Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Sophia Preobrazhenskaya

Aller en bas 
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 9:32

Bon, puisque grâce à WoO je suis retombé en pleine admiration de Preobrazhenskaya, je me permet de vous la présenter en mettant ici un petit texte que j'avais écrit il y a à peu près un an... suite à l'écoute de 4 CD de cette mezzo russe...



Sophia Petrovna Preobrazhenskaya : 1904-1966

Son nom est clairement attaché à la ville de Leningrad, où elle est née et passa la quasi-totalité de sa carrière.
Elle naît dans une famille composée principalement de musiciens et de religieux. Son père, diplômé du conservatoire de Saint Petersbourg en tant que compositeur, était un chanteur d'église, mais aussi un talentueux violoncelliste, violoniste et pianiste. Sa mère chanta dans sa jeunesse dans le fameux chœur d'Alexander Archangelsky et son oncle chanta régulièrement les premiers rôles de ténors dramatique et héroïque sur la scène du Bolshoï. La sœur de Sophia, Maria était accompagnatrice au Mariinsky. Sophia baigna donc toute petite dans une atmosphère où la musique était reine!
A l'âge de 11 ans, elle entre pour la première fois dans le Mariinsky et elle fût, selon ses propres mots, "empoisonnée par l'opéra". A l'âge de 14 ans, elle connaissait et pouvait chanter nombre d'opéras, pour tous les personnages, du début à la fin! Elle fut particulièrement marquée par Chaliapin par exemple : sa voix et ses interprétations la marquèrent!
Ivan Yershov fut son mentor dans ses années de formations, années qui ne servirent que moyennement à former sa voix, étant donné qu'elle était naturellement posée. Il lui appris à être aussi une actrice qui chante! Elle avait donc tout pour elle : une très bonne oreille musicale, une bonne mémoire et une voix naturellement belle, possédant une étendue plus grande que deux octaves, avec un timbre continu, sans rupture.
Durant cette période, elle se maria aussi et eu déjà deux enfants.
Elle fit ses débuts sur scène à Saint Petersbourg, dans le rôle d'Amnéris le 20 janvier 1928. Elle arriva, Sana avoir peu faire de répétition avec orchestre, n'ayant fait que répéter le rôle avec le chef au piano, Ivan Yershov : "Quelques phrases de la future Amneris étaient suffisantes pour moi pour réaliser le phénomène vocal qui se trouvant devant moi. J'étais frappé par l'étrange, unique et pénétrante beauté de la voix, sa puissance et son élasticité, son souffle, son intonation et son rythme parfait." Ces débuts furent un immense succès. Elle gagna une indiscutable reconnaissance du public et des critiques, tout aussi bien que de ces collègues. Elle obtint donc la place de première mezzo-soprano du Marrinsky.
C'est aussi en 1928 qu'avec la troupe des jeunes du Conservatoire Opera Studio, elle alla participer au Festival de Salzbourg. Les témoins de l'époque rapportent : "L'attention du cercle des musiciens était concentrée principalement sur Preobrazhenskaya qui chantait le rôle de Kashtcheevna de Kashtchey the Immortal de Rimsky, mais aussi des concerts. Une nuée d'impresarios courraient après elle pour lui offrir des contrats splendides. Elle, malgré cela, sortant tout juste du Conservatoire et ayant été acceptée à l'Academy Opera House, refusa poliment les offres. En fait, dans son journal, elle écrivait : Je resterais pour toujours dan ce théâtre. Et elle tiendra parole."
Quelques mois après ces débuts triomphants, elle aborde quatre autres rôles : Marfa de Khovanshchina, Pauline de La Dame de Pique, Urbain des Huguenots et Octavian du Chevalier à la Rose
Parmi les autres rôles importants qu'elle chanta dans ce théâtre, on peut noter Azucena, Fricka du Rheingold, Waltraute dans Götterdämmerung,... Mais il y a aussi bien sûr le Comtesse de la Dame de Pique, ainsi que La Pucelle d'Orléans, Marfa de Khovanshchina, Marina de Boris Godounov, Lioubacha de La Fiancée du Tsar, Kontchakovna du Prince Igor, Dalila de Samson et Dalila
C'est après la guerre qu'elle aborda le rôle de ses rêves : Jeanne dans La Pucelle d'Orléans. Dans ce rôle, elle trouve un juste personnage à la hauteur de son tempérament scénique et vocal!
De 1947 et 1953, elle partage son temps entre le Théâtre et l'enseignement au Conservatoire de Leningrad.
Après avoir célébré ses 30 ans de carrière, elle se retira de la scène du théâtre, mais continua à chanter dans des concerts après avoir abordé 37 rôles parmi les plus marquants des les répertoires russes et occidentaux.
Elle participa aussi à de nombreuses créations soviétiques. Pour elle, ces créations devaient avoir un souffle héroïque, et elle publia en 1937 un article dans le Worker and Theatre : "Le Style Héroïque dans l'Opéra". Elle faisait appel dans cet article aux compositeurs russes pour qu'ils s'imprègnent des compositions de leurs aînés.

Elle conserva toujours un regard critique sur ce qu'elle pouvait faire et ne pas faire, que ce soit du point de vue vocal, mais aussi scénique. Son apparence n'était pas banale, avec sa figure impressionnante, austère, presque masculine et elle choisit son répertoire en fonction de cela, préférant les figures tragiques, héroïque ou pleines de vie. Une chose montrant bien son soucie d'exactitude est le fait qu'elle ne chanta jamais Carmen sur scène, rôle en or pour une mezzo.
Son approche des concerts était la même. Elle cherchait toujours à changer ses programmes de concerts. Du coup, chacune de ses apparitions était un événement de très grande importance qui marquait fortement les auditeurs. Ils se souviendront longtemps de ses participations dans les Requiem de Mozart et Verdi, dans les Passions de Bach, les Oratorios de Händel, ma Messa Solemnis de Beethoven, le rôle d'Orfeo dans l'œuvre de Monteverdi… Elle était toujours très attendue lors des concerts vocaux et symphoniques, sous la direction de chefs tels que Albert Coates, Oscar Fried, Otto Klemperer, Ernest Ansermet, Fritz Stiedry, Nikolay Golovanov, Evgeny Mravinsky, Kurt Sanderling ou Alexander Gauk.

Comme beaucoup de chanteurs russes, Preobrazhenskaya aimait particulièrement les chansons et les romances russes. Sa façon d'appliquer son style, ses sentiments et son sens artistique à ces morceaux rendait fascinantes ces pages et à ce titre, ces mélodies prenaient une grande place dans son répertoire.

Très régulièrement, Preobrazhenskaya chantait ces mélodies durant les 900 jours du siège de Leningrad, donnant plus de 1500 concerts partout dans la ville, que ce soit dans des centres de mobilisation ou des hôpitaux. Elle chantait, accompagnée d'une guitare, ces mélodies magnifiques, et cela quel que soit le temps ou l'endroit. C'est en partie pour cette raison que ses concitoyens, mais aussi des étrangers, l'appellent La Voix Chantante de Leningrad. Elle reçut différentes décorations, comme celles de Mère de la Patrie, l'Ordre de l'Etoile Rouge, la médaille Pour la défense de Leningrad, ainsi que Pour le Vaillant participant à la grande guerre patriotique, et puis aussi celle de l'Exemplaire Travailleur pour la Santé Publique en tant que donneuse de sang dans l'un des hôpitaux de la ville.
Elle participa aussi à la représentation de La Dame de Pique lors de la libération de la ville. Galina Vishnevskaya se souvient de ce moment :
"Le blocus n'était pas encor entièrement levé, mais les habitants de Leningrad, souffrant encore d'une terrible famine et des rigueurs de cet affreux hiver, ne s'en précipitèrent pas moins à l'opéra. Emmitouflés dans leurs manteaux et bonnets de fourrure, ils écoutèrent religieusement la splendide œuvre de Tchaïkovsky. Et les chanteurs n'étaient pas moins héroïques que leur public. Leurs noms se sont gravés pour la vie dans ma mémoire. Sorotchinski chantait Hermann, Kouznetsova interprétait Lisa, Préobrajenskaïa la comtesse, Merjanova Paule et Skopa-Rodionova Prilépa. Je revois encore cet Hermann émacié; Lisa, maigre, bleue, squelettique, ses épaules nues couvertes d'une épaisse couche de poudre blanche; et la grande Sofia Préobrajenskaïa dans le plein épanouissement de son talent.
Lorsqu'ils chantaient, on voyait de la buée devant leur bouche, tant l'air était froid."
Galina, chez Fayard, autobiographie de Galina Vishnevskaya

Le chant de Preobrazhenskaya dans le domaine des concerts est à mettre en parallèle de sa façon d'avoir construit sa carrière opératique : beaucoup de rigueur.
Les plus grands chefs qui donnèrent des concerts avec elle furent marqués par son "exceptionnel talent musical" (Otto Klemperer), la considérant comme "un phénomène dans le milieu artistique" (Albert Coates), "la meilleure voix d'Europe" (Fritz Stiedry) et considéraient qu'apparaître au côté d'une si grande artiste était un honneur.
Preobrazhenskaya n'aimait pas participer à des concerts où on pouvait trouver deux ou trois très grands succès, afin de remporter un triomphe. Elle voulait toujours faire très attention à ses choix et les sujets de ce qu'elle chantait, aimant notamment chanter les œuvres des grands compositeurs comme Monteverdi, Purcell, Händel ou Bach, emmenant l'auditeur dans son univers, présentant des trésors de la culture musicale.
En plus de l'aspect purement musical, il y avait aussi l'aspect religieux. En ces temps où l'église et les actes de foi étaient proscrits, chanter des œuvres sacrées étaient le seul moment ou la religiosité de Preobrazhenskaya pouvait de révéler. Pour elle, la religion était très importante et ainsi, elle pouvait parler à son Dieu.

Preobrazhenskaya était donc une artiste hors du commun, particulièrement rigoureuse, ne donnant jamais dans la facilité. Elle avait reçu beaucoup de dons et une éducation musicale hors du commun. Mais elle fit tout pour améliorer sa façon de chanter; pour donner vie à des personnages et à des mélodies, pour placer son art du chant le plus haut possible.
Pour elle, chanter était une façon de vivre, comme le montre son attitude lors du siège de Leningrad.

Ses incarnations de Marfa, de Jeanne ou de la Comtesse sont rentrées dans l'histoire et sont les témoignages d'une chanteuse d'exception. Heureusement que l'on peut les écouter encore de nos jours.

Parmi les autres témoignages vocaux, on trouve les 4 CD

Sophia Preobrazhenskaya 34393
Georg Friedrich Handel (1685-1759)
1. Aria “Dignare”du “Dettinden Te Deum”

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
2. Aria “Wie furchtsam wankten meine Schritte” Cantate BWV33
3. Aria “Widerstehe doch der Sunde” Cantate BWV54
4. Aria “Komm, suber Tod, komm, sel’ge Ruh!”, BWV478
5. Aria “Es ist nun aus mit meinem Leben”, BWV457
6. Aria “Ich will doch wohl Rosen brechen” Cantate BWV86

Georg Friedrich Handel (1685-1759)
7. Aria Ruggiero extrait de “Alcina”
8. Recitatif et Aria d'Almirena extrait de “Rinaldo”
9. Recitatif et aria de Serse 'Ombra mai fu" extrait de “Serse”
10. Aria de Tolomeo extrait de “Tolomeo”
11. Recitatif et aria de l'oratorio “L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato”

Henry Purcell (1659-1695)
12. Recitatif et aria Dido extrait de “Dido and Aeneas”

Dans le premier volume, on trouve Preobrazhenskaya dans les compositeurs anciens qu'elle adorait, et dans le domaine religieux qui lui plaisait à chanter lors de ses concerts. Dans ses Händel, on trouve d'une part un extrait du Te Deum et de l'autre des ais d'opéras ou d'oratorio. Les vocalises ne sont pas son point fort, mais on trouve une telle noblesse, un tel ton dramatique dans ces pages que l'on ne peut qu'être ébloui. Dans Bach, elle est royale dans ces cantates, donnant libre court à sa passion et à sa religion. Enfin, l'air de Didon de Purcell est un model de tenue royale et de grande tragédienne.
J'ai écouté il y a peu Ferrier dans ce répertoire… et j'y trouve beaucoup de points communs… Un timbre somptueux, une interprétation d'une très haute tenue et pleine de noblesse, et dans les deux cas une artiste de génie!


Sophia Preobrazhenskaya 37773
1. Alexander Varlamov. Do you Sigh? (Golovatchev)
2. Ottone Duetsch. I Won"t Tell Anybody (Koltsov)
3. Alexander Gurilyov. Heart-Toy (Guber)
4. Alexei Verstovsky, The Old Husband (Pushkin)
5. Alexander Dargomyzhsky. We Parted Proudly (Kurochkin)
6. I"m in Love, Beautiful Maiden (Yasikov)
7. I Still Love Him (Zhadovskaya)
8. An Eastern Romance (Pushkin)
9. Modest Mussorgsky. Why, Tell Me, Girl of my Heart (verses by the anonymous author)
10. Peter Tchaikovsky. Or Mother Gave Birth to Me (Mickiewicz, Russian text by Mei), Op.27 No.5
11. You Don"t Like Me (E.R.), Op.63 No.3
12. Night (Rathaus), Op.73 No.2
13. Only You Alone (Christen, Russian text by Pleshcheyev), Op.57 No.6
14. Mad Nights (Apukhtin), Op.60 No.6
15. To Forget so Soon (Apukhtin) (1870)
16. The Lights Have Gone Out in the Rooms (E.R.), Op.63 No.5
17. Nikolai Rimsky-Korsakov. You"re Enchanted by a Rose, Nightingale (Koltsov), Op.2 No.2
18. Not the Wind, Blowing from on High (Tolstoy), Op.43 No.2 "
19. The Flying Ridge of Clouds is Thinning (Pushkin), Op.42 No.3
20. Mikhail Ippolitiv-lvanov. What a Quiet Night (Soloviyov)
21. Sergei Rachmaninov. In the Silence of a Night of Mystery (Phet), Op.4 No.3
22. Oh No, I Beg You, Don"t Go (Merezhkovsky), Op.4 No.1
23. I"m Waiting for You (Davidova), Op.14 No.1
24. Edward Grieg. The Heart of a Poet (Andersen, Russian text by Yefremenkov), Op.5 No.2
25. Ludwig van Beethoven. My Faithful Johnny (arrangement of Scottish song)
26. Dearest of All was Jimmy (arrangement of Scottish song)



Sophia Preobrazhenskaya 36959

Alexander Varlamov
1. I Pity You (Anonymous)
2. Do You Sigh? (G. Golovachev)
3. Don"t Scold Me, My Dear (A. Rasorenov)

Alexander Gurilyov
4. Fortune Telling (A. A.)
5. Guess, My Dear (Anonymous)
6. I Remember a Glance (Anonymous)

7. Pyotr Bulakhov. Your Silken Curls (Anonymous)
8. Alexander Dyubiuk. Many Fine Fellows (Anonymous)
9. Alexander Dargomyzhsky. Without Mind, Without Reason (A. Koltsov)
10. Modest Mussorgsky. Jewish Song (L. Mei)
11. Alexander Borodin. In People"s Homes (N. Nekrasov)
12. Modest Mussorgsky. Why, Tell Me, Girl of my Heart (verses by the anonymous author)
13. Alexander Glazunov. Eastern Romance (A. Pushkin)

Nikolai Rimsky-Korsakov
14. The West Sinks in the Pale Pink Distance (A. Tolstoy), Op. 39, No. 2
15. Not the Wind, Blowing from on High (A. Tolstoy), Op.43 No.2
16. Oh, If You Could (A. Tolstoy), Op. 39, No. 1
17. Of What in the Quiet of Nights (A. Maikov), Op. 40, No. 3

Pyotr Tchaikovsky
18. The Lights Have Gone Out in the Rooms (K. R.), Op. 63 No.5
19. So What? (Anonymous), Op. 16, No. 5
20. At First I Didn"t Love You (K. R.), Op. 63, No. 1

21. Mikhail Ippolitov-lvanov. What a Quiet Night (V. Soloviyov)
22. Boris Sheremetev. I Loved You Once (A. Pushkin)


Dans les deux volumes suivants, on a un mélange de diverses mélodies russes. On passe de mélodies de Rachmaninov, Tchaikovsky ou Dargomyzhsky, mais aussi de compositeurs plus rares et plus récents. Dans tous les cas, on a l'attention à la mélodie, la vie apportée à chaque mot, et la grande interprète. A ces mélodies russes s'ajoutent des mélodies de Grieg et Beethoven, elles aussi royalement rendues.


Sophia Preobrazhenskaya 36901

Giuseppe VERDI. "Don Carlos"
1. Air d'Eboli "O don fatale"

Camille SAINT-SAENS. "Samson et Dalila"
2. Air de Dalila "Samson, recherchant ma presence"
3. Air de Dalila "Mon coeur s"ouvre a ta voix"

Giuseppe VERDI. "Aida"
4. Scène et duo Amnéris/Aïda "Fu la sorte dell"armi"

Giuseppe VERDI. "II Trovatore"
5. Chant d'Azucena "Stride la vampa!"
6. Scène de la prison : duo Azucena/Manrico puis trio avec Leonora

Nikolai RIMSKY-KORSAKOV. "The Snow-Maiden"
7. Troisième chanson de Lell

Nikolai RIMSKY-KORSAKOV. "Sadko"
8. Lamentation de Luybava

Pyotr TCHAIKOVSKY. "Maseppa"
9. Duo Maria/Lyubov

Modest MUSSORGSKY. "Khovanshchina"
10. Scène de divination de Marfa
11. Chanson de Marfa

Pyotr TCHAIKOVSKY. "The Queen of Spades"
12. Chanson de la Comtesse "Je crains de lui parler la nuit"


Et enfin, le quatrième, consacré à l'opéra. Je ne la connaissais que dans le répertoire russe… et bien dans le répertoire occidental, elle est au même niveau d'investissement que dans l'opéra russe. Son Eboli est incendiaire, royale et poignante, nous offrant un "O don fatale" magnifique. Dalila est un rôle en or pour elle, faisant briller son timbre magique sur les longues phrases. Ses deux airs, montrent les deux facettes de la femme… Revendiquant son pouvoir dans le premier, descendant avec facilité dans des graves de toute beauté, et d'une intensité et d'une autorité splendide. Dans le deuxième air, elle se fait douce, aimable, sensuelle… Si elle n'a pas le timbre d'une jeune fille sensuelle, elle arrondit sa voix, lui donnant une rondeur qui ne peut que faire fondre tout Samson!
Par la suite, la scène entre Aïda et Amnéris… le rôle des débuts de Sophya nous la montre dans toute sa splendeur! Autorité souveraine et port royal… elle donne tout à cette Amnéris, sa personnalité se fond totalement avec cette princesse, qui ne devient pas une harpie, mais une femme qui fait tout pour obtenir ce qui lui ait dû. L'Aïda qui l'accompagne est très correcte.
Ensuite, on trouve Azucena, autre grand rôle… Son Stride la Vampa sonne étrangement au début à cause de la langue, mais on est encore dans un rôle superbement campé, et ce aussi dans le duo et le trio de la prison.
Les airs russes qui suivent sont tout aussi beaux. La chanson de Lel de Snegourochka nous la montre joyeuse et enlevée…
Par la suite, la lamentation de Lyubava de Sadko est une vraie splendeur… On est loin devant ce qu'on peut entendre dans l'enregistrement où figure Nelepp par exemple… le timbre, la personnalité, cette tristesse… le tout avec sa voix longue et souple.
Le duo de Maria et Lyubov de Mazeppa est encore une fois incarnée avec panache, la voix glorieuse… et une Maria tout à fait à la hauteur!
Puis, on revient à Marfa… La scène d'invocation de 1960 est un petit peu tardive en comparaison avec son enregistrement intégral de 1946. L'incarnation est toujours aussi phénoménale, d'une dimension prophétique qui sublime les petites teintes sombres que l'on trouve dans le timbre et les aigus qui peuvent se trouver un peu durcis… par contre, la chanson de Marfa de 1937 un vrai bonheur… la voix est d'une beauté pas possible et cette chanson est comme murmurée, pleine de nostalgie, avec des graves plus légers que lors de l'intégrale de 46…
Enfin, un rôle magistral… l'air de la Comtesse… cette grande figure est à la dimension de la grande artiste. Pleine de noblesse et d'un charme quelque peut sur-année, elle nous chantonne la chanson comme dans un rêve et dans un français impeccable… Cet air est comme un adieu de la grande Sophya…

On va peut-être me dire que je suis en admiration béate, et c'est un peu vrai, mais toujours est-il que ces quatre disques montrent le très large répertoire de cette mezzo qui n'aura jamais percé en occident et que l'on ne peut entendre facilement que dans 3 rôles russes : Marfa, Jeanne et la Comtesse… Mais la résumer à ce répertoire et à ces trois rôles est très réducteur. Elle s'impose à l'écoute de ces disques comme une mezzo très complète, que ce soit dans les airs religieux ou les mélodies, ou encore dans le répertoire occidental.


Au niveau intégrales, on peut trouver

Sophia Preobrazhenskaya 41581

Sophia Preobrazhenskaya 4607053329889

Sophia Preobrazhenskaya Mussorgsky_Khovanshchina_811112426

Et aussi une Dame de Pique en film, avec la voix de Preobrazhenskaya en Comtesse...



Voilà! Et j'ai d'autres photos, mais je ne retrouve plus les liens...

Mais si vous voulez, on doit trouver quelques petites choses sur le Tube habituel... le tout est d'essayer les bonnes orthographes :
preobrazhenskaya
preobrajenskaya
...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 11:27

Merci pour ce superbe post qui remet sous les projecteurs une personnalité sans doute trop méconnue aujourd'hui. thumleft

En ce qui me concerne j'attends d'écouter son Orleanskaya Deva pour juger sur pièce mais tous les commentaires que j'ai pu lire jusqu'à présent vont tous dans le même sens : magnifique ! Cool

Ton message est d'autant plus intéressant que cette version de l'Orestie est absente de la base de donnée Operaclass qui ne recense qu'un enregistrement (1978). De quand date cet enregistrement ? Est-ce une intégrale ou seulement un disque d'extraits ?

Sinon elle avait vraiment un physique très particulier... La pochette du volume 3 est très réussie néanmoins : on dirait un Tamara de Lempicka Smile

+ On pourrait peut-être aussi se livrer dans le fil Tchaïkovsky à un comparatif des meilleures Comtesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 11:59

Oui, un physique particulier...

Pour l'Orestie, il me semble que c'est une intégrale, mais je ne connais pas du tout... donc je ne peux pas trop t'en dire plus. C'est sur deux CD, un peu plus de 2 heures...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 11:59

Et pour la meilleure Comtesse... je dois dire que pour moi, c'est plié d'avance tellement elle est marquante Preobrazhenskaya! hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Rubato
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9091
Date d'inscription : 21/01/2007

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 12:36

Je viens de comprendre le lien avec ton avatar! Very Happy

Très beau sujet effectivement et très documenté! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucas
Néophyte


Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 19/10/2006

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 28 Jan 2010 - 20:06

Cela fait vraiment plaisir de voir un internaute vraiment passionné par l'opéra russe ! Cela fait longtemps que j'ai envie d'acheter la pucelle d'Orléans. Comment se procurer les versions Arkhipova (en studio) et Preobrazhenskaya...quand on ne parle pas le russe (le site russiandvd bascule toujours en russe). De surcroit, l'oeuvre vaut elle vraiment le coup?

Merci pour votre réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pison Futé
patate power
Pison Futé

Nombre de messages : 27496
Age : 28
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyVen 29 Jan 2010 - 22:16

Il va vraiment falloir que j'écoute cette dame plus attentivement (qui a un nom... d'ailleurs, interminable !) !

Les quelques extraits présents sur tontube montrent une chanteuse dotée d'un très bel organe vocal. Dommage que le son crépite et soit quelque peu voilé, cela empêche de pleinement profiter de la voix. Néanmoins, c'est tout-à-fait écoutable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
atomlegend
Roi de la bourde
atomlegend

Nombre de messages : 9156
Age : 52
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 27/11/2007

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 14 Avr 2011 - 12:34

Sophia Preobrazhenskaya 34393

Je serais curieux de l'entendre ici cette dame. Mais elle chante vraiment en russe ?
Si oui, ça endurcit pas un peu le caractère des œuvres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 14 Avr 2011 - 12:51

Oui, c'est vraiment en russe Mr.Red Je suis en train d'écouter... certaines accompagnées au piano, d'autres à l'orgue...

Endurcir? Pas vraiment... enfin je ne trouve pas. Et puis la voix est tellement prenante que de toute façon... je suis conquis!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyDim 25 Mar 2012 - 19:59

Bon, devant le regain d'intérêt pour son physique... qu'au moins la voix ne soit pas inconnue...

Au moins, l'air de la Dame de Pique s'impose tellement il est définitif à mes oreilles...

Quelques extraits disponibles dans l'ordre d'intérêt à mon avis pour cerner l'artiste :
Tchaikovsky : La Dame de Pique, air de la Comtesse -> /watch?v=Nr5HJ6tDBkw
Tchaïkovsky : La Pucelle d'Orléans, air de Jeanne -> /watch?v=f_JGlfK_Izk
Moussorgsky : La Khovanshchina, Vision de Marfa - /watch?v=fj_4WRX7C6M

Rimsky-Korsakov : Il n'y a pas de vent -> /watch?v=1ECEjfQKs34
Moussorgsky : Chant Hébreux -> /watch?v=uLxcKavlFF8
Verdi : Le Trouvère, air d'Azucena -> /watch?v=J0ZHJgyC784
Saint-Saëns : Samson et Dalila, deuxième air de Dalila -> /watch?v=zsDS2IiABQg
Haendel : Alcina, air de Ruggiero -> /watch?v=0v5J9UDmJI8

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 26 Mar 2012 - 15:25

Pom pom pom... Mr.Red

Une petite description subjective de la voix et Preobrazhenskaya...
Découverte en Marfa de Khovanshchina, j'ai tout de suite été happé, comme hypnotisé par cette voix. Attirante par certains côté avec cette façon de se déployer sur les mélodies envoutantes ou de faire sonner un métal glaçant, les variations d'intonation de caractères sont toutes contenues dans cet organe magnifique. Magnifique... ou plus hypnotique puisque on aura entendu timbre plus rond et chaud ou chanteuse plus sensuelle. Mais ce qui fait l'intérêt de cette chanteuse, c'est presque toujours l'interprétation. Si certains personnages lui collent à la voix (comme ses trois grands rôles russes immortalisés par le disque, que sont Marfa, La Comtesse et Jeanne d'Arc), d'autres lui sont moins immédiats.
En effet, comment imaginer Dalila avec ce timbre un peu voilé? Tout simplement en nuançant à l'envie, en donnant vie au personnage par un soin du texte et des nuances rare. Et c'est ce que montre le récital d'airs d'opéras : une artiste immensément musicienne, qui propose une personnification des rôles rare. Elle se détache totalement des autres dans le même répertoire. Ainsi, Arkhipova est superbe en Jeanne ou Marfa... mais elle ne possède pas ce magnétisme et cette conviction de notre mezzo russe.

Vous le comprendrez, Preobrazhenskaya est une chanteuse non pas à voix, mais une chanteuse musicienne et intelligente. Par forcément mieux dotée que certaines de ses "rivales" (par exemple, largement moins bien dotée que Obraztsova), elle s'impose par une technique très assurée, une voix homogène d'un bout à l'autre et un talent d'interprète inégalé pour moi. Et je dirais même que c'est cette "non-opulence" qui ajoute encore aux portraits qu'elle donne. Jamais ogresse ou nourrice, elle donne toujours un sentiment de noblesse et de dignité en composant ses personnages et se hisse ainsi au rang des grandes figures du chant.

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 26 Mar 2012 - 15:34

Si c'est pas de l'amour, ça… Je finis d'écouter mon Cd et je vais à sa découverte hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 26 Mar 2012 - 16:38

Elle a une voix chaude et profonde, ça remue. Toutefois, j'avoue que hormis La dame de pique et le Trouvère, je ne suis pas du tout adepte des œuvres chantées, j'ai donc dû passer à côté de l'essentiel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 26 Mar 2012 - 17:20

cheers

Sa Comtesse est tellement immense! drunken

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyJeu 8 Aoû 2013 - 17:01

La grande Preobrazhenskaya dans le rôle de Jeanne, dans La Pucelle d'Orléans :
Sophia Preobrazhenskaya 2897

Rien qu'à voir l'image, j'ai envie d'écouter l'enregistrement!!bounce bounce bounce bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyMar 19 Aoû 2014 - 13:28

Un an après, je viens de faire une comparaison des Jeanne entre Preobrazhenskaya et Arkhipova... et malgré toutes les qualité de cette dernière, Sophia Preobrazhenskaya est quand même d'un autre monde : noblesse, émotion, délicatesse, nuances... tout est là!

Non mais franchement... ça faisait un an qu'il n'y avait pas eu de message, c'est pas normal tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 11 Mai 2015 - 17:38

Quelques photos trouvées sur le site de Mariinsky :

Sophia Preobrazhenskaya 07

Et avec sa fille :
Sophia Preobrazhenskaya 10

C'est ici :
http://www.mariinsky.ru/en/about/ww2/1943

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20110
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya EmptyLun 11 Mai 2015 - 17:52

Et encore plus intéressant, un site lui ait dédié!! Very Happy Very Happy

http://preobrazhenskaya.com/

Bon, tout est en russe, mais énormément de photos, quelques vidéos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Contenu sponsorisé




Sophia Preobrazhenskaya Empty
MessageSujet: Re: Sophia Preobrazhenskaya   Sophia Preobrazhenskaya Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sophia Preobrazhenskaya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hadopi
» Mélanie Dambermont
» 4 Juillet 2007 : Sophia (Bulgarie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: