Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Edmund Rubbra (1901 - 1986)

Aller en bas 
AuteurMessage
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMar 15 Nov 2011 - 18:34

Edmund Rubbra (1901 - 1986), compositeur britannique. Qui connaît ? Que conseillez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 15:07

Un doute m’effleure : me serais-je pris un bide monumental avec Edmund Rubbra ? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83930
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 16:10

Ben c'est-à-dire qu'il est un peu inconnu, et tu as ouvert le sujet sans en dire un mot et sans le connaître. Du coup... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31069
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 16:12

Xavier a écrit:
Ben c'est-à-dire qu'il est un peu inconnu, et tu as ouvert le sujet sans en dire un mot et sans le connaître. Du coup... Smile

Et David ne poste plus ... Mr. Green

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Invité
Invité



Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 16:15

et puis c'est assez touffu comme corpus, alors en dire quelque chose en quelques mots va s'avérer difficile. Il y a une presque intégrale des symphonies chez Chandos.
Revenir en haut Aller en bas
benvenuto
Mélomaniaque
benvenuto

Nombre de messages : 1340
Date d'inscription : 11/07/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 20:05

Cololi a écrit:
Xavier a écrit:
Ben c'est-à-dire qu'il est un peu inconnu, et tu as ouvert le sujet sans en dire un mot et sans le connaître. Du coup... Smile

Et David ne poste plus ... Mr. Green

Qu'est-ce qui lui arrive, d'ailleurs, il s'est enfin fait coffrer ou quoi? hehe
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31069
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 28 Nov 2011 - 21:20

benvenuto a écrit:
Cololi a écrit:
Xavier a écrit:
Ben c'est-à-dire qu'il est un peu inconnu, et tu as ouvert le sujet sans en dire un mot et sans le connaître. Du coup... Smile

Et David ne poste plus ... Mr. Green

Qu'est-ce qui lui arrive, d'ailleurs, il s'est enfin fait coffrer ou quoi? hehe

Si tu veux mon avis ... le wifi a été coupé à Herblay ... mais garde le pour toi, c'est un secret Mr.Red

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMer 7 Mar 2012 - 21:46

Jusque-là j’ai écouté les symphonies 3, 5 et 9. Rien de révolutionnaire mais c’est agréable. Sans oublier son quatuor à cordes n° 2 op. 73, même remarque.
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptySam 21 Avr 2012 - 19:47

Mon premier CD de Rubbra (Chandos) : The Morning Watch et la Symphonie n° 9. Ça se laisse écouter, c’est plaisant mais je n’en raffole pas.
Revenir en haut Aller en bas
JerMu
Mélomaniaque
JerMu

Nombre de messages : 510
Localisation : F
Date d'inscription : 22/01/2011

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptySam 25 Aoû 2012 - 22:21

Un de mes derniers achats : le double coffret de Rubbra de ses quatuors à cordes par le Dante Quartet (sur Dutton). Je suis peut-être le seul sur le forum à écouter Rubbra mais j’assume zen
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83930
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptySam 25 Aoû 2012 - 22:44

Tu veux pas essayer de nous en dire plus pour nous donner envie? Smile

Genre à quoi ça ressemble, quel style, à quels compositeurs ça fait penser...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe VLB
Mélomaniaque
Philippe VLB

Nombre de messages : 809
Age : 53
Date d'inscription : 21/07/2012

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyDim 26 Aoû 2012 - 0:32


Je viens d'écouter un peu de sa musique de chambre (il faut prendre les commentaires qui suivent comme des premières impressions jetées à la va-vite avec tout ce que ça comporte de jugements hâtifs et un peu outrés Wink ).

Le second quatuor op. 73 sonne d'emblée postromantique. Et puis on se rend compte en fait qu'il y a comme qui dirait des touches de musique répétitive. De loin, ça ferait penser, en caricaturant, à un genre de croisement bizarroïde entre du "Brahms" et du Philip Glass. Ca a son charme (mais ce n'est pas très consistant. Par exemple, le mouvement final finit littéralement en queue de poisson - mais pas du tout à la manière typique d'une fin de musique répétitive : c'est comme si il avait eu une panne d'écriture soudaine).

Le trio pour piano op. 68 offre des accents plus français à la Franck, avec toujours ce coté répétitif mais moins marqué (en fait, ça donne l'impression qu'il ne sait pas très bien comment développer son matériau musical).

Le tout se laisse écouter très agréablement mais, pour moi, ça s’arrête là. Ce n'est pas marquant et inoubliable. Wink




Revenir en haut Aller en bas
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 06/08/2010

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptySam 22 Sep 2018 - 8:19

idem Benedictus , les Mélo d'or me fait replonger dans les Corpus Symphoniques méconnus :

Rubbra Symphonie n°6 Hickox / BBC National Orchestral of Wales

J'ai un bon souvenir des symphonies de Rubbra : Déjà la superbe prise de son de chandos .
Et la qualité des oeuvres ! On pense à Sibelius et Nielsen (le 3eme mvt de cette symphonie , le coté "Inextinguible" ) en moins vif ( peut etre liée à l'interpretation de Hickox).
Des défauts ? Des idées mélodiques inferieure à celle de Sibelius ( noter quand même le mouvement lent sublime ..) ? orchestration et harmonie assez "classique" .
Une musique certes pas "spectaculaire" ni "accrocheuse" .
conclusion : une très bonne symphonie "nordique" ( mais moins bien que la Symphonie 4 de Nielsen et la Symphonie n°5 de Sibelius ...)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 24 Sep 2018 - 21:05

Pour Sibelius, je trouve le parallèle beaucoup plus marquant avec le premier mouvement de la Deuxième : on est quelque part entre la raréfaction martiale de la Cinquième de Tchaïkovski, et une chaleur, un lyrisme plus nielseniens (effectivement, l'Inextinguible !). Une merveille, je trouve.

Sinon, la Première est formidable aussi, son grand Lento vaut bien les grandes pages de Magnard, Schmidt ou Alfano. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 24 Sep 2018 - 23:40

Surprised Pourtant, ce n'est pas dans la liste des «plus belles symphonies» sur CSS? On m'aurait caché des choses? Parce qu'à vous lire, ça devrait vraiment me plaire! (rien que l'idée d'un Lento qui vaut «Magnard, Schmidt ou Alfano...») Des recommandations spécifiques?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMar 25 Sep 2018 - 15:20

Benedictus a écrit:
Surprised Pourtant, ce n'est pas dans la liste des «plus belles symphonies» sur CSS?

La liste n'a pas été mise à jour depuis un an ou deux, et comme je n'ai pas tout écouté, je continue de faire des découvertes. Smile

Effectivement, autant les 6 et 8 ont un côté plus formel et plus abstrait, plus Bax d'une certaine façon (mais dans une forme plus identifiable et discursive), autant les 1 & 2 ont beaucoup d'atouts à faire valoir pour toi.


Citation :
Des recommandations spécifiques?

Beaucoup ont été publiées chez Lyrita (Philharmonia et LPO, captés de façon directe et rêche, très convaincante). Et sinon il y a Hickox. Les deux lectures sont très chouettes (plus de spatialisation et de confort avec Hickox, plus de grain chez Lyrita).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMar 25 Sep 2018 - 22:45

Apparemment, pas de 1 chez Lyrita (seulement des couplages 2/7, 3/4 et 6/8.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMer 26 Sep 2018 - 10:48

Je confirme, j'ai écouté la 1 par Hickox faute de trouver chez Lyrita (mais en fin de compte, c'est possiblement encore mieux).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Marchoukrev
Mélomane averti
Marchoukrev

Nombre de messages : 416
Age : 23
Localisation : Entre Paris et les Hauts-de-France
Date d'inscription : 14/08/2013

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyJeu 27 Sep 2018 - 11:59

Parlant de Rubbra j'ai récemment écouté sa Sonate pour violoncelle et piano, très sombre, assez tragique. Je suis sûr que son finale en variations, majestueux à souhait avec sa fugue finale, trouvera ici des amateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 15 Juil 2019 - 0:39

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Rubbra10
Symphonie n°8, op. 132 «Hommage à Teilhard de Chardin»
Norman Del Mar / Philharmonia Orchestra
Londres, IX.1980
Lyrita


Une très belle œuvre - très anglaise dans son lyrisme modal élargi et ses climats. Ceux-ci oscillent entre une certaine pompe (climaxes à cuivres et timbales) et quelque chose de beaucoup plus subtil et insaisissable (les I et le III, qui évoquent un peu les couleurs mystérieuses et les atmosphères méditatives de la Pastoral Symphony de Vaughan Williams; la round dance impondérable, tantôt archaïsante tantôt sinueuse du II, avec une belle prégnance rythmique.) L’ensemble, comme sous-tendu par une sorte de poussée hymnique, se recommande par son sens de la progression et son élan d’ensemble, vraiment très persuasifs. (Et aussi par sa concision: des symphonies brèves, qui ne donnent jamais l'impression de délayage ou de bavardage.) Voilà qui donne envie d’explorer ce corpus symphonique.

(On en a déjà pas mal parlé au sujet de Bax, mais c’est incroyable ce que les prises de son Lyrita apportent aux orchestres anglais: même si le Philharmonia a toujours ce spectre «bouché» qu’on lui connaît dans les captations EMI, il sonne ici sans ce côté lointain et cotonneux, et possède, à défaut de couleurs très belles, des textures au grain bien plus savoureux.)
Revenir en haut Aller en bas
Quasimodo
Néophyte


Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 12/07/2019

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 15 Juil 2019 - 10:21

Chez Rubbra, c'est le Concerto pour piano qui m'a fait la plus forte impression avec les symphonies.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 15 Juil 2019 - 11:19

Benedictus a écrit:
Edmund Rubbra (1901 - 1986) Rubbra10
Symphonie n°8, op. 132 «Hommage à Teilhard de Chardin»
Norman Del Mar / Philharmonia Orchestra
Londres, IX.1980
Lyrita


Une très belle œuvre - très anglaise dans son lyrisme modal élargi et ses climats. Ceux-ci oscillent entre une certaine pompe (climaxes à cuivres et timbales) et quelque chose de beaucoup plus subtil et insaisissable (les I et le III, qui évoquent un peu les couleurs mystérieuses et les atmosphères méditatives de la Pastoral Symphony de Vaughan Williams; la round dance impondérable, tantôt archaïsante tantôt sinueuse du II, avec une belle prégnance rythmique.) L’ensemble, comme sous-tendu par une sorte de poussée hymnique, se recommande par son sens de la progression et son élan d’ensemble, vraiment très persuasifs. (Et aussi par sa concision: des symphonies brèves, qui ne donnent jamais l'impression de délayage ou de bavardage.) Voilà qui donne envie d’explorer ce corpus symphonique.

(On en a déjà pas mal parlé au sujet de Bax, mais c’est incroyable ce que les prises de son Lyrita apportent aux orchestres anglais: même si le Philharmonia a toujours ce spectre «bouché» qu’on lui connaît dans les captations EMI, il sonne ici sans ce côté lointain et cotonneux, et possède, à défaut de couleurs très belles, des textures au grain bien plus savoureux.)

Pas forcément sa meilleure symphonie, mais j'aime beaucoup son legs, typiquement anglais, mais avec une force discursive particulière.

Comme tu dis, ces enregistrements Lyrita ont un grain extraordinaire (quel que soit l'orchestre), même si on entend à chaque fois que le Philharmonia est un peu moins précis et coloré que ses concitoyens.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 26 Aoû 2019 - 18:31

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Rubbra11
Symphonies nº1, op. 44¹ et nº2, op. 45²
Richard Hickox / BBC National Orchestra of Wales
Swansea, XI.1995¹, I.1996²
Chandos


Je poursuis donc l’exploration du legs symphonique de Rubbra - et, décidémment, ce que j’entends me plait énormément. C’est très typé «XXᵉ britannique», avec de belles qualités «atmosphériques» (notamment par l’usage soliste de la petite harmonie, les harmonies modales et les rythmes archaïsants) mais aussi très personnel, mais aussi une vraie pensée formelle (l’écriture contrapuntique!) et, dans ces deux premières symphonies, une pâte plus dense (la houle de 1-I!), une expressivité plus inquiète et «cursive» (les bifurcations de 1-III et le très sibgulier incipit, quasi décadent, de 2-I...) que dans les symphonies suivantes, plus lumineuses mais aussi plus «abstraites», pour reprendre le mot de David.

Par ailleurs, ces enregistrements m’ont paru sensiblement au-dessus des standards de Hickox (toujours aussi fluide et lisible que d’habitude, mais plus tendu, plus habité) comme de Chandos (l’orchestre sonne moins brumeux, plus charnu.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMar 27 Aoû 2019 - 10:31

Hickox est en général mieux défini (meilleur chef, tout simplement) et mieux capté que les disques de la période précédente chez Chandos. Ça reste flou, mais plus décent tout de même.

Ça fait longtemps que j'ai écouté ce disque, c'est évidemment moins marquant que les prises Lyrita (mais la 1 n'y figure pas, je crois). .
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyDim 1 Sep 2019 - 23:16

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Rubbra11
Symphonie nº3, op. 49
Richard Hickox / BBC National Orchestra of Wales
Swansea, X.1997
Chandos


Encore une très belle symphonie!

Par rapport aux deux premières, on est ici dans un univers plus «germanique» - la référence est ici nettement brahmsienne, du moins dans les deux mouvements extrêmes qui se répondent: une forme-sonate très explicite dans le I, marqué par un lyrisme mélodique assez ample, et un thème varié avec fugue finale qui rappelle les Variations Haydn, mais sous une forme plus ramassée et contrastée (la conception de la symphonie est d’ailleurs contemporaine du travail d’orchestration effectué par Rubbra sur les Variations Haendel.) Cependant, on a à faire là à un Brahms qui module beaucoup plus que l’original - mais sans pour autant que ces accidents harmoniques sonnent «décadent»: ils apportent au contraire quelque chose d’assez lumineux, un peu à la façon du premier Nielsen.

Les deux mouvements intérieurs sont plus idiosyncrasiques: le II est une de ces danses aux rythmes asymétriques archaïsants qui semble être la forme privilégiée du scherzo chez Rubbra; le III un grand adagio tout en bifurcations harmoniques et rythmiques, mais d’un caractère insaisissable et lumineux (pas du tout le genre déprimiste-exalté des postromantiques, plutôt quelque chose de lointainement sibélien.)

Et puis, ces deux caractéristique constante chez Rubbra, et que j’aime beaucoup: le contrepoint fouillé auquel la distribution en strates aux textures et couleurs très caractéristiques donne beaucoup de relief; une économie formelle qui évite tout sentiment de dilution ou d’expansivité excessive.
Revenir en haut Aller en bas
sergio
Mélomane averti
sergio

Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 19/07/2010

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyLun 2 Sep 2019 - 16:25

J'ai des quatuors par le Maggini Quartet. Je crois bien que j'avais trouvé ça pas agréable et il va falloir que j'essaie à nouveau parce que c'est un CD que je n'ai pas écouté depuis des années.

Après réécoute : il faut vraiment écouter plusieurs fois pour parvenir à s'y intéresser !


Dernière édition par sergio le Lun 9 Sep 2019 - 11:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eusèbe
Mélomaniaque
Eusèbe

Nombre de messages : 1240
Age : 43
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMer 4 Sep 2019 - 23:00

Tu devrais peut-être faire un tour du côté de sa musique sacrée a capella: on y trouve à la fois l'héritage de la polyphonie élisabéthaine et du néo-classicisme du XXe (ça me fait penser à du Poulenc en un peu moins inspiré).

Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMer 4 Sep 2019 - 23:07

J'avais écouté cela il y a longtemps: dans mon souvenir, c'est en effet assez comme tu le décris (du moins les deux messes - les Tenebrae Motets étaient plus inspirés.) Mais les symphonies me semblent plus singulières dans leur langage comme dans leur économie. En revanche, je n'ai jamais entendu les quatuors.
Revenir en haut Aller en bas
Eusèbe
Mélomaniaque
Eusèbe

Nombre de messages : 1240
Age : 43
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptyMer 4 Sep 2019 - 23:17

Je suis peut-être un peu sévère dans ma formulation: je voulais surtout dire que ce n'était pas aussi suprême que Poulenc, mais oui, ces différents opus de motets que j'ai écoutés (par The Sixteen) sont dotés d'une grande force méditative.
Je vais tenter les symphonies - et les quatuors me tentent bien aussi (j'ai pas mal pratiqué les Maggini dans le quatuor anglais - Britten, Bridge, Bliss - mais Rubbra avait échappé à mon radar)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8717
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) EmptySam 21 Sep 2019 - 0:07

En Playlist, Iskender a écrit:
Benedictus a écrit:
Rubbra : Symphonie nº7 en ut majeur, op. 88
Sir Adrian Boult / London Philharmonic Orchestra
Londres, X.1968
Lyrita

drunken Il faudra vraiment que j’en parle quand j’aurai du temps...
À te lire, j'ai fait plusieurs tentatives sur Rubbra. Je ne suis pas du tout rentré dedans Embarassed . Ça me fait le même effet que la majorité des œuvres symphoniques de Bax que j'ai écoutées : l'esthétique a tout pour me plaire, mais je perds très vite le fil du discours. Je me demande à quoi cela mène et n'y décèle pas une inspiration susceptible de me toucher.
Je comprends tout à fait ce que tu veux dire. C'est en effet une musique très élusive: comme chez Bax, on sent une sorte d'évitement de tout ce qui pourrait tendre à une prégnance immédiate - et en particulier de l'élément mélodique, particulièrement insaisissable. (Il n'est d'ailleurs pas impossible que ce soit une tendance de fond de la musique britannique.) En fait, ce que je trouve de plus fortement prégnant chez Rubbra, à savoir les rythmes asymétriques de ses Scherzos, relève d'une forme de complexité (et d'archaïsme) qui n'est pas forcément de nature à faciliter la saisie d'un discours.

Par ailleurs, ce en quoi Rubbra se distingue de Bax ne me semble pas forcément de nature à rendre ces symphonies plus évidentes.

D'une part, il y a ces atmosphères, globalement plus lumineuses et comme distanciées, qui, si elles rendent les symphonies de Rubbra plus immédiatement avenantes, offrent aussi moins de prises que l'amertume et l'âpreté de celles de Bax.

D'autre part, si les éléments mélodiques et discursifs (les effets cycliques, les jeux de tension-détente...) semblent chez l'un comme chez l'autre se «dissoudre» dans la forme symphonique, il faut bien voir qu'il s'agit de conceptions formelles assez différentes: chez Bax, on est vraiment dans une sorte d'évolution sinueuse mais organique de la matière orchestrale, où l'influence sibélienne est évidente (la 5ᵉ est d'ailleurs dédiée à Sibelius.) Du coup, vu ton avatar, je pense que tu devrais plutôt persévérer de ce côté-là...  hehe

Tandis que chez Rubbra, la conception relève, en dépit de couleurs harmoniques et timbrales typiquement anglaises, d'un formalisme très germanique, post-brahmsien à la Reger: c'est une musique fondamentalement contrapuntique, et qui se résout souvent (les Finales!) dans de grandes constructions abstraites et comme fermées sur elles-mêmes: thèmes avec variations passacailles, fugues... Cet élément-là aura assurément été un vrai point d'accroche pour moi - mais j'ai peur qu'il soit au contraire plutôt de nature à te tenir, toi, à distance de la musique de Rubbra.

(En revanche, si tu ne connais pas déjà, je ne peux que te conseiller The Trees so High de Hadley - là, pour le coup, une esthétique qui devrait te séduire et un discours d'une prégnance folle - voir ici.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty
MessageSujet: Re: Edmund Rubbra (1901 - 1986)   Edmund Rubbra (1901 - 1986) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Edmund Rubbra (1901 - 1986)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lars-Erik Larsson (1908-1986)
» 9th Creation EP Love Crime 1986 ----> CD
» EDMUND SYLVERS - Have You Heard ( LP )
» José Van Dam
» Alexandre Tansman (1897-1986)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: