Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ptitof
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 42
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Sam 20 Aoû 2011 - 22:47

Pas forcément un compositeur essentiel, mais en tout cas, loin d'être inintéressant quand même, que j'ai découvert dans ma boulimie de compositeurs nordiques (au sens large) qui avait suivi mon premier contact avec Sibélius... (Et puis, il mérite bien un topic!)

Quelques repères : Jon Leifs est le principal compositeur islandais, et c'est de sa terre qu'il va tirer l'essentiel de l'inspiration pour sa musique. Un style unique, j'y reviendrai, et c'est finalement l'un des plaisirs de sa découverte, mais une musique malheureusement assez redondante – on a un peu l'impression que les mêmes recettes reviennent en boucle –, ce qui permet de dégager assez facilement quelques essentiels.

Bio trés synthétique :
Naissance en 1899 quelque part au nord de l'Islande, migration rapide, alors qu'il est encore enfant, vers Rekjavik
1916 : Départ pour l'Allemagne. Il y étudie à Leipzig (Piano, composition et direction). Il se marie en Allemagne avec une jeune pianiste.
Il va ensuite faire la navette entre Islande et Allemagne, avec pour objectif d'amener en Islande un peu de la culture musicale du reste de l'Europe, dont elle est encore plutot isolée. C'est en effet en 1926 que pour la première fois, grâce à Leifs, l'Islande reçoit la visite d'un orchestre symphonique (en l'occurence, Hambourg). Il va essayer également, sans trop de succès, d'ébaucher la création d'un orchestre à corde en Islande.

La montée du nazisme en Allemagne va changer la donne : si au début ceux-ci ne voient pas Leifs d'un mauvais œil (ses sources d'inspirations, principalement la mythologie nordique, n'y sont sans doute pas pour rien), il va finalement être victime de discrimination du fait de l'ascendance juive de son épouse et de sa musique.

Il réussit en 1944 à quitter l'Allemagne avec sa famille vers la Suède, et repart, en 1945, seul en Islande après s'être séparé de son épouse. Le décès d'une de ses filles, par noyade accidentelle en 1947, va l'affecter profondément.

Il compose et vit ensuite principalement en Islande ou il décède en 1968 d'un cancer pulmonaire.

(Sources livrets de CD + Sigmundsdottir, Alda "Jon Leifs, Iceland's sanctified son". Scandinavian Review.)


Sa musique :

Si je devais qualifier sa musique, je dirais que la première chose qui m'a marqué est que les sonorités de ses œuvres sont extrêmement personnelles. J'ai, de manière globale, pas entendu quoi que se soit qui sonne de cette manière (certains diront peut être "encore heureux") et là réside sans doute le principal intérêt de s'y arrêter un peu.
Quelques caractéristiques en vrac : Je vois là dedans une musique qu'on pourrait souvent rattacher aux "arts premiers", une réelle impression que ça vient de très loin, pour finalement aboutir à un sentiment d'intemporalité. Une musique géologique (là réside également sans doute une raison de mon intérêt pour ça), en particulier dans les œuvres à thème qui s'y rattachent, mais de manière plus générale, une musique très souvent minérale, tellurique et donc profondément rattachée à cette terre et à ces roches d'Islande. Il puise également abondamment dans le folklore d'Islande.
Musique plutôt tonale, ensuite, mais atypique niveau sonorité, et surtout qui refuse de manière générale obstinément toute notion de mélodie. On peut avoir tantôt des accords brutaux, qui fondent littéralement sur l'auditeur, tantôt des phases plus apaisées, plus pastorales mêmes, mais parfois étrangement linéaires et suspendues.

Petite sélection d'œuvres marquantes

Baldr, vraiment intéressant à mon sens.

Une de ses œuvres parmi les plus ambitieuses (qu'il ne vit d'ailleurs jamais représentée). Baldr est sous titré "Drame Chorégraphique", inspiré de l'Edda de Snorri Sturluson. Au programme : création de l'homme, lutte bien / mal, tempête, éruption volcanique, expiation...

L'argument est l'histoire de Baldr, fils d'Odin, confronté à Loki, la personnification du mal. Leifs a expliqué qu'il fallait y voir une "protestation contre l'abus vis à vis des traditions nordiques ces dernières années" : ce là s'adresse bien sur aux nazis et à l'instrumentalisation des mythes nordiques qu'ils ont organisée. Leifs a aussi un compte à régler avec Wagner, qu'il accuse de ne rien avoir compris à la mythologie nordique et en particulier d'en mésinterpréter complètement les sources islandaises.

C'est une œuvre longue (90 minutes), pas forcément simple à écouter d'une traite, tant la violence et la noirceur peuvent y être oppressante. C'est peut être tiré par les cheveux, mais je pourrais voir là dedans, dans certains passages, une sorte de "sacre du printemps" islandais. Ce n'est bien sûr pas une comparaison qualitative, plus une impression de filiation (éloignée, mais pas anecdotique à mon sens).


Hekla / Geyser / Hafis / Detiffoss

Ce sont 4 œuvres courtes plutôt descriptives du paysage islandais. Je vais juste m'arrêter sur Hekla (je n'ai pas entendu Detifoss, en fait) car tout ça est assez... redondant.
L'Hekla est un volcan islandais, dont l'éruption de 1947 a inspiré à Leifs cette œuvre. Clairement, on est dans le bruyant de chez bruyant, pas vainement à mon avis, puisque je trouve que cette musique, avant tout descriptive, rend bien ce qu'est une éruption. On commence calmement -mais la menace est là -, la chambre magmatique monte en pression, la lave monte dans le cône volcanique, la terre tremble, ça fume, ça flambe et enfin ça explose... Tout y est!
A noter également un instrumentarium au niveau percu pour le moins gargantuesque : 19 percussionnistes avec enclumes, pierres, sirène, cloches, souches de bois, fusil, canon...
J'avoue que perversement, j'aime beaucoup le petit coté barnum que tout ceci a!

Réminiscence du nord / Consolation..

Œuvres pour orchestre à corde : c'est beaucoup plus apaisé... plus linéaire aussi : un peu, dans le cas de consolation, son adagio pour cordes à lui.



Je vais en rester là pour les exemples, y'a pas mal d'autres choses, en particulier inspirées du folklore islandais, la saga symphonie (que j'ai vraiment pas aimée, trouvé ça trop monotone)...

Il faut encore que j'écoute au moins le premier volet de la trilogie Edda.

Tout ça est plus particulièrement sorti chez BIS, donc, dans des conditions qualitatives que ce soit d'un point de vue interprétation et son qui rendent bien justice à Leifs (l'orchestre d'Islande est réellement impressionnant!)

En forme de conclusion (très personnelle), je donnerais à Leifs le grade de "compositeur attachant". Une œuvre qui n'est pas sans défauts, mais sincère, originale et profondément inscrite dans un territoire qui est finalement assez peu représenté en musique classique... Une découverte réelle et sans regrets, donc!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ScareDe2
Farceur québécois
avatar

Nombre de messages : 906
Age : 18
Localisation : Québec
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Dim 28 Fév 2016 - 15:00

Ptitof a écrit:


Hekla / Geyser / Hafis / Detiffoss

Ce sont 4 œuvres courtes plutôt descriptives du paysage islandais. Je vais juste m'arrêter sur Hekla (je n'ai pas entendu Detifoss, en fait) car tout ça est assez... redondant.
L'Hekla est un volcan islandais, dont l'éruption de 1947 a inspiré à Leifs cette œuvre. Clairement, on est dans le bruyant de chez bruyant, pas vainement à mon avis, puisque je trouve que cette musique, avant tout descriptive, rend bien ce qu'est une éruption. On commence calmement -mais la menace est là -, la chambre magmatique monte en pression, la lave monte dans le cône volcanique, la terre tremble, ça fume, ça flambe et enfin ça explose... Tout y est!

Hekla c'est de la grosse zizique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1462
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Ven 21 Oct 2016 - 0:03

J'ai écouté Hekla... Je croyais avoir tout entendu en matière de décibels et d'orchestre avec les Fonderies d'Acier... Mais là, je vois pas comme ça peut être jouable par des musiciens en live... Ça doit être insupportable...
A volume correct, cette musique m'a mis dans un état bizarre... Entre jubilation extatique et frayeur...


Sinon, le requiem est magnifique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Ven 21 Oct 2016 - 3:06

La musique de Leifs est unique: minitaturisée (en temps et formation) ou gigantisée (en temps et/ou formation). Ptitof en a très bien décrit les aspects descriptifs en plus de situer le compositeur dans son époque et son milieu: bravo !!

La plupart des disques disponibles proviennent du catalogue BIS et je ne peux que louer l'immense sagacité et savoir-faire des éditeurs qui ont su mêler, disque après disque, les aspects incroyablement oppposés de sa musique. Le cd qui contient Hekla et ses 19 percussionnistes comprend aussi d'autres musiques, dont son incroyable Requiem a cappella de moins de 5 minutes.

Un autre disque BIS comprend ses quatuors, dont celui qui dépeint musicalement ses larmes (pizzicati) suite au décès de sa fille. Tellement émouvant...

Leifs est souvent perçu comme une incongruité, une verrue déplaisante dans le paysage musical européen. Sa musique gêne car elle manque d'élégance, de sophistication. C'est très dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1462
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Ven 21 Oct 2016 - 4:02

Oui, c'est assez incongru d'entendre Hekla et le Requiem sur le même CD. Jamais je n'aurais pu dire que c'était le même compositeur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4462
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Mer 11 Oct 2017 - 18:23

Du fil «Musique féroïenne et islandaise»:

Octavian a écrit:


Souvent, tel le fier viking à l'avant de son navire, repérant les voies à tracer sur les mers par la contemplation de l'ordre des étoiles, le mélomane fait, grâce à ce forum, des découvertes. Mais dans un cas comme dans l'autre, ce ne sont pas toujours de grandes découvertes. (bruit de batterie)

Donc, aiguillé par je ne sais quelle remarque (en tout cas ça ne venait pas de ce fil vu la décade de léthargie dont je le tire hehe ), je me suis retrouvé à écouter la "Saga Symphonie" de Jón Leifs, composée entre 1940 et 42 (dans la version de l'Orchestre Symphonique d'Islande sous la baguette d'Osmo Vänskä en 95). Première symphonie de son auteur, elle dure quasiment une heure et est découpée en cinq mouvements, chacun inspiré de personnages issus des sagas islandaises — respectivement celles de Njáll le Brûlé pour le premier et le troisième mouvements, de Laxdæla (ou "Saga des gens du Val-au-Saumon") pour le deuxième, de Grettir pour le quatrième, et enfin des sagas des "frères jurés" et des rois de Norvège pour le dernier.

C'est en Allemagne que Jón Leifs, qui avait quitté son Islande natale à dix-sept ans pour partir étudier puis s'installer en terre teutonne, découvrit apparemment ce matériau textuel, en pleine Seconde Guerre Mondiale. La période est d'autant moins agréable, pour l'Islandais exilé, que Goebbels n'aime ni sa musique, qu'il fait interdire de concert, ni sa femme et, du coup, leurs filles, qui ont le tort d'être juives. Le compositeur réplique en s'en prenant, sur son papier à partition, à ... Wagner, qui aurait tout dégueulassé les beaux mythes nordiques sans y rien comprendre. Et Leifs de s'attacher alors à représenter en musique la véritable essence authentique de l'âme islandaise — de façon tellement véritablement authentique d'ailleurs que l'exécution, en plus de l'orchestre romantique, requiert non seulement des enclumes (qu'on trouvait déjà chez Richard W.) mais aussi des boucliers sur lesquels taper, des reconstitutions de lurs (trompes métalliques de l'âge de bronze), et des cailloux de différentes tailles...

Le résultat... euh What the fuck ?!? ... a pour principal intérêt ... qui n'est pas mince, hein, notez bien ... d'être à même de redéfinir complètement le concept de subtilité en musique. Hum. Voilà.

Sinon, je pense qu'en musique d'ambiance pour accompagner une partie de jeu de rôles, ça peut le faire. Attention il faut prévoir impérativement un scénario, d'une part : dans un contexte maritimo-nordique, évidemment, et, d'autre part et surtout : bien bourrin. Pas le moment de la jouer atmosphère, enquête, jets de compétences, diplomatie et interactions sociales : plutôt le trip "des guerriers démons débarquent sur la plage au milieu des embruns d'eau glacée et montent à l'assaut en hurlant".

En dehors de ça, s'il s'agit de considérer l'œuvre pour son intérêt purement musical intrinsèque... non, je vois pas. Neutral

DavidLeMarrec a écrit:
Mélo en est fou, il la programme régulièrement dans ses soirées thématiques. Quelqu'un d'autre aime beaucoup ici (Nugava ?).

De mon côté, j'ai du mal à la finir, mais plutôt parce que c'est agréable mais pas exceptionnellement saillant ; la demesure du propos et de l'instrumentarium ne me paraît pas extraordinairement évident à l'écoute.

En tout cas je l'écoute de temps à autre et je trouve ça tout à fait décent.

Mélomaniac a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:

c'est agréable mais pas exceptionnellement saillant ; la démesure du propos et de l'instrumentarium ne me paraît pas extraordinairement évident à l'écoute.

En tout cas je l'écoute de temps à autre et je trouve ça tout à fait décent.


Surprised C'est exactement ça, un pétard mouillé au regard des attentes (plutôt déçues) que promettaient un tel sujet et un tel arsenal roots/folk.

On s'attendrait à une sorte de Sacre du Printemps à la sauce viking, mais ça reste héla très convenable.

Octavian a écrit:
À défaut d'un Sacre, un Kullervo m'aurait très bien convenu...

Mais oui, effectivement, ça affiche des ambitions assez démesurées (sujet d'inspiration, instrumentation, une certaine longueur tout de même) eût égard au résultat final qui me semble tenir tout au plus du pompiérisme bas du front. Ce n'est pas complètement nul, il y a de jolies couleurs çà et là, mais c'est très, très vite lassant.

nugava a écrit:
Cette Saga Symphonie, je n'ai pas le souvenir de l'avoir écoutée... Par contre, Baldr, j'aime bien, c'est de la bonne came... Et Hekla, si vous aimez les trucs bourrins...

DavidLeMarrec a écrit:
Oui, Baldur est assez chouette, c'est vrai, plus de couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4462
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Mer 11 Oct 2017 - 18:35

Bon, à mon tour, j'ai écouté cette Symphonie «Saga».
Vu le commentaire d'Octavian sur les «guerriers démons débarquent sur la plage au milieu des embruns d'eau glacée et montent à l'assaut en hurlant» j'imaginais au moins quelque chose d'un kitsch peu divertissant. En fait, non, même pas: c'est juste péniblement bourrin et très ch***t.
Pas écouté le cinquième mouvement, cela dit (malgré toutes les jolies lettres de son titre: Þormóðr Kolbrúnarskáld.)

Sinon, pour ceux qui veulent surtout entendre des bruits d'enclumes et d'épées: on les entend mieux dans le Ring de Solti.


David, apparemment, c’est bien Baldr, comme l'écrit nugava, et non Baldur; tu es sûr de ne pas confondre avec Baldurs draumar de Tveitt (effectivement assez chouette)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82683
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Mer 11 Oct 2017 - 21:08

Benedictus a écrit:
David, apparemment, c’est bien Baldr, comme l'écrit nugava, et non Baldur;

C'est le même personnage, non ?

Benedictus a écrit:
tu es sûr de ne pas confondre avec Baldurs draumar de Tveitt (effectivement assez chouette)?

Si, tout à fait. hehe C'est d'ailleurs peut-être ça que Mélo avait aimé (il a mis les deux en playlist).

Donc probablement pas écouté ce Baldr (ou alors il ne m'en reste vraiment plus rien…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4462
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Mer 11 Oct 2017 - 21:30

DavidLeMarrec a écrit:
Benedictus a écrit:
David, apparemment, c’est bien Baldr, comme l'écrit nugava, et non Baldur;
C'est le même personnage, non ?
Je ne sais pas, c'est vraiment une littérature que je connais mal.

Octavian a écrit:
Le compositeur réplique en s'en prenant, sur son papier à partition, à ... Wagner, qui aurait tout dégueulassé les beaux mythes nordiques sans y rien comprendre. Et Leifs de s'attacher alors à représenter en musique la véritable essence authentique de l'âme islandaise
Il est vrai qu'à force de les tripatouiller, Wagner avait rendu ces mythes vraiment très boches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16669
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Mer 11 Oct 2017 - 21:43

DavidLeMarrec a écrit:
C'est le même personnage, non ?

en tout cas, à ma connaissance -ur est le pur descendant moderne de -r (nominatif masculin singulier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1462
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   Jeu 12 Oct 2017 - 1:47

Le Baldur de Tveitt est très bien aussi, mais c'est dans un tout autre genre... Plutôt un mélange des genres, entre ravelisme et folklorisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jon LEIFS - Islande - (1899 - 1968)
» Musique Féroïenne et Islandaise
» Ernest Chausson (1855-1899)
» BT pop rock (1968 - 2003)
» Alice And John Coltrane : Cosmic Music (1968)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: