Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Michael Jarrell

Aller en bas 
AuteurMessage
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Michael Jarrell   Mar 20 Déc 2011 - 0:03

Je connais la musique de Michael Jarrell depuis plus de 20 ans, mais c'est seulement récemment (grâce à Sud) que j'ai été saisi par l'incroyable étendue de sa beauté et de sa richesse. Depuis, je l'écoute très régulièrement et j'ai évidemment enrichi ma collection de quatre nouveaux CD qui viennent s'ajouter aux deux qui s'y trouvaient déjà.

"Né à Genève le 8 octobre 1958, Michael Jarrell étudie la composition dans la classe d'Eric Gaudibert au Conservatoire de Genève et lors de divers stages aux Etats-Unis, Tanglewood (1979). Il complète sa formation à la Staatliche Hochschule für Musik de Freiburg im Brisgau, auprès de Klaus Huber." (plus de renseignements sur le site michaeljarrell.com).

Michael Jarrell réuni plusieurs qualités que je trouve rarement rassemblées à mon goût chez un même compositeur : j'aime l'ensemble de son oeuvre, qu'il soit orchestral, concertant, soliste ou chanté (c'est une nouveauté pour moi car j'apprécie généralement peu le chant contemporain).

Ce que j'admire particulièrement chez Jarrell, c'est qu'il allie à une grande radicalité d'écriture une utilisation très sensuelle de l'orchestre. Il connait ses instruments et sait en extraire des couleurs infinies, d'une irrésistible matérialité. Je dis "radicalité d'écriture" peut-être à tort ; la musique de Jarrell si elle demeure visiblement "atonale" (elle ne semble en tout cas pas chercher à restaurer un passé tonal qu'il aime cependant profondément), articule néanmoins un "chant" d'une telle sensibilité qu'il laisse inévitablement son empreinte en nous.

De nombreuses pièces de Jarrell sont disponibles sur le Web, pour faire connaissance. Je n'ai pas vraiment d'oeuvre préférée, mais je recommande l'écoute de "Abschied" pour piano et orchestre et "Assonance 2" pour clarinettte basse. C'est loin d'être exhaustif et je crois que l'ensemble de l'oeuvre mérite une écoute attentive, c'est en tout cas ce que je compte faire.

David a récemment rédigé un article sur son opéra Cassandre : http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2011/10/08/1839-michael-jarrell-cassandre-monodrame-christa-wolf-kassandra-cassandra-fanny-ardant-suzanne-malkki-cite-musique-astrid-bas-kairos-opera

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mar 20 Déc 2011 - 9:28

Tiens, je n'avais jamais entendu parlé de ce compositeur jusqu'à il y a 2-3 mois et voilà que je tombe sur son nom presque chaque semaine maintenant. Ca m'intéresse...

Ah, je vois à l'instant que Queyras va créer son nouveau concerto pour violoncelle en février prochain. J'avais déjà repéré dans son catalogue une déclinaison d'oeuvres en duo pour violoncelle et clarinette qui tentaient fort (Bebung et Aus Bebung de 1995).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mar 20 Déc 2011 - 16:33

Voilà une bonne nouvelle. En attendant tu peux écouter Assonance V, pour violoncelle et 4 groupes instrumentaux. L'oeuvre n'est pas sur Youtube et je ne sais pas si le CD est encore disponible, mais fais moi signe, si jamais.

http://www.michaeljarrell.com/fr/oeuvres-fiche.php?cotage=25296
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 21 Déc 2011 - 11:12

J'ai écouté Assonances pour clarinette solo (1983).

Il s'agit de la première oeuvre d'une série qui, à priori, fait penser Sequenzas de Berio. Une différence notable est que ces dernières sont consacrées à des instruments seuls alors que Jarrell multiplie les effectifs depuis le solo pur comme celle que j'ai écoutée jusqu'à l'ensemble d'une douzaine de membres. On trouve par exemple dans son catalogue:

Assonance pour clarinette (1983)
Assonance II pour clarinette basse (1989)
Assonance VII pour percussion (1992)
Assonance IVb pour cor (2009)

et d'autre part:

Assonance III pour clarinette basse, violoncelle et piano (1989)
Assonance IV pour alto, tuba et électronique en direct (1990)
Assonance V pour violoncelle et 4 groupes instrumentaux (1990)
Assonance VIIb (Rhizomes) pour 2 pianos, 2 percussions et électronique (1993)
Assonance VIII pour flûte basse ou contrebasse amplifiée et 4 percussionnistes (1999)

Il m'est impossible de donner un avis général à partir d'une seule pièce de jeunesse assez courte (10 minutes). De plus, je ne peux pas comparer avec d'autres oeuvres dans le genre, la clarinette solo n'étant pas un répertoire que je fréquente assidument.

Sans être négatif, je ne peux pas dire que j'ai été conquis par cette Assonance. Pour prendre une découverte récente, Fedele m'a immédiatement parlé alors qu'ici, ça faisait un peu contemporain générique, ni particulièrement abominable, ni franchement séduisant, ni vraiment distinctif. Un peu neutre pour moi mais comme je l'ai dit juste en haut, mon avis est à prendre avec beaucoup de réserve, n'étant pas familier ni avec le genre ni avec le compositeur. J'aimerais bien découvrir sa musique pour orchestre par exemple. Je crois que j'y trouverais plus facilement des accroches que dans un solo par définition un peu aride.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Jeu 22 Déc 2011 - 0:35

En ce qui me concerne, je préfère aborder un compositeur contemporain à travers l'orchestre, c'est ce qui me semble le mieux convenir à la musique d'aujourd'hui, donc oui écoute les oeuvres pour orchestre de Jarrell.

Ceci dit, j'ai le sentiment que tu t'es un peu trop empressé de juger Assonance pour clarinette. Il me semble qu'une oeuvre contemporaine mérite quelques écoutes avant d'être comparée à un médicament de deuxième catégorie, non ? D'autant plus que même si Assonance est bel et bien une oeuvre de jeunesse, elle témoigne d'une qualité d'écriture déjà remarquable, superbement ciselée dans un éclat joyeux, c'est une oeuvre très prometteuse. N'hésite donc pas à écouter Assonance 2 pour clarinette basse, ça se décante merveilleusement.

Merci pour ta suggestion d'écouter Fedele, j'y vais de ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Jeu 22 Déc 2011 - 9:34

aroldo a écrit:
En ce qui me concerne, je préfère aborder un compositeur contemporain à travers l'orchestre, c'est ce qui me semble le mieux convenir à la musique d'aujourd'hui, donc oui écoute les oeuvres pour orchestre de Jarrell.

Je suis tout à fait d'accord avec toi et c'est ce que je vais faire pour Jarrell. Je me suis juste débrouillé avec ce que j'avais sous le tube sous la main. Quelle oeuvre me conseilles-tu à l'orchestre? Il y a Bebung pour clarinette et violoncelle solistes + ensemble qui me tente. Tu connais?

aroldo a écrit:
Ceci dit, j'ai le sentiment que tu t'es un peu trop empressé de juger Assonance pour clarinette. Il me semble qu'une oeuvre contemporaine mérite quelques écoutes avant d'être comparée à un médicament de deuxième catégorie, non ? D'autant plus que même si Assonance est bel et bien une oeuvre de jeunesse, elle témoigne d'une qualité d'écriture déjà remarquable, superbement ciselée dans un éclat joyeux, c'est une oeuvre très prometteuse. N'hésite donc pas à écouter Assonance 2 pour clarinette basse, ça se décante merveilleusement.

C'est précisément pour ça que j'ai mis de grosses réserves à mes réserves Wink . Comme tu le dis, il y a en effet une sorte d'effusion joyeuse, un peu espiègle même dans les passages rapides qui a un certain charme. J'aurais dû en parler dans mon premier message.

aroldo a écrit:
Merci pour ta suggestion d'écouter Fedele, j'y vais de ce pas.

Justement, je suis passé immédiatement à l'orchestre avec lui (concerto pour violoncelle et Ruah pour flûte et orchestre). Peut-être aurais-je eu les mêmes hésitations si j'avais commencé par une oeuvre en solo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81573
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Jeu 22 Déc 2011 - 14:10

C'est clair que les oeuvres contemporaines pour instrument solo monodique... personnellement j'évite. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavian
Glasse les fraises
avatar

Nombre de messages : 7333
Age : 34
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Jeu 22 Déc 2011 - 20:01

Personnellement j'ai découvert ce compositeur par son concerto pour flûte et orchestre "Un temps de silence", le plus intéressant (à mon goût) des trois concertos de compositeurs contemporains enregistrés en 2008 par Emmanuel Pahud :



Les atmosphères y sont notamment plus variées et au final plus prenantes que dans le concerto de Dalbavie qui le précède sur le disque. Tout à fait recommandable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Sam 24 Déc 2011 - 0:46

Cello a écrit:
Quelle oeuvre me conseilles-tu à l'orchestre? Il y a Bebung pour clarinette et violoncelle solistes + ensemble qui me tente. Tu connais?

Où as-tu trouvé cela, je ne le trouve sur aucun CD ? Il y a Aus Bebung, mais c'est pour clarinette et violoncelle seuls.

Si tu veux une oeuvre avec violoncelle et orchestre, il y a Assonance V. J'en ai même une version CD que je peux t'envoyer si tu veux (mais sans livret, j'avais récupéré quelques galettes à l'époque, je ne sais même plus dans quelles circonstances, je sais simplement que je les ai sauvées...).

Autrement, tu peux écouter Abschied pour piano et orchestre, on le trouve sur YT. C'est une très belle oeuvre dans laquelle il faut se donner le temps d'entrer, sans précipitations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Sam 24 Déc 2011 - 11:59

aroldo a écrit:
Cello a écrit:
Quelle oeuvre me conseilles-tu à l'orchestre? Il y a Bebung pour clarinette et violoncelle solistes + ensemble qui me tente. Tu connais?

Où as-tu trouvé cela, je ne le trouve sur aucun CD ? Il y a Aus Bebung, mais c'est pour clarinette et violoncelle seuls.

C'est dans le catalogue des oeuvres qu'on trouve sur son site mais il semble en effet que ça ne soit pas enregistré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 26 Déc 2011 - 17:35

Sillages pour flûte, hautbois, clarinette et orchestre (2005)

Ah oui, ça, ça m'intéresse déjà bien plus thumleft . J'entends cette oeuvre comme une sorte de triple concerto pour bois. Mis à part le début pépiant et un ou deux moments par-ci par-là, on a affaire à une pièce très calme qui déroule lentement un dialogue entre les solistes mis en écho par l'orchestre. Pas de narration à mon avis mais un objet sonore observé et exploré sous divers angles. J'aime.

Voici une partie de la présentation sur son site:

Citation :
... dès le début. Flûte, hautbois et clarinette jouent un la - cette même note qui, avant un concert, sert de repère pour l'accord des musiciens. Deux notes s'enchaînent à ce la, puis d'autres encore, reprises par l'orchestre, qui agit comme une sorte de reflet ou de miroir déformant. Le champ sonore s'élargit, et ces figures nées dans le souffle des bois solistes acquièrent une vie propre dans la formation symphonique qui les entoure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 12:12

PS4 a écrit:
Pour revenir au contemporain, 2 expériences récentes dans des genres différents :

- Cassandre (M. Jarrell)


"Opéra parlé" pour récitante et ensemble orchestral. A priori un genre qui a tout pour me déplaire (je m'ennuie tjrs prodigieusement durant les récitatifs des opéras seria...). Mais là ça passe divinement bien à mes oreilles. L'épaisseur dramatique du propos et de la musique n'y sont sans doute pas étrangers. Du gros son, de l'impact physique... Ca bouge.
Merci pour ce commentaire qui m'incite à aller à la découverte de Cassandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 12:46

J'ai écouter l'autre jour, c'est pas mal du tout même si la musique est très descriptive, accompagnatrice d'un poème parlé quasi-continu. Et poème un peu énervant, trop didactique et redondant, une volonté de tout expliquer de façon presque scientifique qui tue plus la poésie qu'il ne l'explique.

Mais musicalement, c'est quand même une sacré ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 14:04

Siegmund a écrit:
J'ai écouter l'autre jour, c'est pas mal du tout même si la musique est très descriptive, accompagnatrice d'un poème parlé quasi-continu. Et poème un peu énervant, trop didactique et redondant, une volonté de tout expliquer de façon presque scientifique qui tue plus la poésie qu'il ne l'explique.

Mais musicalement, c'est quand même une sacré ambiance.
Tu décris assez bien ce que je redoutais dans les brefs survols que j'en ai fait, donc je sais à quoi à m'attendre, mais je vais quand même me lancer car j'aime vraiment beaucoup Jarrell.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 14:16

Oui, sans être médiocre ou futile, le poème se perd dans des phrases à rallonge et peu fluide. Qui mette en outre à l’épreuve la ligne musicale.

- "Mes frères qui faisaient de la politique au palais et qui était très méchant avec moi parce que suite au ..."

Aurait pu donner avec plus de force, de sous-entendus et de compatibilité avec la musique :
"Mes frères politiciens me harcelait"

- Je me suis caché avec le petit qui hurlait d'allégresse et chantait alors que les gros méchants s'engouffre à notre poursuite de leurs épées ils l’assassinèrent brutalement alors même que ..."

Aurait très bien donné :
"Dans les souterrain, biduletruc chanta son allégresse au nez de l'ennemi. A mon horreur, son chant se tut dans le sang".


Bref, c'est bourré de "alors que", "parce que", "il se trouve" "malgré que" ... Cette volonté de t tout faire entrer dans le texte, et même pas de la façon la plus habile, c'est pénible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 14:31

En fait on préférerait qu'elle la ferme, c'est ça ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 14:33

Même pas, c'est bien dit, c'est sûrement une comédienne professionnelle. Mais le texte est vraiment trop boursoufflé, dommage car on lui pressent des qualités de fond gâchées par la forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Swarm
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 7 Mar 2012 - 14:49

J'ai vu pas mal de ses oeuvres (puisqu'il vit aussi à Genève), notamment Galilée en 2006. J'avoue que si je n'avais pas recherché à l'instant des images sur internet pour me rafraîchir la mémoire il m'aurait été difficile de dire si j'avais vu ou non ce spectacle, qui, comme trop souvent avec la musique contemporaine, n'a laissé à peu près aucune trace chez moi. Suis-je resté jusqu'au bout? Ai-je aimé? Ou avais-je trouvé ça simplement un peu moins insupportable que du Ferneyhough ou du Brice Pauset? Difficile à dire, même si je crois me rappeler maintenant vaguement qu'il y avait quelques beaux moments.

D'ailleurs, en allant sur son site : http://www.michaeljarrell.com/en/oeuvres-fiche.php?cotage=28000 il met à disposition un court extrait PDF de sa partition, où l'on voit qu'il change de carrure rythmique presque à chaque mesure. J'ai eu beau demander autour de moi, on a tenté de m'expliquer, mais je n'ai jamais compris : à quoi est-ce-que ça sert? Est-ce que quelqu'un est capable de l'entendre? Est-ce du pur snobisme? Autant je trouve ça parfaitement audible (et donc indispensable) dans certains passages du Sacre où la pulsation est hyper présente, autant, dans une musique aussi flottante, je ne comprends tout simplement pas l'intérêt, sauf à vouloir compliquer (encore) la vie des interprètes.

Bon, pour être tout à fait honnête, il me semble que j'ai un pas trop mauvais souvenir de quelques unes des créations auxquelles j'ai du assister. Et je viens de retrouver "Music for a While" dans ma bibliothèque iTunes et en l'écoutant tout en tapant ce message, je me rends compte que, comme dans mon souvenir, toute la première partie a un certain charme avec ses textures presque spectrales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PS4
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 04/03/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Ven 9 Mar 2012 - 9:11

Siegmund a écrit:
Même pas, c'est bien dit, c'est sûrement une comédienne professionnelle. Mais le texte est vraiment trop boursoufflé, dommage car on lui pressent des qualités de fond gâchées par la forme.

C'est amusant cette réaction sur le texte. Pas faux d'ailleurs. Mais je dois avouer n'y avoir pas prêté plus d'attention que ça, captivé que j'étais par la musique...
Plus généralement c'est le problème des textes que l'on comprend immédiatement sans effort de traduction : quand c'est médiocre, ça gêne tt de suite et ça risque d'interférer avec le contenu musical. Les livrets de certains opéras bien connus (mais en langue étrangère) sont parfois assez risibles ; mais on y fait moins attention.

P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Ven 9 Mar 2012 - 12:39

ça vient de tomber : http://www.resmusica.com/2012/03/08/fanny-ardant-incarne-la-cassandre-de-michael-jarrell/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
PS4
Néophyte
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 04/03/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Ven 9 Mar 2012 - 13:45

Susanna Mälkki est vraiment très forte. Je ne l'ai pas entendue "rater" un concert jusqu'à maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swarm
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 11 Mar 2012 - 21:09

Swarm a écrit:
D'ailleurs, en allant sur son site : http://www.michaeljarrell.com/en/oeuvres-fiche.php?cotage=28000 il met à disposition un court extrait PDF de sa partition, où l'on voit qu'il change de carrure rythmique presque à chaque mesure. J'ai eu beau demander autour de moi, on a tenté de m'expliquer, mais je n'ai jamais compris : à quoi est-ce-que ça sert? Est-ce que quelqu'un est capable de l'entendre? Est-ce du pur snobisme? Autant je trouve ça parfaitement audible (et donc indispensable) dans certains passages du Sacre où la pulsation est hyper présente, autant, dans une musique aussi flottante, je ne comprends tout simplement pas l'intérêt, sauf à vouloir compliquer (encore) la vie des interprètes.

Je sais que cela ne concerne pas que Jarrell (mais carrément beaucoup - 90% ? - des compositeurs contemporains) et devrait peut-être donc aller dans un autre topic, mais si quelqu'un-e peut me donner une réponse... ce serait avec grand plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 11 Mar 2012 - 22:01

C'est une question un peu floue, surtout généralisée à "90% de la musique contemporaine".
Mais la vrai question serait "est-ce que la musique atteindrai son but sans user de ces moyens ?", et là j'ai quelque doutes. Et ce qui dans le détail peut t'apparaitre sans but, se dévoilerai sans doute mieux dans une analyse rythmique à plus grande échelle ; il faut bien sûr voir au cas par cas ; dans celui de Cassandre ici présent, la musique acquière un coté mi-flottant mi-percutant qui doit reposer sur une conception complexe.
La musique contemporaine à fais des avancées majeures sur la question rythmique, là où jusqu'au XXéme, la musique savante occidentale restait en la matière quelque peu limitée, voir carrément faible chez certains compositeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Swarm
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 11 Mar 2012 - 22:44

Bon, mon 90% ne correspond pas à grand chose, je veux bien le reconnaître. C'est juste que c'est une tendance que j'ai pu observer en regardant des partitions : ces changements permanents de carrure rythmique à chaque mesure qui sont presque systématiquement inaudibles du point de vue de l'auditeur. Et si ma question était floue, admets que ta réponse l'est tout autant : je conçois bien les avancées rythmiques réalisées au XXè siècle, mais sont-elles encore des avancées lorsqu'elles sont inaudibles?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical
avatar

Nombre de messages : 6534
Age : 29
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 11 Mar 2012 - 22:53

Je ne regarde jamais les partitions, parce que je n'en ai pas les compétences.
Inaudible cela me surprendrai beaucoup, à commencer par Cassandre qui me semble d'une construction très fine. Me surprendrai, car si l'utilité dans une mesure peut paraitre inutile, elle peut se révéler dans une continuité formant une ambiance / soubresaut qui elle sera audible.

Je ne pense pas que les "contemporains" soient les seuls à inclure dans leurs partitions des choses complexes à l'utilité à premiére vue douteuse ; ce sont des susceptibilité de la musique qui sauront se dévoiler aux auditeurs d'un certain niveau d'affinité avec l’œuvre.

Mais ça peut aussi être chose utilise mais d'un niveau d'analyse élevée, que tu ne possèdes pas forcément pour toute les œuvres de tout les courants et techniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Swarm
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 11 Mar 2012 - 23:43

En l'occurrence je parlais de l'extrait de partition de Galilée (et non Cassandre) mais cela n'a aucune importance : il ne s'agit pas du tout de Jarrell en particulier, mais d'une systématique que j'ai pu repérer chez pas mal de compositeurs contemporains dont j'ai feuilleté les partoches. Je précise que je ne cherche à attaquer personne. Juste à mieux comprendre en quoi passer de 7/8 à 4/6 puis de 5/8 à 2/2 en 4 mesures pour une musique qui n'a pas de pulsation perceptible a un véritable intérêt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81573
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 12 Mar 2012 - 1:24

Regarde la partition du Sacre où ça change tout le temps de métrique et où ça s'entend nettement.
Là c'est l'exemple extrême d'une oeuvre où ça s'entend parfaitement, il y a surement des exemples où ça ne s'entend pas du tout, on pourrait aussi bien tout mettre en 4/4 et ne déplacer que les accents, mais ça serait moins lisible pour les instrumentistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swarm
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1289
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 12 Mar 2012 - 7:48

Si tu relis mon message ci-dessus, tu verras que je dis :

Citation :
Autant je trouve ça parfaitement audible (et donc indispensable) dans certains passages du Sacre où la pulsation est hyper présente, autant, dans une musique aussi flottante, je ne comprends tout simplement pas l'intérêt, sauf à vouloir compliquer (encore) la vie des interprètes.

Je ne parle donc évidemment pas de ce type de changements... mais jette un oeil aux partitions de Jarrell sur son site...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aroldo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1778
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 12 Mar 2012 - 11:43

Les quelquefois où j'ai eu l'occasion d'entendre Jarrell parler de son travail, il ne m'a pas donné l'impression d'être spécialement porté sur la frime, j'ai donc de la peine à l'imaginer en train de truffer sa partition de pièges pour que les interprètes jouent sa musique le moins bien possible.
En ce qui me concerne, je trouve que la musique de Jarrell sonne magnifiquement bien, c'est peut-être aussi grâce à une partition riche et précise ? Il faudrait poser la question à ses interprètes ou à lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5548
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 12 Mar 2012 - 12:50

Je ne crois pas que Swarm accuse Jarrell de frimer en piégeant ses partitions sans raison. Et moi aussi, je trouve que sa musique orchestrale sonne bien. Mais Swarm soulève une question légitime sur les raisons qui poussent certains compositeurs à changer de métrique à chaque mesure sans que l'auditeur ne soit capable l'entendre. Dans quel but?

Il se peut que ça fasse partie du jeu, que son intention soit précisément de brouiller les repères mais j'avoue que ça me laisse aussi perplexe. On peut continuer ce débat ici car ça dépasse le cadre de ce fil: http://classik.forumactif.com/t5740p950-vous-et-le-contemporain-2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1482
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mar 26 Mai 2015 - 22:50

Cette année, le concours Reine Elisabeth a renoncé à son concours de composition et a fait appel à Michael Jarrell pour l'imposé violon. Ça fait du bien d'entendre de la bonne musique contemporaine au CMIREB pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83795
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Mer 27 Mai 2015 - 19:16

Ah, chouette, je vais aller voir… Effectivement, dans les concours (et notamment celui-ci), les imposés-création sont rarement passionnants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16675
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 11:09

Je l’ai déjà exprimé plus ou moins explicitement à divers endroits, mais je suis relativement sceptique vis à vis de la musique de Jarrell, et en particulier de celle qu’il a composé pour ensemble ou orchestre, qui constitue l’essentiel de son catalogue et de la discographie. Globalement, c’est que je trouve qu’elle est trop basé sur une succession d’états-tapis harmonico-atmosphériques (bien faits, certes, mais rarement plus). Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer des partitions où chaque instrument joue 25 fois la même note (ou au mieux alterne deux notes) pendant cinq mesures (ou plus), puis 25 fois une autre parce que le schéma harmonique à changé, et ça m’énerve. Bon, y a parfois un petit solo mélodique par-ci par-là, m’enfin c’est la came post-sérielle harmonisée post-Répons habituelle, sans grande originalité à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83795
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 13:01

Possible (quoique pas d'accord), mais sans rien apporter de neuf techniquement, il exprime ( Mr. Green ) quelque chose de fort, plus précisément que la plupart des autres – c'est peut-être au bout du compte littéraire encore plus que musical, mais ça lui permet de servir à quelque chose là où d'autres semblent faire de la déco.

(Au demeurant, même musicalement, je trouve que Jarrell est un réceptable remarquable de ce qui se fait de mieux – de ce qui fonctionne.)

Tout ça explique sans doute (en partie) pourquoi ça te semble « faux ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16675
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 13:13

DavidLeMarrec a écrit:
il exprime ( Mr. Green ) quelque chose de fort,
Mr.Red Je me suis fait la réflexion après avoir posté ce message. Je vais préciser brièvement les choses de l’autre côté, c’est plus simple.

DavidLeMarrec a écrit:
(Au demeurant, même musicalement, je trouve que Jarrell est un réceptable remarquable de ce qui se fait de mieux – de ce qui fonctionne.)
Je suis plutôt d’accord pour dire que Jarrell est un réceptacle remarquable d’une certaine tradition.. bon, ce qui se fait de mieux, ça reste à voir.
En revanche je trouve que son écriture instrumentale est plutôt décorative, si.

DavidLeMarrec a écrit:
Tout ça explique sans doute (en partie) pourquoi ça te semble « faux ».  
faux, je ne dirais pas, mais disons que cela ne m’intéresse pas démesurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83795
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 13:16

lucien a écrit:
En revanche je trouve que son écriture instrumentale est plutôt décorative, si.

Ça dépend des endroits et des projets : dans les œuvres avec un programme précis ou des voix, il y a des procédés atmosphériques, mais comme chez tout le monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16675
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 13:25

Sans doute. En fait, dans une œuvre comme Cassandre, je marche assez bien, parce que ça accompagne le projet, même si le style ne me parle pas plus que ça et que j’aurais préféré un peu plus de matière musicale. Mais dans les œuvres instrumentales sans solistes, je trouve ça un peu faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 83795
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 13:47

Cassandre est un peu à part, la musique n'y a pas vraiment de direction propre, l'essentiel repose sur son rapport au texte, voire spécifiquement sur la déclamation de la comédienne. Pour moi, la quantité d'informations est très bien calibrée dans ses « poèmes symphoniques », à la fois beaucoup à écouter et un nombre d'informations suffisamment limité pour que ça reste perceptible à l'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5270
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 14:42

Je vois assez bien ce que veut dire Lucien, mais:
1. Je n'ai pas l'impression qu'il y ait tant d'œuvres que cela qui soient purement pour ensemble: outre les œuvres de chambre, la plupart me semblent en effet conçues dans une logique essentiellement concertante, avec un ou plusieurs instruments solistes, ou d'accompagnement de la déclamation (dans Cassandre ou Adtende, ubi albescit veritas récemment entendu au concert).
2. Je crois que la logique qui prévaut dans toutes ces œuvres (voir en particulier le disque Aeon dirigé par Rophé, avec ...prismes-incidences..., Sillages et Abschied) est précisément celle qui consiste à donner à des lignes mélodiques solistes une sorte de cadre / trame / miroir / nimbe atmosphérique, efficace et fonctionnel (enfin, je trouve) - logique qui a en effet quelque chose de «traditionnel» (ou d'artisanal, pour reprendre un terme que Jarrell affectionne pour décrire sa démarche).
3. Il me semble aussi que Jarrell ne cherche pas à (s')abuser sur l'aspect inessentiel de ces parties d'accompagnement dans la mesure où il a livré à plusieurs reprises des œuvres qui sont en fait la version soliste de ses œuvres concertantes (tout le disque Solos chez Aeon aussi) - et là, il ne s'agit pas d'arrangements pour soliste, mais vraiment de la partie soliste privée de son accompagnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16675
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Dim 19 Juin 2016 - 14:58

Benedictus a écrit:
Je vois assez bien ce que veut dire Lucien, mais:
1. Je n'ai pas l'impression qu'il y ait tant d'œuvres que cela qui soient purement pour ensemble: outre les œuvres de chambre, la plupart me semblent en effet conçues dans une logique essentiellement concertante, avec un ou plusieurs instruments solistes, ou d'accompagnement de la déclamation (dans Cassandre ou Adtende, ubi albescit veritas récemment entendu au concert).
2. Je crois que la logique qui prévaut dans toutes ces œuvres (voir en particulier le disque Aeon dirigé par Rophé, avec ...prismes-incidences..., Sillages et Abschied) est précisément celle qui consiste à donner à des lignes mélodiques solistes une sorte de cadre / trame / miroir / nimbe atmosphérique, efficace et fonctionnel (enfin, je trouve) - logique qui a en effet quelque chose de «traditionnel» (ou d'artisanal, pour reprendre un terme que Jarrell affectionne pour décrire sa démarche).
3. Il me semble aussi que Jarrell ne cherche pas à (s')abuser sur l'aspect inessentiel de ces parties d'accompagnement dans la mesure où il a livré à plusieurs reprises des œuvres qui sont en fait la version soliste de ses œuvres concertantes (tout le disque Solos chez Aeon aussi) - et là, il ne s'agit pas d'arrangements pour soliste, mais vraiment de la partie soliste privée de son accompagnement.

C’est fort intéressant ce que tu dis là, et je suis tout à fait d’accord. En fait, quand je disais que l’essentiel de son catalogue (enregistré) est pour ensemble/orchestre, je voulais dire qu’il comprend un ensemble/orchestre. Ensuite, il est vrai qu’un très grand nombre d’œuvres ont (explicitement ou non) une partie soliste. C’est justement ce que tu décris (très bien) qui ne m’enthousiasme pas des masses : dans une œuvre concertante, quand l’accompagnement est... un accompagnement, tout juste là pour donner une toile de fond (efficace, oui), je ne suis pas tellement client. C’est valable pour le répertoire plus ancien, d’ailleurs, et pas seulement concertant... c’est ce que je reproche à un certain nombre d’œuvres pour piano solo de Ravel, par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lulu
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16675
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Lun 11 Juil 2016 - 20:37

Je reviens sur ce que je disais. J’ai réécouté deux œuvres assez anciennes, Modifications (piano et ensemble, 1987) et Essaims-Cribles (clarinette basse et ensemble, 1986), et manifestement ce que je disais s’y applique mal. En tout cas on n’est pas du tout dans des trucs à la Music for a While, c’est certain.
J’ai une grande affection pour Modifications. Je me rappelle que c’est d’ailleurs cette œuvre qui m’avait fait accrocher à Jarrell, alors que ce que j’avais écouté jusque-là (le cd dans la collection « Compositeurs d’aujourd’hui », notamment)... bof. Ici on n’est pas du tout dans ce que je disais, ou en tout cas très rarement. La parenté avec Boulez n’en est que plus criante. Ça se rapproche même considérablement de Manoury. Ce n’est certes pas ce qui se fait de plus original en 1987, mais c’est fait avec beaucoup de talent et d’attention sur les couleurs, etc.
Essaims-Cribles, j’en ressors toujours avec une impression mitigée. J’ai à nouveau cette impression que l’accompagnement de l’ensemble n’est pas très utile la plupart du temps et que le soliste n’est pas beaucoup plus consistant, alors que sur le papier l’écriture n’a pas l’air si différente de celle de Modifications (mais je n’ai pas la partition pour le confirmer). Je ne sais pas très bien à quoi c’est dû. Ce qui est sûr quand même, c’est que c’est que le résultat est fort différent. Modifications est beaucoup plus « net », avec les traits du piano qui domine, alors que dans Essaims-Cribles il y a beaucoup de passages à atmosphères (très particulières) et les notes se font souvent oublier. Mais je ne sais pas trop pourquoi je ne suis que moyennement convaincu, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5270
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Michael Jarrell   Ven 13 Avr 2018 - 23:14


... mais les images restent...
Aus Bebung (1995) pour clarinette et violoncelle.
Assonance III (1989) pour clarinette basse, violoncelle et piano.
… mais les images restent… (2003) pour piano.
… es bleibt eine zitternde Bebung… (Nachlese III) (2007) pour clarinette, violoncelle et orchestre.

Ernesto Molinari (clarinette, clarinette basse), Thomas Demenga (violoncelle), Marino Formenti (piano), Peter Rundel / WDR Sinfonieorchester.
Cologne, I.2009
æon


Une magnifique monographie autour de combinaisons instrumentales assez typiques la manière de Jarrell, et où le soin «artisanal» porté aux couleurs et aux grains instrumentaux me touche toujours autant - d’une manière très physique: je connais peu de compositeurs contemporains qui possèdent ce sens très fin de la matérialité des sons instrumentaux et de leurs alliages.

Programme en outre assez représentatif de son évolution: d’Assonance III, très post-boulézien (cette façon de toujours sembler faire dériver les uns des autres, parfois de manière proliférante, des gestes musicaux presque violents et des matériaux sonores presque fragiles, avec quelque chose d’intensément précis) aux compositions des années 2000, où ce langage musical, lui-même peu différent, se réinscrit dans des cadres formels plus traditionnels: dans ... mais les images restent..., on sent se structurer comme un discours qui semble toujours «tremblé» ou en déplacement, entre les traits pianistique et une écriture mélodique atonale mais très prégnante, et que j’ai trouvé souvent d’une grande force expressive, réellement très émouvante; dans … es bleibt eine zitternde Bebung… (Nachlese III), on est davantage dans la logique concertante que j’évoquais un peu plus haut dans ce fil: autour des lignes mélodiques de la clarinette et du violoncelle, l’orchestre déploie dans une sorte d’arrière-pays sonore, tantôt en miroir tantôt en dérivation, des atmosphères d’une richesse et d’une finesse de nuances inouïes.

Et puis, il y a Aus Bebung, dont pour le coup l’atmosphère suspendue, mystérieuse, nocturne, ténue, comme nimbée dans les couleurs de la clarinette et du violoncelle m’ont totalement bouleversé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michael Jarrell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michael Jarrell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michael Jarrell
» HAPPY BIRTHDAY MICHAEL !
» beLIEve me michael jackson is still alive
» Dobros Michael Kelly (Quaterman d'origine & pas chers)
» Michael Jackson Bad Souvenir Picture Disc Singles Pack

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: