Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Eileen Farrell (1920-2002)

Aller en bas 
AuteurMessage
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20100
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyLun 21 Juin 2010 - 20:31

Eileen Farrell :

Eileen Farrell (1920-2002) Farrelyoung

Eileen Farrel est née en 1920 à Willimantic (Connecticut) et commence sa carrière de chanteuse dans le chœur d'une radio. Rapidement, elle obtient une émission d'une demi-heure sur CBS : Eileen Farrell Sings où elle aborde aussi bien Gershwin, des jazz que Bach. Du coup, elle se fait connaître, mais les spécialistes rechignent devant elle, considérée comme trop "populaire" pour vraiment faire une vraie chanteuse d'opéra.
En 1951, elle fait un immense début dans Wozzeck où sa Marie sous la baguette de Mitropoulos va devenir un important jalon dans la découverte de cet opéra (et un grand témoignage dans la discographie de cet opéra.) Toujours en concert, elle chante Medea de Cherubini en 1955 et fait finalement ses débuts sur scène en 1956 dans le rôle de Santuzza de Cavalleria Rusticana. La même année, elle se produit dans Il Trovatore aux côtés de Jussi Bjoerling. En 1960, elle fait ses débuts au MET dans Alceste après avoir longtemps attendu que Bing se décide à l'appeler. Pendant 5 saisons, elle va arpenter la scène de New-York dans les rôles de La Gioconda, Maddalena (Andrea Chénier), Santuzza, ou encore Leonora (La Forza del Destino). Mais elle ne se sent pas à l'aise sur les planches, et après que Bing lui ait proposé Wozzeck en anglais, elle décline la proposition et ne se produira plus sur scène au MET. Elle va alors se concentrer sur des apparitions de concert, y trouvant plus de bonheur. En 1968-70 par exemple, elle se produit avec Leonoard Bernstein (l'un des grands admirateurs de cette voix) dans des actes complets de Wagner.
Ensuite, elle continuera à chanter du jazz tout en formant de jeunes chanteurs. Son dernier enregistrement date de 1995, consacré au jazz.

Mais si sa carrière aura au final été courte sur scène, c'est aussi parce qu'elle avait son petit caractère et ne supportait la futilité et le manque de tension dans certains opéras, comme Il Trovatore : elle dira par exemple sur Leonora qu'elle était "vraiment inexistante. Que fait-elle? Elle se tient simplement là et chante?". Totalement à l'opposé, elle avoua n'avoir que rarement réussi à chanter les airs de Cio-cio-San sans se mettre à pleurer tellement la musique lui parlait. Avec ses collègues, c'était une crème, toujours de bonne humeur et sachant ne jamais se prendre au sérieux. Pour elle chanter était le principal.

Eileen Farrell (1920-2002) Farrellarmstrong

Elle meurt en 2002.


Vocalement, elle impressionnait par l'assurance de la voix, d'une autorité souveraine, se moquant bien des catégories vocales.
Ainsi par exemple, elle enregistra la bande son du film dédié à Marjorie Lawrence, où elle chantait rien moins que Carmen, Butterfly, Brünnhilde, Dalila, Chérubin ou encore des mélodies populaires. D'ailleurs, elle avait refusé que son nom soit indiqué dans les crédits, ne voulant pas être catégorisée "sosie de Lawrence"…
Elle aurait peu chanter les rôles wagnériens lourds (surtout quand on entend les extraits qui nous restent), mais voyant ce qu'en faisait une Nilsson à la même époque par exemple, elle ne voyait pas l'intérêt de s'y lancer elle aussi. Lucidité? Modestie?


Sa discographie est assez réduite au final :
- Berg : Wozzeck (avec Mitropoulos à la baguette, en direct en 1951)
- Donizetti : Maria Stuarda (avec Sills, Burrows, Plessis et Quilico en direct 1971)

Il existe après des enregistrements radio de différents autres rôles :
- Verdi : La Forza del destino (MET, avec Tucker, Merrill, Hines, Schick, le 30 décembre 1961)
- Ponchielli : La Gioconda (MET, avec Corelli, Rankin, Merrill, Tozzi, Cleva, le 31 mars 1962)
- Mascagni : Cavalleria Rusticana (MET, avec Tucker, Bardelli et Santi, le 11 Avril 1964)
- Gluck : Alceste (MET, avec Gedda, Cassel, Nagy, Adler, le 11 Février 1961)
- Cherubini : Medea (Town Hall de New-York, avec McCracken, Scott, Gamzon, le 8 Novembre 1955)

Du point de vue récital studio, on peut en trouver trois importants :
- Opera Arias & Songs (Alceste, Oberon, Ernani, La Gioconda, La Pucelle d'Orléans, Hérodiade, l'Enfant Produgue, Le Consul, Mélodies)
- Duo de Verdi (avec Richard Tucker)
- Airs de Verdi (Simon Boccanegra, Aïda, Il Trovatore, Otello, la Forza del Destino, Un Ballo in Maschera)
- Air de Puccini (Gianni Schicchi, La Bohème, La Rondine, Tosca, Madama Butterfly, Manon Lescaut, Turandot)

Et puis il y a ses fameux enregistrements de Wagner :
- Wesendonck-Lieder (dirigés par Bernstein en 1961)
- Götterdämmerung : L'Immolation de Brünnhilde (dirigé par Bernstein en 1961)
- Siegfried : Duo Siegfried-Brünnhilde (avec Set Svanholm, dirigé par Erich Leinsdorf en 1949)
- Tristan et Isolde : Acte II, scène 2 – Acte III, dernière scène (avec Jess thomas et Joanna Simin, dirigé par Bernstein le 26 Février 1969)
- Die Walküre : Acte I (avec James King et Michael Langdon, dirigé par Leonoard Bernstein le 23 mai 1968)
- Götterdämmerung : Prologue – Acte 1, scène 3 (avec Jess Thomas, dirigé par Leonoard Bernstein en 1970)
- Götterdämmerung : Immolation de Brünnhilde (dirigé par Victor de Sabata le 25 Mars 1951)

L'ensemble de ces enregistrements est disponible :
- chez Testament pour les Wesendonck-Lieder et le duo de Siegfried
- chez Gala pour les autres enregistrement de Bernstein dans un coffret contenant aussi l'Immolation par de Sabata)


Vous allez me dire maintenant : Et la voix??

Et bien cette voix est passionnante : une technique accomplie lui permet donc de chanter aussi bien Butterfly que Dalila sans pour autant forcer. Jamais à court de puissance, elle sait à merveille réduire son volume pour nous proposer des piani superbes, flottants comme dans la chanson du Saule d'Otello par exemple. La souplesse vocale était aussi tout à fait correcte comme le prouve la cabalette de Leonora du Trouvère.
Une voix exceptionnelle donc, mise au service d'une interprète géniale sur scène. Sa Gioconda brûle vraiment les planches par exemple. En studio, tout dépend, mais la voix reste sublime. Ses Wagner montrent aussi une voix parfaite pour le répertoire, d'une puissance nilssonnienne, mais avec un moelleux que cette dernière n'avait pas.

Pour finir, quelques extraits :

Gershwin : But not for me : /watch?v=4p40R1TtLJo
Ponchielli : Suicidio (La Gioconda) : /watch?v=9VZ86R0-4JI
Rogers : My funny Valentine : /watch?v=Ym5JETLpCnA
Tchaikovsky : Adieux forêt (La Pucelle d'Orléans) : /watch?v=Dpl_Owvh6dI
Verdi : Tacea la notte (Il Trovatore) : /watch?v=BCHhC8CheW8
Wagner : Mort d'Isolde (Tristan et Isolde) : /watch?v=Etw5sdLa0Qg

Eileen Farrell (1920-2002) Farrellgioconda

Voilà donc la fameuse Eileen Farrell!

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1186
Date d'inscription : 19/04/2010

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyLun 21 Juin 2010 - 21:01

Merci pour cette belle présentation!

Personnellement j'avais sa scène d'immolation depuis longtemps mais je n'avais pas spécialement accroché sans doute à cause d'une prise de son un peu terne et distante.
La révélation a été avec le récital de Puccini qui a aussi des compléments de Weber, Beethoven et Gluck. Very Happy
La voix a une splendeur naturelle et un vibrato expressif qui font autant merveille en italien qu'en allemand et écouter le récital intégralement ferait presque crier au miracle!
Il est étonnant qu'elle n'ait pas eu droit aux honneurs dans des intégrales comme Aïda (à la place de Tebaldi) ou Fidelio (à la place de Nilsson), je plaisante bien sûr car Decca (et d'autres) ne faisait rayonner que quelques élues laissant dans l'ombre de nombreux artistes majeurs.
Seule la couleur du timbre n'est peut être pas aussi exceptionnelle que chez une Tebaldi ou Nilsson justement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyLun 21 Juin 2010 - 21:25

elle a enregistré Medea en studio également:

Eileen Farrell (1920-2002) Farrel10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87533
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyLun 21 Juin 2010 - 21:41

Parmi les raretés et bizarreries, je signale qu'elle chantait admirablement Poulenc (notamment des Aragon et Apollinaire). Le français n'est pas parfait, mais il y a une intensité articulatoire assez phénoménale.

Je ne suis pas loin de penser que c'est ce qu'elle a fait de plus beau...

A pervers, pervers et demi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3510
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyLun 21 Juin 2010 - 23:41

Dans la biographie d'Eleanor Parker ils donnent une raison beaucoup plus sympathique à son refus de se faire créditer dans Mélodie interrompue : Marjorie Lawrence chantait encore à cette époque et n'était plus en mesure d'affronter la plupart des aigus des rôles. Farrell aurait accepté volontairement de s'effacer pour ne pas mettre le doigt sur l'incapacité de Lawrence à doubler Parker dans ce qui avait été son répertoire.

Je ne sais pas si c'est vrai, mais j'aime beaucoup cette histoire.

Chouette film, sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20100
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyMar 22 Juin 2010 - 9:40

AD a écrit:
La révélation a été avec le récital de Puccini qui a aussi des compléments de Weber, Beethoven et Gluck. Very Happy

Oui, c'est vraiment un très beau récital, même si j'ai été surpris de la trouver plus à l'aise en Liu qu'en Turandot par exemple, ce dernier rôle étant un peu tendu pour elle dans les contre-ut...

AD a écrit:
Il est étonnant qu'elle n'ait pas eu droit aux honneurs dans des intégrales comme Aïda (à la place de Tebaldi) ou Fidelio (à la place de Nilsson), je plaisante bien sûr car Decca (et d'autres) ne faisait rayonner que quelques élues laissant dans l'ombre de nombreux artistes majeurs.
Seule la couleur du timbre n'est peut être pas aussi exceptionnelle que chez une Tebaldi ou Nilsson justement.

Moi, j'aurais tellement aimé qu'elle enregistre Isolde avec Bernstein en entier en studio...

DavidLeMarrec a écrit:
Parmi les raretés et bizarreries, je signale qu'elle chantait admirablement Poulenc (notamment des Aragon et Apollinaire). Le français n'est pas parfait, mais il y a une intensité articulatoire assez phénoménale.

Oui, assez d'accord...
Debussy aussi... son air de l'Enfant Prodigue par exemple est à tomber.

Grégoire de Tours a écrit:
Dans la biographie d'Eleanor Parker ils donnent une raison beaucoup plus sympathique à son refus de se faire créditer dans Mélodie interrompue : Marjorie Lawrence chantait encore à cette époque et n'était plus en mesure d'affronter la plupart des aigus des rôles. Farrell aurait accepté volontairement de s'effacer pour ne pas mettre le doigt sur l'incapacité de Lawrence à doubler Parker dans ce qui avait été son répertoire.

Ah oui... ce serait bien d'elle ça... un crème je vous dis![/quote]


Dernière édition par Polyeucte le Lun 1 Sep 2014 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Figaro
Mélomaniaque
Figaro

Nombre de messages : 883
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyMar 22 Juin 2010 - 13:09

Otello a écrit:
elle a enregistré Medea en studio également:

Eileen Farrell (1920-2002) Farrel10
J'ai vérifié sur le site operaclass, qui propose tout de même des discographies assez complètes, il n'y a aucune mention de cette version Confused
S'agit-il d'une intégral ? Et qui sont ses partenaires et le chef ?

Sinon, je n'ai qu'un seul disque d'elle, le CD Puccini, Weber, Beethoven, Gluck : j'adore I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) EmptyMar 22 Juin 2010 - 18:48

Figaro a écrit:
Otello a écrit:
elle a enregistré Medea en studio également:
Eileen Farrell (1920-2002) Farrel10
J'ai vérifié sur le site operaclass, qui propose tout de même des discographies assez complètes, il n'y a aucune mention de cette version Confused
S'agit-il d'une intégral ? Et qui sont ses partenaires et le chef ?
c'est l'intégralité du rôle de Medea qu'elle a enregistré en studio en 1958:
Medea - Eileen Farrell
Giasone - André Turp
Creonte - Ezio Flagello
Columbia Symphony Orchestra
Dir: Arnold Gamson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Eileen Farrell (1920-2002) Empty
MessageSujet: Re: Eileen Farrell (1920-2002)   Eileen Farrell (1920-2002) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Eileen Farrell (1920-2002)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un jour une chanson : Entre chiens et loups ( 2002 )
» Washburn parlour 1920-1930 ?
» Giacomo MEYERBEER (1791-1864)
» Sigur Ros
» François Boyer, homme de lettres, de cinéma et de télévision

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: