Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Schumann - Sonates pour piano

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 17:49

Mandryka a écrit:
alexandre. a écrit:
Virsaladze (live Grange de Meslay - 1994) :
Schumann - Sonates pour piano Lcl352
Et puis c'est couplé avec des choses tout aussi géniales, un indispensable de toute discographie schumannienne.

D'accord. L'opus 11 dans ce disque est pas mal. A part Gieseking et Sofronitsky, qui la joue mieux?

C'est une bonne chose que le son du piano soit meilleure dans ses derniers disques que dans ses premiers enregistrements. Pour moi la dureté du ton du piano gâte le disque avec la sonate de Chopin. C’est pas sa faute je pense. Ce du à la prise de son. Elle est pianiste de génie, ça se voit.

Mandryka a écrit:
alexandre. a écrit:
Théo a écrit:
Oui, on peut préférer 3-4 autres versions de la Fantaisie (Horowitz, Argerich, Fiorentino, bien sûr), mais c'est effectivement surtout son op. 11 qui écrabouille sauvagement la concurrence sur ce disque.
J'ai l'impression que la Fantaisie est l'oeuvre pianistique de Schumann la mieux servie au disque, il y a beaucoup de versions dont pas mal d'excellentes (et une très grosse poignée d'exceptionnelles). Alors que pour les sonates (surtout l'op.14), il faut vraiment chercher pour trouver les versions et en plus il y en a peu de très bonnes.

Il y a enregistrements d'op 11 de

> Sofronitsky
> Gieseking
> Cherkassky
> Guilels studio
> Guilels live BBC
> Guilels live Moscou
> Berman live Italie
> Berman live Japon
> Brumberg
> Pollini
> Virsaladze live Moscou
> Virsaladze live Tours
> Demidenko
> Grimaud
> Andsnes
> Popovic

Virssaladze est mon préféré


Scherzian a écrit:
Hippolyte a écrit:
Si "minuscules" soient-elles, les versions de la sonate op. 11 par Pollini et par Guilels (celui publié par la BBC) sont très grandes !
Il y a aussi Arrau, ainsi que l'enregistrement de Catherine Collard, dont on oublie qu'elle fut une grande schumannienne, chez Lyrinx.

Le meilleur enregistrement de l'opus 11 par Emil Gilels date du milieu des années 1930, et il est effectivement formidable et certainement pas minuscule ! Mais pratiquement personne ne le connaît. Quant à Pollini, désolé mais je persiste et signe, il n'entre même pas en ligne de compte. Écouter ne serait-ce que les 2'15'' de l'introduction du premier mouvement par MP et par VS côte à côte règle la question.
Le plus incroyable, c'est que VS a réussi à proposer de l'œuvre une tout autre vision, en concert également, le 5 janvier 1948 (chez Vista Vera). L'enregistrement de 1948 parvient à être tout autant recroquevillé sur sa douleur, sombre, ténébreux et tragique là où celui de 1960 est solaire, ailé, démiurgique. Il n'y a que dans le scherzo et l'intermezzo que la version de 1948 n'égale point celle de 1960, raison pour laquelle je ne l'ai pas citée (il y a aussi la technique de l'enregistrement -- la réédition Vista Vera reste, quant à elle, de très bonne facture pour cette œuvre-ci).
L'enregistrement de Catherine Collard (que l'on trouve aussi chez Apex, je crois) est loin d'être sans intérêt, mais je trouve ses deux derniers mouvements bien pédestres, et le finale n'a pas vraiment besoin de cela. Connais-tu l'intermezzo du scherzo dans la version 1960 de Sofronitsky ? Je ne connais pas l'enregistrement de l'opus 11 par Claudio Arrau, mais ce pianiste m'insupporte tellement (en général) que je ne suis guère pressé, j'avoue...
Mais il n'y a aucun ombrage à prendre : la version 1960 de l'opus 11 par Sofronitsky est un des plus hauts sommets de toute sa carrière enregistrée ; il suffit juste de reconnaître que sa domination est ici écrasante. Wink

Scherzian a écrit:
Théo a écrit:
Je ne connais pas autant de versions de Sofro que toi dans l'opus 11.
Celle que j'aime le plus reste la plus connue (et facile à trouver), celle du 13 mai 1960 en direct à la petite salle du conservatoire de Moscou : tout aussi maîtrisée techniquement et surtout formellement qu'elle est incendiée poétiquement (jamais entendu plus d'expressivité chez un pianiste que chez lui). Mais j'ai été très, très surpris lorsque ses autres interprétations (plus anciennes, mais retrouvées et éditées beaucoup plus récemment que celle de 1960) ont été rendues disponibles. Elles sont beaucoup plus sombres et douloureuses, et la version en studio montre un ascendant formel (et une maturité, qu'elle partage avec la version en direct du même mois de janvier 1948) impressionnant. Seul le troisième mouvement des versions de 1948-1958 cède face à celui de 1960 (de toute manière, le III et le IV de 1960 sont à mon avis des miracles inapprochés et peut-être inaccessibles), mais c'est ridicule d'écrire cela pour une telle œuvre où la vision générale dicte forcément la teneur et la couleur de chaque instant, sauf à en faire un patchwork désorganisé qui n'a plus de sonate que le nom. Pour faire le point :
  • 5 janvier 1948 (en direct à la grande salle). Disponible sur Vista Vera VVCD-00203. Assez proche poétiquement du suivant, mais complet (et bien sûr un peu moins contrôlé digitalement qu'en studio). Pour avoir le récital du 5 janvier 1948 complet, il faut aussi acheter le volume Vista Vera VVCD-00204 (où se trouvent sa première Sonate en si mineur de Liszt et quatre lieder de Schubert/Liszt constituant la fin du récital) ;
  • 15 janvier 1948 (en studio, les deux premiers mouvements seulement, ce qui est bien dommage). Bonne chance pour le trouver. Édité sur LP Melodiya dans le volume n°10 des « Enregistrements complets » et sur CD exclusivement par Denon COCO-80714 en 1997. Le CD Denon est épuisé et c'est malheureusement un des trois CD de leur série Sofronitsky des années 1990 qui n'ont pas été réédités entre 2003 et 2006 ;
  • 5 juillet 1958 (en direct au Musée Scriabine). Disponible sur Vista Vera VVCD-00213. Attention : c'est le Bechstein historique de Scriabine (impossible de l'accorder de manière durable) et le microphone est derrière les tentures (non, un peu plus à gauche), le câble en dessous du tapis (attention de ne pas trébucher) et l'enregistreur dans le vestibule (avec la moitié des élèves du maître). L'éditeur n'y est en outre pas allé de main morte pour le filtrage du souffle et donc du timbre du piano ;
  • 13 mai 1960 (en direct à la petite salle). Disponible sur Melodiya MEL CD 10 00747, bien que l'édition plus ancienne toujours chez Melodiya (sous jaquette gris argenté) était largement meilleure avec une ingénierie moins interventionniste. D'une manière générale, ce récital du 13 mai 1960 est un des dix miracles de l'art du piano (la Fantaisie K475 de Mozart, les deux Impromptus D899/3&4 de Schubert, la Sonate opus 11 Schumann, les deux premiers Scherzos opus 20 et 31 de Chopin, les Rachmaninov, la Sonate opus 30 et les quelques autres œuvres de Scriabine...). La Sonate opus 11 de 1960 est aussi disponible sur Arlecchino ARL 12 et le récital complet a aussi été réédité par TKM Records TNS LS 4035182 (Living Stage), mais je ne connais pas ces disques.


Citation :
Concernant Elisso, connais-tu ses deux enregistrements Live Classics ? La seconde mouture (93 je crois) est très, très supérieure à la première (de 1980), et c'est donc de celle-là que je parlais seulement, quoique j'aime les Waldszenen accompagnant la première version.
Les deux, en couplage avec l'Arabeske, la Fantaisie et Widmung, puis en couplage avec la Sonate opus 22 et les Waldszenen. C'est aussi la première version que j'ai citée que je préfère : plus concentrée, plus volontaire, plus burinée (le relief et la variété des textures), avec une qualité sonore des timbres fabuleuse (et je ne pense pas que ce soit principalement dû à une technique d'enregistrement supérieure).


Dernière édition par alexandre. le Jeu 19 Mai 2011 - 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 17:56

Dans l'op.11, outre Virsaladze, qui me semble être toute seule au-dessus, j'aime beaucoup Guilels, en particulier le live de la BBC. Le live Melodiya est plus rapide, on perd un peu en tension, mais ça plaira plus à ceux qui attendent un Schumann plutôt animé.

Virsaladze me semble absolument remarquable sur le plan de l'unification du 1er mouvement, l'Introduzione prend réellement son sens. L'Aria est totalement céleste, avec un rubato exceptionnel, à pleurer. Beaucoup d'autorité dans les III. et IV., avec une alternance de caractérisation phénoménale.

Pollini pas si mal, assez naïf, mais finalement assez convaincant.

Le Sage est assez bon, mais comme d'habitude peu de choses transcendantes. Je l'ai entendu en salle dans les Kreisleriana, c'était très bien, avec un son plus agréable qu'au disque (je crains que la prise de son soit responsable).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 18:04

Pour l'op.14, je ne connais que Le Sage et Horowitz, et je préfère Le Sage (ça doit être un des Schumann d'Horowitz que j'aime le moins). Le flux est beaucoup plus direct chez Le Sage, malgré une sur-articulation qui peut déranger. J'attends une version exceptionnelle pour cette sonate que j'aime beaucoup, mais la discographie ne semble pas très fournie.



Dans l'op.22, je connais Argerich, Fiorentino, Richter, Guilels, Le Sage.
Je trouve qu'Argerich est trop cassante, surtout dans le Ier mouvement. Fiorentino donne ce I. comme le I. de l'op.17 et j'aime beaucoup ce tempo retenu et ces dynamiques peu élevées. Je ne me souviens plus du trop du Guilels. Le Sage a le mérite de jouer le finale initialement prévu par Schumann (qui est très intéressant et donne une structure en 5 mouvements) et comme dans les autres sonates c'est très bon sans devenir transcendant (par contre c'est couplé avec les Novelettes, les Marches op.76, les Fantasiestücke op.111 et les Gesänge der Frühe drunken ).
Revenir en haut Aller en bas
Mohirei
Mélomane averti
Mohirei

Nombre de messages : 430
Date d'inscription : 06/04/2007

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 18:12

Pour Horowitz, quelle version as-tu écouté (concert ou studio) ?

Pour l'Op.11, on peut aussi ajouter l'interprétation de Magda Tagliaferro qui fait chanter le piano comme elle savait si bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 18:13

Mohirei a écrit:
Pour Horowitz, quelle version as-tu écouté (concert ou studio) ?
Les deux, mais c'est surtout le studio que je connais.
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 719
Date d'inscription : 03/04/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 18:17

alexandre. a écrit:
Pour l'op.14, je ne connais que Le Sage et Horowitz, et je préfère Le Sage (ça doit être un des Schumann d'Horowitz que j'aime le moins). Le flux est beaucoup plus direct chez Le Sage, malgré une sur-articulation qui peut déranger. J'attends une version exceptionnelle pour cette sonate que j'aime beaucoup, mais la discographie ne semble pas très fournie.



Dans l'op.22, je connais Argerich, Fiorentino, Richter, Guilels, Le Sage.
Je trouve qu'Argerich est trop cassante, surtout dans le Ier mouvement. Fiorentino donne ce I. comme le I. de l'op.17 et j'aime beaucoup ce tempo retenu et ces dynamiques peu élevées. Je ne me souviens plus du trop du Guilels. Le Sage a le mérite de jouer le finale initialement prévu par Schumann (qui est très intéressant et donne une structure en 5 mouvements) et comme dans les autres sonates c'est très bon sans devenir transcendant (par contre c'est couplé avec les Novelettes, les Marches op.76, les Fantasiestücke op.111 et les Gesänge der Frühe drunken ).

Ah mais Virsaladze est la reine de l'Op 22. Vraiement. Et il y a un magnifique Waldzenen dans le même disque Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KID A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2912
Date d'inscription : 04/05/2007

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyJeu 19 Mai 2011 - 23:27

alexandre. a écrit:
Pour l'op.14, je ne connais que Le Sage et Horowitz, et je préfère Le Sage (ça doit être un des Schumann d'Horowitz que j'aime le moins). Le flux est beaucoup plus direct chez Le Sage, malgré une sur-articulation qui peut déranger. J'attends une version exceptionnelle pour cette sonate que j'aime beaucoup, mais la discographie ne semble pas très fournie.

Je me doute que ce pianiste est loin de faire l'unanimité, mais récemment j'ai été happé par l'op. 14 de Schiff. Comme à son habitude, c'est très sophistiqué, mais son travail sur le contrepoint (si riche ici) fait réellement des merveilles, particulièrement dans le scherzo (molto commodo) et le finale. C'est un live, avec en plus les Novelettes et l'Humoresque (gros programme Mr. Green ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 35
Date d'inscription : 06/09/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 14:05

Une opus 11 de Gilels des années 30 ??? Shocked C'est où, c'est où c'est où ?

Bon, sinon je souscris comme d'habitude aux propos d'Alexandre et Mandryka :

opus 11, Virsaladze/Tours et de loin, ensuite Gilels/BBC, Gieseking, ensuite Gilels/Moscou, Virsalaze/Moscou, Pollini, Brumberg, Berman (la vidéo plutôt)...

opus 22, Virsaladze/Moscou, Richter (pas cité, je crois), Fiorentino.

Opus 14, il faudrait un peu discuter, à part peut-être, des versions qu'on préfère... de la partition (3, 4, ou 5 mouvements). Personnellement j'aime beaucoup le premier scherzo avec son sublime trio majeur. Je me passe bien du second en revanche. Et dans la version en trois mouvements, je trouve qu'il y a un problème d'équilibre général à se plonger dans le grand thème et variations tout de suite après le I, le changement de climat est trop brutal.

Donc, rien que pour ça, je préférerai toujours Horowitz, d'autant que ce qu'il fait dans le scherzo relève du génie absolu - c'est dans les mouvements centraux de manière générale, quelle que soit la version, que je le trouve le plus fort.
Sinon j'aime beaucoup Pollini et surtout Ciccolini (versions en trois mouvements).
Je n'ai trouvé aucune version en cinq mouvement qui me paraisse de haut niveau : il faudra attendre, pour ceux qui ne seront pas morts d'ici là, la sortie des archives Sokolov...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 719
Date d'inscription : 03/04/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 19:47

Horowitz est particulièrement impressionnant dans les variations de l'op 14 (Variations sur un thème de Clara Wieck)
 
J’ajoute à la liste Bernard Glesmer chez Naxos – trop lent et lourd pour moi dans l'Op11, mais il y a plein de fans anglophones. Et Sokolov, qui l'a joué à un récital à Paris en 2005 (j'ai les FLACs et si vous avez envie de les écouter, envoyez moi un message.)
 
Scherzian a dit que le 1948 de VVS est l’enregistrement le plus incroyable. D’accord  – et pourtant Gieseking est plutôt incroyable également. Est ce qu’il y a un op 11 live de Gieseking?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ysov
Mélomane chevronné
ysov

Nombre de messages : 2287
Age : 57
Localisation : Canada
Date d'inscription : 15/02/2011

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 20:31

Pour l'Opus 11 et 22, il ne faut absolument pas oublier Peter Rösel, à placer au même niveau que Virsaladze et Guilels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 22:18

J'adore l'opus 11 de Virsaladze, c'est la perfection, tout y est, un disque de chevet. Alexandre en a très bien parlé.

En revanche, quoique fan de Guilels, je bute sur ses enregistrements de cet opus, dès la lenteur du début, je ne saisis pas ce qu'il fait.

Quant à Sokolov, autant j'ai adoré son opus 14 l'an dernier, autant j'ai peu apprécié son opus 11 il y a quatre ou cinq ans au TCE, exagérément contrasté et spectaculaire, avec des accords plaqués ferraillants : la passion, la douleur, oui bien sûr, mais bon, pas besoin d'en faire des tonnes. J'avais trouvé cette lecture en noir et blanc, certes engagée, mais assez superficielle ; finalement le type même de l'interprétation schumannienne que je n'aime pas, fondée de façon univoque sur la folie, l'exaltation (edit : la domination) des émotions opposées, le fantasque, l'irrationnel.

A l'opposé, chez Arrau tout est très intériorisé, et la passion et la douleur sont sans éclats et d'autant plus éloquents, Arrau croit à la part réflexive de cette musique, si pénétrée de folie et de passion qu'elle soit. Cette sonate, comme ses Etudes symphoniques (surtout live) ou ses Waldszenen, sont à mon sens des sommets de ses enregistrements schumanniens.


Dernière édition par Hippolyte le Sam 21 Mai 2011 - 23:20, édité 1 fois (Raison : Copié-collé malencontreux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 22:37

Hippolyte a écrit:
En revanche, quoique fan de Guilels, je bute sur ses enregistrements de cet opus, dès la lenteur du début, je ne saisis pas ce qu'il fait.
Tu connais le live Melodiya ? Cette version est beaucoup plus nerveuse, l'Introduzione nettement plus passionnée qu'à la BBC. C'est un peu moins contrôlé, l'emportement le guette par moments.


Hippolyte a écrit:
finalement le type même de l'interprétation schumannienne que je n'aime pas, fondée de façon univoque sur la folie, la domination des émotions opposées, le fantasque, l'irrationnel.
J'ai réécouté aujourd'hui l'op.22 d'Argerich et je pense qu'on peut lui appliquer ces qualificatifs. Elle est énervée de bout en bout, j'en ai eu plein les oreilles, mais finalement pas de grande émotion. Le mouvement lent est quand même pas mal, mais en dehors c'est assez peu varié de caractère.


Dernière édition par alexandre. le Dim 22 Mai 2011 - 8:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Mai 2011 - 23:37

Concernant Argerich, je ne suis pas très étonné, je ne connais pas sa 2e sonate mais je n'aime pas ses Kreisleriana pour ces raisons-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 5:20

Théo a écrit:
Une opus 11 de Gilels des années 30 ??? Shocked C'est où, c'est où c'est où ?
Mr.Red C'est évaporé dans l'éther... Recopié du contexte comme ça, c'est vrai que ce n'est plus compréhensible, mais je voulais dire à ce moment-là qu'une interprétation de Gilels beaucoup plus jeune et plus sanguin aurait peut-être été plus en harmonie avec ce que je pense être une forme d'idéal en interprétation. C'est sans doute dans la musique de Schumann que le hiatus entre l'admiration que j'ai pour sa technique (au sens extensif du terme) et la perplexité dans laquelle je me trouve face à l'utilisation de celle-ci, par exemple le choix des tempos et de leurs rapports et l'intensité de la caractérisation, est le plus fort.

À mon avis, la composition et l'interprétation requièrent des qualités opposées. Ce n'est pas un hasard, je pense, si elles n'ont quasi jamais été réunies, sauf sans doute par Wagner et par Liszt. En composition, il faut un contrôle de soi, une surveillance de la raison et une vigilance de la conscience, pour que l'idée soit maîtrisée en amont et qu'en aval elle prenne une forme qui puisse alors être retranscrite. En interprétation, au contraire, il faut s'abandonner, dans un acquiescement de tout l'être, avec une volonté immense et une absence de volition, perdre le goût du détail et de la précision, qui à mon avis relèvent du travail préparatoire et non de la représentation, afin d'incarner ce qui s'accomplit dans l'acte qu'on est en train de poser, au travers de soi quand on s'oublie. On devrait avoir l'impression de se voir soi-même et de s'entendre jouer « au loin ». Le détail rendu avec précision livre une interprétation manifestée, l'abandon et l'acquiescement donnent une œuvre d'art vivante (et puisqu'il s'agit de musique, une œuvre d'art éphémère, aussitôt rendue à l'éther qu'elle a été recréée, mais dont le souvenir vivace continue à nourrir).

C'est peut-être pour ça que j'éprouve, je l'avoue, des difficultés avec certaines interprétations « déterministes », trop peu polysémiques (dans Schumann...) ou dont la présence du mystère me semble s'étioler. Mais je suis tout à fait incapable d'expliquer ça en termes techniques, de même que le mystère et la polysémie dans les interprétations de Schumann par Sofronitsky me semblent aussi palpables qu'ils résistent à l'analyse (en tout cas à la mienne). Il a indiqué souvent qu'on faisait fausse route à parler d'inspiration, de spontanéité et plus encore d'improvisation, que tout dans ses interprétations était médité, calculé, que rien n'y était laissé au hasard. Chaque phrase y était considérée par rapport au mouvement total. C'est pour ça que je n'ai jamais compris le reproche qu'on lit si souvent (pas ici), selon lequel ce serait un musicien de l'instant, alors qu'il procède par clef de voûte, sans perdre de vue la densité de l'instant dans le déploiement du mouvement.

Mandryka a écrit:
Scherzian a dit que le 1948 de VVS est l’enregistrement le plus incroyable.
Il y a deux 1948 de VVS dans l'opus 11, mais un seul des deux est complet, celui (publié pour la première fois en 2009) en direct du 5 janvier, alors que le studio du 15 janvier (publié en CD par le seul Denon COCO-80714, épuisé) est limité aux deux premiers mouvements. Les deux 1948 partagent une vision assez proche, et le plus incroyable c'est de voir à quel point ils diffèrent de l'interprétation du 13 mai 1960. Alors que cette dernière est solaire, vibrante, avec une caractérisation très nette de chaque accent ou de chaque trait, en 1948 ce n'est que douleur rentrée, maturité, avec des nuances beaucoup plus globales, aux aspérités moindres. Les sonorités y sont bien plus sombres, presque mates. Certains tempos y sont parfois plus amples, en particulier dans l'introduction du I. C'est un exemple frappant de ce que tu avais souligné dans un autre fil, Mandryka, que la partition sous-détermine l'œuvre.


Dernière édition par Scherzian le Mar 24 Mai 2011 - 16:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 14:50

alexandre. a écrit:
Hippolyte a écrit:
En revanche, quoique fan de Guilels, je bute sur ses enregistrements de cet opus, dès la lenteur du début, je ne saisis pas ce qu'il fait.
Tu connais le live Melodiya ? Cette version est beaucoup plus nerveuse, l'Introduzione nettement plus passionnée qu'à la BBC. C'est un peu moins contrôlé, l'emportement le guette par moments.

J'ai un enregistrement de 1957 dans le coffret des archives russes de Brilliant, c'est celui-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 14:57

Hippolyte a écrit:
alexandre. a écrit:
Hippolyte a écrit:
En revanche, quoique fan de Guilels, je bute sur ses enregistrements de cet opus, dès la lenteur du début, je ne saisis pas ce qu'il fait.
Tu connais le live Melodiya ? Cette version est beaucoup plus nerveuse, l'Introduzione nettement plus passionnée qu'à la BBC. C'est un peu moins contrôlé, l'emportement le guette par moments.

J'ai un enregistrement de 1957 dans le coffret des archives russes de Brilliant, c'est celui-là ?
Non, ce n'est pas le même, celui dont je parle c'est celui du 10 octobre 1961. J'ai vérifié (parce-que certaines dates de Brilliant ne sont pas bonnes), et l'Introduzione dans le coffret Brilliant est dans l'esprit de la version BBC, et dans le live Melodiya, c'est beaucoup plus rapide. D'ailleurs dans ce Brilliant, l'Introduzione traîne un peu, il n'y a pas autant de tension qu'à la BBC.
Schumann - Sonates pour piano Picture950
Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 14:59

alexandre. a écrit:
Hippolyte a écrit:
alexandre. a écrit:
Hippolyte a écrit:
En revanche, quoique fan de Guilels, je bute sur ses enregistrements de cet opus, dès la lenteur du début, je ne saisis pas ce qu'il fait.
Tu connais le live Melodiya ? Cette version est beaucoup plus nerveuse, l'Introduzione nettement plus passionnée qu'à la BBC. C'est un peu moins contrôlé, l'emportement le guette par moments.

J'ai un enregistrement de 1957 dans le coffret des archives russes de Brilliant, c'est celui-là ?
Non, ce n'est pas le même, celui dont je parle c'est celui du 10 octobre 1961. J'ai vérifié (parce-que certaines dates de Brilliant ne sont pas bonnes), et l'Introduzione dans le coffret Brilliant est dans l'esprit de la version BBC, et dans le live Melodiya, c'est beaucoup plus rapide.

Merci, Alexandre. Oui, je trouvais aussi que les deux se ressemblaient. Je vais chercher ce disque Melodiya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 35
Date d'inscription : 06/09/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 16:51

On n'est pas tout à fait fan de Gilels pour les mêmes raisons, alors, vu que moi je suis surtout inconditionnel de celui des 15 dernières années, solennel, magistral et symphonique, avec un contrôle surnaturel du son, celui des studios DG (Grieg, Brahms, Beethoven, 3e de Chopin), des Nachtstücke, Moments Musicaux ou Prokofiev studios, et évidemment des Etudes Symphoniques et derniers Scarlatti.
Je pense que s'il avait persévéré dans l'opus 11 au-delà de la première moitié des 60's, comme il l'a fait avec certaines sonates de Beethoven, j'aurais encore plus aimé, sans doute autant que Virsaladze.

Bon, je note le tuyau sur Rösel, que je suis prêt à prendre très au sérieux ! (à propos, Rösel est au TCE cette semaine, on a l'occasion de l'entendre une fois tous les 15 ans, alors...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ysov
Mélomane chevronné
ysov

Nombre de messages : 2287
Age : 57
Localisation : Canada
Date d'inscription : 15/02/2011

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 16:58

Veinard! Ici, de l'autre côté de l'Atlantique, une probabilité qu'il vienne, est quasi nulle, seul le disque peut pallier à cela et parlant de disque, ses brahms en 5 volumes et son coffret de 2 cd sur Schumann,
contenant l'opus 11 et 22, ainsi que les Études Symphoniques, sur label Berlin Classic, doivent impérativement prendre place dans notre discothèque!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 35
Date d'inscription : 06/09/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 17:02

Ah, j'ai moi une édition Berlin Cl. couplant les seules Etudes Symphoniques avec Papillons. C'est bien (avec une intégration originale des posthumes) mais j'avais été un peu déçu par rapport aux Brahms, quand même. Est-ce que ses sonates vous paraissent plus marquantes que ses Etudes ? Et surtout, quoique j'en doute, est-ce que ça sonne un peu mieux, moins dur et clinique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ysov
Mélomane chevronné
ysov

Nombre de messages : 2287
Age : 57
Localisation : Canada
Date d'inscription : 15/02/2011

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyDim 22 Mai 2011 - 17:12

En effet, les sonates sont davantage remarquables, sans doute postérieures à l'enregistrement des Études Symphoniques. Tant qu'aux Brahms, malgré que la prise de son est trop près du piano, de belles
envolées lyriques, de panaches, de tempos ni trop lents, ni trop énervés, en séduisent plusieurs. J'oserais le placer au niveau d'un Julius Katchen! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 20:19

Théo B a écrit:

Opus 14 [...] Donc, rien que pour ça, je préférerai toujours Horowitz, d'autant que ce qu'il fait dans le scherzo relève du génie absolu - c'est dans les mouvements centraux de manière générale, quelle que soit la version, que je le trouve le plus fort.

Y a-t-il donc d'autres versions de la 3e sonate par Horowitz, à part celle-ci parue chez RCA ?

Schumann - Sonates pour piano 412TST2C6ZL._AA115_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 20:26

Il y en a deux chez Sony / RCA, j'essaye de te retrouver les infos.
Revenir en haut Aller en bas
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 35
Date d'inscription : 06/09/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 20:27

Oui, un live à Carnegie proche de quelques mois si ma mémoire est bonne, qui commence avec un Blumensktück d'anthologie (encore un par lui, certes), dans son style tardif ultra sophistiqué et en même temps totalement spontané, capiteux et lourd en parfums, irrésistiblement charmeur... la sonate suit dans un esprit comparable, même si l'oeuvre commande bien sûr d'autres choses bien présentes, à commencer par un degré de furie et de révolte encore plus poussé que l'enregistrement officiel. Le piano est d'une force prodigieuse. Ce sont peut-être les mouvements centraux qui gagnent le plus par rapport à l'officiel, en creusement du texte.
Bonne prise de son de concert, très (un peu trop) proche, mais ça donne un relief assez jouissif sur la profondeur du jeu de pédale et les graves décalés terrifiants d'Horowitz.
C'est toujours RCA, dans la collection Rediscovered.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 20:33

C'est un live à Carnegie le 16 novembre 1975 :
Schumann - Sonates pour piano 41Nn9oMMCdL._SL500_AA300_


L'autre version est effectivement proche (dans le temps et dans la réalisation), elle avait été éditée au début couplée avec une 5ème de Scriabine, tout ça tiré de concerts de 75/76.

Revenir en haut Aller en bas
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 21:00

Merci à vous deux. Mais alors que choisir ? Laquelle me conseilleriez-vous de me procurer en priorité ?
Je ne peux même pas me fonder sur le prix, elles sont à peu près au même. Je vais faire am stram gram... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo B
Mélomane averti


Nombre de messages : 446
Age : 35
Date d'inscription : 06/09/2010

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptyMar 10 Jan 2012 - 21:26

Je n'avais pas compris que tu ne possédais pas la version officielle, pardon. Je pense qu'elle est largement prioritaire, pour la sublime Humoreske. Il n'y a je crois pas de risque de doublon avec les deux principales éditions Sony disponibles par ailleurs, qui proposent toujours la Fantaisie, les Kreisleriana, l'Arabeske, Blumenstück et la Toccata.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hippolyte
Mélomane chevronné
Hippolyte

Nombre de messages : 3080
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/12/2008

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 21 Avr 2012 - 17:15

Théo B à propos de l'opus 14 a écrit:

Sinon j'aime beaucoup Pollini et surtout Ciccolini (versions en trois mouvements).

La version Ciccolini chez Cascavelle est en quatre mouvements. Et je te remercie de me l'avoir fait découvrir car des trois versions que je connais (Horowitz studio, Ciccolini, Pollini), c'est nettement ma préférée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27314
Date d'inscription : 21/09/2012

Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano EmptySam 10 Mai 2014 - 23:28

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Robert Schumann (1810-1856) :

Sonate n°2 en sol mineur Op. 22

= Anatoly Vedernikov, piano

(archives radio moscovite, 1966)

Surprised Tout simplement une des grandes versions méconnues de l'oeuvre, abordée avec clarté, lucidité (digne de Pollini), mais aussi ce qu'il faut de fougue et d'irrationnel.

Schumann - Sonates pour piano Vedernikov-Anatoly-07
Anatoly Vedernikov (1920-1997)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Schumann - Sonates pour piano Empty
MessageSujet: Re: Schumann - Sonates pour piano   Schumann - Sonates pour piano Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Schumann - Sonates pour piano
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Schumann - quintette avec piano op44
» Alexis de CASTILLON (1838-1873)
» Beethoven : les Sonates et l'oeuvre pour piano
» BACH - intégrales Brilliant et autres
» Max Reger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: