ce que vous appelez la "beauté du timbre" en le présentant parfois comme un premier critère. J'ai déjà eu l'occasion de dire que les chanteurs pour lesquels j'éprouve un plaisir hédoniste d'écoute relatif au timbre se comptent sur les doigts d'une main.
Donc tu vois, le critère que tu avances ici, c'est celui que je met en dernière position dans mon échelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3068
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 22:21

Ah c'est drôle encore une fois ... pour moi Janowitz est loin d'être une belle voix désincarnée en fait, à la Te Kanawa. Au contraire c'est une de ces sonorités vocales qui deviennent bouleversantes à partir du moment où elles sont malmenées. D'ailleurs elle se met très souvent en danger avec des résultats que je trouve admirables : son Impératrice par exemple c'est éblouissant, ailée et écrasée à la fois. Et c'est (avec Jurinac et Brouwenstijn) l'Elisabeth de Valois la plus poétique et la plus noble que je connaisse. J'aime énormément quand ce type de voix, ce genre d'émission, se tendent et vibrent, jusqu'à trémuler (Stich me fait un effet très comparable).

Aujourd'hui je ne suis plus amoureux comme j'ai pu l'être, mais ses promesses (y compris les mauvaises : quand elle est dans son élément ça devient ennuyeux assez vite) sont toujours tenues. Et puis pour le coup c'est une femme dont on perçoit toujours la musicalité. Ca ne se remplace pas et ça vaut tout les beaux timbres du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3068
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 22:24

PS : par contre je n'aime pas du tout les Quatre derniers lieder. J'ai envie de frapper à la porte pour vérifier s'il y a vraiment quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 22:26

Pour sa Contessa Almaviva, il faut très certainement privilégier la version Solti en vidéo.
En effet, dans la version de studio de 1968 de Böhm dont je connais beaucoup d'extraits, la voix est certes sublime mais l'articulation est molle. Le récitatif "E Susanna non vien" par exemple manque de dynamisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3068
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Ven 30 Juil 2010 - 22:50

aurele a écrit:
Pour sa Contessa Almaviva, il faut très certainement privilégier la version Solti en vidéo.
En effet, dans la version de studio de 1968 de Böhm dont je connais beaucoup d'extraits, la voix est certes sublime mais l'articulation est molle. Le récitatif "E Susanna non vien" par exemple manque de dynamisme.

Oui ce n'est pas très animé, c'est sûr. La reprise de l'air pianissimo par contre ça vaut l'écoute, ne serait-ce que pour la sonorité que la voix prend à ce moment là.

Enfin là j'écoute Güden dans le même air justement et pour le coup elle anime tout ce qu'elle peut. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Sam 31 Juil 2010 - 10:48

Grégoire de la Tour a écrit:
Ah c'est drôle encore une fois ... pour moi Janowitz est loin d'être une belle voix désincarnée en fait, à la Te Kanawa. Au contraire c'est une de ces sonorités vocales qui deviennent bouleversantes à partir du moment où elles sont malmenées. D'ailleurs elle se met très souvent en danger avec des résultats que je trouve admirables : son Impératrice par exemple c'est éblouissant, ailée et écrasée à la fois. Et c'est (avec Jurinac et Brouwenstijn) l'Elisabeth de Valois la plus poétique et la plus noble que je connaisse. J'aime énormément quand ce type de voix, ce genre d'émission, se tendent et vibrent, jusqu'à trémuler (Stich me fait un effet très comparable).

Aujourd'hui je ne suis plus amoureux comme j'ai pu l'être, mais ses promesses (y compris les mauvaises : quand elle est dans son élément ça devient ennuyeux assez vite) sont toujours tenues. Et puis pour le coup c'est une femme dont on perçoit toujours la musicalité. Ca ne se remplace pas et ça vaut tout les beaux timbres du monde.
Entièrement d'accord avec toi. Il faut écouter en priorité à ce sujet sa Leonore dans Fidelio, où elle est complètement à la limite mais du coup hyper bouleversante, avec une préférence aux deux lives, celui d'Orange et celui dirigé par Bernstein (avec la non moins sublime Lucia Popp I love you ). Dans le même genre, et encore plus extrème son Odabella m'a tout simplement scotché, avant de l'entendre, je n'aurais jamais pensé qu'elle soit capable de chanter ça, c'est sublime, j'adore I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pan
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3438
Date d'inscription : 24/12/2006

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Dim 31 Oct 2010 - 13:52

Nous parlions d'elle l'autre jour à table, du coup j'ai cherché dans ma discothèque un disque pour l'entendre et je suis tombé sur une curiosité, un Idoménée de 1964 avec Pavarotti, dirigé par Sir John Pritchard au festival de Glyndebourne. Il n'y a aucun doute sur le vibrato (deux exemples, ici et là). Il semble qu'elle ait beaucoup marqué la jeune génération des années 60.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 13:13

J'ai adoré Janowitz.
Son meilleur air enregistré en studio, c'est définitivement son air d'Adriano dans Rienzi, une perle rare!
Les 4 derniers Lieder en Live avec Haitink (publiés dans le coffret Original Masters) sont intéressants mais ne sont pas aussi marquants que l'enregistrement avec Karajan... même si je peux comprendre ceux qui n'aiment pas cette version.
En Live, elle est superbe en Elisabeth de Don Carlo (tout sauf la version Orféo!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 13:15

AD a écrit:
J'ai adoré Janowitz.

Cela veut dire que tu ne l'aimes plus autant je suppose. Pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 13:32

aurele a écrit:
AD a écrit:
J'ai adoré Janowitz.

Cela veut dire que tu ne l'aimes plus autant je suppose. Pourquoi?

Les goûts changent je suppose... je l'apprécie toujours autant mais on a envie d'écouter d'autres choses avec le temps.

Dans son répertoire, j'ai commencé avec Schwarzkopf et Rysanek.

Ensuite j'ai eu ma période où je n'écoutais quasiment plus que des chanteuses à timbre "unique" (en couleurs) comme : della Casa, Stich-Rendall, Güden, M. Price et Janowitz.

Attention je ne dis pas que des chanteuses comme Jurinac, Grümmer etc n'aient pas eu également des timbres distinctifs, mais celles citées au dessus ont vraiment une couleur un peu surnaturelle pour moi.

Janowitz reste donc dans mon coeur mais en pratique aujourd'hui il est rare que je remette un disque avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 13:47

Merci pour ta réponse. C'est intéressant d'écouter diverses chanteuses et les goûts peuvent évoluer avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 14:02

J'ai 41 ans et quelque part je t'envie aurele, j'aimais bien découvrir tout cela. Tous ces grands chanteurs m'étaient inconnus!

A ton âge je découvrais seulement l'opéra et les rééditions en CD .

C'était excitant d'apprendre que Decca (ou les autres) rééditaient enfin telle ou telle version d'opéra dans des enregistrements mythiques connus seulement par catalogue ou dans des revues.

Je me dis que ça devait être pareil du temps du vinyle mais en plus étalé sur le temps; là en quelques années, tous les fonds de catalogue ressortaient sur le nouveau support et les numéros de Diapason/Répertoire/Monde de la Musique étaient passionnants à lire également.

Bref impossible de ne pas être fasciné par une voix comme celle de Janowitz (le dulcissime de Carmina Burana!).

Mais on ne peut pas passer son temps à n'écouter que cela quand on aime l'opéra... sauf qu'aujourd'hui, je crois avoir entendu (ou presque) tous les enregistrements possibles officiels de mes compositeurs favoris (Mozart, Strauss, Wagner, Weber, Beethoven) ou de mes chanteurs favoris.

Quand une nouvelle version sort, c'est la curiosité et la nouveauté qui l'emportent (par exemple la dernière Flûte de Jacobs) mais souvent ça ne laisse pas de traces aussi profondes dans ma mémoire que les anciennes versions comme on dit.

Aujourd'hui je reconnais aussi que j'apprécie des voix plus simples, moins irréelles et qui vont chercher à émouvoir par des moyens plus terrestres.
Des effets de timbre parfois inouïs de Janowitz ou des prouesses de souffle sur le timbre de Lisa della Casa, je n'en retiens, il m'arrive à présent, plutôt des défauts (manque d'investissement au studio pour la première, surtout quand on sait ce qu'elle osait en live, ou maniérismes démodés pour la seconde, différents de ceux de Schwarzkopf mais bien présents! Exemple : je préfère un Morgen! avec la simplicité de Barbara Bonney maintenant alors que j'adorais la version de Lisa).

Mais j'aime toujours autant Janowitz dans die Forelle!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 14:05

AD a écrit:
En Live, elle est superbe en Elisabeth de Don Carlo (tout sauf la version Orféo!).

Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 14:18

Je l'ai eu dans 3 versions :
. une ancienne, dont je ne me souviens plus le label, qui transmettait beaucoup d'émotions mais avec un son stéréo fluctuant (Tu Che la Vanita en souffrant le plus)
. puis l'édition Orféo que je pensais idéale : la stéréo était stable mais plus aucune chaleur ou densité de timbre, à fuir! Exit l'émotion...
. j'ai finalement acheté la version d'Opera d'Oro, plus respectueuse (et à la stéréo stable)

Mais j'ai une dent contre le mastering d'Orfeo, je trouve ça froid, même pour les enregistrements DDD (comme le récital de Pieczonka).
J'ai changé plusieurs éléments de ma chaîne hifi avec le temps, mais je reste sur ma position!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3079
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 14:21

C'est donc bien le report que tu critiques et non la prestation de Janowitz dans cette version Stein (en fait je ne sais pas s'il existe un autre enregistrement avec Janowitz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mar 2 Nov 2010 - 14:23

Hippolyte a écrit:
AD a écrit:
En Live, elle est superbe en Elisabeth de Don Carlo (tout sauf la version Orféo!).

Pourquoi ?

Oui bien sûr, je l'aime beaucoup dans ce fameux live de Vienne sous Horst Stein; je ne pense pas qu'il y ait eu d'autres représentations parues sur CD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 14:23

aurele a écrit:
Era a écrit:
En fait je ne la connais vraiment que dans les quatre derniers lieder, mais c'était plus fort que moi

Je suppose que c'est la version avec Karajan. Je lui préfère Lucia Popp dans les Vier Letzte Lieder mais Janowitz est évidemment superbe là dedans.

Il existe un live de 69 (RAI, je crois) dirigé par Celibidache qui, en dépit d'un orchestre moyen, touche à des sommets d'hédonisme et de vocalité ; avec cet intérêt paradoxal dans ces conditions (mais le paradoxe n'est qu'apparent) d'incarner le texte non par sa seule textualité mais par un jeu de couleurs d'une sensibilité folle, par des bruissements, etc. Une anima au sens propre du terme.

Je ne suis peut-être pas clair Embarassed ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 14:28

Ericc a écrit:
Et puis,il suffit, à mon sens, d'écouter Harteros en Elsa ( pour ne citer qu'un des legs les plus récents ) pour se rendre compte qu'on peut faire d'Elsa, autre choses qu'une "oie blanche".

Mais justement, je n'entends pas l'oie blanche dans l'Elsa de Janowitz ; quitte à filer la métaphore animalière, j'entends plutôt que le mouton qu'on mène à l'holocauste. Mais c'est encore trop simple ; parce que le personnage s'incarne réellement, avec l'énergie du désespoir (Francesco te parlera du syndrome Janowitz !), mais avec une réelle épaisseur psychologique et vocale.

Et pour rester dans le domaine des comparaisons, je parlerais plutôt d'un personnage de vitrail ; là où les qualités de lumière et de couleurs de "l'appareil" lui-même sont autant une fin en soi qu'un vecteur de sens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 14:32

Figaro a écrit:
Grégoire de la Tour a écrit:
Ah c'est drôle encore une fois ... pour moi Janowitz est loin d'être une belle voix désincarnée en fait, à la Te Kanawa. Au contraire c'est une de ces sonorités vocales qui deviennent bouleversantes à partir du moment où elles sont malmenées. D'ailleurs elle se met très souvent en danger avec des résultats que je trouve admirables : son Impératrice par exemple c'est éblouissant, ailée et écrasée à la fois. Et c'est (avec Jurinac et Brouwenstijn) l'Elisabeth de Valois la plus poétique et la plus noble que je connaisse. J'aime énormément quand ce type de voix, ce genre d'émission, se tendent et vibrent, jusqu'à trémuler (Stich me fait un effet très comparable).

Aujourd'hui je ne suis plus amoureux comme j'ai pu l'être, mais ses promesses (y compris les mauvaises : quand elle est dans son élément ça devient ennuyeux assez vite) sont toujours tenues. Et puis pour le coup c'est une femme dont on perçoit toujours la musicalité. Ca ne se remplace pas et ça vaut tout les beaux timbres du monde.
Entièrement d'accord avec toi. Il faut écouter en priorité à ce sujet sa Leonore dans Fidelio, où elle est complètement à la limite mais du coup hyper bouleversante, avec une préférence aux deux lives, celui d'Orange et celui dirigé par Bernstein (avec la non moins sublime Lucia Popp I love you ). Dans le même genre, et encore plus extrème son Odabella m'a tout simplement scotché, avant de l'entendre, je n'aurais jamais pensé qu'elle soit capable de chanter ça, c'est sublime, j'adore I love you I love you I love you

Odabella ! Toi aussi ; merci, c'est décomplexant ! Il existe une Amelia Grimaldi magnifique (l'air a des liquidités sublimes) à Vienne ; même si c'est hors moyens ou hors école "naturelle" que je la préfère pour tout ce que le dépassement induit sortilèges vocaux quand la voix, justement, est poussée hors de ses retranchements !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6765
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 14:41

bAlexb a écrit:
Odabella ! Toi aussi ; merci, c'est décomplexant ! Il existe une Amelia Grimaldi magnifique (l'air a des liquidités sublimes) à Vienne ; même si c'est hors moyens ou hors école "naturelle" que je la préfère pour tout ce que le dépassement induit sortilèges vocaux quand la voix, justement, est poussée hors de ses retranchements !
plutôt hors école "naturelle" car ne pas oublier que la voix était immense. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 14:44

Otello a écrit:
bAlexb a écrit:
Odabella ! Toi aussi ; merci, c'est décomplexant ! Il existe une Amelia Grimaldi magnifique (l'air a des liquidités sublimes) à Vienne ; même si c'est hors moyens ou hors école "naturelle" que je la préfère pour tout ce que le dépassement induit sortilèges vocaux quand la voix, justement, est poussée hors de ses retranchements !
plutôt hors école "naturelle" car ne pas oublier que la voix était immense. Wink

Mais des écarts comme celui de la Kaiserin la mettent manifestement à la peine ; et c'est là, justement que je l'aime. Là où le moelleux, le cossu du timbre, les incroyables ressources dynamiques, etc. ne suffisent plus et que l'art ne cache plus l'art Confused !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 19:40

bAlexb a écrit:
aurele a écrit:
Era a écrit:
En fait je ne la connais vraiment que dans les quatre derniers lieder, mais c'était plus fort que moi

Je suppose que c'est la version avec Karajan. Je lui préfère Lucia Popp dans les Vier Letzte Lieder mais Janowitz est évidemment superbe là dedans.

Il existe un live de 69 (RAI, je crois) dirigé par Celibidache qui, en dépit d'un orchestre moyen, touche à des sommets d'hédonisme et de vocalité ; avec cet intérêt paradoxal dans ces conditions (mais le paradoxe n'est qu'apparent) d'incarner le texte non par sa seule textualité mais par un jeu de couleurs d'une sensibilité folle, par des bruissements, etc. Une anima au sens propre du terme.

Je ne suis peut-être pas clair Embarassed ...

A noter dans le début de "Im Abendrot" dans cette version live dirigée par Celibidache, Janowitz qui prend (de façon inexpliquée) une respiration trop rapide en accélérant le rythme et doit ensuite attendre l'orchestre de façon bien douteuse... bref le direct, le vrai!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Mer 3 Nov 2010 - 21:02

AD a écrit:
bref le direct, le vrai!

Justement tellement loin de l'asepsie grandiose de Karajan bounce bounce bounce !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 8:55

AD a écrit:
Bref impossible de ne pas être fasciné par une voix comme celle de Janowitz (le dulcissime de Carmina Burana!)
100000000000 fois d'accord avec toi, c'est sublime:heart:

AD a écrit:
aujourd'hui, je crois avoir entendu (ou presque) tous les enregistrements possibles officiels de mes compositeurs favoris (Mozart, Strauss, Wagner, Weber, Beethoven) ou de mes chanteurs favoris.

Quand une nouvelle version sort, c'est la curiosité et la nouveauté qui l'emportent (par exemple la dernière Flûte de Jacobs) mais souvent ça ne laisse pas de traces aussi profondes dans ma mémoire que les anciennes versions comme on dit.
+1

AD a écrit:
Aujourd'hui je reconnais aussi que j'apprécie des voix plus simples, moins irréelles et qui vont chercher à émouvoir par des moyens plus terrestres.
Des effets de timbre parfois inouïs de Janowitz ou des prouesses de souffle sur le timbre de Lisa della Casa, je n'en retiens, il m'arrive à présent, plutôt des défauts (manque d'investissement au studio pour la première, surtout quand on sait ce qu'elle osait en live, ou maniérismes démodés pour la seconde, différents de ceux de Schwarzkopf mais bien présents! Exemple : je préfère un Morgen! avec la simplicité de Barbara Bonney maintenant alors que j'adorais la version de Lisa).

Mais j'aime toujours autant Janowitz dans die Forelle!
C'est currieux, moi aussi je me suis lassé de beaucoup de chanteurs (et surtout chanteuses) que j'adorais dans les années 80 : B.Hendricks, Te Kanawa, Battle, M.Price.
Et même Lucia Popp, me laisse de plus en plus indiférent Embarassed et pourtant elle reste une de mes chanteuses préférées Embarassed . Mais Janowitz, j'ai l'impression que plus je l'écoute plus j'adore et surtout plus elle me fascine.

Est-ce que quelqu'un a entendu l'air de Micaëla de Carmen et la prière de Tosca disponibles sur le Tube ??? I love you I love you

J'aurais rêvé d'une Carmen avec Fassbaender et Janowitz et d'une Tosca avec Janowitz et Bergonzi Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pottolo
Néophyte


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2010

MessageSujet: gundula janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 13:33

Bien sûr que j'ai écouté l'air de Micaela(et plutôt vingt fois qu'une !!!).La voix est bien trop ample ...et le français bien exotique...mais qu'importe ! La magie opère.Au rayon des curiosités,connais-tu, Figaro, sa "Mimi" de la Bohême? (Chez"Opéra Dépot")?Pas mal,pas mal...Un jour,peut-être le "Simon Boccanegra" de Munich,sous la direction d'Abbado sera publié ainsi que sa première Anna à Vienne (1967) ou celle de Covent Garden(1976).
"Il est permis d'attendre,il est doux d'espérer"....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 13:38

pottolo a écrit:
Bien sûr que j'ai écouté l'air de Micaela(et plutôt vingt fois qu'une !!!).La voix est bien trop ample ...et le français bien exotique...mais qu'importe ! La magie opère.Au rayon des curiosités,connais-tu, Figaro, sa "Mimi" de la Bohême? (Chez"Opéra Dépot")?Pas mal,pas mal...Un jour,peut-être le "Simon Boccanegra" de Munich,sous la direction d'Abbado sera publié ainsi que sa première Anna à Vienne (1967) ou celle de Covent Garden(1976).
"Il est permis d'attendre,il est doux d'espérer"....
Embarassed Non malheureusement Crying or Very sad
Il faut que je remédie à cela très rapidement.
Pour Boccanegra, c'est une autre affaire, je n'accroche pas du tout avec cet opéra ... pourtant j'ai toujours aimé Verdi Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 13:43

J'avoue, en dépit de la relative raideur de la voix dans les ornements, une passion sans borne pour son Armida de Haydn chez Ponto. La composition (parole et musique) est d'une rigueur intellectuelle magnifique et le timbre très légèrement induré, parfois (mais est-ce que ce n'est pas un effet de la prise de son ?), témoigne d'une pulpe devant laquelle... je n'ai guère envie que de me mettre à genoux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pottolo
Néophyte


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2010

MessageSujet: gundula janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 16:26

Je me mets à genoux et je me prosterne devant sa "Diemut" de "Feuersnot" de Richard Stauss (chez "Ponto",également)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 4 Nov 2010 - 17:51

pottolo a écrit:
Je me mets à genoux et je me prosterne devant sa "Diemut" de "Feuersnot" de Richard Stauss (chez "Ponto",également)...

Voix, vocalité et "vocalisme", programme, etc. sont à leur plus haut ici :

http://www.amazon.fr/Gundula-Janowitz-Songs-Strauss-Schubert/dp/B00000JWHF/ref=sr_1_7?s=music&ie=UTF8&qid=1288889021&sr=1-7

Mais j'imagine qu'on pourrait longtemps lister les miracles d'interprétation fourbis par Janowitz (en live, d'ailleurs, plus encore qu'en studio, à mon sens) : Kaiserin d'une poésie folle entre Redon, Denis et Sérusier (un peu de chacun et plus encore), Marschallin toute en aspérités (de mots, à mon avis, plus que de "stricte" voix), Sieglinde d'un engagement, d'une défonce géniale même si la chair du rôle est peut-être ailleurs ("O herrstes Wunder" drunken), Quintette des Meistersinger qui renouvelle la métaphore du vitrail dont je parlais plus haut, Donna Anna à Salzburg doloriste et noble à en crever, etc.

Mais sur Janowitz je suis bien sûr que je pourrais être intarissable.

Comment ça, elles sont nombreuses à susciter ces spirales d'amour, chez moi scratch ?!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Sam 6 Nov 2010 - 15:27

AD a écrit:
(...)
Bref impossible de ne pas être fasciné par une voix comme celle de Janowitz (le dulcissime de Carmina Burana!).
A propos, c'est quoi la contre-note qu'elle chante dans ce passage ? violon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22826
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Dim 19 Juin 2011 - 21:45

Elle vient d'être invitée par Pascal Escande à donner une master class au Festival d'Auvers-sur-Oise ces derniers jours et l'émission "L'air des lieux" de France Musique cette après-midi proposait dans la 1ere partie des extraits de la master class (trop courts malheureusement), des extraits d'enregistrements de Janowitz (des lives surtout) et une petite interview.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17527
Age : 23
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Dim 19 Juin 2011 - 22:02

Il y avait un "Es gibt ein Reich" formidable comme jamais, c'est le live de 1976. drunken Pour moi, Ariadne est vraiment son meilleur rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pottolo
Néophyte


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2010

MessageSujet: gundula janowitz   Jeu 2 Aoû 2012 - 22:27

Bon anniversaire,GUNDULA...et mille mercis pour tous les bonheurs musicaux que vous m'avez fait ressentir!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14250
Age : 55
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   Jeu 2 Aoû 2012 - 22:50

Vérifie avec la fonction recherche si le sujet n'existe pas déjà, stp ! Je fusionne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gundula Janowitz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gundula Janowitz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gundula Janowitz
» Gundula Janowitz
» Spontini-Opéras
» Customize ton Ring
» Strauss - Ariane à Naxos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: