Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Bruckner- symphonie no 8

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 18784
Date d'inscription : 22/01/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMar 14 Mai 2013 - 14:49

Wand Cologne (RCA)

Une excellente surprise! Smile

On a là une version habitée qui me convient tout à fait.Superbe prise de son, phrasés scintillants, gestion idoine des crescendos, degradés de cuivres amples et puissants.Dores et déjà parmi mes versions fétiches. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyVen 17 Mai 2013 - 23:11

Pour cette symphonie de Bruckner je reviens de plus en plus à l'enregistrement de Furtwängler avec Berlin le 15.III.1949. Ce qui me frappe le plus dans ce concert, c'est la qualité des textures ainsi que leur variété. On va de textures terriblement tendues et abrasives (premier mouvement) à des textures d'une douceur sublime (début de l'adagio, la première phrase des premiers violons est à tomber) en passant par des textures aveuglantes de luminosité (toujours dans le même adagio). Comme on pouvait s'y attendre avec Furtwängler l'adagio est d'une profondeur abyssale, je n'ai jamais entendu des progressions aussi bien maintenues vers des climax bouleversants (les 46ème, 47ème et 48ème minutes, il faut les avoir entendues), la douleur n'y est pas feinte. Difficile également de mieux maîtriser les dynamiques, tout est parfaitement calibré. 25 minutes d'une intensité terrible. Et l'orchestre qui est bien sûr techniquement superlatif réussit à ne jamais se déliter dans un finale immensément vigoureux.

Pour moi un indispensable de toute discothèque brucknérienne, toutes symphonies confondues.

C'est libre de droits et disponible sur youtube : https://youtu.be/7aDNxyFgLXQ
Revenir en haut Aller en bas
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptySam 18 Mai 2013 - 1:25

La version du 15 mars a été enregistrée en concert au Titania Palast - un ancien cinéma art déco, le seul espace suffisamment grand pour y tenir des concerts qui ait résisté à la destruction de Berlin.

Il existe aussi une version de la veille (14 mars), enregistrée an Gemeindehaus, sans public, mais radiodiffusée. Elle est moins habitée, moins hallucinée que le concert du 15. Parue sur le label Testament.

Alexandre a tout-à-fait raison, c'est celle du 15 mars qu'il faut rechercher.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 19:26

J'adore absolument la 8ème que je considère un des monuments absolus de la musique et de l'art occidental en général. Pour moi, la référence est Celibidache à Munich sans hésitation, même si c'est un disque qui exige absolument une reproduction sonore richissime, parce que tout se passe dans un ensemble qu'on ne peut pas entendre sur un iPod ou dans une voiture ou même sur un petit système.

Mais hier j'ai retrouvé ce qui est pour moi la seule vraie alternative, et elle est très alternative par rapport à Celibibi, c'est Mravinsky:
Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Z

J'y trouve le même côté indépassable (en tous cas indépassable), avec une logique opposée et non moins implacable. Il y a vraiment dans les deux cas ce côté où ça se déroule sans pouvoir se passer autrement, en racontant un truc auquel on n'échappe pas. En termes de tempi, c'est juste pas la même planète (deux disques pour l'un, un disque pour l'autre), et en termes d'approche sonore non plus.

C'est du Mra des bons jours, limpide et tranchant mais pas cassant et hystérique (genre certains de ses Beethoven Erato)... Souvent, Mra, ça me fait mieux comprendre Toscanini, d'ailleurs, le projet de faire absolument musical en partant d'une lettre hyper-stricte, l'anti-Furt et sa réinvention échevelée.

Ca me scotche, et je suis drôlement content d'avoir trouvé ça. A la différence de Celib, on perçoit bien comme c'est génial avec à peu près n'importe quelle machine.

(J'ai évidemment pas tout écouté dans la discographie de Bruckner, m'enfin j'ai une assez bonne idée de Wand, Karajan, Giulini, Horenstein, Furt, Schuricht, Bernstein, Haitink, Mehta, Schuricht... je dois dire qu'il n'y a rien d'autre qui me semble à la hauteur à part Mra et Celib)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
clemensnonpapa
Mélomane averti
clemensnonpapa

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 10/11/2012

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 20:12

julot a écrit:
J'adore absolument la 8ème que je considère un des monuments absolus de la musique et de l'art occidental en général. Pour moi, la référence est Celibidache à Munich sans hésitation, même si c'est un disque qui exige absolument une reproduction sonore richissime, parce que tout se passe dans un ensemble qu'on ne peut pas entendre sur un iPod ou dans une voiture ou même sur un petit système.

Mais hier j'ai retrouvé ce qui est pour moi la seule vraie alternative, et elle est très alternative par rapport à Celibibi, c'est Mravinsky:
Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Z

J'y trouve le même côté indépassable (en tous cas indépassable), avec une logique opposée et non moins implacable. Il y a vraiment dans les deux cas ce côté où ça se déroule sans pouvoir se passer autrement, en racontant un truc auquel on n'échappe pas. En termes de tempi, c'est juste pas la même planète (deux disques pour l'un, un disque pour l'autre), et en termes d'approche sonore non plus.

C'est du Mra des bons jours, limpide et tranchant mais pas cassant et hystérique (genre certains de ses Beethoven Erato)... Souvent, Mra, ça me fait mieux comprendre Toscanini, d'ailleurs, le projet de faire absolument musical en partant d'une lettre hyper-stricte, l'anti-Furt et sa réinvention échevelée.

Ca me scotche, et je suis drôlement content d'avoir trouvé ça. A la différence de Celib, on perçoit bien comme c'est génial avec à peu près n'importe quelle machine.

(J'ai évidemment pas tout écouté dans la discographie de Bruckner, m'enfin j'ai une assez bonne idée de Wand, Karajan, Giulini, Horenstein, Furt, Schuricht, Bernstein, Haitink, Mehta, Schuricht... je dois dire qu'il n'y a rien d'autre qui me semble à la hauteur à part Mra et Celib)

C'est l'enregistrement de 59 avec Leningrad ?


Dernière édition par clemensnonpapa le Lun 9 Déc 2013 - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oudread
Mélomane averti
Oudread

Nombre de messages : 155
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 18/05/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 20:14

Un grand chef brucknerien qu'on n'évoque quasi jamais: Stanislav Skrowaczewski. Son intégrale Bruckner (1996) avec l'Orchestre symphonique de la radio de Sarrebrück (excellent orchestre, au demeurant) est remarquable (et particulièrement recommandée par la " Société Bruckner Europe"). Sa 8ème - d'ailleurs entendue en concert en 2004 avec ce chef et le même orchestre - est de très grande classe ! Il fallait voir ce grand Monsieur (oui, il est grand  Wink diriger ça, à plus de 80 ans, et sans partition, avec une autorité, un sens du phrasé, des nuances, une aisance extraordinaire...Un choc ! On évoquait précédemment Mravinski; c'est à lui qu'il me faisait penser... .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clemensnonpapa
Mélomane averti
clemensnonpapa

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 10/11/2012

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 20:31

arnaud bellemontagne a écrit:
Wand Cologne (RCA)

Une excellente surprise! Smile

On a là une version habitée qui me convient tout à fait.Superbe prise de son, phrasés scintillants, gestion idoine des crescendos, degradés de cuivres amples et puissants.Dores et déjà parmi mes versions fétiches. thumleft 

Connais-tu les autres versions de Wand ? La Cologne est la seule que je n'ai pas entendue de lui, elle se distingue de quelle manière par rapport aux autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 21:16

clemensnonpapa a écrit:
julot a écrit:
J'adore absolument la 8ème que je considère un des monuments absolus de la musique et de l'art occidental en général. Pour moi, la référence est Celibidache à Munich sans hésitation, même si c'est un disque qui exige absolument une reproduction sonore richissime, parce que tout se passe dans un ensemble qu'on ne peut pas entendre sur un iPod ou dans une voiture ou même sur un petit système.

Mais hier j'ai retrouvé ce qui est pour moi la seule vraie alternative, et elle est très alternative par rapport à Celibibi, c'est Mravinsky:
Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Z

J'y trouve le même côté indépassable (en tous cas indépassable), avec une logique opposée et non moins implacable. Il y a vraiment dans les deux cas ce côté où ça se déroule sans pouvoir se passer autrement, en racontant un truc auquel on n'échappe pas. En termes de tempi, c'est juste pas la même planète (deux disques pour l'un, un disque pour l'autre), et en termes d'approche sonore non plus.

C'est du Mra des bons jours, limpide et tranchant mais pas cassant et hystérique (genre certains de ses Beethoven Erato)... Souvent, Mra, ça me fait mieux comprendre Toscanini, d'ailleurs, le projet de faire absolument musical en partant d'une lettre hyper-stricte, l'anti-Furt et sa réinvention échevelée.

Ca me scotche, et je suis drôlement content d'avoir trouvé ça. A la différence de Celib, on perçoit bien comme c'est génial avec à peu près n'importe quelle machine.

(J'ai évidemment pas tout écouté dans la discographie de Bruckner, m'enfin j'ai une assez bonne idée de Wand, Karajan, Giulini, Horenstein, Furt, Schuricht, Bernstein, Haitink, Mehta, Schuricht... je dois dire qu'il n'y a rien d'autre qui me semble à la hauteur à part Mra et Celib)

C'est l'enregistrement de 59 avec Leningrad ?

Oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
clemensnonpapa
Mélomane averti
clemensnonpapa

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 10/11/2012

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 21:43

julot a écrit:
clemensnonpapa a écrit:
C'est l'enregistrement de 59 avec Leningrad ?

Oui

Merci ! Je vais essayer d'écouter ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 9 Déc 2013 - 23:24

Les huitième les plus extrêmes franchissent le fil d'arrivée en moins de 70 minutes, ou plus de 100  affraid . Perso, je trouve des interprétations géniales sur toute l'étendue du spectre, mais à part Celibidache, j'en trouve peu qui me convainquent à plus de 85 minutes (Sinopoli et Giulini) ou moins de 70 (Krips). Sans surprise, mes versions de référence se situent dans la zone 74-82 minutes.

Pour une version méchante, tendue jusqu'à l'angoisse et l'agression  je choisis Böhm à Vienne ou Jochum à Hambourg (81 minutes), ou Furtwängler à Berlin (le 15 mars 49, en 76 minutes). Pour une vision plus solaire, positive, axée sur l'éclosion plutôt que l'implosion, personne n'approche de Jochum à Bamberg ( 82 minutes) - même pas Jochum à Berlin ou Dresde - ou les versions exubérantes de Kubelik (78 mins - sur BR Klassik, pas sur Orfeo), van Beinum (72) Steinberg BSO (71), Païta ou la toute première version Haitink avec le COA (73). Les versions de Tenstedt (à Londres et Boston beaucoup mieux qu'à Berlin) sont aussi des références en 'live'. Une version 'hybride' dans son amplitude et son orentation expressive est celle de Maazel à Berlin (EMI, 80 minutes), qui est rarement commentée.


Seule la neuvième (de 50 à 80 minutes) a un ambitus temporel aussi étendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyDim 16 Fév 2014 - 23:23

Une ré-écoute de Klemperer et le New Philharmonia (1970) s'imposait. Sans surprise, cette version a longtemps (encore) eu la réputation d'être 'maudite'  Evil or Very Mad  Non seulement à cause de tempi 'impossibles', mais surtout à cause de la volonté inébranlable du chef de couper le tiers (!!) du mouvement final ("si ça ne vous convient pas, trouvez-vous un autre chef", aurait-il dit à son producteur), retranchant ainsi une bonne dizaine de minutes de musique.

Cette décision était d'autant plus surprenante que Kemperer avait dirigé l"oeuvre toute sa vie dans la version complète - aussi récemment qu'en 64, dans la version 'amplifiée' de Haas. L'enregistrement de Londres (EMI) ainsi que celui de Cologne 57 furent réalisées dans la version 'définitive' du Finale éditée par Nowak et qui retranche les ajouts (environ 2-3 minutes) de Haas.

Comparer les minutages des trois versions:
                                                                          I          II         III        IV

Cologne (1957, avec Finale Nowak):                  14:12    14:25    22:32   20:44
Londres (1964, avec Finale par Haas)                15:02    16:32    25:22   23:57
EMI (1970 avec Finale Nowak dépecé)               17:56    19:53    26:57   19:26 (+10:00?)

Pour mémoire, voici le minutage médian:          14:30    14:00    24:30   21:00 (23:00 Haas)

Je ne sais pas précisément combien de minutes il faudrait ajouter au finale pour 'reconstituer' une version Klemperer complète, mais il suffit de faire une règle de trois pour la portion manquante (après le développement jusqu'à la coda). Selon moi c'est 10-12 minutes minimum. Noter aussi que Klemperer part le Finale nettement plus lentement que Celibidache Munich, qui y met plus de 31 minutes !!

Ceci dit, le temps mis par le chef ne raconte pas la vraie histoire. Voici une version très lente, massive mais forte, vigoureuse et qui ne s'égare jamais. Le premier mouvement est ample, brusque et léthargique à la fois, tel un léviathan, acquérant une grandeur tragique dans sa deuxième partie. Même le scherzo (45% plus lent que les versions Jochum ou Böhm) conserve une erre d'aller non exempte de vigueur. L'adagio est parfaitement équilibré.

C'est dans le Finale que cette version diffère de toutes les autres. Jamais la cavalcade du début ne s'est déroulée dans un tel tempo molto moderato. Par la suite Klemperer modifie substantiellement la corrélation entre ce début et ce qui suit, impartissant une approche modérée mais très mâle au mouvement. On a entendu plus lent par ailleurs. La coda est massive, mesurée mais inexorable. Malheureusement, il y manque l'immense épisode de turbulence qui précède ladite coda et qui se conclut dans l'extinction de la texture orchestrale avec le diminuendo aboutissant aux trois accords ppp de timbales. Impardonnable.

Au total, une version imposante, tragique, jamais hurlante ni désespérée. Eût-elle été complète, son minutage aurait dépassé les 94 minutes, soit 20 de plus qu'à Cologne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyDim 26 Avr 2015 - 1:20

Eh bien, je viens de réécouter cette version et suis entièrement en accord avec le message précédent hehe

Je réitère: tempi très lents mais battue énergique, implacable. Aucune mollesse dans l'articulation, aucune mélasse dans les textures. C'est clair, frais, net, LENT et doté d'une surprenante liberté dans les passages nodaux: accélération ou décélération vs le tempo de base et ce, sans que l'impression d'ensemble ne s'en trouve altérée.

Exécution d'une très grande attention, prise de son superbe, très ample mais 'crisp', convenant parfaitement à l'approche du chef. Les cuivres ont cette 'raspiness' (*) qui donne à la fois de l'élan et du caractère.

Une version qui a nettement plus de caractère que celles - nombreuses - de Celibidache (les seules qui se comparent en terme de minutage). De toute évidence les buts ne sont pas les mêmes. Fascinant.

(*) Rasp, raspy, raspiness, raspberry: aucune traduction vraiment exacte, mais l'allusion à la framboise (raspberry) donne le ton: une certaine acidité, beaucoup de fruité (les harmoniques), un caractère rauque, sans être éteint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Horatio
Mélomane chevronné
Horatio

Nombre de messages : 4044
Age : 24
Localisation : Très loin de la plage !
Date d'inscription : 04/07/2011

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyDim 31 Mai 2015 - 23:36

J'aimerais écrire un petit mot sur la version de la Huitième qui m'en a ouvert les portes très récemment. Jusqu'alors, je n'écoutais cette symphonie que d'une oreille distraite ; au mieux, ces trombones et ces cors brailleurs m'arrachaient un soupir d'incompréhension, et je regrettais cette boursouflure orchestrale entre les deux sublimes symphonies adjacentes.

Appréciations grossières et injustes, donc, qu'un éminent chef allemand à la tête d'une phalange non moins célèbre m'a entraîné à réviser entièrement. Il s'agit de Tennstedt, à la tête du Philharmonique de Berlin, dans un live de novembre 1981.

Spoiler:
 

Je me bornerai, en qualité de nouveau venu dans ce paysage sonore, à mentionner un Scherzo grandiose et énergique, à louer le son de l'orchestre de Karajan dernière manière qui trouve ici son terrain de prédilection - mais je veux m'étendre davantage sur un premier mouvement qui me laisse invariablement abasourdi. Cette interprétation est empreinte d'une urgence brûlante que je n'ai encore retrouvée nulle part ailleurs. Ne serait-ce que les premières mesures : sur les trémolos habituels, au lieu de poser les balbutiements des violoncelles, Tennstedt dessine des remous inquiets, d'une couleur sombre, dont émergent avec urgence les premières vigoureuses phrases. C'est un réveil volcanique, la tension semble réellement monter des profondeurs : elle est entretenue par de superbes basses, dont les murmures jonchent le mouvement entier comme des braises, et par des cuivres chauffés à blanc qui donnent aux grands tutti des allures de jugement dernier. A ces climax titanesques répondent ces courts passages où une flûte, une clarinette, errent seules au-dessus des inévitables basses - passages auxquels Tennstedt donne un relief très poétique, comme par opposition au drame flamboyant des grandes explosions cuivrées.
Je pourrais continuer à empiler les adjectifs pour qualifier ce premier mouvement titanesque : je suis à chaque réécoute subjugué par les forces qui y sont à l'œuvre. En somme, ce que réussit Tennstedt est remarquable - débarrasser ce mouvement de toute pesanteur et l'allumer des feux de l'urgence, en exacerber la charge négative. - Cette découverte tardive me fait maintenant placer la Huitième avec la Neuvième, loin devant la Septième, bien moins folle en comparaison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 1 Juin 2015 - 0:32

Très belle recension, Horatio! Effectivement il s'agit d'une très grande version.

Aujourd'hui j'ai écouté la version Karajan WP de 1988, que DGG a eu la bonne idée de rééditer sur un seul cd d 83 minutes. Remarquable premier mouvement, alliant rage et mâle grandeur, Alberich et Fafner. Malheureusement je n'ai jamais réussi à aimer le scherzo de Karajan (BP 57 ou 76). Cette mouture est un peu plus animée. Mais l'accent mis sur le 'moderato' lui confère toujours cet aspect de legato onctueux, butyracé qui me semble totalement non- brucknérien.

L'adagio et le finale sont tous deux remarquables d'intensité et de conviction. À ce degré d'intensité sonore et de perfection orchestrale, je suis conquis même si je préfère quelques autres versions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julot
Mélomaniaque
julot

Nombre de messages : 814
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/03/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyJeu 4 Juin 2015 - 8:53

Après une 3ème qui était une révélation pour moi (la version originale avec toutes ses inventions, mais en gardant le sens de la construction et du développement au lieu de la collection de détails Maazelienne d'un Nézet-Séguin), Ballot livre l'enregistrement de la huitième de 2014 des journées Bruckner de St Florian 2014.
Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 612l46GtHBL._SX300_

Cette huitième ne surprendra pas les (autres) habitués de Celibidache, c'est une conception proche -- je ne l'ai écouté qu'une fois pour l'instant, et en morceaux, dont je ne suis pas sûr que le climax soit exactement au même endroit. L'adagio est possiblement encore plus lent que chez Celib ce qui, en bonne Celidachophénoménologie, est cohérent avec une acoustique beaucoup plus réverbérée qu'au Gasteig. En tous cas, moi, ça m'a fasciné: toute la richesse polyphonique et harmonique de la partition est là, chaque variation, chaque répétition ajoute quelque chose au discours. Et en plus, c'est un orchestre de jeunes (17 ans), ce que je trouve toujours encourageant, et une confirmation que la virtuosité style Amsterdam, c'est bien agréable, mais on s'en passe très très bien.

Si il y a des curieux ou des amateurs, j'ai prévu des écoutes à mon salon de musique de la rue de Médicis ce soir et demain soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesecoutes.blogspot.com
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5234
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyJeu 4 Juin 2015 - 9:34

Je connoissois Rémy Ballot jadis (un type très spécial et attachant, d'ailleurs), et il ne jurait en effet que par Celibidache dont il a été l'apôtre le disciple l'élève...

(Et au passage, je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi hostile envers la musique de G. Mahler... Mr.Red )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anaëlle
Mélomaniaque
anaëlle

Nombre de messages : 1944
Age : 17
Localisation : Paris
Date d'inscription : 17/11/2014

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyLun 12 Oct 2015 - 23:50

anaëlle, in "Playlist" a écrit:
Bruckner : Symphonie No.8 en ut mineur - Wiener Philharmoniker, dir. Karajan
Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Ma symphonie brucknérienne préférée avec la 7ème. I love you
J'avoue qu'au début j'étais un pas très emballée ; là où Jochum/Dresde est animée par une intensité, une foi à couper le souffle, Karajan m'a paru pataud, lourd, du genre Bruckner-grosse-choucroute-allemande-qui-dure-trois-plombes ...
Et puis est venu l'Adagio  ... cordes au premier plan absolument fantastiques, cuivres moins aigres que Jochum, le tout d'un fondu et d'un soyeux impeccable ...
Un Final vrombissant, une belle assise dans les graves, avec des climax gérés d'une main de maître. Le tout est très beau esthétiquement mais sans l'aspect mystique III.
Pour résumer un Allegro (I.) et un Scherzo (II.) pas inoubliable et peu lourd, un Adagio (III.) lumineux et soyeux, mettant en valeur le fameux "son Karajan", et avec pour finir un Final (IV.) brillant et beau esthétiquement, le tout techniquement irréprochable ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther
Mélomane averti
Walther

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 09/09/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 18 Nov 2015 - 13:55

*Niko a écrit:
Les discussions sur la 8ème dans le fil général m'ont rappelées que j'avais le dernier enregistrement de Karajan à écouter.
Mais qu'est-ce qui fait que ce disque est si réputé ? J'adore cette symphonie et je n'ai pas tenu plus de 2mn après le début du scherzo. Je trouve ça lourdingue, sec, sans aucune finesse, à la limite du grotesque. Pourtant, malgré un côté sirupeux, j'aime beaucoup son interprétation de la 7ème.
Heureusement que je me suis extasié régalé avec le disque Boulez/Vienne quelques jours avant, parce que sinon j'aurais pu douter de l'oeuvre elle même avec ce dique Karajan.
Et pourtant ce chef m'a beaucoup touché dans ses enregistrement de la 5ème avec Berlin et la 7ème avec Vienne. Vu sa réputation dans la 8ème, je m'attendais à kiffer grave !  

Quelqu'un a le même sentiment ou je passe vraiment à côté de quelque chose ?  Neutral

En fait, cette version a agréablement surpris ceux qui n'aimaient pas Karajan pour ses interprétations qu'ils trouvaient trop léchées ou trop froides (d'ailleurs la plupart des symphonies de son intégrale Bruckner pâtissent de tempos trop uniformes et d'un manque de vision d'ensemble, comme si Karajan les voyait comme une suite d'épisodes plutôt qu'une vaste architecture).
Voilà en effet un enregistrement où il ne cherche pas à polir la sonorité de l'orchestre et où il laisse passer une certaine fragilité, du fait de son propre état de santé de toute évidence ! L'aspect conquérant, germanique et un peu hautain de ses deux précédentes versions (surtout sa première de 1958 chez EMI, assez guindée sauf dans l'adagio) laisse la place, dans cette version, à une certaine résignation dès le premier mouvement. Après, à chacun de voir s'il trouve ça convaincant...

Je préfère la version de 1975 à Berlin, pour son mystère farouche (coda du 1er mouvement, comme une suite de points d'interrogation !) et sa chevauchée du début du dernier mouvement qui semble tout broyer sur son passage (je n'ai jamais entendu l'équivalent dans une autre version) ! Par contre le scherzo manque d'énergie, c'est la grande faiblesse de cette version.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 18 Nov 2015 - 14:09

Walther a écrit:
L'aspect conquérant, germanique et un peu hautain de ses deux précédentes versions (surtout sa première de 1958 chez EMI, assez guindée sauf dans l'adagio) laisse la place, dans cette version, à une certaine résignation dès le premier mouvement.

Résignation ? J'aurais peut-être plutôt parler de résilience ; d'une autre manière de conquérir, de se reconquérir, en fait, quitte à plier et l'orchestre, et la partition à un besoin farouche (je reprends ton terme que je trouve très bien choisi) d'être encore, d'être toujours après avoir été, déjà ; et autrement. Et Vienne n'est peut-être pas pour peu dans cette démarche "d'être encore", avec une autre phalange, dans un saisissant rapport d'échange de fluide (de "mesmérisation" pour reprendre l'anglicisme). Phalange thaumaturge ici, qui redonne du souffle au vieux lieu éreinté !
C'est peut-être de l'attachement sentimental, alors ; mais cette version me paraît aussi essentiel que celle des années 1950 et autrement convaincante que celle des années 1970.
(En incise : quel dommage que la captation berlinoise de 44 soit incomplète Sad !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy

Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 18 Nov 2015 - 15:17

Ne pas oublier non plus deux autres rencontres mémorables entre Karajan et le Philharmonique de Vienne, qui ont l'honneur d'une parution officielle:

- Chez Orfeo (ou Andante): un concert de 1957 au Festival de Salzbourg, pour la version sans doute la plus décapante, "toscaninienne", de K.

- Chez Unitel/DG, en vidéo: le concert du 4 juin 1979 à St. Florian, d'une densité et d'une spiritualité qui n'ont rien à envier à la performance de 1988. On y trouve même un allant qui fait parfois défaut à cette dernière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 38
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 18 Nov 2015 - 15:32

adriaticoboy a écrit:
- Chez Unitel/DG, en vidéo: le concert du 4 juin 1979 à St. Florian, d'une densité et d'une spiritualité qui n'ont rien à envier à la performance de 1988. On y trouve même un allant qui fait parfois défaut à cette dernière.


Et pour cause ; 10 ans ou presque ont passé et, surtout, le spectre de la maladie a fortement imprimé/impressionné (comme une pellicule photo) la vision du chef. Il n'empêche, j'insiste quitte à faire de "l'histoire-à-la-lumière-de" : l'osmose, la quasi-fusion, l'appropriation et l'échange du maître à la phalange et inversement, est incomparable en 88.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyJeu 19 Nov 2015 - 1:26

Entre ceci et cela (septembre ?), j'ai réréréréréré-écouté la version WP Böhm 76 (studio DGG) qui a toujours le don de me faire sursauter plusieurs fois dans I par sa violence arrachée, II par sa sécheresse propulsée, III par son accalmie suivie d'une mâle réminiscence des triomphes passés et IV, par son brutal assaut vers la proie, suivi d'un stupéfiant hallalli (coda).

Je dis la vérité, je ne mens point: j'ai écouté cent fois, et cent fois je suis tombé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walther
Mélomane averti
Walther

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 09/09/2010

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyVen 20 Nov 2015 - 13:34

J'ai écouté hier soir l'enregistrement live de Böhm avec l'Orchestre de la Tonhalle de Zürich, donnée le 4 juillet 1978 dans cette ville et édité en 2001 par le label canadien Palexa (leur logo est une lyre stylisée, qui me fait un peu penser à une vulve triangulaire).

Christophe Huss en avait dit le plus grand bien dans le n°147 de Répertoire, en décrivant l'interprétation (pour résumer) comme active, relançant sans cesse le discours, un peu comme Boulez (paru quelques mois plus tôt) mais beaucoup plus spontané et humain.

En effet, Böhm enlève le tout en 72 minutes et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on n'a pas vraiment le temps de souffler (dans le trio du scherzo par exemple, où demeure une certaine inquiétude sans que le climat "pastoral" ait vraiment le temps de s'installer) ! Böhm ne se complait pas dans les "divines longueurs" mais pour autant, les tempos semblent couler de source, les textures de l'orchestre sont transparentes, et cette version rend l'œuvre plus accessible (même si la construction du finale, comme souvent chez Bruckner, paraît toujours difficile à cerner). Le son est excellent : peu de bruits de salle, le principal étant un éternuement à 6 minutes dans l'Adagio. Bref, cet enregistrement est un petit miracle, et c'est la première fois qu'une version "urgente" de cette œuvre me convainc vraiment (je n'ai jamais accroché à la version Schuricht par exemple).

Contrairement à ce qui est indiqué au verso du CD et dans la notice, c'est l'édition Nowak (et non Haas) avec rétablissement d'une coupure dans le finale. La version de studio DG de la même époque utilise la même édition (et annonce aussi l'édition Haas alors que c'est Nowak) et, en comparaison, dure 80 minutes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 17/07/2016

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 7 Sep 2016 - 12:56

En se rappelant Jochum et Furtwängler (mono), et de tout un choix à ma disposition,
je garde Wand/12/93 comme version de chevet.
Vision lente,ample, favorisant le dialogue entre pupitres dans une optique atonale.Le point fort : l'inspiration , chose manquante à beaucoup de versions citées.

Haitink II est un bijou de raffinement, une réussite incontestable.
Superbe orchestre de Vienne.

Giulini & Klemperer malgré l'absence du développement dans le finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 17/07/2016

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2017 - 17:24

À la réécoute, la version que donne TENNSTEDT à la direction du London Philarmonic, est vraiment superbe.

L'ensemble est interprété dans un tempo rapide qui tranche avec la lenteur de ses rivaux, surtout dans les deux premiers mouvements .

L'adagio me semble être un des plus réussi avec celui de GIULINI .











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8148
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2017 - 18:03

georges2 a écrit:
la version que donne TENNSTEDT à  la direction du London Philarmonic
Tu parles du live du 29 octobre 1981 (LPO Live) ou de l'enregistrement de studio de septembre 1982 (EMI)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane averti


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 17/07/2016

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMer 15 Nov 2017 - 23:03

Je parlais de son enregistrement de 82/83 (version LP)

Dommage qu'il n'ait pas enregistré une intégrale en studio !

Sa quatrième est brutale, mais géniale .
Je vais essayer de me procurer des cds live.

Bonne soirée .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23199
Age : 28
Date d'inscription : 12/10/2008

Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 EmptyMar 25 Déc 2018 - 20:21

En novembre dernier, j'ai écouté cette symphonie par Michael Gielen à la tête du SWR Sinfonieorchester des Südwestrundfunk. L'enregistrement date de 2007. L'édition est celle de Nowak de 1972 pour la version originelle de 1887. Je connais mal ce chef d'orchestre et compositeur autrichien qui est toujours en vie mais j'ai trouvé cet enregistrement absolument SPLENDIDE ! Grand équilibre des pupitres je trouve. Cuivres ne sonnant pas trop lourds. Direction d'une grande fluidité. Après ce sont des impressions de mélomane qui ne sait pas lire les partitions et n'a pas d'immenses connaissances musicologiques.

Je me souviens avoir entendu dans cette oeuvre en 2009 la version de Jochum avec l'Orchestre Philarmonique de Hambourg que j'avais adoré et plus récemment j'ai entendu la version de Nézet-Séguin avec l'Orchestre Philarmonique de Rotterdam qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable malheureusement. L'enregistrement est paru plutôt récemment chez Deutsche Grammophon.

Edit : Pour ne pas faire de nouveau message, j'ai écouté hier l'interprétation de Haitink avec la Staatskapelle de Dresde en streaming, au casque bien sûr, live de 2002. J'ai complètement adhéré, pas seulement à cause de l'orchestre et de la beauté plastique. Haitink dans cet enregistrement m'a semblé extrêmement inspiré. J'ai trouvé cette version fabuleuse, sa direction bouleversante. Chacun des mouvements est exécuté de manière extraordinaire. Une version qui donne le frisson ! Qui te prend et ne te lâche pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bruckner- symphonie no 8   Bruckner- symphonie no 8 - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruckner- symphonie no 8
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» la symphonie du Nouveau Monde
» Tchaïkovsky : symphonie n°2
» Stravinsky - Symphony of Psalms (Symphonie de Psaumes)
» Panorama de la symphonie française des origines à nos jours
» Deuxième symphonie de Mahler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: