Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 William Alwyn (1905-1985)

Aller en bas 
AuteurMessage
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 06/08/2010

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMar 7 Sep 2010 - 11:10

William Alwyn (1905-1985)
Vu le grand succes hehe que j'ai rencontré avec patrick hadley et sa magnifique symphonie the trees so high , je me lance pour vous parler d'un autre compositeur anglais que j'aime bien .
J'ai découvert la musique d'Alwyn il y a quelques années , suite à un encart paru dans Diapason sur les symphonistes anglais écrit par JC Hoffelé , à l'occasion de la double parution de l'integrale des symphonies de Bax par Vernon Handley et de la réedition du leg Bryden-Thomson des poèmes symphoniques du meme Bax . Certains noms de compositeurs evoqués dans cet encart était pour moi totalement inconnus , ma "bible" étant alors le guide des oeuvres symphoniques de fayard , qui a bien des qualités , mais qui présente uniquement les grands noms de la musique anglaise (Britten,Elgar,Holst (à cause des planètes ?) ,Tippet et Vaughan-Williams ) .
Donc rien sur les personalités tels bax,dyson,moeran,arnold,peter maxwell-davies,birtwistle etc ...
Pas grave , de toutes façon j'avais suffisamment à faire avec les pilliers du répertoire .
Bref , mon premier disque Alwyn fut celui conseillé par JC Hoffelé : la symphonie n°3 par LSO/Hickox paru chez Chandos , couplé avec le concerto pour violon avec comme soliste Lydia Mordkovitch .
Depuis , je dois avoir ecouté une vingtaine de CD de ce compositeurs : piano,songs,musique de musique ,concerto et symphonies , et musique de fims .

Voici donc mes suggestions pour découvrir ce compositeur .

Symphonie n°3 (1955-1956) : LSO/Hickox : Je ne connais pas les autres versions , sachez qu'il existe tout de meme 3 intégrales de ces symphonies :
LSO/Hickox Chandos , Royal Liverpool philharmonic/David LLoyd-jones chez Naxos , et les enregistrememnts du compositeur chez Lyrita .
je ne souviens plus des qualificatifs de jc hoffelé à propos de cette symphonie , peut etre etait ce "flamboyante et épique" .
Pour Alwyn , je cite , "Toutes les symphonies sont des drames - drames d'opposition,drames d'émotion,qu'elles soient de la main de compositeurs classiques ou romantiques " .
Clairement Alwyn se situe dans la 2eme catégorie pour cette 3eme Symphonie . Elle fut crée en 1956 (!) au Royal festival hall sous la direction de
sir Thomas Beecham . "Sir John Barbilori qui devait tenir la baguette tomba gravement malade et fut donc dans l'impossibilité de poursuivre le cycle de création de mes symphonies.Sir Thomas prépara cette première exécution avec minutie et donna de cette composition une interprétation remarquable,enflammée et fougueuse.L'oeuvre est bien accueillie et la presse, de manière inusitée,est unanime à l'approuver.
Je suis touché par une lettre chaleureuse de John Ireland - "Votre symphonie est la plus belle symphonie anglaise composée depuis la deuxième d'Elgar"
Et il est vrai que cette symphonie n°3 d'Alwyn est immédiatemment séduisante , avec une efficacité qui nous rappelle qu' Alwyn a écrit pas mal de partitions pour le cinéma avant de se lancer dans l'ecriture de symphonies . On est pas loin aussi du Holst des planètes , dans la marche qui introduit le 3eme et dernier mouvement par exemple .
Donc , vous aurez droit à une maitrise de l'orchestre impressionante ,un discours qui avance ( un discours bien Tonal pour 1956 ... sans doute est ce pour cela qu'il n'est jamais joué ) , des mélodies qui s'impriment ,et une coda d'une superbe sérénité qui concluent ces 30 minutes de plaisir musical intense : je me demande si cette symphonie a déja connu sa première française ? Je rève d'un "classik-forum orchestra" qui pourrait jouer de telles oeuvres à Paris !

Je suis plus circonspect sur le "méconnu" concerto de violon qui accompagne le disque d'hickox qui m'a beaucoup moins marqué que sa 3eme symphonie .

Je ne vous parlerai pas de la premiere symphonie , pas entendu , ni de la seconde qui me parait plus faible que les 2 suivantes . Par contre le deuxième Alwyn orchestral que vous conseille est le couplage chez naxos Symphonie n°4 et Sinfonettia .


Symphonie n°4 (1959) : David Lloyd-Jones Royal Liverpool Philharmonic Orchestra
Superbe symphonie , des thèmes mémorables , par exemple l'adagio du 3eme mouvement assez sentimental , assez proche des adagios écrit par leornard bernstein ( dans On the waterfront ) .
Beaucoup de passages aux cuivres rutilants ( mon fils m'a dit que c'était la musique "des romains de jules-cesar" , c'est pas faux , certains passages sonnent peplum ) . Le 2eme mouvement est un scherzo attaquée vigoureusement par des cuivres scandant un rythme obstiné (on pense presque a de la musique americaine ,voire sud-americaine genre estancia de ginastera ) , repris par tout l'orchestre . Ces rythmes sont juste interompu par un trio debutant avec des lignes sinueuses au basson . Puis le scherzo reprend de plus belle . Le 3eme mouvement conclue l'oeuvre dans une douceur elegiaque du en partie à la beauté du thème choisi . Oeuvre d'une expression directe qui mériterait une écoute en concert ...


Sinfonietta pour Orchestre à cordes (1970) :
Ici Alwyn est beaucoup moins romantique que dans les symphonies 3 et 4 , cette sinfonettia neo-classique m'évoque le divertemento pour corde de bartok en plus policé , mais l'oeuvre s'ecoute avec plaisir , le fait d'écrire avec les cordes seules ne semble pas avoir géner alwyn pour écrire une musique pulsée et mélodique avec de nombreuses echappés solistes , en particulier dans le mouvement central adagio qui trouve une intimité de ton proche de la musique de chambre . Le 3eme mouvement débute de façon vigoureuse alla bartok avant de se transformer en fugue assez complexe . l'oeuvre s'achève dans la serénité , rappelant certains fins des adagios de malher .



3eme disque d'orchestre qui vaut etre ecouté à mon avis :
Autumn Legend/Pastoral Fantasia/Tragic interlude/lyra angelica Hickox/city of London Sinfonia

Lyra Angelica , concerto pour harpe et orchestre à cordes (1954) :
magnifique concerto pour harpe , le plus beau que je connaisse , lyrique à souhait , mystérieux . La première fois que je l'ai mis dans la platine , je
suis resté scotché . Un vrai tube !

Sachez qu'il existe un site http://www.musicweb-international.com/alwyn/ dédié à alwyn , très complet , avec les critiques de l'ensemble des disques
parus .

Curiosité enfin , si vous voulez preter attention à un concerto pour piano anglais se veut ouvertement proche de ceux de rachmaninov , le 2eme concerto d'alwyn est bon choix ! ( chez naxos )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montalte Trout
Mélomaniaque


Nombre de messages : 602
Date d'inscription : 02/09/2010

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMar 7 Sep 2010 - 13:49

Merci pour ces commentaires. C'est un compositeur dont j'aime beaucoup la musique (tu n'es pas tout seul!). Sur la question du romantisme tonal, c'est évidemment romantique dans l'esprit, mais les anglais n'ont jamais vraiment rompu aussi fermement que les allemands et les français avec la tonalité, cette musique pouvait tout à fait exister dans les années 50, et on ne reproche pas à Shostakovich d'écrire de la musique post-romantique après la deuxième guerre mondiale que je sache. L'écriture d'Alwyn est tonale, mais n'est pas non plus réactionnaire : c'est souvent assez sombre et parfois assez tortueux (la cinquième symphonie).
Mes symphonies préférées sont la deuxième et la cinquième. J'approuve pour l'excellent deuxième concerto pour piano, et je rajoute le cycle de mélodies Mirages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 06/08/2010

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMar 7 Sep 2010 - 15:53

Oui , la 5eme symphonie (1970) est grandiose , elle est beaucoup plus concise que la 3eme et la 4eme : elle dure 14'27 dans l'interpretation de David LLoyd Jones malgré les mouvements enchainées . Elle est certes plus complexe que les n°3 et n°4 et je conseille de ne s'arreter à la première ecoute qui peut déconcerter .
Elle foumille d'idées originales
Cela commence avec une entrée sauvage des cordes arrivant très vite sur un sommet joué par les percussions .
La symphonie est basé sur un motif qui est repris par alwyn au long des 15 minutes de la symphonie ce qui lui confère une unité .
Des marches aux cuivres évoque un peu la maniere sarcastique d'aulis salinen . moments d'alcalmie relatifs qui conclue ce premier mouvement .

Puis la cloche apparait marquant le temps qui passe , mélodies aux violons tourmentés et sombres assez resigné ponctués par des pizzicati aux cordes mystérieux , mélodie allant s'amplifiant puis s'apaisant ( sonorités d'hautbois nostalgique et harpes ) ,un solo de violon termine ce mouvement Andante.

Suit un scherzo pulsé et puissant comme alwyn est habitué à en produire. certains passages me font penser à une poursuite très narrative et cinématographique :
superbe orchestrateur que cet alwyn et le disque Naxos rend bien l'orchestre .
Nouvelle entrée de la cloche ( dernier mouvement ) ,faisant retentir une sorte de marche funèbre se transformant une mélodie aux cordes emplissant peu à peu tout l'espace jusqu'a une derniere peroraison aux cuivres puis le movement se conclu dans une presque sérenité , solo aux violoncelle , derniers tintements de la cloche , et dernier accord aux cor .
Je suis d'accord , Mirages c'est superbe , mais pour une introduction , je preferais décrire les oeuvres pour orchestre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87407
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMar 7 Sep 2010 - 19:50

Merci pour tant de courageuses équipées, Greg ! Very Happy

Il y a aussi une Miss Julie dont le ton musical est très efficace, dans une veine plus ronde, plus postbarberienne que la version postbergienne de Boesmans. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 06/08/2010

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMar 7 Sep 2010 - 20:08

merci ,
Oui , j'ai vu qu'il avait composé un opéra , mais comme souvent j'ai la flemme d'ecouter des opéras en CD ...
Mais vu sa musique , très expressive , je ne doute pas que ça soit "efficace" . Julie de boesmans , ça me dit bien ( et ça existe en DvD ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyLun 14 Nov 2011 - 0:42

Je viens d'écouter la Symphonie n°1 dirigée par David Lloyd-Jones. Cette symphonie de facture "classique" (4 mouvements : Allegro - Scherzo & Trio - Adagio - Allegro) est dédiée à Sir John Barbirolli qui dirigea la première en 1950 au festival de Cheltenham. Dans l'ensemble, l'atmosphère du premier mouvement - et de la symphonie en général - reste plutôt sombre et incertaine. Le mouvement commence pianissimo et s'achève par un grand climax "comme un pic montagneux qu'on entr'apercevrait momentanément à travers les nuages" selon le compositeur. L'Allegro leggiero qui suit (Scherzo et Trio) est très bondissant, tous les pupitres sont sollicités, les moments d'accalmie (Trio) voisinent avec les moments beaucoup plus agités du Scherzo, lequel reprend, modifié, un motif entendu dans le premier mouvement. Le troisième mouvement est un Adagio de forme ABA : pic dramatique à 5' mais final lyrique et apaisé. L'ultime mouvement est un Allegro "Jubilante" : ici comme ailleurs le compositeur avoue n'avoir pas porté une attention très grande au développement, chaque idée musicale générant spontanément une nouvelle idée mélodique ou rythmique. Pour lui il s'agit peut-être de la pièce la plus extravertie qu'il ait jamais écrite. Cette pièce possède en effet des pics d'intensité tout à fait appréciables (à 6'30 et le final).
J'avoue avoir eu du mal à rentrer dans cette symphonie... Peut-être ce côté insaisissable ? Les idées se succèdent rapidement, je n'ai retenu aucun thème vraiment marquant. Je vais écouter les suivantes et j'y reviendrai.


Dernière édition par WoO le Lun 14 Nov 2011 - 10:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyLun 14 Nov 2011 - 1:48

La Symphonie n°2 est plus courte que la première (27 minutes contre 38 minutes) et ne se compose que de deux mouvements. En fait il s'agit d'un seul mouvement continu qui se concentre sur un motif principal. On entend celui-ci au basson dès les premières mesures de la symphonie. Une brève pause est marquée entre la première partie, qui s'achève dans une ambiance sereine ("quasi adagio"), et la deuxième partie, qui commence par un Allegro farouche. Cette fois-ci je dois dire que j'ai été séduit par cette oeuvre (tout particulièrement par le second mouvement) et cette conception très organique où l'on passe imperceptiblement et tout à fait naturellement d'un état à un autre. Avec vraiment de superbes passages dans le deuxième mouvement. Par exemple la séquence qui commence vers 5'40 : le motif principal passe d'un groupe d'instruments à un autre jusqu'à un nouveau climax : vraiment sublime !

greg skywalker a écrit:
Je ne vous parlerai pas de la premiere symphonie , pas entendu , ni de la seconde qui me parait plus faible que les 2 suivantes
Je ne sais pas si elle est plus faible que les suivantes (pas encore entendues) mais c'était en tous cas la préférée d'Alwyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyLun 14 Nov 2011 - 12:38

malheureusement Lloyd Jones est beaucoup moins efficace que Hickox dans les symphonies 1-4 (depuis que Hickox est mort, je ne cesse de lui trouver des qualités insoupçonnées de son vivant).
Je répète qu'il faut écouter ces 4 premières symphonies dans la continuité comme une symphonie-fleuve, c'est assez éclairant.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyLun 14 Nov 2011 - 13:18

Pendant longtemps je me suis méfié de Hickox à cause du très mauvais souvenir que m'avait laissé un disque RVW (une messe et je ne sais plus quelle symphonie). Par la suite j'ai dû manger mon chapeau : je le trouve vraiment bon dans la musique anglaise, il suffit d'écouter son intégrale Franck Bridge ou son dernier disque (Holst) pour s'en rendre compte. Il adopte souvent des tempi un peu plus lents que la concurrence mais ça ne me dérange pas.

J'ai écouté ce matin les symphonies 3-4-5. La cinquième symphonie est un petit chef-d'oeuvre de 15 minutes où tout est extrêmement concentré et qui dégage une énergie folle. Au niveau de l'orchestration on note la présence de cloches. Les symphonies 3 et 4 montrent certaines affinités avec le Holst des Planètes, en plus musclé, la tonalité est toujours assez sombre et tortueuse (je suis d'accord avec la description de Montalte Trout) mais jamais torturée. Certains critiques ont beau faire le parallèle avec de la musique de film je trouve ces symphonies plutôt abstraites, jamais descriptives. Elles ne sont pas forcément facile d'accès, il n'y a jamais de longues mélodies mais plus généralement de courts motifs mélodiques et rythmiques, une attention toute particulière semble portée aux sonorités, elles sont très cuivrées. Mais à partir du moment où on rentre dedans elles sont vraiment prenantes.

Après cette première écoute, voici mon classement des symphonies, par ordre de préférence : 5 - 2 (pour le 2ème mouvement !) - [3 / 4] - 1.

Le compositeur a lui même enregistré ses symphonies dans les années 70. On peut écouter la Symphonie n°3 en intégralité sur YouTube et c'est superbe, je préfère à Lloyd-Jones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 06/08/2010

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyVen 18 Nov 2011 - 13:48

Effectivement , après avoir réécouter cette symphonie n°2 , je suis d'accord avec vous : son deuxième mouvement est vraiment très réussi .
Néanmoins je continue à préférer la troisième symphonie , plus immédiatement séduisante que cette 2eme , dont le premier mouvement est trop fuyant à mon gout , sans l'aspect dramatique , épique , du premier mouvement de la 3eme . A l'écoute de celui ci on est happé par le drame dès les premières secondes .

C'est justement ce grand écart entre le premier et le deuxième mouvement qui m'a géné dans l'écoute de cette symphonie . En fait j'avais presque l'impression d'écouter deux oeuvres différentes . La version que j'écoute c'est celle d'Hickox ( que je préfère à Lloyd Jones , grace à sa vision ample et romantique à souhait , et le son de ces disques chandos est top ) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptySam 19 Nov 2011 - 0:23

Le Concerto pour piano n°1 est une oeuvre très courte qui dure à peine un quart d'heure. Alwyn le composa en 1930 pour son ami Clifford Curzon qui en fut le créateur. Le concerto bien qu'en un seul mouvement peut être découpé en quatre sections : Allegro deciso très vigoureux et virtuose, Adagio tranquillo calme et rhapsodique, Tempo primo où l'orchestre atteint un climax, enfin un Adagio molto e tranquillo absolument divin.
Dans l'ensemble je suis plus sensible aux moments d'accalmie que je trouve particulièrement réussis.

Le Concerto pour piano n°2, composé trente ans plus tard, dure deux fois plus longtemps. Composé pour les Proms de 1960 il ne fut finalement pas joué en raison de l'état de santé du pianiste Cor de Groot qui devait l'exécuter. Il est plus ouvertement romantique, on pense un peu à Rachmaninov en écoutant le premier mouvement, un Allegro qui s'achève dans les ténèbres d'un nocturne. Le deuxième mouvement est un superbe Andante qui montre une fois de plus combien Alwyn était un immense orchestrateur. Le début du dernier mouvement, un Allegro con fuoco, le plus long de tous, fait un peu penser par son climat sauvage à la sixième symphonie de RVW, pour rester en terre anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyVen 23 Nov 2012 - 0:42

Autumn Legend : un de ses chefs-d'oeuvre assurément.

L'atmosphère est envoûtante, on sent presque la terre humide sous les pieds, la chute et la décomposition des feuilles, la brume qui monte... Une apparition indistincte au loin, puis de plus en plus précise :
Surely she leaned o'er me - her hair
Fell about my face...
Nothing : the Autumn fall of leaves.
The whole year sets apace.


Ce poème pour cor anglais et orchestre à cordes lui a été inspiré par ces vers de Rossetti et un de ses tableaux (il en possédait plusieurs).
On peut rapprocher cette oeuvre du Cygne de Tuonela de Sibelius : climat très mystérieux, cor anglais solo, etc.

/watch?v=47HnG6e2nno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
WoO

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptySam 7 Déc 2013 - 17:51

Après l'automne (cf. post précédent), le temps de l'hiver. Un petit bijou de rien du tout que je découvre à l'instant : Three Winter Poems for String Quartet (1948), 3 "mouvements" pour un total de 9 minutes : Winter Landscape, Frozen Waters, Snow Shower. Ces poèmes ont été joués pour la première fois en 2005 seulement. Evocation poétique et raffinée, musique atmosphérique, etc. Chaque poème porte bien son titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87407
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMer 15 Jan 2014 - 13:42

Après vos éloges en 'Playlist', j'ai retenté l'Alwyn symphonique : Autumn Legend, Symphonies n°3 & 5.

Je ne suis pas très ébloui : c'est bien écrit, agréable (on entend aussi ses influences, des bouts de motifs emblématiques d'autres compositeurs réapparaissent çà et là comme des « chevilles »), mais pas particulièrement contrasté ni prégnant. Que des choses déjà entendues, et pas sous leur forme la plus originale (les ostinati de Mars, les tubas des Préludes de Siegfried, etc.). La Symphonie n°3 (je n'avais jamais écouté celle-là) est quand même pas mal du tout, en concert ça devrait faire de l'effet.

Non, vraiment, pour Alwyn, j'en reste à la musique de chambre qui, elle, fait vraiment la différence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87407
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMer 15 Jan 2014 - 14:29

Tiens, j'étais persuadé de n'avoir jamais écouté le premier quatuor... mais en fait, à l'écoute, j'anticipe ce qui va se passer. Surprised  Soit il y a beaucoup de débauchage dans Ravel & co, soit je l'ai déjà testé, en fait.

C'est chouette, mais pas toujours marquant non plus. Les mouvements centraux sont très beaux (le premier très banal).


EDIT : J'ai retrouvé trace de mes écoutes... je les ai tous écoutés au moins une fois, et ça m'avait manifestement peu impressionné. Étonnant, alors, qu'il m'en reste une trace aussi précise, au point de pouvoir me rendre compte que je l'ai écouté. J'ai presque envie de leur redonner un coup d'essai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 512
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMer 15 Mai 2019 - 20:44

Pour continuer avec mes compositeurs grands-bretons, après Bax, j'ai aussi écouté pas mal d'oeuvre d'Alwyn, en particulier des symphonies et concertos. Tout celà est fort agréable, sans plus pour moi. Je vais tomber dans le cliché mais on je trouve qu'on ressent dans sa musique "sérieuse" qu'Alwyn a été un compositeur prolifique de musiques de films, c'est joli et efficace mais il y a un côté "je trouve une idée mélodique joliette, je l'enrobe un peu mais je ne creuse pas franchement les développements" qui me laisse sur ma faim. Ce que j'ai préféré de lui est peut-être le concerto pour harpe (Lyra Angelica) qui distille de belles atmosphères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87407
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyMer 15 Mai 2019 - 22:33

Oui, l'Alwyn symphonique n'est pas très passionnant, orchestration assez opaque, peu de saillances dans le discours.

Il faut aller du côté de sa musique de chambre, là il y a des merveilles (la Sonate hautbois-piano est une des plus belles choses de toute la musique anglaise !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1185
Age : 51
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyVen 17 Mai 2019 - 11:50

Je ne trouve pas sa musique symphonique opaque. Au contraire je trouve que l'on s'y perd moins que dans les symphonies de Bac et que c'est beaucoup plus tranchant. La symphonie n°3 est celle que l'on cite souvent; personnellement c'est la 4ème que j'aime beaucoup.
Mais je suis d'accord, c'est dans la musique de chambre que l'on trouve de très belles choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87407
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) EmptyVen 17 Mai 2019 - 17:57

Opaque dans l'orchestration. Formellement, oui, c'est sûr que ce n'est pas aussi élusif que du Bax !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




William Alwyn (1905-1985) Empty
MessageSujet: Re: William Alwyn (1905-1985)   William Alwyn (1905-1985) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
William Alwyn (1905-1985)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» William Alwyn (1905-1985)
» Karl-Amadeus Hartmann ( 1905 - 1963 )
» William HAYES, 1708-1777
» Mr Mustard-1985 [Bootleg]
» bonne fete a mon bebe william

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: