Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Charles-Marie WIDOR (1844-1937)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 10:48

De connivence avec Cololi. Wink


Widor est mal connu. Le public n'a pu l'entendre, faute de legs discographique décent, qu'à travers ses Symphonies pour orgue, et en particulier la Toccata qui clôt la Cinquième Symphonie.





1. Biographie

Widor succède à Lefébure-Wély à la tête des orgues de Saint-Sulpice, poste prestigieux et convoité s'il en est. Au Conservatoire, c'est à César Franck qu'il succède. Et il aura l'occasion d'enseigner la glorieuse jeune école d'orgue française : Louis Vierne, Charles Tournemire plus tard Marcel Dupré, et même quelques autres plus "sérieux" comme Honegger et Milhaud. (Pour l'anecdote, il a aussi été le prof d'Albert Schweitzer...)

La principale curiosité biographique qu'on lui prête est son mariage (dans un cadre intimiste) à 76 ans avec Mathilde de Montesquiou-Fézenzac, qui avait pourtant vu quarante printemps de moins.





2. Organiste et professeur

Widor est considéré comme un point tournant dans la conception organistique. Il vénérait Franck, qu'il considérait comme un aboutissement, en particulier dans le travail de l'improvisation, qu'il poursuivit dans sa classe du Conservatoire.

Il a amplement contribué à tirer l'orgue de son langage avant tout polyphonique pour permettre une gramme de traitements plus variés et virtuoses, en exploitant les possibilités de l'instrument de façon très variée, à la façon d'un orchestre - on voit le pourquoi des titres de Symphonie, donc.

Voyez par exemple la Toccata, pas du tout contrapuntique, des traits virtuoses à la main droite (à lorgue, il faut que ce soit très lié, on ne peut pas mettre de la pédale comme au piano ou détacher comme au clavecin), et un accompagnement rythmique occasionnel et entraînant à la main gauche. On comprend bien que la registration est fondamentale ici : il faut que le dessus soit brillant, et que les rythmes 'claquent' de façon plus sombre.
Spoiler:
 
Widor fait aussi partie de ceux qui ont mis en valeur l'importance de ce paramètre, autrement de façon décorative.





3. Compositeur

Contrairement à ce qu'on peut penser, Widor n'est pas majoritairement un compositeur d'orgue. Outre ses dix symphonies, il a assez peu composé pour l'instrument, ou du moins peu publié (et énormément improvisé).

Il a en revanche composé dans absolument tous les genres, piano (un ou deux), musique de chambre, mélodies, musique orchestrale, musique vocale sacrée... et même opéra.

Le disque n'en laisse à peu près rien paraître, tout juste trouve-t-on dans quelques couplages un peu de musique de chambre (couplé avec du Pierné, par exemple).

Son langage est vraiment séduisant, parce qu'il a à la fois quelque chose de la richesse de ses successeurs (on peut ranger Vierne, Tournemire, et même le Chausson et le Pierné chambristes dans une esthétique proche), et quelque chose de plus naïf et direct. Il faut dire qu'il a très peu composé après 1900 (et rien au delà de 1924, je crois).



Extrait de la Première Symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mehdi Okr
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1703
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 11:09

Joli sujet et il est étonnant qu'il n'ait pas été proposé plus tôt.
Effectivement, le cas de Widor est assez curieux dont l'éventail de compositions a été totalement occulté par l'orgue, peut-être pas sans raison dans la mesure où ce beau corpus de symphonies pour orgue est exceptionnel et plus innovant que le reste de sa musique, pour ce qu'on en connaît.
Réjouissons-nous cependant puisque Hypérion va sortir les concertos pour piano. J'ai hâte de les entendre.
On trouve effectivement en disque plusieurs pièces de musique de chambre (notamment au moins l'un des deux quintettes avec piano), des mélodies, des oeuvres chorales (notamment la grande messe pour deux choeurs dont un exclusivement de barytons qu'il avait écrite pour les séminaristes de Saint-Sulpice et à la re-création de laquelle j'avais participé jadis sous la direction de Michel Piquemal, dans un choeur de 200 barytons !)
Ce qui me semble manquer cruellement au disque, c'est sa musique de piano, abondante et variée ; à côté de musique de salon d'ailleurs délicieuse dont de nombreuses valses), il y a des oeuvres d'un niveau plus exigeant qui mériteraient bien d'être enregistrées. Peut-être est-ce dans les projets de Laurent Martin ou d'un autre spécialiste des exhumations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 11:49

Je poursuis avec quelques repères dans les oeuvres disponibles au disque. (Pour l'orgue, voir le fil discographique.)


Le Göbel-Trio Berlin, grand ensemble défricheur (qui publie aussi des couplages Onslow / Czerny, par exemple Surprised ) a mis Widor au programme dans deux de ses disques de la fin des années 80 chez Thorofon. Il faut passer outre les sonorités ingrates (piano gros, cordes un peu aigres, fondu moyen), il s'agit des seuls enregistrements disponibles, et pour longtemps !



Couplage avec Bruch et Hiller (!).
Les Quatre Pièces en trio sont quelque chose d'assez étrange, on dirait du Fauré qui imite Schubert. C'est gai, léger, délicieux, un peu bizarre par sa franche naïveté.




Toujours avec Horst Göbel, couplage avec la magnifique Sonate pour violon et piano de Vincent d'Indy.
Et ici, Widor se révèle sous une face certes toujours accessible, mais plus âpre, une sorte de tourment esthétisé qui n'est ni l'emphase codifiée des romantiques, ni la franche dépression "fin de siècle" façon Chausson-Vierne-Magnard-Roussel.
Rien d'ostentatoire dans ce violon, tout y est pure musique.

La Sonate de d'Indy est plus violonistique, très lyrique, et très belle aussi. Un disque indispensable dans une discographie de sonates pour violon et piano, à mon avis. A l'exception de la Sonate de Roussel, je ne vois pas ce qui pourrait atteindre cet intérêt (dépourvu de complaisance) dans le répertoire français pour violon et piano.
Mais il est vrai que peu de choses sont disponibles.




Enfin, la Messe pour deux orgues et deux choeurs, plus trois motets, chez Hyperion, couplé avec des oeuvres similaires de Vierne et Dupré. C'est physiquement impressionnant, une présence terrible. Là aussi, un style peu diffusé, beaucoup moins austère que les oeuvres les plus sophistiquées de Franck ou Chausson, mais très prenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29852
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 11:50

Merci David

Jusqu'à hier soir je ne connaissais pas ce compositeur, et j'avoue que ce final de sa 5° a attiré toute mon attention.
J'ai donc bien envie de découvrir ses "Symphonie pour orgue" ... et pourquoi pas après Franck et Tournemire.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 11:52

Attention pour Tournemire (il y a un fil dessus, d'ailleurs), c'est beaucoup plus austère organistiquement. Autant ses symphonies et sa musique pour piano sont expansives, autant pour orgue, c'est de la polyphonie sur jeux de fond essentiellement, tout se passe dans l'harmonie. C'est magnifique, mais conçu pour accompagner l'office, et tout se ressemble un peu dans cette douceur bienheureuse et complexe.

Pas précisément le même genre de séduction que la Toccata de la Cinquième de Widor. Essaie déjà Widor avec Latry, Kiviniemi ou van Oosten, c'est une très bonne porte d'entrée, et tu y rencontreras beaucoup de mouvements doux qui te prépareront à apprécier ou non Tournemire. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 12:42

Je viens d'ouvrir la partition de la Seconde Sonate pour violon (Op.79, celle du disque Gobel).

Mazette, ça avait l'air sympa à jouer, mais il faut se concentrer pour suivre rien qu'à la lecture, à telle enseigne que je me demande s'il n'y a pas des variantes entre ma partition et mon enregistrement (ce qui est peu probable pourtant Surprised ).

Le piano est tout discret, mais qu'est-ce que ça tricote ; la mélodie du violon est aimable et évidente, mais qu'est-ce que ça module, et qu'est-ce que ça peut changer de tessiture ; la structure paraît simple, mais qu'est-ce qu'il y a comme changements de carrure, comme ruptures !

La bonne musique est-elle celle qui, compliquée, sonne simple, ou celle qui, simple, sonne riche ? Je n'ai pas de religion sur la question, mais en tout cas cette Sonate reste fichtrement belle, et c'est bien la première fois que je trouve ça plus lisible sans partition qu'avec. hehe


L'Adagio central, c'est un peu comme les Goldberg : ça commence très doucement (quoique très tarabiscoté, beaucoup de rythmes décalés, de contrechants, d'indications de jeu)... mais après, les variations. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 15:59

♫ a écrit:
Réjouissons-nous cependant puisque Hypérion va sortir les concertos pour piano. J'ai hâte de les entendre.
.

Merci à David pour ce fil
oui en effet j ai hate aussi d' entendre
J ai pu en avoir une idée avec le premier concerto pour piano fa mineur op 39
fantastique
Un enregistrement allemand Utrech SO Donald Brautigan piano, Hubert Soudant dir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 14 Mar 2010 - 16:19

Et en cherchant dans un coin j' ai retrouvé un CD Charles Munch vol 4 chez LYS 1998
avec la fantaisie pour piano et orchestre de Widor enregistré 1 un après la mort du compositeur Piano Melle HERRENSCHMIDT orchestre de Paris
Il faut que je réécoute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Jeu 18 Mar 2010 - 9:56

Comme beaucoup de mélomanes, j'ai découvert Widor par la lumineuse Toccata de la cinquième symphonie. Ceci étant, mon intérêt s'est limité à cette petite pièce car j'avoue que j'ai été déçu, par la suite, à l'écoute de l'intégrale de cette symphonie, de la n° 6, de la n° 8 et de la symphonie gothique, op. 70.
Mais il est vrai que je ne connais rien de Widor en dehors de l'orgue et je crois que je vais suivre la recommandation de ♫ concernant les parutions annoncées chez Hyperion.
Merci à David pour cette excellente introduction à un musicien injustement oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Jeu 18 Mar 2010 - 17:06

Comment aborder Widor sans parler de son unique pièce pour clarinette ?
Il s'agit de l' introduction et rondo pour clarinette et piano op.72.

Cette pièce est certainement une commande du Conservatoire pour les examens annuels et en présente en tout cas tout cas les apparences : introduction lente pour le démonstration de la qualité du son et de l'expressivité suivie du rondo qui permet la virtuosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 30
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Ven 19 Mar 2010 - 14:53

Hidraot a écrit:
Comment aborder Widor sans parler de son unique pièce pour clarinette ?

Je n'avais pas aimé la jouer... Pas passionnant ni franchement dure d'ailleurs!! Je la ressortirais lorsque j'aurais du temps pour me remettre à mon instrument.
Tu aimes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraot
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12971
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Ven 19 Mar 2010 - 15:43

A écouter, je trouve ça très agréable. A jouer, j'ai toujours préféré faire autre chose que ça ce qui fait fait que je ne l'ai pas encore abordée Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 10:29

Bonjour,

Question idiote : pourquoi parle-t'on de symphonie pour orgue et non pas de concerto pour orgue ? Si au moins on disait symphonie avec orgue, je comprendrais déjà un peu mieux. Bizarre.

Cela semble être souvent (systématiquement ?) le cas (Saint-Saëns, notamment).

Pour revenir plus dans le sujet, je vais voir si je trouve des choses sur son oeuvre pour piano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 10:41

Voila ce que j'ai trouvé sur Wikipédia :

Piano solo

Airs de ballet op. 4 (Hamelle)
Scherzo Brillant op. 5
Sérénade op. 6
La prière op. 7
L'orientale, scherzo op. 8
Caprice op. 9
Sérénade op. 10 (Hamelle)
3 Valses op. 11 (Hamelle)
Impromptu op. 12 (Hamelle)
6 Morceaux de Salon op. 15 (1872, Hamelle)
Prélude, andante et final op. 17
Scènes de Bal op. 20
6 Valses caractéristiques op. 26 (1877, Hamelle)
12 Feuillets d’Album op. 31 (1877, Hamelle)
Conte d'Automne op. 42 no. 1 (1904, Hamelle) (transcription du second mouvement de la Symphonie pour orgue No. 5)
Toccata op. 42 no. 1 (transc. du 5emouvement de la Symphonie pour orgue No. 5) (Hamelle)
Dans les bois op. 44
Romance op. 46
Suite polonaise op. 51 (1885, Hamelle)
Suite op. 58 (1887)
Carnaval op. 61
Suite Écossaise op.78 (1905)
Variations de concert sur un thème original (1867)
La Barque (Fantaisie Italienne) (1877, Durand)
La Corricolo (Fantaisie Italienne) (1877, Durand)
Scherzo-Valse (1878, Durand)
Fileuse (1909)


Deux pianos

Sérénade op. 10 (arrangement de Frène) (Hamelle)
Marche américaine op. 31 no. 11 (1890, Hamelle)
Toccata op. 42 no. 1 (arr. Isidor Philipp) (transcription du 5e mouvement de la Symphonie pour orgue No. 5) (Schirmer)
Fantaisie op. 62 (Durand)
Conte d'Avril op. 64 (Schott)


Ce n'est quand même pas rien ! Reste à savoir ce qui a été gravé sur nos chères petites galettes Confused .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 10:42

Christophe a écrit:
Bonjour,

Question idiote : pourquoi parle-t'on de symphonie pour orgue et non pas de concerto pour orgue ? Si au moins on disait symphonie avec orgue, je comprendrais déjà un peu mieux. Bizarre
C'est parce-que le seulement instrument utilisé dans ces œuvres est l'orgue. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81891
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 10:53

Pour Saint-Saëns c'est une symphonie avec orgue car l'orgue n'est pas soliste, il n'est pas présent tout du long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 10:54

alexandre. a écrit:
Christophe a écrit:
Bonjour,

Question idiote : pourquoi parle-t'on de symphonie pour orgue et non pas de concerto pour orgue ? Si au moins on disait symphonie avec orgue, je comprendrais déjà un peu mieux. Bizarre
C'est parce-que le seulement instrument utilisé dans ces œuvres est l'orgue. Wink

J'ai un peu de mal à comprendre ta phrase scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81891
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:03

Ben les symphonies pour orgue de Widor sont pour orgue seul, il n'y a pas d'orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:03

Christophe a écrit:
alexandre. a écrit:
Christophe a écrit:
Bonjour,

Question idiote : pourquoi parle-t'on de symphonie pour orgue et non pas de concerto pour orgue ? Si au moins on disait symphonie avec orgue, je comprendrais déjà un peu mieux. Bizarre
C'est parce-que le seulement instrument utilisé dans ces œuvres est l'orgue. Wink

J'ai un peu de mal à comprendre ta phrase scratch

Les symphonies de Widor ont été composées pour l'orgue, sans orchestre, ce sont donc des symphonie pour orgue Wink

C'est bizarre les fils des grand de l'orgue Tournemire, Vierne et Widor remontent, ce n'est pas dommage! Very Happy

Edit: j'ai été doublé par Xavier Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:22

Mais une symphonie n'est-elle pas une oeuvre orchestrale ? On peut parler de symphonie quand il n'y a qu'un seul instrument ?
Décidemment petit scarabée, la route de l'apprentissage est encore bien longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:33

Edit : d'autres ont répondu avant moi... tant pis, j'ai fait du tout en un...

Christophe a écrit:
Bonjour,

Question idiote : pourquoi parle-t'on de symphonie pour orgue et non pas de concerto pour orgue ? Si au moins on disait symphonie avec orgue, je comprendrais déjà un peu mieux. Bizarre.

Cela semble être souvent (systématiquement ?) le cas (Saint-Saëns, notamment).

Pour revenir plus dans le sujet, je vais voir si je trouve des choses sur son oeuvre pour piano.
On peut faire plusieurs réponses à ta question très légitime :

1) Un concerto et une symphonie, ce n'est pas la même chose : le concerto met en valeur le soliste. Dans la symphonie de Saint-Saëns, on précise que c'est avec orgue parce que rare et assez prestigieux, mais l'orgue est un instrument important, pas le coeur du propos.

2) Les symphonies pour orgue des compositeurs français comme Widor ou Vierne sont en réalité des pièces pour orgue seul. Pourquoi symphonies ? Parce qu'elles affichent l'ambition (un peu prétentieuse), plus qu'une sonate, de remplacer l'orchestre tout en entier. Le fameux mythe (totalement infondé) de l'orgue qui peut remplacer tous les instruments, tout simplement parce qu'il a plusieurs registres et qu'il fait plus de bruit qu'un orchestre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:42

Et bien merci à vous pour tous ces éclaircissements ... le petit scarabée grandit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 11:59

Christophe a écrit:
Mais une symphonie n'est-elle pas une oeuvre orchestrale ? On peut parler de symphonie quand il n'y a qu'un seul instrument ?
Décidemment petit scarabée, la route de l'apprentissage est encore bien longue.

Tu sais on s'est un peu émancipé des termes depuis Haydn! Et si on considère l'orgue et sa multitude de registres on est presque devant un orchestre. Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 13:20

En tout cas, pour l'instant, je ne trouve rien en CD sur son oeuvre pour piano seul Crying or Very sad
Je vais donc essayer ses symphonies pour orgues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 14:10

Christophe a écrit:
Voila ce que j'ai trouvé sur Wikipédia :

Piano solo

Airs de ballet op. 4 (Hamelle)
Scherzo Brillant op. 5
Sérénade op. 6
La prière op. 7
L'orientale, scherzo op. 8
Caprice op. 9
Sérénade op. 10 (Hamelle)
3 Valses op. 11 (Hamelle)
Impromptu op. 12 (Hamelle)
6 Morceaux de Salon op. 15 (1872, Hamelle)
Prélude, andante et final op. 17
Scènes de Bal op. 20
6 Valses caractéristiques op. 26 (1877, Hamelle)
12 Feuillets d’Album op. 31 (1877, Hamelle)
Conte d'Automne op. 42 no. 1 (1904, Hamelle) (transcription du second mouvement de la Symphonie pour orgue No. 5)
Toccata op. 42 no. 1 (transc. du 5emouvement de la Symphonie pour orgue No. 5) (Hamelle)
Dans les bois op. 44
Romance op. 46
Suite polonaise op. 51 (1885, Hamelle)
Suite op. 58 (1887)
Carnaval op. 61
Suite Écossaise op.78 (1905)
Variations de concert sur un thème original (1867)
La Barque (Fantaisie Italienne) (1877, Durand)
La Corricolo (Fantaisie Italienne) (1877, Durand)
Scherzo-Valse (1878, Durand)
Fileuse (1909)


Deux pianos

Sérénade op. 10 (arrangement de Frène) (Hamelle)
Marche américaine op. 31 no. 11 (1890, Hamelle)
Toccata op. 42 no. 1 (arr. Isidor Philipp) (transcription du 5e mouvement de la Symphonie pour orgue No. 5) (Schirmer)
Fantaisie op. 62 (Durand)
Conte d'Avril op. 64 (Schott)


Ce n'est quand même pas rien ! Reste à savoir ce qui a été gravé sur nos chères petites galettes Confused .

À ma connaissance, quasiment rien, et c'est un peu dommage. En même temps, c'est une voie à explorer pour des pianistes curieux.

DavidLeMarrec a écrit:
Widor a réellement écrit des choses salonnardes ? Je ne vois pas ça dans tout ce que j'ai entendu ou lu de lui. Pour le piano, il faut que je regarde ce que j'ai écouté, mais il me semble que c'était un peu mieux que ça !

Son catalogue ci-dessus montre bien la production salonnarde : pas mal de valses (d'ailleurs souvent très jolies), des "morceaux de salon", etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 16:01

Tu es donc musicien (pianiste ?) pour connaitre ces oeuvres qui ne sont malheureusement pas enregistrées ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 18:42

Christophe a écrit:
Tu es donc musicien (pianiste ?) pour connaitre ces oeuvres qui ne sont malheureusement pas enregistrées ?

Oui, je suis doublure de Monsieur le Marrec quand celui-ci est indisponible. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 21:02

Michel Desrousseaux a écrit:
Son catalogue ci-dessus montre bien la production salonnarde : pas mal de valses (d'ailleurs souvent très jolies), des "morceaux de salon", etc.
Je fais une différence entre la musique de salon et la musique salonnarde, et tu avais bien l'air de prendre la chose dans un sens péjoratif. Après vérification, je n'ai apparemment rien écouté pour lui de piano solo. C'est bien, ça ressemble à quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 21:03

Michel Desrousseaux a écrit:
Christophe a écrit:
Tu es donc musicien (pianiste ?) pour connaitre ces oeuvres qui ne sont malheureusement pas enregistrées ?

Oui, je suis doublure de Monsieur le Marrec quand celui-ci est indisponible. Laughing
Au lieu de raconter des inepties flatteuses, tu ne voudrais pas plutôt nous passer quelques enregistrements de Widor que tu aurais faits ? Même imparfaits, ce serait super intéressant. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1592
Age : 52
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 21:13

DavidLeMarrec a écrit:
Michel Desrousseaux a écrit:
Christophe a écrit:
Tu es donc musicien (pianiste ?) pour connaitre ces oeuvres qui ne sont malheureusement pas enregistrées ?

Oui, je suis doublure de Monsieur le Marrec quand celui-ci est indisponible. Laughing
Au lieu de raconter des inepties flatteuses, tu ne voudrais pas plutôt nous passer quelques enregistrements de Widor que tu aurais faits ? Même imparfaits, ce serait super intéressant. bounce

Oui, c'est vrai, ça ... et même que si c'est bien, on se cotisera pour payer une impression d'une 50aine de CDs réservés exclusivement aux membres de ce forum Idea ... preum's !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 21:29

DavidLeMarrec a écrit:
Je fais une différence entre la musique de salon et la musique salonnarde, et tu avais bien l'air de prendre la chose dans un sens péjoratif. Après vérification, je n'ai apparemment rien écouté pour lui de piano solo. C'est bien, ça ressemble à quoi ?
Je ne suis pas sûr de savoir décrire, mais c'est une musique bien française, élégante et subtile, mais peut-être légère et superficielle, à la croisée des chemins entre des œuvres similaires de Saint-Saëns, Dubois, Castillon ou le jeune Fauré (les Romances par exemple) ... ou Massenet. Je n'entendais pas stigmatiser ici la musique de salon que j'aime pour ce qu'elle est. C'est en tout cas du bon salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 21:34

Michel Desrousseaux a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Je fais une différence entre la musique de salon et la musique salonnarde, et tu avais bien l'air de prendre la chose dans un sens péjoratif. Après vérification, je n'ai apparemment rien écouté pour lui de piano solo. C'est bien, ça ressemble à quoi ?
Je ne suis pas sûr de savoir décrire, mais c'est une musique bien française, élégante et subtile, mais peut-être légère et superficielle, à la croisée des chemins entre des œuvres similaires de Saint-Saëns, Dubois, Castillon ou le jeune Fauré (les Romances par exemple) ... ou Massenet. Je n'entendais pas stigmatiser ici la musique de salon que j'aime pour ce qu'elle est. C'est en tout cas du bon salon.
Merci. Very Happy Harmoniquement, ça bouge assez ? Tu cites des noms que j'aime beaucoup mais qui ne sont pas forcément mobiles dans leurs oeuvres de salon.

On n'attend plus que le disque. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 22:01

DavidLeMarrec a écrit:
Merci. Very Happy Harmoniquement, ça bouge assez ? Tu cites des noms que j'aime beaucoup mais qui ne sont pas forcément mobiles dans leurs oeuvres de salon.
On n'attend plus que le disque. Very Happy
En attendant, vous pouvez écouter plusieurs morceaux de piano, dont des valses, de Widor interprétées par Phillip Sear, qui s'est fait une spécialité de diffuser volontairement sur Youtube ses interprétations de partitions peu connues de la fin du XIXe et du début XXe, entrant souvent dans la catégorie "musique de salon" et de moyenne difficulté, compte tenu des limitations de l'interprète. Ce sont des interprétations assez littérales et peu inspirées ou travaillées, mais qui ont le mérite d'exister en l'absence de tout autre enregistrement. Il est clair qu'une meilleure qualité d'enregistrement et d'interprétation serait opportune pour mieux rendre justice à la musique, et aussi un choix de morceaux n'éludant pas les morceaux plus difficiles ou virtuoses. Mais c'est déjà un premier pas et je ne ferais pas mieux pour ma part, hélas.
https://www.youtube.com/watch?v=ZcNwFkiU7ZY&feature=related
https://www.youtube.com/watch?v=Nnb5f0x2Eyo&feature=channel
https://www.youtube.com/watch?v=cW6ZSxVV5os&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 22:06

Ah oui, c'est vrai, j'aurais dû aller voir chez lui, je crois même que je l'ai félicité pour un de ses Widor ! Very Happy

Moi je trouve ça assez inspiré, toujours très musical. Après, ça n'a pas le relief digital qu'ont les très bons pianistes, mais vu la quantité de répertoire qu'il déchiffre, je reste impressionné par la netteté de la réalisation. Une oeuvre de salut public que la sienne. Et à quel rythme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 30 Nov 2010 - 22:18

DavidLeMarrec a écrit:
Ah oui, c'est vrai, j'aurais dû aller voir chez lui, je crois même que je l'ai félicité pour un de ses Widor ! Very Happy

Moi je trouve ça assez inspiré, toujours très musical. Après, ça n'a pas le relief digital qu'ont les très bons pianistes, mais vu la quantité de répertoire qu'il déchiffre, je reste impressionné par la netteté de la réalisation. Une oeuvre de salut public que la sienne. Et à quel rythme !
Oui, c'est un stakhanoviste du déchiffrage à qui j'ai d'ailleurs fourni des partitions et ce qu'il fait est plus qu'honnête et irremplaçable pour nous, mais ça reste souvent trop proche du déchiffrage à vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mer 1 Déc 2010 - 5:50

C'est quand même un peu mieux que du déchiffrage à vue (pour un amateur : j'ai vu certains pros faire vraiment un produit fini lors d'une première lecture de Fauré...) ! Je me demande si la limite n'est pas plutôt technique : peu d'accents, peu de relief, sans doute parce qu'il veut être exact. C'est d'ailleurs pour ça que je privilégie toujours l'élan sur l'exactitude, mais c'est tout aussi problématique lorsqu'il s'agit d'oeuvres jamais jouées !

En tout cas j'aime beaucoup son travail. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Michel Desrousseaux
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1138
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mer 1 Déc 2010 - 9:23

DavidLeMarrec a écrit:
C'est quand même un peu mieux que du déchiffrage à vue (pour un amateur : j'ai vu certains pros faire vraiment un produit fini lors d'une première lecture de Fauré...) ! Je me demande si la limite n'est pas plutôt technique : peu d'accents, peu de relief, sans doute parce qu'il veut être exact. C'est d'ailleurs pour ça que je privilégie toujours l'élan sur l'exactitude, mais c'est tout aussi problématique lorsqu'il s'agit d'oeuvres jamais jouées !

En tout cas j'aime beaucoup son travail. bounce

J'aime et je respecte son travail, mais il n'empêche qu'on en sent vite les limites. Cela me rappelle un peu, toutes proportions gardées, ces gens qui numérisent les partitions et les ressortent jouées automatiquement sur un superbe piano de concert : le résultat est toujours plat. Exact, par définition, mais plat. Utile pour tout un tas de partitions "inouïes", ça donne une idée ; mais après il faut animer ces partitions. Phillip joue beaucoup mieux que ça, et je caricature pour les besoins de la démonstration. De plus, il est desservi par un enregistrement médiocre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mer 1 Déc 2010 - 9:26

Oui, mais c'est un choix qu'il faut faire. Quand on n'a pas un niveau professionnel, il faut choisir entre exactitude, élan et quantité. On peut en avoir deux, mais difficilement trois. Il a choisi exactitude et quantité, c'est déjà infiniment mieux que respectable.
Après, oui, si Laurent Martin, Marie-Catherine Girod, Alain Jacquon ou Marc-André Hamelin se dévouaient pour le faire, on serait content. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1589
Localisation : Pays des ombres mais je connais un passage
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Ven 1 Mar 2013 - 20:57

Pour ce qui est de l'oeuvre d' orgue, s'il ne fallait retenir qu'une seule oeuvre, ce serait sans doute sa 10ème Symphonie "Romane" op.73 d'après moi.
Là quand même, il fait très fort et atteint un haut degré de plénitude.
Interrogation : l'oeuvre a été spécialement écrite pour le Cavaillé-Coll de Saint Sernin (Toulouse), j'attends de voir ce que ça donne à Sant Sulpice (en attente du CD).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1589
Localisation : Pays des ombres mais je connais un passage
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Sam 2 Mar 2013 - 9:40

Détail troublant : Widor est mort la même année que son élève et protégé Vierne (1937).
Vierne ne lui survit que moins de 3 mois avant de s'effondrer à la console en plein concert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Sam 2 Mar 2013 - 11:53

shushu a écrit:
Détail troublant : Widor est mort la même année que son élève et protégé Vierne (1937).
Vierne ne lui survit que moins de 3 mois avant de s'effondrer à la console en plein concert.
Pourquoi, tu soupçonnes qu'il se serait tué en empoisonnant le café du mess des organistes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24856
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Dim 1 Déc 2013 - 23:56

Quelqu'un a-t-il eu l'occasion d'entendre ce disque, ou du moins connaissez-vous les oeuvres au programme : Concerto pour violoncelle, Symphonie n°2 ?
 
http://www.amazon.fr/Pecheurs-Saint-Jean-Cello-Concerto-Symphony/dp/B00CE99BPU
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 21 Oct 2014 - 15:29

Cololi a écrit:
Merci David

Jusqu'à hier soir je ne connaissais pas ce compositeur, et j'avoue que ce final de sa 5° a attiré toute mon attention.
J'ai donc bien envie de découvrir ses "Symphonie pour orgue" ... et pourquoi pas après Franck et Tournemire.

Moi, j'avoue que je me suis plutôt laissé séduire par le 2e mouvement : allegro cantabile (repris dans son "Conte d'automne" pour piano seul).
En réalité, je trouve qu'il apporte une certaine plus-value, une dignité bonhomme, un peu savonneuse (faiseuse ?) et en même temps très poétique aux formes et effectifs salonnards (la musique pour piano/harmonium Embarassed ). Gracieux, vaporeux mais pas évaporé et certainement pas vain.
On connaît ses opéras Maître Ambros et Les pêcheurs de Saint-Jean (en voilà de beaux chantiers pour le Palazetto BZ) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 21 Oct 2014 - 15:41

J'ai un peu joué / chanté les Pêcheurs il y a deux ans : vraiment pas mal, il y a de la matière musicale, du texte. Il faut voir si ça tient sur la durée, en termes de variété et de temporalité dramatique. Mais ça fait envie.

Dans le même type de langage, avant celui-ci, je voudrais bien Le Retour d'Ollone : musique assez enthousiasmante, livret qui commence assez densément… je ne l'ai pas fini, mais c'est beau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 21 Oct 2014 - 16:05

DavidLeMarrec a écrit:
J'ai un peu joué / chanté les Pêcheurs il y a deux ans : vraiment pas mal, il y a de la matière musicale, du texte. Il faut voir si ça tient sur la durée, en termes de variété et de temporalité dramatique. Mais ça fait envie.

Tu sais attiser l'envie, en tout cas Wink !
D'un point de vue formel, quant à l'économie générale tu rapprocherais ça de qui/quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84498
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 21 Oct 2014 - 16:14

bAlexb a écrit:
D'un point de vue formel, quant à l'économie générale tu rapprocherais ça de qui/quoi ?

Quelque part entre le Prêcheur de Kienzl, l'Étranger de d'Indy et Antar de Dupont… C'est une langue orchestrale assez figurative, mobile harmoniquement, un peu grise peut-être, mais propice à la souplesse de la déclamation et du drame. En tout cas, musicalement, assez riche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mer 22 Oct 2014 - 8:28

A noter, pendant 5 jours sur France Musique : http://www.francemusique.fr/emission/le-mitan-des-musiciens/2014-2015/organistes-ex-cathedra-charles-marie-widor-1-5-de-l-eglise-au-salon-10-22-2014-13-00 . Le numéro 1 entendu lundi était assez passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Lun 22 Déc 2014 - 19:18

Aujourd'hui, écoute du Trio avec piano, op. 19.
Le Quintette avec piano, op. 7 m'avait déçu ( I don't want that ), mais cette pièce-ci est très sympathique !

Premier mouvement simple mais solide et direct, suivi d'un très bel andante : le piano déploie par ses mouvements perpétuels un climat rêveur, et violon et violoncelle chantent leur nostalgie, tantôt emprunte de tendresse, tantôt de détresse. Puis les rôles s'échangent jusqu'à la fin.
Le scherzo est pris d'une bougeotte infatigable, tandis que le trio laisse place à la tristesse, (presque) chassée par le retour de la première partie.
Le final, quant à lui, résume à peu près tous les caractères développés précédemment.

Une jolie oeuvre ! Surprised


Quant au Quatuor avec piano, op. 66, il sonne suranné et sans grand charme à mes oreilles.


Dernière édition par Jof le Mer 14 Jan 2015 - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Mar 23 Déc 2014 - 19:47

Et maintenant, réécoute du 1er Concerto pour piano.

Une oeuvre vraiment chouette et attachante, dans une veine très romantique, mais (personnalité de Widor oblige) finissant dans la joie.
En plus, c'est très accessible, donc ceux qui aiment les Concertos de Saint-Saëns, par exemple, peuvent foncer.  Smile


Un Allegro con fuoco, qui démarre par un appel du piano soutenu par les bois, ouvre le concerto. Le thème est exposé dans le grave du piano : impérieux et légèrement pompeux, mais sombre, comme un sinistre rugissement. Les ombres s'éclaircissent un peu et laissent entendre un aspect plus lumineux du thème. Un petit passage scherzando et une très courte cadence mènent à la reprise du thème par tout l'orchestre.
Puis commence le développement, où différents épisodes se succèdent aux caractères allant de l'intimiste au résigné. Trois accords martelés concluent ce mouvement, qui n'est d'ailleurs pas sans évoquer, par moments, la fatalité/le fatum.

Dans le II, un Andante religioso, le thème est directement exposé par les bois. Le piano égrène des accords méditatifs et emprunts d'une certaine tristesse, tandis que l'orchestre reprend le thème. La tension installée auparavant baisse, et le piano chante le thème, accompagné des cordes. Dans le développement, fatalité (citation du thème de l'Allegro) et une douce joie, simple, naïve et lumineuse, alternent, la deuxième finissant par prendre le pas. Le mouvement se termine dans la sérénité, sur les accords du début.

L'Allegro final aurait difficilement pu être écrit par quelqu'un d'autre que Widor : le thème, lourdaud et encore un peu pompeux, secoue allègrement sa bedaine sur un air de danse. Le ton est ici franchement joyeux, bien que des nuages apparaissent (comme le thème exposé avec prestance en mineur par deux fois, par exemple).
La malice et l'entrain sont donc ici de mise, et la lumineuse conclusion amène finalement les 3 accords du I, cette fois en majeur.

Une oeuvre qui me met toujours de bonne humeur ! Very Happy
Je conseille le disque de Becker chez Hypérion, couplé avec le deuxième Concerto et la Fantaisie (présentés plus loin).


Dernière édition par Jof le Lun 12 Jan 2015 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jof
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3541
Date d'inscription : 02/05/2014

MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   Jeu 25 Déc 2014 - 18:57

Je continue mon plaidoyer des œuvres de Widor, avec cette fois la Suite pour flûte et piano.

Vraiment étonnante. Avec Widor, on a l'habitude d'une musique un peu lourde, et au langage très classique.
Cette Suite, loin d'exploser la forme, est pourtant écrite avec beaucoup de raffinement, et si les rythmes ne sont pas tellement originaux, les harmonies sont moins convenues que dans ses œuvres précédentes.
C'est d'un romantisme ravissant : le piano déverse des volutes qui annonceraient presque l'impressionnisme dans le I et le III.
Le scherzo et le final sont plus vifs et francs mais tout autant séduisants. L'utilisation de la flûte est admirable, et la dialogue entre les instruments est excellemment mené.

Une oeuvre très expressive et fine ! Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles-Marie WIDOR (1844-1937)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles-Marie WIDOR (1844-1937)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Charles-Marie WIDOR (1844-1937)
» Symphonies pour orgue
» Charles Gounod (1818-1893)
» Discographie de Widor
» A vendre: National NEW YORKER de 1937 3 pickups! New photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: