Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Verdi - les Vêpres siciliennes

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 3 Jan 2010 - 18:16

I VESPRI SICILIANI (les Vêpres siciliennes)

1855
GIUSEPPE VERDI





Verdi - les Vêpres siciliennes 09026634922
Voici, donc, pour cette première semaine de janvier, une œuvre que les verdiens doivent connaître, mais qui malgré ses qualités, ne figure pas souvent sur leur panthéon. C’est une œuvre variée et urgente pourtant, qui emprunte le spectaculaire du sujet comme la forme au Grand Opéra français, symbolisé par Meyerbeer et le librettiste Scribe. C’est cependant une version en italien que je vous propose (étant donné l’absence de version française satisfaisante)

Je vous propose un duo (fin de l’acte I) puis (début de l’acte II) une scène (air lent + récitatif + cabalette). Vous pouvez écouter les deux, un seul des deux, voire même tout l’opéra, ce qui est fortement conseillé de par la beauté et la richesse des pages écrites par Verdi en 1855 pour l’Opéra de Paris. Evidemment, le disque est disponible sur MusicMe et même sur Deezer pour ceux n’ayant pas accès au premier site.
Si vous êtes réfractaire à Verdi, écoutez quand même, car ce sont des pages très inspirées mélodiquement et vraiment efficaces. L’orchestration pourra paraître bruyante, mais on touche peut être là à la seule (et toute petite) faiblesse de cette version dirigée par James Levine en 1973.

Enregistrée en studio avec les forces du New Philharmonia et parue sous le label RCA, elle réunit une distribution de grand luxe : Martina Arroyo (Elena), Placido Domingo (Arrigo), Sherrill Milnes (Monfort), Ruggero Raimondi (Procida) et James Morris, Maria Ewing et Richard Van Allan en comprimari de luxe. La grande force de cette version est l’engagement total de tous ses interprètes, et elle domine aisément la discographie en présentant l’intégralité (enfin, il me semble) de la partition.

LIENS :

http://www.musicme.com/#/James-Levine/albums/Les-Vepres-Siciliennes-0035628037022.html?ipg=3

http://www.deezer.com/fr/#music/placido-domingo-martina-arroyo-ruggero-raimondi-james-levine/verdi-i-vespri-siciliani-121550



1. Le livret

C’est en réalité une reprise du livret du Duc d’Albe, écrit pour Donizetti par Scribe. On y retrouve sensiblement les mêmes scènes et dialogues, seul le contexte historique et les personnages changent. Verdi ne s’en aperçut qu’en 1882, à l’occasion de la création italienne de l’œuvre de Donizetti.

C’est cependant un livret très réussi. Il reprend l’histoire du massacre des Français à Palerme en 1282. (il semble que Verdi ne se soit pas rendu compte de la teneur anti-française du sujet pour sa première création à Paris)

Les personnages sont un jeune sicilien, Arrigo, fiancé à la duchesse Elena, le conspirateur Giovanni di Procida et Guido de Monforte, le gouverneur français de la Sicile.

L’intrigue est assez complexe, et enchaîne situations spectaculaires, chœurs, ballets (au IIIe acte, celui des Quatres Saisons) ; le massacre des français par les siciliens a lieu à l’extrême fin de l’ouvrage et dure 40 secondes tout au plus (très efficace…)

SYNOPSIS (tiré de Wikipédia)

Citation :
L'action, inspirée d'un événement historique se situe à Palerme en mars 1282, durant les fêtes de Pâques.

Acte I

La duchesse Hélène, dont le frère a été condamné à mort, est contrainte par un soldat français à chanter. Celle-ci, avec son chant excite la haine des siciliens contre les Français. Monfort, le gouverneur, intervient et calme tout le monde. Arrive Arrigo, qui vient juste d'être grâcié. Ignorant que Monfort est présent, il se met à l'insulter. Le gouverneur demande à tout le monde de partir afin de rester seul avec le jeune imprudent. Il lui demande son nom mais celui-ci refuse puis il tente de l'acheter en lui offrant un grade dans son armée et essuie un nouveau refus. Monfort interdit alors Arrigo de parler avec la duchesse : celui-ci à nouveau brave l'interdit.

Acte II

Dans une vallée proche de Palerme, se rencontrent Arrigo, Hélène et Procida, arrivé clandestinement. Celui-ci annonce le soutien de Pierre d'Aragon en cas de début d'insurrection. Arrigo déclare son amour à la duchesse qui l'accepte à condition qu'il venge son frère. Arrigo reçoit une invitation de la part de Monfort et la refuse. Ce refus entraine son arrestation et les siciliens jurent de le venger. En outre, l'enlèvement des femmes par les soldats français ne fait qu'accentuer la haine de ceux-ci.

Acte III

Montfort, dans son cabinet, relit une lettre de la mère d'Arrigo, exécutée depuis dix mois, dont il apprend être le père d'Arrigo. Arrigo arrive et apprend la vérité concernant son père, qu'il croyait en exil. Il refuse de le reconnaître comme son père. Le soir, un bal masqué a lieu et parmi les danseurs, Arrigo reconnaît Procida et Hélène, venus le délivrer et tuer Monfort. Arrigo empêche ses amis de le faire, au moment où Hélène avait sorti sa dague. Les conjurés sont arrêtés.

Acte IV

Procida et Hélène sont déportés à la forteresse, Arrigo les rejoint pour tenter de se disculper. S'il y arrive auprès d'Hélène qui lui conserve son amour, l'annonce de son lien de parenté avec Monfort, ruine les espoirs de Procida qui a reçu la nouvelle de l'arrivée des armes. Monforte arrive pour annoncer l'arrivée du bourreau et fait le chantage suivant à Arrigo : soit celui-ci le reconnait publiquement comme son père, soit ses amis sont exécutés. Celui-ci finit par céder et Monfort annonce les noces entre Arrigo et la duchesse. Celle-ci hésite à accepter mais Procida l'incite à le faire.

Acte V

Dans les jardins du palais, se prépare la fête pour le mariage. Procida retrouve Hélène et lui annonce que, dès que les cloches sonneront, l'insurrection commencera. Elle retire sa parole au grand désespoir d'Arrigo. Monfort arrive et ordonne que le mariage ait lieu. Les cloches sonnent et les Français sont massacrés.


2. La musique

L’œuvre a été composée au cours de l’année 1854, après la Traviata et avant Simon Boccanegra. Elle se place ainsi au centre de la carrière du compositeur.

C’est du meilleur Verdi, bien que celui-ci, après sa Traviata, ne voulait plus de livrets grandioses à la manière de ses opéras des années 1840. L’ouverture, souvent jouée en concert, reprend des thèmes de l’opéra. Sur la forme de chaque acte, Verdi place un grand finale concertant à la fin des actes II, III et IV (chœur). L’acte III est de dimension importante, car en plus du nœud de l’action, il comprend le ballet des Quatres Saisons, une belle réussite musicale.

3. Le duo Arrigo/Monfort (acte I)

« Qual è il tuo nome ? » puis « Temerario, qual ardire ! » [CD1, pistes 10 et 11]

Duo entre Arrigo (P. Domingo) et Monfort (S. Milnes).

Voilà la traduction française, mise à disposition par ODB-Opéra.

[Qual é il tuo nome ?]


MONFORT
Quel est ton nom ?

ARRIGO
Arrigo

MONFORT
C’est tout ?

ARRIGO
Tu connais ma haine pour toi,
Cela suffit à ton ennemi

MONFORT
Et ton père ?

ARRIGO
Je n’ai pas de père !

Je sais que, vagabond et exilé,
Il finit ses jours
Loin de son toit natal
Loin de ceux qu’il aimait

MONFORT
Parle-moi de ta mère !

ARRIGO
Ah ! je n’ai plus de mère !
Dix mois déjà ont passé hélas
Depuis qu’elle est morte ;
Bientôt je vais la revoir

MONFORT
Je sais qu’avant de la perdre
Le palais du duc Frédéric
T’avait déjà accueilli

ARRIGO
Oui, la demeure de ce héros

M’accueillit

MONFORT
De ce perfide !

ARRIGO
Magnanime, il me guida
Parmi les troupes guerrières
Comme un père il daigna
soutenir mes pas ;
J’eus la gloire de suivre
L’exemple de son honneur ;
J’ai vécu pour lui et, intrépide,
Je veux mourir pour lui !

Châtie l’audace
De ma jeune ardeur ;
Je me sens capable
De te haïr et de mourir !
Je ne crains pas les chaînes,
Je méprise la douleur
Mon cœur s’avance,
Joyeux, vers la mort

MONFORT (à part, regardant Arrigo)
J’aime et j’admire
Cette audace en lui
Je le crois capable
De me haïr et de de mourir !
Il ne craint pas les chaînes
Et il méprise la douleur
Et, face à la mort,
Son cœur ne craint rien
(à Arrigo)
Je devrais te punir,
Mais j’excuse ta folle audace !

ARRIGO
De la pitié, en toi ?

MONFORT
Oui, dans une grande âme les colères sont silencieuses
Et je veux, pour te sauver,
Offrir à ta valeur
Un but plus élevé, ô jeune homme
Digne d’un cœur noble.
A la seule pensée de la gloire
Ton sein devrait frémir

ARRIGO
La gloire ? Où la trouve t-on ?

MONFORT
Là-bas, sous mes drapeaux !
Joins-toi à mes troupes intrépides,
Viens, ainsi tu seras pardonné.

ARRIGO
Non je ne suis pas aussi lâche ! Non, non !
Châtie l’audace de ma jeune ardeur, etc.

MONFORT (à part)
J’aime et j’admire, etc
(à voix haute)
Alors va-t’en
Et oublie ma clémence !
Mais, jeune homme, écoute-moi :
Entends d’abord ce conseil !
(montrant du doigt le palais d’Elena)
Vois-tu cette demeure ?

ARRIGO
Eh bien ?

MONFORT
Tu ne devras jamais
En passer le seuil

ARRIGO
Pourquoi cela ?

MONFORT
Tu le sauras !
Crains que ton cœur
Ne brûle d’un funeste amour !

ARRIGO
O ciel !

MONFORT
Crois-moi, l’amour te perdra !

ARRIGO (troublé)
Qui te l’a dit ?

MONFORT
Tu vois !
Je lis tes pensées,
Il n’est pas de mystère pour moi,
Tout m’est déjà connu.
Ah fuis ! fuis ! Je te l’ordonne !

ARRIGO
Et de quel droit ?

MONFORT
Je l’ai dit, je le veux, va !

ARRIGO
Je ne me soucie pas de ton interdiction
Le cœur n’a pas de lois !

[Temerario ! Qual ardire !]

MONFORT
Témeraire ! Quelle audace !
Rends-toi à moi moins fièrement !
N’éveille pas en mon sein ces colères
Qui retomberont sur toi, sur vous tous ! etc

ARRIGO
Je suis libre, et l’audace
D’une grande âme est innée en moi

MONFORT
Téméraire !

ARRIGO
Ta colère peut me frapper,
Mais je ne tremble pas devant toi !

MONFORT
Téméraire ! Quelle audace !
Rends-toi à moi moins fièrement, etc

ARRIGO
Ta colère, etc

MONFORT
Maîtrise ta folle ardeur,
Ne franchis jamais ce seuil ;
Je te l’ordonne !

ARRIGO
Toi ?

MONFORT
Oui, ma haine fut toujours mortelle.

ARRIGO
Et je la méprise donc !

MONFORT
Tu mourras !

ARRIGO
Pour elle je ne crains pas la mort !

MONFORT
Tu mourras !

(fin de l’acte I)


4. La scène de Procida (II)

Piste 13-14-15 « O patria…o tu Palermo » puis « Ai nostri fidi nunzio » puis « Santo amor che in me favelli »

Procida : Ruggero Raimondi

[13]
PROCIDA
O patrie, ma chère patrie,
Je te revois enfin !
L’exilé te salue
Après une si longue absence.
Ton sol fleuri
Empli d’amour, je le baise
Je réalise mon vœu envers toi
Avec mon bras et mon cœur !

O toi, Palerme, terre adorée
Rire d’amour qui m’est si cher !
Ah ! lève ton front tant outragé,
Retrouve ta splendeur d’antan !
J’ai demandé de l’aide aux nations étrangères,
J’ai erré de châteaux en cités ;
Mais, insensibles à ma ferveur,
Tous me disaient :
Siciliens, où est votre antique valeur ?
Allons, retrouvez la victoire et l’honneur !

O toi, Palerme, etc
…retrouve ta splendeur d’antan

(Manfredo et plusieurs compagnons de Procida débarquent sur la rive ou bien descendent de la colline et font un cercle autour de lui.)


[14]
PROCIDA (à l’un de ses compagnons)
Annonce mon retour
A nos fidèles et dis leur l’espoir que je mets dans leur cœur.
(à un autre)
Pars sur les traces d’Arrigo,
Et préviens-le ainsi que la duchesse,
Que je les attends tous les deux ici
Et sur-le-champ !!

(les deux hommes s’en vont et les autres entourent Procida)

Dans l’ombre et dans le silence
Mûrissons la vengeance ;
Le cruel oppresseur
Ne la craint ni l’attend.

SICILIENS
Dans l’ombre et dans le silence, etc.

PROCIDA
Non, il ne l’attend pas, etc

SICILIENS
Non, il ne l’attend pas, etc
Vengeance ! Vengeance !

[15]
PROCIDA
Saint amour qui parle en moi,
Parle au cœur de mes frères ;
La fin de tant de douleur est venue,
La grande heure a enfin sonné !
Que le bien-aimé sol soit sauvé,
Alors je mourrai content, etc.


SICILIENS
Dans l’ombre et dans le silence, etc.

PROCIDA
Saint amour, etc.

SICILIENS
Ah dans l’ombre et dans le silence
Oui, la vengeance est plus certaine ;
Non, il ne le craint ni l’attend pas,
Le barbare oppresseur, etc.

PROCIDA
Partez !

SICILIENS
Partons !

PROCIDA
Partez !
Partez ! Prudence !
Partez ! Et silence !
Courage et silence !
Silence ! Partez !

SICILIENS
Partons. Partons.
Silence ! Partons !

PROCIDA
Ah que le sol bien-aimé soit sauvé,
Alors je mourrai content !

Bonne écoute ! Verdi - les Vêpres siciliennes 514106
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron

Nombre de messages : 12369
Age : 27
Date d'inscription : 23/02/2007

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 21:59

Bon, je suis en train d'écouter.


C'est pas très fin siffle Ça se laisse très bien écouter, c'est très agréable, mais niveau liens musique/texte on repassera, je trouve qu'ils pourraient dire n'importe quoi là dessus. Mais je le répète, ça se laisse écouter, j'aime bien, c'est prenant (mais pas trop longtemps, c'est un peu pompier tout de même hehe)
Domingo est impressionnant Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 22:32

C'est pas pompier, c'est urgent. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_cool Et, si tu regardes bien, tu verras que tout le passage "Je me sens capable de te haïr et mourir" traduit parfaitement musicalement l'aparté de Monfort à ce moment-là, en le faisant répéter aprés ce que chante Arrigo.
Je trouve ça trés bien trouvé. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_surprised

Et tu peux écouter Procida aussi, c'est superbe, il y a un cantilène magnifique. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 23:10

Il va falloir que je réécoute l'opéra en entier, parce que là, je n'ai pas été terriblement enthousiasmée. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passage
De passage pour longtemps
Passage

Nombre de messages : 2134
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2007

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 23:12

Elvira a écrit:
Il va falloir que je réécoute l'opéra en entier, parce que là, je n'ai pas été terriblement enthousiasmée. Confused
Le rapport de causalité m'échappe. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 23:14

emmanuel a écrit:
Elvira a écrit:
Il va falloir que je réécoute l'opéra en entier, parce que là, je n'ai pas été terriblement enthousiasmée. Confused
Le rapport de causalité m'échappe. hehe

Disons que les vêpres étaient un peu plus haut que ça dans mon estime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Passage
De passage pour longtemps
Passage

Nombre de messages : 2134
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/07/2007

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyLun 4 Jan 2010 - 23:18

Oh, il n'y a pas de mal à aimer la musique populaire. fleurs
J'arrête de polluer le fil et j'écoute ça tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMar 5 Jan 2010 - 19:26

J'ai écouté le duo de la fin du Ier acte.
"Urgent", tu y vas quand même un peu fort. Bon, j'ai nettement plus goûté à "Temerario!" qu'à "Qual e il tuo nome?". Dans cette première partie du duo, la musique est assez peu variée, invariablement enjouée, et comme dit Era, la signification du texte et de la musique, plus que neutre, est quasiment contraire. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_surprisedNéanmoins, à la fin de "Qual e il tuo nome?", ce passage plus intérieur est très intéressant, et la fureur prend dans "Temerario!" avec une efficacité particulièrement appréciable.

Une certaine inventivité dans le traitement de ce duo - les répliques répétées comme vous l'avez souligné, qui est tout-à-fait appréciable. Néanmoins, je ne ressens pas toute la tension qui règne à ce moment précis entre les deux personnages - l'un des deux joue quand même sa vie. On retrouve le problème de cette musique assez enlevée et joyeuse, qui constitue presque un paradoxe avec l'action.

Sinon, orchestralement... Unisson orchestre/voix par moment... Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_evil La conclusion de ce premier acte est le paroxysme du grandiloquent, de l'emphatique dans ce qu'il a de plus gras. Verdi - les Vêpres siciliennes 796625 Efficacité mélodique et harmonique comme il se doit.

La version est tout bonnement excellente, et sert parfaitement l'oeuvre - il n'y a donc pas de mensonges sur la marchandise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMar 5 Jan 2010 - 19:39

La version ? C'est tout bonnement la meilleure à mon goût. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ophanin
Fer galant
Ophanin

Nombre de messages : 4576
Age : 31
Date d'inscription : 13/12/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMar 5 Jan 2010 - 22:25

J'hésite à laisser un avis négatif après une présentation aussi positive. C'est vraiment pas du tout mon truc, Verdi.

C'est lourd et faiblement inspiré, je trouve. Les formules d'accompagnements pourraient marcher avec un autre livret. D'ailleurs la musique est plus ou moins joyeuse par moment et plutôt neutre dans l'ensemble, ça ne va pas franchement avec le texte. Les effets dramatiques m'apparaissent eux aussi très minces. Mais enfin, je ne goute guère les "roucoulades italianisantes" comme les appelait Berlioz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMar 5 Jan 2010 - 22:49

Citation :
J'hésite à laisser un avis négatif après une présentation aussi positive
.

Il ne faut pas hésiter, les avis négatifs sont bien évidemment les bienvenus, on ne peut pas tout aimer et on a ses goûts propres. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_biggrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83669
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 0:16

Comme tu as changé Guillaume... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20047
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 8:27

Elvira a écrit:
La version ? C'est tout bonnement la meilleure à mon goût. Smile

Et il y a quoi d'autre? Parce que entre Arroyo et Raimondi... comment dire... hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83669
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 12:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
Octavian

Nombre de messages : 7333
Age : 35
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 15:34

Même raisonnement qu'Elvira : je vais essayer d'écouter l'œuvre entière (que je ne connais pas), ça "passera" peut-être mieux qu'en arrivant directement sur ces extraits-là... parce que là vraiment - et crois bien que j'en suis le premier désolé Guillaume -, j'ai été incapable d'aller au bout de l'écoute d'aucun des deux. Confused J'avais vraiment l'impression d'entendre de la caricature de Verdi (alors que j'aime plutôt bien Verdi, généralement, quand même) : voix tonitruantes, "gros" orchestre garanti sans subtilités apparentes, alliance du simplisme et du pompiérisme... pale

Bon, en même temps, en ce moment, je suis pas au mieux de ma forme, ça peut venir de là aussi?... J'en reparlerai après réécoute quand j'irai mieux, promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 15:53

Si tu veux écouter quelque chose de subtil chez Verdi, et bien écoute Otello et Falstaff.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Octavian
Glasse les fraises
Octavian

Nombre de messages : 7333
Age : 35
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 15:57

Je connais (et apprécie) déjà, merci. Very Happy M'enfin quand même, y a un peu plus que deux opéras réussis chez Verdi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23219
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 15:58

Je n'ai entendu qu'une seule fois cet opéra en entier et cela m'avait bien plus. Ce n'est pas mon opéra verdien préféré cependant. Il y a de très belles choses dans cette oeuvre, notamment "Arrigo! Ah! parli a un core" d'Elena, "O tu palermo" évidemment, "Giorno di pianto" d'Arrigo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 15:58

Octavian a écrit:
Je connais (et apprécie) déjà, merci. Very Happy M'enfin quand même, y a un peu plus que deux opéras réussis chez Verdi.

Je ne dis pas le contraire : j'ai dit subtil ... pas inspiré ou réussi.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Octavian
Glasse les fraises
Octavian

Nombre de messages : 7333
Age : 35
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 16:00

Cololi a écrit:
Octavian a écrit:
Je connais (et apprécie) déjà, merci. Very Happy M'enfin quand même, y a un peu plus que deux opéras réussis chez Verdi.

Je ne dis pas le contraire : j'ai dit subtil ... pas inspiré ou réussi.
J'avais bien vu, mais j'essayais de parer, ou plutôt d'esquiver, ta méchanceté. tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 16:34

Octavian a écrit:
Cololi a écrit:
Octavian a écrit:
Je connais (et apprécie) déjà, merci. Very Happy M'enfin quand même, y a un peu plus que deux opéras réussis chez Verdi.

Je ne dis pas le contraire : j'ai dit subtil ... pas inspiré ou réussi.
J'avais bien vu, mais j'essayais de parer, ou plutôt d'esquiver, ta méchanceté. tongue

Si tu crois que c'est moi qui vais taper sur Verdi, tu t'es trompé d'adresse hehe

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 16:51

Quelqu'un a t-il écouté Procida ? (c'est un autre registre, ceux qui dénoncent l'aspect pompier pourront peut être y trouver leur compte)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 17:23

Cololi a écrit:
Octavian a écrit:
Je connais (et apprécie) déjà, merci. Very Happy M'enfin quand même, y a un peu plus que deux opéras réussis chez Verdi.

Je ne dis pas le contraire : j'ai dit subtil ... pas inspiré ou réussi.

Et la traviata, et Rigoletto ?...

Parce qu'Otello en subtilité, il y a quand même plus subtil... en fait, c'est beaucoup plus contrasté que ça, et dieu merci, les vêpres sont tout aussi contrastées !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 20:16

Oui oui Traviata et Rigoletto ça fait parti des plus réussi.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 20:29

Je ne te parle pas des réussis (parce que j'en rajouterai bien plus - et même pour les subtils d'ailleurs), mais bien pour leur subtilité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 22:08

C'est sûr qu'Otello, ses orgies cuivresques, sa psychologie trés poussée (je suis le gros méchant ; moi c'est le gentil et elle c'est la nunuche de service) c'est infiniment subtil.


J'aime bien cependant. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_mrgreen (mais moins que plein d'opéras de Verdi, à commencer par Don Carlos, le plus réussi de tous, un chef d'oeuvre absolu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 22:15

Guillaume a écrit:
C'est sûr qu'Otello, ses orgies cuivresques, sa psychologie trés poussée (je suis le gros méchant ; moi c'est le gentil et elle c'est la nunuche de service) c'est infiniment subtil.


J'aime bien cependant. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_mrgreen (mais moins que plein d'opéras de Verdi, à commencer par Don Carlos, le plus réussi de tous, un chef d'oeuvre absolu)

tutut tutut tutut

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyMer 6 Jan 2010 - 22:21

Guillaume a écrit:
C'est sûr qu'Otello, ses orgies cuivresques, sa psychologie trés poussée (je suis le gros méchant ; moi c'est le gentil et elle c'est la nunuche de service) c'est infiniment subtil.


J'aime bien cependant. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_mrgreen (mais moins que plein d'opéras de Verdi, à commencer par Don Carlos, le plus réussi de tous, un chef d'oeuvre absolu)


+1

Et Aïda (oui, Aïda, avec l'acte II, ultra-pompier !) est tout aussi subtile ! Cette fin qui se termine pianissimo tel le souffle humain qui s'éteint au fur et à mesure... C'est beau, voilà tout. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
Bertram

Nombre de messages : 1722
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyJeu 7 Jan 2010 - 7:37

Guillaume a écrit:
Quelqu'un a t-il écouté Procida ? (c'est un autre registre, ceux qui dénoncent l'aspect pompier pourront peut être y trouver leur compte)

Oui c'est un très bel air en soi, mais il parait étrange après la trilogie où Verdi s'était affranchi de ce genre d'airs statiques (au moins pour les basses). On se croit revenu dans Hernani ou Macbeth.

Et le personnage est obtus et bougonnant, c'est pratique pour faire la basse dans les ensembles et pour faire avancer l'action...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
nugava

Nombre de messages : 1528
Age : 33
Date d'inscription : 09/12/2007

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyVen 8 Jan 2010 - 10:30

Je n'ai malheureusement pas accès à deezer et musicme, mais j'emprunterai cette version à la médiathèque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 13:46

N'aie crainte, Guillaume, je suis là pour pourfendre les vilains Gentils. batman C'est rigolo, beaucoup de commentaires prêtent à ce duo des vertus ou des faiblesses à des tournures-types qui font partie du cahier des charges (répétitions, gaîté relative...).

Je ne suis évidemment pas du tout d'accord, c'est l'un des plus beaux opéras de Verdi, et l'un des tous plus beaux opéras du répertoire. Naturellement, il ne s'agit pas d'y trouver le même type de frisson que dans Barbe-Bleue de Béla.

Il y a certains choses qui sont passées à la trappe d'oreilles inexpérimentées, si je puis me permettre.

- Le duo est bâti sur le patron bien connu (et italianisant) du lyrique / épique, lent / rapide, de type cantilène & cabalette. Néanmoins, l'évolution se fait ici par une gradation, et il n'y a pas du tout cette rupture artificielle qu'on entend d'habitude, avec un personnage secondaire qui entre pour annoncer une nouvelle et changer les émotions du personnage. Au contraire, c'est à l'intérieur des personnages que se trouve le principe, et que peu à peu la thématique presque mélancolique va se changer en affrontement.

- Concernant le livret, certes, l'air de Procida est plus convenu, mais l'air patriotique est au cahier des charges du Grand Opéra. Verdi le fait d'une façon très inhabituelle (et qui lui est propre), qui n'est pas l'exaltation martiale, mais la nostalgie de la liberté perdue. Alors que le personnage de Procida est tout de même celui d'un libertaire extrêmement fanatique.

- Le duo lui-même, je lis que le livret est faible. J'aimerais bien savoir en quoi ? Oui, les personnages de ce type de drame sont très typés, ce ne sont pas des psychologies complètes, on n'est pas chez Ibsen ou les Goetz ; il n'empêche que c'est dramatiquement toujours extrêmement riche, et surtout d'une efficacité redoutable. J'attends des noms de meilleurs librettistes que Scribe, mais on risque rigoler... Entre les insipides qui reproduisent les mêmes recettes sans les comprendre et en les affaiblissant, ceux qui sont intéressants mais traînent en longueur et ceux qui sont plus prétentieux qu'inspirés, ça en fait un certain paquet qui ne lui arrivent pas à la cheville.
Par ailleurs, en tant que tel, cette histoire d'un fils écartelé entre deux principes parentaux opposés, la mère morte et le père qui réapparaît, est assez opérante et plutôt touchante (c'est aussi le ressort de Robert Le Diable, où c'est encore plus fort).

- Musicalement, je trouve au contraire le tout remarquable. On débute sur un récitatif avec une mélodie un peu mélancolique aux alti - alors que nous sommes à un paroxysme de tension, Montfort, qui sait déjà qu'Arrigo est son fils, va l'observer, et l'interroge. L'asymétrie est intéressante, parce qu'elle donne une profondeur de champ importante au duo. Cette mélodie initiale sert de support à un récitatif assez intimiste.
On débouche sur une section très lyrique où Arrigo, par bravade et fierté, expose ses idéaux, sachant qu'il s'expose à la mort (mais il vient d'obtenir une promesse de sa bien-aimée inaccessible, qui implique pour lui d'être un opposant implacable). Montfort de son côté le regarde avec admiration. Mélodiquement, c'est extrêmement élancé, très inhabituel pour un duo d'affrontement. Et cette reprise des paroles qui a été remarquée, elle est habituelle, mais ici, ce qu'il y a d'étrange, c'est que ce n'est pas pour les reprendre à son compte que les dit Montfort qui est en total désaccord et n'a nullement peur ; c'est une forme de participation affective, assez paradoxale d'ailleurs, puisqu'elle montre à la fois que le gouverneur tout-puissant ne craint rien pour ce fils caché, et en même temps atteste d'un abyme entre les deux, peut-être irréconciliable. Beau moment.
On retourne au récitatif, avec une insinuation de Montfort, qui veut écarter Arrigo de ses ennemis. Avec cette fois le caractère impérieux d'un père. Le refus d'Arrigo (Henri) est beaucoup plus beau dans le texte original de Scribe : Et moi je ne laisse à personne / Le droit de diriger mes voeux ! La traduction italienne, surtout en revenant vers le français, affaiblit évidemment le texte.
C'est alors qu'éclate l'affrontement, où la trépidation rythmique du motif de Montfort irradie toute la musique, tandis qu'Henri continue, seul, à tenir une ligne très lyrique, presque extatique.
La coda est assez impressionnante, avec cet aigu, qui est augmenté et monte, jusqu'à une forme de rupture, à la fois musicale et psychologique.
Le plus, fort, c'est que Scribe ajoute que Montfort regarde Henri partir, sans colère. C'est-y pas mignon tout plein.

- Bref, il se passe des choses, tout de même. Rien qui soit vertigineux pour la pensée, mais l'urgence, oui, c'est vraiment le mot que je reprends volontiers à mon compte. Il se passe quelque chose, et qui s'impose impérieusement au spectateur. L'avantage avec Scribe, c'est que les outrances des psychologies veriennes sont justement tempérées par le petit recul, presque amusé, qu'il a l'habitude de conserver sur ses personnages - et dont personne n'a fait meilleur usage que Meyerbeer, mais enfin, Verdi c'est pas si mal.

- Ce qu'il y a d'intéressant, de toute façon, dans ce type d'oeuvre prévue pour Paris, c'est la fluidité de l'ensemble, qu'il faut vraiment découvrir. Les récitatifs sont au moins aussi soignés que les airs, et ceux-ci s'enchâssent de façon harmonieuse, presque discrète, dans l'ensemble. De plus, il est fréquent que l'action avance durant les 'numéros', comme c'est le cas pour ce duo. Du coup, on dispose vraiment d'un théâtre musical, à la fois enthousiasmant auditivement et assez fourni du point de vue littéraire, du moins par rapport à la moyenne des livrets d'opéra.


Je ne vais rien dire concernant l'interprétation, mais Levine est effectivement habité à chaque instant, c'est exceptionnel. Pour ceux qui veulent entendre le duo en version originale, il y a le récital Hadley / Hampson / Rizzi qui est excellent (et se trouve sur MusicMe, j'ai déjà vérifié). Guillaume, si tu voulais l'ajouter, ça plairait peut-être à quelques-uns.


P.S. : Je suis d'accord avec Bertram sur l'air de Procida, c'est du Verdi belcantiste, pas le plus passionnant, même si la cantilène est jolie (et la cabalette banale). L'air de Roger de Jérusalem, bien plus tôt dans sa carrière, est beaucoup plus personnel, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 14:07

DavidLeMarrec a écrit:
Il y a certains choses qui sont passées à la trappe d'oreilles inexpérimentées, si je puis me permettre.

[...]

- Bref, il se passe des choses, tout de même. Rien qui soit vertigineux pour la pensée, mais l'urgence, oui, c'est vraiment le mot que je reprends volontiers à mon compte. Il se passe quelque chose, et qui s'impose impérieusement au spectateur. L'avantage avec Scribe, c'est que les outrances des psychologies veriennes sont justement tempérées par le petit recul, presque amusé, qu'il a l'habitude de conserver sur ses personnages - et dont personne n'a fait meilleur usage que Meyerbeer, mais enfin, Verdi c'est pas si mal.

Je veux bien, mais la musique rompt finalement tout le fil de la tension du "duel" entre les deux personnages qui est présente dans le texte.
On peut l'expliquer par le recul de Verdi certes, mais pour moi, ça ne le justifie pas pour autant.

Donc quitte à légitimer la chose, autant accepter d'avouer que c'est léger - et que cela se goûte comme cela (d'ailleurs, ce fut mon approche, et de ce point de vue j'ai apprécié).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 14:33

Non, le recul est chez Scribe (et particulier lorsque Meyerbeer s'en empare), pas chez Verdi. Si tu trouves la musique galante, là, je n'y puis rien, mais en tout cas, ce n'était ni prévu pour ni ressenti comme tel.

Tu t'es gorgé de Scriabine et autre décadenteries pendant mon absence, toi. What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 14:47

DavidLeMarrec a écrit:
Non, le recul est chez Scribe (et particulier lorsque Meyerbeer s'en empare), pas chez Verdi. Si tu trouves la musique galante, là, je n'y puis rien, mais en tout cas, ce n'était ni prévu pour ni ressenti comme tel.



Je n'ai pas non plus dit que c'était de la musique galante. Verdi - les Vêpres siciliennes 796625
Mais plus simplement, l'énergie qui finit par se dégager dans "Temerario!", je l'attends un peu plus tôt, à la place des 5 minutes de badinage de "Qual e il tuo nome?"

Citation :
Tu t'es gorgé de Scriabine et autre décadenteries pendant mon absence, toi. Verdi - les Vêpres siciliennes Suspect

Si tu savais... Verdi - les Vêpres siciliennes 796625
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 14:59

Merci pour ce commentaire-fleuve, David ! Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_sunny


Citation :
Je ne vais rien dire concernant l'interprétation, mais Levine est effectivement habité à chaque instant, c'est exceptionnel. Pour ceux qui veulent entendre le duo en version originale, il y a le récital Hadley / Hampson / Rizzi qui est excellent (et se trouve sur MusicMe, j'ai déjà vérifié). Guillaume, si tu voulais l'ajouter, ça plairait peut-être à quelques-uns.

Oui, je l'ai déja entendu, c'est trés beau et trés différent. J'ai écouté l'extrait chez toi me semble-t-il. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_mrgreen

Il est là :

http://www.musicme.com/#/Carlo-Rizzo/albums/Opera-Duets-0825646136261.html

Curieux, par contre, la piste ne dure qu'1min50...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:22

C'est bien possible, en tout cas tu m'avais laissé un commentaire. hehe

J'ai vérifié pour la piste : c'est une erreur d'affichage, mais le duo est bien complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:24

Mais justement Wolfgang, ce badinage contient toute la tension larvée, c'est remarquable. Les gens ne se sautent pas à la gorge sans préparation...

C'est pas grave, je suis le seul à avoir aussi bon goût que Guillaume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:29

DavidLeMarrec a écrit:
Mais justement Wolfgang, ce badinage contient toute la tension larvée, c'est remarquable. Les gens ne se sautent pas à la gorge sans préparation...

C'est pas grave, je suis le seul à avoir aussi bon goût que Guillaume.

Invoquer le bon goût ici, voilà autre chose. Verdi - les Vêpres siciliennes 796625
Bon je vais réécouter pour voir si c'est vraiment sous-jacent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:31

C'est juste, c'est pas une question de bon goût, j'ai juste raison, pas plus. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:39

C'est surtout que David a une influence effrayante sur moi : tous mes derniers achats ou presque contiennent des disques/oeuvres recommandées par lui... Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 15:47

Après réécoute, et ayant laissé à Verdi toutes ses chances, je le dis avec un dogmatisme quasiment revendiqué, dans "Qual e il tuo nome?", la tension ne s'exprime qu'à de très rares moments, n'est pas non plus sous-jacente et n'est véritable qu'à la fin avant de s'enchaîner sur "Temerario!".

En résumé, ça batifole largement, traitant frivolement le sujet sérieux. Encore une fois, je ne trouve pas cela désagréable, au contraire. Mais qu'on essaye pas de me faire passer du Verdi pour des lanternes. Verdi - les Vêpres siciliennes Icon_batman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptySam 9 Jan 2010 - 16:04

J'ai écouté le duo Abigaille/Nabucco (acte III, scène I), franchement on ressent plus la tension palpable entre les 2 protagonistes que dans ce passage-ci ! cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
Hidraot

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 13:34

Bon, je viens d'écouter les 2 extraits proposés par Guillaume. Je préfère largement "O patria" au premier extrait. Ca passe mieux quand il n'y a pas de ténor qui crie Mr. Green
J'ai trouvé, pour une fois, que l'orchestration n'était pas trop lourde ni trop boum boum.
Comme beaucoup de Verdi ça s'écoute très facilement mais j'ai bien peur d'être lassée à force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 18:44

Hidraot a écrit:
Bon, je viens d'écouter les 2 extraits proposés par Guillaume. Je préfère largement "O patria" au premier extrait. Ca passe mieux quand il n'y a pas de ténor qui crie

Alors comme ça on attaque Placido, le plus grand ténor de tout les temps Evil or Very Mad

Bon je viens d'écouter les 2 extraits.
C'est du Verdi dont je n'ai jamais été client, soyons franc. Pour moi on est loin (à des années lumières) d'Otello, et même très loin aussi de Rigoletto, Traviata, Don Carlos, Aïda. C'est moins inspiré bien entendu mais surtout c'est beaucoup beaucoup plus caricatural et stérreotypé.
Dieu sait si je vénère Domingo, Milnes et Raimondi, mais il ne peuvent pas faire grand chose avec celà.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Hidraot
Mélomane chevronné
Hidraot

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 18:50

Mais non, pas du tout, c'était juste en provocation suite à la conversation dans le salon des glottes Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 19:24

Cololi a écrit:
stérreotypé.
Le reste, c'est comme vous voudrez, mais franchement, dire ça, c'est tout simplement une contre-vérité toute simple. C'est au contraire une oeuvre assez originale dans ses structures (en particulier les ensembles), et le récitatif où la mélodie est tenue par les altos, on peut trouver ça aussi médiocre qu'on veut, mais ce n'est pas commun.
La seule antériorité que je voie, c'est le final du Pré aux clercs d'Hérold. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 19:48

Citation :
Pour moi on est loin (à des années lumières) d'Otello

C'est sûr que les Vêpres siciliennes sont largement meilleures qu'Otello, tant du point de vue musical que dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 30936
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 19:59

Guillaume a écrit:
Citation :
Pour moi on est loin (à des années lumières) d'Otello

C'est sûr que les Vêpres siciliennes sont largement meilleures qu'Otello, tant du point de vue musical que dramatique.

Reécoute.
Otello il y a une idée majeure par note à peu prés. D'ailleurs Otello tout comme Falstaff a pris un paquet d'années de travail à Verdi : la raison est simple, il n'utilise plus des moules de construction comme il a utiliser toute sa vie. Là il est vraiment inventif comme un Wagner, un Debussy ou un Strauss (ou même comme Tosca de Puccini).
Ces 2 derniers opéra lui on pris du temps car ce n'est pas le même travail.
D'ailleurs Verdi dira juste avant Otello qu'il n'est plus question de compromis mais de faire à 100% comme il avait envie, sans se préoccuper du public, des directeurs de théâtre ... (ou autre).

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87338
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 20:03

Cololi a écrit:
Reécoute.
Otello il y a une idée majeure par note à peu prés.
Guillaume doit peut-être réécouter, mais toi tu devrais relire Otello. Mr. Green Il y a de longs passages avec des accompagnements très banals, ça bouge juste plus harmoniquement.

Citation :
Là il est vraiment inventif comme un Wagner, un Debussy ou un Strauss
Il en est très loin, même dans Otello. Falstaff, c'est déjà différent, parce qu'il y a beaucoup de passages contrapuntiques, et le son est vraiment inouï, au sens littéral, on n'a jamais entendu ça ni avant ni après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes EmptyDim 10 Jan 2010 - 21:10

L'air de Procida, en le réécoutant, me fait penser à Il balen del suo sorriso...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Verdi - les Vêpres siciliennes Empty
MessageSujet: Re: Verdi - les Vêpres siciliennes   Verdi - les Vêpres siciliennes Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Verdi - les Vêpres siciliennes
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Verdi - les Vêpres siciliennes
» Opéra de Paris - Verdi Rigoletto - Octobre 2008
» Verdi : Aïda
» Giuseppe VERDI-Nabucco-
» Giuseppe Verdi - Otello d'après Othello

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: