Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Weinberg/Vainberg (1919-1996)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1005
Date d'inscription : 07/08/2012

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 8 Juil 2019 - 23:12

Pour être honnête je n'aime pas la 21e, et je crains que tu détesterais Benedictus.
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 8 Juil 2019 - 23:17

Benedictus a écrit:
Настия: Very Happy Merci pour ce panorama! Je vais essayer de me procurer le disque Olympia avec la 7 par Barshaï et la 12 par Maxim Dmitrievitch (si je te suis bien, ce sont deux sommets du corpus dans des interprétations particulièrement réussies) et la 8 par Wit.

(Mais de fait, j'ai l'impression que je suis beaucoup plus fait pour apprécier Tichtchenko que Weinberg.)

coucou Je crois bien que c'est effectivement le cas.
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 841
Date d'inscription : 06/08/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 9 Juil 2019 - 7:28

Benedictus a écrit:
Настия: Very Happy Merci pour ce panorama! Je vais essayer de me procurer le disque Olympia avec la 7 par Barshaï et la 12 par Maxim Dmitrievitch (si je te suis bien, ce sont deux sommets du corpus dans des interprétations particulièrement réussies) et la 8 par Wit.

(Mais de fait, j'ai l'impression que je suis beaucoup plus fait pour apprécier Tichtchenko que Weinberg.)


Greg: J'avais bien lu ton éloge de ce nouveau disque - mais ta comparaison avec la 15ᵉ de Chosta m'avait plutôt refroidi...




c'est Dommage , se priver un chef-d'oeuvre  ... lire la critique de  Stéphane Friédérich sur ce disque ICI

"Cette partition magnifique parce que d’une puissance expressive intense renoue, elle aussi, avec le postromantisme d’un Mahler et d’un Zemlinsky, l’épure cinglante et sarcastique du dernier Chostakovitch."    
Effectivement , il y a du Mahler , dans le coté "musique de chambre" de certains passages , c'est aussi une symphonie-univers  qui intègre de beaucoup de moyens d'expression .
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 9 Juil 2019 - 11:51

greg skywalker a écrit:
il faut absolument écouter la 21 par Mirga Gražinytė-Tyla , c'est vraiment bouleversant ! c'est   le cd symphonique de l'année

Pour le CD symphonique de l'année, j'aurais plutôt vu l'intégrale orchestrale de Dupont, les Brahms de Zehetmair, les Sibelius de Rouvali et P. Järvi, Liatochynsky 3 par Karabits, les Planètes par Litton, les Schubert de De Vriend, voire le Mahler 10 de Storgårds, les Kabalevski d'Ang – et si on inclut les concertos, le disque de l'année, c'est pour moi l'album concertos de Graener paru chez CPO.

Mais c'est peut-être parce que je n'aime pas trop Vainberg.

Dans cette 21 par MGT, j'ai été frappé par l'intensité des cordes dans un genre pas du tout russe (le son est assez clair et lisse), très fort en effet, mais on reste dans la morne plaine du soviétisme dépressif avec ce lyrisme paradoxalement très peu mélodique, cette tonalité cabossée sans être hardie… Pas trop mon genre (effectivement le parallèle avec la Quinzième de Chosta, ou dans le meilleur des cas le mouvement lent du 7e Quatuor, s'impose).

Kaspczyk, je n'ose plus trop l'écouter hors de Szymanowski, j'ai été tellement déçu par sa 10e de Chosta récemment, alors qu'il avait le meilleur orchestre du monde à disposition !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 9 Juil 2019 - 22:46

David ou l'art de tout scier avec classe Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 841
Date d'inscription : 06/08/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 9 Juil 2019 - 23:53

Bon ,David n'aime pas (ou peu) Weinberg , son cd symphonique 2019 c'est les concertos de Graener (très éloigné de Weinberg ...).
Mais ,Je remercie pour ses remarques , son ressentiment pour cette oeuvre ,même négatif .
"on reste dans la morne plaine du soviétisme dépressif " , Ce "soviétisme dépressif" est super bien construit et varié (le chant final original,l'insert emouvant de chopin , les passages klermer , les solos du violon etc ..Wink , morne plaine ? Je doute ..
En tout cas , je ressens une émotion incroyable à l'écoute de cette musique  I love you
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMer 10 Juil 2019 - 1:46

greg skywalker a écrit:
son ressentiment pour cette oeuvre

N'exagérons rien. Laughing


Citation :
"on reste dans la morne plaine du soviétisme dépressif " , Ce "soviétisme dépressif"

C'est une caractérisation du ton, pas un jugement de valeur. C'est pareil pour des œuvres que je peux révérer (les quatuors 6 à 9 de Chosta…), je veux vraiment dire que c'est une atmosphère avec peu de grands contrastes de dynamiques, comme un univers rasé et vides d'hommes. Ce n'est pas pour autant que c'est mauvais – je trouve ça un peu sombre / nu / décousu pour mon goût, mais comme je ne suis pas fan de ce type de soviétisme-là, je ne fais que passer décrire la chose, Benedictus est assez grand pour se faire une opinion sur ce qu'il veut écouter.

(Je devine qu'il trouvera ça un peu gentil, beaucoup de bons sentiment là-dedans malgré les émotions « négatives » qui y dominent. Surtout avec MGT, dont le son d'orchestre accentue l'aspect « bonté » du projet.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 841
Date d'inscription : 06/08/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMer 10 Juil 2019 - 7:17

DavidLeMarrec a écrit:
greg skywalker a écrit:
son ressentiment pour cette oeuvre

N'exagérons rien. Laughing
Désolé , je voulais écrire  "ton ressenti"  Very Happy


DavidLeMarrec a écrit:

Citation :
"on reste dans la morne plaine du soviétisme dépressif " , Ce "soviétisme dépressif"


(Je devine qu'il trouvera ça un peu gentil, beaucoup de bons sentiment là-dedans malgré les émotions « négatives » qui y dominent. Surtout avec MGT, dont le son d'orchestre accentue l'aspect « bonté » du projet.)
Sans doute !
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMer 10 Juil 2019 - 18:45

greg skywalker a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Je devine qu'il trouvera ça un peu gentil, beaucoup de bons sentiment là-dedans malgré les émotions « négatives » qui y dominent. Surtout avec MGT, dont le son d'orchestre accentue l'aspect « bonté » du projet.)
Sans doute !

Raison de plus pour se pencher sur la version sibérienne chez Toccata ! study
Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 841
Date d'inscription : 06/08/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMer 10 Juil 2019 - 19:53

plutôt essayer les 12ème et 14ème Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231

Nombre de messages : 12851
Age : 25
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMer 10 Juil 2019 - 19:54

greg skywalker a écrit:
plutôt essayer les 12ème et 14ème Very Happy

C'éclair, probablement les sommets du cycle mais versions contemporaines à éviter (prise de son raté chez Naxos et direction curieusement flasque chez Chandos).

Versions de référence : 12e - Maxime Chostakovitch, Orchestre Symphonique de la Radio de Moscou (Russian Disc & Olympia)
14e - Vladimir Fedoseyev, Orchestre Symphonique de la Radio de Moscou (Olympia)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyDim 15 Sep 2019 - 19:15

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Weinbe11
Symphonie nº21 «Kaddish», op. 152 (1991)
Mirga Gražinytė-Tyla / City of Birmingham Symphony Orchestra, Kremerata Baltica • Gidon Kremer (violon solo) • Mirga Gražinytė-Tyla (soprano), Oliver Janes (clarinette), Georgijs Osokins (piano), Iurii Gavryliuk (contrebasse)
Birmingham, XI.2018
DG


En effet, je n’ai pas du tout aimé - mais j’ai trouvé ça en fait très intéressant quant au positionnement esthétique de Weinberg.

Comme cela a déjà été souligné, cette interprétation, ne serait-ce que par la sonorité de l’orchestre (en effet, ces cordes denses et droites, très homogènes et un peu blanches, sans le grain des orchestres russes), décentre la symphonie par rapport aux modèles soviétiques et permet de la recontextualiser autrement.

C’est particulièrement patent dans les deux mouvements lents qui encadrent la symphonie. Ici, les boucles solistes à faible dynamique planant dans l’extrême aigu (qu’il s’agisse des soli de violon dans le premier mouvement ou de la soprano-chef dans le dernier), l’alternance entre les grands aplats de cordes façon Mahler 10 et les ostinatos lents et raréfies (notamment au piano), les citations fantomatiques (1ᵉ Ballade de Chopin), les brusques climaxes percussifs de l’orchestre retombant dans le silence, les arrière-plans «lointains» (en particulier les cloches dans le dernier mouvements) me semblent surtout inscrire le Weinberg de 1991 dans un univers qui s’apparente, de manière assez frappante, à celui que déployaient depuis au moins une bonne quinzaine d’années les compositeurs les plus «néo» des marges de l’URSS: on a vraiment l’impression de voir se succéder dans ces deux mouvements des manières d’écrire qui évoquent très directement ici le Polonais Górecki, là l’Ukrainien Silvestov ou le Géorgien Kantcheli, voire l’Estonien Pärt.

À l’inverse, les quatre mouvements centraux constituent une sorte de «symphonie dans la symphonie» qui, elle, témoigne de l’attachement de Weinberg au modèle chostakovien; on en retrouve tous les tropismes habituels: les harmonies «cabossées», les grands aplats déprimés, les ritournelles grimaçantes et la fausse pompe cuivrée... Et pourtant, ce que Weinberg donne ici à entendre me semble fort loin du «retour à Chostakovitch» qu’on peut trouver dans les symphonies post-soviétiques russes des années 90 (Tichtchenko 7, Schnittke 6-8: une manière d’y revenir mais en enrichissant le langage par des strates hétérogènes.) On dirait au contraire que Weinberg s’inscrit ici par rapport à Chostakovitch comme il semble, pour ce que j’ai entendu de lui, l’avoir toujours fait - mais il est possible, ici aussi, que la sonorité «occidentale» de l’orchestre tende à souligner davantage l’écart vis-à-vis du modèle que sa proximité: on dirait que Weinberg cherche à inscrire dans le modèle chostakovien une tendances personnelle plus lyrique et moins ironique, qui se traduit par une écriture mélodique plus franche et plus expansive, une harmonie plus traditionnelle et moins radicalement déceptive, par des couleurs instrumentales plus chaleureuses, un spectre orchestral plus rond et moins exsangue (comme un Chostakovitch qui n’aurait jamais tout à fait renoncé au postromantisme généreux d’un Miaskowski, voire d’un Glazounov.) J’ai trouvé ça en particulier frappant dans le long solo de clarinette, alla klezmer, dont le caractère expansif, la vigueur mélodique et rythmique, la sonorité pleine finit quasiment par renverser le propos funèbre (c’est si prégnant, ça a tant de chair qu’on dirait une protestation de vie malgré tout) - à l’opposé de l’usage par Chostakovitch de thèmes folkloriques juifs.

Évidemment, rien de tout ça ne me plaît musicalement - mais je dois dire que ça m’a permis de beaucoup mieux saisir la singularité de Weinberg dans son rapport complexe à Chostakovitch et plus largement à la musique russo-soviétique, un rapport tout en décentrements, qui, pose peut-être aussi la question de l’espèce d’identité «transfontalière» de l’homme Weinberg (dont témoignent exemplairement les incertitudes quant à l’écriture et à la translittération de son nom.)

Et, accessoirement, c’est quand même la plus intéressante de toutes les symphonies sous-titrées «Kaddish»... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 0:33

Benedictus a écrit:
qui évoquent très directement ici le Polonais Górecki, là l’Ukrainien Silvestov ou le Géorgien Kantcheli, voire l’Estonien Pärt.

… et le Biélorusse Dmitriev. Mais je trouvais quand même qu'il y avait une forte couleur harmonique très soviétique, même s'il y a un côté ascético-planant qui correspond un peu à Silvestrov ou Kancheli, en effet (mais en bien plus complexe, tout de même).


[quote]on dirait que Weinberg cherche à inscrire dans le modèle chostakovien une tendances personnelle plus lyrique et moins ironique, qui se traduit par une écriture mélodique plus franche et plus expansive, une harmonie plus traditionnelle et moins radicalement déceptive, par des couleurs instrumentales plus chaleureuses, un spectre orchestral plus rond et moins exsangue (comme un Chostakovitch qui n’aurait jamais tout à fait renoncé au postromantisme généreux d’un Miaskowski, voire d’un Glazounov.)|/quote]

Oui, c'est très vrai, quelque chose de moins acide, de plus délibérément lyrique, même si la grammaire reste la même. Et de davantage premier degré, sans doute.


Citation :
Évidemment, rien de tout ça ne me plaît musicalement - mais je dois dire que ça m’a permis de beaucoup mieux saisir la singularité de Weinberg dans son rapport complexe à Chostakovitch et plus largement à la musique russo-soviétique, un rapport tout en décentrements, qui, pose peut-être aussi la question de l’espèce d’identité «transfontalière» de l’homme Weinberg (dont témoignent exemplairement les incertitudes quant à l’écriture et à la translittération de son nom.)

Le legs de Vainberg ne se distingue pas par sa variété stylistique, mais autant les quatuors sont un peu dans cette veine-là (du Chosta qui ne ferait pas peur du tout), autant les Sonates violon-piano ont quelque chose à dire (peut-être davantage à rapprocher d'influences néo-classiques, du type de Martinů ou de Milhaud, voire de Tailleferre hehe , sur ce substrat soviétique).


Citation :
Et, accessoirement, c’est quand même la plus intéressante de toutes les symphonies sous-titrées «Kaddish»...  Mr. Green

Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 19/07/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 12:45

Les quatuors avant toute chose !  L'intégrale Danel est impeccable ...

Toutefois cela ne peut se comparer à Chostakovitch sauf en qualité de faire valoir !

Il y a un qui joue en 1° division et un autre en 3° division...
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 19:36

DavidLeMarrec a écrit:
… et le Biélorusse Dmitriev.
Je ne le connais pas, celui-là? J'ai loupé quelque chose?

DavidLeMarrec a écrit:
Mais je trouvais quand même qu'il y avait une forte couleur harmonique très soviétique, même s'il y a un côté ascético-planant qui correspond un peu à Silvestrov ou Kancheli, en effet (mais en bien plus complexe, tout de même).
Ah, les deux mouvements extrêmes, je n'y pas du tout entendu cette couleur harmonique soviétique.
J'ai vraiment eu l'impression d'entendre la symphonie d'un Chostakovitch bienveillant intercalée entre deux morceaux d'un Kantcheli exigeant.

DavidLeMarrec a écrit:
mais autant les quatuors sont un peu dans cette veine-là (du Chosta qui ne ferait pas peur du tout)
sergio a écrit:
Les quatuors avant toute chose !  L'intégrale Danel est impeccable ...
Toutefois cela ne peut se comparer à Chostakovitch sauf en qualité de faire valoir !  
Il y a un qui joue en 1° division et un autre en 3° division...
J'en avais déjà écouté deux volumes (j'aime beaucoup les portraits de Jawlensky): assez d'accord avec la définition de David («du Chosta qui ne ferait pas peur du tout»); en revanche, l'écart de maîtrise ne m'a pas semblé si spectaculaire que le suggère sergio.
Sinon, pour ce que j'ai pu comparer (le 8ᵉ), je serais assez enclin à faire mon Анастасия: les vieilles versions soviétiques chez Melodyia, c'est mieux. Disons que j'aime beaucoup les Danel, mais leurs qualités d'exactitude et de clarté m'ont semblé moins propres à servir la musique de Weinberg que la sonorité ample et grenue de la première formation du Quatuor Borodine en 1961.

DavidLeMarrec a écrit:
autant les Sonates violon-piano ont quelque chose à dire (peut-être davantage à rapprocher d'influences néo-classiques, du type de Martinů ou de Milhaud, voire de Tailleferre hehe , sur ce substrat soviétique).
Ah, tiens! Je tenterai, à l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 20:07

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
… et le Biélorusse Dmitriev.
Je ne le connais pas, celui-là? J'ai loupé quelque chose?

Non. Moi j'aime beaucoup (plus que les autres que tu citais, enfin ça dépend pour Górecki), mais c'est clairement du néoromantisme bien sage des années 1990. Même pas trop sûr de ce qu'il existe au disque, les compositeurs biélorusses ne sont pas exactement du matériel d'export.


Citation :
Ah, les deux mouvements extrêmes, je n'y pas du tout entendu cette couleur harmonique soviétique.

Oh, pourtant. Passée par l'épure, certes, mais tout de même.


Citation :
l'écart de maîtrise ne m'a pas semblé si spectaculaire que le suggère sergio.

Moi je trouve que si : c'est bien fait, mais tout est égal là-dedans ; rien à voir avec les textures, les climats, les coups de théâtre des quatuors de Chosta.


Citation :
Ah, tiens! Je tenterai, à l'occasion.

Je n'ai pas dit que c'était grandiose non plus. Mais ça m'a davantage intéressé (il faut dire que c'était en concert dans un salon, à deux mètres cinquante des musiciens). J'y ai davantage senti, en tout cas, la diversité des influences et références, quelques contrastes aussi. (La bonne réputation dont jouit actuellement Weinberg me reste assez mystérieuse, quand on voit qu'on ne fait rien pour Chtcherbatchov, Popov et Deshevov, peu pour Tichtchenko ; même Khrennikov me paraît plutôt plus intéressant.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8700
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 20:18

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
l'écart de maîtrise ne m'a pas semblé si spectaculaire que le suggère sergio.
Moi je trouve que si : c'est bien fait, mais tout est égal là-dedans ; rien à voir avec les textures, les climats, les coups de théâtre des quatuors de Chosta.
Il faudrait que je retente les Chosta: lors de ma dernière réécoute, j'avais été très déçu (trouvé plutôt ternes et très prévisibles certains quatuors dont je gardais un bon souvenir.)

DavidLeMarrec a écrit:
(La bonne réputation dont jouit actuellement Weinberg me reste assez mystérieuse, quand on voit qu'on ne fait rien pour Chtcherbatchov, Popov et Deshevov, peu pour Tichtchenko ; même Khrennikov me paraît plutôt plus intéressant.)
Oui, si DG investit là-dessus, c'est que (outre l'argument jeune-cheffe-charismatique-qui-chante) ça doit être potentiellement vendeur.


Dernière édition par Benedictus le Lun 16 Sep 2019 - 22:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17175
Date d'inscription : 25/11/2012

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyLun 16 Sep 2019 - 21:41

Benedictus a écrit:
Je ne le connais pas, celui-là? J'ai loupé quelque chose?

encore faudrait-il qu’il existe, je dis ça comme ça.

sinon, Georgi Dmitriev est un compositeur moscovite plutôt institutionnel, dans le genre Vieille Russie et/ou planant et/ou romantique, notamment connu pour sa musique vocale, discographie assez large en russe.
Revenir en haut Aller en bas
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 19/07/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 8:58

void


Dernière édition par sergio le Mar 17 Sep 2019 - 9:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 19/07/2010

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 9:01

DavidLeMarrec a écrit:



Citation :
l'écart de maîtrise ne m'a pas semblé si spectaculaire que le suggère sergio.

Moi je trouve que si : c'est bien fait, mais tout est égal là-dedans ; rien à voir avec les textures, les climats, les coups de théâtre des quatuors de Chosta.



Pour en avoir la parfaite illustration,  il suffit d'écouter le vol3 de l'excellente intégrale du Pacifica Quartet "The Soviet Experience " où ils font suivre les quatuors 9 à 12 de Chosta par le 6 de Weinberg.

Cela dit on ne peut pas laisser penser que Weinberg est un compositeur qui manque de maitrise ...

Quand à Gorecki, en tout cas pour les quatuors, c'est carrément faible par rapport à Chosta ET Weinberg Laughing
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 10:53

sergio a écrit:
Cela dit on ne peut pas laisser penser que Weinberg est un compositeur qui manque de maitrise ...

Rien ne serait moins vrai en effet. C'est plutôt de relief, de surprises, de singularité que ça manque… mais pour la maîtrise, on a tout ce qu'il faut.


Citation :
Quand à Gorecki, en tout cas pour les quatuors, c'est carrément faible par rapport à Chosta ET Weinberg Laughing

Je n'ai pas essayé ! C'est le G. atonal ou planant ? Ce que j'aime chez lui, ce sont avant tout les œuvres chorales, il y a des merveilles.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 13:37

Benedictus a écrit:
Il faudrait que je retente les Chosta: lors de ma dernière réécoute, j'avais été très déçu (trouvé plutôt ternes et très prévisibles certains quatuors dont je gardais un bon souvenir.)

Les 6,7,8,9,15 sont quand même très spectaculaires et assez singuliers. Alors que je suis sur la même pente que toi, en réentendant le 8 en concert bien joué, je suis sorti tétanisé, tout de même.


Citation :
Oui, si DG investit là-dessus, c'est que (outre l'argument jeune-cheffe-charismatique-qui-chante) ça doit être potentiellement vendeur.

Non, DGG perd de l'argent avec tous ses disques classiques (peut-être pas avec quelques récitals lyriques du genre duos de cross-over avec Domingo & Kaufmann, mais sinon tout est déficitaire, politique de prestige uniquement). C'est sans doute le côté que tu dis, symphonie commémorative, jeune cheffe attachante… Mais ça ne se vendra pas, elle n'est pas assez célèbre pour compenser le répertoire obscur.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
darkmagus
Mélomaniaque
darkmagus

Nombre de messages : 1825
Age : 70
Localisation : sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 19:27

DavidLeMarrec a écrit:
sergio a écrit:
Quand à Gorecki, en tout cas pour les quatuors, c'est carrément faible par rapport à Chosta ET Weinberg Laughing

Je n'ai pas essayé !  C'est le G. atonal ou planant ?  Ce que j'aime chez lui, ce sont avant tout les œuvres chorales, il y a des merveilles.

Je ne sais pas ce qu'en dira Sergio, mais j'écoute en ce moment les deux quatuors de Gorecki, et il y a des mouvements qui font très sérieusement penser à Glass, et un peu à Reich aussi.

Le 1er est assez Reich rêche, le 2ème beaucoup plus lumineux et coloré, agréable d'écoute dans l'ensemble, mais effectivement tout ça est très loin de Chosta, pour Weinberg je ne sais pas, je ne les connais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83930
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 EmptyMar 17 Sep 2019 - 22:51

Je n'ai pas un si mauvais souvenir non plus des quatuors de Gorecki, par contre je n'aurais pas comparé avec Chosta ou Weinberg tant c'est autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Weinberg/Vainberg (1919-1996)   Weinberg/Vainberg (1919-1996) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Weinberg/Vainberg (1919-1996)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un génie méconnu mort à 26 ans: Gideon Klein (1919-1945)
» Giacomo MEYERBEER (1791-1864)
» Fountains of Wayne
» Alberto Bruni Tedeschi (1915-1996)
» SLY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: