Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Joseph MARX (1882-1964)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 4:41

"A gigantic flood of sound"

A ce jour il n'existe que deux enregistrements complets de la Herbstsymphonie ou "Symphonie-Automne", composée en 1921 et créée en 1923 : le concert de la recréation à Graz en 2005 dirigé par Michel Swierczewski et un concert donné aux Etats-Unis par Leon Botstein et l'American Symphony Orchestra - en 2008 me semble-t-il. Le fichier de la création américaine est en vente sur Amazon depuis août 2010 : http://www.amazon.fr/Marx-Eine-Herbstsymphonie/dp/B003XNCK72

Youtube donne à entendre quelques extraits du magnifique concert de 1995 : /watch?v=51tASWdewz0 (9 minutes)
Mais on peut écouter l'oeuvre en ligne dans son intégralité à cette adresse :
http://www.micmacmusic.com/advanced_search_result.php?search_in_description=1&inc_subcat=1&keywords=herbstsymphonie&x=0&y=0&osCsid=365895802930f92301aedf9a9390b66d
Pour en profiter dans de meilleures conditions on peut aussi télécharger le fichier MP3 du concert pour 3 euros via Paypal.

Je déconseille la version Botstein : il est trop rapide (1h contre 1h15 pour Swierczewski), la prise de son est moins bonne et pas mal de détails passent à la trappe, ce qui est catastrophique pour une oeuvre à l'harmonie aussi riche et complexe. Sous sa baguette, cette oeuvre excessive en tout passerait presque pour une banale oeuvre postromantique à la Siegmund von Hausegger...

Le disque CPO est un petit peu décevant. Marx se désolant que sa symphonie, en raison de sa complexité et des effectifs très important qu'elle imposait, n'était jamais jouée, arrangea le dernier mouvement pour en faire un poème symphonique ("Feste im Herbst") pouvant être joué par un orchestre symphonique de taille normal. Force est de reconnaître que celui-ci, qui date de sa dernière période (certainement pas la meilleure), est nettement moins spectaculaire que le dernier mouvement de la Symphonie. De plus, ce disque ne propose que les deux premiers volets de la "Nature Trilogy" contrairement à l'excellent disque ASV dirigé par Steven Sloane. Ces oeuvres représentent, à mon sens, le sommet de sa création - bien qu'en-deçà de la Symphonie - on a là une sorte de R. Strauss fortement pimenté de Debussy : ça ne mène nulle part mais l'orgie orchestrale est permanente.

Si Joseph Marx vous intéresse il faut absolument lire le site très complet que lui consacre son spécialiste, Berkant Haydin.

Sur la Herbstsymphonie et sur le concert de la recréation : http://www.joseph-marx.org/en/full.html#herbstsymphonie

"The sound world conjured up by Joseph Marx in his Herbstsymphonie - one which, with its countless majestic climaxes and examples of opulent symphonic development, is more like some breathtaking, awe-inspiring roller coaster ride through the Himalayas - plunged the Stefaniensaal into an almost unreal atmosphere. And so perhaps this is why the symphony is so difficult to fathom: even after several hearings of the entire work (the final rehearsal and the two performances of 24th and 25th October), it was virtually impossible for myself and those with me (all of us with long experience of listening to the lushly orchestrated large-scale works of the late romantic period) really to take in what was flooding, indeed shaking our very senses, so stunned were we by the great waves of sound. I would describe it like this: the Herbstsymphonie is so astounding in its power, intensity and lavishness, so brimming with passion, and is as a result in the truest sense of the word so overwhelming that, faced with this wild roller coaster of emotions, anyone who hears it must soon acknowledge his inability to come to an immediate understanding of the piece."


Dernière édition par WoO le Mar 27 Nov 2012 - 15:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 14:42

Mille mercis pour ce post, Woo!!! thumleft thumleft thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 14:54

Les extraits de YT mettent sacrément l'eau à la bouche! colors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 15:00

C'est un peu la symphonie que Schreker n'a jamais écrite... avec du développement au lieu de la juxtaposition. Sinon, pour l'anecdote, Swierczeswki est un chef qui a beaucoup officié en France comme spécialiste... de l'opéra-comique au tournant du XIXe siècle Exclamation Comme quoi, quand on a bon goût...

Il faut ajouter à cela que Joseph Marx est surtout célèbre (si l'on peut dire...) comme compositeur de lieder, d'un postromantisme assez bon teint. Toujours bien écrit, mais pas flamboyant comme du Korngold ni audacieux comme du Wolf. On n'en joue jamais en France, mais dans les pays germanophones, on en inclut de temps à autre dans les récitals.

Il est aussi l'auteur d'un concerto pour piano assez beau, dans une veine proche de Korngold, mais moins sucré, du postromantisme poststraussisé d'assez bon goût !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29058
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 15:02

Percy Bysshe a écrit:
Les extraits de YT mettent sacrément l'eau à la bouche! colors

Ouai, mais inutile de saliver, on l'aura jamais au disque ce truc Neutral

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 15:05

Pas flamboyant comme du Korngold, enfin quand même c'est extrêmement subtile comme écriture orchestrale! Smile

J'adore ça: /watch?v=hQdvSVkcuzk&feature=related
Vous connaissez cette Année transfigurée? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 15:08

Cette Herbst Symphonie est post-romantique en diable avec ces ondoiements à la Strauss! sunny

Le dernier mouvement est absolument dantesque: on est dans la mouvance de Korngold, Strauss, Schreker, du Schoenberg de Pelleas et des Gurre, Schulhoff...ça rutile et ça scintille de partout! colors colors colors

Si vous êtes amateurs de la flamboyance orchestrale post-romantique des compositeurs pré-cités foncez!!!! thumleft thumleft thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JerMu
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 487
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 19:54

Quelle découverte – pour moi du moins hehe –, merci de m’avoir fait connaître cette œuvre !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 22:17

Percy Bysshe a écrit:
Pas flamboyant comme du Korngold, enfin quand même c'est extrêmement subtile comme écriture orchestrale! Smile
Je trouve ça plus flamboyant que Korngold en ce qui me concerne, cette polyphonie très dense qui se déploie en un long crescendo pendant 1h15, je ne vois aucun équivalent dans la musique orchestrale "pure" de ce dernier (même si les scintillements et les flamboyances sont innombrables dans Die Tode Stadt - mon préféré - ou Das Wunder der Heliane). Ici nous avons un prélude schrekerien (I - "Ein Herbstgesang"), puis une multitude de pépiements aux bois (sorte de forêt enchantée à la Glière) sur fond de ländler viennois (II - "Tanz der Mittagsgeister"), un ample mouvement lent mahlérien (III - "Herbstgedanken") et enfin cette bacchanale délirante de plus de trente minutes aux climax scriabiniens (IV - "Ein Herbstpoem").
Dantesque en effet ! drunken

Percy Bysshe a écrit:
Vous connaissez cette Année transfigurée? Very Happy
Peu de temps avant sa nomination en Turquie en tant que conseiller du gouvernement dans la construction de la vie musicale turque (sur la naissance de cette école on peut lire ce très intéressant http://etudesbalkaniques.revues.org/index321.html]article), Marx a écrit le cycle "Verklärtes Jahr" en cinq parties (1930-1932) pour mezzo-soprano et orchestre. Ce travail, dont la première fût jouée à Vienne en février 1932 sous la direction de Robert Heger est sans doute le point culminant de son oeuvre pour voix et orchestre. Cette "Année transfigurée" sur un plan formel appartient déjà à la tendance classique de ses œuvres ultérieures, mais elle contient également des citations musicales de ses précédentes œuvres orchestrales comme la "Natur-Trilogie" (Symphonischen Nachtmusik, Idylle et Frühlingsmusik). Elle présente aussi des affinités avec le cycle de chansons orchestrales "silvane Deità" de Respighi. Il s'agit probablement ici de l'interprétation de Stella Doufexis sous la direction de Steven Sloane qu'on peut trouver dans le disque ci-dessous. Celui-ci est malheureusement épuisé et difficilement trouvable à un prix décent...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 20 Fév 2011 - 23:17

J'en profite pour citer un petit passage de l'article de Michel Fleury paru il y a cinq jours sur Qobuz consacré à la musique autrichienne après Mahler :

Citation :
Un compositeur comme Joseph Marx, lui aussi théoricien érudit, penseur ne limitant pas ses activités à la musique, grand professeur, est (avec son ami Schreker) celui qui résume le mieux cette tradition viennoise. Sa musique plantureuse concilie raffinement impressionniste, puissance épique, lyrisme élégiaque et orgie gargantuesque. Ses lieder (1908-1912), dignes de ceux de Strauss, savent enclore la profusion lyrique dans une forme brève d’un contour apollinien. À l’opposé, dans la Herbst-Symphonie (1921), le prêtre d’Apollon se fait serviteur de Dionysos. Cette partition, gigantesque par la durée (75 minutes) et l’immense orchestre requis, s’épuise en une orgie de timbres, de rythmes et de couleurs, dans l’ivresse des thèmes, des motifs, des contrechants, des renversements, de la plénitude et de la diversité : Bruckner semble y réécrire Debussy, et en matière de luxuriante complexité, cette œuvre-culte égale les Gurre-Lieder. Herbstchor an Pan (1911), Naturtrilogie (1925), Nordlands-Rhapsodie (1929) affirment un tempérament symphonique puissant, dont les tendances cinématographiques et hollywoodiennes ne seront pas perdues pour Korngold.

Excellent pianiste, Marx destine à son instrument Six Pièces (1916) et un Concerto "Romantique" (1920) : une texture pianistique brahmsienne s’y concilie avec une harmonie impressionniste. Pour piano et orchestre également, les Castelli Romani (1930) sont une évocation "en technicolor" du glorieux passé de la Rome antique aussi réussie que le Triptyque romain de Respighi. De même que les Six Pièces, ils trouvèrent avec le pianiste Walter Gieseking un défenseur convaincu. Le piano est aussi le protagoniste choyé d’un important lot de musique de chambre. Les beautés de la nature et les joies de l’amour sont les thèmes favoris de ce sybarite bien en chair et foncièrement néo-païen, qui vouait au dieu Pan une dévotion toute particulière. Comme Schönberg, c’était un autodidacte et, malgré cela, un théoricien reconnu. Dans sa thèse La Fonction de l’intervalle, de l’harmonie et de la mélodie dans la perception des complexes sonores, il a établi, dans le cadre de la théorie des formes (Gestalttheorie d’Ehrenfels et Köhler), que toute perception sonore établit un rapport avec une tonique "donnée par l’imagination en tant que rudiment de représentation".

Ces travaux opposés à ceux de Schönberg s’accordaient remarquablement avec l’écriture tonale évoluée (tonalité élargie ou noyée) caractéristique de Marx et des autres représentants du dernier romantisme viennois (Zemlinsky, Schmidt, Schreker, Korngold). Loin d’être conservateur, leur langage fait volontiers incursion dans la polytonalité, pousse le chromatisme jusqu’en ses extrêmes limites et cultive un timbre orchestral sophistiqué.

Pour lire l'article dans son intégralité : http://www.qobuz.com/info/MAGAZINE-ACTUALITES/COMPOSITEUR/Mahler-et-apres-Vienne-1850-195052817
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 21 Fév 2011 - 0:10

C'est par le biais de cet article que j'ai decouvert le nom de ce compositeur fascinant. sunny

Encore merci pour ces complements, Woo. coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 21 Fév 2011 - 7:47

Merci WoO! Wink

WoO a écrit:
Celui-ci est malheureusement épuisé et difficilement trouvable à un prix décent...

Argh, j'ai failli être sur le point d'envisager d'acheter un disque. Mr.Red

En tout cas, c'est plus flamboyant que Das Wunder der Heliane, c'est certain, mais peut-être pas autant que La ville morte, du souvenir que j'en ai... En tout cas c'est extrêmement riche, et ça ne relève pas seulement d'un pointillisme orchestral comme on peut le trouver chez Tcherepnin - attaché à des détails, au contraire, comme tu le dis, il s'agit d'une véritable entreprise contrapuntique, par moment difficile à suivre étant donnée la densité de la chose. Heureusement, ça s'inscrit dans une quête hédoniste, on s'y retrouve rapidement. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 21 Fév 2011 - 11:28

C'est quand même d'une flamboyance plus pleine que Korngold, avec du vrai contrepoint (en cela, on est plus proche de Schreker et Strauss), moins d'effets un peu "extérieurs". Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 9 Mar 2011 - 19:35

Arnaud Bellemontagne a écrit:
Joseph Marx:Herbstsymphonie
L'intro me fait furieusement penser au prelude des Stigmatisés de Schreker.
Oui, la même bitonalité. (ré majeur / si bémol mineur dans les Gezeichneten) Ca se trouve aussi dans certains passages des quatre premières symphonies de Martinů ou de Star Wars version Williams...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
antrav
Papa pingouin
avatar

Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 10 Mai 2011 - 23:54



Oeuvres pour Quatuor avec piano.

Trois oeuvres des années 10 qui sont de la même eau, entre musique de chambre brahmsienne qui tend parfois vers le strudel et légèreté qui pourrait être française, une pointe de Chausson.
Rien de révolutionnaire pour l'époque mais c'est assez sincère, l'émotion est franche. On risque la musique de salon parfois mais les idées mélodiques et l'harmonie plutôt riche sans être audacieuse rattrapent le coup. Pas vraiment emballé quand même. violon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 19 Nov 2012 - 12:36

Toujours rien de nouveau prévu au disque concernant les oeuvres majeures de ce compositeur fascinant ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 11:16

Je viens de me réecouter la Herbstsymphonie.
C'est bien sûr splendide envoutant, des flots de post-romantisme comme on oserait à peine en rêver. sunny

Toutefois je ne peux m'empêcher de trouver ça un peu unidimensionnel quand même.
C'est toujours la même atmosphère du début à la fin.Ca manque de contraste.J'ai un peu la même impression avec l'Acte préalable de Scriabine, on a l'impression que ça pourrait continuer comme ça sans fin et il est difficile d'isoler des moments "dits" marquants.

C'est aussi votre impression? bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29058
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 11:36

Je l'ai écouté que 1 fois (il y a un moment), j'ai trouvé que ça ne priviligié que l'effet au détriment des idées. Ce qui explique ton ressenti.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 11:37

C'est pas faux ce que tu dis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 13:34

arnaud bellemontagne a écrit:
Je viens de me réecouter la Herbstsymphonie.
C'est bien sûr splendide envoutant, des flots de post-romantisme comme on oserait à peine en rêver. sunny

Toutefois je ne peux m'empêcher de trouver ça un peu unidimensionnel quand même.
C'est toujours la même atmosphère du début à la fin.Ca manque de contraste.J'ai un peu la même impression avec l'Acte préalable de Scriabine, on a l'impression que ça pourrait continuer comme ça sans fin et il est difficile d'isoler des moments "dits" marquants.

C'est aussi votre impression? bounce

Personnellement je n'entends pas plus de contrastes dans le Pelleas und Melisande de Schoenberg, les quatre parties s'enchaînent sans qu'on note de rupture.
Plusieurs écoutes permettent très bien d'isoler 4 mouvements bien distincts, chacun avec leur caractère propre. Mais c'est une symphonie tout sauf dramatique. Rien de noir, rien de tragique. Du mordoré, du doré, les couleurs scintillantes de l'automne, une nuit calme (3ème mouvement), l'ivresse et l'orgie aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14253
Age : 56
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 13:36

Je suis en train d'écouter, ça dégouline bien quand même… Pour être gentille, on va dire que c'est de la musique généreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
avatar

Nombre de messages : 14253
Age : 56
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 13:43

ça fait quand même très musique de film… Je suis déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 13:44

WoO a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
Je viens de me réecouter la Herbstsymphonie.
C'est bien sûr splendide envoutant, des flots de post-romantisme comme on oserait à peine en rêver. sunny

Toutefois je ne peux m'empêcher de trouver ça un peu unidimensionnel quand même.
C'est toujours la même atmosphère du début à la fin.Ca manque de contraste.J'ai un peu la même impression avec l'Acte préalable de Scriabine, on a l'impression que ça pourrait continuer comme ça sans fin et il est difficile d'isoler des moments "dits" marquants.

C'est aussi votre impression? bounce

Personnellement je n'entends pas plus de contrastes dans le Pelleas und Melisande de Schoenberg

Là je ne suis pas d'accord du tout. Wink
Voila au contraire une oeuvre qui est un modele de construction par episodes au sein desquels circulent des motifs extremement caractérisés.On ne peut pas (à mon sens) parler à propos du Pelleas de Schoenberg d'atmosphere ou de climat univoque c'est au contraire hyper-contrasté(peut être même trop!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29058
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 28 Nov 2012 - 13:45

arnaud bellemontagne a écrit:
WoO a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
Je viens de me réecouter la Herbstsymphonie.
C'est bien sûr splendide envoutant, des flots de post-romantisme comme on oserait à peine en rêver. sunny

Toutefois je ne peux m'empêcher de trouver ça un peu unidimensionnel quand même.
C'est toujours la même atmosphère du début à la fin.Ca manque de contraste.J'ai un peu la même impression avec l'Acte préalable de Scriabine, on a l'impression que ça pourrait continuer comme ça sans fin et il est difficile d'isoler des moments "dits" marquants.

C'est aussi votre impression? bounce

Personnellement je n'entends pas plus de contrastes dans le Pelleas und Melisande de Schoenberg

Là je ne suis pas d'accord du tout. Wink
Voila au contraire une oeuvre qui est un modele de construction par episodes au sein desquels circulent des motifs extremement caractérisés.On ne peut pas (à mon sens) parler à propos du Pelleas de Schoenberg d'atmosphere ou de climat univoque c'est au contraire hyper-contrasté(peut être même trop!)

+1

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 2 Déc 2012 - 0:40

je n'ai pas du tout ressenti la même chose que la plupart, et je n'irai surtout pas comparer ça à de la musique avec voix et paroles puisque le grand avantage de la Herbstsymphonie, c'est précisément que c'est de la musique pure. Je ne trouve pas non plus que ça dégouline, et quand à dire que c'est de la musique de cinéma, il aurait déjà fallu inventer le cinéma sonore avant. La musique de cinéma, au temps du muet se passe difficilement de l'image, or ici, les images sont contenues dans la musique. Bref, ce n'est heureusement pas Robin des Bois de Korngold.
Il n'y a pas tant de musiques qui décrivent un état d'émerveillement heureux... peut-être la sixième de Popov, "festive" avec plus d'ironie.

Il faut dire que je sortais de la 3è de van Gilse qui n'était pas tout à fait aussi prometteuse que j'espérais, malgré ses deux scherzos assez réussis.

Le début est extraordinaire, totalement inédit ce flottement initial, et le premier thème est d'une beauté ravageuse: quelle inspiration! Les neuf premières minutes sont cent coudées au-dessus de tout ce que j'ai entendu de Marx, lieder compris. J'aime beaucoup le développement avec soli et cordes divisées, cette espèce de valse-ländler, le côté panoramique de cette grande pastorale aux rythmes obsessionnels qui se dissolvent dans la musique de cabaret comme du Ravel hypertrophié. Tellement joyeux et optimiste que ça en devient noir à force de petits enfants blonds qui courent dans les champs. Ah, le violon qui clot le deuxième mouvement et le retour du thème, superbe moment aussi.

L'adagio est puissant avec ce sommet immédiat qui parvient sans se répéter à tourner à l'orage.Le deuxième thème en mineur est aussi très beau, ça a une admirable façon de retomber sur ses pieds au moment où on commence à se dire que ça ne sait plus où ça va; l'orchestration reste opulente, sans opacité, sans le besoin de surcharger par l'ajout de petits motifs dans tous les coins; on est plus du côté de Bantock que de Richard Strauss.

Le lancement du finale est étonnant aussi avec ses aller-retour modaux et ses modulations inattendues; ça scintille et ça carillonne dans tous les sens.Curieux cette danse médiévale qui s'orientalise petit à petit sans perdre de vue le motif. Mais ça progresse brillamment avec ce déluge de percussions et ce thème lyrique descendant à consonnances espagnoles qui se superpose à l'ensemble. Il y a une vivacité permanente qui traverse les divisions de tempo, même au retour de l'adagio, que ce soit le roulement de timbale, la harpe, le tintement de triangle, le violon solo, ça chante dans un émerveillement qui rappelle les oiseaux de la forêt et les Sirènes de Glière. Qui résisterait au courant, et comme la vague enfle... surgit du brouillard radieux, plonge dans une nuit apaisée et chaude, où l'hiver ne surviendra jamais.

Quand on pense que c'est Clemens Krauss qui a créé cette oeuvre (il ne savait pas ce qu'il faisait le pauvre, il était aussi à l'origine de la commande de Karl V de Krenek), il a bien changé Dark Vador en quelques années!

La définition de l'enregistrement est assez remarquable pour le peu de place que ça tient.
Même si ça en descend c'est tellement plus éclairé que la Naturssymphonie d'Haussegger.L'effet est très différent de l'arrangement en poème symphonique, Feste im Herbst, du dernier mouvement où les cinq minutes les plus luxuriantes manquent.

Je ne sais pas encore si c'est magnifique d'un bout à l'autre, mais c'est pour le moins étonnant, et sans longueurs (on peut peut-être faire encore mieux du point de vue de la direction dans l'adagio).
Un très bon moment, je recommencerai, alors que je ne suis pas sûr de réécouter de si tôt Pelléas et Mélisande de Schönberg.

Finalement je suis assez d'accord avec le premier post de ce fil, que je ne relis qu'après avoir formulé un avis, à cette exception près que je trouve le déroulement très compréhensible et assez immédiat (plus que la 7è symphonie de Mahler par exemple). Ce qui continue à étonner, c'est le sourire, le constant soupir d'aise, comme après une sieste au soleil, alors qu'en dessous du hamac s'étale le panier de fruit mûrs, odorants, naturellement sucrés, un peu alcoolisés déjà.
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 3 Déc 2012 - 1:04

Merci pour ces impressions. Le tout début, le moment de flottement que tu décris, fait énormément penser au début du prélude des Gezeichtnen de Schreker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 3 Déc 2012 - 2:33

watch?v=iIhbTtzn4uQ
et
watch?v=CR9X05cMlrs
phone Polyeucte?
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 17 Juin 2013 - 14:39

Réécoute de cette Herbstsymphonie.Smile
Après bien des atermoiements, je finis par me ranger aux louanges de Woo et de Sud.
L'oeuvre est plus differenciée qu'il n'y parait, il y a de vrais contrastes que la plasticité iridescente de l'orchestre tend à atténuer.
Certes l'orchestre de Marx à quelque chose d'un peu narcissique tant il aime à se mirer dans sa propre rutilance.Certes, cette esthétique ne semble guere prometteuse en termes de prospective.Il n'empêche, on est ici en face d'un tél deploiement de beauté que ça relativise d'emblée toute critique d'ordre formel...

Impossible de passer sous silence les implosions scriabiniennes du dernier mouvement.colors

Xavier, tu devrais ecouter ce truc ça pourrait t'interesser!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 17 Juin 2013 - 14:43

Déjà écouté, j'aime beaucoup Marx, notamment ses mélodies avec orchestre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 17 Juin 2013 - 14:58

Ah ok;)

En même temps j'aurais du savoir que rien de ce qui post-romantique ne t'est etranger.Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 18 Juin 2013 - 0:14

Je crois que tu vises juste : ce n'est pas vraiment profond, ça reste finalement assez formel à force d'ostentation... mais qu'est-ce que c'est beau ! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 949
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 14 Aoû 2013 - 12:17


J'ai découvert Joseph Marx sur France-Musique en écoutant le "Romantisches klavierkonzert". Cela a été une révélation. Nouvelle révélation quand est sorti, chez ASV, le disque avec les deux concertos pour piano et que j'ai pu découvrir les "Castelli Romani". Je ne connais pas sa "Herbstsymphony" . J'ai acheté la "Trllogie der Natur" et, en dépit de grandes beautés, je trouve que le finale patine un peu. En revanche, ses quatuors à cordes m'ont sidéré, en particulier le premier, "Quartetto chromatico", que je trouve totalement sublime dans son atmosphère "fin de siècle". De très belles pièces pour piano aussi (dont une "arabesk" très debussyste et qui sert de matériau au 1er mouvement de "Castelli Romani"). Pour moi, une très heureuse rencontre avec l'art de cet ami de Karol Szymanovski et de Korngold qui regarde aussi du côté de Debussy et de Ravel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mer 14 Aoû 2013 - 14:21

La Herbstsymphonie est assez à part, plus audacieuse et plus monumentale qu'à peu près tout le reste (en tout cas tout ce que j'ai pu écouter), il faut vraiment que tu ailles l'essayer. Je crois que le lien de WoO vers la version Swierczewski est toujours valide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 2 Fév 2015 - 23:10

bonsoir chers amis,
connaissez-vous son concerto pour piano ?
quelle légèreté !!!!!
ça me fait penser à du Chabrier !
j'écoute cela sur YT en ce moment :

Joseph Marx Piano Concerto 2nd mvt
watch?v=LPsQwd-rFWo

je vous en prie cela dure 10:22 écoutez cela. drunken merci beaucoup

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 2 Fév 2015 - 23:17

je continue par le début de ce concerto ????? je sais Confused

Joseph Marx - Piano Concerto - 1st mvt (I)

watch?v=VFW2Uh6IpzQ

ahhhhhhhhhhhhhhhh je me paaaaaaaaaaaaaaame !!!!! drunken
c'est du Schreker suralimenté !
______
merci à wikipedia d'où j'ai tiré cette phrase :
"Il est, selon Brendan Carroll, un « maître absolu de l'harmonie », dont ses lieder attestent, le rapprochant sur ce point d'Alexandre Scriabine."

et son concerto :
"Concerto pour piano "Romantique" en mi majeur (1919-20)" que j'écoute en ce moment.

c'est aérien, délicieux, gracieux.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Lun 2 Fév 2015 - 23:57

bonsoir le dernier mouvement fait quand même romantique et loin de schreker and co
watch?v=jeXSs3vI1Xc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 949
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 3 Fév 2015 - 10:03

hommepiano a écrit:
bonsoir le dernier mouvement fait quand même romantique et loin de schreker and co
watch?v=jeXSs3vI1Xc

Je pense que c'est du "Romantisches Klavierkonzer" dont s'agit...Oui, c'est vrai, ce mvt est éloigné de Shreker and co mais, somme toute, assez proche de Rachma et qui s'en plaindrait? coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 949
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 3 Fév 2015 - 10:04

hommepiano a écrit:
bonsoir chers amis,
connaissez-vous son concerto pour piano ?
quelle légèreté !!!!!
ça me fait penser à du Chabrier !
j'écoute cela sur YT en ce moment :

Joseph Marx Piano Concerto 2nd mvt
watch?v=LPsQwd-rFWo

je vous en prie cela dure 10:22 écoutez cela. drunken  merci beaucoup



Je ne vois pas très bien la parenté avec Chabrier, cela étant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 3 Fév 2015 - 10:52

starluc a écrit:
hommepiano a écrit:
bonsoir chers amis,
connaissez-vous son concerto pour piano ?
quelle légèreté !!!!!
ça me fait penser à du Chabrier !
j'écoute cela sur YT en ce moment :

Joseph Marx Piano Concerto 2nd mvt
watch?v=LPsQwd-rFWo

je vous en prie cela dure 10:22 écoutez cela. drunken  merci beaucoup



Je ne vois pas très bien la parenté avec Chabrier, cela étant....
salut starluc, j'aurais dû dire que parfois la musique dans cette oeuvre de Marx me fait penser à Chabrier par son côté un peu "impressionniste" mais pas tout le temps.....le jeu au piano.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 949
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Mar 3 Fév 2015 - 10:59


C'est marrant, comme quoi, tu vois, on n'entend pas les mêmes choses en écoutant la même oeuvre : Chabrier est un musicien plutôt "pastoral" pour moi alors que Marx me semble être, dans la présente oeuvre, un musicien très "citadin" même s'il a chanté par ailleurs les beautés de la Nature...

J'y trouve, en revanche, bcp de parenté avec Rachma (le magnifique second thème exposé au piano), Scriabine par ses brusques flambées d'exaltation, Schumann, parfois, par cette quête introspective éperdue...

J'ai découvert, avec cette oeuvre, un lointain parent du 3ème de Rachma...

C'est avec des musiques de ce genre que je me sens fier d'être Européen...Et d'aimer une culture qui n'est pus guère comprise de nos jours...

"Si on arrêtait de faire du bruit, p-ê qu'on y comprendrait quelque chose".

Dernières paroles du "Voce della Luna" de Fellini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7217
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 0:22

Pour mémoire, tiré du fil Playlist de ces deux derniers jours  hehe
(En limitant autant que possible les effets de citation dans la citation, etc.)


Octavian a écrit:


Joseph Marx - Eine Herbstsymphonie (1921) - American Symphony Orchestra, dir. Leon Botstein

anaëlle a écrit:
bounce C'est de la bonne !

Alifie a écrit:
Shocked  Tout fout le camp en ce moment ! Même anaëlle vire !

anaëlle a écrit:
Je trouve ça assez sain comme drogue bedo

Alifie a écrit:
Puisqu'anaëlle dit que c'est de la bonne (Octavian et Cololi n'ont pas démenti) :



/watch?v=OU3aM7dcrPo

Octavian a écrit:
Je ne peux qu'approuver ! Smile

...et en plus ça vire facilement à la pratique sociale bedo

Benedictus a écrit:
Je confirme - mais je prendrai ma dose demain.

arnaud bellemontagne a écrit:
J'ajoute bien évidemment mon  thumleft

Benedictus a écrit:
Comme tout le monde, donc:

• Marx:
 
Leon Botstein / American Symphony Orchestra
En public, New York, XII.2008
ASO


Évidemment magnifique. Cela dit, plus je la récoute, plus je me dis que, certes c’est de l’austro-décadent, mais un peu trop chatoyant et positif pour être complètement ma came (en gros: trop du côté Korngold et pas assez du côté Schmidt de la force). Mais on se demande bien pourquoi on joue si souvent les poèmes symphoniques de Strauss et pas plus souvent ça à la place...


Bon, je savais évidemment que cette œuvre avait un "historique" sur le forum, mais quand même l'avalanche de messages en réaction immédiate sur un titre normalement aussi confidentiel, c'est là qu'on voit qu'on est quand même dans un espace à part. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4178
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 0:23

Tu as oublié de relever une contribution:
Cololi a écrit:
Marx : Ein Herbstsymphonie (Bolstein)
(Oui, parfois Cololi confond les l et les t; sans doute à cause de ses problèmes de bile.)


Dernière édition par Benedictus le Dim 5 Nov 2017 - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7217
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 0:25

Oui j'avais oublié de "ramasser" Cololi au passage, bien vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6219
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 0:48

Octavian a écrit:

Bon, je savais évidemment que cette œuvre avait un "historique" sur le forum, mais quand même l'avalanche de messages en réaction immédiate sur un titre normalement aussi confidentiel, c'est là qu'on voit qu'on est quand même dans un espace à part. Laughing


hehe  ça fait parti du miracle de cet endroit.
Du coup, je me joins au groupe ;

mais j'ai bien peur de faire le rabat joie au milieu de tous ces éloges. Je ne suis pas tellement passionné par ce que j’entends. Certes, on croule
(on se noie) sous un foisonnement de belles choses, de démonstrations, tout à fait jouissives, harmoniques, mélodiques, orchestrales, mais il
n’empêche que ça me semble assez plat, fade, ... Je ne saurais dire. Ça ne me procure aucun "c'est ça", comme s’il n’y avait rien à en conclure.

Je ne suis pourtant pas le dernier à aimer simplement admirer des jeux de formes et de couleurs en musique, sans qu'il soit besoin d'y ajouter
quelque chose de plus ; sauf que si ^^ . Faut croire que j'en ai besoin. Je ne comprends pas cette musique. Elle me donne la sensation nauséeuse
qu'on ne va nul part et qu'on va partout à la fois ; que ça ne commence jamais et paradoxalement qu'on est en permanence déjà arrivé   Mad  .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 12:24

Benedictus a écrit:
Tu as oublié de relever une contribution:
Cololi a écrit:
Marx : Ein Herbstsymphonie (Bolstein)
(Oui, parfois Cololi confond les l et les t; sans doute à cause de ses problèmes de bile.)

Il a osé. Surprised

Je crois que c'est Jaky qui avait levé le lièvre, à l'époque où il n'existait qu'une version dirigée par Michel Swierczewski, cachée dans un recoin tout à fait obscur de MicMacMusic !

Œuvre totalement impressionnante, par des dimensions et sa générosité.

(Pour moi, contrairement à Rav-phaël, je trouve ça très riche et accessible à la fois, mais contrairement à Benedictus, un peu trop vénéneux pour y revenir très souvent.)

Mais c'est absolument à découvrir, ça ne ressemble pas beaucoup à ce qui existe par ailleurs (et encore moins au post-romantisme un peu formel de Marx lui-même !)… et en salle, ça ferait un effet gigantesque. Très supérieurement intéressant par rapport à n'importe quel poème de Richard Strauss, de toute façon. Smile Certes, moins de mélodies faciles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4178
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 12:38

Vénéneux, vraiment? C'est le côté voluptueux-luxuriant de cette musique que tu désignes ainsi? Parce que c'est tout de même très lumineux, pas angoissé pour deux ronds (et même pas très tendu...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7217
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 12:47

Je ne vois pas le côté "vénéneux" non plus. J'y entends pour ma part plutôt une sorte d'impressionnisme épique, un spectaculaire fouillis de végétation dans lequel on se perd à l'infini... Ensuite, je comprends un peu ce que veut dire Rav-raphaël, qui rejoint en fait en mode "négatif" ce que WoO disait en mode plus "positif" dès le post introductif de ce topic :
WoO a écrit:
ça ne mène nulle part mais l'orgie orchestrale est permanente
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 12:56

Benedictus a écrit:
Vénéneux, vraiment? C'est le côté voluptueux-luxuriant de cette musique que tu désignes ainsi? Parce que c'est tout de même très lumineux, pas angoissé pour deux ronds (et même pas très tendu...)

Ah, pour moi, c'est la lumière de la grotte des trois pauvres, ou de l'île d'Élysée… une lumière aux reflets violets pas très rassurants… c'est éblouissant, mais comme le souterrain de Palomides, aussi le lieu où l'on va mourir.

Non, je trouve ça assez tourmenté, malgré le côté hédonisme du truc.

Schmidt me paraît beaucoup plus franchement positif (hors la Quatrième, mais c'est une dépression sans détours, pas du tout aussi insinuant que dans ce Marx-là).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rav-phaël
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6219
Age : 24
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 13:15

DavidLeMarrec a écrit:

Non, je trouve ça assez tourmenté, malgré le côté hédonisme du truc.


Je suis d'accord ! Ça se ressens dès les premières mesures, ces premières secondes sombres et incertaines, jusqu'à l'entrée du thème
(et sa nature même). Je dirais que quelque chose vient d'arriver à son terme et que tout cette musique chante (glorifie, éprouve) un
hymne nostalgique et magnifique à sa gloire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16593
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    Dim 5 Nov 2017 - 13:27

Une oeuvre qui me fascine et m'envoûte, mais dont le côté unidimensionnel et complaisant me fait tout de même un peu tiquer.
Faut que je sois dans le trip pour aller au bout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph MARX (1882-1964)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph MARX (1882-1964)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Joseph Haydn-Symphonies
» Joseph Martin KRAUS (1756-1792)
» Joseph Haydn -Messes et pièces sacrées
» Henri-Joseph Rigel
» Zoltan Kodaly (1882-1967)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: