Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les minimalistes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Les minimalistes :
J'aime
16%
 16% [ 12 ]
J'aime pas
8%
 8% [ 6 ]
Je ne suis pas sûr
3%
 3% [ 2 ]
Je n'ai jamais écouté
4%
 4% [ 3 ]
J'aime surtout Steve Reich
12%
 12% [ 9 ]
J'aime surtout John Adams
13%
 13% [ 10 ]
J'aime surtout Philip Glass
12%
 12% [ 9 ]
J'aime surtout Morton Feldman
8%
 8% [ 6 ]
J'aime surtout Arvo Pärt
14%
 14% [ 11 ]
J'aime surtout Pierre Boulez
8%
 8% [ 6 ]
Je hais presque autant Philip Glass que JR
4%
 4% [ 3 ]
Total des votes : 77
 

AuteurMessage
deb76
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 71
Localisation : Haute-Normandie
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 14:50

Citation :
Siegmund a écrit :
Citation :
Il faut garder en vue qu'avec l'informatique musical, le travail artistique existe tout autant. A cela prêts qu'absolument tout se fait en amont, et non plus en Live. Ce sont bien les humains qui programme ces gros instruments.

Vraiment, je ne comprends pas ton point de vue (ou plutôt si, il s'inscrit dans ton raisonnement sur l'écoute domestique mais du coup tu en viens à nier la réalité) qui est d'affirmer que l'informatique musicale n'a pas lieu en Live. Je ne suis pas d'accord. D'ailleurs pourquoi dit-on dans les centres de Recherche (qu'ils soient de Stanford, MIT ou l'Ircam) nouvelle lutherie ? Ca un sens, et autour de ça, il y a des recherches scientifiques, des études, des projets en cours. C'était le défi d'ailleurs d'arriver au temps réel pour l'informatique musicale.
Cette absence de temps réel était vrai jusqu'aux années 2000 (pour nos ordinateurs personnels, pas ceux des grands centres, il suffisait d'écouter la fameuse 4X en 1981 qui développait une ressource de plus d'une centaine d'oscillateurs et de filtres en temps réel), mais depuis la puissance des ordinateurs personnels fait que justement on a ENFIN le temps réel, tant en traitements audio qu'avec des instruments, ce qu'on appelle les synthétiseurs virtuels. Dont un certain nombre sont des émulations de synthés existants mais d'autres des créations à part entière. Et je pense aussi, notamment, aux instruments virtuels comme Pianoteq ou Brass 2 d'Arturia (et développé avec l'Ircam) qui sont réalisés à partir de la modélisation physique. Et à cela s'ajoute les très nombreux synthés virtuels que développent des développeurs indépendants. Et il y en a d'excellents.

Cololi a écrit :
Citation :
Il dit que la voix est l'instrument le plus vivant. Puis que le fait de jouer des instruments acoustique est très vivant aussi ... et pas l'informatique.
Et à mon avis il a raison.
C'est vrai que les instruments acoustiques sont vivants, mais un timbre informatique qui évolue dans toutes ses caractéristiques timbrales, qui peut-être chatoyant, lumineux, magique dans son côté inouï, pourra aussi t'émerveiller. Je sais que tu n'aimes pas Boulez mais les myriades de notes cristallines, qui tournoient autour du public dans Répons, c'est impressionnant.
Ensuite, attention, il y a dans les centres, des recherches très pointues sur les timbres et il va arriver un jour - pas si lointain - où un instrument virtuel aura une capacité d'interprétation aussi riche que l'acoustique. Je suis prêt à prendre les paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deb8076.eu/OpenMusicST/TransCombMultBoulez.html
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 30
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 15:03

deb76 a écrit:
Citation :
Siegmund a écrit :
Citation :
Il faut garder en vue qu'avec l'informatique musical, le travail artistique existe tout autant. A cela prêts qu'absolument tout se fait en amont, et non plus en Live. Ce sont bien les humains qui programme ces gros instruments.

Vraiment, je ne comprends pas ton point de vue (ou plutôt si, il s'inscrit dans ton raisonnement sur l'écoute domestique mais du coup tu en viens à nier la réalité) qui est d'affirmer que l'informatique musicale n'a pas lieu en Live. Je ne suis pas d'accord. D'ailleurs pourquoi dit-on dans les centres de Recherche (qu'ils soient de Stanford, MIT ou l'Ircam) nouvelle lutherie ? Ca un sens, et autour de ça, il y a des recherches scientifiques, des études, des projets en cours. C'était le défi d'ailleurs d'arriver au temps réel pour l'informatique musicale.
Cette absence de temps réel était vrai jusqu'aux années 2000 (pour nos ordinateurs personnels, pas ceux des grands centres, il suffisait d'écouter la fameuse 4X en 1981 qui développait une ressource de plus d'une centaine d'oscillateurs et de filtres en temps réel), mais depuis la puissance des ordinateurs personnels fait que justement on a ENFIN le temps réel, tant en traitements audio qu'avec des instruments, ce qu'on appelle les synthétiseurs virtuels. Dont un certain nombre sont des émulations de synthés existants mais d'autres des créations à part entière. Et je pense aussi, notamment, aux instruments virtuels comme Pianoteq ou Brass 2 d'Arturia (et développé avec l'Ircam) qui sont réalisés à partir de la modélisation physique. Et à cela s'ajoute les très nombreux synthés virtuels que développent des développeurs indépendants. Et il y en a d'excellents.

Parce que je ne parle pas spécifiquement du temps réel, mais des moyens de représenter de l'informatique musical que ce soit en usage domestique ou en concert.
Mais si l'on parle du temps réel, on pourra là aussi dire que le travail artistique s'est 100% effectue en amont de la représentation, puisque le temps réel obéit à des règles prédéfinies à l'avance. C'est tout.
Dans une moindre mesure, c'est aussi un vrai pour les orchestres traditionnels ; puisque 90% de travail se fait en amont (partition, apprentissage, répétition ...).

Mais comme je le disais, je n'impute aucun malus à ceci. Et si on conçoit de l'informatique musical à usage du concert, alors très bien. Mais si manifestement, ce n'est pas l'optique de la composition, le concert n'est pas indispensable, il peut même devenir néfaste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Ophanin
Fer galant
avatar

Nombre de messages : 4576
Age : 31
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 15:28

Et si on parlait musique plutôt que d'ordinateur ?

On peut constater que les deux minimalistes à remporter le plus de votes sont Pärt et Glass. cool-blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
deb76
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 71
Localisation : Haute-Normandie
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 15:33

Citation :
Parce que je ne parle pas spécifiquement du temps réel, mais des moyens de représenter de l'informatique musical que ce soit en usage domestique ou en concert.
Donc, c'est la négation des avancées de l'informatique musicale qui est justement depuis le début des années 2000 le temps réel. Et donc, qui dit utilisation d'outils spécifiques de l'informatique musicale en temps réel suppose aussi le Live. Et pourrais-tu aussi expliciter ta représentation de l'informatique musicale que cela soit en usage domestique ou en concert, car je ne vois pas comment tu fais pour exclure de ton raisonnement le temps réel ?

Citation :
Mais si l'on parle du temps réel, on pourra là aussi dire que le travail artistique s'est 100% effectue en amont de la représentation, puisque le temps réel obéit à des règles prédéfinies à l'avance. C'est tout.
Dans une moindre mesure, c'est aussi un vrai pour les orchestres traditionnels ; puisque 90% de travail se fait en amont (partition, apprentissage, répétition ...).
Tout dépend de quels outils utilisés. Il y en a, effectivement qui sont développés spécifiquement pour des créations précises, je pense à Luna Park de Georges Aperghis où a été développé le contrôle gestuel de la synthèse concaténative, mais d'autres créations vont utiliser l'existant et le travail s'apparentera pour les assistants informatiques à une mise en forme assez semblable au travail en amont des compositeurs ou instrumentistes. Et d'ailleurs qu'entends-tu par puisque le temps réel obéit à des règles prédéfinis ? Là aussi, pourtant très au fait de ce qui se passe dans ce cadre, je ne saisis pas ce que tu entends par cette phrase. Quelles sont ces règles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deb8076.eu/OpenMusicST/TransCombMultBoulez.html
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 30
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 15:43

deb76 a écrit:
Là aussi, pourtant très au fait de ce qui se passe dans ce cadre, je ne saisis pas ce que tu entends par cette phrase. Quelles sont ces règles ?

Je ne dois pas parler le jargon. D'ailleurs, j'ai l'impression qu'on ne se comprend pas trop, comme en qui-propos. Mes réflexions sont axés sur le coté artistique, alors que les tiennes sont techniques.

Moi, j’utilise "informatique musical" pour parler de son produit par une machine électronique sans contrôle en temps réel lors de l’exécution à vitesse réel de la musique. Même si bien sûr, tout a été prévu auparavant, même les procédures d’aléatoire / adaptation en temps réel.
Et je préfère utiliser le terme d'électronique tout simple pour les choses qui d'une façon ou d'une autre, obéissent à des facteurs humains lors de la représentation de la musique.

C'est mon jargon à moi ; mais la frontière n'es pas évidente pour tous les cas de collaboration entre acoustique et informatique. Toujours est-il que ce vocabulaire abstrait avait pour utilité de fluidifier la pensée de non-spécialistes comme moi, de façon très française et théorique hehe , bon visiblement, c'est un échec. Enfin, moi je m'y retrouve Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 17:08

[


Dernière édition par Dri le Mar 8 Nov 2011 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Horatio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4044
Age : 24
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 23:21

Siegmund a écrit:
Cololi a écrit:
Siegmund a écrit:
Il faut garder en vue qu'avec l'informatique musical, le travail artistique existe tout autant. A cela prêts qu'absolument tout se fait en amont, et non plus en Live. Ce sont bien les humains qui programme ces gros instruments.

Oui ... mais ce n'est absolument pas ce que dit Cello.

Il dit que la voix est l'instrument le plus vivant. Puis que le fait de jouer des instruments acoustique est très vivant aussi ... et pas l'informatique.
Et à mon avis il a raison.

C'est la pratique qui est alors plus "vivante". Pas la musique en elle-même.

Bien sûr, mais dans ce cas, qui peut se targuer d'avoir déjà entendu une œuvre en elle-même, dans l'absolu, et non pas une interprétation ? J'ai l'impression que tu mets le doigt sur un débat beaucoup plus large (et polémique) : l'artiste recrée-t-il l'œuvre en la jouant, ou ne fait-il que de la "transmettre", de la rendre audible (auquel cas il n'est qu'un simple intermédiaire) ?
Personnellement, et j'ai l'impression que c'est aussi l'avis de Cello et de Cololi, je pense que l'artiste qui joue une œuvre est responsable de sa recréation, en tant qu'intermédiaire indispensable et nécessaire dans la conception que le compositeur a de son œuvre. La dimension humaine et interprétative est tout aussi importante que l'œuvre en elle-même, et c'est pourquoi on ne se contente pas d'enregistrer une seule version de cette œuvre. C'est pourquoi, à mon sens, on ne peut remplacer indifféremment un artiste humain par la machine.
Mais la programmation de l'interprétation inforamtique en amont me semble intéressante, mais seulement pour un nouveau type d'œuvres, qui développent de nouveaux concepts afin que la musique ne reste pas figée (je suis tenté de dire que musique figée = musique morte) - le hasard, l'aléatoire ou la spatialisation me semblent ainsi être des pistes valables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les minimalistes   Ven 21 Oct 2011 - 23:48

[


Dernière édition par Dri le Mar 8 Nov 2011 - 22:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
deb76
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 71
Localisation : Haute-Normandie
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Sam 22 Oct 2011 - 1:57

Citation :
Je ne dois pas parler le jargon. D'ailleurs, j'ai l'impression qu'on ne se comprend pas trop, comme en qui-propos. Mes réflexions sont axés sur le coté artistique, alors que les tiennes sont techniques.
Non, désolé, je ne veux pas m'opposer pour m'opposer, mais mon jargon est celui utilisé dans le milieu de l'informatique musicale (Ircam, Stanford, MIT, etc), et il est autant technique qu'artistique. Je ne me laisse pas enfermer dans ta restriction, tous les jours, je joue avec ces instruments et je m'inscris dans des projets artistiques.
Et justement, je le redis par rapport à l'artistique, le temps réel avec les machines, c'est une très grande avancée. Et ce temps réel, c'est à dire de pouvoir jouer avec un clavie midi, une guitare midi ou autres instruments midifiés (ou connectés via l'Usb) pour la liaison de l'instrument et l'ordinateur, sans oublier les capteurs pour la gestuelle, c'est de l'informatique musicale au service de projets artistiques. Pour moi, un synthé virtuel, c'est un instrument à part entière qui produit des timbres et réagit à un contact humain. Et à cela, on pourra ajouter, et c'est la force de l'ordinateur, en même temps des pistes préalablement enregistrées, au même titre qu'avant ce processus était enregistré sur une bande magnétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deb8076.eu/OpenMusicST/TransCombMultBoulez.html
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 30
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Sam 22 Oct 2011 - 11:53

deb76 a écrit:
Citation :
Je ne dois pas parler le jargon. D'ailleurs, j'ai l'impression qu'on ne se comprend pas trop, comme en qui-propos. Mes réflexions sont axés sur le coté artistique, alors que les tiennes sont techniques.
Non, désolé, je ne veux pas m'opposer pour m'opposer, mais mon jargon est celui utilisé dans le milieu de l'informatique musicale (Ircam, Stanford, MIT, etc), et il est autant technique qu'artistique. Je ne me laisse pas enfermer dans ta restriction, tous les jours, je joue avec ces instruments et je m'inscris dans des projets artistiques.
Et justement, je le redis par rapport à l'artistique, le temps réel avec les machines, c'est une très grande avancée. Et ce temps réel, c'est à dire de pouvoir jouer avec un clavie midi, une guitare midi ou autres instruments midifiés (ou connectés via l'Usb) pour la liaison de l'instrument et l'ordinateur, sans oublier les capteurs pour la gestuelle, c'est de l'informatique musicale au service de projets artistiques. Pour moi, un synthé virtuel, c'est un instrument à part entière qui produit des timbres et réagit à un contact humain. Et à cela, on pourra ajouter, et c'est la force de l'ordinateur, en même temps des pistes préalablement enregistrées, au même titre qu'avant ce processus était enregistré sur une bande magnétique.

Je suis bien d'accord avec toi. Mais l'exemple sur les synthé est très révélateur du fait qu'on n'utilise pas du tout les mêmes mots pour parler de la même chose ! Bref, comme je le disais, ce n'est qu'un problème de forme Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
deb76
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 71
Localisation : Haute-Normandie
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Sam 22 Oct 2011 - 12:13

Citation :
Je suis bien d'accord avec toi. Mais l'exemple sur les synthé est très révélateur du fait qu'on n'utilise pas du tout les mêmes mots pour parler de la même chose ! Bref, comme je le disais, ce n'est qu'un problème de forme .
Là, moi aussi. L'essentiel, c'est de s'accorder sur les mots. Sinon, pour l'essentiel, il me semble qu'on partage dans nos goûts pour la musique contemporaine pas mal de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.deb8076.eu/OpenMusicST/TransCombMultBoulez.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les minimalistes   Mar 7 Oct 2014 - 23:42

Terry RILEY : In C


Je crois que je me suis laissé aller à dire pas mal de bêtises sur cette musique, veuillez me pardonner.
Je viens de me rendre compte des faramineuses possibilités d'interprétations de cette œuvre.
La version vocale de Paul Hillier est extraordinaire !
Je l'ai écouté toute une journée en bricolant dehors : ça va avec tout !
De la barre à mine, la masse, à la visseuse à choc...Du zénith voilé au crépuscule qui chauffe le ventre des nuages,...
J'ai vécu un grand moment.
Avec l'émoi tout particulier à la 3,37 minute de la Part I (qui n'a de sens qu'à l'écoute des 3,37 minutes qui ont précédées ).
. C'est efficace et tordu, c'est sérieux et drôle, c'est long et infini, c'est étouffant et ouvert, c'est lénifiant et vertigineux, c'est éthéré et basique...
C'est joli et c'est Beau....

... et ça me donne toujours l'envie d'écouter en suivant Lieutenant Kijè de Prokofiev ; allez savoir pourquoi...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17013
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Jeu 23 Oct 2014 - 12:05

DavidLeMarrec a écrit:
Le principe (délibérément l'antithèse des contraintes de non-répétition du dodécaphonisme) est que la composition se fonde sur la répétition

mouais.
au départ le dodécaphonisme c’est quand même la répétition ad infinitum d’une suite de douze sons, hein.
et dans la seconde moitié du vingtième siècle il y a des œuvres « sérielles » (je mets les guillemets parce qu’après 1955 ce mot ne veut plus rien dire) très répétitives, ainsi que d’autres (ou les mêmes) qui tournent autour d’une seule note.

DavidLeMarrec a écrit:
=> Les minimalistes au sens strict, les pionniers : La Monte Young, Steve Reich, Philip Glass, Terry Riley...

alors il faut au minimum ignorer Glass et Reich seconde manière (il n’y a pas vraiment de rupture, mais c’est une façon de parler)... que je classerais volontiers avec Adams.

DavidLeMarrec a écrit:
=> Les minimalistes syncrétiques, tout particulièrement Morton Feldman et John Adams.

pas du tout d’accord.
aucun point de comparaison pour moi entre ces deux-là, surtout leurs origines sont en tout point opposées.

DavidLeMarrec a écrit:
=> Ceux que l'on nomme minimalistes par abus, souvent des postmodernes : Henryk Górecki (seconde manière), Arvo Pärt, Giya Kancheli, Valentin Silvestrov, Lepo Sumera...

d’accord, c’est une erreur de les classer avec ceux cités plus haut, mais parler de ça quand on dit postmoderne, je m’insurge.
notons aussi que les autres que tu cites ont également une ou plusieurs « premières manières ».



bon, en bref, je n’ai pas du tout la même vision des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Jeu 23 Oct 2014 - 12:27

Au fait, il a combien d'années, le message d'origine ? Surprised J'aime quand la jeune garde vient se faire les dents sur de vieilles références éprouvées, ça donne le sentiment grisant d'avoir vécu. Cool

Bien, sérieusement, je suis d'accord avec les réserves que tu formules (secondes manières de Glass et Reich exceptées… pour moi ils incluent vaguement d'autres choses décoratives dans une logique qui reste fondamentalement la même ; et puis postmoderne, je n'y peux rien si on les appelle comme ça, c'est pas moi qui ai choisi), mais ça ne me paraît pas invalider le classement (simpliste, certes) que j'ai proposé par commodité : minimalistes qui explorent la boucle, minimalistes qui utilisent la répétition, minimalistes par extension. Ça me paraît une grille simple et opérante, accessible à tous.

Mais tu es tout à fait capable de nous produire une distinction beaucoup plus subtile (comme tu l'as fait pour la microtonalité) et, franchement, ne t'en prive pas, car ce n'était pas mon objet (c'était juste pour ouvrir un fil, hein) et tu as beaucoup de choses à partager là-dessus. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17013
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Jeu 23 Oct 2014 - 12:38

DavidLeMarrec a écrit:
Au fait, il a combien d'années, le message d'origine ?

bah, je me trompe peut-être, mais je n’ai pas l’impression qu’il serait fondamentalement différent si tu devais l’écrire aujourd’hui.

DavidLeMarrec a écrit:
de vieilles références éprouvées,

ah bon.

DavidLeMarrec a écrit:
(secondes manières de Glass et Reich exceptées… pour moi ils incluent vaguement d'autres choses décoratives dans une logique qui reste fondamentalement la même

bah, quand même ; et même si la logique est fondamentalement la même (je dois avouer que ma connaissance est fort limitée), la perspective dans laquelle elle est utilisée me semble fort différente.

DavidLeMarrec a écrit:
et puis postmoderne, je n'y peux rien si on les appelle comme ça, c'est pas moi qui ai choisi)

mais qui l’utilise dans ce sens, au juste ? scratch

DavidLeMarrec a écrit:
le classement (simpliste, certes) que j'ai proposé par commodité : minimalistes qui explorent la boucle, minimalistes qui utilisent la répétition, minimalistes par extension. Ça me paraît une grille simple et opérante, accessible à tous.

EDIT. d’accord, formulé comme ça, ce n’est pas si mal (mais c’est quand même nettement différent). Surprised
mais je trouve que tu as souvent tendance à poser les choses de façon catégorique et définitive, et vu l’autorité que tu as ici et ailleurs (non sans raison), cela n’a pas que du bon.

DavidLeMarrec a écrit:
et tu as beaucoup de choses à partager là-dessus. bounce

ça, c’est loin d’être sûr. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Jeu 23 Oct 2014 - 12:57

lucien a écrit:
bah, je me trompe peut-être, mais je n’ai pas l’impression qu’il serait fondamentalement différent si tu devais l’écrire aujourd’hui.

Franchement, moi je ne pourrais pas le dire, ce que j'écrirais aujourd'hui. Pour ouvrir un fil, oui, peut-être.

C'était juste amusant de te voir réfuter ça sérieusement, comme si j'avais essayé de produire une somme qui fasse autorité (alors que je voulais juste remplir une entête pour le fil, si jamais un lecteur débarque sans voir ce dont il s'agit). Smile

Cela dit, effectivement, à la relecture, je trouve que ça remplit bien son office : sommaire, mais pas trompeur.


Citation :
ah bon.

Humour. Smile


Citation :
bah, quand même ; et même si la logique est fondamentalement la même (je dois avouer que ma connaissance est fort limitée), la perspective dans laquelle elle est utilisée me semble fort différente.

L'affichage, peut-être, mais la réalité des pièces ne me paraît pas fondamentalement différente techniquement. Reich continue à faire des dispositifs un peu conceptuels, très répétitifs, mais où la répétition sert avant tout un propos, presque narratif et quasiment idéologique ; Glass écrit toujours les mêmes boucles sur des enchaînements naïfs, il n'a fait que s'embourgeoiser d'emprunts romantisants plus grand public, mais l'économie générale reste la même.


Citation :
mais qui l’utilise dans ce sens, au juste ? scratch

Je l'ai toujours lu ainsi, mais je ne suis pas suffisamment client de l'esthétique pour avoir lu les autorités en la matière, c'est peut-être un blasphème.

Sur le principe, en laissant de côté ses sens techniques en philosophie ou en architecture, je trouve que ça fonctionne très bien : ce n'est plus tout à fait l'esthétique du début du XXe (qu'on qualifie souvent de moderne, là aussi, c'est très discutable mais au moins aussi commode), mais ça en prend la suite, en enjambant d'une certaine façon ce qui a été fait au milieu (tout en en portant la marque).

C'est sommaire, vraiment un raisonnement de manuels d'histoire, mais ça a l'avantage d'être assez parlant et efficace.


Citation :
certes, mais je trouve que tu as souvent tendance à poser les choses de façon catégorique et définitive, et vu l’autorité que tu as ici et ailleurs (non sans raison), cela n’a pas que du bon.

Moi, catégorique ? Tu as vu le nombre d'« amha », de « je » et autres lourdeurs que je balance dans chaque prise de parole ?

L'autorité, on ne me la donne que si on le veut vraiment, parce que je n'ai aucune légitimité pour l'avoir, et je ne crois pas faire semblant que je l'ai. Smile

Tu fais références aux tentatives de classifications / simplifications dans ce genre ? Ça n'a rien de catégorique, je ne prétends pas (et je crois le dire à chaque fois) que chacun entre précisément dans la case, ce sont simplement des clefs pour essayer d'ordonner des éléments complexes et en apparence disparate. Un outil de décryptage qui n'a rien d'objectif ni d'absolu, je ne crois pas que quiconque puisse se tromper là-dessus.


Citation :
ça, c’est loin d’être sûr. Mr. Green

En tout cas, tu en as écouté suffisamment pour avoir une opinion (la preuve). Ce serait vraiment intéressant, quitte à montrer l'inanité de ce que j'ai proposé. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 17013
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Jeu 23 Oct 2014 - 13:25

DavidLeMarrec a écrit:
Moi, catégorique ?  Tu as vu le nombre d'« amha », de « je » et autres lourdeurs que je balance dans chaque prise de parole ?  

L'autorité, on ne me la donne que si on le veut vraiment, parce que je n'ai aucune légitimité pour l'avoir, et je ne crois pas faire semblant que je l'ai. Smile

Tu fais références aux tentatives de classifications / simplifications dans ce genre ?  Ça n'a rien de catégorique, je ne prétends pas (et je crois le dire à chaque fois) que chacun entre précisément dans la case, ce sont simplement des clefs pour essayer d'ordonner des éléments complexes et en apparence disparate. Un outil de décryptage qui n'a rien d'objectif ni d'absolu, je ne crois pas que quiconque puisse se tromper là-dessus.

pardonne-moi, ce n’est pas ce que je voulais dire (ce que j’ai écrit).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tod
Entre chien et loup


Nombre de messages : 1115
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Dim 21 Fév 2016 - 19:46

Reçu samedi :
Terry Riley : Sunrise of the Planetary Dream Collector .

Kronos Quartet, Jeunsaizoù, 2015.
...Car apparemment dans ce coffret que je me suis octroyé contre bien de l'argent, beaucoup de morceaux ont été rejoués par le Kronos Quartet, celui-ci en l'occurrence ...
Ma Doué ! pour ce résultat ?
Quelle prise de son épouvantable !
ça réverbe, ça surnage, ça piscine, ça hall vide, le son va lent et sature vite !
Et dire que c'est le premier morceau du coffret ! Rolling Eyes

.... La qualité sonore s'améliore grandement... Peut-être un mauvais pressage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tod
Entre chien et loup


Nombre de messages : 1115
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Lun 29 Fév 2016 - 23:01

Du dit coffret ,
Riley : Cadenza on the Night Plain.

Kronos Quartet, Skywalker Sound J'ennuie ton père /Juillet-Août 1997.
Un Gagaku peu à peu dévoyé...
Tout ce que j'aime !
 Et je m'en vais aussitôt poster tout ça dans Nos quatuors préférés ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Lun 5 Fév 2018 - 22:00

Smile Mon attention s'est arrêtée sur cette petite pièce (une dizaine de minutes) étrange et touffue.
Un exercice de haute voltige, un mécanisme d'horlogerie tant dans la conception que l'exécution.
Répétitif certes, mais le paysage ne se présente jamais deux fois de la même manière,
et le tempo vif concatène les bribes dans un élan qui évite toute lassitude !



Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Steve Reich (1936-) :

New York Counterpoint

= Richard Stoltzman, clarinettes

(RCA, juillet 1986)

Le clarinettiste enlace les tessitures de ses instruments (superposés au montage),
entretoise un lacis de riffs entêtants en un vertigineux exercice de contrepoint serré à bloc.
Hautement addictif
compress



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Lun 5 Fév 2018 - 23:59

Jamais essayé. Merci, c'est tentant présenté comme cela.

De mon côté, aujourd'hui, j'écoute Louis Glass, le dernier disque paru (Symphonie n°5, postromantique très beau), et la Fantaisie pour piano et orchestre, qui aborde des couleurs très disparates… et qui soudain s'enraye en arpèges d'accords parfaits identiques.

Au secours, Philip a piraté Louis ! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 18074
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Mar 6 Fév 2018 - 10:37

DavidLeMarrec a écrit:
Jamais essayé. Merci, c'est tentant présenté comme cela.


T'emballe pas. New York Contrepoint c'est sympa, mais vraiment pas de quoi s'en relever la nuit... bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Les minimalistes   Mar 6 Fév 2018 - 13:52

Ah oui, cinq minutes entières sur le même accord, tout de même. Shocked

Cela dit, sympa n'est pas un problème pour moi (Th. Dubois forever).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les minimalistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les minimalistes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les minimalistes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: