Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Luigi Nono (1924-1990)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17177
Date d'inscription : 25/11/2012

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyJeu 11 Avr 2019 - 22:03

C’est avec beaucoup d’appréhension que je me suis jetée sur La lontananza nostagica utopica futura (pour violon et bandes magnétiques, 1988) et “Hay que caminar” soñando (pour deux violons, 1989). Mes craintes étaient fondées. Autant le second je sens un potentiel : en persévérant (reste à savoir si je persévèrerai) il est possible que je puisse en saisir suffisamment les mystères pour que ça me plaise ; mais le premier, qu’est-ce que c’est pénible ! J’ai pas pu aller au bout... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8735
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyVen 12 Avr 2019 - 23:30

lulu a écrit:
Par contre là je viens de voir que l’œuvre a été jouée à Leningrad en 1988 (donc avant Gielen et toute exécution européenne), dirigée par Jansug Khakhidze. Shocked
Moi qui n’avait pas osé dire qu’au début de l’œuvre j’ai instantanément pensé à la musique de Terterian... Terterian sans la continuité...
Ah oui, tiens, je n'y avais jamais pensé (il faut dire que je n'ai de la musique de Terterian qu'une connaissance bien plus superficielle et bien plus récente que de celle de Nono - et en particulier de No hay caminos, hay que caminar... Andrei Tarkovskij), mais maintenant que tu le dis, ça me semble presque évident (surtout avec les 4ᵉ et 5ᵉ Symphonies, pour ce que je connais.)

lulu a écrit:
C’est avec beaucoup d’appréhension que je me suis jetée sur La lontananza nostagica utopica futura (pour violon et bandes magnétiques, 1988) et “Hay que caminar” soñando (pour deux violons, 1989).
Je dois dire que je redoute pour ma part de les réécouter... J'ai le disque DG de Kremer et Grindenko - acheté à sa sortie, juste après la mort de Nono, écouté une fois et... bon, j'avais mis ça sur le compte de mon peu de goût pour le crincrin, mais apparemment il n'y a pas que ça. Depuis, je n'ai écouté qu'une fois “Hay que caminar” soñando: en concert, avec les deux violonistes qui se déplaçaient dans la salle; ça m'avait alors paru moins pénible que dans mon souvenir au disque - le problème, c'est que, coincé entre les deux autres Caminantes (Tarkovskij et Ayacucho - le premier fascinant et hypnotique, le second d'une puissance d'impact incroyable), ça semblait vraiment de peu de substance. (C'était un concert à la Cité de la Musique en 1999, avec Pomàrico et la SWF.)
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 725
Date d'inscription : 03/04/2010

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptySam 13 Avr 2019 - 15:18

lulu a écrit:
C’est avec beaucoup d’appréhension que je me suis jetée sur La lontananza nostagica utopica futura (pour violon et bandes magnétiques, 1988) et “Hay que caminar” soñando (pour deux violons, 1989). Mes craintes étaient fondées. Autant le second je sens un potentiel : en persévérant (reste à savoir si je persévèrerai) il est possible que je puisse en saisir suffisamment les mystères pour que ça me plaise ; mais le premier, qu’est-ce que c’est pénible ! J’ai pas pu aller au bout... Neutral

Je suis tombé amoureux à la première écoute de tous les derniers morceaux de Nono que j’ai jamais entendus! C’est mon rêve de voir un live de Prometeo!

Comme on dit en franglais, pour ces morceaux il faut chillaxer. Go with the flow.

En ce qui concerne le Hay que caminar, j’adore ce vidéo sur YouTube, l’église est parfaite, même le bruit des voitures dehors!

Lien retiré
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83937
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptySam 13 Avr 2019 - 15:19

Je ne sais pas qui a mis ça en ligne, mais ce n'est absolument pas libre de droits, il faut retirer le lien.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8735
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptySam 13 Avr 2019 - 16:51

Mandryka a écrit:
C’est mon rêve de voir un live de Prometeo!
Une de mes plus stupéfiantes expériences de concert. (Ça avait été donné en décembre 2015 à la Philharmonie de Paris.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8735
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 1:59

Suite aux échanges de ces derniers jours, réécouté trois fois ces deux derniers jours:

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Nono_v10
A Carlo Scarpa, architetto, ai suoi infiniti possibili (1984-85) pour orchestre à microintervalles
Michael Gielen / Sinfonieorchester des Südwestfunks
En public, Bischheim, IX.1989
Astrée / Auvidis


C’est un de mes tout premiers disques de musique contemporaine (acheté à sa sortie: j’avais 16 ans, et Nono était toujours en vie), et probablement un de ceux que j’aurais le plus réécoutés - et je trouve cette œuvre toujours aussi belle, toujours aussi bouleversante.

Après ce qu’en a dit lulu l’autre jour:
Citation :
À côté, A Carlo Scarpa (1984) parait isolée dans son emploi de l’orchestre, qui contraste d’ailleurs avec le dénument du résultat. Ça parait presque provocant de faire ça avec un orchestre symphonique. Ici deux notes se voient dissoutes en d’infimes variations microtonales et de timbres pour devenir des espaces sonores incertains et fragmentaires.
je suis en effet frappé par la singularité de A Carlo Scarpa. En effet, c’est d’un dénuement assez radical - et pourtant à l’écoute, ça paraît aussi d’une incroyable richesse: l’espèce de trame de microintervalles tissée par les cordes (tantôt densément grenue, tantôt distendue et comme effilochée) et ces infimes surgissements de timbres très typés (ces unissons de vents dont la sonorité semble comme abrasée, ces percussions éruptives où l’on sent avec intensité la matérialité du bois, de la peau, de l’étoupe...)

Pour reprendre la référence de darkmagus à des équivalents visuels cela me fait penser certaines œuvres d’Arte povera, où l’on croit ne discerner qu’un lambeau de toile de jute déchiré mais dont la contemplation fait surgir du moindre pli, de la moindre tache, du moindre accident de la trame comme une espèce d’épiphanie matérielle où semble se déployer la sensation incertaine et vague, mais vertigineuse et presque tragique, d’un «infini possible»...
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 725
Date d'inscription : 03/04/2010

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 15:28

Benedictus a écrit:
Mandryka a écrit:
C’est mon rêve de voir un live de Prometeo!
Une de mes plus stupéfiantes expériences de concert. (Ça avait été donné en décembre 2015 à la Philharmonie de Paris.)

Ah oui, je m'en souviens, mais je l'ai raté malheureusement. Et après il y avait un autre que j'at raté aussi à Amsterdam.

En fait je préfère les dernières musiques de Nono que ses premières oeuvres.
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 725
Date d'inscription : 03/04/2010

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 15:34

Xavier a écrit:
Je ne sais pas qui a mis ça en ligne, mais ce n'est absolument pas libre de droits, il faut retirer le lien.

Désolé pour ça!
Revenir en haut Aller en bas
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 2571
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 16:39

Benedictus a écrit:
Suite aux échanges de ces derniers jours, réécouté trois fois ces deux derniers jours:
[/url]
A Carlo Scarpa, architetto, ai suoi infiniti possibili (1984-85) pour orchestre à microintervalles
Michael Gielen / Sinfonieorchester des Südwestfunks
En public, Bischheim, IX.1989
Astrée / Auvidis

...
Pour reprendre la référence de darkmagus à des équivalents visuels cela me fait penser certaines œuvres d’Arte povera, où l’on croit ne discerner qu’un lambeau de toile de jute déchiré mais dont la contemplation fait surgir du moindre pli, de la moindre tache, du moindre accident de la trame comme une espèce d’épiphanie matérielle où semble se déployer la sensation incertaine et vague, mais vertigineuse et presque tragique, d’un «infini possible»...

Carlo Scarpa et l'Arte Povera, pas tout à fait évident ... Par contre, le jeu sur les textures, matières, fluidité et accidents, éclats de lumière, certainement. Quels pouvaient être les équivalents visuels de Luigi Nono en composant cet hommage ? Mais je comprends bien que cette composition n'entende pas être descriptive de l'œuvre de Scarpa
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8735
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 17:06

xoph a écrit:
Carlo Scarpa et l'Arte Povera, pas tout à fait évident ... Par contre, le jeu sur les textures, matières, fluidité et accidents, éclats de lumière, certainement. Quels pouvaient être les équivalents visuels de Luigi Nono en composant cet hommage ? Mais je comprends bien que cette composition n'entende pas être descriptive de l'œuvre de Scarpa
Oui, il y a pour moi comme un hiatus entre les tendances géométrisantes et monumentalistes de l'œuvre de Scarpa et le travail musical de Nono.
Revenir en haut Aller en bas
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 2571
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 17:35

C'est pas tout à fait le lieu, mais je qualifierais pas Scarpa comme ça, à t'entendre on penserait plutôt à Giuseppe Terragni (très grand architecte lui aussi) et au rationalisme italien ... Assez loin des objets énigmatiques de Scarpa et du jeu tout en raffinement de son œuvre, définitivement singulière.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8735
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 17:59

Bien sûr: je ne prétendais réduire à ces caractéristiques l'œuvre de Scarpa - je ne parlais que de tendances, et seulement de celles qui, dans son œuvre, semblent étrangères à l'univers sonore de l'hommage de Nono (mais oui, le raffinement des textures, les miroitements d'eau et de lumière, les espaces énigmatiques, qui comptent encore davantage, permettent en revanche de rendre compte de la solidarité entre les deux artistes.)
Revenir en haut Aller en bas
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 2571
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyDim 14 Avr 2019 - 18:12

mains
Revenir en haut Aller en bas
alej
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 07/10/2019

Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 EmptyLun 7 Oct 2019 - 12:52

Comme ce n'est quand même pas très courant, pour info en 2019/2020...

Intolleranza 1960 à Berne, à la Scala et peut-être au festival de Salzbourg

Al gran sole carico d'amore à Bâle et à Mayence

P.S. J'avais d'abord mis les liens mais je n'ai pas le droit Confused Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Luigi Nono (1924-1990)   Luigi Nono (1924-1990) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Luigi Nono (1924-1990)
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» JOURNEY + FOREIGNER Palais des sports Juillet 2011 (+ Nono Krief )
» Joyeux Anniversaire Nono!!!
» Luigi Boccherini
» [ID] [CO] Charvel 375 Deluxe (1990)
» Brendan O'Neill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: