Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sur le chant rossinien

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 20:52

Otello a écrit:
oui enfin Osborn c'est la moitié de la voix requise pour le rôle d'Otello. On est très très très loin d'un Merritt qui était complètement idéal et très loin aussi d'un Kunde qui est la meilleure alternative récente. Antonacci, en dépit de réelles qualités, n'a jamais su rendre justice aux oeuvre de la période napolitaine de Rossini.

Oui, enfin tu les as entendu les deux jeudi dernier? Non...
Je connais Merritt et Kunde (ce sont mes deux versions de chevet pour Otello) et franchement, Osborn est loin d'être ridicule. De Merritt il n'a pas le côté monstrueux, mais il a par contre le vocalise propre et la justesse.
Et de Kunde, il n'a pas les graves mais des aigus plus percutants.
Juste comme ça, tu as entendu Osborn quand en salle? Et dans quoi? Parce que la voix a quand même bien évoluée.

Et pour Antonacci, je suis désolé, mais elle a fait une prestation franchement passionnante! Peut-être avec moins de joliesses que certaines, mais c'était du grand art!


Alors on peut aussi porter des jugements... et même en ayant des références communes passer une magnifique soirée!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 21:01

Otello a écrit:
et il vient d'enregistrer Aureliano in Palmira toujours pour Opera Rara.

Cet opéra est plutôt rare. Il a été donné il me semble en version de concert au TCE par Malgoire en 2008. Que penses de cette oeuvre? En ce qui concerne l'enregistrement fait par Opera Rara, Massis devait y participer. Elle a été remplacée par une chanteuse qui m'est totalement inconnue : Catriona Smith. On retrouve dans la distribution Silvia Tro Santafé, Kenneth Tarver dans le rôle titre, Andrew Foster-Williams et deux chanteurs que je ne connais même pas de nom : Vuyani Mlinde et Ezgi Kutlu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume
lapineau huguenot
avatar

Nombre de messages : 17530
Age : 25
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 21:03

On est en général je rappelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo
Pertusienne
avatar

Nombre de messages : 28126
Age : 47
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 21:24

Guillaume a écrit:
On est en général je rappelle...

Xavier sort de ce corps hehe . Guillaume non seulement tu pinailles mais en plus tu piques le smiley de Xavier tutut .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-classiques2.blogsactifs.com/Premier-blog-b1.htm
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 22:12

Polyeucte a écrit:
Otello a écrit:
oui enfin Osborn c'est la moitié de la voix requise pour le rôle d'Otello. On est très très très loin d'un Merritt qui était complètement idéal et très loin aussi d'un Kunde qui est la meilleure alternative récente. Antonacci, en dépit de réelles qualités, n'a jamais su rendre justice aux oeuvre de la période napolitaine de Rossini.

Oui, enfin tu les as entendu les deux jeudi dernier? Non...
Je connais Merritt et Kunde (ce sont mes deux versions de chevet pour Otello) et franchement, Osborn est loin d'être ridicule. De Merritt il n'a pas le côté monstrueux, mais il a par contre le vocalise propre et la justesse.
Et de Kunde, il n'a pas les graves mais des aigus plus percutants.
Juste comme ça, tu as entendu Osborn quand en salle? Et dans quoi? Parce que la voix a quand même bien évoluée.
Et pour Antonacci, je suis désolé, mais elle a fait une prestation franchement passionnante! Peut-être avec moins de joliesses que certaines, mais c'était du grand art!
Alors on peut aussi porter des jugements... et même en ayant des références communes passer une magnifique soirée!
1) j'ai entendu quelques extraits de la semaine dernière fort bien enregistrés en amateur et si c'est effectivement très professionnel comme chant, je persiste à dire que Osborn ça reste quand même light de texture et d'arrogance technique.
2) Merritt à Pesaro (avec Blake et Anderson) est d'une justesse totale et percutante dans la vocalise (je reconnais que 6 ans plus tard ça sera un tout petit peu moins vrai)
3) les aigus de Kunde sont bien plus percutants. Chez Osborn, ils sont tous passés à la blanchisserie.
4) Antonacci est toujours passionnante! mais si on aime le respect de l'écriture rossinienne dans toutes ses difficultés, ce n'est pas lui faire injure de dire que c'est souvent savonnette avec elle (et les récents extraits que j'ai entendus avec elle me l'ont bien confirmé)
En salle, on peut être moins exigeant car on n'a pas le recul de l'écoute et à plus forte raison quand c'est une oeuvre aussi peu représentée ce qui explique l'enthousiasme qu'on peut lire de ci de là (et que je ne conteste pas d'ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 22:27

Otello a écrit:
1) j'ai entendu quelques extraits de la semaine dernière fort bien enregistrés en amateur et si c'est effectivement très professionnel comme chant, je persiste à dire que Osborn ça reste quand même light de texture et d'arrogance technique.
Light d'arrogance technique??? Mais qu'est-ce qu'il te faut?
Sur-aigus puissants, vocalise aisée, arrogance du personnage, puissance vocale...
Alors oui, il n'a peut-être pas la "texture" d'un baryténor, mais il en possède en tout cas la carrure! Et puis on peut aussi chanter le rôle sans singer ce qu'en ont fait les autres!

Citation :
2) Merritt à Pesaro (avec Blake et Anderson) est d'une justesse totale et percutante dans la vocalise (je reconnais que 6 ans plus tard ça sera un tout petit peu moins vrai)

Ben écoute, en 92 c'est quand même difficile par moments... C'est impressionnant, plein de violence... mais par contre c'est loin d'être propre!

Citation :
3) les aigus de Kunde sont bien plus percutants. Chez Osborn, ils sont tous passés à la blanchisserie.
Ah non! Désolé mais non... j'étais dans la salle, je dois pouvoir donner un avis quand même!

Citation :
4) Antonacci est toujours passionnante! mais si on aime le respect de l'écriture rossinienne dans toutes ses difficultés, ce n'est pas lui faire injure de dire que c'est souvent savonnette avec elle (et les récents extraits que j'ai entendus avec elle me l'ont bien confirmé)
Pas de vocalises savonnées jeudi soir, désolé...

Citation :
En salle, on peut être moins exigeant car on n'a pas le recul de l'écoute et à plus forte raison quand c'est une oeuvre aussi peu représentée ce qui explique l'enthousiasme qu'on peut lire de ci de là (et que je ne conteste pas d'ailleurs)
Oui, on n'y connait rien, donc on nous sert du pâté en nous disant que c'est du foie gras et on croit ce qu'on nous dit...

Ah... qu'il est loin l'âge bénit de la Rossini-renaissance... maintenant, on a plus que des petites voix minuscules... vraiment pas intéressant tout ça! Rolling Eyes Rolling Eyes

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 22:45

Polyeucte a écrit:
Citation :
2) Merritt à Pesaro (avec Blake et Anderson) est d'une justesse totale et percutante dans la vocalise (je reconnais que 6 ans plus tard ça sera un tout petit peu moins vrai)
Ben écoute, en 92 c'est quand même difficile par moments... C'est impressionnant, plein de violence... mais par contre c'est loin d'être propre!
ben moi je parlais de la saison 1988 où il était exceptionnel sur tous les plans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 22:53

Otello a écrit:
ben moi je parlais de la saison 1988 où il était exceptionnel sur tous les plans.

J'ai bien lu... mais 92 montre bien que Merritt n'est pas non plus forcément le maître étalon dans ce rôle!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 22:56

J'ai créé un topic sur le chant rossinien. Je pense que ce serait mieux d'utiliser celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Lun 15 Nov 2010 - 23:08

Polyeucte a écrit:
Otello a écrit:
ben moi je parlais de la saison 1988 où il était exceptionnel sur tous les plans.
J'ai bien lu... mais 92 montre bien que Merritt n'est pas non plus forcément le maître étalon dans ce rôle!
Dans l'absolu si! On n'a pas fait aussi bien que cet Otello de 1988. En 1992, ce qui s'est passé c'est que Merritt venait depuis 2 à 3 ans d'entrer, hélas, dans un nouveau réservoir de rôles (Vespri siciliani, Trovatore entre autres par exemple pour commencer) qui n'avaient pas besoin de lui et ont altéré ses prodigieux atouts propres au répertoire rossinien et quand il a voulu y revenir, certains dégâts étaient déjà hélas irréversibles.
Et oui je le dis, la Rossini-renaissance en termes de chanteurs exceptionnels est bien derrière nous surtout en ce qui concerne la période napolitaine du compositeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Sam 22 Jan 2011 - 16:28

Un sujet Général dont les dernières pages sont totalement HS. Aurèle, enfin ! tutut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Mar 25 Jan 2011 - 23:06

à l'Opéra de Zürich, Cecilia Bartoli ajoute actuellement à son répertoire le rôle de la Comtesse Adèle dans Le Comte Ory:

http://www.videoportal.sf.tv/video?id=8eb70fd2-0f89-4dfb-9fdb-5fb05b20e5d3

ça promet d'être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Mar 25 Jan 2011 - 23:09

Otello a écrit:
à l'Opéra de Zürich, Cecilia Bartoli ajoute actuellement à son répertoire le rôle de la Comtesse Adèle dans Le Comte Ory:

http://www.videoportal.sf.tv/video?id=8eb70fd2-0f89-4dfb-9fdb-5fb05b20e5d3

ça promet d'être intéressant.

Elle a déjà fait ses preuves dans la musique de ce compositeur. Je n'ai jamais entendu cet opéra en intégralité mais j'ai prévu d'aller voir la retransmission du Met au cinéma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Mer 26 Jan 2011 - 0:45

Vous oubliez Ernesto Palacio parmi les ténors rossiniens et de mon point de vue il ne le mérite pas; (couleurs et vocalises ineffables- bien plus que pyrotechnie)

D'autant moins qu'avec Merrit et Blake, c'était lui la Rossini renaissance, version ténors.

Depuis, avec Florez, on reprend un peu du Luigi Alva : voix assez blanche et dépourvue d'harmoniques.

Si on ajoute à cela, la disparition de Horne...C'est la Rossini réensevelissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Mer 26 Jan 2011 - 0:57

malko a écrit:
Vous oubliez Ernesto Palacio parmi les ténors rossiniens et de mon point de vue il ne le mérite pas; (couleurs et vocalises ineffables- bien plus que pyrotechnie)
D'autant moins qu'avec Merrit et Blake, c'était lui la Rossini renaissance, version ténors.
Depuis, avec Florez, on reprend un peu du Luigi Alva : voix assez blanche et dépourvue d'harmoniques.
Si on ajoute à cela, la disparition de Horne...C'est la Rossini réensevelissance.
je n'irais peut-être pas jusque là quand même Laughing
L'âge d'or rossinien est derrière nous, ça c'est un fait! ceci dit, il reste quand même quelques bons interprètes (à défaut d'être exceptionnels) et même si Florez reste inférieur à ses illustres prédécesseurs, il ne nous fait quand même pas remonter en arrière jusqu'à Alva, fort heureusement d'ailleurs! Le timbre de Florez est tout de même plus coloré et surtout il sait vocaliser, lui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 27 Jan 2011 - 18:52

Pour l'air de Bartolo "A un dottor della mia sorte", on parlerait de sillabando ou de roulades plutôt? Le sillabando est surtout requis dans certains rôles de basses. Bartolo est un rôle de basse bouffe à l'origine même si c'est barytons l'ont interprété. Merci d'avance pour la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 857
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Sam 29 Jan 2011 - 10:25

malko a écrit:
Vous oubliez Ernesto Palacio parmi les ténors rossiniens et de mon point de vue il ne le mérite pas; (couleurs et vocalises ineffables- bien plus que pyrotechnie)

D'autant moins qu'avec Merrit et Blake, c'était lui la Rossini renaissance, version ténors.

Depuis, avec Florez, on reprend un peu du Luigi Alva : voix assez blanche et dépourvue d'harmoniques.

Si on ajoute à cela, la disparition de Horne...C'est la Rossini réensevelissance.
Bien d'accord avec toi Malko. Je ne comprends pas qu'Ernesto Palacio soit systématiquement oublié. Il était le premier "vrai ténor rossinien" juste avant Araiza, Blake, Merritt ou Matteuzzi.

Concernant Florez, d'accord avec toi également, je trouve que si on le compare à ceux-là ou même à Ford, Kunde et Vargas on est redescendu d'un cran. Dans les ténors "rossiniens" actuels, je préfère : Brownlee, Siragusa ou même Mironov
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 16:58

William Matteuzzi ne fait plus carrière aujourd'hui à ma connaissance alors qu'il n'a que 53 ans. Il n'a pas chanté que Rossini par ailleurs mais est réputé dans ce répertoire. Je ne le connais qu'en Ramiro dans la version de studio de Chailly. J'ai trouvé le timbre très disgracieux, très nasal mais la technique est superlative. Je n'ai pas eu cette impression dans son Arturo dans I Puritani dans un live de 1989 enregistré à Catania avec Bonynge à la direction. Il m'a impressionné dans ce rôle. Peut être le studio change-t-il la perception de son timbre ou alors, peut être n'était il pas au meilleur de ses capacités lors de cet enregistrement.
Voici les rôles rossiniens en dehors de Ramiro dans lesquels on peut le trouver au disque :
_Gelosimo, petit rôle me semble-t-il dans le live de Pesaro de 1984 dirigé par Abbado de Il Viaggio à Reims
_Pilade dans la version de studio de Claudio Scimone d'Ermione datant de 1986
_Almaviva dans la version de studio de Giuseppe Patanè de Il Barbiere di Siviglia datant de 1988
_Ilo dans la version de studio de Zelmira dirigée par Scimone datant de 1989
_Dorvil dans La scala di seta dans un live de 1988 au Teatro Comunale de Bologne dirigé par Gabriele Ferro
_Giannetto dans le live de La gazza ladra enregistré à Pesaro en 1989 dirigé par Gianluigi Gelmetti
_Carlo et Goffredo dans la version de studio de Scimone d'Armida datant de 1991
_Libenskof dans le live d'Abbado de 1992 de Il Viaggio a Reims
_Il Cavalier Giocondo dans un live de La pietra del paragone de 1993 dirigé par Bruno Aprea enregistré au Festival de Martina Franca
_Ricciardo dans Ricciardo e Zoraide dans la version de studio de David Parry datant de 1995
_Rodrigo dans Otello dans la version de studio de David Parry datant de 1999

Cela fait pas mal de choses à écouter. Les enregistrements Opera Rara ont le mérite d'exister mais coûtent chers. Après, il y a une sacré documentation à l'intérieur. Dans quels rôles ou opéras me conseilleriez vous de l'écouter en priorité? Je vous pose cette question car même si je ne connais certains de ces opéras pour les avoir entendu une seule fois comme Zelmira, Armida ou Ermione, je suis loin de m'y connaître en chant rossinien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malko
Mélomaniaque


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 17:08

C'est pour les Puritains que tu cites qu'il pourra passer un peu à la postérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 17:34

malko a écrit:
C'est pour les Puritains que tu cites qu'il pourra passer un peu à la postérité.
ainsi que pour tout le Rossini-seria!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 17:50

Otello a écrit:
ainsi que pour tout le Rossini-seria!

C'est donc par les opéras napolitains qu'il faut que je commence ma découverte. Toi qui a eu pour pseudonyme sur un autre forum Libenskof, que penses tu de lui dans ce rôle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 17:52

aurele a écrit:
Otello a écrit:
ainsi que pour tout le Rossini-seria!
C'est donc par les opéras napolitains qu'il faut que je commence ma découverte. Toi qui a eu pour pseudonyme sur un autre forum Libenskof, que penses tu de lui dans ce rôle?
ah moi j'adore Matteuzzi, je le trouve éblouissant de vocalité, de technique, de tessiture, d'impact.
il est d'ores et déjà dans la postérité en tant que ténor majeur de la Rossini-Renaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 17:56

Comment cela se fait il selon toi que le timbre soit aussi laid dans la version de studio de Chailly de La Cenerentola? J'avais entendu à la radio il y a quelques années la version de Ferro et on est loin de la splendeur de timbre d'Araiza.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 18:40

aurele a écrit:
Comment cela se fait il selon toi que le timbre soit aussi laid dans la version de studio de Chailly de La Cenerentola? J'avais entendu à la radio il y a quelques années la version de Ferro et on est loin de la splendeur de timbre d'Araiza.
1) le timbre n'est pas laid; il est un peu particulier.
2) je l'ai déjà dit mais dans ce répertoire là, la stricte beauté vocale n'est pas indispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 18:42

Otello a écrit:
2) je l'ai déjà dit mais dans ce répertoire là, la stricte beauté vocale n'est pas indispensable.

En quoi devrait on accepter d'entendre des voix pas très belles? Visiblement, les ténors rossiniens comme Blake et Matteuzzi n'ont que l'excellente maîtrise technique pour eux, ce qui est déjà beaucoup dans un tel répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 18:54

aurele a écrit:
Otello a écrit:
2) je l'ai déjà dit mais dans ce répertoire là, la stricte beauté vocale n'est pas indispensable.
En quoi devrait on accepter d'entendre des voix pas très belles? Visiblement, les ténors rossiniens comme Blake et Matteuzzi n'ont que l'excellente maîtrise technique pour eux, ce qui est déjà beaucoup dans un tel répertoire.
parce que c'était la beauté du chant et non pas celle d'un timbre qui primait. C'était la capacité à investir une écriture vocale d'une grande difficulté dans le respect absolu de tous les codes techniques et stylistiques de la dite écriture vocale. La notion de beaux timbres vient plus tard avec Puccini. A l'époque de Rossini puis de Bellini et Donizetti puis de Verdi, un timbre corsé sur une voix large suffisait en tant que timbre.
Ce qui fait que les timbres de Callas, de Gencer, de Scotto, de Blake, de Matteuzzi (et il y en a d'autres!) ne sont certes pas d'une grande beauté loin de là mais ont les caractéristiques adéquates et surtout des individualités marquées.

par ailleurs, si d'aventure on a droit à un beau timbre, personne ne va se plaindre, c'est évident mais ça n'est pas indispensable et encore moins prioritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 18:59

Scotto n'a chanté que Rosina et Fanni dans La Cambiale di Matrimonio. Elle devait comme tu le sais d'ailleurs enregistrer Fiorilla en 1981 dans la version Chailly mais a été remplacée par Caballé. Elle a très peu chanté Rossini et je ne la considère donc pas du tout comme une rossinienne. Sa Rosina ne m'intéresse pas d'ailleurs. Scotto, je continuerai à l'écouter dans les rôles dramatiques, tragiques voire quelques rôles plus comiques comme Adina ou Norina.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 19:03

aurele a écrit:
Scotto n'a chanté que Rosina et Fanni dans La Cambiale di Matrimonio. Elle devait comme tu le sais d'ailleurs enregistrer Fiorilla en 1981 dans la version Chailly mais a été remplacée par Caballé. Elle a très peu chanté Rossini et je ne la considère donc pas du tout comme une rossinienne. Sa Rosina ne m'intéresse pas d'ailleurs. Scotto, je continuerai à l'écouter dans les rôles dramatiques, tragiques voire quelques rôles plus comiques comme Adina ou Norina.
je n'ai pas parlé que de Rossini pour le coup, ce qui vaut pour Rossini, vaut aussi pour toute l'école belcantiste et post belcantiste, Or Scotto s'est abondamment illustrée dans toute cette période.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 19:06

Désolé, je n'avais pas fait attention. Cela m'étonne que tu cites Scotto alors que tu n'es pas plus sensible que cela à l'art de la dame. Peut être effectivement que tu la préfères dans le répertoire belcantiste à quelques exceptions prêt comme sa Norma sur le strict plan vocal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 19:10

aurele a écrit:
Désolé, je n'avais pas fait attention. Cela m'étonne que tu cites Scotto alors que tu n'es pas plus sensible que cela à l'art de la dame. Peut être effectivement que tu la préfères dans le répertoire belcantiste à quelques exceptions prêt comme sa Norma sur le strict plan vocal.
mais Scotto maîtrisait à merveille l'art du chant belcantiste, je l'ai toujours dit! ce que je ne supporte pas chez elle, ce sont ses aigus et pire encore ses suraigus qui déforment tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22990
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Dim 8 Mai 2011 - 19:12

Tu n'es pas aussi tolérant que moi. Lorsque l'émotion passe et c'est quasiment toujours le cas avec Scotto, je lui pardonne presque tous ses aigus et suraigus vrillés et laids. Il n'y a qu'en Abigaille et dans certains passages de sa Norma de studio que c'est trop insupportable pour le moment. Même sa Violetta de studio avec Muti me laisse submergé par l'émotion. On est un peu HS là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiordiligi
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 872
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien    Jeu 16 Juin 2011 - 11:18

Quelqu'un connaît-il Antonino Siragusa ?
Ce n'est pas une star comme Flores, mais il m'a vraiment convaincue dans Almaviva à Paris en 2010. Belle ligne de chant, timbre charmeur, incarnation du rôle, je n'ai rien trouvé à lui reprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30337
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 16 Juin 2011 - 11:20

Fiordiligi a écrit:
Quelqu'un connaît-il Antonino Siragusa ?
Ce n'est pas une star comme Flores, mais il m'a vraiment convaincue dans Almaviva à Paris en 2010. Belle ligne de chant, timbre charmeur, incarnation du rôle, je n'ai rien trouvé à lui reprocher.

Je ne l'ai entendu qu'en Ernesto (Don Pasquale), et depuis je suis jaloux de la légereté, la facilité, la luminosité de sa voix.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)


Dernière édition par Cololi le Jeu 16 Juin 2011 - 11:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Fiordiligi
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 872
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien    Jeu 16 Juin 2011 - 11:27

Tout à fait d'accord sur les qualités de sa voix.
C'est vraiment un chanteur à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 16 Juin 2011 - 11:28

Oui! Entendu aussi dans ce Barbier. Voix hyper métallique, très légère et facile dans l'écriture rossinienne... après, le timbre est un peu trop acide et sec pour être charmeur je trouve...
Osborn par exemple dans le même répertoire est plus beau de timbre, mais un peu moins virtuose dans les ornementations!

Mais bon, entre les deux, je ne vais pas me plaindre! Laughing

On devrait pouvoir (j'espère) les entendre dans l'Otello de Zurich avec Bartoli la saison prochaine (Osborn en Otello et Siragusa en Iago!!)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
saint corentin
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 219
Age : 57
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 16 Juin 2011 - 12:04

Il joue très bien au foot aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiordiligi
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 872
Age : 46
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/06/2011

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 16 Juin 2011 - 19:48

saint corentin a écrit:
Il joue très bien au foot aussi.

Indeed ! Il nous a réservé une surprise amusante pour son dernier air. J'avais oublié qu'il driblait comme un diable en chantant son air hyper virtuose !

Effectivement, Polieucte, il a sans doute un timbre un peu métallique, mais ça ne m'a pas gênée. C'est vraiment euphorisant d'entendre quelqu'un qui a tant de facilités, qui aime tant chanter et nous faire partager son plaisir de cette musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 10:28

Bon... je me lance dans une période Rossini... et plus particulièrement récital rossinien. L'effet de la superbe Donna del Lago dimanche dernier à Marseille sans doute! hehe

Alors :



Cecilia Bartoli : Rossini Arias (1989)

L'italiana in Algeri, Acte 1 : "Cruda sorte! Amor tiranno!"
L'italiana in Algeri, Acte 2 : "Pronti abbiamo...Amici in ogni evento...Pensa all Patria"
La donna del lago, Acte 1 : "Mura felici...Elena! O tu, che chiamo"
Tancredi, Acte 1 : "O patria...Di tanti palpiti"
Otello, Acte 3 : "Assisa a' piè d'un salice...Che dissi!...Deh! calma, o Ciel, nel sonno"
Stabat Mater : 7. Fac ut portem Christi mortem
La pietra del paragone : "Se l'Italie contrade..Se per voi care ol torno"
La Cenerentola, Acte 2 : "Nacqui all'affanno e al pianto...Non più mesta"

Arnold Schoenberg Chor
Wiener Volksopernorchester
Direction : Giuseppe Patanè



Cecilia Bartoli : Rossini Heroines (1992)

Zelmira, Acte 2 : "Riedi al soglio"
Le nozze di Teti e Pelo, 9. Aria : "Ah non potrian resistere"
Maometto II, Acte 1 - (3b) Preghiera : "Giusto Cielo, in tal periglio... Ahi, padre!
La donna del lago, Acte 2 : "Tanti affetti in tal momento"
Elisabetta, Regina d'Inghilterra, Acte 1 : "Quant'è grato all'alma mia"
Elisabetta, Regina d'Inghilterra, Acte 2 : "Fellon, la pena avrai"
Maometto II, Acte 1 - No. 2 Cavatina : "Ah! che invan su questo ciglio"
Semiramide, Acte 1 : "Serena e vaghi rai...Bel raggio lusinghier"

Orchestra Del Gran Teatro La Fenice
Direction : Ion Marin


Seulement trois ans ont passés entre ces deux récitals... et la transformation est vraiment impressionnante! Là où on entendait dans le premier une mezzo n'osant pas trop s'aventurer dans l'aigu, avec une vocalise propre mais pas non plus impressionnante... la technique semble presque avoir chanté pour le deuxième : chant aminci et beaucoup plus véloce (on trouve les fameuses vocalises mitraillettes de Bartoli!! Very Happy Very Happy), aigus aisé et grave moins charnu. En fait, on a l'impression que dans le premier elle tentait d'être contralto (et on a en effet un certain nombres de rôles de contralto)... alors que par la suite on retrouve ce second soprano qui lui convient si bien!
Dans les deux cas c'est superbement chanté bien sûr, mais le deuxième est peut-être plus électrique et impressionnant par le répertoire apporté et le chant.
Mais je n'avais jamais remarqué à quel point la voix avait changé en si peu de temps. En 92 on a la Bartoli actuelle à quelques détails près... alors qu'en 89 on a une mezzo talentueuse mais un peu plus générique!

A suivre : Rockwell Blake! Mr.Red

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 704
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 12:48

Ce thème est intéressant, mais son appellation, comme il a été dit plus haut, mériterait d'englober le répertoire "belcantiste romantique", donc aussi Donizetti et Bellini.
Ensuite comme j'ai cru le lire, la disparition ou l'arrêt de carrière de certains qui ont fait la gloire de la "Rossini renaissance" : Sutherland, Horne, Ramey, Anderson, Dupuis, Blake… ne signifie pas que ce répertoire n'est pas servi par d'autres interprètes de grand talent : j'ai subi récemment des foudres pour avoir osé écrire que la récente Semiramide à La Fenice avec Pratt et Iervolino me paraissait d'un niveau comparable à certaines références historiques…
Et si on excepte l'Opéra de Paris ces œuvres reviennent à nouveau souvent au répertoire des théâtres.
Plutôt que de consacrer du temps à soupeser les mérites - considérables, je n'en discute pas - des gloires passées ou établies, je préférerais des échanges sur les interprètes d'aujourd'hui - et il n'en manque pas :

Soprano : Damrau, Pratt, Mosuc, Agresta, Kurzak, Meade
Mezzo - alto : Di Donato, Barcellona, Iervolino, De Shong, Deshayes,Tro Santafe, Goryachova
Ténor : Florez, Camarena, Brownlee, Siragusa, Mironov, Kunde, Merritt, Scala
Baryton / basse : Esposito, Tézier, Abdrazakov, Palazzi

Et il y a certainement d'autes


Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 12:59

Ah pour moi il y a une différence entre chant rossinien et bel-canto. Disons que c'est le cran au dessus niveau ornements et variations...

Belcore a écrit:
Plutôt que de consacrer du temps à soupeser les mérites - considérables, je n'en discute pas - des gloires passées ou établies, je préférerais des échanges sur les interprètes d'aujourd'hui - et il n'en manque pas :

Les deux sont tout à fait possibles! Et on peut aussi admirer un Samuel Ramey tout en étant fan d'un Mirco Palazzi... Adorer Podles et admirer aussi une Varduhi Abrahamyan

Citation :
Soprano : Damrau, Pratt, Mosuc, Agresta, Kurzak
Mezzo - alto : Di Donato, Barcellona, Iervolino, De Shong
Ténor : Florez, Camarena, Brownlee, Siragusa, Mironov, Kunde, Merritt, Scala
Baryton / basse : Esposito, Tézier.

Je pense que pour Damrau et Kurzak, c'est terminé Rossini... et Mosuc avait été particulièrement inintéressante dans Semiramide... De même Kunde a tourné la page je pense.
Tézier dans Rossini? Jamais entendu!

Mais pour moi on a des grands noms actuellement oui :
Soprano/Mezzo léger : DiDonato, Pratt, Deshayes, Pendatchenska
Mezzo/contralto : Abrahamyan, Barcellona, Bonitatibus
Ténor : Rocha, Osborn, Korchak
Baryton/basse : Palazzi me semble flotter au dessus de la concurrence, mais j'espère en trouver d'autres!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 13:07



Rockwell Blake : Rossini Tenor (1987)

Il Barbiere di Siviglia : "Cessa di Più Resistere"
Le Comte Ory : "Que Les Destins Prospères"
L'Italiana In Algeri : "Languir Per Una Bella"
Ellisabetta Regina D'Inghilterra : "Che Intesi, Oh Annunzio!"
Il Turco In Italia : "Tu Seconda Il Mio Disegno"
La Donna Del Lago : "O Fiamma Soave"

London Symphony Orchestra
Direction : John McCarthy



Rockwell Blake : Encore Rossini (1989)

Zelmira : "Terra Amica, Ove Respira"
Ermione : "Reggia Abborita"
Semiramide : "La Sperenza Più Soave"
Otello : "Che Ascolto Ahimè... Ah Come Mai Non Senti"
La Gazza Ladra : "Vieni, Vieni, Fra Queste Braccia"
Semiramide : "Ah, Dov'è, Dov'è, Il Cimento"
Ricciardo E Zoraide : "S'ella m'è Ognor Fedele"
Armida : "Lo Spendor Di Que' Rai..."

London Symphony Orchestra
Direction : Maximiano Valdes


Le chant est impressionnant de vaillance et élégance en même temps... mais au bout des deux récitals, le timbre devient un peu fatiguant. Alors oui, la technique est sidérante et la vocalisation magique. Mais les couleurs restent très restreintes globalement, tout est chanté avec un goût parfait mais on entend peut de flamme ou de sentiments.
Mais bon, comme modèle de technique, on est pas mal là quand même!

Au passage, écoute de quelques airs par Matteuzzi, Florez, Osborn, Kunde et Merritt...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 704
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 14:44

Polyeucte a écrit:
Ah pour moi il y a une différence entre chant rossinien et bel-canto. Disons que c'est le cran au dessus niveau ornements et variations...

Belcore a écrit:
Plutôt que de consacrer du temps à soupeser les mérites - considérables, je n'en discute pas - des gloires passées ou établies, je préférerais des échanges sur les interprètes d'aujourd'hui - et il n'en manque pas :

Les deux sont tout à fait possibles! Et on peut aussi admirer un Samuel Ramey tout en étant fan d'un Mirco Palazzi... Adorer Podles et admirer aussi une Varduhi Abrahamyan

Citation :
Soprano : Damrau, Pratt, Mosuc, Agresta, Kurzak
Mezzo - alto : Di Donato, Barcellona, Iervolino, De Shong
Ténor : Florez, Camarena, Brownlee, Siragusa, Mironov, Kunde, Merritt, Scala
Baryton / basse : Esposito, Tézier.

Je pense que pour Damrau et Kurzak, c'est terminé Rossini... et Mosuc avait été particulièrement inintéressante dans Semiramide... De même Kunde a tourné la page je pense.
Tézier dans Rossini? Jamais entendu!

Mais pour moi on a des grands noms actuellement oui :
Soprano/Mezzo léger : DiDonato, Pratt, Deshayes, Pendatchenska
Mezzo/contralto : Abrahamyan, Barcellona, Bonitatibus
Ténor : Rocha, Osborn, Korchak
Baryton/basse : Palazzi me semble flotter au dessus de la concurrence, mais j'espère en trouver d'autres!

Kurzak : Adina dans l'Elixir, Maria Stuarda au TCE
Tézier : Riccardo dans Les Puritains
Je persiste à penser qu'il faut inclure dans le périmètre de la discussion Bellini et Donizetti.


Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 16:04

Belcore a écrit:
Kurzak : Adina dans l'Elixir, Maria Stuarda au TCE
Tézier : Riccardo dans Les Puritains
Je persiste à penser qu'il faut inclure dans le périmètre de la discussion Bellini et Donizetti.

Ben pour moi entre chanter Adina et Maria Stuarda... et chanter Armida, Elena ou Semiramide, il y a une grande marge! Le bagage technique est tout autre.
Et je ne parle pas de Tézier qui n'a jamais été un pro de la vocalise tout de même.

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 288
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 16:17

Polyeucte a écrit:
Belcore a écrit:
Kurzak : Adina dans l'Elixir, Maria Stuarda au TCE
Tézier : Riccardo dans Les Puritains
Je persiste à penser qu'il faut inclure dans le périmètre de la discussion Bellini et Donizetti.

Ben pour moi entre chanter Adina et Maria Stuarda... et chanter Armida, Elena ou Semiramide, il y a une grande marge! Le bagage technique est tout autre.
Et je ne parle pas de Tézier qui n'a jamais été un pro de la vocalise tout de même.

De Tézier dans Rossini, je ne connais que le Raimbaud du Comte Ory, c'est un peu short pour en faire un rossinien (Degout l'a aussi chanté et je ne le rangerais pas dans les valeurs sûres pour Rossini)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3831
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 16:25

AMHA Tézier et Rossini sont incompatibles. Je préfère écouter le Monsieur dans Verdi (Traviata, Don Carlo, Boccanegra ... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Stefano P
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 288
Date d'inscription : 30/08/2018

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 16:37

luisa miller a écrit:
AMHA Tézier et Rossini sont incompatibles. Je préfère écouter le Monsieur dans Verdi (Traviata, Don Carlo, Boccanegra ... )

Oui, moi aussi, Don Carlo d'Ernani et Rodrigo de Don Carlo, et le comte de Luna du Trouvère ; je l'apprécie aussi dans Donizetti, mais Rossini, ce n'est pas pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jecroisentendreencore.blogspot.com/ En ligne
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4907
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Jeu 22 Nov 2018 - 17:17

Polyeucte a écrit:
Bon... je me lance dans une période Rossini... et plus particulièrement récital rossinien. L'effet de la superbe Donna del Lago dimanche dernier à Marseille sans doute! hehe

Alors :



Cecilia Bartoli : Rossini Arias (1989)

L'italiana in Algeri, Acte 1 : "Cruda sorte! Amor tiranno!"
L'italiana in Algeri, Acte 2 : "Pronti abbiamo...Amici in ogni evento...Pensa all Patria"
La donna del lago, Acte 1 : "Mura felici...Elena! O tu, che chiamo"
Tancredi, Acte 1 : "O patria...Di tanti palpiti"
Otello, Acte 3 : "Assisa a' piè d'un salice...Che dissi!...Deh! calma, o Ciel, nel sonno"
Stabat Mater : 7. Fac ut portem Christi mortem
La pietra del paragone : "Se l'Italie contrade..Se per voi care ol torno"
La Cenerentola, Acte 2 : "Nacqui all'affanno e al pianto...Non più mesta"

Arnold Schoenberg Chor
Wiener Volksopernorchester
Direction : Giuseppe Patanè



Cecilia Bartoli : Rossini Heroines (1992)

Zelmira, Acte 2 : "Riedi al soglio"
Le nozze di Teti e Pelo, 9. Aria : "Ah non potrian resistere"
Maometto II, Acte 1 - (3b) Preghiera : "Giusto Cielo, in tal periglio... Ahi, padre!
La donna del lago, Acte 2 : "Tanti affetti in tal momento"
Elisabetta, Regina d'Inghilterra, Acte 1 : "Quant'è grato all'alma mia"
Elisabetta, Regina d'Inghilterra, Acte 2 : "Fellon, la pena avrai"
Maometto II, Acte 1 - No. 2 Cavatina : "Ah! che invan su questo ciglio"
Semiramide, Acte 1 : "Serena e vaghi rai...Bel raggio lusinghier"

Orchestra Del Gran Teatro La Fenice
Direction : Ion Marin


Seulement trois ans ont passés entre ces deux récitals... et la transformation est vraiment impressionnante! Là où on entendait dans le premier une mezzo n'osant pas trop s'aventurer dans l'aigu, avec une vocalise propre mais pas non plus impressionnante... la technique semble presque avoir chanté pour le deuxième : chant aminci et beaucoup plus véloce (on trouve les fameuses vocalises mitraillettes de Bartoli!! Very Happy Very Happy), aigus aisé et grave moins charnu. En fait, on a l'impression que dans le premier elle tentait d'être contralto (et on a en effet un certain nombres de rôles de contralto)... alors que par la suite on retrouve ce second soprano qui lui convient si bien!
Dans les deux cas c'est superbement chanté bien sûr, mais le deuxième est peut-être plus électrique et impressionnant par le répertoire apporté et le chant.
Mais je n'avais jamais remarqué à quel point la voix avait changé en si peu de temps. En 92 on a la Bartoli actuelle à quelques détails près... alors qu'en 89 on a une mezzo talentueuse mais un peu plus générique!

A suivre : Rockwell Blake! Mr.Red

===============================================

Aussi ces deux CD, mais pas entièrement consacrés à Rossini.


A Hymn for the World : Amen (Stabat Mater)
Académie Nationale de Ste-Cécile/Myung-Whun Chung (DG, 1987)


An Italian Songbook: Bellini * Donizetti * Rossini  
* Or che di fiori adorno
* L'esule
* À ma belle-mère
* Aragonese
* Bolero
* La danza (tarantella napoletana)
avec James Levine au piano
Decca London, 1997


Dernière édition par Ravélavélo le Sam 24 Nov 2018 - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 704
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Ven 23 Nov 2018 - 7:40

Polyeucte a écrit:
Belcore a écrit:
Kurzak : Adina dans l'Elixir, Maria Stuarda au TCE
Tézier : Riccardo dans Les Puritains
Je persiste à penser qu'il faut inclure dans le périmètre de la discussion Bellini et Donizetti.

Ben pour moi entre chanter Adina et Maria Stuarda... et chanter Armida, Elena ou Semiramide, il y a une grande marge! Le bagage technique est tout autre.
Et je ne parle pas de Tézier qui n'a jamais été un pro de la vocalise tout de même.

Argument légèrement spécieux : Bartoli ne chante pas non plus ces rôles...
Tézier certes n'a pas chanté de Rossini à ma connaissance, mais il est excellent dans les Puritains et aussi dans Lucia.
Manifestement ce fil est un exercice de radotage voué à l'adulation de gloires aujourd'hui disparues des planches, et pas aux artistes actuels !

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19684
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Ven 23 Nov 2018 - 8:38

Belcore a écrit:
Argument légèrement spécieux : Bartoli ne chante pas non plus ces rôles...

Oui, mais Tézier a-t-il chanté un rôle important de Rossini? A-t-il la technique pour le faire? J'en doute.
Et après, perso là j'écoute les récitals dévolus uniquement à Rossini... et Tézier n'en a pas fait à ce que je sache.

Citation :
Tézier certes n'a pas chanté de Rossini à ma connaissance, mais il est excellent dans les Puritains et aussi dans Lucia.

Oui, je suis tout à fait d'accord. Mais ça montre bien qu'entre Bellini/Donizetti et Rossini, il y a un gouffre niveau technique!

Citation :
Manifestement ce fil est un exercice de radotage voué à l'adulation de gloires aujourd'hui disparues des planches, et pas aux artistes actuels !

Et non!! La preuve :



Max Emanuel Cenci : Rossini (2006)

Tancredi, Acte I : "Oh Patria! Dolce e ingrata patria"
Aureliano in Palmira, Acte II : "Dolci silverstri... Perche mai le luci apprimo"
Aureliano in Palmira, Ouverture
Tancredi, Ouverture
La donna del lago, Acte I : "Mura felici"
La donna del lago, Acte II : "Ah si pera"
Semiramide, Ouverture
Semiramide, Acte I : "Eccomi alfine in Babilonia... Ah, quel giorno"
Semiramide, Acte II : "In si barbara sciagura"

Orchestre de Chambre de Genève
Direction : Michael Hofstetter

Exercice de style bien sûr (même si Cencic a chanté récemment Malcolm sur scène), mais pour exercice parfaitement réussi... là où je trouve un Fagioli déplacé dans ce répertoire, je trouve Cencic vraiment parfait de style. Le timbre corsé mais aussi léger, la vocalise, l'aisance dans la tessiture. Bien sûr en direct ce serait sûrement différent et nous sommes devant un produit de studio, mais tout de même le rendu est superbe et particulièrement intéressant!
Après, difficile de se comparer à des vrais contralto dans ces rôles.




Karine Deshayes : Rossini (2015)

La Donna del Lago, Acte II : "Tanti affetti in tal momento"
Otello, Acte IV : "Assisa a piè d’un salice... Deh calma, o ciel"
La Cenerentola, Temporale
La Cenerentola : "Nacqui all’affanno"
Nizza
Semiramide : "Bel raggio lusinghier"
L’Âme délaissée
Giovanna d’Arco
Il Barbiere di Siviglia, Temporale
Il Barbiere di Siviglia : "Una voce poco fa"
Il Barbiere di Siviglia : "Contro un cor"
Canzonetta spagnuola

Les Forces Majeures
Direction : Raphaël Merlin


Magnifique disque qui montre toutes les possibilités non seulement de Karine Deshayes dans ce répertoire, mais aussi dans le répertoire de Rossini puisqu'en plus des traditions d'airs, nous avons des mélodies et une cantate. Maintenant, Karine Deshayes a chanté Armida, La Cenerentola, Il Barbiere di Siviglia, La Donna del Lago et Semiramide... autant dire qu'on a une vraie rossinienne pure souche ici! Et on l'entend dans les ornementations, dans la vocalise, l'aisance dans l'aigu (elle qui se dit mezzo encore!). Tout est tellement facile semble-t-il... et le studio permet de lisser légèrement les différences de puissance de registre perceptibles en salle.
Un grand disque Rossini!!


(tu voix Belcore, deux chanteurs vivants... et maintenant je suis avec Joyce DiDonato! Very Happy Oui, je fais dans l'ordre alphabétique de mes disques! Mr.Red)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 704
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   Ven 23 Nov 2018 - 9:20


Dont acte, on parlera d'autres artistes au milieu des entrées consacrées à Horne, Ramey, Sutherland...
Mais :
Puisque tu abordes la question par ordre alphabétique, quid de June Anderson ??
Ensuite je persiste à penser que, malgré les aspects techniques que tu soulignes, le chant "belcantiste romantique" pourrait etre abordé dans sa globalité, ça alourdirait le propos mais ça l'enrichirait aussi.
Enfin il serait pertinent d'englober dans la discussion les représentations - puisque tu vas parler de Di Donato, rossinienne éminente, il serait intéressant d'évoquer ses incarnations récentes dans Sémiramide à Londres et à Munich qu'à ma connaissance elle n'a pas enregistré en intégrale - Sa Donna del Lago au Met avec Florez est aussi un grand moment..

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur le chant rossinien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur le chant rossinien
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sur le chant rossinien
» Un bon micro chant ?
» Qui est méchant?
» Le chant diphonique
» Besoin d'un PIED de MICRO et d'un MICRO CHANT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: