Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rossini : Ouvertures

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bartlebooth
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Rossini : Ouvertures   Jeu 9 Juin 2005 - 12:38

...


Dernière édition par le Mer 21 Déc 2005 - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82433
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Jeu 9 Juin 2005 - 13:20

Rossini ce n'est pas trop mon rayon, mais sur ce site (http://membres.multimania.fr/juteauf/) tu trouveras un petit comparatif des disques consacrés à ses ouvertures.
Personnellement j'en ai par Chailly et j'a trouvé ça très bon, très en place et très dynamique.

P.S: je renomme ton topic parce que les "conseils discographiques" c'est plus ou moins le propre de cette rubrique! 😉
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bartlebooth
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 10 Juin 2005 - 10:39

..


Dernière édition par le Mer 21 Déc 2005 - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 531
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Jeu 7 Juil 2005 - 8:37

Là encore je n'hésiterai pas à recommander Celibidache dans ce disque:



Le Guillaume Tell est une vraie splendeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 45
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 8 Juil 2005 - 16:32

Alex a écrit:
Là encore je n'hésiterai pas à recommander Celibidache dans ce disque:



Le Guillaume Tell est une vraie splendeur.
Celibidache dans Rossini... on aura tout entendu...
Thumb down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 531
Date d'inscription : 25/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 8 Juil 2005 - 21:20

encolpio a écrit:
Celibidache dans Rossini... on aura tout entendu...
Thumb down

Le post est là pour recueillir des opinions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 45
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Sam 9 Juil 2005 - 11:10

Alors une interprétation que j'adore, mais pas forcement celle à écouter en premier : Fricsay, Ouvertures et préludes de Rossini et Verdi:
Il barbiere di Siviglia, Tancredi, Il signor Bruschino, la gazza ladra, Semiramide; Nabucco, la Traviata (acte 1 et 3), la Forza del destino, Aida, I vespri siciliani...
Versions sombres, très incisives; Semiramide est un sommet de richesses orchestrales.

Pour une première approche: voir tout de même en premier lieu: Toscanini, Reiner, Guilini et Abbadoen dernier choix.

Pour les ouvertures de Verdi, celles de Fricsay sont peut être les plus belles jamais gravées...


Dernière édition par le Lun 7 Nov 2005 - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon240
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 42
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 7 Oct 2005 - 16:59

Je te recommande les ouvertures de Rossini par Riccardo Muti : terrible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.volvoforlife-fr.com
Dragon240
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 42
Date d'inscription : 05/10/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 7 Nov 2005 - 11:20

encolpio a écrit:
Alex a écrit:
Là encore je n'hésiterai pas à recommander Celibidache dans ce disque:



Le Guillaume Tell est une vraie splendeur.
Celibidache dans Rossini... on aura tout entendu...
Thumb down

tu m'étonnes, ça doit etre qqchose, l'ouverture de Guillaume Tell :face:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.volvoforlife-fr.com
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 8 Nov 2005 - 2:20

Dragon240 a écrit:
encolpio a écrit:
Alex a écrit:
Là encore je n'hésiterai pas à recommander Celibidache dans ce disque:



Le Guillaume Tell est une vraie splendeur.
Celibidache dans Rossini... on aura tout entendu...
Thumb down

tu m'étonnes, ça doit etre qqchose, l'ouverture de Guillaume Tell :face:

Oh oui, surtout le galop final! Enfin, je veux dire le trot! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kolaps
Jaquette man
avatar

Nombre de messages : 158
Localisation : Rambouillet
Date d'inscription : 11/09/2005

MessageSujet: Ouvertures Rossini   Ven 11 Nov 2005 - 18:39

Moi, j'ai une préférence pour Neville Marriner avec l'Academy of Saint Martin in Fields, enregistrement des années 70 chez Philips.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1261
Age : 45
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 23 Jan 2007 - 18:08

Xavier a écrit:
Rossini ce n'est pas trop mon rayon, mais sur ce site (http://membres.multimania.fr/juteauf/) tu trouveras un petit comparatif des disques consacrés à ses ouvertures.
Personnellement j'en ai par Chailly et j'a trouvé ça très bon, très en place et très dynamique.

P.S: je renomme ton topic parce que les "conseils discographiques" c'est plus ou moins le propre de cette rubrique! 😉

Si je puis me permettre, il y a dans le site de Monsieur Juteau que j'ai pas mal consulté à une époque quelques coquilles, et des choses dont il faudrait discuter avec lui.
IL semble de plus n'accorder aucun crédit aux "dépoussiérages" de certaines oeuvres faites par les baroqueux comme Harnoncourt, Leonhardt, etc...

Quant à Celibidache, peut on savoir combien dure l'ouverture de Guillaume Tell ?

J'ai Chailly en ce qui me concerne, ça me va très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9357
Date d'inscription : 10/03/2006

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 23 Jan 2007 - 19:24

Richard a écrit:
Quant à Celibidache, peut on savoir combien dure l'ouverture de Guillaume Tell ?
1h15 pourquoi ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1261
Age : 45
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 23 Jan 2007 - 21:39

Zoilreb a écrit:
Richard a écrit:
Quant à Celibidache, peut on savoir combien dure l'ouverture de Guillaume Tell ?
1h15 pourquoi ? Laughing

Sans les applaudissements, rassure moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianofortiste
Mélomane averti


Nombre de messages : 225
Age : 58
Localisation : TOULON
Date d'inscription : 15/07/2006

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 26 Jan 2007 - 10:24

Tiens un autre admirateur de Fricsay a frappé ! j'approuve 100% ! et les extraits de Bizet couplés avec....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://accordsenscene.free.fr
tria
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2008

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mer 13 Fév 2008 - 8:26

j'adore l'ouverture de son opera l"echelle de soie qu'elle qu'un la déjà entendu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polonsky
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 186
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:36

Sujet un peu négligé que ces ouvertures de Rossini, tubes pendant un demi-siècle du répertoire des grands orchestres (pour quelques unes en tout cas) et aujourd'hui un peu chasse gardé de "spécialistes"qui se font une joie de les vider de toute substance...

Une ouverture favorite ? Une discographie comparée (d'une ou plusieurs) ? Moi je suis prêt à m'y coller pour l'Italienne à Alger, par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 29
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:39

Vidées de toute substance? C'est-à-dire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
Polonsky
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 186
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:42

MickeyZeVrai a écrit:
Vidées de toute substance? C'est-à-dire?

Disons qu'elles ont été neutralisées, rabougries. Ecouter Chailly (dans ses deux disques d'ouvertures) est pour moi une punition: manque d'inventivité, tempo invariablement mou, couleurs fânées...

Je dis Chailly, mais il y en a d'autres. Pas tellement d'ailleurs, puisque les anthologies deviennent rares au disque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 29
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:47

Bon.

Les ouvertures constituent la partie qui m'intéresse le moins chez Rossini, mais s'il y en avait une à garder, je penserais à... celle de... du Viaggio a Reims, qui n'en est pas une! Non, définitivement, les ouvertures de Rossini m'ennuient. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
adriaticoboy
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:57

J'imagine, Polonsky, que tu vas citer Reiner parmi tes références dans ces ouvertures... et là je ne pourrai qu'être d'accord! Son disque est formidable, un pur bonheur musical, d'une virtuosité époustouflante!


Dernière édition par adriaticoboy le Mar 7 Oct 2008 - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polonsky
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 186
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 0:59

adriaticoboy a écrit:
J'imagine, Polonsky, que tu vas citer Reiner parmi tes références dans ces ouvertures... et là je ne pourrais qu'être d'accord! Son disque est formidable, un pur bonheur musical, d'une virtuosité époustouflante!

Je ne pourrais mieux dire... C'est un disque extraordinaire et jubilatoire, il faut avoir entendu son ouverture de "Guillaume Tell" au moins une fois dans sa vie !

Dommage que le disque soit si court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9415
Age : 58
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 1:21

Polonsky a écrit:
adriaticoboy a écrit:
J'imagine, Polonsky, que tu vas citer Reiner parmi tes références dans ces ouvertures... et là je ne pourrais qu'être d'accord! Son disque est formidable, un pur bonheur musical, d'une virtuosité époustouflante!

Je ne pourrais mieux dire... C'est un disque extraordinaire et jubilatoire, il faut avoir entendu son ouverture de "Guillaume Tell" au moins une fois dans sa vie !

Dommage que le disque soit si court.

J'ai entendu cette ouverture grâce au cd "diapason", j'ai crû à une blague l'ouverture ressemblait à une marche funèbre (sans exagéré), j'ai trouvé cela grotesque…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polonsky
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 186
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 1:30

Jaky a écrit:

J'ai entendu cette ouverture grâce au cd "diapason", j'ai crû à une blague l'ouverture ressemblait à une marche funèbre (sans exagéré), j'ai trouvé cela grotesque…

Euh...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 14:49

J'adore celle de l'Italienne à Alger! J'ai Ivan Fischer, c'est génial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polonsky
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 186
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/11/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 16:52

Spiritus a écrit:
J'adore celle de l'Italienne à Alger! J'ai Ivan Fischer, c'est génial.

Toi aussi ! Et les compléments ne sont pas mal non plus, en particulier sa 7è de Beethoven...

J'aime beaucoup l'ouverture de l'Italienne à Alger, pas aussi ambitieuse que les dernières, mais particulièrement heureuse mélodiquement et sur le plan de l'orchestration: quelles couleurs, quel humour et quelle joie.

Je renonce à énumérer le nombre d'enregistrements de cette ouverture, mais plusieurs dizaines en tout cas:

- Norrington/London Classical Players (Virgin Classics): Norrington aime bien Rossini, mais ça ne suffit pas à faire un grand disque. Relativement spectaculaire (andante retenu, et allegro un peu plus nerveux, gros contrastes dynamiques, ralentissements saugrenus) et superficielle, l'ouverture frise la vulgarité sans jamais y tomber. Reste un plaisir certain, notamment dans les jolies couleurs de l'orchestre, mais aussi une sensation pachydermique qui accuse sans les transcender les facilités de Rossini.

- Fey/Heidelberg (Hänssler): une version assez incompréhensible. Tempo d'entrée très très retenu, accords martelés, cuivres en avant et percussions en folie. Malgré ce traitement aux forceps, il ne se passe pas grand chose... Ce machin hésite entre Rossini et Suppe. Les ralentissements sont particulièrement irritants tant ils semblent nous dire, regardez comme c'est joli. Beaucoup d'intentions pour un résultat assez catastrophique. Les spectateurs de ce concert du 1er janvier sont visiblement contents. Moi, un peu moins.

- Marriner/ASMIF (Philips): a réalisé une anthologie exhaustive des ouvertures de Rossini. Son Italienne est à l'image des autres, vive, légère et un rien superficielle (partition révisée, le piccolo remplace notamment la flûte dans les échanges savoureux entre hautbois, bassons et piccolo), mais quelles cordes !

- Orpheus Chamber Orchestra (DG): cet orchestre de chambre propose une vision équilibrée, plutôt claire, assez proche de Neville Marriner (cf supra) mais en un peu plus spectaculaire. Dommage que le tempo soit parfois un peu prudent et que les cordes ne conduisent pas le discours avec plus d'autorité.

- Abbado/LSO (DG): un enregistrement très sérieux, mais un peu vieillot. Vision plutôt symphonique (Le London Symphony dans un jour moyen). Introduction très classique et très lente, un peu trop sérieuse (ce n'est plus andante, mais adagio). Pas de quoi passionner les foules, mais c'est solide, un peu opaque également. Sur le même disque, la belle ouverture du Siège de Corinthe est nettement plus réussie.

- Abbado/COE (DG): Pour le bicentennaire de la naissance de Rossini, Abbado remet le couvert avec le Chamber Orchestra of Europe (avec le même orchestre il enregistre une seconde version du Barbier). L'orchestre est réduit (moins de cordes), mais la vision d'ensemble n'est que marginalement modifiée (le tempo d'ensemble est un peu plus rapide). On note le soin apporté à la gradation dynamique, aux alliages orchestraux plus subtils, et aux couleurs plus crues des solos. Résultat, une transparence accrue, qui fait gagner en jubilation (dans les passages forte de l'allegro, on entend plus distinctement tous les instruments), mais l'ensemble reste un peu apprêté, et un rien sec.

- Fricsay/Philarmonique de Berlin (DG): dans une mono un peu sèche, Fricsay enregistre une Italienne à Alger terriblement sérieuse, on est pas là pour rigoler. Contrairement à Abbado, l'andante introductif est pris à un tempo plus allant et la direction de Fricsay évite toute opacité. Il ne se précipite pas dans l'allegro, ce qui évite de désarticuler l'ouverture. Reste une approche un peu prudente. Je mets cette relative extériorité sur le compte d'une rencontre médiocre avec le Philarmonique de Berlin. Avec son orchestre de la RIAS on trouve sur le même disque plus de générosité, et notamment une grande réussite (l'ouverture de Tancredi).

- Chailly/National Philarmonic Orchestra (Decca): grosse déception. Orchestre sans couleurs, direction peu concernée, apathie générale. Un traitement similaire est réservé à peu près à toutes les ouvertures de cette anthologie. Plus récemment, Chailly fera mieux avec l'orchestre de La Scala, mais l'Italienne à Alger n'y figure pas.

- Giulini/Philarmonia (EMI): conception assez proche de celle de Fricsay, mais avec un orchestre plus heureux, et un peu plus de plaisir sonore. Aucune folie néanmoins et pas beaucoup de théâtre.

- Toscanini/NBC (RCA): très grande version, hélas dans une mono moyenne de 1950 (live). L'andante est pris sur un tempo idéal (allant avec des accès de nervosité) et s'ensuivent sept minutes de bonheur. Jamais Toscanini ne traîne en chemin, mais quelle classe. Excitant et jubilatoire.

- Toscanini/New-York: très proche du précédent, mais dans un son très médiocre (1936).

- Dorati/Minneapolis (Mercury): dans une stéréo spectaculaire des années 50, voilà une version qui ne ressemble à aucune autre, sinon Toscanini. L'andante introductif est pris encore plus rapidement que son illustre aîné, et il donne le sentiment de ne pas créer de rupture dans l'allegro. C'est une version presque déstabilisante, tant il refuse de céder à l'ivresse. Mais par contre (malgré un orchestre plus robuste que soyeux), aucune autre version ne fait aussi bien entendre l'orchestration rossinienne. Et comme il prend tout l'allegro à un même tempo, il utilise toutes les ressources de l'orchestration pour faire croître l'excitation musicale.

- Szell/Cleveland (Sony): Attention au choc ! Dans une excellente stéréo, Szell propose la version la plus jubilatoire que je connaisse. L'orchestre est somptueux (inégalé), le rythme est parfait, et comme jamais Szell nous donne à la fois la noblesse, l'humour et le théâtre. Si vous trouviez que Szell était un chef uniquement soucieux d'objectivité et de sérieux, écoutez ce disque. On peut y entendre au contraire une irrésistible séduction sonore, un hédonisme et pourtant toujours une incroyable maîtrise. Je n'en finirai pas de louer chaque pupitre (ce hautbois !!!). Jamais ensuite vous n'entendrez plus cette ouverture sans avoir un pincement au coeur en souvenir de ce que Szell a réalisé ici. Prodigieux !

- Bernstein/New-York (Sony): je ne savais trop à quoi m'attendre avec un Bernstein capable du meilleur comme du pire. Hé bien ici, c'est le meilleur. L'andante est pris sur un tempo parfait, avec une réponse idéale de l'orchestre et un chef qui souligne remarquablement les accents. Mais l'allegro qui s'ensuit est tout simplement ébouriffant: tempo extrèmement rapide (les cordes sont parfois à la limite) qui rend cette musique absolument irrésistible. Bernstein ici file droit, au risque de la superficialité, cependant l'ouverture est emmenée avec tellement de conviction que tout passe (même ce tempo tellement preste qu'il masque un peu la subtile orchestration de Rossini. Alors ce n'est pas une version à mettre entre des oreilles puritaines, mais quelle joie d'entendre un chef prendre au sérieux cette musique, c'est à dire non pas la rendre inconsistante mais l'emporter à ses limites, de faire resortir toutes ses potentialités. Sans être aussi parfait que chez Szell, le Philarmonique de New-York est dans un jour glorieux et la fin de l'ouverture est cataclysmique. Si les autres ouvertures de Rossini sur le disque sont nettement moins intéressantes, celle de l'Italienne, extravertie comme aucune autre est indispensable !


Pour conclure, sont indispensables:



Szell, la meilleure version



Toscanini, plus rigoureux que Szell, mais aussi moins séduisant



Bernstein: délirant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 20:16

MickeyZeVrai a écrit:
Les ouvertures constituent la partie qui m'intéresse le moins chez Rossini,
Il ne faut pas demander à des catégorie 3 l'impossible, LieberZeVrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste


Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 20:19

merci Polonsky pour ces commentaires très intéressants!

Tout à fait d'accord sur Ivan Fischer, ce disque est une immense réussite (je l'avais commenté sur classiqueinfo au mois de mai je crois)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickeyZeVrai
Pas legatissimo
avatar

Nombre de messages : 2984
Age : 29
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 20:20

DavidLeMarrec a écrit:
MickeyZeVrai a écrit:
Les ouvertures constituent la partie qui m'intéresse le moins chez Rossini,
Il ne faut pas demander à des catégorie 3 l'impossible, LieberZeVrai.
C'est laquelle déjà cette catégorie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://homondieu.blogspot.com/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85585
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 20:59

MickeyZeVrai a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
MickeyZeVrai a écrit:
Les ouvertures constituent la partie qui m'intéresse le moins chez Rossini,
Il ne faut pas demander à des catégorie 3 l'impossible, LieberZeVrai.
C'est laquelle déjà cette catégorie?
http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2008/07/27/997#c3986
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9415
Age : 58
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Mar 7 Oct 2008 - 21:43

Polonsky a écrit:
Jaky a écrit:

J'ai entendu cette ouverture grâce au cd "diapason", j'ai crû à une blague l'ouverture ressemblait à une marche funèbre (sans exagéré), j'ai trouvé cela grotesque…

Euh...
Je parlai de la direction de Reiner, bien sûr! pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 24 Sep 2012 - 19:57

Je garde un faible pour un disque Decca de mai 1952 : seulement quatre Ouvertures (Sémiramide, L'Echelle de soie, La Pie voleuse, Guillaume Tell), mais miraculeuses interprétations par un chef qui n'enregistra jamais aucun opéra ! Eduard van BEINUM.
C'est léger mais racé, décidé mais spirituel. Et un orchestre aux timbres de rêve, celui du Concertgebouw d'Amsterdam.
Une anthologie à thésauriser, comme celle de Ferenc FRICSAY (DG) ou George SZELL (CBS).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6917
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 24 Sep 2012 - 20:55

Mélomaniac a écrit:
Je garde un faible pour un disque Decca de mai 1952 : seulement quatre Ouvertures (Sémiramide, L'Echelle de soie, La Pie voleuse, Guillaume Tell), mais miraculeuses interprétations par un chef qui n'enregistra jamais aucun opéra ! Eduard van BEINUM.
C'est léger mais racé, décidé mais spirituel. Et un orchestre aux timbres de rêve, celui du Concertgebouw d'Amsterdam.
Une anthologie à thésauriser, comme celle de Ferenc FRICSAY (DG) ou George SZELL (CBS).
dommage que les tempi soient souvent trop lents!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 24 Sep 2012 - 22:30

Otello a écrit:

dommage que les tempi soient souvent trop lents!

Les partitions que je connais (Breitkopf & Härtel) ne comportent pas d'indication métronomique, sauf pour Guillaume Tell. J'ignore d'ailleurs si elles proviennent de Rossini lui-même. En tout cas, je n'ai pas l'impression que BEINUM traîne, contrairement à REINER au début de Guillaume Tell, et à CELIBIDACHE constamment (bien sûr...)
Quels sont les endroits où le chef hollandais vous paraîtrait trop lent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6917
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 24 Sep 2012 - 23:09

Mélomaniac a écrit:
Quels sont les endroits où le chef hollandais vous paraîtrait trop lent ?
rien que toute l'ouverture de Semiramide est trop lente! Rossini a une écriture beaucoup plus énergique et rapide que ça.

je vous laisse comparer avec ça:

https://www.youtube.com/watch?v=ovA25rjISn4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 1 Oct 2012 - 22:58

Otello a écrit:
Mélomaniac a écrit:
Quels sont les endroits où le chef hollandais vous paraîtrait trop lent ?
rien que toute l'ouverture de Semiramide est trop lente! Rossini a une écriture beaucoup plus énergique et rapide que ça.

je vous laisse comparer avec ça:

https://www.youtube.com/watch?v=ovA25rjISn4

Merci du tuyau. J'ai écouté, et comparé.

L'interprétation que tu as proposée m'a électrisé ; j'en ai encore les poils qui se dressent. Du moins ceux qui me restent.
C'est grisant, jubilatoire, survolté, mais pas toujours rassasiant. Les attaques sont sur le fil du rasoir, la diction diabolique (dommage que la percussion ne soit pas aussi précise que les cordes) à défaut de variété. Comme souvent dans ce type d'approches à la cravache, les fins de phrases ou de traits tendent à s'élimer quand elles ne pensent qu'à avaler la mesure suivante. fouet

Préalablement, j'ai réécouté la Sémiramide de Giulini, pour me mettre à l'esprit une lecture que je connais bien. Je reste sensible à son bon goût, son élégance, son lyrisme bien dosé, mais ce soir il m'a moins séduit qu'à l'habitude. Il en va ainsi de certaines versions excessivement auréolées par leur souvenir...

Puisque nous disputions de tempo, y a pas photo, rien qu'à considérer la durée de cette vidéo.
Quel que soit le passage, l'Alessandro Siciliani entendu dans ton extrait est constamment plus rapide.

Voilà quelques repères métronomiques que j'ai calculés.
Beinum est pointu et truculent dans l'allegro vivace liminaire.
Dans l'Andantino de l'introduction, Giulini est le plus lent des trois : noire pointée à 34 (0mn39-4mn45) / à 40 pour Beinum (0mn36-4mn05) / à 50 pour Siciliani (0mn29-3mn17).
Carlo-Maria se montre ensuite un peu plus vif que son confrère néerlandais dans l'Allegro, surtout dans la conclusion.
Dans la première section, Giulini adopte ainsi une noire à 144 (4mn45-6mn28) / à 136 pour Beinum (4mn45-6mn28) / à 179 (sic) pour Siciliani (3'17-4'40) drapeau

Dans la deuxième section, les écarts s'amoindrissent, du fait que j'ai inclus dans ce passage le rallentendo que Siciliani pratique ostensiblement, moyennant toutefois une noire à 137 (4mn40-6mn46) / à 120 pour Giulini (6mn28-8mn52) / à 121 pour Beinum (5mn54-8mn17).

salut Chapeau à ce furieux poulain qui abat la bride jusqu'à la fin ! J'ai un soudain doute : une réincarnation de Toscanini ?
Beinum m'a une fois encore enchanté : affûté, crépitant, mais surtout foisonnant, imaginatif. Dans l'absolu, je ne le trouve aucunement trop lent, ce qui serait le cas si on s'ennuyait ou que les idées fussent trop prévisibles (Celibidache...) elephant

Or le chef hollandais respire l'évidence, l'intelligence et le plaisir. Sa gestion des crescendos reste pour moi un modèle. Il exploite au coeur même de ses phrasés et des capiteuses textures instrumentales du Concertgebouworkest toutes les ressources expressives qui font défaut à des baguettes plus superficiellement actives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Rossini Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 19:13

Bonjour

Je viens d'écouter les ouvertures par Abbado avec l'Orchestre de Chambre d'Europe - QUELLE CLAQUE  affraid 
Il y a de l'électricité dans l'air ; l'orchestre sonne comme jamais et l'enregistrement est superlatif
A recommander chaudement à qui veux passer un moment de pur bonheur
C'est simple , je ne pourrais plus écouter les autres versions que je possède déjà (Karajan , Giulini , Szell , Abbado avec LSO , Marriner et Chailly)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8376
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 20:36

LeKap a écrit:
Bonjour

Je viens d'écouter les ouvertures par Abbado avec l'Orchestre de Chambre d'Europe - QUELLE CLAQUE  affraid 
Il y a de l'électricité dans l'air ;  l'orchestre sonne comme jamais et l'enregistrement est superlatif
A recommander chaudement à qui veux passer un moment de pur bonheur
C'est simple , je ne pourrais plus écouter les autres versions que je possède déjà  (Karajan , Giulini , Szell , Abbado avec LSO , Marriner et Chailly)


Oui, c'est vrai ; et je reste persuadé qu'on a trop mésestimé son Barbiere II qui dépasse largement de la tête et des épaules le premier (et l'orchestre n'y est pas pour rien pas vert mais d'une mobilité saisissante, dans la couleur, les dynamiques, etc).
Ceci dit, en terme d'électricité, Szell reste tout de même assez incroyable (Guillaume Tell) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 20:59

bAlexb a écrit:
LeKap a écrit:
Bonjour

Je viens d'écouter les ouvertures par Abbado avec l'Orchestre de Chambre d'Europe - QUELLE CLAQUE  affraid 
Il y a de l'électricité dans l'air ;  l'orchestre sonne comme jamais et l'enregistrement est superlatif
A recommander chaudement à qui veux passer un moment de pur bonheur
C'est simple , je ne pourrais plus écouter les autres versions que je possède déjà  (Karajan , Giulini , Szell , Abbado avec LSO , Marriner et Chailly)


Oui, c'est vrai ; et je reste persuadé qu'on a trop mésestimé son Barbiere II qui dépasse largement de la tête et des épaules le premier (et l'orchestre n'y est pas pour rien pas vert mais d'une mobilité saisissante, dans la couleur, les dynamiques, etc).
Ceci dit, en terme d'électricité, Szell reste tout de même assez incroyable (Guillaume Tell) !

Oui Szell est très bien - mais je ai jamais eu cet uppercut avec une autre version
En ce qui concerne la Barbier / Domingo / Abbado je l'ai quelque part qui traine mais jamais écouté - faudrait que je m'y mette - l'ancienne version avec LSO n'est pas mal quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 21:12

Smile Y a même carrément un sujet spécifique pour les Ouvertures, qui ne demande qu'à être abondé : http://classik.forumactif.com/t6-rossini-ouvertures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 21:15

Mélomaniac a écrit:
Smile Y a même carrément un sujet spécifique pour les Ouvertures, qui ne demande qu'à être abondé : http://classik.forumactif.com/t6-rossini-ouvertures


Je suis allé dans index discographie > Rossini > oeuvres orchestrales ( y pas "ouvertures") - donc j'ai pioché là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8376
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 21:21

LeKap a écrit:
l'ancienne version avec LSO n'est pas mal quand même

C'est pas le sujet et on a dû en parler ailleurs dans le sujet ad hoc mais, pour moi, la version LSO non seulement ne m'a jamais passionné, mais m'est apparue parfaitement insipide dès lors que j'ai placé (il y a... ouh la la, au moins tout ça) l'opus 2 dans ma platine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeKap
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1392
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 21:28

bAlexb a écrit:
LeKap a écrit:
l'ancienne version avec LSO n'est pas mal quand même

C'est pas le sujet et on a dû en parler ailleurs dans le sujet ad hoc mais, pour moi, la version LSO non seulement ne m'a jamais passionné, mais m'est apparue parfaitement insipide dès lors que j'ai placé (il y a... ouh la la, au moins tout ça) l'opus 2 dans ma platine !


En fait c'est comme passer d'Abbado / LSO à Abbado / ECO pour les ouvertures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82433
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 3 Fév 2014 - 22:40

LeKap a écrit:
Je suis allé dans index discographie > Rossini > oeuvres orchestrales ( y pas "ouvertures")

Ben si justement, y a.

Je déplace...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronald_Paris
Néophyte


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Guillaume Tell Ouverture: Final. Quel enregistrement de réf?   Lun 2 Mar 2015 - 5:47

Bonjour à tous,

Je me suis mis en tête d'acheter ce morceau sur iTunes il y a quelques jours. Le nombre d'interprétations disponible est colossal (j'exagère peut-être, je vous le fais à "conséquent" si vous insistez) et comme je suis plus que novice dans la matière je n'ai pas su quoi choisir.

Du coup, j'ai pris au hasard. Attention on joue pour 0.99 Euros ! Le hasard fait parfois bien les choses, mais pas là ! J'ai l'impression d'écouter un vinyle de mon grand-père ayant était écouté 100 000 fois et qui aurait été numérisé par un enfant de 6 ans avec un dictaphone... C'est à peine écoutable.

Auriez-vous une interprétation de référence à me conseiller pour ces quelques minutes énergiques qui ont bercé ma jeunesse étudiante (générique du carrefour de l'Odéon) ?

Bonne soirée.

Ronald
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3183
Age : 43
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Lun 2 Mar 2015 - 8:06

Bonjour,
Celle de Carrefour de l'Odéon est Abbado/Orchestre de Chambre d'Europe, évoquée dans le fil consacré à la discographie des ouvertures de Rossini :
http://classik.forumactif.com/t6-rossini-ouvertures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Jeu 26 Avr 2018 - 23:42

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Gioachino Rossini (1792-1868) :

La Scala di Seta, -Ouverture
Il Signor Bruschino, -Ouverture
Il Barbiere di Siviglia, -Ouverture
L'Italiana in Algeri, -Ouverture

= Carlo Maria Giulini, Philharmonia Orchestra


(Columbia, juin 1959)

Smile Giulini débuta son activité de chef dans les fosses d'opéra, notamment la Scala de Milan.
Voilà une des plus anciennes anthologies rossiniennes du catalogue, mais le maestro (déjà 45 ans à l'époque) n'était plus un novice.
Cette fournée révèle déjà des constantes de son tempérament interprétatif : élégance, chaste lyrisme, densité émotionnelle.
Mais aussi un brio, une vivacité pétillante qui quitteront son style ultime, plus retenu, et qui diligentent ici un Barbier glabre et aux accents secs.
Spacieuses prises de son, propres mais un peu imprécises.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6489
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Jeu 26 Avr 2018 - 23:51

Mélomaniac a écrit:
(Columbia, juin 1959)
Voilà une des plus anciennes anthologies rossiniennes du catalogue
Ah, c'est curieux: a priori, j'aurais plutôt imaginé au contraire que les ouvertures de Rossini faisaient partie des œuvres les plus enregistrées au disque dès l'époque du 78-tours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 27 Avr 2018 - 1:03

Benedictus a écrit:

j'aurais plutôt imaginé au contraire que les ouvertures de Rossini faisaient partie des œuvres les plus enregistrées au disque dès l'époque du 78-tours.


Smile quand j'évoquais les premières anthologies, je ne pensais pas aux premiers enregistrements,
mais aux anthologies de l'ère LP (Sargent, Markevitch, Gamba, Reiner, Beinum, Fricsay...) puisque les 33t pouvaient contenir plusieurs ouvertures par face,
alors que la brève durée d'un 78t se limitait à une seule (voire coupée en deux si elle excède 5 mn).
De fait, il n'existe pas grand-chose en 78t, ce que n'explique pas seulement sa brièveté.
Mais certainement aussi les goûts de l'époque, et le profil des grands chefs en exercice,
principalement de culture germanique et qui ne se compromettaient guère dans ce répertoire connoté tzin-boum (on les rencontre plutôt dans les ouvertures de Weber ou Mozart).

Si le sujet vous intéresse, je vais fouiller la question ces prochains jours et reviendrai vous exposer les débuts de la discographie rossinienne.

A défaut de pouvoir discourir sur Rihm et les Nouveaux Romantiques (mes connaissances en la matière se bornent à Karen Chéryl),
il faut bien que je me rende utile à mon niveau sur ce Forum sinon Cololi va encore me virer quinze jours
Embarassed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6489
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   Ven 27 Avr 2018 - 6:56

Mélomaniac a écrit:
Si le sujet vous intéresse, je vais fouiller la question ces prochains jours et reviendrai vous exposer les débuts de la discographie rossinienne.
Euh... comment dire... C'est quand même que du Rossini, hein. Ne te donne tout de même pas cette peine.

(Si tu veux te rendre utile, je te serais personnellement plutôt reconnaissant les fils de musique médiévale et renaissante.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rossini : Ouvertures   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rossini : Ouvertures
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rossini : Ouvertures
» La gazza ladra (Rossini, 1817)
» Maometto II (Rossini 1820)
» Gioacchino Rossini (1792-1868)
» Rossini : oeuvres instrumentales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: