Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Monde du Basson

Aller en bas 
AuteurMessage
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Le Monde du Basson   Jeu 28 Avr 2011 - 10:17

DavidLeMarrec a écrit:
Cello a écrit:
Je commence à m'intéresser au basson...
Verdict bounce ?
Il y a un fil dessus ? Sinon je veux bien faire un petit mot. Very Happy J'adore cet instrument. cheers
jibv a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Cello a écrit:
Je commence à m'intéresser au basson...
Verdict bounce ?
Il y a un fil dessus ? Sinon je veux bien faire un petit mot. Very Happy J'adore cet instrument. cheers
Ah ouiiiii ça m'intéresse aussi, j'adore le son du basson...
Jaky a écrit:
Ah tiens oui un fil sur le basson, j'ai justement écouté la sonate pour basson de Koechlin ce week-end, pleine de de fraîcheur…

A la demande générale donc.

Le basson commence à m'intéresser singulièrement. J'ai toujours été sensible aux instruments graves d'une part et aux bois d'autre part; il est donc un peu étonnant que je ne l'approche que maintenant. C'est peut-être dû au fait qu'on le cantonne souvent au rôle du rigolo de service alors qu'il sait merveilleusement chanter.

Comme je ne suis qu'en phase d'exploration, je laisserai lâchement les exposés approfondis aux spécialistes siffle. Pour ma part, je ne connais que 3-4 concertos parfaitement délicieux de Vivaldi (sur un total d'une grosse trentaine!), le concerto de Jolivet qui m'a fait forte impression, celui pour basson et clarinette de Strauss, Dialogue de l'Ombre Double de Boulez ainsi que la belle et koechlinienne Sarabande et Cortège de Dutilleux.

On ne peut malheureusement pas dire que le répertoire soliste soit gigantesque, si l'on s'en tient aux compositeurs de "premier plan":

Concertos

- Vivaldi
- Vanhal
- Mozart
- Weber
- Hummel
- Jolivet
- Gubaïdulina
- Williams

Doubles concertos

- Vivaldi (basson et hautbois, basson et violoncelle)
- Strauss (basson et clarinette)
- Hindemith (basson et trompette)

Sonates

- Telemann
- Mozart
- Saint-Saëns
- Koechlin
- Hindemith
- Rautavaara

Sonates en trio

- Zelenka

Enfin, il y a une pièce pour basson solo qui semble avoir acquis une certaine réputation: Sequenza XII de Berio. Elle a été créée par Pascal Gallois qui est très actif dans la demande d'oeuvres nouvelles pour son instrument (Rihm, Boulez, Dutilleux... etc.). Sinon, il y a tout un corpus de transcriptions d'oeuvres prévues à l'origine pour d'autres instruments mais ce genre d'exercice ne m'intéresse guère d'habitude sauf si le compositeur a dit qu'on pouvait.


Dernière édition par Cello le Ven 9 Mar 2012 - 15:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Jeu 28 Avr 2011 - 20:08

Voyons, que j'essaye à mon tour...

Effectivement, on peut distinguer très grossièrement "deux bassons". L'un, joué staccato et dans le grave, qui sert les moments de "caractère" (il fait le bouffon, quoi), le plus fréquent. Et l'autre, legato et lyrique, souvent plus dans l'aigu, qui tire des mélodies assez bouleversantes.

A son invitation, je vous fais donc mon petit parcours en contrepoint à celui de Cello ?

--

1. Histoire

1.1. L'origine et l'ère baroque

Le basson apparaît à peu près en même temps que le hautbois, à la fin du XVIe siècle (en Italie : fagotto), c'est-à-dire en même temps que la forme opéra et la naissance du baroque musical, pour faire simple. Sa sonorité douce est ronde est due au fait qu'il n'est pas la basse de hautbois, mais un instrument distinct. La véritable basse de hautbois, bien plus nasillarde, c'est le cromorne.

Il a tenu un rôle réellement important dans ces débuts : c'était l'instrument funèbre, celui qu'on jouait en Espagne pour accompagner les Requiem a cappella (normalement, celui de Victoria en a un, même si on le joue souvent sans...), et il conserve cette fonction de soliste déplorant dans la musique française : l'air "Tristes apprêts" de Castor & Pollux de Rameau, dès la première version de 1737 est ainsi accompagné par un basson solo. Même chose pour Ariodante de Haendel (1734), où Scherza infida qui est censé marqué un deuil symbolique (amoureux) est accompagné par une monodie de basson - mais cette opera seria doit beaucoup au modèle français.

La ligne de basson doublait à l'origine, côté vents, la ligne de basse, mais à partir de cette époque ramiste, elle est notée indépendamment de plus en plus souvent - c'est donc le seul instrument monodique grave qui soit d'un usage "mélodique" dans l'orchestre, à cette date.


1.2. Classicisme : la place assignée

Il ne s'émancipe pas plus, et l'époque classique le conserve simplement de connivence avec les autres vents, et tout particulièrement dans la forme du quintette à vents qui se développe et où il tient la basse.

On lui confie, certes bien moins fréquemment que la flûte ou le hautbois, des concertos brillants à cette époque qui en est friande (on en voit déjà l'apparition, massive, chez le prolifique Vivaldi). Ceux de Mozart et Hummel, charmants, sont restés célèbres - et à défaut d'être souvent joués en concert, très souvent enregistrés. Mi-pépiants mi-lyriques, leur écriture n'est pas très spécifique, et ressemble fortement aux couleurs des concertos pour hautbois de la même époque.


1.3. Romantisme et postromantisme : la déréliction

Le XIXe siècle laisse le basson dans l'ombre, dans le creux audible de l'orchestre : la basse des bois. Le fait que la masse de cordes s'augmente sans cesse, sans que le nombre de bois dépasse les deux par pupitre, finit par noyer renvoyer de l'orchestre à un rôle de coloris plus que de discours audible (pour simplifier très grossièrement, car il y a toujours des soli assez nombreux).

On n'entend donc pas énormément de basson en dehors de quelques instants où l'ensemble des bois se trouvent à découvert, ou lorsque lorsque son grand frère le contrebasson remplace le tuba (Verdi lui-même le suggérait) et assure donc une partie plus exposée dans le spectre orchestral.

La littérature solo à l'époque se résume à pour ainsi dire rien, je ne suis même pas sûr d'avoir entendu quoi que ce soit Exclamation Bien sûr, cela doit exister, ne serait-ce que pour former les bassonistes, mais rien qui soit passé à la postérité.

Les "instruments-rois" règnent alors en maîtres, et ceux considérés comme utilitaires, trop prosaïques, pas assez virtuoses, pas assez propices à la rêverie, ne sont que rarement mis à l'honneur séparément.


1.4. Les modernes et les contemporains

Les investigations sonores du vingtième siècle vont redonner sa chance au basson, à la fois comme couleur singulière dans l'orchestre et comme soliste (en concert ou en chambre). Il n'est que de songer aux premières mesures du Sacre du printemps, forcément. Je renvoie à la liste assez complète de Cello pour un petit panorama des pièces importantes.

Les langages parcourus sont immenses, du gentil classicisme du Double Concerto de R. Strauss, qui ne met pas spécifiquement en valeur la couleur du basson, à L'Ombre Double de Boulez, également un emploi un peu abstrait (aussi prévu pour clarinette) mais au contraire totalement défragmenté.

Dans le même temps, d'autres exploitent les potentialités propres au basson, notamment son pouvoir bucolique et élégiaque, comme Arthur Butterworth dans Summer Music Op.77 (un concerto pour basson caché) ou John Williams dans son idyllique Concerto.

--

2. Facture : les deux bassons

Le basson standard s'étend du si bémol 0 (soit juste au-dessous de l'ut d'une basse profonde) au fa 4 (le contre-fa du ténor), c'est-à-dire qu'il couvre, comme le violoncelle, l'assez exacte étendue des voix d'homme (hors falsettistes).

Comme son corps est grand, il est replié, et les clefs sont vraiment longues pour boucher des trous éloignés.

Il a toujours cohabité, depuis les évolutions intrumentales du début du XIXe siècle, deux factures instrumentales (dès 1820 environ). L'une française, celle de Buffet-Crampon et Selmer, plus proche des origines (son plus nasillard, aigu plus difficile à émettre), l'autre allemande, celle de Heckel, qui propose une émission plus aisée, un son plus rond et égal.
Les doigtés diffèrent grandement, si bien qu'il n'est pas fréquent de maîtriser à la fois les deux instruments.

A l'heure actuelle, le basson français a passé un stade critique : il est essentiellement joué en France, et par un nombre minoritaire d'étudiants... Et si les orchestres français acceptent les deux types d'instrument, ce n'est pas toujours aussi évident à l'étranger. Ainsi, plus difficile à jouer, moins séduisant à l'oreille et très minoritaire... la boucle semble s'orienter vers la disparition à moyen terme.
Ceux qui le regrettent vantent le son plus typé du basson français, qui ne se confond pas dans l'aigu (moins gracieux il est vrai) avec le cor comme peut le faire le fagott (nom donné au basson allemand, aussi utilisé en français pour le différencier de l'autre). On peut rapprocher sa couleur (toutes proportions nasillardes gardées) du basson baroque, pour s'en faire une idée, si jamais on n'a pas l'occasion d'en entendre en solo.

--

3. Quelques morceaux choisis

Je crois que j'ai cités ceux qui me plaisent particulièrement :

=> Haendel, Ariodante, "Scherza infida"
=> Rameau, Castor & Pollux, "Tristes apprêts"
=> Stravinsky, Le Sacre du Printemps, début de l'Adoration de la terre
=> Arthur Butterworth, Summer Music Op.77
=> Boulez, Dialogue de l'ombre double
=> John Williams, Concerto

Il y a des tas d'autres belles pièces (et notamment de transcription), mais ce sera ma sélection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 30 Avr 2011 - 13:50

Merci David.

J'ai aussi poursuivi mes explorations.

Hindemith: Double concerto pour basson et trompette (1949)

J'étais un peu sceptique. D'abord parce qu'autant j'aime sa musique des années 20, mordante, pleine de vitalité et originale, autant j'ai été déçu par son tournant néo-classique du milieu des années 30. A partir de cette époque, toutes ses oeuvres commencent un peu à se ressembler et, pour tout dire, sonnent assez pâteuses. Ensuite, je trouvais l'association du basson et de la trompette plutôt incongrue. Première bonne surprise, ça marche franchement bien, les deux timbres se complétant de façon convaincante. L'oeuvre en elle-même n'est pas mal du tout pour du Hindemith de cette période: il y a de vrais moments d'inspiration, le duo de solistes permet de varier les plans sonores (ensemble contre l'orchestre, l'un contre l'autre, unis en solo ou tout à fait seuls chacun à son tour) et comme ça ne dure qu'un gros quart d'heure, on évite le bavardage.

Gubaïdulina: Concerto pour basson et cordes basses (1975)

Voilà une oeuvre très spéciale, tant par son effectif que par son langage. La musique n'est pas franchement réjouissante, une impression encore renforcée par les tonalités forcément très sombres de l'orchestre: on est dans un camaïeu brun foncé. Et malgré ça, j'ai assez bien accroché. En 5 mouvements, il commence par une belle cantilène un peu insaisissable du soliste rejoint plus tard par les cordes. Celle-ci s'affirment progressivement au point d'effacer le basson pendant de longs moments, au troisième mouvement notamment. Il y a une grande palette d'effets qui permet d'éviter le risque d'uniformité dû au registre similaire des instruments. J'ai été en particulier surpris d'entendre des sons évoquant le didgeridoo. Très intéressant.

Les deux concertos sont réunis sur ce disque avec en plus celui de Jolivet et une pièce de Villa-Lobos.



Dernière édition par Cello le Dim 1 Mai 2011 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 30 Avr 2011 - 19:43

Ah, le basson, mon bois préféré Smile Très belle présentation David Wink

Cello a écrit:


Concertos
(...)
- Weber
(...)

J'aime beaucoup ce concerto de Weber. Je précise qu'il y a deux versions. Je crois que c'est la version originale qui est la plus jouée/enregistrée (à vérifier). L'autre version est vraiment différente selon mes souvenirs dès l'introduction d'orchestre où Weber expose le thème en mineur ils me semble (mes souvenirs là-dedans datent un peu). L'excellent Klaus Thunemann et Neville Marriner jouent cette version (Philips) .
Sinon dans la version habituelle j'ai celle de Jaakko Luoma qui complète le disque des symphonies de Weber dirigées par Kantorow (Bis), la sonorité du bassoniste est superbe.

On peut ajouter comme oeuvre de Weber l'andante et rondo ungarese mais cette une transcription par Weber lui-même de l'oeuvre originale qui est pour alto et orchestre.

Sinon à la liste des oeuvres j'ajoute le solo de concert de Gabriel Pierné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
Iskender
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 994
Age : 50
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 30 Avr 2011 - 20:24

DavidLeMarrec a écrit:

Il a toujours cohabité, deux factures instrumentales (dès 1820 environ). L'une française, celle de Buffet-Crampon et Selmer, plus proche des origines (son plus nasillard, aigu plus difficile à émettre), l'autre allemande, celle de Heckel, qui propose une émission plus aisée, un son plus rond et égal.

Pour ma part je ne trouve pas que le basson français soit plus nasillard. Pour moi une certaine rondeur de timbre est même dans ses caractéristiques, intrinsèquement parlant. Mais tout dépend la façon dont il est joué, et c'est un instrument difficile à régler et à maîtriser. Si on écoute le basson français joué dans les années 60-70 par Paul Hongne (Mozart chez Erato), alors oui il est nasillard. Mais on ne peut pas pour autant généraliser , c'est lié à toute l'école des vents de l'époque avec un son très vibré et daté (Lancelot à la clarinette, Deffayet au saxophone répondaient à ces mêmes caractéristiques. ) Quand on écoute le basson français aujourd'hui, joué par Gilbert Audin par exemple, on prend conscience de la rondeur de l'instrument, et de son timbre très riche, que je trouve plus émouvant que celui du fagott. Et dès les années 60-70 Maurice Allard avait une sonorité autrement plus séduisante que celle de Hongne.

En ce sens le fagott est pour moi moins rond, plus large mais plus neutre, mais pour le reste, je suis entièrement d'accord avec toi, c'est plus égal, et sans doute plus homogène dans l'harmonie en orchestre. J'ajoute que le fagott est mécaniquement plus au point (dixit des joueurs de basson français que j'ai fréquentés en orchestre et qui le concédaient). Il suffit d'écouter le concerto de Mozart par Montac et Georges Prêtre pour entendre tous ces continuels bruits de clés sur le basson français.


Dernière édition par Iskender le Sam 30 Avr 2011 - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/etiennetabourier
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 30 Avr 2011 - 21:38

Tu as sans doute raison pour la déformation par l'époque, puisqu'aujourd'hui on l'entend bien moins souvent : ceux que j'ai dû le plus entendre sont à une époque où tous les vents français étaient acides. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 1 Mai 2011 - 18:29

Je disais ceci du concerto du Jolivet il y a quelques mois:

Le concerto pour basson m'a agréablement surpris lui aussi. C'est très vivant même dans les passages virtuoses qui sont bluffants tout en restant naturels. Pour tout dire, j'ai presque eu l'impression à certains moments d'entendre une improvisation de jazz tant cela m'a paru spontané. Pour le reste, c'est très chantant et la palette de sonorités tirée du basson est riche, des aigus flûtés aux bougonnements graves. Charmant.

Et je confirme à la réécoute: c'est frais et ça swingue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 1 Mai 2011 - 18:35

Il faudra que je le réécoute, alors, parce qu'à chaque fois j'ai trouvé ça certes accessible, mais aussi assez gris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 1 Mai 2011 - 19:07

Gris? Je ne dirais pas ça, non...

Je sais que tu n'aimes pas beaucoup Jolivet mais je crois qu'on pourrait, le cas échéant, reprocher d'autres choses à ce concerto que sa grisaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 1 Mai 2011 - 19:09

Cello a écrit:
Je sais que tu n'aimes pas beaucoup Jolivet
Mais si, mais si, j'aime bien, mais j'ai du mal à m'enthousiasmer, en fait. Quitte à faire accessible, je trouve qu'il y a plus jouissif avant.
Oui, c'est un reproche qu'on peut faire à beaucoup de monde après 1900, c'est pour ça que ce n'est pas rédhibitoire non plus, surtout vu le peu de concertos pour basson qui sont au répertoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
jibv
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 616
Localisation : Un peu plus à l'ouest
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 15 Mai 2011 - 21:45

Merci pour cet exposé savant... Je vais un peu potasser, j'irai à ma médiathèque cette semaine...

J'aime beaucoup le basson depuis que j'ai chanté le Requiem Allemand de Brahms, les moments où on l'entendait, bien fondus dans l'orchestre, ça me collait des frissons - comme la harpe dans le "Selig sind die Toten" final.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Lun 26 Sep 2011 - 12:12

Tiens, une petite question comme ça: qui sont les bassonistes de référence? Ceux qui font office de placement sûr quand on sait pas vers quel interprète se tourner? Ceux dont les lectures sont toujours au minimum très bonnes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mar 27 Sep 2011 - 19:59

Cello a écrit:
Tiens, une petite question comme ça: qui sont les bassonistes de référence? Ceux qui font office de placement sûr quand on sait pas vers quel interprète se tourner? Ceux dont les lectures sont toujours au minimum très bonnes?
Je serais tenter de citer Dag Jensen comme un horizon idéal, mais il est difficile de suivre un bassoniste, tant le répertoire est réduit, éparpillé, et les solistes peu starisés. Je ne crois pas qu'il y ait d'équivalents de Lindberg ou Tuckwell pour l'instrument. J'ai l'impression que ça change beaucoup selon les habitudes de travail avec tel ou tel chef, les postes dans tel ou tel orchestre...

Cela dit, les "références", c'est un peu comme Karajn pour la direction d'orchestre, Oïstrakh pour le violon, Rampal pour la flûte : de grands artistes évidemment, mais qui ont une forte personnalité et ne sont donc pas adéquats partout.

Pour Jensen, cela dit, tu peux foncer pour Mozart... un magnifique disque Ozawa couplé avec d'autres concertos pour bois... Mais dans ton optique de l'optimisation du rayonnage, tu ne les as pas tous, ce ne sont pas forcément les meilleurs en plus qui figurent sur le CD, il manque par exemple l'indispensable flûte & harpe (sinon ce serait impeccable).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 28 Sep 2011 - 8:42

DavidLeMarrec a écrit:
Pour Jensen, cela dit, tu peux foncer pour Mozart... un magnifique disque Ozawa couplé avec d'autres concertos pour bois... Mais dans ton optique de l'optimisation du rayonnage, tu ne les as pas tous, ce ne sont pas forcément les meilleurs en plus qui figurent sur le CD, il manque par exemple l'indispensable flûte & harpe (sinon ce serait impeccable).

Ah ben oui, je me souviens avoir vu ce disque dans de célèbres carnets...

Il a aussi enregistré la sonate pour basson de Saint-Saëns sur un disque consacré à ses oeuvres pour bois et piano. Ca m'a d'ailleurs permis de découvrir qu'il avait également composé une sonate pour clarinette et une pour hautbois. Je l'ignorais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 28 Sep 2011 - 12:48

Cello a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Pour Jensen, cela dit, tu peux foncer pour Mozart... un magnifique disque Ozawa couplé avec d'autres concertos pour bois... Mais dans ton optique de l'optimisation du rayonnage, tu ne les as pas tous, ce ne sont pas forcément les meilleurs en plus qui figurent sur le CD, il manque par exemple l'indispensable flûte & harpe (sinon ce serait impeccable).

Ah ben oui, je me souviens avoir vu ce disque dans de célèbres carnets...
Ah tiens, je croyais que c'était ici que je l'avais signalé. Embarassed J'ai dû faire les deux, cela dit.

A moins de vouloir absolument une interprétation baroqueuse, je ne vois pas trop comment résister à ce disque.


Citation :
Il a aussi enregistré la sonate pour basson de Saint-Saëns sur un disque consacré à ses oeuvres pour bois et piano. Ca m'a d'ailleurs permis de découvrir qu'il avait également composé une sonate pour clarinette et une pour hautbois. Je l'ignorais.
Hé bien voilà, ça te fait de l'investigation. La musique de chambre de Saint-Saëns reste assez formelle (si on compare aux opéras, aucun rapport !), mais toujours solidement bâtie, de l'académisme peut-être, mais au sens le plus noble du terme, celui qui le ferait voisiner de Brahms avec qui je vois un certain nombre de points communs. Je ne dis pas non plus que ça vaille Brahms, hein, mais ça ne te rebuterait pas forcément !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Lun 3 Oct 2011 - 14:36

DavidLeMarrec a écrit:
Cello a écrit:
Je sais que tu n'aimes pas beaucoup Jolivet
Mais si, mais si, j'aime bien, mais j'ai du mal à m'enthousiasmer, en fait. Quitte à faire accessible, je trouve qu'il y a plus jouissif avant.
Oui, c'est un reproche qu'on peut faire à beaucoup de monde après 1900, c'est pour ça que ce n'est pas rédhibitoire non plus, surtout vu le peu de concertos pour basson qui sont au répertoire.

A la réécoute, je persiste et signe: j'aime vraiment beaucoup cette pièce de Jolivet. C'est même assez nettement le concerto que je préfère de lui et peut-être celui que je préfère parmi ceux pour basson du 20ème siècle que je connais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mar 4 Oct 2011 - 19:57

Cello a écrit:
Enfin, il y a une pièce pour basson solo qui semble avoir acquis une certaine réputation: Sequenza XII de Berio. Elle a été créée par Pascal Gallois qui est très actif dans la demande d'oeuvres nouvelles pour son instrument
.

Quelques mots sur cette oeuvre que je viens de découvrir:

Cette Sequenza est une sorte de «méditation» sur la personnalité très contrastée du basson. Le compositeur collabore avec Pascal Gallois sur une période de trois années, étudiant la vélocité maximale de l'instrument dans le passage du grave à l'aigu, puis répertoriant les jeux de sonorités offerts par l'instrument, initiant enfin l'emploi de sons continus et de glissandi. A partir de ce catalogue de possibles, Berio sculpte une structure musicale circulaire voyageant d'un extrême à l'autre des registres et des durées. Le passage rapide en trémolo du grave à l'aigu permet de créer des timbres complexes, inouïs jusqu'alors au basson

Ca, c'est de l'IRCAM, pas de moi siffle .

Je me souviens avoir lu que Berio considérait ses Sequenzas (qui sont notoirement ardues) non comme de vains exercices de démonstration virtuose mais comme l'expression d'une agilité musicale qui s'amuse des défis techniques qui lui sont posés. Je paraphrase de mémoire. C'est assez nettement le cas ici. J'y entendu deux choses dont je croyais le basson incapable: des lignes excessivement longues prises sans respiration et de lents glissandi microtonaux parfaitement homogènes sur de grandes étendues, du très grave au suraigu. J'avais à l'esprit l'image d'un ruban infini se déployant calmement au vent léger. Cet exercice de continuité est régulièrement rompu par des "émiettements" du matériau sonore (notes répétées staccato, bruits parasites). Ca a quelque chose de fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 5 Oct 2011 - 12:35

Mais ça n'a pas grand intérêt musical en revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 5 Oct 2011 - 14:28

Et bien disons que par rapport à celle pour guitare, c'est... mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flo8678
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 31
Date d'inscription : 05/02/2012

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 26 Fév 2012 - 23:44

je viens d'écouter Sequenza XII... Bonjour la purge! Je pense que pour apprecier, il faut jouer du basson. En revanche, les concertos de Weber et Jolivet m'ont bien plu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Ven 9 Mar 2012 - 13:07

Evidemment, avec Berio, tu n'as pas été chercher le plus musical (cf. les commentaires plus haut) siffle .

Le concerto pour basson de Jolivet par contre est merveilleux comme tu le soulignes. Pour rester dans l'esprit français, essaye la sonate pour basson de Koechlin. Tu y trouveras toutes les qualités du compositeur: génie mélodique, harmonies riches et personnelles, variété des couleurs. Si tu ne connais pas Koechlin, ce pourrait être une belle entrée en matière (si tu connais déjà, ça risque de ne pas t'apprendre grand-chose de nouveau sur lui par contre). En d'autres mots, dans un récital de basson, cette sonate fera forte impression par sa beauté et son originalité. Dans un marathon Koechlin, elle paraîtra sans doute assez convenue dans le cadre de sa production.

Si tu veux tenter quelque chose d'un peu plus épicé, je te conseillerais le concerto pour basson et cordes graves de Goubaïdoulina dont on a aussi parlé dans ce fil. C'est plus grimaçant mais pas irrévocablement ardu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flo8678
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 31
Date d'inscription : 05/02/2012

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Ven 9 Mar 2012 - 15:53

Merci du tuyau. Je ne connais pas du tout l'oeuvre de Koechlin, donc c'est parti!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Lun 23 Avr 2012 - 13:52

flo8678 a écrit:
... les concertos de Weber et Jolivet m'ont bien plu.

Pour Weber, je te conseille aussi l'Andante e Rondo ungarese, fort joli et assez classique dans l'orchestration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bassonbaroque
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 47
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 10/08/2014

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Dim 10 Aoû 2014 - 15:03

Pour les amateurs de baroque, et de basson, il faut effectivement signaler que le XVIIIème siècle a été très favorable à cet instrument, au-delà de son rôle de basse :
- les concertos de Vivaldi, de Graupner, de Jirianek, de Reichenauer, de Schickhardt, de Pepusch, de Telemann, de Boismortier...
- les sonates de Telemann, de Corrette, de Boismortier, de de la Barre...
- son emploi comme instrument d'accompagnement obligé dans les opéras et/ou oratorios et autres musiques vocales sacrées chez Vivaldi, Telemann, Keiser...

Le XVIIème siècle, c'est la transition entre le basson et la dulciane pour qui des morceaux de virtuosités ont été écrits (Bödecker, par exemple)....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mar 12 Aoû 2014 - 23:01

bassonbaroque a écrit:
- son emploi comme instrument d'accompagnement obligé dans les opéras et/ou oratorios et autres musiques vocales sacrées chez Vivaldi, Telemann, Keiser...

Et chez les français, Rameau bien sûr, mais on trouve des lignes séparées dès Charpentier (Médée) !

… bienvenue Basson Baroque !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bassonbaroque
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 47
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 10/08/2014

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 13 Aoû 2014 - 7:25

merci Bad)

oui, Rameau reste une référence (mais très virtuose et exigeante au plan technique pour les bassonistes !!). On trouve aussi des petites choses intéressantes chez Michel de la Barre (suites XX et XXI, deuxième livre de pièces, 1725)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 10 Fév 2018 - 20:38

DavidLeMarrec a écrit:
Tout dépend ce qu'on appelle compositeur majeur, mais par rapport à la trompette et au trombone, il y a quand même quelques beaux choix pour un instrument aussi confidentiel : C.P.E. Bach, Mozart, Devienne, Weber, Hummel, Hindemith, Villa-Lobos, A. Butterworth, Jolivet, Tomasi, Françaix, J. Williams, Donatoni… (je parle surtout en qualité, sinon en nombre on a peut-être plus de choix pour le cor et la trompette)

C.P.E. Bach : il y a des concertos pour basson de lui bounce ?
Mozart : un concerto de jeunesse plein de charme mais pas particulièrement essentiel.
Devienne : jamais écouté.
Weber : oui, pas mal. Si on aime et le basson et le romantisme, il n'y a pas grand-chose d'autre à se mettre sous la dent.
Hummel : jamais écouté.
Hindemith : le double concerto avec trompette ? C'est pas mal et plutôt court, tant mieux car il résiste pour une fois à son penchant pour le bavardage creux.
Hummel : jamais écouté.
Villa-Lobos : ciranda das sete notas ? Très beau, en effet.
Butterworth : jamais écouté.
Jolivet : mon préféré, et d'assez loin.
Tomasi : jamais écouté.
Françaix : arf, je ne supporte pas sa musique.
Williams : pas mal du tout en effet mais, comme tous ses concertos, il n'a pas le lyrisme épique de sa musique de film. C'est un peu sérieux.
Donatoni : jamais écouté. Tu aimes ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84768
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Sam 10 Fév 2018 - 20:50

Cello a écrit:
C.P.E. Bach : il y a des concertos pour basson de lui bounce ?

Oui. Je n'ai pas vérifié si ça se trouvait au disque.

Devienne est très proche de Mozart, vraiment les mêmes tournures (pas spécifiquement le concerto pour basson, Mozart et Devienne en général). Et comme je trouve le Mozart magnifique…

Le Hummel est superbe, c'est du Mozart romantisé, et c'est beaucoup mieux que le Weber, la veine mélodique est formidable.

Le Butterworth est une petite évocation poétique, très douce, peut-être la pièce concertante pour basson que j'aime le plus.

Tomasi, c'est le même univers que Jolivet (en moins sinistre) et Françaix (en moins babillard). Plutôt le meilleur concerto des quatre (Françaix en a fait deux), sans qu'il soit essentiel pour moi. Ça fait un peu jolie pièce de concours, comme le Damase pour Trompette, par exemple.


Citation :
Williams : pas mal du tout en effet mais, comme tous ses concertos, il n'a pas le lyrisme épique de sa musique de film. C'est un peu sérieux.

C'est très différent, oui, mais contrairement à ses autres concertos, il refuse toute épate, toute prétention sévère, il trouve quelque chose de très doux et pénétrant, très réussi.


Citation :
Donatoni : jamais écouté. Tu aimes ça ?

Pas écouté son concerto pour basson, mais d'habitude, dans le genre atonalité polarisée chatoyante, c'est plutôt bien, Donatoni. Benedictus a peut-être essayé, du moins si ça a été édité quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5570
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   Mer 14 Fév 2018 - 16:20

DavidLeMarrec a écrit:
...

Tomasi, c'est le même univers que Jolivet (en moins sinistre) et Françaix (en moins babillard). Plutôt le meilleur concerto des quatre (Françaix en a fait deux), sans qu'il soit essentiel pour moi. Ça fait un peu jolie pièce de concours, comme le Damase pour Trompette, par exemple.


Citation :
Williams : pas mal du tout en effet mais, comme tous ses concertos, il n'a pas le lyrisme épique de sa musique de film. C'est un peu sérieux.

C'est très différent, oui, mais contrairement à ses autres concertos, il refuse toute épate, toute prétention sévère, il trouve quelque chose de très doux et pénétrant, très réussi.

Oui, "doux et pénétrant", c'est plutôt bien dit. J'ajouterais "plaintif" quoiqu'il y ait au moins un mouvement vraiment enlevé et dansant, genre Celtic Jig stylisée. Je vais me le repasser, tiens.

Quant au Jolivet, on en a déjà discuté et je me demande en quoi il est sinistre. Le mouvement quasi-bop est vraiment jouissif. Je note dans la foulée le Tomasi, c'est de toute façon un compositeur que je ne connais que de nom; ce sera l'occasion de me défaire de mon à-priori "Françaix Méditerranéen".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Monde du Basson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Monde du Basson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Monde du Basson
» la symphonie du Nouveau Monde
» La plus belle fille du monde ( pour moi...)
» Dvorak: Symphonie du nouveau monde
» Dokéo. Comprendre le monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: