Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mozart - Don Giovanni (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Dim 18 Sep 2016 - 10:18

bAlexb a écrit:
Piefke a écrit:
Ce que j'ai pu saisir des extraits donnés par mon ordinateur (et de l'émission d'Arte où apparemment il s'agissait de l'enregistrement de 2015) au son maîgrichon est plutôt tentant : un orchestre foisonnant comme d'habitude.

Surtout quand on sait que le travail de studio, avec tous ses réglages et même son caractère artificieux assumé, est partie intégrante des projets discographiques de Currentzis ; que la "mise en son(s)", comme une mise en scène imaginaire, une mise en affects si j'ose dire, est une donnée constitutive de son interprétation des oeuvres abordées (on l'a vu, encore récemment, dans le Sacre et dans les Noces de Stravinsky).

Récupéré sur un sujet ouvert à propos de cet enregistrement en particulier mais qui me paraît pouvoir trouver aussi bien sa place ici :

Piefke a écrit:
Quand je dis maigre, ça ne préjuge en rien des qualités de l'enregistrement. C'est simplement ce que j'entends sur mon PC. Ceci posé, tout semble fait au montage, avec, sur six prises, un passage tiré de l'une, trois accords de l'autre et ainsi de suite. L'étonnant, c'est qu'il puisse en résulter quelque chose de cohérent. Et c'est très différent de l'esthétique Hörspiel compassée et figée qu'on a avec des enregistrements comme la Flûte de Colin Davis ou le Freischütz de Kleiber fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22908
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 11:03

http://www.francemusique.fr/emission/lirico-spinto/2016-2017/fulgurant-don-giovanni-de-mozart-par-currentzis-actualite-rake-s-progress-au-theatre-de-caen-10

Quatre extraits en avant-première de l'enregistrement qui paraît ce vendredi dont le célèbre air de Donna Elvira de l'Acte II, magnifiquement chanté par Karina Gauvin mais manquant d'incarnation.
Pour juger la direction du chef, il faudra que j'écoute dans sa globalité l'enregistrement mais les extraits permettent de se faire déjà une idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: DON GIOVANNI - CURRENTZIS   Lun 31 Oct 2016 - 19:16

Petit extrait de l'interview de Teodor Currentzis sur Forum Opéra :

"Ce Don Giovanni, je l’ai enregistré deux fois, avec des chanteurs différents. La première version était très réussie, elle produisait un impact indéniable, mais à force de l’écouter et de la réécouter, je n’y ai pas trouvé cette ombre que je recherchais, cet accord secret entre des acteurs qui ont décidé de jouer pour vous. C’était une version tout à fait virtuose, mais comme je l’ai dit, ce n’est pas cela que je recherchais. Pourtant, tout autour de moi, les gens me disaient : « C’est une intégrale fantastique, c’est ton meilleur enregistrement ». Mais ce n’est pas ça qui m’intéressait, je voulais être honnête avec moi-même et je n’étais pas satisfait de ce que ce Don Giovanni exprimait. Alors le directeur de Sony a fini par me dire : « D’accord, fais ce que tu veux, même si tu as déjà réalisé une version absolument fantastique ». Alors il a fallu trouver une nouvelle période d’enregistrement, et bien sûr engager d’autres chanteurs, parce que ceux de la première distribution n’étaient plus disponibles à ces dates-là. Et nous avons tout recommencé. Maintenant, le résultat est tel que je souhaite le partager avec le public. Certains le trouveront peut-être moins réussi, mais il me paraît plus vrai. Quant à la première version, elle ne sera pas commercialisée. A moins qu’un jour, Sony ne décide de la publier, puisqu’elle est vraiment de grande qualité. "

On peut donc espérer un jour une deuxième, ou plutôt une première (suivant l'ordre chronologique d'enregistrement), version studio de Don Giovanni dirigée par Currentzis cheers

En attendant, il y aura déjà celle-ci que j'ai hâte d'écouter dans son intégralité et dans de bonnes conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:12

Mouais ben moi je préférais la première distribution avec Kermes par exemple. Confused
Du coup, pas certain que je fasse l'acquisition de cette version. Surtout que plus je lis les déclarations du chef et moins j'ai envie de lui apporter mon soutiens (peut-être aussi l'effet Don Carlo à Bastille il y a quelques années...)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:19

Pour rappel la distribution prévue à l'origine :
Don Giovanni -- Simone Albergini (bass-baritone, Italia)
Leporello -- Nathan Berg (bass-baritone, Canada)
Donna Anna -- Simona Kermes (soprano, Germany)
Donna Elvira -- Natasha Marsh (soprano, Great Britain)
Don Ottavio -- Sean Mathy (tenor, USA)
Zerlina -- Jael Azaretti (soprano, France)
Masetto-- D`Arcy Blaker (bass-baritone, Great Britain)
Commodore -- Michael George (bass-baritone, Great Britain). Conductor - Teodor Currentzis

la "nouvelle" distribution me semble beaucoup plus "traditionnelle"...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:25

Polyeucte a écrit:
Mouais ben moi je préférais la première distribution avec Kermes par exemple. Confused

On est bien d'accord (Kermes étant un élément parmi d'autres) ; et d'autant plus que ce qui circulait des concerts préliminaires était très convaincant (on imagine donc le résultat compte tenu du travail clinique que le chef exécute ensuite en studio). Mais bon : que ceci soit écrit et accompli Neutral !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2743
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:33

Dommage que ce soit Currentzis qui dirige; je le trouve bien brouillon (dans la même veine que Rhorer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:39

D'accord sur le principe avec Polyeucte.

Ensuite, il faut positiver : deux pour le prix d'un, ça me va. Bon, ok pas pour tout de suite Confused

Mais ce que je retiens, c'est que Currentzis ne semble pas s'opposer à la publication par Sony du premier enregistrement. On n'est donc pas dans la configuration de certains enregistrements devenus célèbres parce que bloqués par des artistes non satisfaits du résultat (cf.: Ernani - Sutherland & Pavarotti)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 20:57

Figaro a écrit:
D'accord sur le principe avec Polyeucte.

Ensuite, il faut positiver : deux pour le prix d'un, ça me va. Bon, ok pas pour tout de suite Confused

Mais ce que je retiens, c'est que Currentzis ne semble pas s'opposer à la publication par Sony du premier enregistrement. On n'est donc pas dans la configuration de certains enregistrements devenus célèbres parce que bloqués par des artistes non satisfaits du résultat (cf.: Ernani - Sutherland & Pavarotti)

Oui... mais franchement, je ne vois vraiment pas Sony nous sortir deux enregistrements de Don Giovanni... peut-être dans 10 ans avec un coffret avec les deux versions ou un truc dans le genre, mais clairement, je pense qu'il faudrait attendre longtemps...

A moins qu'une autre maison ne rachète l'enregistrement pour le publier... Naxos??? Very Happy

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 21:46

Vu l'argent investi par Sony pour ces enregistrements, je pense à l’inverse de toi qu'ils ont tout intérêt à rentabiliser au maximum en sortant cette première version dès qu'ils en auront l'occasion. Effectivement, probablement à l'occasion d'un coffret "Trilogie Mozart/Da Ponte dirigée par Currentzis". Mais je pense et j'espère qu'ils ne vont pas attendre 10 ans pour le faire.

... ou ils vendent les droits et pourquoi pas Naxos !

A suivre Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 23:48

Franchement, toute cette histoire me paraît bien tirée par les cheveux: entre le mégalochef de service qui veut réenregistrer mais ne s'oppose pas à la parution de la première bande, et la major qui accepte sans broncher de tout refaire (au prix qu'ça coûte...), tout en laissant dire que la première version était géniale... scratch

Je ne voudrais pas paraître cynique, mais ça sent ou bien le vrai gros problème qu'on préfère passer sous silence (technique, artistique ou de contrat, ou que sais-je) ou bien le buzz destiné à faire monter la mayonnaise dans la web-glottosphère.

Quoi qu'il en soit, tout ça ne me paraît pas forcément de bon augure (a fortiori compte tenu de l'invraisemblable ratage de Così...), mais j'espère me tromper.

Enfin, d'un autre côté, ce n'est pas non plus comme si on manquait de bonnes versions (ni même de bonnes versions bizarres) de Don Giovanni, hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 31 Oct 2016 - 23:52

Oui, de toute façon on a la version dirigée par Jacobs donc tout est sauf!!


Spoiler:
 

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 0:10

Exactement! Une version extrêmement stimulante, et efficace dans la gestion de ses partis-pris.

Spoiler:
 

Ou encore dans le genre baroqueux-diaphane-mais-qui-claque (puisque c'est apparemment ce que Currentzis voudrait faire) la version Kuijken, que j'aime finalement beaucoup (même si je réécoute plus souvent Fricsay et Mitropoulos, hein...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 0:24

Personnellement ça a un peu révolutionné mes écoutes de Don Giovanni la version de Jacobs... Embarassed

Mais pareil, Mitropoulos reste MA version... avec Karajan 1960 (Wäechter, Leontyne Price, Schwarzkopf,...)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 9:24

Polyeucte a écrit:
Mais pareil, Mitropoulos reste MA version... avec Karajan 1960 (Wäechter, Leontyne Price, Schwarzkopf,...)

thumright
(En conservant deux places essentielles, même si l'essence est peut-être par trop musquée, chargée : Furtwängler, idéalement en 50 ; et Walter à Salzburg, en 37, ce qui d'ailleurs, fait 4 versions issues du festival !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 10:01

Polyeucte a écrit:
Personnellement ça a un peu révolutionné mes écoutes de Don Giovanni la version de Jacobs... Embarassed
Pareil, c'est clairement la version récente que je réécoute le plus souvent (alors même qu'il y en a pas mal d'autres que je trouve très bien comme Nézet-Séguin ou Harding).

Polyeucte a écrit:
Mais pareil, Mitropoulos reste MA version... avec Karajan 1960 (Wäechter, Leontyne Price, Schwarzkopf,...)
Disons que Karajan 60, c'est assez spécial, en effet passionnant, mais les manières des deux dames (que je trouve malgré tout l'une et l'autre formidables, ici) ne sont pas assez ma tasse de thé pour que j'y revienne souvent (alors que le Don Giovanni de Waechter est sans doute mon préféré avec DFD chez Fricsay).

bAlexb a écrit:
thumright
(En conservant deux places essentielles, même si l'essence est peut-être par trop musquée, chargée : Furtwängler, idéalement en 50 ; et Walter à Salzburg, en 37, ce qui d'ailleurs, fait 4 versions issues du festival !)
Moins d'accord avec ça. 50 c'est effectivement épatant, parce que la distribution permet d'éviter enfin Siepi offre vraiment quelque chose d'un peu alternatif mais la direction reste, hélas pour moi (mais je pense être assez minoritaire là-dessus), du Furtwängler d'après-guerre. (Et 53, pour moi, malgré Grümmer, c'est carrément le pensum.)
En revanche, Walter 37, malgré des chanteurs que j'aime (Pinza, Helletsgruber, Rethberg), j'en garde un souvenir peu «musqué», au contraire: quelque chose d'assez gris, d'assez étouffé - la faute à Walter et/ou à la prise de son, j'imagine.
Et puis, à Salzbourg aussi, j'aime bien Böhm, malgré l'indolence de Milnes: la direction et le reste de la distribution sont formidables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2743
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 10:35

Y'en a qui n'ont pas peur des DG de secondes zones hehe . Z'avez écouté Barenboïm? Ses changements de tempi abracadabrants devraient vous plaire autant que ceux de Jacobs Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 11:00

cheers On se disait bien aussi...

Je n'ai pas écouté Barenboim, mais a priori, ce ne sont pas les changements de tempi qui me font redouter cette version...
Et, sérieusement, tu recommandes quelles versions , toi?

(Mitropoulos, Fricsay, Karajan, Furtwängler, Walter et Böhm «de seconde zone»? Bigre, notre Luisa se prend pour Celibidache, à présent...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2743
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 11:05

Nan je pensais à Jacobs en parlant de DG de seconde zone. Lui et Barenboïm font exactement la même chose : des tempi abracadabrants qui tournent DG en ridicule.

Perso j'ai Solti 96 et cela me suffit Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 11:17

Jacobs et Barenboim, «exactement la même chose»? Shocked
Je conçois qu'on puisse n'aimer ni le vinaigre ni la mélasse, mais de là à les confondre...

hehe En effet, le Don Giovanni lubrique et aviné que campe Terfel chez Solti rend à l'œuvre toute la dignité que les tempi de Jacobs lui ôtent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2743
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 13:58

pété de rire Une poissonière en lieu et place de Donna Elvira et un Don Giovanni qui fait trois tonnes de vocalisations comme s'il était dans un Rossini et des changements de tempi 3 ou 4 fois par aria. Pour ceux qui aiment Jacobs dans Mozart c'est une version de référence pété de rire . Et comme Barenboïm fait à peu près pareil, ils font la paire hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19032
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:09

Quoi? Barenboïm autorise ses chanteurs à faire des vocalises? Non??? Shocked hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:30

Ben non, justement, en règle générale, je n'aime pas les Mozart de Jacobs: ce Don Giovanni serait plutôt l'exception.

J'ai quand même du mal à croire qu'un chef baroqueux, disons... un peu «original» (et à la tête du Freiburger Barockorchester) et qu'un chef tradi peu réputé pour ses qualités de légèreté et d'inventivité (et à la tête des Berliner Philharmoniker) puissent sérieusement produire le même effet.

Est-ce que ce que tu appelles «changement de tempi», ce ne serait pas plutôt:
- chez Jacobs, une façon d'exagérer les traits habituels de la manière baroqueuse, inégalités, ornementations, etc. (ce qu'on peut à bon droit trouver agaçant),
- chez Barenboim, au contraire, du bon gros rubato romantique étalé d'une main un peu lourde,
soit deux choses quand même très différentes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29164
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:51

Le DG de Barenboïm est génial. C'est dramatique, tendu ... pas léger certes ... avec de grandes voix, mais pas hors-sujet.
Ca marche très bien. J'adore !

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:54

C'est amusant, j'ai adoré ce DG de Jacobs, mais j'y reviens peu – justement parce qu'il est très différent, et qu'il laisse d'une certaine façon peu de liberté à l'auditeur. Mais oui, les tempi sont très différents et changeants, c'est ce qui met agréablement de la nouveauté, d'autant qu'ils paraissent remarquablement en accord avec le texte et l'écriture musicale.

(Je suis moins convaincu de la justesse de vue de sa Clémence par exemple, sèche, rapide, ramassée, qui sent davantage le système – même si très réussie.)

--

Concernant Currentzis, j'aurais tendance à être un peu suspicieux comme Benedictus : le remplacement de l'intégralité de la distribution (de gens pas forcément célèbres, qui faisaient un studio Sony de Don Giovanni avec Currentzis, et ont tous donné la priorité à des rôles de duègnes dans un Salieri à Mourmansk…) laisse assez dubitatif. Caprice du chef, discrépances capitales (mais entre qui et qui ? qui voudrait quitter un enregistrement qui se vendra autant ?), je ne peux pas dire, mais oui, c'est bizarre. Ça fait cela dit un argument de vente tellement meilleur que « le chef a fait un caprice, il n'aime plus les Kermes, il veut des Netrebko maintenant ».

Je dois dire que la nouvelle distribution est, certes, plus traditionnelle, mais aussi beaucoup plus tentante (Kares a une autre stature que George, Vinco un italien savoureux sans comparaison avec le redoutable Berg, et même si j'aime beaucoup Kermes, Papatanasiu est autrement adéquate)… si plus tradi, ce devrait être moins blanchâtre-bizarre, en somme. (C'est surtout dommage pour Azzaretti, mais je n'ai jamais écouté sa remplaçante, cela dit.)

J'ai écouté les extraits publiés, ça semble très intéressant, plutôt de l'ordre du Requiem, où des détails inédits ressortent, le tout vraiment au service du drame, plus que de ses Noces (belles et virevoltantes mais) lisses ou que de son Così particulièrement atone. Donc très différent du DG distancé de Kuijken que j'aime beaucoup moi aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2743
Age : 917
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:56

Currentzis est quand même très brouillon, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 14:57

Cololi a écrit:
Le DG de Barenboïm est génial. C'est dramatique, tendu ... pas léger certes ... avec de grandes voix, mais pas hors-sujet.
Ca marche très bien. J'adore !

Il me semble qu'il en a fait deux (le premier dans les années 70 ou début 80). Tu parles de celui avec Berlin, n'est-ce pas ? Très bizarre, crépusculaire… oui, étrangement, ce devrait être horripilant (ces ogres, cette mélasse), et ça fonctionne vraiment bien.

Il n'y a que Così dans cette trilogie qui coule complètement, les Noces, dans le genre nocturne et pesant, sont vraiment bien aussi, même dans les actes diurnes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 15:00

luisa miller a écrit:
Currentzis est quand même très brouillon, non?

Dans le détail, non, c'est vraiment au cordeau. Après, dans la conception d'ensemble, le fait justement de s'occuper du détail à outrance, on peut parfois se demander quel en est le sens… Je me pose la question pour Don Giovanni : est-ce que ce sera une poussée insoutenable, parsemée de traits inédits, quelque chose de génial un peu comme Jacobs en somme, ou est-ce que ça sera une collection d'effets un peu vains, qui occupent agréablement l'attention mais ne forment aucun tableau d'ensemble… Il faut écouter et voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22908
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 15:26

DavidLeMarrec a écrit:
Je dois dire que la nouvelle distribution est, certes, plus traditionnelle, mais aussi beaucoup plus tentante (Kares a une autre stature que George, Vinco un italien savoureux sans comparaison avec le redoutable Berg, et même si j'aime beaucoup Kermes, Papatanasiu est autrement adéquate)… si plus tradi, ce devrait être moins blanchâtre-bizarre, en somme. (C'est surtout dommage pour Azzaretti, mais je n'ai jamais écouté sa remplaçante, cela dit.)

J'ai écouté les extraits publiés, ça semble très intéressant, plutôt de l'ordre du Requiem, où des détails inédits ressortent, le tout vraiment au service du drame, plus que de ses Noces (belles et virevoltantes mais) lisses ou que de son Così particulièrement atone. Donc très différent du DG distancé de Kuijken que j'aime beaucoup moi aussi !

Ivo Vinco ? Lol. Vito Priante plutôt. Currentzis a choisi des chanteurs qui se sont pas mal illustrés dans le répertoire baroque avec Gauvin et Priante. Kermes s'est fait connaître en France également à travers ce répertoire. Moi, je suis plutôt content d'échapper à sa Donna Anna car encore une fois, ce que j'ai entendu de sa Fiordiligi et sa Comtesse avec le même chef, je n'ai pas aimé du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 15:33

Benedictus a écrit:
bAlexb a écrit:
thumright
(En conservant deux places essentielles, même si l'essence est peut-être par trop musquée, chargée : Furtwängler, idéalement en 50 ; et Walter à Salzburg, en 37, ce qui d'ailleurs, fait 4 versions issues du festival !)
Moins d'accord avec ça. 50 c'est effectivement épatant, parce que la distribution permet d'éviter enfin Siepi offre vraiment quelque chose d'un peu alternatif mais la direction reste, hélas pour moi (mais je pense être assez minoritaire là-dessus), du Furtwängler d'après-guerre. (Et 53, pour moi, malgré Grümmer, c'est carrément le pensum.)
En revanche, Walter 37, malgré des chanteurs que j'aime (Pinza, Helletsgruber, Rethberg), j'en garde un souvenir peu «musqué», au contraire: quelque chose d'assez gris, d'assez étouffé - la faute à Walter et/ou à la prise de son, j'imagine.
Et puis, à Salzbourg aussi, j'aime bien Böhm, malgré l'indolence de Milnes: la direction et le reste de la distribution sont formidables.

Dans l'absolu, Serafin en 34 au MET me paraît quasiment hors d'atteinte : Pinza, Ponselle, Müller, Lazzari, Schipa, List, etc. drunken Mais quand je dis : hors d'atteinte, c'est aussi que le son en fait une publication (captation & régularité sur le marché), un objet confidentiel, réservé au moins... et qui laisse, de fait, sur une réserve prudente malgré l'excitation qui me saisit à chaque fois que je l'entends (et somme toute, j'y reviens aussi souvent qu'à toutes les références précédemment citées, Barenboïm compris Wink ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 1 Nov 2016 - 15:34

aurele a écrit:
Ivo Vinco ? Lol.

Non, Marco en bonne logique, considérant les dates. Mais Priante est (beaucoup) plus expressif, c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6771
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Sam 5 Nov 2016 - 14:29



Don Giovanni: Dimitris Tiliakos
Il Commendatore: Mika Kares
Donna Anna: Myrto Papatanasiu
Don Ottavio: Kenneth Tarver
Donna Elvira: Karina Gauvin
Leporello: Vito Priante
Zerlina: Christina Gansch
Masetto: Guido Loconsolo

Musica Aeterna

Direction musicale: Teodor Currentzis

Que cette version est belle et prenante! D'abord elle est magnifiquement enregistrée, voix et instruments se mariant formidablement dans un espace sonore confondant de naturel. La distribution est certainement une des meilleures possibles actuellement et si objectivement les grandes références vocales peuvent dormir tranquillement sur leurs deux oreilles, il faut bien reconnaître que ce que cette dernière version donne à entendre en termes de chant mozartien est globalement non seulement irréprochable mais totalement enthousiasmant. Le trio des femmes est merveilleux de musicalité et d'incarnation (mention particulière à Karina Gauvin et Myrto Papatanasiu), les hommes sont peut-être moins exceptionnels mais leur chant est sain et généreux et tous collent merveilleusement à la vision du chef.
En fait, c'est lui l'architecte génial du tout! Il réalise là la meilleure de ses 3 intégrales mozartiennes. La tension est permanente et toujours justement accentuée et se déploie avec une précision diabolique. Les tempi sont acérés, nerveux, électriques, la dynamique, puissante et riche mais en même temps le rendu orchestral est d'une lisibilité foudroyante (perso, je n'ai jamais entendu dans cet ouvrage des cordes aussi nettes et précises) jusque dans des nuances infinies. L'orage couve en permanence mais Currentzis sait mettre en valeur les éclaircies pour mieux nous faire plonger dans la tempête finale.
J'avais plutôt apprécié le Don Giovanni de Jacobs et beaucoup aimé dans l'ensemble celui de Nézet-Seguin!
Currentzis vient de les surclasser et se hisse même parmi les 5 meilleures versions de la discographie de l'oeuvre. Honnêtement ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un aussi gros coup de coeur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Sam 5 Nov 2016 - 15:02

Otello a écrit:

Direction musicale: Teodor Currentzis
(...)

Les tempi sont acérés, nerveux, électriques, la dynamique, puissante et riche mais en même temps le rendu orchestral est d'une lisibilité foudroyante (perso, je n'ai jamais entendu dans cet ouvrage des cordes aussi nettes et précises) jusque dans des nuances infinies. L'orage couve en permanence mais Currentzis sait mettre en valeur les éclaircies pour mieux nous faire plonger dans la tempête finale.
Ton enthousiasme est communicatif. Very Happy
Mais en te lisant, j'ai l'impression que le l'aspect "giocoso" est quelque peu oublié dans cette version. J'espère me tromper Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Sam 5 Nov 2016 - 17:40

Figaro a écrit:
Mais en te lisant, j'ai l'impression que le l'aspect "giocoso" est quelque peu oublié dans cette version. J'espère me tromper Confused

Non, non, du tout, il y a même des effets plutôt amusants. C'est plutôt l'aspect tout le temps fort, tout le temps énervé, tout le temps brutalement contrasté qui peut être lassant à l'usage. À la découverte, c'est assez exaltant, mais je doute de vouloir écouter ça souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
julot
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 811
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Lun 14 Nov 2016 - 15:42

Otello a écrit:


Don Giovanni: Dimitris Tiliakos
Il Commendatore: Mika Kares
Donna Anna: Myrto Papatanasiu
Don Ottavio: Kenneth Tarver
Donna Elvira: Karina Gauvin
Leporello: Vito Priante
Zerlina: Christina Gansch
Masetto: Guido Loconsolo

Musica Aeterna

Direction musicale: Teodor Currentzis

Que cette version est belle et prenante! D'abord elle est magnifiquement enregistrée, voix et instruments se mariant formidablement dans un espace sonore confondant de naturel. La distribution est certainement une des meilleures possibles actuellement et si objectivement les grandes références vocales peuvent dormir tranquillement sur leurs deux oreilles, il faut bien reconnaître que ce que cette dernière version donne à entendre en termes de chant mozartien est globalement non seulement irréprochable mais totalement enthousiasmant. Le trio des femmes est merveilleux de musicalité et d'incarnation (mention particulière à Karina Gauvin et Myrto Papatanasiu), les hommes sont peut-être moins exceptionnels mais leur chant est sain et généreux et tous collent merveilleusement à la vision du chef.
En fait, c'est lui l'architecte génial du tout! Il réalise là la meilleure de ses 3 intégrales mozartiennes. La tension est permanente et toujours justement accentuée et se déploie avec une précision diabolique. Les tempi sont acérés, nerveux, électriques, la dynamique, puissante et riche mais en même temps le rendu orchestral est d'une lisibilité foudroyante (perso, je n'ai jamais entendu dans cet ouvrage des cordes aussi nettes et précises) jusque dans des nuances infinies. L'orage couve en permanence mais Currentzis sait mettre en valeur les éclaircies pour mieux nous faire plonger dans la tempête finale.
J'avais plutôt apprécié le Don Giovanni de Jacobs et beaucoup aimé dans l'ensemble celui de Nézet-Seguin!
Currentzis vient de les surclasser et se hisse même parmi les 5 meilleures versions de la discographie de l'oeuvre. Honnêtement ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un aussi gros coup de coeur!

Ma première écoute m'a laissé une petite impression de cassage de tête à la fin de l'écoute complète. L'hystérie me rappelle un peu quand on découvrait les Beethoven de Mravinsky dans les années 1990. Fascinant à petites doses, mais je ne suis peut-être pas à la hauteur de ce maintien d'intensité d'un bout à l'autre.

Gros fan de Currentzis, mais là, plutôt envie de retourner à ses Nozze.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Currentzis   Mar 15 Nov 2016 - 0:15

Bizarrement, j'ai moi aussi, pensé à Mravinsky, et à son rigorisme dictatorial.

Je suis en train de farfouiller dans les enregistrements disponibles sur Qobuz, et je reviendrai ici pour une critique que j'espère raisonnée de cette nouvelle version, qui me semble être un coup d'épée dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6771
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 15 Nov 2016 - 0:45

Désolé mais moi j'ai détesté les Nozze et le Cosi de Currentzis parce que les distributions vocales ne sont absolument pas à la hauteur (Kermès en tête littéralement indigente en Comtesse et en Fiordiligi! C'est littéralement un scandale d'avoir enregistré cette femme dans de telles conditions dans ces chefs d'oeuvre mozartiens! Et fort heureusement que Currentzis a réenregistré ce Don Giovanni en nous épargnant ce qui aurait été la plus ridicule Donna Anna de toute la discographie! Qu'elle fasse le guignol en concert passe encore! Au final ça ne vaut rien artistiquement parlant et si la postérité retient plus tard quelque chose d'elle, ce sera ses pitreries hystériques!), parce que les prises de son sont grisailleuses et opaques et noient souvent les chanteurs dans un halo orchestral qui frise souvent la saturation (tous les fortissimi grésillent désagréablement! Et pourtant j'ai une super chaîne HIFI).
Dans ce Don Giovanni, C'est tout le contraire! On a une distribution comparativement enfin digne de ce nom et même avec des prestations formidables, on a une prise de son aérée, spacieuse, équilibrée, on a une direction orchestrale enfin pleinement pertinente dans ses audaces et ses contrastes (parce que des 3 Da Ponte c'est certainement celui qui convient le mieux à Currentzis!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Currentzis   Mar 15 Nov 2016 - 10:09

Bizarre, mais j'ai une analyse absolument contraire. Ne pas aimer une interprétation est une chose, en faire une analyse critique est une autre...
Le Sull'aria de Kermès est absolument magique, une pure échappée mystique, un ruban qui se déploie dans le ciel, et se replie en forme de cœur. Pour avoir eu cette intuition, Currentzis a du génie. Et le Fra gli amplessi de Cosi, le plus passionné des duos amoureux de Mozart, dans la version Currentzis, m'arrache le cœur. Ce sont deux passages que je me passe en boucle, et c'est bien le signe qu'il se passe quelque chose.
En réalité ce qui me charme dans Kermès, c'est qu'elle ma fait échapper aux conventions aux conventions psychologiques habituelles, en se traverser par la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 15 Nov 2016 - 10:26

Piefke a écrit:
Ce sont deux passages que je me passe en boucle, et c'est bien le signe qu'il se passe quelque chose.

Moi, je crois qu'ici et sous couvert d'appréciations musicologiques, on parle surtout de nous, de notre rapport à la musique, à l'émotion, etc. Sans prétention à énoncer aucun théorème, aucun axiome. Et je pense qu'une fois qu'on a accepté ça et cette infinité kaléidoscopique d'appréciations possibles, la vie est beaucoup plus simple sans que le champ laissé à la discussion soit plus restreint pour autant ; et c'est même tout le sel de l'exercice mains .

Piefke a écrit:
En réalité ce qui me charme dans Kermès, c'est qu'elle ma fait échapper aux conventions aux conventions psychologiques habituelles, en se traverser par la musique.

En pages 3 & 4 du sujet, notamment, nous avons eu des échanges très intéressants, nourris d'avis fondamentalement opposés, sur Kermes, sur son approche musicale/musicologique et aussi sur la manière de l'approcher, elle ; aussi bien dans le répertoire baroque, que dans le bel canto ou dans son album Mahler/Strauss : http://classik.forumactif.com/t4643p100-simone-kermes?highlight=kermes . Il ne faut pas hésiter à participer à la discussion Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Currentzis   Mar 15 Nov 2016 - 11:00

Certes, mais l'émotion esthétique ne ressort ni de la démocratie, ni de la télé réalité. Et, comme partout, il y a des modes et des consensus temporaires en matière d'interprétation musicale. Et ce qui me semblait moderne il cinquante ans me semble ringard et daté aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 15 Nov 2016 - 11:45

Piefke a écrit:
Et, comme partout, il y a des modes et des consensus temporaires en matière d'interprétation musicale.

Cette espèce de relativité/volatilité, c'est une chose que je m'applique à moi le premier, d'ailleurs ; je crois que l'écoute est bien susceptible de varier, chez un même auditeur, en fonction de l'humeur du moment. Un peu comme la théorie des climats chère à certains philosophes/esthètes du XVIIIe siècle. Il me semble que je n'écoute pas Schubert de la même manière en hiver ou au printemps ; et je ne reçois pas (je ne veux pas recevoir ?) le mouvement central du concerto pour flûte et harpe de Mozart à l'identique par un lourd après-midi d'août ou au soir d'une pénible journée de novembre ; quelle que soit la version (Böhm ou Hogwood, les deux me comblent, me remplissent de manière à peu près identique).
En réalité, plus le temps passe moins il me semble exister d'interprétation exclusive ; et certainement moins encore de version qui me paraisse indigne d'intérêt, ou obsolète, ou simplement datée comme si c'était absolument rédhibitoire (et je ne me l'explique pas).
Mais ça reste très très personnel, j'en conviens Wink ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6771
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 15 Nov 2016 - 21:37

ce qui revient à dire d'une certaine manière que tout se vaut ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1603
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mar 15 Nov 2016 - 21:50

Ce serait plutôt que rien ne vaut rien... si je puis me permettre de répondre à la place de bAlexb, dont je partage tout à fait le point de vue. Rien n'est inintéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6771
Age : 51
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mer 16 Nov 2016 - 1:01

c'est vrai tout peut être intéressant et en même temps tout ne se vaut absolument pas.
Même ce qui est médiocre est intéressant en tant que tel et a pour vertu d'être l'exemple achevé de ce qu'il ne faut pas faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mer 16 Nov 2016 - 11:05

Otello a écrit:
ce qui revient à dire d'une certaine manière que tout se vaut ...

Je ne le dirais pas comme ça ; d'ailleurs, tu sais que je n'ai jamais envisagé les choses sous cet angle. C'est beaucoup plus poreux et de toute façon très subjectif.
Parfois oui, pour moi (et pour mes besoins et pour ce que j'assigne à la valeur musique), par tuilage seulement peut-être, si ce n'est par hasard, tout est susceptible d'être comparé et pris en tant que tel comme entité/quantité équivalente (Don Gio'-en-tant-que-partition en quelque sorte), réévalué aussi et, de ce fait, rien n'est jamais a priori définitif par principe.
(Mais peut-être je l'exprime mal ; en tout cas je suis conscient que c'est difficile à formuler Wink !)


Dernière édition par bAlexb le Mer 16 Nov 2016 - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82710
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Mer 16 Nov 2016 - 11:17

Otello a écrit:
c'est vrai tout peut être intéressant et en même temps tout ne se vaut absolument pas.
Même ce qui est médiocre est intéressant en tant que tel et a pour vertu d'être l'exemple achevé de ce qu'il ne faut pas faire.

La limite restant toujours, dans le domaine des arts, que le critère de ce qui est bon ou médiocre est dès le départ subjectif. Il suffit de voir les versions de Don Giovanni que tu aimes : elles ne sont pas forcément musicologiquement informées, elles sont souvent dans un italien impossible… tu vas les trouver grandes parce qu'elles auront des qualités que tu considèreras comme plus importantes que celles-là, tandis que pour d'autres ce sera rédhibitoire.

On peut après être aussi objectif que l'on veut sur ce que l'on entend, mais comme la hiérarchie entre les faits est dès le départ subjective…

Ça ne veut surtout pas dire que tout se vaut (chanter faux ne vaut pas jouer juste, jouer décaler ne vaut pas jouer ensemble, Olive Middleton ne vaut pas Régine Crespin), mais ça veut dire que rien ne vaut exactement la même chose, ni surtout de la même façon. C'est un peu l'intérêt d'écouter des versions différentes, d'ailleurs.

Ce Don Giovanni de Currentzis en est la meilleure illustration possible : si on veut de l'exactitude dans la réalisation musicale, il n'y a pas mieux ; si on veut de la surprise, de la nouveauté, ce n'est pas mal non plus. En revanche, si on veut de la variété de climats, un bel italien, une version qui prend le temps de la poésie, ou des portraits vocaux très typés, ce n'est pas la bonne adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
BLESL
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 68
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 15/10/2016

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Ven 25 Nov 2016 - 9:00

bAlexb a écrit:
Piefke a écrit:
Et, comme partout, il y a des modes et des consensus temporaires en matière d'interprétation musicale.

En réalité, plus le temps passe moins il me semble exister d'interprétation exclusive ; et certainement moins encore de version qui me paraisse indigne d'intérêt, ou obsolète, ou simplement datée comme si c'était absolument rédhibitoire (et je ne me l'explique pas).
Mais ça reste très très personnel, j'en conviens Wink ...

bAlexb a écrit:
Otello a écrit:
ce qui revient à dire d'une certaine manière que tout se vaut ...

Je ne le dirais pas comme ça ; d'ailleurs, tu sais que je n'ai jamais envisagé les choses sous cet angle. C'est beaucoup plus poreux et de toute façon très subjectif.
Parfois oui, pour moi (et pour mes besoins et pour ce que j'assigne à la valeur musique), par tuilage seulement peut-être, si ce n'est par hasard, tout est susceptible d'être comparé et pris en tant que tel comme entité/quantité équivalente (Don Gio'-en-tant-que-partition en quelque sorte), réévalué aussi et, de ce fait, rien n'est jamais a priori définitif par principe.
(Mais peut-être je l'exprime mal ; en tout cas je suis conscient que c'est difficile à formuler Wink !)

Bravo ! Il a bien parlé (écrit) !

Tu exprimes très clairement ce que je ressens très confusément (tout est dans tout tout et vice-versa)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operavivi.pagesperso-orange.fr
Piefke
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 74
Localisation : 41
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Currentzis   Lun 5 Déc 2016 - 17:07

Cà y est... A la sixième écoute du Don Giovanni Currentzis, je commence à avoir des idées claires. D'abord, si je réussis à écouter une interprétation musicale plus de trois fois, c'est bon signe.
Pourtant, j'adorerais détester cette version : des tempi parfois à la limite de la Formule 1, des chanteurs soumis de temps à autres à des exercices d'étirement vocal, une prise de son opaque et sans perspectives sonores, qui favorise l'équilibre sonore au profit des violoncelles (ce qui n'est pas inepte, car le violoncelle était la grande nouveauté des musiciens pragois). Mais une distribution vocale sans loup, redoutablement homogène, avec des voix parfaitement appariées en timbres et en volumes, un orchestre aussi affuté qu'une unité d'élite du GIGN, des ensembles (scène du bal, sextuor du deuxième acte) époustouflantes de précision et d'intelligibilité, et une main de fer, qui vous prend la tête, et la maintient fermement sous l'eau du torrent, jusqu'à la fin. Etouffant, irrespirable, bref, de l'opéra considéré comme un sport de combat.
Ce chef est décidemment un tyran à la Toscanini, toujours en avance à l'allumage sur le tempo, la bride serrée sur ses musiciens qu'il ne laisse jamais allonger le phrasé, et qui se passerait volontiers des chanteurs s'il pouvait tout jouer et chanter lui-même.
Son Don Juan est poli et raffiné, n'élève guère la voix, qui est parfois onctueuse et melliflue, comme un évêque ou un monsignore, et il se permet de petites blagues avec son valet (lequel n'outrepasse jamais les bornes de la relation maître serviteur) comme de jouer le fantôme dans le cimetière.
Bref, pas un personnage baroque, mais un libertin du XVIIIème siècle, un de ces derniers libertins de la cour de Versailles, contemporains de l'œuvre, que décrit si bien Benedetta Craveri (dont l'étude m'a ouvert des perspectives sur la vision que j'avais du cas Don Juan). Leur libertinage s'exerce selon un code précis, dans un cadre social parfaitement délimité, un jeu sans autre enjeu que la vanité et la vacuité de la Cour. Et comme les derniers libertins vont à la guillotine avec dédain et hauteur, Don Juan va ici à son souper comme à une mondanité, et la statue, il ne l'affronte pas, mais la snobe. C'est un homme qui reste digne jusqu'au bout. Si vous vous attendez à une scène finale torrentielle ou cataclysmique, vous en serez pour vos frais.
Pas un bouillonnement de la vie, une explosion des forces de la joie, comme eut dit un ancien Président ou Ministre de l'ORTF, mais toboggan qui fonce vers la fin d'un monde, sans une once de sentiment, de pitié ou de commisération, à part peut être Elvire, dans son dernier air.
Oui, une vision que beaucoup adoreront détester, car nous n'avons à y trouver aucun viatique pour notre usage personnel, mais qui correspond exactement à ce que sera la situation personnelle de Mozart en 1790.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4472
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Sam 21 Jan 2017 - 20:44

À mon tour, j’ai écouté cette version:


• Dimitris Tiliakos (Don Giovanni), Mika Kares (Il Commendatore), Myrtò Papatanasiu (Donna Anna), Kenneth Tarver (Don Ottavio), Karina Gauvin (Donna Elvira), Vito Priante (Leporello), Guido Loconsolo (Masetto), Christina Gansch (Zerlina), Teodor Currentzis / MusicAeterna
Perm, XII.2015
Sony


C’est la première fois que je suis enthousiasmé par un enregistrement de Currentzis! Very Happy

(Sa 14ᵉ de Chostakovitch m’avait aussi beaucoup plu, cela dit, mais pas électrisé comme ce Don Giovanni - et j’ai franchement détesté tout le reste de ce que j’ai entendu de lui, avec une mention particulière pour Così, le Sacre et le best of Rameau.)

Le plus évidemment électrisant, et dès l’ouverture, c’est tout ce qui se passe à l’orchestre. C’est tout d’abord fascinant au niveau des textures: l’image orchestrale, très aérée, confère une lisibilité idéale à des détails instrumentaux incroyablement travaillés et typés, battuti qui claquent comme jamais ou au contraire contrechants arachnéens.

C’est ensuite exaltant au niveau de la gestion du rythme et des dynamiques - d’un bout à l’autre intenses et contrastés, tendus, heurtés et même violents. Et cela s’accompagne d’un travail proprement inouï sur les phrasés (tantôt très courts, hachés même, tantôt au contraire très longs - c’est très sensible dans le Finale du I, avec son «Protegga il cielo» comme suspendu, encadré d’un «Signor, guardate un poco» et d’un «Risposate, vezzose ragazze!» haletants) et sur les accents, presque toujours surprenants (parfois déplacés dans une logique déceptive: dans le Finale du III, l’ostinato du Commandeur est ainsi comme éludé).

Tout cela donne parfois des moments incroyables, comme le passage avec les musiciens dans le Finale du I, tout hérissé de disonances et de frottements. Et puis, mention spéciale pour le pianoforte du continuo, incroyablement mobile et inventif (encore plus que celui de Jacobs, ce qui n’est pas peu dire).

Le plateau vocal est quant à lui d’une grande homogénéité (il n’y a vraiment aucun point faible), avec des voix plutôt légères, pais nécessairement saillantes en termes de timbres, de puissance ou de diction (j’y reviendrai), mais d’un bout à l’autre d’une musicalité parfaite.

Bref, j’ai adoré, et c’est problablement le Don Giovanni récent qui m’a le plus scotché, donnant vraiment à entendre autre chose.

Mais...

Mais il n’empêche que je ne suis pas sûr d’y revenir souvent, parce que finalement ce qui fonctionne ici génialement, c’est en grande partie les mêmes conceptions (voire les mêmes trucs) qui faisaient du Così de Currentzis un naufrage, et que, outre que je n’en raffole pas dans l’absolu, je ne sais pas si cela peut soutenir l’attention sur des écoutes répétées.

Déjà, les conceptions orchestrales ici à l’œuvre sont en fait toujours les conceptions «currentzisiennes» et qu’elles ne satisferont jamais totalement mes attentes.
D’abord, tout ce fascinant travail sur les textures se paye d’un détimbrage, d’un blanchissement généralisé de l’orchestre: les instruments se caractérisent uniquement par des tessitures et des textures - c’est caricatural dans le cas de la petite harmonie: on ne distingue les flûtes des clarinettes que par leurs différences dans l’aigu et dans l’émission (le tubulaire des premières vs. le vibrement nasal de l’anche des secondes); au demeurant, alors qu’il y a des instrumentistes merveilleux dans les bois de MusicAeterna (quelques solo d’une volubilité galbée, absolument superbe), ils sont toujours comme écrasés par les cuivres et les cordes. Tout cela, du coup, ne concourt guère à de grandes nuances de coloris et donc d’atmosphères - de ce point de vue, le Freiburger Barockorchester (chez Jacobs), avec ses timbres si riches et si typés, reste largement préférable (attendu qu’il serait bien sûr absurde de comparer avec, par exemple, la pâte orchestrale incroyablement dense et noire des Wiener Philharmoniker sous Mitropoulos).

Autre problème: j’ai parlé du «rythme et des dynamiques - d’un bout à l’autre intenses et contrastés, tendus, heurtés et même violents». Cela tend de fait surtout à conférer une intensité véritablement inouïe à des passages qui m’avaient paru jusque là un peu plus faibles (comme tout le babillage autour de la finestra dans le II), mais, par contrecoup, les moments les plus forts (difficiles à intensifier encore davantage) en ressortent moins - ce qui produit une espèce d’applatissement paradoxal: c’est tout le temps hystérisant, mais du coup c’est aussi un peu tout le temps la même chose. Ce qui présente tout de même, et ce, dès la première écoute, l’inconvénient d’une certaine prévisibilité: dès la fin du I, je voyais déjà globalement à quoi allaient ressembler les deux actes suivants, et cette idée n’a pas été démentie, sinon dans le micro-détail. C’est le problème du systématisme, qui est un peu le péché mignon de Currentzis: voici une interprétation qui joue la carte de l’autre chose, de l’inouï et qui finit par être plus prévisible qu’un live de Böhm...

À l’absence de soulignement spécifique des moments les plus marquants, s’ajoute enfin le problème, plus ponctuel, de certains déplacements d’accents, qui produit un effet d’évidement du contenu dramatique des scènes. C’est particulièrement patent dans la partie du final du III avec le Commandeur: l’ostinato s’évapore, mais n’est remplacé par rien qui accentue particulièrement la force de cette scène (d’autant que Kares n’est pas spécialement impressionnant d’ampleur ou de noirceur, et que le Leporello de Priante comme le Don Giovanni de Tiliakos restent un peu sur leur quant-à-soi - là où, chez Böhm, les chanteurs poussent la scène au maximum: Talvela vraie apparition d’outre-tombe, Flagello idéalement foireux, DFD crânement droit dans ses bottes); ce qui fait qu’on a là de la très belle musique, mais pas vraiment la vision dantesque qu’on attendait (d’un autre côté, on éprouve beaucoup moins la discrépance avec sextuor final).

Et c’est peut-être le problème fondamental que j’ai avec la lecture de Currentzis: intense, survoltée, violente, inouïe tant qu’on veut - mais dans une logique est essentiellement musicale, et pas vraiment dramatique. Finalement comme son Così raté - la différence étant que la partition de Don Giovanni est intrinsèquement assez dramatique pour que cela fonctionne, alors que Così ne se relève pas d’une lecture étroitement musicale.

Et ce problème se reflète assez clairement dans la distribution, finalement soumise aux choix de Currentzis. Déjà, soumise aux conceptions vocales du chef. Je l’ai dit: de belles voix très homogènes, mais aux timbres très peu marqués (sauf, bizarrement, le beau Masetto très sombre de Guido Loconsolo) - et, comme c’était à prévoir, encore une malheureuse soprano (cette fois c’est Myrtò Papatanasiu) qui semble contrainte par le chef à faire du Kermes: blanchir le timbre, émettre les aigus les plus droits possibles et sussurer tout ce qui est en-dessous du ∭ - alors que sa nature vocale semble assez différente: dans «Or sai chi l’onore», on entend des couleurs, une certaine ampleur (qui semble bridée), mais dans le I, 3 la Kermes-like-attitude est presque caricaturale.

Distribution qui semble aussi soumise aux conceptions plus musicales que théâtrales du chef: on sent que la diction et l’expression compte moins que la musicalité. Des trois chanteurs que je connais un peu, Kenneth Tarver, Karina Gauvin et Vito Priante, les deux premiers sont en effet tout à fait dans leurs standards, sans non plus les transcender (c’est-à-dire qu’ils sont très bons, tout en n’étant pas non plus les diseurs les plus mordants, ni les acteurs les plus extravertis du moment); mais Priante, qui est pourtant capable d’éloquence même dans les récitatifs de seria les plus plats, semble ici plutôt en sous-jeu (surtout compte tenu de tout ce que le rôle de Leporello peut permettre en termes de caractérisation) et avant tout soucieux de beau chant.

En définitive, je me rends compte qu’avec un peu de mauvaise foi, j’aurais eu de quoi écrire un compte-rendu franchement négatif et plutôt articulé - mais franchement, malgré tout ce que je viens d’écrire, cet enregistrement est tout à fait enthousiasmant, du moins en première écoute, et ma première réflexion a été «C’est génial!»

Cela dit, ce n’est pas la version définitive (ne serait-ce qu’en mono, il y a déjà largement de quoi se satisfaire...), ni même la meilleure version baroqueuse ou baroquisante - et même dans le genre baroqueux radical, avec une image sonore très aérée, et dramatiquement très distancié, je crois que Kuijken me fera finalement plus d’usage.

Mais à découvrir, c’est quand même électrisant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22908
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   Ven 11 Aoû 2017 - 10:47

Alpha va éditer le live du TCE de décembre 2016 dirigé par Jérémie Rohrer à la tête de son ensemble du Cercle de l'Harmonie. Jean-Sébastien Bou était Don Giovanni. Je n'avais pas écouté la retransmission sur France Musique et je ne suis pas un fan de ce chef. Je donne juste l'information car je ne pense pas que j'écouterai l'enregistrement.

http://www.prestoclassical.co.uk/r/Alpha/ALPHA379
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mozart - Don Giovanni (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mozart - Don Giovanni (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mozart - Don Giovanni (2)
» Mozart - Don Giovanni
» Mozart - Don Giovanni
» W.A. Mozart
» Mozart - Don Giovanni - Rhorer/Braunschweig - TCE 04-05/2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: