Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 (Rock) Le rock progressif des années 70

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
AuteurMessage
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 15:59

kegue a écrit:
Close to the Edge de Yes (Yessong 1973, je la préfère à la version studio, na!).

Tiens moi aussi je préfère la version live. La production de la version studio est très brouillonne. Le son est moins bon sur Yessong mais il ne fluctue pas. Cependant j'ai des doutes que cela soit un vrai enregistrement live...


Dernière édition par arsen6203 le Mer 5 Mai 2010 - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 16:00

@Pinch,@Kiwi:Ah bon? scratch
Je pensais que c'etait "Walk On By" la plus belle chanson de tous les temps... Razz

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiwi
χλωροειδές κακόν
avatar

Nombre de messages : 1967
Age : 17
Date d'inscription : 14/07/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 16:03

Je ne discute jamais. Je prescris et, en cas de contestation, j'occis. Starless est la plus belle chanson de tous les temps. Point. Final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 16:06

Arnaud nous a tous provoqué. Lui qui fréquente les stades sait bien que la chanson de tous les temps est:
Spoiler:
 

A moins que ce ne soit:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 16:17

Laughing
N'empêche je la trouve très belle cette song de Burt Bacharach... Very Happy

Après de la à dire que c'est la plus belle du monde...y a God Only Knows des Beach Boys, We Gotta Get You A Woman de Todd Rundgren, Waterloo Sunset des Kinks, Angel of Death de Slayer ou Strawberry Fields Forever des Beatles...qui sont pas mal non plus....c'est assez serré en fait Very Happy


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 16:36

arnaud bellemontagne a écrit:
Laughing
N'empêche je la trouve très belle cette song de Burt Bacharach... Very Happy

Après de la à dire que c'est la plus belle du monde...y a God Only Knows des Beach Boys, We Gotta Get You A Woman de Todd Rundgren, Waterloo Sunset des Kinks, Angel of Death de Slayer ou Strawberry Fields Forever des Beatles...qui sont pas mal non plus....c'est assez serré en fait Very Happy


Spoiler:
 

Embarassed Je n'en connais qu'une dans le tas...

Ceci dit l'intrus est très bien et tout à fait ce qu'il me fallait en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinch
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 35
Date d'inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 19:24

arnaud bellemontagne a écrit:
Laughing
N'empêche je la trouve très belle cette song de Burt Bacharach... Very Happy

Après de la à dire que c'est la plus belle du monde...y a God Only Knows des Beach Boys, We Gotta Get You A Woman de Todd Rundgren, Waterloo Sunset des Kinks, Angel of Death de Slayer ou Strawberry Fields Forever des Beatles...qui sont pas mal non plus....c'est assez serré en fait Very Happy


Spoiler:
 

Tu classes Waterloo Sunset en prog?

Sinon je préfère sunny afternoon des Kinks tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 5 Mai 2010 - 21:00

Pinch a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
Laughing
N'empêche je la trouve très belle cette song de Burt Bacharach... Very Happy

Après de la à dire que c'est la plus belle du monde...y a God Only Knows des Beach Boys, We Gotta Get You A Woman de Todd Rundgren, Waterloo Sunset des Kinks, Angel of Death de Slayer ou Strawberry Fields Forever des Beatles...qui sont pas mal non plus....c'est assez serré en fait Very Happy


Spoiler:
 

Tu classes Waterloo Sunset en prog?


Ah non pas du tout, c'est juste le topic qui a mechamment dévié. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 876
Age : 49
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 6 Mai 2010 - 9:12

Bon allez j'y vais de ma petite liste demandée par arnaud :

Genesis :
- One for the vine sur l’album Wind and wuthering, (1977)
Comme quoi Genesis a survécu au départ de Gabriel... le temps de deux albums hélas; après ce sera une autre histoire. Reste que même sans Gabriel ce One for the vine est peut-être le morceau que je garderais si je ne devais qu’en garder qu’un parmi les chefs-d’oeuvres progressifs du groupe.
- Firth of fifth sur l’album Selling England by the pound (1973)
Incontournable, j'aurais aussi pu bien mettre "cinema show".

Magma : (pas vraiment du prog comme cela a été justement dit, mais bon; tellement prenant et ultime comme musique...)
- Würdäh Itäh (1974)
Une petite préférence par rapport au déjà génial "Mekanïk Destruktïw Kommandöh". Le titre Fur Dihhël kobaïa est à lui seul un condensé de tout le génie et la beauté de Magma
- Hhaï extrait de Live, (1975) et repris avec zombies dans Ëmëhntëtt-Rê II, sur l’album Ëmëhntëtt-Rê (2009)
Il est peutêtre là leur sommet...
- Nono album Attähk (1977), version dvd Live Mythes et légendes epok III
Cet ostinato de basse, ce clavier entêtant digne d'un McCoy Tyner, ces accords sublimes. Quand la transe conduit à l'émotion.

Pink Floyd :
- Atom heart mother sur l’album Atom heart mother (1970)
- Echoes album Meddle (1971)

Ange
- Au-delà du délire ; album Au-delà du délire (1974)
La poésie de Christian de Decamps sur ce qui est le meilleur morceau réellement progressif du groupe. Ce final !

Van Der Graaf Generator :
- Scorched earth ; album Godbluff (1975)
Je préfère de Van Der Graaf la période plus électrique de Godbluff et Still life plutôt que Pawn hearts. Le crescendo et l’explosion de Scorched earth sont dévastateurs.

King Crimson :
- The court of Crimson King ; album In the court of King Crimson (1969)
Un titre fondateur du progressif, incontournable, même si pour le reste je ne suis pas un grand fan de King Crimson.

Marillion :
- Bitter suite-Heart of Lothian ; l’album Misplaced childhoood (1985)
Bon c’est du neo-prog et la chanson Heart of Lothian en elle-même n’a rien de génial, sans doute même un peu pompeuse. Mais c’est l’aboutissement de toute la suite qui précède : Lavender, Bitter suite, un vrai moment d’émotion, une vraie inspiration mélodique, et une estéthique de bon goût pour du neo-prog (des guitares plutôt que des synthés baveux à la 80's).
Marillion a su se renouveler après le départ de Fish pour livrer une musique moins neo-prog et c’est tant mieux. Les albums Brave et Marbles recèlent de vrais tresors

Spock’s beard :
- At the end of the day ; album V (2000)
Une construction remarquable dans la structure de ce morceau, des thèmes foisonnants, le clavier déjanté de Rio Ukumoto et ses fameuses impros, un solo de cor, pour un morceau plus inspiré et moins bavard que ce que peut faire The Flower Kings dans la même veine.

J'ai dû dépasser les dix, là Embarassed . Pas pu départager les plusieurs titres cités pour Genesis, Magma et Pink Floyd. Smile Bon ça fait 10 années 70's et deux titres plus récents en bonus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 6 Mai 2010 - 22:02

Je viens d'avaler plus de 200 pages de la somme d'Aymeric Leroy sur le rock progressif.



Aymeric Leroy connait le genre comme sa poche, familier de toutes les esthétiques et de tous les enjeux (à la fois artisitiques, sociologiques et politiques) du progressif.

En outre, il a pour lui une capacité d'analyse penetrante, un esprit de synthése clairvoyant et un style clair et précis.

Tout simplement la bible du genre.


INDISPENSABLE. thumleft thumleft thumleft

Je viens de m'apercevoir que je suis cité dans la page "Remerciements" du bouquin. Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

J'sais pas quoi dire. Embarassed Embarassed Embarassed

Merci Aymeric Leroy, ça me touche enormement. coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mar 11 Mai 2010 - 18:33

J’ai pris le temps d’ecouter les principaux titres de vos selections, c’etait super instructif Very Happy :

Can - Mothersky -
C’est iteratif a n’en plus pouvoir.Cette basse obsedante... mais le plus dur à avaler pour moi c’est cette batterie metronomique au binairisme obstiné et têtu. Laughing
C’est clairement pas mon truc.
Et c’est vrai que c’est plus de la musique psyché que du prog stricto-sensu.Mais bon, peut importe les denominations.Le fait est que ça ne m’a pas touché.
Je ne me sens pas capable de juger en fait. Mr. Green

Amon Düül II - Soap Shop Rock –

La chose est bien decrite par Duck Feeling, une sorte d’anar-prog…la encore beaucoup de structures repetitives et une influence du psychedelisme de San Francisco (je peux me tromper) des Grateful Dead et autres Jefferson Airplane.
A l’instar de can c’est tres brut, tres Acid-rock.
Pour les mini-moog qui fusent ,les nappes brumeuses de mellotron et les textures spatiales de string-synteziser il faudra repasser Mr. Green

Magma - Köhntarkösz –

Un morceau qui je trouve, ne prend vraiment toute son ampleur que dans la version live de 1975.
Dans la version studio je m’ennuie un peu dans la premiere partie…trop itératif et pas assez de dynamisme a mon goût, même si le morceau est rythmiquement plus tordu qu'il n'y parait.
Bien sûr dans la 2ème partie beaucoup plus jazz-rock c’est l’extase!!!(on ne le dit pas assez: Magma est un des groupes les plus Groovy de l’histoire du rock afro afro afro ).
Je persiste a trouver l’incarnation du live de 1975 plus idéale.

Pink Floyd - Echoes - Sur l'album Meddle (1971)

J’ai toujours trouvé ce morceau un peu surestimé(qu'est-ce que je vais prendre.... Mr.Red ).
La réecoute me laisse un sentiment mitigé:belles lignes de chant au debut, je n'aime pas trop la section un peu funky avec de l’orgue par-dessus... ça ne groove pas des masses... ça fait un peu "remplissage"...puis le bruit des baleines bof …non, je trouve ça un peu fade au final. Neutral

King Crimson - Starless

Bon on va dire que c’est pas vraiment de la daube. Mr. Green
Non je provoque: une reussite totale ,construit intelligement, belle cohesion d’ensemble.Magnifique. cool-blue
On comprend pourquoi ce morceau continue a rester en cour parmi la critique rock actuelle qui voue habituellement le prog aux gémonies.
Le son est tres organique,tres rock et les zigouigoui de moog jocolor sont aux abonnés absents.

Van Der Graaf Generator - Killer –

Superbe ce truc :beau boulot du batteur et cette voix captivante de Hammill,themes tordus, solos de saxes à la Roland Kirk...
Du tout bon ! thumleft

Soft Machine - Hope For Happiness –

Des chansons comme on aimerait en entendre plus souvent: cette sensibilité hors du commun de Wyatt...ce solo d’orgue diabolique.
Un delice. sunny

King Crimson : In the Court of the Crimson King

Chant habité de Greg Lake et mellotron envoutant et grandiose….un morceau qui regarde plus du côté des 60’s des Moody Blues( à contrario d'un manifeste moderniste comme le 21 first schizoid man qui ouvre l'album…).

Yes : The Gates of Delirium

L’intro paradisiaque sunny
Ah, les passes d’armes Howe/Moraz façon Mahavishnu Orchestra…toute cette sequence instrumentale est geniale. king
Oui « soon the light, our reason to be here tout ça »… cette section ne me touche pas des masse. Je sais c'est un sacrilège de dire ça. Mr. Green

Genesis : Get them out by Friday

une chanson construite comme un petit theatre miniature avec un gab’ fabuleux montreur de marionettes. jocolor

Van der Graaf Generator : A Plague of Lighthouse Keepers

Ce début envoûant:melodie melancolique et penetrante ,portique d'une creativité debridé qi se deploie sur toute la longueur de la suite.
Un des monuments du prog. king king king

Au passage un grand merci à kegue coucou pour avoir attiré mon attention sur ce groupe hors du commun que j’avais bizarrement zappé.
(Pawn Hearts/Godbluff/Still Life cool-blue )


Magma : Hhai

Irresistible !

Vibrant et groovy!!! afro


Man Erg de Van der Graaf Generator (Pawn Hearts 1971)

Un chef d’oeuvre. Tout simplement.A l'image du reste du disque d'ailleurs. Cool

Good vibrations des Beach Boys (single 1966)

Il faut dire le choses comme elles sont c’est une suite prog de (3:37): revolutionnaire…ça prefigure Gentle Giant ou Todd Rundgren.Ils ont vraiment ouvert des horizons.Basketball

Close to the Edge de Yes

Bon, tout a été dit sur ce truc.
Allez au hasard le solo d’orgue hammond de Rick Wakeman tout bonnement génial. drunken

Good Morning des Beatles

Elle ne m'a jamais beaucoup interessé cette chanson, de plus je trouve les saxes lourdingues. bounce
Je lui prefere de loin un Strawberry Fields ou un Tommorow Will Never Knows...

Station to Station de David Bowie.

Le morceau agence differentes sections,ce qui la rend plus contrastée qu’il n’y parait au premier abord
Mais je dois dire que ca ne me touche guère.
(surtout cette rythmique appuyée Shit )

Sea Song - Robert Wyatt

Chef d’œuvre absolu.La coda a base de superpositions de moog et de scat est indicible Sad Sad Sad
Même un athée de la forme song comme moi fond completement c’est dire…Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Bon je l’avoue je suis prêt a jeter à la poublelle l’integralité des albums de Dream Theater pour cette fulgurance emotionnelle...

Atom Heart Mother - Pink Floyd

Houlala…les cuivres pompiers…tout cela sonne(a mes yeux) kitsch et pas bien maitrisé,des maladresses dans les transitions…,un motif a l’orgue qui me plait bien cependant... mais à part ça…ce morceau m’a toujours embarassé. Embarassed
Je crois que plus ça va moins le Floyd passe avec moi (a part Wish You Where Here)

Stoah – Magma

Bon aurait franchement pu se passer des vociferations au résonances un peu douteuses du debut. Thumb down
Pour le reste c’est une quasi-declaque des Noces de Stravinski(surtout la sequence du debut avec ce piano métronomique)
Mais ca demeure jouissif... surtout la sequence qui demarre à partir de 7:15 (ce piano !!!) sunny

Metropolis - Dream Theater
Le titre manifeste du metal progressif. cool-blue
Le retour de la sophistication et de la complexité dans un genre(le hard-rock) qui en manquait cruellement.
Le fameux break de 4 minutes est un sommet de virtuosité, pas seulement individuelle mais aussi de conception(des audaces qu’on ne trouve pas dans les titres les plus complexes de Kansas et de Rush).
La production a tres mal vieilli par contre. What the fuck ?!?


Firth of fifth - Genesis

Cette cascade introductive d’arpéges au piano, la flute de gab, le solo legendaire d’Hackett.
Impeccable.
Very Happy
A Saucerful of Secrets - Pink Floyd (version Pompei)

les images renforcent l’impact du truc.
Je pionce ferme pendant la 1ere partie…
I don't want that
La fin assez lyrique sur fond d’orgue sentencieux est assez belle.

Genesis- One for the vine
Mon morceau favori de Genesis. king king king
Sublime.
Quel compositeur ce Tony Banks. salut

Magma : - Würdäh Itäh (1974) Fur Dihhël kobaïa

Headbanging à (2:47) Twisted Evil
Toujours beacoup de lyrisme. Belle prise de son, tres aérée.
Magma a son meilleur:une veritable épure. sunny

- Nono album Attähk (1977), version dvd Live Mythes et légendes epok III
Je dois avouer que ce morceau me laisse assez indifferent.
Pas grand-chose a se mettre sous la dent à mon sens.
Mais c’est tout personnel. Wink


Ange Au-delà du délire ; album Au-delà du délire (1974)

Un petit côté medieval a la Gentle Giant ou Gryphon dans le debut qui me plait bien,j’aime moins la seconde partie plus electrique.

Van Der Graaf Generator Bad Scorched earth ; album Godbluff (1975).

En fait je redecouvre totalement ce groupe ;qui m’avait echappé pour des raisons mysterieuses.
Vraiment fabuleux:devastateur et visceral c'est le mot, tellement expressif et original. thumleft
Ah ce diable de Peter Hammill quel ecorché vif !!!


- Bitter suite-Heart of Lothian ; l’album Misplaced childhoood (1985)

Ouais c’est mignon tout plein…et il est vrai qu’en ces tristes années 80 pour le prog (Univers Zero qui polit des joyaux dans l’indifference generale rambo ) ils ont eu le mérite d’essayer de reprendre le flambeau du prog 70 même si le cahier des charges s’est considerablement allégé en cours de route. Laughing

Ça me fait penser au Pendragon de Masquerade Ouverture(même pochettes aux couleurs disons.... criardes hehe ) mignon, agréable, bien fait…gentillet.
Pour la revolution esthétique on verra plus tard. hehe

Spock’s beard Bad At the end of the day ; album V (2000)

Un des meilleurs morceaux des Spock’s Beard…tout est mené de main de maître avec un grand sens des contrastes.
Par contre, je considere que dans le format suite les Flower Kings ont fait plus abouti avec un contenu plus riche et ambitieux(la suite titre Stardust We Are l’instrumental Circus Brimstone, The World Of Adventures, Big Puzzle, l’instrumental titre Retropolis, Silent Inferno...)


P.S.:Une remarque: j’ai l’impression Duck Feeling que tu as un tropisme particulier pour les structures repetitives,les motifs itératifs et hypnotiques…tout les morceaux de ta liste semblent repondre a ces caractéristiques. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mar 11 Mai 2010 - 19:45

arnaud bellemontagne a écrit:
Can - Mothersky -
C’est iteratif a n’en plus pouvoir.Cette basse obsedante... mais le plus dur à avaler pour moi c’est cette batterie metronomique au binairisme obstiné et têtu. Laughing
C’est clairement pas mon truc.
Et c’est vrai que c’est plus de la musique psyché que du prog stricto-sensu.Mais bon, peut importe les denominations.Le fait est que ça ne m’a pas touché.
Je ne me sens pas capable de juger en fait. Mr. Green

Amon Düül II - Soap Shop Rock –

La chose est bien decrite par Duck Feeling, une sorte d’anar-prog…la encore beaucoup de structures repetitives et une influence du psychedelisme de San Francisco (je peux me tromper) des Grateful Dead et autres Jefferson Airplane.
A l’instar de can c’est tres brut, tres Acid-rock.
Pour les mini-moog qui fusent ,les nappes brumeuses de mellotron et les textures spatiales de string-synteziser il faudra repasser Mr. Green

Ah c'est certain que ces titres, tout comme ceux de Tangerine Dream et Faust, n'ont clairement rien de rock progressif à mes yeux. Mais disons que j'ai voulu quand même écrire un top de plus de deux morceaux et pourquoi parler d'autres groupes de rock expérimental du début des années soixante-dix - car c'est finalement de ça qu'il s'agit. Des groupes comme Can ou Amon Düül II me semblent, malgré tout, élargir les frontières de la pop en intégrant des influences diverses. Chez Can, par exemple, et c'est flagrant sur tout l'album Tago Mago, il y a un mélange étonnant entre rythmes ethniques, collages électro-acoustiques et psychédélisme mécanique.

arnaud bellemontagne a écrit:
P.S.:Une remarque: j’ai l’impression Duck Feeling que tu as un tropisme particulier pour les structures repetitives,les motifs itératifs et hypnotiques…tout les morceaux de ta liste semblent repondre a ces caractéristiques.

Évidemment j'ai un faible évident pour le rock psychédélique hypnotique, et donc le krautrock - genre fondé, entre autres, sur le principe de répétition - que j'affectionne bien plus en tant que genre que le rock progressif. Finalement je n'aime que King Crimson et Van Der Graaf dans le rock progressif, mais étant donné que j'apprécie quand même en parler, je poste mes petits avis. Ceci étant, je ne pense pas n'aimer que la répétition et l'hypnose dans la musique, et même dans le rock expérimental des années soixante-dix. Mon classement s'est concentré sur ce genre, mais je suppose que cela vient aussi de la durée des morceaux que j'ai privilégié. L'idée de narration dans un morceau m'importe énormément. La maîtrise structurelle d'une chanson est un facteur essentiel dans mon appréciation, même si c'est bien plus inconscient qu'il n'y paraît. Je trouve, par exemple, que la narration chez Bowie dans Station To Station est bien plus maîtrisée et aboutie que celle d'un Tarkus ou d'un Gates Of Delirium. Bien sûr certains épisodes peuvent être un peu mécaniques, mais c'est une couleur au sein d'un ensemble. Ce qui m'importe, c'est que la construction ait un sens, une cohérence et semble être une architecture pesée, réfléchie, aboutie, mais tout en restant cool et instinctive.

Tu parles, par exemple, des arrangements d'Atom Heart Mother qui te paraissent vieillots et datés. J'y entends pourtant bien plus de grâce et de mesure que dans les gimmicks d'orgues de Keith Emerson ou la voix de Jon Anderson qui manquent, à mon avis, considérablement de mesure et de sobriété. Bien sûr il y a un côté superproduction et péplum chez Pink Floyd qui en fait sûrement un peu trop, pourtant j'y suis plus sensible parce que les arrangements me paraissent plus mesurés et de meilleur goût. Les solos chez Pink Floyd sont, finalement, assez rares et toujours très sobres et, comme tu as pu le deviner, je ne suis pas fan de solos qui mettent en avant la virtuosité technique. Après bien sûr chacun met la frontière entre démonstration et répétition où il l'entend...

Et pour l'anecdote, c'est amusant que tu parles du batteur de Can comme d'un batteur "métronomique" parce que c'est exactement de cette manière qu'il - Jaki Liebezeit - se définit et dans un sens qui n'est pas péjoratif. Can représente, pour moi, la mise en commun parfaite de mondes divers : deux élèves de Stockhausen trentenaires, adeptes des collages électro-acoustiques et fascinés par la violence et la sophistication du Velvet Underground et des Beatles ; un batteur de free jazz, qui a eu la révélation de sa vie quand un type bourré dans un club lui a dit de jouer "comme un métronome" ; un guitariste pop autodidacte fan d'Hendrix et de fuzz et un chanteur sauvage japonais trouvé dans la rue. C'est la synthèse parfaite entre des cultures opposées : musique "savante" et "populaire". Et justement, ce que j'apprécie particulièrement dans le krautrock, en particulier chez Can, c'est que le jeu du batteur où celui de basse sont beaucoup plus riches qu'ils n'y paraissent. C'est comme chez Steve Reich - en plus cool ahah -, la variations n'en font pas des tonnes, elles sont menues, mais gagnent en puissance. Les changements de Keith Emerson sont remplis à ras-bord si bien qu'ils perdent leur impact à mes oreilles.

Pour résumer, et effectivement tu m'as assez bien cerné, j'aime qu'une chanson soit prenante : et, pour moi, la virtuosité technique et le la juxtaposition rapide de parties m'éloigne très vite de l'émotion parce qu'elle me paraît masquer un manque de maitrise structurelle. Mais c'est tout à fait subjectif, je suis bien d'accord, et il y a toujours des contre-exemples comme King Crimson. De même que tu sembles apprécier la virtuosité instrumentale et les solos démoniaques, mais ça ne t'empêche pas d'aimer la fabuleuse Sea Song ! Mr. Green

Mais je conçois tout à fait que l'on n'ait pas le même avis : il s'agit vraiment d'une approche de la musique différente et comme j'adore ces groupes, j'aime expliquer pourquoi ils me passionnent. Et je comprends tout à fait que l'écoute de Mothersky soit particulièrement éprouvante, tout comme j'ai vraiment du mal à tenir un morceau entier de Dream Theater ou de Yes.

Oh sinon ! Kohntarkösz, tu parles de la version live de l'album Hhaï ? Je ne la connais pas mais ton commentaire me donne envie de l'écouter. J'aime déjà tellement la version studio que je n'ose imaginer quelque chose d'encore meilleur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
Pinch
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 35
Date d'inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mar 11 Mai 2010 - 23:28

arnaud bellemontagne a écrit:
J’ai pris le temps d’ecouter les principaux titres de vos selections, c’etait super instructif Very Happy :

Can - Mothersky -
C’est iteratif a n’en plus pouvoir.Cette basse obsedante... mais le plus dur à avaler pour moi c’est cette batterie metronomique au binairisme obstiné et têtu. Laughing
C’est clairement pas mon truc.
Et c’est vrai que c’est plus de la musique psyché que du prog stricto-sensu.Mais bon, peut importe les denominations.Le fait est que ça ne m’a pas touché.
Je ne me sens pas capable de juger en fait. Mr. Green

Amon Düül II - Soap Shop Rock –

La chose est bien decrite par Duck Feeling, une sorte d’anar-prog…la encore beaucoup de structures repetitives et une influence du psychedelisme de San Francisco (je peux me tromper) des Grateful Dead et autres Jefferson Airplane.
A l’instar de can c’est tres brut, tres Acid-rock.
Pour les mini-moog qui fusent ,les nappes brumeuses de mellotron et les textures spatiales de string-synteziser il faudra repasser Mr. Green

Magma - Köhntarkösz –

Un morceau qui je trouve, ne prend vraiment toute son ampleur que dans la version live de 1975.
Dans la version studio je m’ennuie un peu dans la premiere partie…trop itératif et pas assez de dynamisme a mon goût, même si le morceau est rythmiquement plus tordu qu'il n'y parait.
Bien sûr dans la 2ème partie beaucoup plus jazz-rock c’est l’extase!!!(on ne le dit pas assez: Magma est un des groupes les plus Groovy de l’histoire du rock afro afro afro ).
Je persiste a trouver l’incarnation du live de 1975 plus idéale.

Pink Floyd - Echoes - Sur l'album Meddle (1971)

J’ai toujours trouvé ce morceau un peu surestimé(qu'est-ce que je vais prendre.... Mr.Red ).
La réecoute me laisse un sentiment mitigé:belles lignes de chant au debut, je n'aime pas trop la section un peu funky avec de l’orgue par-dessus... ça ne groove pas des masses... ça fait un peu "remplissage"...puis le bruit des baleines bof …non, je trouve ça un peu fade au final. Neutral

King Crimson - Starless

Bon on va dire que c’est pas vraiment de la daube. Mr. Green
Non je provoque: une reussite totale ,construit intelligement, belle cohesion d’ensemble.Magnifique. cool-blue
On comprend pourquoi ce morceau continue a rester en cour parmi la critique rock actuelle qui voue habituellement le prog aux gémonies.
Le son est tres organique,tres rock et les zigouigoui de moog jocolor sont aux abonnés absents.

Van Der Graaf Generator - Killer –

Superbe ce truc :beau boulot du batteur et cette voix captivante de Hammill,themes tordus, solos de saxes à la Roland Kirk...
Du tout bon ! thumleft

Soft Machine - Hope For Happiness –

Des chansons comme on aimerait en entendre plus souvent: cette sensibilité hors du commun de Wyatt...ce solo d’orgue diabolique.
Un delice. sunny

King Crimson : In the Court of the Crimson King

Chant habité de Greg Lake et mellotron envoutant et grandiose….un morceau qui regarde plus du côté des 60’s des Moody Blues( à contrario d'un manifeste moderniste comme le 21 first schizoid man qui ouvre l'album…).

Yes : The Gates of Delirium

L’intro paradisiaque sunny
Ah, les passes d’armes Howe/Moraz façon Mahavishnu Orchestra…toute cette sequence instrumentale est geniale. king
Oui « soon the light, our reason to be here tout ça »… cette section ne me touche pas des masse. Je sais c'est un sacrilège de dire ça. Mr. Green

Genesis : Get them out by Friday

une chanson construite comme un petit theatre miniature avec un gab’ fabuleux montreur de marionettes. jocolor

Van der Graaf Generator : A Plague of Lighthouse Keepers

Ce début envoûant:melodie melancolique et penetrante ,portique d'une creativité debridé qi se deploie sur toute la longueur de la suite.
Un des monuments du prog. king king king

Au passage un grand merci à kegue coucou pour avoir attiré mon attention sur ce groupe hors du commun que j’avais bizarrement zappé.
(Pawn Hearts/Godbluff/Still Life cool-blue )


Magma : Hhai

Irresistible !

Vibrant et groovy!!! afro


Man Erg de Van der Graaf Generator (Pawn Hearts 1971)

Un chef d’oeuvre. Tout simplement.A l'image du reste du disque d'ailleurs. Cool

Good vibrations des Beach Boys (single 1966)

Il faut dire le choses comme elles sont c’est une suite prog de (3:37): revolutionnaire…ça prefigure Gentle Giant ou Todd Rundgren.Ils ont vraiment ouvert des horizons.Basketball

Close to the Edge de Yes

Bon, tout a été dit sur ce truc.
Allez au hasard le solo d’orgue hammond de Rick Wakeman tout bonnement génial. drunken

Good Morning des Beatles

Elle ne m'a jamais beaucoup interessé cette chanson, de plus je trouve les saxes lourdingues. bounce
Je lui prefere de loin un Strawberry Fields ou un Tommorow Will Never Knows...

Station to Station de David Bowie.

Le morceau agence differentes sections,ce qui la rend plus contrastée qu’il n’y parait au premier abord
Mais je dois dire que ca ne me touche guère.
(surtout cette rythmique appuyée Shit )

Sea Song - Robert Wyatt

Chef d’œuvre absolu.La coda a base de superpositions de moog et de scat est indicible Sad Sad Sad
Même un athée de la forme song comme moi fond completement c’est dire…Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Bon je l’avoue je suis prêt a jeter à la poublelle l’integralité des albums de Dream Theater pour cette fulgurance emotionnelle...

Atom Heart Mother - Pink Floyd

Houlala…les cuivres pompiers…tout cela sonne(a mes yeux) kitsch et pas bien maitrisé,des maladresses dans les transitions…,un motif a l’orgue qui me plait bien cependant... mais à part ça…ce morceau m’a toujours embarassé. Embarassed
Je crois que plus ça va moins le Floyd passe avec moi (a part Wish You Where Here)

Stoah – Magma

Bon aurait franchement pu se passer des vociferations au résonances un peu douteuses du debut. Thumb down
Pour le reste c’est une quasi-declaque des Noces de Stravinski(surtout la sequence du debut avec ce piano métronomique)
Mais ca demeure jouissif... surtout la sequence qui demarre à partir de 7:15 (ce piano !!!) sunny

Metropolis - Dream Theater
Le titre manifeste du metal progressif. cool-blue
Le retour de la sophistication et de la complexité dans un genre(le hard-rock) qui en manquait cruellement.
Le fameux break de 4 minutes est un sommet de virtuosité, pas seulement individuelle mais aussi de conception(des audaces qu’on ne trouve pas dans les titres les plus complexes de Kansas et de Rush).
La production a tres mal vieilli par contre. What the fuck ?!?


Firth of fifth - Genesis

Cette cascade introductive d’arpéges au piano, la flute de gab, le solo legendaire d’Hackett.
Impeccable.
Very Happy
A Saucerful of Secrets - Pink Floyd (version Pompei)

les images renforcent l’impact du truc.
Je pionce ferme pendant la 1ere partie…
I don't want that
La fin assez lyrique sur fond d’orgue sentencieux est assez belle.

Genesis- One for the vine
Mon morceau favori de Genesis. king king king
Sublime.
Quel compositeur ce Tony Banks. salut

Magma : - Würdäh Itäh (1974) Fur Dihhël kobaïa

Headbanging à (2:47) Twisted Evil
Toujours beacoup de lyrisme. Belle prise de son, tres aérée.
Magma a son meilleur:une veritable épure. sunny

- Nono album Attähk (1977), version dvd Live Mythes et légendes epok III
Je dois avouer que ce morceau me laisse assez indifferent.
Pas grand-chose a se mettre sous la dent à mon sens.
Mais c’est tout personnel. Wink


Ange Au-delà du délire ; album Au-delà du délire (1974)

Un petit côté medieval a la Gentle Giant ou Gryphon dans le debut qui me plait bien,j’aime moins la seconde partie plus electrique.

Van Der Graaf Generator Bad Scorched earth ; album Godbluff (1975).

En fait je redecouvre totalement ce groupe ;qui m’avait echappé pour des raisons mysterieuses.
Vraiment fabuleux:devastateur et visceral c'est le mot, tellement expressif et original. thumleft
Ah ce diable de Peter Hammill quel ecorché vif !!!


- Bitter suite-Heart of Lothian ; l’album Misplaced childhoood (1985)

Ouais c’est mignon tout plein…et il est vrai qu’en ces tristes années 80 pour le prog (Univers Zero qui polit des joyaux dans l’indifference generale rambo ) ils ont eu le mérite d’essayer de reprendre le flambeau du prog 70 même si le cahier des charges s’est considerablement allégé en cours de route. Laughing

Ça me fait penser au Pendragon de Masquerade Ouverture(même pochettes aux couleurs disons.... criardes hehe ) mignon, agréable, bien fait…gentillet.
Pour la revolution esthétique on verra plus tard. hehe

Spock’s beard Bad At the end of the day ; album V (2000)

Un des meilleurs morceaux des Spock’s Beard…tout est mené de main de maître avec un grand sens des contrastes.
Par contre, je considere que dans le format suite les Flower Kings ont fait plus abouti avec un contenu plus riche et ambitieux(la suite titre Stardust We Are l’instrumental Circus Brimstone, The World Of Adventures, Big Puzzle, l’instrumental titre Retropolis, Silent Inferno...)


P.S.:Une remarque: j’ai l’impression Duck Feeling que tu as un tropisme particulier pour les structures repetitives,les motifs itératifs et hypnotiques…tout les morceaux de ta liste semblent repondre a ces caractéristiques. bounce

quel boulot Arnaud thumleft
tu vas jusqu'au bout des discussions, c'est chouette Very Happy

Content que Sea Song te fasse également de l'effet. Cette "song" est effectivement un vrai bijou à choyer.

En revanche je suis étonné que tu ne sois pas plus sensible à Starless, titre qui me bouleverse à chaque écoute.

De manière générale, je te suis plutôt sur tes avis. Metropolis vieillit mal mais ça reste génial. Atom Heart Mother a de nombreux défauts (c'est également l'avis des membres du Floyd), et A Saucerful of Secret requiert les images qui magnifient l'ensemble.

Par ailleurs, je rajoute à ma liste "A Certain Kind" de Soft Machine, titre sans prétention plutôt simple où la magie Wyatt opère encore (quel génie bounce )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 12 Mai 2010 - 8:48

Bravo Arnaud. J'avoue ne pas avoir eu le courage (le temps non plus) d'écouter tous ces morceaux. A propos de Ange, je ne sais plus vraiment car j'ai décroché de ce groupe mais il me semble que Emile Jacotey m'avait plus interpellé que Au delà du délire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 12 Mai 2010 - 9:35

kegue a écrit:
Bravo Arnaud. J'avoue ne pas avoir eu le courage (le temps non plus) d'écouter tous ces morceaux. A propos de Ange, je ne sais plus vraiment car j'ai décroché de ce groupe mais il me semble que Emile Jacotey m'avait plus interpellé que Au delà du délire.

"Emile Jacotey" est plus abouti que "Au delà du délire". Il est aussi plus facile d'accès (si on peut dire que "Au delà..." soit difficile". "Au delà..." est plus brouillon plus frais et au final je préfère cet Ange qui se cherche à l'Ange qui s'est trouvé sur "Emile".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arsen6203
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 945
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Mer 12 Mai 2010 - 10:13

arnaud bellemontagne a écrit:

Magma - Köhntarkösz –

Un morceau qui je trouve, ne prend vraiment toute son ampleur que dans la version live de 1975.
Dans la version studio je m’ennuie un peu dans la premiere partie…trop itératif et pas assez de dynamisme a mon goût, même si le morceau est rythmiquement plus tordu qu'il n'y parait.
Bien sûr dans la 2ème partie beaucoup plus jazz-rock c’est l’extase!!!(on ne le dit pas assez: Magma est un des groupes les plus Groovy de l’histoire du rock afro afro afro ).
Je persiste a trouver l’incarnation du live de 1975 plus idéale.

Oui la version Live est plus incicive et plus directe, mais elle est incomplète. Le problème c'est que ce morceau a tellement évolué entre 73 et 76 que ça devient difficile de choisir entre la version initiale qui en fait deviendra KA, la version de la BBC qui reprend en parti KA et en parti Khön..., la version studio sensé être définitive mais qui s'avérera en parti injouable sur scène (au passage il existe une autre version studio qui n'est jamais sortie sauf peut-être en bonus sur les premières rééditions en CD fait à partir des vinyl). et les versions live d'après 75 qui contiennent la majorité de Khön... et un allongement de la variation du thème principal de KA.


Citation :
Pink Floyd - Echoes - Sur l'album Meddle (1971)

J’ai toujours trouvé ce morceau un peu surestimé(qu'est-ce que je vais prendre.... Mr.Red ).
La réecoute me laisse un sentiment mitigé:belles lignes de chant au debut, je n'aime pas trop la section un peu funky avec de l’orgue par-dessus... ça ne groove pas des masses... ça fait un peu "remplissage"...puis le bruit des baleines bof …non, je trouve ça un peu fade au final. Neutral

Je suis globalement d'accord sur ton analyse mais ça reste un morceau essentiel pour moi, c'est pour cela que je l'ai cité.


Citation :
Yes : The Gates of Delirium

L’intro paradisiaque sunny
Ah, les passes d’armes Howe/Moraz façon Mahavishnu Orchestra…toute cette sequence instrumentale est geniale. king
Oui « soon the light, our reason to be here tout ça »… cette section ne me touche pas des masse. Je sais c'est un sacrilège de dire ça. Mr. Green

Oui mais imagine: tu es en Normandie tu déprimes sur ta vie qui merdoies parce que tu sors du service à un age où tu n'as plus aucun droit, tu es en attente d'une réponse de quelqu'un d'un pays froid, il pleut, le ciel est autant bouché que ton avenir. Tu mets "The Gates..." et juste au moment ou Howe lance la mélodie de Soon, un rayon de soleil crève les nuages et t'arrive direct dans les yeux. Ça n'était qu'une coïncidence fortuite mais à chaque fois que j'écoute ce morceau je revis cela.

Citation :
Sea Song - Robert Wyatt

Chef d’œuvre absolu.La coda a base de superpositions de moog et de scat est indicible Sad Sad Sad
Même un athée de la forme song comme moi fond completement c’est dire…Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
Bon je l’avoue je suis prêt a jeter à la poublelle l’integralité des albums de Dream Theater pour cette fulgurance emotionnelle...

J'ai failli le mettre dans ma liste. C'est un chef d'œuvre mais je ne range pas ça en prog d'où l'omission au final. Et au passage je vois que tu commences à être rationnel sur DT Wink

Citation :
Firth of fifth - Genesis

Cette cascade introductive d’arpéges au piano, la flute de gab, le solo legendaire d’Hackett.
Impeccable.
Very Happy

Composé par Banks seul. Tout comme l'intro de Cinema Show qui pourtant est joué par un trio de douze cordes alors que Banks deteste le son de guitares.

Citation :
- Bitter suite-Heart of Lothian ; l’album Misplaced childhoood (1985)

Ouais c’est mignon tout plein…et il est vrai qu’en ces tristes années 80 pour le prog (Univers Zero qui polit des joyaux dans l’indifference generale rambo ) ils ont eu le mérite d’essayer de reprendre le flambeau du prog 70 même si le cahier des charges s’est considerablement allégé en cours de route. Laughing

Ça me fait penser au Pendragon de Masquerade Ouverture(même pochettes aux couleurs disons.... criardes hehe ) mignon, agréable, bien fait…gentillet.
Pour la revolution esthétique on verra plus tard. hehe

Comparer Marillion à Pendagron est tout de même limite. Pendagron n'est que du sous-Marillion sans aucune personnalité alors que le Marillion avec Fish en avait une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 10:01

Ah oui Mascarade ouverture de Pendragon.....Je me rappelle avoir fait l'erreur de l'acheter. Il est à la poubelle depuis belle lurette Mr.Red
Quand j'ai entendu ça (je ne peux pas dire écouter), j'ai tout de suite pensé à Cambrone. Mr.Red Mr.Red

Même si Marrillion n'est pas le plus grand groupe prog de tous les temps, je rejoinds pleinement Arsen sur le fait qu'il avaient au moins une personnalité (grâce à la voix de Fish, certes. Mais Fish en solo n'est pas vraiment terrible non plus, il y a donc une personnalité du groupe).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 18:34

Si vous voulez Marillion est un plus grand groupe que Pendragon.
Il n'y a pas de problème, ça ne me semble pas relever d'un debat crucial vu l'indigence creative à mes yeux du style néo-prog. Mr. Green

Quoique, malgré un son de batterie assez irritant le Subterranea de IQ se defendait plutôt bien dans le style (il y avait une veritable ambition conceptuelle). bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 19:11

arnaud bellemontagne a écrit:
Si vous voulez Marillion est un plus grand groupe que Pendragon.
Il n'y a pas de problème, ça ne me semble pas relever d'un debat crucial vu l'indigence creative à mes yeux du style néo-prog

Ca y est, tu as enfin brûlé tes disques de DT ? Tu as bien raison sur l'inutilité de ce débat, ces deux groupes n'étant pas de la même décenie que ceux qui nous intéressent dans ce topic

Juste pour conclure là dessus : j'ai un rapport un peu spécial avec Marillion, c'est beaucoup de souvenirs du Lycée tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 19:17

Brûler mes disques de DT?
Oui ça y est.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 19:31

cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 20:00

Tu devrais arrêter d'ecouter Mahler ça te fait retomber en enfance hehe , si tu crois vraiment que j'ai brulé tous mes disques de DT, tu vas finir par croire au pére Noel. santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 20:21

Mais j'y croyais déjà (merci Gustav).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 20:25

Oui Mahler c'est un gamin enfermé dans un corps d'intellectuel. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 20:26

C'est ça, c'est tout moi....(sauf que je ne mesure pas 1m60 les bras levés) hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lejoker
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 320
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 21:58

Marrant comme le DT-bashing fleurit sur le net depuis quelques années.
Depuis qu'ils sont méga connus en fait (bon ok, depuis qu'ils font de la merde aussi ^^).
Jusqu'en 2002 environ, c'était super hype d'aimer ce groupe Smile


Pour en revenir à Misplaced Childhood : Quel album merveilleux... Certainement dans mon top 5 tous groupes confondus. Aucun temps mort, des lignes de guitare et de basse splendides, un chant très personnel, une véritable atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 22:19

Ah tu trouves?
Il est vrai qu'en 1992(au moment de la sortie de Images and Words) c'etait les chouchous de la presse.

Mais dés la sortie d'Awake en 1994 ,le groupe commençait déjà à être critiqué par certains (trop complexe, trop demonstratif...)

Il est vrai que ça s'est amplifié pour connaitre un sommet en 2003 lors de la sortie de Train of Thought.... Mr. Green
(accusations de shred de la part de Petrucci, d'influences trop voyantes...)

Mais sur le plan de la competence instrumentale ils ont toujours été respectés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OYO TOHO
Des chiffres et des Lettres
avatar

Nombre de messages : 6929
Localisation : LH
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 22:23

(sauf le chanteur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/decapitum
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Jeu 13 Mai 2010 - 22:25

C'est bien pour cela que je parlais de competence instrumentale. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pHax
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 8:09

Passionnant !

Ce serait chouette un topic "classique dégressif" :

Liens retirés

etc… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phorme.wordpress.com/
Arch
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 30
Date d'inscription : 05/05/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 15:42

arnaud bellemontagne a écrit:
Je viens d'avaler plus de 200 pages de la somme d'Aymeric Leroy sur le rock progressif.



Aymeric Leroy connait le genre comme sa poche, familier de toutes les esthétiques et de tous les enjeux (à la fois artisitiques, sociologiques et politiques) du progressif.

En outre, il a pour lui une capacité d'analyse penetrante, un esprit de synthése clairvoyant et un style clair et précis.

Tout simplement la bible du genre.


INDISPENSABLE. thumleft thumleft thumleft

Je viens de m'apercevoir que je suis cité dans la page "Remerciements" du bouquin. Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

J'sais pas quoi dire. Embarassed Embarassed Embarassed

Merci Aymeric Leroy, ça me touche enormement. coucou


tu l'as acheté où? Ca m'intéresse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 15:47

Je l'ai commandé sur Amazon.

Une bible ce truc. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 17:27

Whaou Arnaud, tu connais l'auteur du bouquin ? La classe cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 17:39

En fait non je ne le connais pas personnellement.
Mais c'est une référence dans le microcosme prog (il ecrit dans l'excellent magazine Big Bang et il à un site internet consacré à l"ecole de Canterbury intitulé Calyx)

Il a du lire ce topic consacré au prog. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 17:44

Ok.
Comme tu connais aussi le bouquin de Christophe Pirenne, as-tu des comparaisons à faire avec celui d'Aymeric Leroy. Est-ce consacré à la même époque (67 77) ou déborde t'il sur les décénies suivantes ? Y a t'il des analyses, des commentaires de musiciens, des références historico sociologiques, etc...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 17:47

Je viens d'aller faire un tour sur Amazon. Il y a aussi un livre de Guillaume Ruffat sur la révolution musicale de la fin des sixties. Quelqu'un connait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 18:02

kegue a écrit:
Ok.
Comme tu connais aussi le bouquin de Christophe Pirenne, as-tu des comparaisons à faire avec celui d'Aymeric Leroy. Est-ce consacré à la même époque (67 77) ou déborde t'il sur les décénies suivantes ? Y a t'il des analyses, des commentaires de musiciens, des références historico sociologiques, etc...?

Celui d'Aymeric Leroy est beaucoup moins axé sur le musicologie, beaucoup plus vivant et exhaustif(66/2010): il integre aussi la reception des albums par les périodiques de l'epoque ainsi que des elements de contextualisation historico-sociologique.
Le tout avec suffisamment de recul pour ne pas tomber dans l'hagiographie béate et suffisamment d'enthousiasme pour ne pas tomber dans l'exegese desincarnée (un peu le travers du bouquin de Pirenne).
C'est de très loin ce que j'ai lu de plus complet et de plus satisfaisant sur le sujet. king

Sinon je ne connais pas le bouquin de Ruffat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pHax
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 22:31

Ca donne envie de jeter un oeil sur ce livre… Smile

phAx a écrit:
Passionnant !

Ce serait chouette un topic "classique dégressif" :

Liens retirés

etc… ?

C'était sérieux cette idée : j'ai pensé à Bang on a Can, à Riley, à John Adams comme on pouvait évoquer les danses de Chosta ou le jazz chez Bernstein, la Hongrie de Bartok ou Janacek il y a quelques décennies…

Bref, quant on vous lit on sent que vous imaginez un rock qui voudrait monter au cerveau à la manière d'une musique "savante" (euh… classique ? sérieuse ? bref, les mots sont ingrats : pas populaire quoi) qui voudrait descendre aux tripes (voir plus bas… qui disait que la musique était une question d'équilibre entre l'intellect, l'affect et la libido pour exprimer ça gentiment ? C'est pas Ellington ?)
Et je réitère : discussion vraiment intéressante quant aux passages sur les ambitions des musiques populaires de dépasser leur statut d'"objets sonores pour danser" ou "s'éclater" ou "se défoncer" ou "s'identifier" ou autre… : et ce n'est pas l'apanage du rock progressif. La véritable réflexion sur le sens d'une musique populaire est venue avec Zappa, le RIO, les Residents aussi, puis le post-punk, la musique industrielle (terme qui prend tout son sens dans une logique de marché musical donc) etc… (à mon avis)… bref, le prog est très poli à côté de ça (mais je ne connais que peu le prog, à part Genesis et Crimson et encore, assez mal…) même si c'est parfois vraiment excellent. Cool

Et au fait pourquoi supprimer les liens Utube ?
Shocked Comment on fait pour faire un cours, par exemple, pour un prof, dans un monde comme ça ?


Edit : par exemple, Sleepytime Gorilla Museum, Mr Bungle et Secret Chiefs 3, Bastard ou les Deity Guns, Painkiller ou Naked City, Klaus Schulze et TD, et Parmegiani ? Rien sur l'immense Bernard Parmegiani ici (je plaisante je sais que c'est un proggeux comme Moondog avec sa barbe et son casque) !! et les groupes de Fred Frith … c'est prog ou pas prog ? Question J'avoue un peu perdu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phorme.wordpress.com/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Ven 14 Mai 2010 - 23:11

Beaucoup de choses dans ton post. Mr. Green

Bon déjà le RIO c'est un sous-genre du prog et on peut egalement y inclure une partie assez significative de ce qu'a produit Zappa.

Pour Fred Frith c'est compliqué parce qu'il a fait des tas de choses dans des tas de directions, mais Henry Cow dont il a fait partie oeuvrait dans le Rock de Chambre qui est un sous-genre du prog(on peut dire que le Rock de Chambre à été inventé par Zappa sur l'album Uncle Meat).

Mais dans le fond je suis d'accord avec toi:il est evident que le prog n'a pas le monopole de l'inventivité, de la creativité et de l'experimentation en "rock"(manquerait plus que ça... hehe ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 0:46

kegue a écrit:
Je viens d'aller faire un tour sur Amazon. Il y a aussi un livre de Guillaume Ruffat sur la révolution musicale de la fin des sixties. Quelqu'un connait?

Oui bien sûr, je l'ai. Ce n'est pas un incontournable sur le sujet, mais c'est une très bonne porte d'entrée relativement complète sur la période 1966/1969 du rock. La première partie du livre raconte l'histoire et les enjeux des styles de l'époque, le contexte donc, mais la révolution adolescente des sixties. Le ton est assez sobre et argumenté, donc il évite les divagations en tous genres mais il manque le petit plus qui donne l'impression d'y être.

La seconde partie du livre, et c'est le gros du truc, chronique une centaine d'albums de 1967 à 1968 avec détails de l'histoire des enregistrements et des critiques. Il ne s'agit pas du tout d'un livre analytique à l'approche musicologique. Il me semble que Guillaume Ruffat est d'abord un homme de lettres passionné de rock, ceci explique cela. Il adopte une approche plus globale très agréable à lire, mais dont on peut regretter le manque de développement et d'analyse musicale - et je ne demande pas de reproduire des grilles d'accords à tous bouts de champs comme Pirenne, je n'aime pas ça non plus. Disons que j'aurais attendu un peu plus de profondeur et de travail sur les influences, ce genre de trucs.

Le livre a donc l'avantage de dresser un portrait très large et représentatif de l'essor rock de la fin des sixties en évoquant les albums des Beatles et des Rolling Stones évidemment, mais aussi ceux de Nick Drake, Captain Beefheart, Can ou Donovan. Mais c'est aussi sa limite : il n'y a pas vraiment de parti pris clair si bien que le livre fait un peu résumé un peu court pour un catalogue trop large. Il se trouve que c'est une période dont je suis particulièrement fan donc je connaissais déjà quasiment tous les albums et je n'ai pas découvert grand chose. En revanche j'ai passé un très bon moment et l'ai lu très vite. C'est un livre-liste, on peut y revenir mais ce n'est pas une Bible. Après tout est relatif, j'y ai pris bien plus de plaisir qu'à lire celui de Pirenne dont j'ai trouvé certains passages vraiment laborieux. Ruffat a un style fluide et une approche concise assez appréciables. Mais j'avoue regretter qu'il ne développe pas plus.

De toute façon je ne connais pas de Bible sur le rock des sixties et ça me frustre. Il y a bien le dictionnaire du rock psychédélique de Phillipe Thieyre qui est géant mais il ne traite que des États-Unis et il aurait besoin d'une bonne mise-à-jour aussi.

Pour te donner une idée et voir si ça vaut le coup que tu te le procures, voici la liste des albums chroniqués : http://rateyourmusic.com/list/Spirit_G/guillaume_ruffat_revolution_musicale___les_annees_67_68_69___de_penny_lane_a_altamont

Et la page de l'éditeur Le Mot Et Le Reste consacré à la collection musicale Formes : http://atheles.org/lemotetlereste/formes/index.html
D'ailleurs j'ai beau être tatillon sur le Ruffat, les éditions Le Mot Et Le Reste sont parmi les meilleures éditions rock que je connaisse, avec les fantastiques éditions Allia (pour le coup de vraies bibles sur le post-punk, le punk, la soul et le hip-hop, et en plus, ils rééditent les ouvrages de référence des sixties). On cite souvent Camions Blancs, qui ont eu le mérite d'apparaître en premiers et d'offrir un vrai catalogue rock, les choix du Mot Et Le Reste me paraissent plus originaux et exigeants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 0:54

Merci pour cette analyse Duck Feeling. Very Happy
Grâce à ton lien, j'ai vu que Christophe Delbrouck(dont je posséde l'excellent Frank Zappa Chronique Discogaphique) a ecrit un livre sur Weather Report. cheers

Il faut que je me le procure(avec le Bouquin de Gonin sur Magma)!!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 1:03

arnaud bellemontagne a écrit:
Christophe Delbrouck(dont je posséde l'excellent Frank Zappa Chronique Discogaphique)

Bon sang tu en as de la chance ! J'ai essayé en vain de le trouver mais il est définitivement épuisé. Par contre Delbrouck a sorti un livre en trois volumes plus complets sur Zappa mais j'avais peur que ce soit moins centré sur la musique. En même temps sur trois tomes, il a bien le temps de recaser son premier livre d'une petite centaine de pages quand même. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 1:27

Oui je crois qu'on ne le trouve plus ce bouquin. Neutral
Quant a sa somme en 3 volets, un fou de Zappa comme moi devrait l'avoir dans sa bibliothéque depuis longtemps... mais bon à l'epoque je commençait à me mettre serieusement au classique...

De toute façons ils finiront dans ma besace. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pHax
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 9:09

Donc j'aime le rock de chambre… Embarassed

l
Citation :
e livre fait un peu résumé un peu court pour un catalogue trop large.

http://rateyourmusic.com/list/Spirit_G/guillaume_ruffat_revolution_musicale___les_annees_67_68_69___de_penny_lane_a_altamont

Au contraire je trouve qu'il manque pas mal de truc dans cette liste ! (la musique black pas ou si peu représentée : le jazz rock, jazz funk, reggae, et puis les expérimentations blanches : les trucs de P oliveros, le disque de White Noise, ceux de l'AMM, et les latinos : la salsa…) bref c'est qu'autour de la pop commerciale quasiment nan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phorme.wordpress.com/
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 12:51

Euh c'est sûr que c'est centré rock psychédélique, avec un titre qui mentionne Penny Lane et Altamont c'est évident. Par contre c'est quand même assez large : Can, Pierre Henry, Gainsbourg et les Who. Et je ne sais pas ce que tu entends par pop commerciale, d'autant que beaucoup d'albums sont assez expérimentaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
pHax
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 14:12

Pop tout court disons (le Velvet, aujourd'hui encensé, était pas vraiment commercial c'est vrai à l'époque - c'était quand même un coup médiatique de Warhol ce groupe ne l'oublions pas).

Reste que ce que tu dis n'apparait pas clairement dans le titre ( Révolution musicale - Les années 67, 68, 69 de Penny Lane à Altamont). Ces années sont aussi celles de l'apogée des trentes glorieuses et le début de ce qu'on appellera la consommation de masse, donc le terme commercial n'était pas innocent de ma part.

C'est pas une critique, juste le fait qu'on a l'impression ou le sentiment (peut-être pas justifié d'ailleurs) qu'on va rien apprendre du tout… avec cette liste de disques énormes de super goupes archi connus. Dans celui de Guillaume Belhomme (Giant Steps - Jazz en 100 figures) on apprend rien par exemple…



Par contre il y a quelques livres chez le Mot et le Reste qui me tentent :

- tout d'abord celui de Guillaume Kosmicki, que je connais indirectement sous le pseudo de Tournesol et qui developpe des thèses très intéressantes sur la musique en général et notamment la distinction entre "savante" et "populaire" dont je me sens assez proche même si on peut nuancer : http://guillaume-kosmicki.org/pdf/musiquespopulaires&musiquessavantes.pdf Malgré ses défauts ce txte pourrait servir souvent ici lors de discussions un peu définitives et peu argumentées sur le sujet.

Musiques électroniques
Des avant-gardes aux dance floors

http://atheles.org/lemotetlereste/formes/musiqueselectroniques/ : ça doit être très bien surtout que, contrairement à beaucoup d'autres livres sur un sujet d'époque, l'auteur a vécu directement et physiquement ce qu'il analyse ensuite de façon assez brillante. Ce qui me parait être le défaut principal de celui que tu proposes d'ailleurs (mais que je lirais volontiers quand même !)
Ce livre devrait permettre de dire que les années 90 ont été aussi de grandes années dans la création artistique en général et musicale en particulier grace … à la techno !

mais aussi :

- celui de
Éric Deshayes - Dominique Grimaud
L’Underground musical en France - un peu pour les mêmes raisons, malgré le fait que la bande d'Eric Aldéa (la scène lyonnaise des années 80, énorme), n'y semble apparaitre. Espérons que je me trompe

- celui d'Éric Deshayes tout seul :
Au-delà du Rock - La vague planante, électronique et expérimentale allemande des années 70
parce que comme toi (enfin j'ai cru comprendre) je suis fan

Celui de Philippe Robert, par exemple :
Musiques expérimentales - Une anthologie transversale d’enregistrements emblématiques
était vraiment très frustrant : peu référencé, pas de dates, pas de lieux, pas contextualisé, des textes trop courts… Je me méfie de cette collection que j'encourage quand même parce que les initiatives sont trop rares pour ne pas être soutenues ! Et le "Un itinéraire bis en 140 albums essentiels" était aussi assez expéditif… mais on y découvrait des tas de trucs au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phorme.wordpress.com/
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 20:32

Citation :
Reste que ce que tu dis n'apparait pas clairement dans le titre ( Révolution musicale - Les années 67, 68, 69 de Penny Lane à Altamont). Ces années sont aussi celles de l'apogée des trentes glorieuses et le début de ce qu'on appellera la consommation de masse, donc le terme commercial n'était pas innocent de ma part.

Je trouve sincèrement le terme inadapté, en plus d'être péjoratif et réducteur. Je ne vois pas comment peuvent être rassembler tous les albums dont parle le livre sous l'étiquette pop commerciale : Trout Mask Replica de Captain Beefheart, White Light/White Heat du Velvet Underground, Monster Movie de Can, tout ça n'a rien de "commercial". En tout cas pas plus que des albums jazz ou salsa de la même époque dont tu regrettes l'absence. Et je trouve le titre relativement clair : il suppose une musique plutôt pop-rock anglo-saxonne et psychédélique. Là où le livre est imparfait justement, c'est en offrant un panel d'albums qui n'a pas vraiment de cohérence : il n'y a pas de choix géographique, ni stylistique clair (parce qu'entre Sgt Pepper, John Wesley Harding et The Marble Index de Nico, il y a d'énormes différences de choix esthétiques). Cela aurait été peut-être plus intéressant d'évoquer moins d'albums mais d'en tirer une analyse de genres et de courants.

La liste en elle-même me semble assez large pour que le commun des mortels ne connaisse pas nécessairement tous les disques évoqués. Personnellement j'en connaissais la majorité et ceux que je ne connaissais pas appartiennent à des genres qui ne me parlent pas du tout. Mais tout de même, je te trouve bien expéditif.

Au Delà Du Rock vaut le coup ne serait-ce pour le fait qu'il s'agit du seul livre exhaustif sur le krautrock. Par contre Deshayes reste très factuel - ce qui est déjà formidable d'un point de vue historique - et sobre dans l'écriture. C'est à mille lieux du Krautrocksampler de Julian Cope, dont l'écriture drôle, inventive et particulièrement enthousiaste transcende complètement le sujet.

Et j'aime assez l'Itinéraire Rock Bis de Philippe Robert. Pas tellement pour son exhaustivité évidemment, mais parce que j'ai quand même découvert de très bons disques. Bien sûr chaque album ne bénéficie que d'une page, c'est peu pour être complet. N'empêche que Robert parvient à raconter les anecdotes d'enregistrements les plus intéressantes, les enjeux stylistiques et un avis assez mesuré en général avec une concision assez appréciable.

Par contre je suis assez d'accord pour dire que les listes comme celles-ci sont frustrantes. Mais enfin, c'est un peu le principe : l'idée n'est pas d'être complet et très fouillé mais plutôt de donner un aperçu sur des musiques peu représentées. Je connaissais déjà Spiderland de Slint, Yanqui uxo de GY!BE ou Murray Street de Sonic Youth, n'empêche que c'est toujours agréable d'en apprendre à leur sujet.

Je n'ai pas encore lu L'anthologie des Musiques Expérimentales, j'attends d'avoir un peu plus de temps - et puis je viens de récupérer le nouveau de Leroy hum. Mais je m'attends à, au moins, partager l'envie de découvrir toutes ses musiques. Autrement il y a le livre sur le même sujet aux Éditions Allia qui a l'air formidable, peut-être qu'il te plairait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
pHax
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 23:06

Citation :
Trout Mask Replica de Captain Beefheart, White Light/White Heat du Velvet Underground, Monster Movie de Can, tout ça n'a rien de "commercial

Oui, c'est vrai, énormes, et pour les autres, de toutes façons, ce sont d'excellents disques. Smile Même Miles était jaloux du son et de l'energie de ces groupes, et ça tu dois le savoir mieux que quiconque…

Citation :
Autrement il y a le livre sur le même sujet aux Éditions Allia qui a l'air formidable, peut-être qu'il te plairait plus.

Merci je vais me pencher dessus !


Bon, sinon, le prog des années 70, ça vaut pas le post-punk, les sanglots industriels, les envols de larsens ou les pulsations hypnotiques froides et désespérées (ou chaudes et enfiévrées d'ailleurs ! Tiens j'ai réécouté du Minimal Compact que c'est bon par rapport à du Joy Division) diffusés sur les dizaines de radios libres des années 80 hein ? Evil or Very Mad Wink Tu ouvres un topic ? Je suis aussi persuadé que toi que Sonic Youth fait partie du peu de groupes de rock sachant - entre autre - vraiment utiliser des guitares électriques. Very Happy

Allez, sur ce, j'me remets un p'tit "Iiiii'm a Dinausooor…"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phorme.wordpress.com/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16357
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 23:11

Ah bon, Miles ecoutait Beefheart et le Velvet?
Je l'ignorais...

PhAx:"Bon, sinon, le prog des années 70, ça vaut pas le post-punk, les sanglots industriels, les envols de larsens ou les pulsations hypnotiques froides et désespérées (ou chaudes et enfiévrées d'ailleurs !)"

Et sur quels critères je te prie? Basketball
C'est un peu court jeune homme! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duck Feeling
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   Sam 15 Mai 2010 - 23:37

phAx a écrit:
Citation :
Trout Mask Replica de Captain Beefheart, White Light/White Heat du Velvet Underground, Monster Movie de Can, tout ça n'a rien de "commercial

Oui, c'est vrai, énormes, et pour les autres, de toutes façons, ce sont d'excellents disques. Smile Même Miles était jaloux du son et de l'energie de ces groupes, et ça tu dois le savoir mieux que quiconque…

Rôh non je ne savais pas ! Tu tiens ça d'où ? Je trouve qu'il y a une correspondance évidente entre On The Corner et Tago Mago de Can, des démarches très similaires et parallèle : même utilisation du studio, même groove statique, mêmes improvisations collectives, etc. Ça conforte l'amour que je porte pour le Miles Davis de cette période en tout cas.

phAx a écrit:
Citation :
Autement il y a le livre sur le même sujet aux Éditions Allia qui a l'air formidable, peut-être qu'il te plairait plus.

Merci je vais me pencher dessus !

Tu peux en lire des extraits sur Google Books : http://books.google.fr/books?id=ixVswTbHyZ0C&printsec=frontcover&dq=experimental+music&cd=2#v=onepage&q&f=false

Il m'a l'air vraiment chouette !

phAx a écrit:
Bon, sinon, le prog des années 70, ça vaut pas le post-punk, les sanglots industriels, les envols de larsens ou les pulsations hypnotiques froides et désespérées (ou chaudes et enfiévrées d'ailleurs ! Tiens j'ai réécouté du Minimal Compact que c'est bon par rapport à du Joy Division) diffusés sur les dizaines de radios libres des années 80 hein ? Evil or Very Mad Wink Tu ouvres un topic ? Je suis aussi persuadé que toi que Sonic Youth fait partie du peu de groupes de rock sachant - entre autre - vraiment utiliser des guitares électriques. Very Happy

J'ai l'impression que nous avons beaucoup de points communs... siffle

Et pour répondre rapidement à Arnaud et de mon point de vue, ce que j'apprécie dans le post-punk - qui représente pour moi l'archétype de ce que j'appelle l'art-rock, mais finalement mon discours peut s'adapter au krautrock ou même à Bowie et Eno - c'est qu'il s'agit d'un rock ambitieux en-dehors des conventions, mais qui s'affranchit de certains défauts du rock progressif :
- la peur de ne pas pouvoir créer une bonne musique sans être un technicien instrumentiste
- la fascination naïve pour la musique écrite en tant que genre "supérieur"

Le post-punk intègre des éléments de musique concrète, de musique ethnique et maintient une certaine urgence et une concision qui manquent parfois aux tours de force prog. Ce que je ressens avec le rock progressif, mais je me trompe peut-être, c'est une certaine frustration de la part de musiciens rock qui essaient "d'élever" le rock au même rang que la musique écrite (je mets des guillemets parce que je ne considère pas le rock comme une musique plus pauvre ou inférieure). Le principe même me semble être une erreur, parce qu'il suppose que les deux musiques s'écoutent de la même manière. Ce qui m'intéresse plus, c'est de construire une ambition et des expérimentations propres au rock, et pas de calquer les ambitions classiques sur des guitares électriques et des orgues saturés. Je suis bien plus friand des arrangeurs comme George Martin ou Tony Visconti qui réadaptent ce qu'ils ont retenu de Bach, Mozart ou Schubert dans un contexte pop.

Et donc l'art rock (notamment krautrock, post-punk et autres groupes qui en sont nés comme Sonic Youth ou Einstürzende Neubauten) s'intéresse effectivement beaucoup moins à la musique écrite, parce qu'il développe, à mon sens, un langage qui est plus propre au rock.

Bien sûr cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des exemples très réussis de synthèse prog, je suis sincèrement fan de Van Der Graaf et surtout King Crimson, qui représente pour moi la quintessence du genre, grâce à un Robert Fripp talentueux, curieux et intelligent. Je ne tiens pas à caricaturer, il y a des groupes formidables qui ont réussi à créer une nouvelle musique. Mais finalement je ne les trouve pas si nombreux, peut-être vais-je en découvrir avec le livre de Leroy (je l'espère !). Là où je suis injuste, c'est que je compare un genre - le rock progressif - avec un ensemble de genres qui partagent des visions communes - krautrock, post-punk, etc -. Mais dans la mesure où je pense quand même ce que j'ai écrit en ne comparant que rock progressif et krautrock par exemple, je me permets.

Par contre dites donc, je vais passer pour un type qui n'écoute que du krautrock et du post-punk bientôt. Alors que j'ai grandi - et écoute toujours avec la même ferveur ! - avec Beck, Radiohead, Blur ou Portishead ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://huntingbears.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Rock) Le rock progressif des années 70   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Rock) Le rock progressif des années 70
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» rock alternatif (modern rock) (mainstream rock)
» (Rock) Le rock progressif des années 70
» Sonic Youth (indé,Noise rock etc.-USA)
» Elvis & early rock\'n\'roll
» Les cartes du rock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Autres musiques :: Autres styles-
Sauter vers: