Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Symphonies de Carl Nielsen

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mer 12 Jan 2011 - 19:13

Nous avons tous une œuvre qu’il nous faudrait emporter sur une île déserte. Une œuvre dans laquelle on se reconnaît, dans laquelle on s’identifie totalement, bref une œuvre qui nous tient à cœur plus que toute autre.

Comme vous l’aurez remarqué, le cycle des 6 Symphonies de Carl Nielsen (1865-1931) EST mon Chef-d’œuvre. J’espère que ce nouveau sujet fera connaître un peu plus ces magnifiques symphonies si peu jouées en dehors du pays natal du compositeur, à savoir le Danemark.

Je ferai une description précise de chaque symphonie, dans l’ordre. Je vous invite à me laisser vos impressions sur celles-ci mais aussi sur les descriptions que j’en fais, ça m’intéresse énormément. Je vous propose donc d'écouter attentivement la symphonie choisie lorsque vous en lirez l'analyse.
Pour la discographie, je vous conseille l'intégrale des symphonies par Neeme Järvi, Theodore Kuchar ou Salonen, tous trois excellents.






Ce coffret est idéal si vous souhaitez découvrir Nielsen par son oeuvre symphonique.
Il contient les symphonies dans une interprétation de très haute volée, mais également la Suite Aladdin, la Petite Suite pour Cordes, les poèmes symphoniques Hélios et Pan et Syrinx, les interludes orchestraux de son opéra comique Maskarade ainsi que l'ouverture et le Concerto pour Violon couplé avec celui de Sibélius.

Pour ceux que ça intéresserait, voici le fil que j'ai créé pour ses opéras : http://classik.forumactif.com/t5484-les-operas-de-carl-nielsen


Allons sans plus attendre dans ce chef-d'oeuvre symphonique !


Dernière édition par TragicSymph le Mar 9 Aoû 2011 - 10:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mer 12 Jan 2011 - 19:15

Symphonie n°1 op. 7

Nielsen a composé sa Première Symphonie entre 1891 et 1892, il la dédicacera à sa femme Anne-Marie Nielsen. Lors de sa première représentation, Nielsen jouait parmi les seconds violons bien qu’il soit un excellent violoniste. Il a par ailleurs composé un sublime concerto pour violon.

1° mouvement : Il est écrit en Sol Mineur, mais dès la première mesure, Nielsen utilise un effet de surprise en commençant sa symphonie par un puissant accord de Do Majeur. Après ceci, apparaît le premier thème, assez saccadé, confié aux cordes aiguës sur des accords staccato dans les graves. Ceci représente le motto musical du mouvement. Il développe son idée pour nous amener à un passage que j’aime beaucoup, qui fait entendre un dialogue entre la clarinette et le hautbois sur une mélodie qui va se poursuivre pour ramener au thème principal du début.
La deuxième partie est introduite par une gamme ascendante, du basson et de la clarinette après un court intermède aux bois. Dans toutes ces symphonies, Nielsen utilisera beaucoup les bois. Il nous fait entendre une mélodie calme belle et reposante avant de reprendre des bribes du thème principal qui servent à créer une montée de tension afin de revenir au thème du début qui sera joué en canon par les cordes et les cuivres, très bel effet. Il nous fait réentendre le thème chantant précédent, et on arrive à cette impressionnante coda qui conclue le mouvement en Sol Mineur.

2° mouvement : Ce mouvement commence en sol majeur. On démarre doucement, une très belle mélodie confiée aux cordes jouée piano. Nielsen développe cette mélodie, avec un crescendo, on sent que ça avance grâce à ce que font les cordes graves. Le hautbois annonce maintenant la tonalité de Sol Mineur en commençant son thème très mélancolique qui sera la base de ce mouvement. Les harmonies qu’il utilise sont surprenantes par moments. Le crescendo continue jusque vers le milieu du mouvement où les cordes reprennent forte le thème chantant du hautbois. Après ceci, tout s’efface dans un long decrescendo, et le mouvement termine en Sol Majeur.

3° mouvement : Le mouvement fait office de Scherzo et commence d’une façon assez joyeuse, le basson joue quelques notes pour donner un rythme et le premier thème est déclamé par les vents, soutenu par les cordes aiguës. Un léger chromatisme fait bel effet ici. Les thèmes qu’il présente se mêlent les uns aux autres, une tension monte et on arrive au « refrain » du mouvement, caractérisé par une grande polyphonie, un « combat » entre bois et cordes très prenant. Tout ceci est répété une deuxième fois. Juste après ça, Nielsen nous refait entendre le thème du refrain dans une sorte de choral pour cuivre très apaisé. Ce qui suit est un passage plus tragique, que j’aime énormément, et qui fait entendre des accords assez sombres, espacés par des montées de flûtes très bien trouvées. Ce passage est très rythmique. Après cela, Nielsen revient au thème principal avec des descentes chromatiques assez virtuoses. Le mouvement se termine par une légère accélération de l’introduction, et 2 accords staccato en Mi Bémol Majeur.

4° mouvement : Le dernier mouvement commence avec un court trémolo des cordes, et le premier thème, puissant, est annoncé par les cordes, en Sol Mineur. Après cette présentation du premier thème, Nielsen place un petit intermède aux bois, comme à son habitude avant de revenir sur le thème principal. Après cela, un thème intervient, et va se développer jusqu’à arriver à un passage très intéressant, où cordes et cuivres lanceront le même thème en canon avant de revenir une dernière fois sur le thème principal qui subit quelques modifications d’orchestration. La géniale Coda arrive, et fait entendre tout l’orchestre fortissimo qui déclame un thème qui respire la bonne humeur, avant de conclure magistralement dans un surprenant et efficace Do Majeur.


Cette symphonie doit sûrement quelque chose à Beethoven dans son énergie et sa poésie. Jusqu’à la fin du dernier mouvement, il nous est impossible de savoir dans quelle tonalité l’œuvre va finalement se terminer. C’est une des grandes innovations à cette époque dans la symphonie que de faire ce que Nielsen a fait, c’est-à-dire commencer une œuvre dans une tonalité et la finir dans une autre. Ceci deviendra la marque de fabrique des symphonies de Nielsen, on appelle cela la Tonalité Progressive. Le grand musicologue Robert Simpson déclara : « This symphony is probably the most highly organized first symphony ever written by a young man of twenty-seven ». Superbe symphonie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mer 12 Jan 2011 - 21:54

TragicSymph a écrit:
Le grand musicologue Robert Simpson
Et compositeur ! Smile

On attend la suite avec intérêt, Tragicsymph. J'ai pas mal écouté la 4e, et navigué erré avec grand plaisir dans le conducteur de la 2e. A part ça, mon souvenir est plutôt indistinct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mer 12 Jan 2011 - 22:04

Citation :
On attend la suite avec intérêt, Tragicsymph

Oui, merci pour ton message, j'ai vraiment pris un énorme plaisir à faire ces analyses. Je vais mettre la description de la Deuxième symphonie demain !
Ravi de voir que la première symphonie t'a plu, je la trouve excellente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 13 Jan 2011 - 11:05

TragicSymph a écrit:
Citation :
On attend la suite avec intérêt, Tragicsymph

Oui, merci pour ton message, j'ai vraiment pris un énorme plaisir à faire ces analyses. Je vais mettre la description de la Deuxième symphonie demain !
Ravi de voir que la première symphonie t'a plu, je la trouve excellente !

Merci également pour cette présentation
j' avais acheté un coffret contenat les 6 symphonies et je nettais jamais vraiment plongé dedans

Ma réfléxion est la suivante pour le premier mouvement.
J' ai été très surpris de la parenté rythmique, harmonique avec la symphonie justement en sol mineur de Lalo. Cette dernière est composée vers 1886.
On peut dire que le matériau est même antérieur puisque pour les passages évoqués, Lalo reprend des éléments de son premier opéra Fiesque qu' il compose dans les années 60; Ce n' est pas du tout du plagiat, c ' est l 'esprit qui est très similaire .
On retrouve ce même esprit dans le 2è mouvement
Enfin c ' est un avis......


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 13 Jan 2011 - 12:38

Salut Franchom, et merci pour ton passage sur mon nouveau sujet et tes informations.
Je viens d'écouter le 2° mvt de la symphonie en sol mineur de Lalo, et c'est vrai, l'esprit est assez proche, tu as raison.
Mais restons dans les symphonies de Nielsen, alors, as-tu aimé cette première symphonie ?
Merci encore pour tes compliments sur ma présentation de la symphonie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 13 Jan 2011 - 17:35

TragicSymph a écrit:
Salut Franchom, et merci pour ton passage sur mon nouveau sujet et tes informations.
Je viens d'écouter le 2° mvt de la symphonie en sol mineur de Lalo, et c'est vrai, l'esprit est assez proche, tu as raison.
Mais restons dans les symphonies de Nielsen, alors, as-tu aimé cette première symphonie ?
Merci encore pour tes compliments sur ma présentation de la symphonie !

Comme je suis un invétéré fan de Lalo , la réponse pour cette première symphonie est évidente , j' adhère.
Passons à la 2è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 13 Jan 2011 - 20:12

Symphonie op. 16 n°2 « Les Quatre Tempéraments »

Entre 1901 et 1902, Nielsen s’attela à sa Deuxième Symphonie basée sur les 4 Tempéraments selon Hippocrate qui sont le tempérament colérique, flegmatique, mélancolique et sanguin.
Peu avant sa mort, Nielsen rédigera une note où il se défend contre l’idée d’une musique à programme, il insiste sur le caractère ambivalent de chaque humeur : tendresse dans la colère ou irritation dans la mélancolie.

1° mouvement (colérique) : Ce mouvement démarre en Si Mineur, par des accords fortissimo coupés par les cordes, et ce motif se répètera jusqu’à arriver à un sommet où une mélodie chromatique et très colérique se fait entendre. Elle se répètera assez régulièrement tout au long du mouvement. Tout est éclatant dans cette introduction, la colère est vraiment bien ressentie. Après ce passage violent, nous retrouvons le petit interlude aux bois, où certains futurs thèmes sont esquissés, et qui amène à une explosion de joie qui dure quelques secondes. Puis juste après cela, le hautbois introduit le second thème important dans le mouvement. Petite accélération, accord arrêté net, et nous retrouvons dans une solide orchestration et des harmonies osées le thème lancé par le hautbois précédemment. Tout se calme, et quelques coups de timbales annoncent de l’agitation, où le thème précédent est réentendu plusieurs fois. Après cela, un court moment de bois, cordes et cuivres annoncent une de mes parties préférées de la symphonie, celle où on entend les cuivres dans une montée de tension très prenante et qui donne l’impression de se terminer dans ces petites montées aux bois. Il n’en est rien, puisque ce qui suit va ramener au tout premier thème du mouvement. Nielsen répète encore quelques thèmes du début et nous amène à l’une de ses plus brillantes codas, qui est également ma favorite. Cette coda commence par des enchaînements d’accords tout à fait surprenants et assez dissonants, de grandes gammes virtuoses aux cordes aiguës nous ramènent au passage colérique chromatique du thème initial, qui va se développer, pour finir dans la colère à son paroxysme et terminer ainsi le mouvement dans la tonalité de Si Mineur.

2° mouvement (flegmatique) : Ce mouvement est l’antipode du précédent, tout y est calme.
Dans ce mouvement, Nielsen maîtrise ses sentiments, il ne départ pas facilement de son calme. Les cordes introduisent le mouvement, et le thème également, qui sera repris juste après par les cuivres. Dans la deuxième partie, beaucoup de bois, de trilles, une orchestration assez minimaliste, c’est le but du mouvement. Tout termine dans le calme, sereinement en Sol Majeur.

3° mouvement (mélancolique) : Voilà certainement le plus beau mouvement lent de Nielsen, le plus triste et le plus émouvant également. Dans ce mouvement en Mi Bémol Mineur, qui est l’antipode du précédent, c’est l’âme qui parle. Tout commence par une descente à l’unisson des cordes graves, le thème principal fait son apparition juste après. Cette mélodie vous reste dans la tête tellement elle est triste, le son est chaud, les harmonies sont audacieuses pour certains accords. Après cela, entre le hautbois, en pleurant, ce qui accentue davantage le caractère mélancolique du mouvement. Nielsen fait preuve d’une grande originalité dans la mélodie du hautbois, il y a certaines notes auxquelles on ne s’attend pas du tout, cette mélodie est terrible de douleur, c’est impressionnant. Il développe cette idée, avec des accords de plus en plus audacieux jusqu’à arriver à une montée de tension en ajoutant des cuivres et un beau crescendo, puis tout redescend et on arrive à une partie dans le mode majeur, peut-être la seule marque positive du mouvement. Beaucoup de bois dans cette dernière partie, et on entend une caisse claire qui fait de léger roulements au fond de l’orchestre. Après quelques coups de caisse claire, le thème principal revient avec encore plus de force et de tristesse. Petit interlude, et grand crescendo qui amène au climax du mouvement, renforcé par les cuivres et les timbales. Tout se termine dans le calme, par un accord de Si Bémol Majeur assez inattendu. Magnifique mouvement à connaître absolument.

4° mouvement (sanguin) : Ce dernier mouvement est l’antipode du précédent, il respire la gaieté, la bonne humeur. Il commence par un coup de timbale, et les cordes lancent le premier thème joyeux. Une fois encore, rien n’est bateau, les harmonies sont finement travaillées. C’est assez virtuose, très entraînant. Le deuxième élément thématique est la descente saccadée du hautbois qui sera reprises aux autres instruments de l’orchestre et développée comme il se doit. Tout s’efface, quelques notes à la flûte, et le thème repart de plus belle grâce à l’appel des timbales. On entend juste après cette répétition une formule conclusive qui aurait pu arrêter la symphonie là, juste après les roulements de timbales. C’est finalement le deuxième élément thématique entendu précédemment qui continuera le mouvement dans un grand calme. Ce n’est qu’à la Coda que la bonne humeur reprend, et qu’on y réentend légèrement modifié le thème du départ de ce mouvement. Le mouvement se terminera dans la joie et l’allégresse en La Majeur.

Encore une fois, Nielsen utilise la tonalité progressive, de Si Mineur pour le premier mouvement jusqu’au triomphant La Majeur pour le dernier. Cette œuvre contient d’étonnantes modulations harmoniques dans les 4 mouvements, très belle symphonie, qui à chaque mouvement, fait entendre l’atmosphère opposée du mouvement précédent.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 13 Jan 2011 - 23:17

Passionnant... et excellent. Très enrichissant : j'avais commenté ces symphonies il y a quelque temps, et tu le fais sous un angle très différent que je trouve très nourrissant. cheers

Je réagirai plus amplement dès que possible, mais déjà, dans cette Deuxième Symphonie (je dirais plutôt n°2 Op.16 pour éviter les confusions Smile ), je suis particulièrement séduit par le mouvement lent... la reprise du thème principale par les cors, légèrement plus fort que le reste du mouvement, est d'un effet saisissant et poétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 11:54

Salut David, merci pour ton passage sur mon sujet et tes compliments, ça me fait très plaisir.
En effet, le mouvement lent est le plus émouvant de la symphonie. Ravi de voir que tu apprécies ces symphonies, et j'ai hâte de voir ce que tu vas rajouter, comme tu nous l'a annoncé.
Bon, je vais poster aujourd'hui l'analyse de la Troisième Symphonie à moins que tu n'aies encore quelque chose à rajouter sur les deux premières !
On v'a s'entendre si tu aimes Nielsen !! mains

A tout à l'heure !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 18:36

TragicSymph a écrit:
Symphonie op. 16 n°2 « Les Quatre Tempéraments »

Entre 1901 et 1902, Nielsen s’attela à sa Deuxième Symphonie basée sur les 4 Tempéraments selon Hippocrate qui sont le tempérament colérique, flegmatique, mélancolique et sanguin.
Peu avant sa mort, Nielsen rédigera une note où il se défend contre l’idée d’une musique à programme, il insiste sur le caractère ambivalent de chaque humeur : tendresse dans la colère ou irritation dans la mélancolie.






Intéressant ces quatre tempéraments, d' ailleurs les mouvements sont
Allegro collerico
Allegro comodo e flemmatico
Andante malincolico
Allegro sanguinoso
comme tu le décris après


Le premier mouvement est saisissant de colère quand les chefs veulent bien donner de la force.
Le 3è mouvement est sublimissime. Dans ta présentation il manque la notion de polytonalité( on est en 1901 sic)juste après que le thème éclate en intensité .
Même si le dernier mouvement est enjoué je lui préfére réellement le premier . Ce dernier est trop proche pour moi de l' esthétique de Brahms , je le ressens comme anachronique .

Juste pour apporter un complément la 2è symphonie a été inspirée d' une série de gravures (on suppose 4)
Elle sera aussi dédiée à Ferrucio Busoni

Une étude très instructive en anglais dans Carl Nielsen Studies vol 4 2009
page 9 à 26 de David Fanning " Carl Nielsen and theories of symphonism"
De larges extraits dans google livre .


Dernière édition par franchom le Ven 14 Jan 2011 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 19:06

Oui, tout à fait d'accord avec toi franchom, merci pour tes renseignements très interressants, que j'ai plaisir à lire, allons écouter la 3° symphonie à présent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 19:09

Symphonie n°3 op. 27 « Sinfonia Espansiva »

Nielsen composa cette symphonie entre 1910 et 1911. Il s’agit de son œuvre la plus jouée, unique symphonie de Nielsen qui fait intervenir des parties vocales.

1° mouvement : Ce mouvement commence par des accords forte saccadés aux cordes, qui se rapprochent de plus en plus. On arrive au premier thème déclamé par les violons, cette mélodie va se poursuivre, se développer et se complexifier tant harmoniquement que mélodiquement. Le début de cette œuvre est assez turbulent, jusqu’au premier point d’arrêt qui va annoncer le deuxième élément thématique, introduit presque uniquement par les bois. Le court passage qui suit annonce le « refrain » de ce mouvement, se caractérise par de grandes envolées aux cuivres et aux cordes, ces deux derniers rentrent dans un dialogue très bien mené qui aboutit à des accords en pizzicato des violons, annonçant une nouvelle idée thématique introduite par la flûte. Cette nouvelle idée va se développer jusqu’à arriver à un de mes moments préférés du mouvement, une magnifique valse qui commence doucement et qui se termine forte après quelques accords dissonants. Tout est magnifiquement orchestré. S’en suit un léger interlude aux bois habituel, où une récapitulation des thèmes s’impose. Après ce passage, Nielsen nous ramène à ce refrain qui fait vraiment bel effet et reprend les thèmes de l’introduction jusqu’à la Coda resplendissante qui finit dans une tonalité inattendue.

2° mouvement : Ce mouvement est le point central de la symphonie. Il commence tout doucement, par une mélodie venue du Nord, très calme, sur une basse d’accords joués aux vents. Tout est comme immobile. Le premier élément thématique est introduit par la flûte qui va rentrer dans une conversation très bien construite avec la clarinette et le hautbois. A présent les cordes reviennent avec un peu plus de force dans une mélodie assez triste. Cette mélodie va être reprise par les différents instruments, alternant cordes et bois. L’atmosphère à ce stade là est plutôt sombre. Encore un léger passage aux bois, sur les mêmes thèmes, puis les cordes, et là, un accord majeur surprenant arrive, et le ténor commence à chanter sur des voyelles une mélodie venue d’ailleurs, la soprano ne tarde pas de le rejoindre et forment à eux deux lorsqu’ils chantent ensemble un univers complètement mystique, tout simplement magnifique. Le temps est comme suspendu. Après un court retour sans les voix, ils se remettent à chanter, et ce, jusqu’à la fin du mouvement, dans la même atmosphère.
Ce mouvement lyrique exprime la philosophie positive de la Vie et a été joué lors des funérailles de Nielsen.

3° mouvement : Ce mouvement commence avec des accords répétés aux cuivres qui rappellent à une échelle plus basse l’introduction du premier mouvement. Juste après cela, le hautbois introduit une mélodie très typique de Nielsen, tout en mélancolie et avec des notes et des harmonies qui ne cessent de surprendre. Cette mélodie va se développer, s’accélérer pour aboutir à une très belle partie confiée aux bois, ceci constitue le deuxième élément thématique. Tout est assez mystérieux dans ce mouvement qui fait office de scherzo. Il y a de l’agitation par après, les motifs changent et introduisent de nouvelles idées harmoniques fort intéressantes, comme toujours. Pour terminer, Nielsen reprend le premier thème mélancolique au hautbois, et le mouvement se termine dans un échange perpétuel entre le majeur et le mineur.

4° mouvement : Le dernier mouvement de la symphonie est un véritable hymne à la Vie que Nielsen écrivit. La mélodie chaude est tout de suite introduite par les cordes, et ne cessera de se développer au long du mouvement. Tout chante ici, et un épisode dans le mode mineur fait son apparition, ce qui constitue le second élément mélodique. Les cordes graves présentent le troisième élément mélodique qui sera très souvent repris, et on réentend le thème du début qui conduit vers un accord majeur pouvant faire penser à la fin du mouvement. Mais Nielsen ne termine pas ici, il reprend le deuxième élément thématique en changeant l’orchestration, et réapparaît le premier thème, qui conclue vers une Coda lumineuse, pleine de vie et la symphonie s’achève sur les accords répétés du premier mouvement, dans les graves cette fois-ci et sans saccades. Magnifique symphonie.

Carl Nielsen démontre encore une fois sa maîtrise parfaite de l’orchestration, de l’harmonie et du rythme dans cette symphonie. Il utilise encore la tonalité progressive en allant de Ré mineur à La Majeur. C’est vraiment une œuvre pétillante, pleine d’audaces et de gaietés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 19:09

Bravo TragicSymph. Tes commentaires sont très enrichissants. Il me tarde de recevoir mon coffret de l'intégrale pour discuter de tout ça sur le topic (dans le courant de la semaine prochaine théoriquement) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 19:18

Salut kegue, on attend tes impressions sur ces symphonies avec impatience !
Et merci pour tes compliments au passage !! mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 979
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 22:28

J'évoquais sur le topic Playlist la 4ème à laquelle je commence à bien accrocher, dans l'interprétation de Schønwandt, ce qui m'amène une question d'ordre musicologique : je viens de lire sur Classic Today que les enregistrements des symphonies par Schønwandt (anciennement chez Da Capo et repris depuis par Naxos) se basaient sur de nouvelles éditions des partitions. Tu peux nous en dire plus là-dessus ? Il y a eu des évolutions de ces symphonies par Nielsen lui-même ? Ou des recherches ultérieures qui ont conduit à des corrections ? De quel ordre ?

(Et bravo pour ce sujet, qui tombe à point pour moi qui m'attaque à l'écoute de ce corpus Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 14 Jan 2011 - 22:39

Salut Iskender !

Merci pour ton passage, et ravi de compter un Nielsenien de plus à la table ! mains
En ce qui concerne la nouvelle édition, j'avoue n'en avoir jamais entendu parler, il faudrait que j'aille écouter ces symphonies par Schonwandt.
Si jamais j'apprends des choses là-dessus, je t'en ferai part !
Quelles sont tes impressions sur ces symphonies, du point de vue musical ?

Je vais mettre en ligne l'analyse de l'Inextinguible au courant de la semaine prochaine, même si les 6 sont déjà analysées depuis quelques jours ! Very Happy
Car une séparation s'impose entre les 3 premières et les 3 dernières. Quelle évolution entre les 3 premières et les 3 dernières, c'est incroyable !
La guerre y est pour quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 15 Jan 2011 - 12:05

Concernant l'édition Schønwandt, ce n'est pas un bouleversement phénoménal pour l'auditeur. Je n'ai pas écouté cette version avec partition, mais je n'ai rien remarqué qui ne puisse être expliqué par une différence de conception du chef. Comme pour Beethoven, c'est peut-être simplement une question de dynamique, et peut-être ici ou là d'instrumentation.

Bref, pas la distance qu'il y a entre les deux Cinquième de Langgaard, où on peut vraiment parler d'abîme entre les deux versions.

Excellente interprétation par ailleurs, mais sa différence ne justifie pas l'achat si on se satisfait d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 15 Jan 2011 - 12:07

Et concernant la Troisième, je ne partage pas tout à fait ton enthousiasme, en particulier en ce qui concerne les parties chantées : je trouve ça d'un pastoralisme planant pas très passionnant, j'ai l'impression d'entendre du Górecki assez moyen...

Le reste de la symphonie, en particulier le premier mouvement, est plus intéressant en poursuivant les recherches.

Mais parmi les trois premières, je pense que la plus riche est la Deuxième...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 15 Jan 2011 - 17:27

DavidLeMarrec a écrit:
Le reste de la symphonie, en particulier le premier mouvement, est plus intéressant en poursuivant les recherches.

Oui, je suis d'accord avec toi, dans cette Sinfonia Espansiva, mon mouvement préféré est le premier. Il se passe beaucoup de choses très différentes, quelle imagination il avait ce Carl !!

A ce propos, Nielsen n'a jamais été clair quant à ce qu'il voulait dire par "Espansiva".
Pour reprendre les mots de Robert Simpson, cela signifiait pour lui : "outward growth of the mind's scope".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 979
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Dim 16 Jan 2011 - 21:06

Je suis plongé depuis quelques jours dans l'écoute de ces symphonies et comme tu nous l'a suggéré Tragic Symph, j'en livre quelques impressions. Je n'ai pas tout écouté, préférant des écoutes répétées, qui pour l'instant ont concerné les n°1, 2 et 4. Je suis de plus en plus séduit par ces oeuvres.

- J'avais écouté la 1ère il y a des lustres, un vinyle par Ole Schmidt emprunté dans une médiathèque parisienne quand j'étais ado. J'en avais gardé un bon souvenir et ne l'avais curieusement jamais réécoutée. En la redécouvrant je peux dire que cette 1ère me plaît énormément. Je suis bien conscient que c'est une oeuvre de jeunesse et que ce n'est pas ce que Nielsen a dû faire de plus novateur, mais je trouve ça très séduisant, avec une réelle inspiration mélodique. Ça me parle beaucoup, (certains thèmes restent même dans la tête sans pouvoir s'en défaire, une impression que je n'avais pas éprouvée depuis longtemps).
Il y a en effet une influence du romantisme allemand dans cette symphonie, sans que ça manque de personnalité pour autant. Cette inspiration mélodique avec un caractère nordique présent mêlé à l'influence allemande pour ce qui est de la forme me fait penser à plusieurs moments du 1er mouvement à la symphonie de jeunesse de Grieg, mais avec une plus grande maîtrise de la grande forme, c'est évident.

- La 2è est une oeuvre plus ambitieuse et aboutie. Je n'ai pas encore un suivi très clair du développement du 1er mouvement, et me réfère au post de TragicSymph Wink . Le mouvement lent c'est de l'or en barre, très profond et d'une grande beauté.
Ce qui me subjugue à partir de cette 2è symphonie (et ça se sent dès la 1ère) est l'orchestration incroyable de Nielsen. Il y a une vraie marque de fabrique que j'ignorais chez Nielsen. C'est d'une grande richesse sans lourdeur, ça sonne incroyablement. Le traitement des bois est ce qui frappe le plus, mais l'écriture des cuivres est également vraiment originale. Nielsen ne procède pas en à-plats ou en accords plaqués chez les cuivres, il fait appel aux réelles possibilités des instruments... et des instrumentistes d'ailleurs. Les parties de tuba par exemple sont vraiment étonnantes de virtuosité et d'invention.

- Dans la 4ème, avec une impression générale vraiment enthousiaste, c'est l'inverse que dans la 2ème : la structure du premier mouvement et son développement sont plus faciles à cerner pour moi, avec des passages que j'adore. Le passage de cuivres à la fin de l'exposition puis à nouveau à la fin du mouvement avant que ça se détende est très Sibelien. C'est dans le mouvement lent que j'ai plus de mal à rentrer, mais en revanche je trouve que le climax est vraiment saisissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Dim 16 Jan 2011 - 21:16

Je partage tout ce que tu as écrit. Very Happy Tu as écouté les trois que j'aime le plus, aussi... Mais je pense que tu devrais au moins aimer la Cinquième, il n'y a pas de raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
franchom
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 436
Age : 51
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Lun 17 Jan 2011 - 20:45

Après mon avis sur les deux premières symphonies. Je n' accroche pas avec cette 3è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Lun 17 Jan 2011 - 21:18

Tout comme David, je partage ce que tu as dit, Iskender, merci pour tes impressions qui sont vraiment très intéressantes !!

En ce qui concerne la 1° Symphonie, c'est vrai qu'elle est formidable, Nielsen avait 27 ans quand il l'a composée si je me souviens bien.
Elle est influencée par la musique allemande comme tu dis, mais elle reste quand même très Nielsenienne, si tu me permets ce néologisme, dans les thèmes surtout. Il maîtrisait déjà parfaitement l'orchestration, c'est évident. Et c'est lui le premier qui a eu l'idée de la tonalité progressive dans la symphonie !

En effet, la 2° Symphonie est la plus ambitieuse parmi les 3 premières. Déjà harmoniquement et rien que dans le premier mouvement, il se passe des choses vraiment osées, et fabuleuses. En faisant ces analyses, j'ai vraiment réécouté soigneusement et à plusieurs reprises chaque mouvement, et en effet, dans son orchestration, Nielsen a une vraie marque de fabrique. Ce sont les bois. Quel Génie, quand on entend ce qu'il en fait, tout à l'air si naturel, ça sonne tellement bien.
Nielsen n'utilise jamais de changements harmoniques dits "faibles". Il est toujours dans la créativité, et fait très souvent de curieux, mais surtout osés changements, et modulations harmoniques. C'est également incroyable comme il fait varier les thèmes. A plein d'endroits, on se dit, là, c'est vraiment LE thème qu'il fallait, tout s'enchaîne merveilleusement bien.
Ce qui m'impressionne le plus dans ce mouvement, c'est la Coda. Elle est vraiment l'une de ses plus brillantes, elle m'épate toujours à chaque fois que je l'écoute.

Enfin bon, Nielsen fait vraiment des choses incroyables à l'orchestre, comment il utilise les bois, les cuivres par exemple en étonnera plus d'un...
Pour l'Inextinguible, je mettrai l'analyse demain, je la peaufine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mar 18 Jan 2011 - 21:24

Symphonie n°4 op. 29 « Inextinguible »

Si les 3 premières symphonies sont tout à fait remarquables, voici maintenant sa symphonie la plus dramatique, la plus profonde.
Nielsen composa cette symphonie entre 1914 et 1916, soit pendant 3 ans de guerre. Elle est son œuvre la plus célèbre et comporte quatre mouvements qui s’enchaînent sans marquer de pause.

1° mouvement : Le mouvement démarre avec une grande explosion des cuivres, dans une tonalité indescriptible. L’utilisation de tritons dans la mélodie et aux timbales renforce la violence de l’introduction, puis les cordes aiguës jouent un air plutôt joyeux, très vivant. Après cela, les cordes graves reviennent à l’unisson, et cette introduction se développe, toujours dans une grande violence, des enchaînements harmoniques osés, jusqu’à un passage étrange où 2 flûtes jouent ensemble à la tierce, repris par 2 clarinettes, sur des motifs aux cordes graves issus de l’introduction.
Juste après cela, arrive un moment de calme avec le « vrai » premier thème, qui culminera finalement la symphonie, joué par les bois uniquement. Le hautbois présente le thème, qui restera sobrement orchestré pour l’instant. Nielsen développe le thème et le reprend aux cordes aiguës. Aucune agitation dans ce passage, tout est magnifique. Petit appel des bois, et un autre thème fort joyeux fait son apparition aux cordes aiguës. Après un court passage plus enjoué aux cuivres, le fameux premier thème revient, plus chaleureux aux cordes. Ici se termine la première partie du mouvement.
A présent, la deuxième partie est beaucoup plus mystérieuse, on ne sait pas vraiment dans quelle tonalité on est, les cordes jouent un motif de 2 notes rapides pouvant faire penser à la partie centrale de son Concerto pour Clarinette et qui va se répéter tout au long de cette partie. On entend dans les graves une esquisse du tout début du mouvement, puis, appel des flûtes et les cuivres reviennent dans un choral très osé harmoniquement. On assiste à un dialogue des bois et des cordes, toujours très bien construit et le premier thème revient sans cesse à tous les instruments de l’orchestre. Encore une petite partie très belle des vents, et Nielsen nous ramène au tout début du mouvement, dans cette explosion de cuivres et de Vie, c’est absolument fantastique comme passage. Tout est Vie ici, rien ne pourra arrêter cette joie, et on entend une toute dernière fois dans ce mouvement le thème principal orchestré comme il se doit, qui vient conclure le premier mouvement. Avant de passer au mouvement suivant, il y a un petit passage aux timbales et aux violons.

2° mouvement : Ce mouvement démarre uniquement aux bois et le thème est tout de suite présenté. Il est assez sautillant, encore de bonne humeur. Les cordes ne font leur apparition que vers le milieu du mouvement, en pizzicato. L’orchestration est très typique de Nielsen, il n’y a presque uniquement des bois qui jouent. Grâce à cela, Nielsen arrive à créer une atmosphère des plus saisissantes, vraiment pure. Très beau mouvement.

3° mouvement : Ce mouvement annonce les adagios des futures symphonies de Chostakovitch. C’est nettement plus complexe harmoniquement, on sent déjà beaucoup de modernité dans ce mouvement. Les cordes aiguës chantent le thème, accompagnées par des pizzicati des cordes graves et des coups de timbales très bien placés. C’est très étrange comme passage, mais l’atmosphère créée est incroyablement saisissante. Il y a quelques passages assez dissonants.
Vers le quart du mouvement, les cordes et les bois amènent la deuxième idée thématique. Tout est coulant dans ce passage jusqu’à cet arrêt brutal des clarinettes et des hautbois qui jouent des notes répétées qui sont totalement hors de la tonalité, c’est vraiment surprenant à la première écoute, ceci correspond à la troisième idée musicale du mouvement. Nielsen développe beaucoup cette idée jusqu’à un paroxysme où tout l’orchestre se met à chanter un air très joyeux. Après ce passage, un passage dominé par les bois reprend le dessus et la deuxième idée thématique revient. Tout s’efface jusqu’à arriver à une envolée des cordes qui jouent de façon très virtuose de grandes gammes, pour arriver au mouvement suivant. C’est très impressionnant.

4° mouvement : Ce dernier mouvement commence avec une grande joie des cordes et des cuivres. Les mélodies sont très typiques de Nielsen, on sent beaucoup de violence et d’humour noir dans cette introduction. Il est toujours très difficile de donner une tonalité précise. Puis vient la première apparition du fameux combat entre les 2 sets de timbales des deux côtés de l’orchestre, beaucoup d’agitation et de drame ici. C’est très violent. Ultime moment de calme, les bois et les cordes entrent dans un dialogue magnifique, et on arrive à la partie la plus remarquable de la symphonie, certainement une des plus impressionnantes partie dans l’histoire de la symphonie.
Les cordes et les timbales commencent pianissimo, avec de plus en plus d’agitation, et le frénétique duel entre les 2 sets de timbales et l’orchestre commence. C’est un vrai spectacle musical. Tout explose de partout, c’est hallucinant. Des bribes du fameux thème du premier mouvement font leur apparition parmi la puissance des timbales, les cordes jouent un motif très étrange, et le thème revient de plus belle, c’est incroyablement émouvant comme passage. Encore une dernière apparition du thème dans sa plus grande orchestration, et la symphonie se termine dans un solide Mi Majeur. Très certainement la plus profonde symphonie de Nielsen, une de ses meilleures œuvres.

Avec cette symphonie, Carl Nielsen aura écrit la Vie. Il y a énormément de tension, de violence et d’humour noir dans cette symphonie. A propos de cette symphonie, Nielsen écrivit ceci : « La musique est Vie : dès qu'une note isolée résonne dans l'air ou l'espace, c'est le résultat de la Vie et du mouvement. C'est pourquoi la musique est l'expression la plus sensible de la pulsion de Vie. Cette symphonie décrit les sources les plus primitives du flux vital et le bonheur de sa perception, c'est-à-dire, ce qui touche l'être humain, le monde animal et végétal comme il peut être perçu ou vécu. Cette musique n'est pas basée sur un programme décrivant son évolution dans un espace et un temps limité, mais un aperçu des couches émotionnelles vitales qui restent semi-chaotiques et primitives…». Il conclut par cette phrase : « La musique est la vie, comme elle, inextinguible »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Mar 18 Jan 2011 - 22:40

Merci. cheers

Malgré son caractère parfois tourmenté, c'est effectivement avant tout la recherche d'une expression jubilatoire du pouvoir de la musique. Il y a des moments réellement étonnants, les couleurs harmoniques et orchestrales sont terriblement personnelles, y compris le deuxième mouvement en forme de sérénade un peu néo, qui se trouble progressivement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 20 Jan 2011 - 22:37

Je viens de m'écouter "correctement" la Première Symphonie. Ce qui est impressionnant avant tout, c'est la concision du discours : 4 mouvements qui ne depasse pas les 8 minutes chacun. Dans chaque mouvement, on y décèle une très bonne maîtrise de la forme, avec des transition claires et bien senties. J'ai retrouvé un peu Brahms dans cette démarche (plus que Beethoven). Il a déjà été dit l'ambiguïté remarquée entre les deux tonalités de Sol mineur et DO majeur, c'est sans doute dû à un goût du compositeur pour les enchaînement plagaux. J'ai aussi remarqué d'autres ambiguïtés de natures tonales (majeur mineur assez fréquent dans le mouvement lent et le scherzo), mais aussi un goût pour les oppositions rythmiques : nombreuses mises en place de l'orchestre oscillent entre le binaire et le ternaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Jeu 20 Jan 2011 - 22:50

Et tu aimes ? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 13:52

Oui Kegue, tout ce que tu dis est très juste et amplement partagé par les autres musiciens ayant posté ici.
En effet, il y a plus de Brahms que de Beethoven, mais cette symphonie est déjà très Nielsenienne.
Merci pour tes observations très intéressantes, nous avons hâte de t'entendre sur les autres. Je mettrai la Cinquième en ligne dans quelques jours aussi.
...et comme David te le demande, je te pose aussi la question, aimes-tu cette Première Symphonie ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 16:06

D'après vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pelléas
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 16:37


Je suis en train de m'initier aux symphonies de Nielsen (j'ai reçu mon intégrale par Neeme Järvi), ça me plait plutôt bien, il y a des moments très différents entre le symphonies et dans chaque symphonie. Je suis actuellement dans la 5ème, le premier mouvement est étrange, à réécouter... A suivre... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 18:48

kegue a écrit:
D'après vous ?
Tu as l'air de trouver ça intéressant, mais quand même loin de la douce hystérie qu'elle suscite chez moi... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 20:10

Allez on va dire oui, Kegue aime cette 1° symphonie Very Happy

Salut Pelléas et merci pour ton passage sur le forum. Nous sommes là pour t'aiguiller dans le monde symphonique de Nielsen. En effet la Cinquième est un peu plus dure à écouter, du moins à la première écoute.
Il faut les écouter très attentivement plein de fois ces symphonies pour vraiment les comprendre et admirer le génie de ce grand Carl.

Citation :
douce hystérie qu'elle suscite chez moi...

Voilà qui est très bien dit...grande hystérie pour moi ! mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Ven 21 Jan 2011 - 23:52

C'est vrai que mon propos n'était effectivement pas très clair à ce niveau. J'ai bien sûr beaucoup aimé cette symphonie. Le sens mélodique et orchestral de ce compositeur m'a vraiment scotché. C'est de plus très vivant, avec un savant dosage des élements classiques et d'autres plus avant gardistes (c'est pour cela que je pensais à Brahms dans la gestion forme, mélodie) qui font vraiment de Nielsen un des grands compositeur de son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 10:44

Eh bien voilà, quand tu veux ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
kegue
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3774
Age : 47
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 12:58

hehe

J'ai profité de ma matinée libre pour écouter les deuxième et troisième symphonies. Après une première écoute (et pas toujours attentive quand on a des trucs à ranger), j'ai trouvé les mouvements de la deuxième un peu inégaux (le thème du scherzo par exemple ne m'a pas plus embalé que ça, même si le flegme y est effectivement présent). En revanche, le mouvement lent est magnifique (plus tragique que mélancolique selon moi, mais cela vient peut être de la direction de Jarvi).

La troisième m'a par contre laissée un très bel effet, le langage se colore de dissonances très bien maîtrisées. J'ai été un peu surpris par les voix sans parole (il m'était arrivé la même chose dans le dernier mouvement des Nocturnes de Claude Achille), mais l'ensemble reste d'une très grande valeur.

Donc, oui, j'aime beaucoup Carl Nielsen bounce bounce Il va falloir que je me penche sur le reste de sa production.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 13:20

Ahhhh, suuuper, un Nielsenien de plus !!! Very Happy Very Happy

Ravi que tu aies beaucoup aimé les 3 premières symphonies de Nielsen, c'est vrai qu'elles sont fabuleuses.
En effet, le mouvement lent de la 2° est vraiment tragique comme tu dis, c'est d'une tristesse à faire pleurer les pierres !!
En effet, la Troisième va un peu plus loin harmoniquement, et le passage sans parole au milieu du second mouvement est vraiment bien fait, j'aime beaucoup.
Voilà, donc oui, il va falloir que tu explores d'un peu plus près l'oeuvre du grand génie qu'est Carl Nielsen, il a fait de splendides concertos notamment, pour Violon, Clarinette et Flûte (je ne connais pas encore ce dernier).
Peut-être qu'un forumeur ouvrira un jour un sujet uniquement sur les Concerti de Nielsen, ça pourrait être vraiment intéressant.
Bon allez, je vais mettre en ligne l'analyse de la 5°...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 13:40

TragicSymph a écrit:
En effet, le mouvement lent de la 2° est vraiment tragique comme tu dis, c'est d'une tristesse à faire pleurer les pierres !!
Etonnant, je ne le trouve pas triste du tout, même mélancolique est exagéré pour moi. J'ai plus l'impression d'une méditation profonde, mais je ne sens aucun affect négatif dans ce mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 14:01

DavidLeMarrec a écrit:
J'ai plus l'impression d'une méditation profonde

Ah oui, maintenant que tu me dis ça, c'est vrai, je viens de le réécouter, je trouve que ce terme convient parfaitement.
Andante Malincolico est le titre que donna Nielsen à ce mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 14:12

TragicSymph a écrit:
Andante Malincolico est le titre que donna Nielsen à ce mouvement.
C'est une mélancolie qui m'évoque plus le troisième mouvement de la Quatrième de Mendelssohn ou le deuxième de la Cinquième du même, la mélancolie au sens de rêverie doucement nostalgique - plutôt un affect positif.

Dans le cadre d'une symphonie décrivant les Quatre Tempéraments, ça me paraît donc très en décalage avec l'esprit de ce mouvement qui est censé représenter une mélancolie très sombre.

Cela dit, si on le joue en insistant sur le caractère pesant du thème (Järvi le fait effectivement, la reprise forte du thème est particulièrement solennelle et puissante - mais toujours avec beaucoup de mesure, ce qui ne le rend donc pas si triste), ce doit être possible. C'est quand même plus beau comme c'est joué d'habitude. Un des plus beaux mouvements de symphonie, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 14:20

Je viens de me mettre ce mouvement par Vänskä, et je remarque qu'il accentue justement le second thème, avec ses motifs plaintifs, qui ont quelque chose de plus gémissant effectivement. Tragique, non, mais un peu souffrant, peut-être.
Et lors de la réexposition du timbre, il fait traîner le tempo, pour donner quelque chose de pesant et lassé. Très réussi, même si, si je mets le programme de côté, je trouve que ça sonne mieux joué avec plus de bonhommie.

Cela dit, l'effet produit sur moi reste le même, un peu comme la tristesse dans la tragédie lyrique : c'est tellement esthétisé et beau que ça ne transmet que des émotions positives...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 14:25

Oui, je réécoute mon cher Mendelssohn en ce moment, et c'est vrai pour le parallèle que tu viens d'établir entre les deux, c'est même assez positif chez ce dernier.

En ce qui concerne la reprise forte du thème dans cet andante de Nielsen, c'est très solennel et très émouvant je trouve. Après ce n'est qu'un point de vue, je trouve ce mouvement très triste quand même, cette longue mélodie me fait l'effet d'une longue plainte déchirante.
La mélodie du hautbois vers les 1min15, me donne l'impression qu'il pleure, c'est incroyable !


Citation :
Un des plus beaux mouvements de symphonie

Entièrement d'accord avec toi, Bravo M. Nielsen !

Citation :
Tragique, non, mais un peu souffrant

Oui, là aussi, je me mets de ton côté, c'est si beau à écouter, qu'on n'a pas envie de pleurer !

Au fait, tu me rappelles la sortie de l'intégrale des symphonies de Nielsen par Vanska, c'est bien joué ? J'ai jamais entendu et ça m'interresse énormément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 14:30

TragicSymph a écrit:
En ce qui concerne la reprise forte du thème dans cet andante de Nielsen, c'est très solennel et très émouvant je trouve. Après ce n'est qu'un point de vue, je trouve ce mouvement très triste quand même, cette longue mélodie me fait l'effet d'une longue plainte déchirante.
C'est sans doute ce que voulait Nielsen, vu le titre, mais je l'entends tout autrement, pour moi c'est le temps qui se suspend dans une forme de béatitude. En tout cas, si c'est de l'atrabile, elle n'est pas communicative. Very Happy

Citation :
La mélodie du hautbois vers les 1min15, me donne l'impression qu'il pleure, c'est incroyable !
Oui, c'est une tournure assez commune (on en trouve même chez Verdi, il me semble), mais elle est très bien réalisée chez Nielsen !


Citation :
Au fait, tu me rappelles la sortie de l'intégrale des symphonies de Nielsen par Vanska, c'est bien joué ? J'ai jamais entendu et ça m'interresse énormément.
Je te réponds en disco. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:07

Symphonie n°5 op. 50

Nielsen écrivit cette symphonie entre 1920 et 1922, soit juste après la guerre. Sa forme est très particulière car elle se compose de deux parties de taille à peu près égale. C’est également la symphonie, avec la Première, qui ne comporte pas de sous-titre. Dans cette symphonie, Nielsen emploie beaucoup plus de dissonances et de percussions.

1° partie : Tout commence par un ostinato des cordes dans l’aigu, et les bois introduisent l’étrange premier thème dans les graves sur ce même ostinato. Nielsen développe le thème, qui passe maintenant aux cordes, on ne sait pas ce qui va se passer, tout est suspendu grâce à cet ostinato. De courtes apparitions des flûtes viennent briser l’ostinato du début. Il n’y a pas vraiment de tonalité propre, l’introduction est « gentiment » dissonante.
L’ostinato est repris à la clarinette et la caisse claire fait son entrée sur un rythme militaire auquel les timbales se rajoutent. Les cordes jouent un thème très menaçant sur ce rythme. Les instruments semblent se contredire perpétuellement. L’ostinato s’est transformé en pizzicato aux cordes graves. Les cordes aiguës lancent des thèmes très menaçants toujours. L’ostinato se change encore une fois, et on retrouve quelques bribes du thème initial aux cuivres. Le rythme à la caisse claire refait son apparition et Nielsen répète les thèmes qui sont encore plus menaçants grâce à des accords dissonants. On arrive à la fin de la première moitié de cette étrange partie.
La deuxième moitié de la partie est certainement ce que Nielsen a écrit de plus puissant, magnifique, génial et fondamentalement vivant. Les cordes introduisent le thème principal ici, qu’il développe et qu’il réexpose aux cordes plus aiguës. Après quelques mesures de développement, le thème revient et Nielsen nous présente son « evil motif » qui aura un rôle très important ici. Ce motif est joué pour la première fois par les flûtes et se caractérise par des sortes de trilles avec ornementations. Les cordes continuent leur thème et ce motif est entendu très souvent, permettant, en se resserrant une montée de tension vraiment prenante. La caisse claire revient, et sur la partition, Nielsen demande au percussionniste d’improviser et de jouer plus vite que le tempo de l’orchestre. Cela fait bien sur monter encore plus la tension et donne l’impression que la caisse claire arrête la progression de l’orchestre. C’est incroyable comme passage. La tension n’arrête pas de monter et arrive à son paroxysme lorsque le thème est rejoué aux cuivres, accompagnés par tout l’orchestre. C’est vraiment très émouvant, c’est mon passage préféré de la symphonie. Le mouvement se termine tout doucement pendant que la clarinette répète certains thèmes précédemment entendus et que la caisse claire rejoue son rythme militaire de moins en moins fort.

2° partie : Cette partie commence par un thème en Si Majeur exposé aux cordes aiguës.
C’est assez violent comme introduction. Ce thème va se développer dans une partie un peu plus calme, mais qui ne tarde pas à aboutir sur des accords dissonants des cordes. Après cela, on entend les cordes à l’unisson, où les bois ont l’air d’improviser par-dessus. Ce passage est plutôt dissonant. Les cordes à l’unisson jouent maintenant deux fois plus vite et nous emmènent vers un dialogue entre bois et cordes, qui précède une très intéressante fugue.
Le sujet de cette fugue est introduit par les violons. Nielsen développe sa fugue, assez rythmique toutefois jusqu’à arriver à un passage solo très difficile de la clarinette pour revenir au sujet de la fugue aux cuivres. La clarinette continue ses phrases virtuoses sur la fugue. C’est vraiment très réussi comme passage. Beaucoup de tension dans cette fugue, de drame et de dissonance. Après ceci, la flûte traversière nous amène à un passage qui fait réentendre, légèrement modifié le thème du début de cette partie. Tout ceci va se resserrer, et finalement nous ramener au tout début de la partie où on entendra une seule fois le thème principal.
Nous arrivons à la Coda, très cuivrée, toujours dissonante, et Nielsen termine d’une manière grandiose le mouvement dans la tonalité absolument pas attendue de Mi Bémol Majeur. Magnifique symphonie, encore une fois.

On peut qualifier cette symphonie comme la Symphonie de Guerre de Nielsen. En effet, l’emploi de dissonances, de percussions rend la symphonie plus rugueuse que les précédentes. On peut voir cette symphonie comme une extension de la précédente. La première représentation de cette œuvre causa un scandale rappelant celui du Sacre du Printemps quelques années auparavant, dans de moindres proportions cependant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:17

Merci TragicSymph ! cheers

Comme j'ai pu déjà le dire, j'aime moins cette symphonie, très nue, très sombre, avec plus d'attente et moins de tensions-détentes (car moins de tensions... et moins de résolutions lorsqu'il y a tension). Niveau atmosphère, c'est vraiment prenant, avec cet ostinato de caisse claire qui traumatise tous les auditeurs. Je l'avais écoutée une seule fois à la radio, incidemment, et je n'ai eu aucune peine à retrouver exactement ce que j'avais entendu des années plus tard, tant c'était marquant du point de vue du climat et de la patte sonore. Smile
Musicalement, j'adhère moins. En particulier ce motif oscillant dans la première partie, qui reprend le matiérau du scherzo de la Première Symphonie, et qui m'agace un peu. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:18

Alan Gilbert prend la défense de Nielsen, en assurant qu'il aura sa place au moins autant que Sibelius dans quelques années, dans les programmes du monde entier. cheers

https://www.youtube.com/watch?v=Oj8C2Bc8Ez8

... mais si je le mets, c'est pour que vous notiez la comparaison qu'il fait pour le troisième mouvement de la Deuxième Symphonie. Je vote la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:25

Et toujours à propos de cette Deuxième Symphonie : deux remarques.

=> Je suis frappé par le caractère très écrit de l'articulation des phrasés, ce qui explique qu'ils changent si peu d'une version à l'autre. Les lieux de legato, de respiration, les accents (de différents types) sont minutieusement indiqués. Ce qui fait que si les musiciens sont scrupuleux, on entend des choses proches dans l'esprit, d'une version à l'autre. Par exemple, cette avancée qui respire dans le mouvement lent, c'est que les notes sont liées par deux de façon très avisée pour mettre en valeur les harmonies par des liés ou des détachés.

=> Dans le même ordre d'idée, j'ai suivi le mouvement lent de Schønwandt avec partition. Et j'ai eu strictement aucun problème... Le coeur de la musique n'est pas touché : son édition doit comporter, comme je le supposais, des différences sur les indications des modes de jeu, éventuellement une ligne différente ici ou là qui m'aurait échappé... mais clairement, ce n'est pas un autre état de la symphonie. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
TragicSymph
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2083
Age : 26
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:36

Merci pour tes informations sur la 2° Symphonie. Il faudrait que je me réécoute l'intégrale des symphonies en les suivant avec la partition. Ravi de voir que Nielsen ait minutieusement écrit les indications de phrasé etc.
Ca ne m'étonne pas vu le sérieux du compositeur ! Laughing
Je comprends mieux pourquoi il n'y avait pas d'énormes différences entre les versions des symphonies maintenant, merci à toi !!

Pour la Cinquième, de rien David !!! mains

Oui, je sais que tu aimes moins cette symphonie, mais en effet, l'ambiance qu'il produit est absolument inoubliable, comme tu nous le dis.
En effet, elle est horriblement sombre, d'accord sur l'idée de l'appeller sa Symphonie de Guerre ?

PS : j'avais déjà vu l'analyse de Gilbert..."Nielsen, greater symphonist than Sibelius ?" Of course YES, according to me... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:40

TragicSymph a écrit:
En effet, elle est horriblement sombre, d'accord sur l'idée de l'appeller sa Symphonie de Guerre ?
C'est en tout cas l'idée... Ca fait penser à la Septième de Chostakovitch dans son côté un peu ostentatoire - même si l'effet est tout autre...

Citation :
PS : j'avais déjà vu l'analyse de Gilbert..."Nielsen, greater symphonist than Sibelius ?" Of course YES, according to me... Very Happy
Ce n'est pas cela qui m'a horrifié. Regarde, dans la dernière minute, à quoi il compare le troisième mouvement. Evil or Very Mad (Ok, c'est pour faire venir les gens, mais on va quand même pas en être réduit à dire que Beethoven est presque aussi bien qu'ERA pour appâter le public. carton rouge )


Dernière édition par DavidLeMarrec le Sam 22 Jan 2011 - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84465
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   Sam 22 Jan 2011 - 15:44

... et à propos, il existe une (mauvaise) réduction pour piano à quatre mains de la Deuxième Symphonie, je serais curieux de motiver quelqu'un pour jouer ça... même si ça sonnera de toute évidence moins bien que les Brahms, qui sont très bien réalisés...

Ca a l'air étrangement bien plus facile, Knudsen (le transcripteur) a réellement taillé dans le vif (du sujet). Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Symphonies de Carl Nielsen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Symphonies de Carl Nielsen
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Symphonies de Carl Nielsen
» Les Opéras de Carl Nielsen
» Les symphonies de Nielsen
» Carl August Nielsen (1865-1931)
» Carl Nielsen (1865 - 1931)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: