Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tchaikovsky - Symphonie n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Cette symphonie est-elle à vos yeux :
remarquable
38%
 38% [ 3 ]
réussie
25%
 25% [ 2 ]
mitigée
25%
 25% [ 2 ]
ratée
0%
 0% [ 0 ]
c'est pas dans l'intégrale Mravinsky ?
12%
 12% [ 1 ]
Total des votes : 8
 

AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 14:15

Avec toute cette discographie, il vaut mieux un fil par symphonie je pense. Il faudra en tout cas en faire un pour les intégrales.

Depuis que j'ai écouté cette symphonie dans un récent concert Maazel / New York (Maazel réussit tout ce qu'il touche au plus haut degré, depuis qu'il est là-bas...), j'ai beaucoup de mal à écouter les versions discographiques.

Chez Maazel / NYPO, la quadrature du cercle : à la fois le lyrisme et la danse.

Parce que la plupart de plupart des versions souffrent précisément du manque cruel de rebond, les danses sont d'une platitude narcotique.
J'ai l'étrange impression de voir les chefs se tromper (comme si moi, pauvre vermisseau, je détenais une vérité supérieure Rolling Eyes ), interpréter à rebours du sens de l'oeuvre.

Après avoir parcouru un certain nombre de versions, je livre mon sentiment.

Disques écoutés : Karajan DG, Pletnev, Markevitch, Abbado LSO, Svetlanov (dans son édition), Rostropovitch, Maazel Vienne, Litton, Bernstein, Temirkanov, Abravanel, Caetani, Jansons, Wit.

Wit, Abravanel, Caetani, Karajan, Pletnev Abbado et même Markevitch manquent résolument de rebond, ils jouent ça comme la Première ou la Sixième, du coup, ça paraît très plat dans le propos musical (un peu comme si on voulait jouer LULLY avec la consistance de Bruckner : ça mettrait en évidence les faiblesses musicales et pas cette danse irrésistible).

Svetlanov est différent : il prend la symphonie lentement, si bien que la danse se perd, mais au profit d'autre chose, d'une véritable atmosphère. Pas vraiment ce que j'attendais lorsque je l'ai mis, et pas forcément la meilleure option pour cette symphonie-là, mais à la réécoute, ce peut ménager une bonne surprise.

Rostropovitch, Temirkanov et un peu plus Litton rebondissent un peu mollement, mais n'esquivent pas le caractère de danse dans les mouvements extrêmes.

Bernstein une fois de plus propose de belles choses personnelles, qui correspondent plutôt bien au folklorisme qu'on pouvait attendre, mais avec une sorte de profondeur bizarre en sus.

Et c'est finalement avec Maazel / Vienne que je trouve mon compte, le seul à vraiment me convaincre. Evidemment, c'est Vienne, donc sons assez tranchants, et on n'évite pas toujours un rien de clinquant (pas toujours approprié dans les autres symphonies), mais précisement, cela claque, les rythmes effrénés s'emballent dans un appel déhanché vraiment réussi. On entend aussi, certes un peu moins bien qu'à New York, les strates instrumentales, les motifs de bois et de cuivres qui s'entrelacent pour conduire d'une explosion de cordes à l'autre. La conception a finalement peu évolué entre les deux époques, même si quarante années les séparent.
C'est juste plus abouti aujourd'hui.

Edit 7 juillet 2010 : Jansons Oslo PO. La prise de son Chandos est extraordinaire de détail, et sur Jansons qui fait sonner un orchestre comme personne, c'est fantastique - quand on voit ce qu'EMI a fait sur ses Rachmaninov. Shit
Vraiment, discographiquement, la version à acquérir absolument, ça combine les qualités de choses non publiées comme Maazel / New York (folie de la danse) et Gergiev / Marinsky (orgie des détails).


Si vous avez d'autres attentes ou d'autres conseils dans cette symphonie que j'aime beaucoup (Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...), c'est volontiers ! Very Happy


Dernière édition par DavidLeMarrec le Mer 7 Juil 2010 - 10:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Nounou
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 15:23

DavidLeMarrec a écrit:
Avec toute cette discographie, il vaut mieux un fil par symphonie je pense. Il faudra en tout cas en faire un pour les intégrales.

Depuis que j'ai écouté cette symphonie dans un récent concert Maazel / New York (Maazel réussit tout ce qu'il touche au plus haut degré, depuis qu'il est là-bas...), j'ai beaucoup de mal à écouter les versions discographiques.

Chez Maazel / NYPO, la quadrature du cercle : à la fois le lyrisme et la danse.

Parce que la plupart de plupart des versions souffrent précisément du manque cruel de rebond, les danses sont d'une platitude narcotique.
J'ai l'étrange impression de voir les chefs se tromper (comme si moi, pauvre vermisseau, je détenais une vérité supérieure Rolling Eyes ), interpréter à rebours du sens de l'oeuvre.

Après avoir parcouru un certain nombre de versions, je livre mon sentiment.

Disques écoutés : Karajan DG, Pletnev, Markevitch, Abbado LSO, Svetlanov (dans son édition), Rostropovitch, Maazel Vienne, Litton, Bernstein, Temirkanov.

Karajan, Pletnev Abbado et même Markevitch manquent résolument de rebond, ils jouent ça comme la Première ou la Sixième, du coup, ça paraît très plat dans le propos musical (un peu comme si on voulait jouer LULLY avec la consistance de Bruckner : ça mettrait en évidence les faiblesses musicales et pas cette danse irrésistible).

Svetlanov est différent : il prend la symphonie lentement, si bien que la danse se perd, mais au profit d'autre chose, d'une véritable atmosphère. Pas vraiment ce que j'attendais lorsque je l'ai mis, et pas forcément la meilleure option pour cette symphonie-là, mais à la réécoute, ce peut ménager une bonne surprise.

Rostropovitch, Temirkanov et un peu plus Litton rebondissent un peu mollement, mais n'esquivent pas le caractère de danse dans les mouvements extrêmes.

Bernstein une fois de plus propose de belles choses personnelles, qui correspondent plutôt bien au folklorisme qu'on pouvait attendre, mais avec une sorte de profondeur bizarre en sus.

Et c'est finalement avec Maazel / Vienne que je trouve mon compte, le seul à vraiment me convaincre. Evidemment, c'est Vienne, donc sons assez tranchants, et on n'évite pas toujours un rien de clinquant (pas toujours approprié dans les autres symphonies), mais précisement, cela claque, les rythmes effrénés s'emballent dans un appel déhanché vraiment réussi. On entend aussi, certes un peu moins bien qu'à New York, les strates instrumentales, les motifs de bois et de cuivres qui s'entrelacent pour conduire d'une explosion de cordes à l'autre. La conception a finalement peu évolué entre les deux époques, même si quarante années les séparent.
C'est juste plus abouti aujourd'hui.


Si vous avez d'autres attentes ou d'autres conseils dans cette symphonie que j'aime beaucoup (Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...), c'est volontiers ! Very Happy

Beau sujet ! Et en effet, un fil par symphonie n'est pas de trop.

Le sujet n'est pas Maazel, mais j'avoue être tombé à la renverse en lisant "Maazel réussit tout ce qu'il touche au plus haut degré, depuis qu'il est là-bas...". C'est ironique ? Non parce que son dernier concert à Paris avec la 4ème de Tchaiko était lamentable de dégoulinant cuivré j'en passe et des meilleurs.

Bref la 3ème de Tchaiko !!

Svetlanov en live BBC !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! drink
C'est dentesque ! Et renvoie tous les chefs que tu as cités à leurs études !
Ensuite je te trouve sévère avec Markevitch. Sa version possède de réelles de rebonds.

Mes choix complémentaires : Mehta à Los Angeles (tu devrais l'écouter !!) pour l'orchestre, le ton virvoltant, la prise de son spectaculaire, et la folie Dorati à Londres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 15:42

J'ai écouté aussi Mehta, je ne l'ai pas mentionné, c'est vrai, et j'ai trouvé ça décevant. Extérieur comme toujours, mais pas spécialement dansant (puisque c'est ici ma préoccupation, pas tant par idéologie, mais sinon ça s'enlise vite).

Concernant Maazel, je n'étais pas audit concert, mais ces dernières années, à chaque fois que je suis tombé à l'aveugle sur une radiodiffusion (Création de Haydn, Neuvième de Dvořák, Manfred de Tchaïkovsky, cette Troisième), j'ai été renversé par l'énergie et la justesse stylistique, là où je n'aurais même pas fait l'effort d'emprunter le disque...

Ca commence à faire un réseau de présomptions suffisant pour que j'estime au plus au point son travail avec le NYPO.

Après ça, dans son intégrale viennoise, la Quatrième n'est effectivement pas la meilleure de la discographie (mais c'est très loin de l'indignité cela dit).
Pour la Quatrième aussi je suis un peu difficile, je n'aime pas trop les fanfares qui l'ouvrent, mais je parlerai de mes goûts dans un fil approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Strad78
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 53
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 18:05

DavidLeMarrec a écrit:
(Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...)

Pouvez-vous nous en dire + sur ce pastiche qui m'avait échappé Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Strad78
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 53
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 18:11

... et pour répondre à l'objet du fil :
Je possède 3 versions : la version Karajan / DG et deux versions Svetlanov (édition Warner et le live BBC de 1968).
Cela fait un bout de temps que la version Karajan n'est pas sortie de son boîtier (sans intérêt, donne l'impression d'un "complément de catalogue").
Entre les deux versions Svetlanov mon coeur balance.
Fut un temps, Rojdestvenski était recommandé pour les symphonies de Tchaïkovsky mais je n'ai pas eu l'occasion d'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 21 Avr 2010 - 19:19

Strad78 a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...)

Pouvez-vous nous en dire + sur ce pastiche qui m'avait échappé Question
Je te demande pardon par avance, ce que je vais faire n'est pas très poli, mais comme ça demande des extraits de partitions et de son, je te renvoie vers la notule toute faite Embarassed : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2009/12/31/1443 .

Mais en résumé :
- procédés de développement de motifs courts ;
- même orchestration des climax (pas si fréquente) ;
- suraigu obstiné et impudent des violons ;
- même ponctation finale en quarte ascendante aux timbales.

Rien de révolutionnaire, mais quand j'entends le tout, je ne crois plus à la coïncidence.

J'ai découvert ce Chosta avec ce Tchaïkovsky, et j'ai été vraiment saisi dès la première écoute par ça, j'ai été étonné de ne jamais en avoir entendu parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Nounou
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 10:47

DavidLeMarrec a écrit:
Strad78 a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...)

Pouvez-vous nous en dire + sur ce pastiche qui m'avait échappé Question
Je te demande pardon par avance, ce que je vais faire n'est pas très poli, mais comme ça demande des extraits de partitions et de son, je te renvoie vers la notule toute faite Embarassed : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2009/12/31/1443 .

Mais en résumé :
- procédés de développement de motifs courts ;
- même orchestration des climax (pas si fréquente) ;
- suraigu obstiné et impudent des violons ;
- même ponctation finale en quarte ascendante aux timbales.

Rien de révolutionnaire, mais quand j'entends le tout, je ne crois plus à la coïncidence.

J'ai découvert ce Chosta avec ce Tchaïkovsky, et j'ai été vraiment saisi dès la première écoute par ça, j'ai été étonné de ne jamais en avoir entendu parler.

Techniquement il peut en effet y avoir des ressemblances, mais à l'oreil, franchement David, j'entends pas !! bedo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 11:06

Pour moi, c'est justement flagrant à l'oreille, c'est pour ça que je suis allé vérifier mes hallucinations. Et là, sur les partitions, ça confirme vraiment. C'est vraiment énorme pour une coïncidence, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Nounou
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 11:16

DavidLeMarrec a écrit:
Pour moi, c'est justement flagrant à l'oreille, c'est pour ça que je suis allé vérifier mes hallucinations. Et là, sur les partitions, ça confirme vraiment. C'est vraiment énorme pour une coïncidence, je trouve.

On parle bien de la coda du final de la 5ème de chosta vs coda du final de la 3ème de Tchaiko ??!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Strad78
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 53
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 11:49

DavidLeMarrec a écrit:
Strad78 a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(Chosta en a pastiché toute la coda dans sa Cinquième...)

Pouvez-vous nous en dire + sur ce pastiche qui m'avait échappé Question
Je te demande pardon par avance, ce que je vais faire n'est pas très poli, mais comme ça demande des extraits de partitions et de son, je te renvoie vers la notule toute faite Embarassed : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2009/12/31/1443 .

Mais en résumé :
- procédés de développement de motifs courts ;
- même orchestration des climax (pas si fréquente) ;
- suraigu obstiné et impudent des violons ;
- même ponctation finale en quarte ascendante aux timbales.

Rien de révolutionnaire, mais quand j'entends le tout, je ne crois plus à la coïncidence.

J'ai découvert ce Chosta avec ce Tchaïkovsky, et j'ai été vraiment saisi dès la première écoute par ça, j'ai été étonné de ne jamais en avoir entendu parler.

Ce n'est pas impoli, c'est très intéressant (et un marque-pages en plus pour mon navigateur).

La découverte concomitante des deux oeuvres et le fait que Maazel en fasse me semble-t-il des (kilo-)tonnes (ce qui va bien au teint de l'oeuvre) ont aidé à vous mettre la puce à l'oreille ? - avec la version Karajan le rapprochement aurait été plus difficile Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 11:58

Nounou a écrit:
On parle bien de la coda du final de la 5ème de chosta vs coda du final de la 3ème de Tchaiko ??!!
Ouais. Smile

Strad78 a écrit:
Ce n'est pas impoli, c'est très intéressant (et un marque-pages en plus pour mon navigateur).
C'aurait été mieux que je refasse la démo plutôt que de renvoyer chez moi, mais c'est vrai que sans les extraits, c'était moins parlant.

Citation :
La découverte concomitante des deux oeuvres et le fait que Maazel en fasse me semble-t-il des (kilo-)tonnes (ce qui va bien au teint de l'oeuvre) ont aidé à vous mettre la puce à l'oreille ? - avec la version Karajan le rapprochement aurait été plus difficile Wink
Je veux bien, moi, mais ces violons obstinés dans le suraigu pendant le thème pétaradant aux cuivres, et l'orchestration du climax, c'est écrit...

Et comme je le disais plus haut, de toute façon Karajan passe à côté du caractère de l'oeuvre à mon avis, Maazel a simplement le ton juste.

De toute façon, du Tchaïkovsky lourd, ça ne produit pas du Chosta. Surprised


Si ça ne vous frappe pas, c'est que c'est peut-être une coïncidence, mais ça me paraît tellement peu fortuit (surtout que Tchaïkovsky, c'est pas comme si j'exhumais un compositeur russe qui n'était pas joué...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Strad78
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 53
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 14:04

DavidLeMarrec a écrit:

De toute façon, du Tchaïkovsky lourd, ça ne produit pas du Chosta. Surprised


Si ça ne vous frappe pas, c'est que c'est peut-être une coïncidence, mais ça me paraît tellement peu fortuit (surtout que Tchaïkovsky, c'est pas comme si j'exhumais un compositeur russe qui n'était pas joué...)

Celui-là je ne l'ai pas volé ! Smile

Et mon commentaire ne vise pas la qualité de la démonstration, que je n'hésiterai pas à réutiliser (en citant mes sources, bien sûr). Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Jeu 22 Avr 2010 - 17:43

Ah, c'était de la surprise. Smile Je pensais que c'était de la réticence, comme Nounou (qui est tout à fait légitime, je suis content d'avoir des échos de toute façon pour mettre à l'épreuve cette impression).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 7 Juil 2010 - 9:58

Tiré de 'Playlist' :

=> Tchaïkovsky, Symphonie 3, Wit Radio Polonaise. Trop mou, lointain et réverbéré. Vraiment, je ne peux pas écouter ce type d'interprétation (très majoritaire au disque, même chez Svetlanov...), il me faut du détail et du rebond ici, un peu comme dans le baroque français qu'on ne peut pas jouer hyperlegato et bien stable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82655
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 7 Juil 2010 - 9:59

Tiré de 'Playlist' :

=> Tchaïkovsky, Symphonie 3, Jansons Oslo PO. Au disque, je n'ai trouvé que Maazel et cette version qui me satisfassent, les autres me frustrent énormément : ça ne danse pas, alors que ce n'est qu'une symphonie de la danse. La plus mal-aimée de tout le corpus. Et pourtant !

La prise de son Chandos est extraordinaire de détail, et sur Jansons qui fait sonner un orchestre comme personne, c'est fantastique - quand on voit ce qu'EMI a fait sur ses Rachmaninov. Shit Shit
Vraiment, discographiquement, la version à acquérir absolument, ça combine les qualités de choses non publiées comme Maazel / New York (folie de la danse) et Gergiev / Marinsky (orgie des détails).


J'en ai profité pour mettre à jour la présentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23327
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Sam 28 Sep 2013 - 14:00

Adrian Boult, London Philharmonic Orchestra
 
(Decca, février 1956)
 

 
On ne doit pas attendre du chef anglais les mêmes fulgurances que Dorati avec le LSO (Mercury), mais son interprétation n'en est pas pourtant pas dénuée de tension. L'exaltation contenue du Finale est l'exemple-même de cette approche.
David a déjà souligné la vocation chorégraphique de cette partition, et bien ici le rebond évolue plutôt grassement, moins à cause d'un défaut d'acuité rythmique (bien réelle sous la baguette de Boult) que de la densité des timbres du London Philharmonic. Si cet opus pouvait se percevoir comme une sorte de ballet, Boult s'y distingue moins pour sa rigueur métrique que pour son pouvoir d'évocation et ses capacités poétiques. Et bien sûr, son tact.
L'opulente prise de son (mais transparente et en relief malgré la mono) privilégie le tapis de cordes plutôt que les cuivres. Ou pour mieux dire : elle rééquilibre les pupitres, où chacun endosse son rôle dans un discours qui se révèle particulièrement réussi dans l'Andante (l'on y apprécie des bois goûtus et corsés).
Le maestro britannique rapproche cette symphonie polonaise de l'esprit germanique, comme sous esthétique brahmsienne, et l'éloigne du folklore slave. Le Scherzo subit pourtant ici une pointe de raideur à force de serrer le tempo.
On évite ainsi salutairement la pompe clinquante où sombrent d'autres versions, et l'on profite d'un foisonnement de détails patiemment explorés, et d'un luxe de sonorité qui apparente cette oeuvre à une galerie de tableaux plantureux, animés à coeur, sans esbroufe mais sans traînage.
Pas de quoi grimper au lustre en écoutant cette interprétation mûrement pensée, sentie et conduite, mais à chaque instant elle convainc par la justesse de ses vues, elle sait flatter l'oreille, et intéresser par une habileté narrative qui soutient l'attention sans la forcer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23327
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mar 20 Mai 2014 - 0:22

DavidLeMarrec, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

DavidLeMarrec a écrit:

sylvain a écrit:


Tchaikovsky, Symphonie no.3

Lorin Maazel, New York Philharmonic


Référence.  


C'est chez quel éditeur ?  scratch


Jamais édité, me semble-t-il : j'avais entendu ça à la radio américaine. Cette symphonie est fondée sur des rythmes de danse, et en le refusant, la plupart des versions sombrent dans un ennui fort sérieux. Ce qui s'en approche le plus, au disque, c'est Jansons (et Maazel lui-même, dans une lecture plus virtuose, Vienne oblige, que folklorique).

De toute façon, Maazel avec New York, ces dernières années, c'est l'une des associations les plus exaltantes du moment – étrangement, ça ne concerne à peu près aucune de ses autres collaborations.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23327
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   Mer 22 Mar 2017 - 0:27

Surprised Retour en série Éloquence (première réédition en CD !) de la rare interprétation de Moshe Atzmon avec le Wiener Symphoniker (enregistré en mai 1973).

https://www.amazon.fr/dp/B01N4WU45Z

Voir les infos ici : https://eloquenceclassics.com/releases/tchaikovsky-symphonies-3-5/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tchaikovsky - Symphonie n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tchaikovsky - Symphonie n°3
» Tchaikovsky - Symphonie n°5
» Tchaïkovsky : symphonie n°2
» Tchaïkovsky, 6ème symphonie
» Tchaïkovsky - Symphonie n°4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: