Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Cornell MacNeil

Aller en bas 
AuteurMessage
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyJeu 2 Déc 2010 - 19:33

Baryton américain né en 1922 à Minneapolis dans l'Etat du Minnesota. Il est évidemment réputé en particulier dans le répertoire verdien. C'est un baryton verdien très différent de Milnes par exemple dans ce que je connais de lui dans ce répertoire, c'est-à-dire pas encore énormément de choses. Milnes mettait en valeur le chant même si l'acteur était convaincant. MacNeil était un acteur beaucoup plus naturel que Milnes, il avait une présence scénique incontestable. La voix me séduit moins que celle de Milnes. Il me semble qu'il a toujours eu moins de facilités que ce dernier dans les aigus par ailleurs. Son Miller dans la version de studio de 1964 de Luisa Miller de Verdi ne m'a pas spécialement touché si je compare avec celui de Milnes (live Met 1979 en DVD). Je l'avais trouvé monolithique. En terme de chant, je n'ai rien à lui reprocher. La voix était même plutôt belle à cette époque. Le fait que ce soit une version de studio explique peut être mon ressenti. MacNeil pour s'exprimer pleinement avait besoin d'être sur scène à mon avis. La voix a eu tendance avec les années à devenir plus grise mais l'acteur reste fascinant très certainement (je ne connais pas encore les témoignages les plus tardifs).
Il a étudié avec Friedrich Schorr au Hartt College of Music à Hartford. Il a commencé par chanter des comédies musicales sur Broadway et a créé le rôle de Jean Sorel dans The Consul de Menotti en 1950.
Il a fait ses débuts au New York City Opera en 1953 dans le rôle de Germont. En 1955, il a fait ses débuts au San Francisco Opera dans le rôle d'Escamillo. Et il a fait ses débuts au Lyric Opera de Chicago en 1957 dans le rôle de Lescaut dans l'opéra de Puccini.
Sa carrière a pris un tournant important lorsqu'il a dû remplacer le 5 mars 1959 Ettore Bastianini au pied levé dans le rôle de Don Carlo dans Ernani de Verdi. Gavazzeni dirigeait. Corelli était Ernani, Margherita Roberti était Elvira et Nicola Zaccaria était Silva. Il a chanté également Amonasro en avril et mai 1960 à La Scala. Il n'y a plus chanté par la suite.
L'essentiel de sa carrière s'est donc déroulée aux Etats-Unis et en particulier au Met. Il y a fait ses débuts en 1959 dans le rôle de Rigoletto. Il y a chanté 642 fois, ce qui est un chiffre assez considérable. Il y a interprété 104 fois Rigoletto en particulier et y a chanté tous les grands rôles de baryton verdien et du répertoire italien en particulier. Il a même chanté le rôle du Höllander en 1968. Rysanek et Crespin alternaient en Senta. Ludmila Dvoráková a assuré l'une des soirées (certainement un remplacement de dernière minute). Il y a chanté pendant 28 ans : de 1959 à 1987.

Les rôles dans lesquels je le connais en entier pour le moment ne sont pas nombreux : Miller et Scarpia en fait. Son Scarpia est remarquable (live Met 1979 sous la direction de Colon en vidéo, publication chez DECCA). On voit incontestablement ses qualités d'acteur, sa présence scénique. Je vais voir son Rigoletto de 1977 en DVD, toujours au Met de manière progressive je pense. J'ai le DVD de Francesca da Rimini (live 1984 du Met) dans lequel il interprète le rôle de Gianciotto. J'avais entendu en partie son Simon Boccanegra qui m'avait fait une très bonne impression (moins marquant que Milnes, Cappuccilli et Gobbi cependant) et je connais un peu son Germont (film Zeffirelli, trop tardif sur le plan vocal), un peu son Don Carlo di Vargas (impressionnant mais à réécouter plus attentivement). J'avais commencé par exemple à écouter la version de studio de Capuana de La Fanciulla del West avec Tebaldi et Del Monaco mais il faudra que je recommence depuis le début l'écoute.
Je sais que son Rigoletto est apprécié diversement selon les gens. Je pense que son Scarpia doit faire plus l'unanimité (après cela dépend de l'époque aussi car le DVD du Met dans la mise en scène de Zeffirelli publié par Deutsche Grammophon avec Behrens et Domingo, Sinopoli à la direction est le témoignage d'une représentation de 1985, ce qui est certainement trop tardif sur le plan vocal).


J'espère que ma présentation vous a donné envie de découvrir ce baryton si vous ne le connaissez pas ou pas bien. J'espère que cela suscitera votre intérêt et que les personnes qui le connaissent feront des commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 8:42

Merci à Aurele pour ce sujet concernant Mr Mc Neil.
Il avait une voix importante, large et bien projetée qui lui permettait d'aborder un vaste répertoire.
Sa grande étendue vocale lui permettait de chanter aussi bien Verdi que les véristes (il pouvait chanter un si bémol aigu!).
Mc Neil était aussi connu pour sa dépendance à l'alcool.... souvent il arrivait ivre sur scène mais sur ce point il n'était pas le seul (Ingvar Wixell, Jussi Bjorling, etc...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:15

Radames a écrit:
Merci à Aurele pour ce sujet concernant Mr Mc Neil.
Il avait une voix importante, large et bien projetée qui lui permettait d'aborder un vaste répertoire.
Sa grande étendue vocale lui permettait de chanter aussi bien Verdi que les véristes (il pouvait chanter un si bémol aigu!).
Mc Neil était aussi connu pour sa dépendance à l'alcool.... souvent il arrivait ivre sur scène mais sur ce point il n'était pas le seul (Ingvar Wixell, Jussi Bjorling, etc...).

Au-delà de ces indéniables qualités de timbre (je pense au studio de Luisa Miller ou à la Traviata de Zeffirelli), je me suis toujours demandé d'où lui venait cette réputation de chanteur "générique".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:35

A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:42

Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Pour moi, je placerais Sereni très au-dessus du lot ; comme, d'ailleurs, j'aurais tendance à mettre dans cette catégorie un Merrill, très surestimé, à mon avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31013
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:45

Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Parce que la concurrence est moindre aujourd'hui ? hehe

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:50

bAlexb a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Pour moi, je placerais Sereni très au-dessus du lot ; comme, d'ailleurs, j'aurais tendance à mettre dans cette catégorie un Merrill, très surestimé, à mon avis !

Sereni était un "Signor baritono", un magnifique artiste.
Merrill avait un beau timbre et une belle présence (étant jeune), il fut le partenaire et ami de Bjorling dans certaines intégrales RCA.
A choisir entre Sereni et Merrill, le choix est très vite fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:52

Cololi a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Parce que la concurrence est moindre aujourd'hui ? hehe

Non, mais on ne peut comparer la sélection de vins d'un bon caviste avec le rayon vins d'un supermarché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 9:59

Radames a écrit:
bAlexb a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Pour moi, je placerais Sereni très au-dessus du lot ; comme, d'ailleurs, j'aurais tendance à mettre dans cette catégorie un Merrill, très surestimé, à mon avis !

Sereni était un "Signor baritono", un magnifique artiste.
Merrill avait un beau timbre et une belle présence (étant jeune), il fut le partenaire et ami de Bjorling dans certaines intégrales RCA.
A choisir entre Sereni et Merrill, le choix est très vite fait.

Pour revenir à MacNeil, je toruve, par exemple, son Renato infini mieux phrasé et caractérisé que celui de Merrill, beaucoup plus fruste et confiné dans une posture grand-guignolesque ("Eri tu" pale ). Dommage que RCA ait laissé ce Renato à Solti (c'est peut-être, pourtant, le chant d'orchestre de ce dernier qui lui donne cette ligne, ces miroitements qui me séduisent tant, pour autant que l'intégrale soit si dépréciée, aujourd'hui).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 10:08

bAlexb a écrit:
Radames a écrit:
bAlexb a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Pour moi, je placerais Sereni très au-dessus du lot ; comme, d'ailleurs, j'aurais tendance à mettre dans cette catégorie un Merrill, très surestimé, à mon avis !

Sereni était un "Signor baritono", un magnifique artiste.
Merrill avait un beau timbre et une belle présence (étant jeune), il fut le partenaire et ami de Bjorling dans certaines intégrales RCA.
A choisir entre Sereni et Merrill, le choix est très vite fait.

Pour revenir à MacNeil, je toruve, par exemple, son Renato infini mieux phrasé et caractérisé que celui de Merrill, beaucoup plus fruste et confiné dans une posture grand-guignolesque ("Eri tu" pale ). Dommage que RCA ait laissé ce Renato à Solti (c'est peut-être, pourtant, le chant d'orchestre de ce dernier qui lui donne cette ligne, ces miroitements qui me séduisent tant, pour autant que l'intégrale soit si dépréciée, aujourd'hui).

Tu as tout à fait raison, le Renato de Mc Neil (méconnu) est beaucoup plus beau que celui de Merril qui souvent frôle la caricature avec des inflexions de mauvais goût et pas très incisives (idem dans Rigoletto).
Le "O speranza..." en mezza voce à la fin du "Eri tu" de Mc Neil est SPLENDIDE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 10:11

Radames a écrit:
Tu as tout à fait raison, le Renato de Mc Neil (méconnu) est beaucoup plus beau que celui de Merril qui souvent frôle la caricature avec des inflexions de mauvais goût et pas très incisives (idem dans Rigoletto).
Le "O speranza..." en mezza voce à la fin du "Eri tu" de Mc Neil est SPLENDIDE!

kiss
J'aime bien quand on me dit que j'ai raison ! C'est pas si souvent... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 10:24

bAlexb a écrit:
Radames a écrit:
Tu as tout à fait raison, le Renato de Mc Neil (méconnu) est beaucoup plus beau que celui de Merril qui souvent frôle la caricature avec des inflexions de mauvais goût et pas très incisives (idem dans Rigoletto).
Le "O speranza..." en mezza voce à la fin du "Eri tu" de Mc Neil est SPLENDIDE!

kiss
J'aime bien quand on me dit que j'ai raison ! C'est pas si souvent... Embarassed

Prego amico Very Happy
Quand est avis est partagé c'est sympa de le dire. mains
Pour ce qui est de tes opinions, la lecture de tes posts montrent une belle cohérence au niveau de ton analyse et des goûts certains en matière de voix. Donc.... go ahead man, you are on your way. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 10:55

Radames a écrit:
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Il faut que j'attende de voir plus de témoignages vidéos. En terme de chant, on peut trouver effectivement plus caractérisé mais il s'impliquait dans ses rôles sur le plan scénique d'après le peu que j'ai pu voir.
Tu dis que la voix était assez large. Ce n'est pas toujours perceptible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:00

aurele a écrit:
Radames a écrit:
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Il faut que j'attende de voir plus de témoignages vidéos. En terme de chant, on peut trouver effectivement plus caractérisé mais il s'impliquait dans ses rôles sur le plan scénique d'après le peu que j'ai pu voir.
Tu dis que la voix était assez large. Ce n'est pas toujours perceptible.

On peut s'impliquer scéniquement sans pour autant pouvoir le faire vocalement (et vice versa...).
Pour ce qui est de la largeur vocale, c'est un bon gabarit....
Faut pouvoir assurer face à Tebaldi et Del Monaco dans la Fanciulla et il y arrive vraiment bien.
Il est d'ailleurs Alfio et Tonio dans le tandem Cav/Pagl. dirigé par Serafin et Molinari Pradelli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:09

Comment est son Macbeth? J'ai déjà des références dans le rôle : Cappuccilli et Milnes. Fischer-Dieskau, j'ai beaucoup aimé mais c'est particulier. Il existe plusieurs lives du Met ou d'ailleurs. Ses Lady Macbeth sont Irene Dalis, Birgit Nilsson, Inge Borkh (en italien et pas en allemand), Leyla Gencer et Grace Bumbry. Au moins 4 de ces chanteuses sont des grands noms. Il faut voir quel couple fonctionne le mieux et dans quel live il est le plus en forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte

Nombre de messages : 20100
Age : 36
Date d'inscription : 03/07/2009

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:12

Je le connais avec Nilsson et Gencer... disons que je le trouve pâle face aux deux monstres...
Bien loin des grands Macbeth...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:14

Je ne sais pas.... Crying or Very sad
Je connais ses Amonasro, Tonio, Alfio, Renato, Miller, Rance et le rôle du baryton dans Alzira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:25

Polyeucte a écrit:
Je le connais avec Nilsson et Gencer... disons que je le trouve pâle face aux deux monstres...
Bien loin des grands Macbeth...

Il me semble être beaucoup moins dans la démonstrativité que dans l'intériorisation d'un personnage "farci" de démons (et entouré d'autres démons). Le son est généralement très beau, travaillé ; comme la ligne, je trouve.

J'aurais tendance à préférer son affrontement avec Bumbry parce que les timbres fonctionnent bien ensemble. Je ne connais pas le live avec Borkh, en revanche, et j'en crève Mad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:30

D'autres chanteurs ont souvent plus d'impact que lui sur le strict plan vocal voire dramatique (quand on a pas l'image, c'est vrai qu'il peut apparaître terne).
Son Iago dans le live du Met avec Vickers et Scotto est paraît il fantastique. Son Barnaba (La Gioconda), son Michele (Il Tabarro) en particulier doivent être fantastiques. Je pense que les rôles de personnages mauvais devaient probablement mieux lui convenir (excepté le rôle de Rigoletto qui est pour certains l'un de ses plus grands rôles et dont il est pour certains l'un des meilleurs interprètes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:41

aurele a écrit:
D'autres chanteurs ont souvent plus d'impact que lui sur le strict plan vocal voire dramatique (quand on a pas l'image, c'est vrai qu'il peut apparaître terne).
Son Iago dans le live du Met avec Vickers et Scotto est paraît il fantastique. Son Barnaba (La Gioconda), son Michele (Il Tabarro) en particulier doivent être fantastiques. Je pense que les rôles de personnages mauvais devaient probablement mieux lui convenir (excepté le rôle de Rigoletto qui est pour certains l'un de ses plus grands rôles et dont il est pour certains l'un des meilleurs interprètes).

C'est un peu ce que je disais à propos de Renato et, plus généralement, de la comparaison avec Merrill. Il me semble que dans ces rôles de "méchants", il crée des personnages à plusieurs dimensions loin des postures stéréotypées qu'on peut trouver chez des chanteurs (très honorables, là n'est pas la question) comme Colzani, cité plus haut (dans Iago, par exemple, la comparaison me semble tellement impensable !). Barnaba, Michele en sortent grandis, tant vocalement que psychologiquement ; c'est affaire de nuances, de modulations, de soin apporté au mot (peut-être moins, c'est vrai, dans le live qui n'est pas forcément favorable à l'exercice), etc.

Mais ses studios sont généralement excellents ; la prise de son rendant bien justice à l'instrument (alors que le micro sert moins, a contrario, Merrill, je trouve et accentue même son côté "brut de décoffrage").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31013
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:50

Radames a écrit:
Cololi a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Parce que la concurrence est moindre aujourd'hui ? hehe

Non, mais on ne peut comparer la sélection de vins d'un bon caviste avec le rayon vins d'un supermarché.

Beh non justement, il y a pleins de bons chanteurs aujourd'hui. D'ailleurs il t'arrive même d'en citer.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Radames
Mélomaniaque
Radames

Nombre de messages : 850
Age : 51
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 10/08/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 11:52

Cololi a écrit:
Radames a écrit:
Cololi a écrit:
Radames a écrit:
A son époque il y avait une énorme concurrence et ce, dans tous les types de voix; ce qui fait que plein de chanteurs qui seraient number one aujourd'hui étaient relégués dans le deuxième voire troisième tiroir avant.
Dans cette même catégorie on pourrait citer Mario Sereni, Anselmo Colzani, Giangiacomo Guelfi, Mario Zanasi, etc....
Pour ce qui est de Mc Neil on pourrait dire qu'il chantait tout de la même façon (sans vraiment s'investir dans le personnage).

Parce que la concurrence est moindre aujourd'hui ? hehe

Non, mais on ne peut comparer la sélection de vins d'un bon caviste avec le rayon vins d'un supermarché.

Beh non justement, il y a pleins de bons chanteurs aujourd'hui. D'ailleurs il t'arrive même d'en citer.

J'ai jamais dit le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 3 Déc 2010 - 12:01

Ses enregistrements studios d'opéras (peut être qu'il y a des coupures mais je ne pense pas) ne sont pas tellement nombreux. Radames en a évoqué certains :
_Cavalleria Rusticana/I Pagliacci (1960 Serafin/1958 Molinari-Pradelli, DECCA) : Del Monaco en Turiddu et en Canio, Giulietta Simionato en Santuzza et Gabriela Tucci en particulier en Nedda
_The Consul (1950, Lehman Engel à la direction, DECCA en vinyl et Gala en disque)
_La Fanciulla del West (1958 Capuana, DECCA) : Tebaldi en Minnie et Del Monaco en Dick Johnson
_Aida (1959 Karajan, DECCA) : Tebaldi en Aida, Simionato en Amneris, Bergonzi en Radames et Arnold Van Mill en Ramphis
_Un Ballo in maschera (1960-1961 Solti, DECCA) : Bergonzi en Riccardo, Nilsson en Amelia, Simionato en Ulrica et Sylvia Stahlmann en Oscar
_Luisa Miller (1965 Cleva, RCA) : Moffo en Luisa, Bergonzi en Rodolfo, Tozzi en Walter, Falgello en Wurm et Verrett en Federica
_Rigoletto (1961 Sanzogno, DECCA) : Sutherland en Gilda, Cioni en Duc, Siepi en Sparafucile et Stefania Malagù en Maddalena
_Rigoletto (1967 Molinari-Pradelli, EMI Classics) : Grist en Gilda, Gedda en Duc, Ferrin en Sparafucile et Di Stasio en Maddalena
_La Traviata (1982, Levine, vinyle WEA) : Stratas en Violetta et Domingo en Alfredo (film de Zeffirelli édité par Deutsche Grammophon)


On remarque qu'il doit l'essentiel de sa carrière discographique à DECCA. Heureusement que pour un tel chanteur, les DVDs existent ainsi que les lives pirates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
Figaro

Nombre de messages : 883
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 13:20

Je connais très peu de chose avec lui :
_Cavalleria Rusticana/I Pagliacci (1960 Serafin/1958 Molinari-Pradelli, DECCA) : Del Monaco en Turiddu et en Canio, Giulietta Simionato en Santuzza et Gabriela Tucci en particulier en Nedda
_Luisa Miller (1965 Cleva, RCA) : Moffo en Luisa, Bergonzi en Rodolfo, Tozzi en Walter, Falgello en Wurm et Verrett en Federica
_Rigoletto (1967 Molinari-Pradelli, EMI Classics) : Grist en Gilda, Gedda en Duc, Ferrin en Sparafucile et Di Stasio en Maddalena
_La Traviata (1982, Levine, vinyle WEA) : Stratas en Violetta et Domingo en Alfredo (film de Zeffirelli édité par Deutsche Grammophon)

Je le trouve bien, mais pas extraordinaire. Des 4 enregistrements que je connais, c'est en Rigoletto que je le préfère. Mais je le place loin derrière Cappuccilli, DFD et Gobbi dans ce rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 13:22

Figaro a écrit:
Je connais très peu de chose avec lui :
_Cavalleria Rusticana/I Pagliacci (1960 Serafin/1958 Molinari-Pradelli, DECCA) : Del Monaco en Turiddu et en Canio, Giulietta Simionato en Santuzza et Gabriela Tucci en particulier en Nedda
_Luisa Miller (1965 Cleva, RCA) : Moffo en Luisa, Bergonzi en Rodolfo, Tozzi en Walter, Falgello en Wurm et Verrett en Federica
_Rigoletto (1967 Molinari-Pradelli, EMI Classics) : Grist en Gilda, Gedda en Duc, Ferrin en Sparafucile et Di Stasio en Maddalena
_La Traviata (1982, Levine, vinyle WEA) : Stratas en Violetta et Domingo en Alfredo (film de Zeffirelli édité par Deutsche Grammophon)

Je le trouve bien, mais pas extraordinaire. Des 4 enregistrements que je connais, c'est en Rigoletto que je le préfère. Mais je le place loin derrière Cappuccilli, DFD et Gobbi dans ce rôle.

Nonobstant le fait qu'il est beaucoup plus discipliné que Gobbi et, évidemment, plus orthodoxe que DFD (que j'adore ; je précise), je le place très loin devant Cappuccilli. MacNeil ne chante pas en "langue de bois"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
Figaro

Nombre de messages : 883
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 13:29

Je parle de son interprétation de Rigoletto. Je trouve Cappuccilli dans la version Giulini, nettement plus émovant que MacNeil. Pour Gobbi, c'est vrai que ce n'est pas un modèle de discipline. Et pour DFD, beaucoup contestent ses Verdi, personnellement, je le trouve idéal en Rigoletto. Bon de toute façon je suis fan absolu de DFD. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 14:03

Pour moi il est un des plus grands barytons du 20ème siècle: voix homogène, richement timbrée, large, à la projection arrogante, avec une extension dans l'aigu comparable à celle de Warren et de Milnes et une capacité à colorer sa voix et à lui donner des inflexions qui rendent ses prestations terriblement prenantes.
C'est par exemple mon Rigoletto de référence juste avant Milnes.
Et si Merrill est un baryton dont on aimerait bien aujourd'hui avoir quelques clônes tant la voix était solide et le chant suprêmement mené, MacNeil lui est, à mon sens, très supérieur dans la noblesse et dans l'émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 14:09

Otello a écrit:
Pour moi il est un des plus grands barytons du 20ème siècle: voix homogène, richement timbrée, large, à la projection arrogante, avec une extension dans l'aigu comparable à celle de Warren et de Milnes et une capacité à colorer sa voix et à lui donner des inflexions qui rendent ses prestations terriblement prenantes.
C'est par exemple mon Rigoletto de référence juste avant Milnes.
Et si Merrill est un baryton dont on aimerait bien aujourd'hui avoir quelques clônes tant la voix était solide et le chant suprêmement mené, MacNeil lui est, à mon sens, très supérieur dans la noblesse et dans l'émotion.

Je me demandais quand tu allais donner ton point de vue. Pour l'extension vers l'aigu, cela se perd à la fin des années 1970 et dans les années 1980 à mon avis. J'ai enfin vu/entendu son Rigoletto en DVD (live du Met 1977). J'en parlerai dans le topic consacré à cet opéra. Concernant la comparaison avec Merrill, il faudra la faire peut être pour certains rôles. MacNeil est un baryton effectivement plus intéressant, plus impliqué sur le plan dramatique. Néanmoins, Merrill est tout à fait solide effectivement et c'est un très bon chanteur.
Quels sont les autres rôles dans lesquels tu l'apprécies beaucoup?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 14:45

aurele a écrit:
Quels sont les autres rôles dans lesquels tu l'apprécies beaucoup?
MacNeil ? partout! j'adore son timbre et je le trouve toujours passionnant.
et il est à connaître aussi ici:

Cornell MacNeil 10345-2frontCornell MacNeil 10310-2front Cornell MacNeil L90539uv9nx
Cornell MacNeil M60969o0x1fCornell MacNeil L135855d92iCornell MacNeil Livingstagels1113Cornell MacNeil L35926e2c1d
Cornell MacNeil L62314e1ybzCornell MacNeil L75983eeiqa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 14:48

Otello a écrit:
Cornell MacNeil 10345-2frontCornell MacNeil 10310-2front Cornell MacNeil L90539uv9nx
Cornell MacNeil M60969o0x1fCornell MacNeil L135855d92iCornell MacNeil Livingstagels1113Cornell MacNeil L35926e2c1d
Cornell MacNeil L62314e1ybzCornell MacNeil L75983eeiqa

Il y a beaucoup de choses qui font très envie. J'essaierai de trouver ces lives. Merci pour les conseils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 14:51

petit aperçu ici:

http://premiereopera.libsyn.com/cornell_mac_neil_the_great_verdi_baritone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:05

Otello a écrit:
petit aperçu ici:

http://premiereopera.libsyn.com/cornell_mac_neil_the_great_verdi_baritone

Nabucco avec Souliotis (et c'est, peut-être, son meilleur à elle !) sunny !!! Absolument prioritaire ; parce que (et ça vaut avec la Gilda de Gencer ou l'Amelia de Tebaldi), MacNeil faisait partie de ces rares chanteurs qui savaient, aussi, être les miroirs de leurs partenaires ! Pas duel ; partage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87538
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:06

J'aime beaucoup son Golaud de 77 au Met et son Almaviva (en allemand) à Stuttgard au début des années 60 (il faudrait que je retrouve la bande radio que j'avais échangée). On néglige souvent aussi qu'il a beaucoup chanté Fauré au début de sa carrière, mais je n'ai jamais trouvé de bandes, c'était avant l'explosion de sa notoriété.


Dernière édition par DavidLeMarrec le Sam 4 Déc 2010 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:08

Dans Nabucco, les confrontations entre Nabucco et Abigaille nécessitent d'avoir deux chanteurs très impliqués sur le plan dramatique. Souliotis était une torche vivante et MacNeil lorsqu'il était sur scène s'impliquait autrement plus qu'en studio à mon avis. Cela ne peut être qu'extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:09

bAlexb a écrit:
Otello a écrit:
petit aperçu ici:
http://premiereopera.libsyn.com/cornell_mac_neil_the_great_verdi_baritone
Nabucco avec Souliotis (et c'est, peut-être, son meilleur à elle !) sunny !!! Absolument prioritaire ; parce que (et ça vaut avec la Gilda de Gencer ou l'Amelia de Tebaldi), MacNeil faisait partie de ces rares chanteurs qui savaient, aussi, être les miroirs de leurs partenaires ! Pas duel ; partage...
tout à fait et moi qui ai une dizaine de Nabucco différents avec Suliotis (dont 2 où elle est dans une méforme assez terrible), je confirme que celui de 1974 est un de ses meilleurs enregistrements du rôle et que le duo qu'elle forme avec MacNeil est proprement sidérant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:11

Otello a écrit:
tout à fait et moi qui ai une dizaine de Nabucco différents avec Suliotis (dont 2 où elle est dans une méforme assez terrible), je confirme que celui de 1974 est un de ses meilleurs enregistrements du rôle et que le duo qu'elle forme avec MacNeil est proprement sidérant.

Il faut aimer cet opéra pour avoir autant de versions avec la même chanteuse. Honnêtement, c'est loin d'être l'opéra verdien que je préfère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:15

aurele a écrit:
Otello a écrit:
tout à fait et moi qui ai une dizaine de Nabucco différents avec Suliotis (dont 2 où elle est dans une méforme assez terrible), je confirme que celui de 1974 est un de ses meilleurs enregistrements du rôle et que le duo qu'elle forme avec MacNeil est proprement sidérant.

Il faut aimer cet opéra pour avoir autant de versions avec la même chanteuse. Honnêtement, c'est loin d'être l'opéra verdien que je préfère.

C'est drôle la perception qu'on peut avoir des choses, des oeuvres, etc. (mais c'est aussi tout l'intérêt de l'exercice) ; moi c'est l'un des opéras de Verdi qui m'électrisent le plus. Affaire de vocalité, de dramatisme, de découpage, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:21

on peut rajouter:

Cornell MacNeil Poch_1555Cornell MacNeil Poch_2995Cornell MacNeil Poch_5237
Cornell MacNeil Poch_2155Cornell MacNeil Poch_1719Cornell MacNeil Poch_1325
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:25

Otello, merci pour toutes ces pochettes mais ce serait intéressant d'avoir également des commentaires (dans ce topic ou dans ceux consacrés aux opéras en question).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptySam 4 Déc 2010 - 15:48

Otello a écrit:
petit aperçu ici:

http://premiereopera.libsyn.com/cornell_mac_neil_the_great_verdi_baritone

Merci pour le lien. Il y a effectivement une facilité certaine dans les aigus à cette époque et une autorité vocale et dramatique incontestable comme le montre en particulier l'extrait de Luisa Miller.
Dans le récitatif qui précède "Eri tu" et dans l'air, il est tout aussi remarquable. Il a un timbre de bronze. C'est interprété avec sensibilité par ailleurs. Ce n'est pas la caricature de l'époux jaloux et très en colère. C'est tout à fait nuancé comme chant. Il mérite le triomphe que le public lui fait à la fin de l'air.
Il donne un relief certain au récitatif qui précède l'air de Carlo. Il montre dans l'air qu'il a un superbe legato. La voix est tout aussi magnifique. L'aigu final est superbe. Le timbre est devenu moins séduisant au fil des années mais à cette époque là, c'était grandiose. Le triomphe encore une fois est amplement mérité.
Les 3 extraits confirment le fait que ce baryton devrait être beaucoup plus estimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23231
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyMar 19 Juil 2011 - 12:02

http://www.nytimes.com/2011/07/18/arts/music/cornell-macneil-operatic-baritone-dies-at-88.html?pagewanted=1&_r=1

Je viens de l'apprendre en allant sur odb. Il est décédé le 15 juillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyMar 19 Juil 2011 - 12:11

aurele a écrit:
http://www.nytimes.com/2011/07/18/arts/music/cornell-macneil-operatic-baritone-dies-at-88.html?pagewanted=1&_r=1

Je viens de l'apprendre en allant sur odb. Il est décédé le 15 juillet.

Et dire que j'écoutais hier encore son Rigoletto (version Sanzogno mais aussi celui dirigé, au MET, par Gardelli, avec Peters & Gedda).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7036
Age : 53
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyMar 19 Juil 2011 - 12:17

bAlexb a écrit:
aurele a écrit:
http://www.nytimes.com/2011/07/18/arts/music/cornell-macneil-operatic-baritone-dies-at-88.html?pagewanted=1&_r=1

Je viens de l'apprendre en allant sur odb. Il est décédé le 15 juillet.
Et dire que j'écoutais hier encore son Rigoletto (version Sanzogno mais aussi celui dirigé, au MET, par Gardelli, avec Peters & Gedda).
C'est l'un des meilleurs (pour ne pas dire LE meilleur) Rigoletto du 20ème siècle. Et aussi l'un des plus grands barytons-Verdi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1457
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil EmptyVen 6 Sep 2013 - 23:33

Un des meilleurs Rigoletto à mon avis , j'ai la version DECCA de 1961 avec Sutherland, un régal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Cornell MacNeil Empty
MessageSujet: Re: Cornell MacNeil   Cornell MacNeil Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Cornell MacNeil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cornell MacNeil
» CHRIS CORNELL , Trianon 2012
» ES-335 Chris Cornell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: