Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 10 Aoû 2012 - 21:16

Maintenant que je vous ai - de façon très perverse j'en conviens - attiré sur ce sujet, je vais vous faire découvrir ou vous rabâcher ( pour ceux le connaissant déjà) un violoniste russe d'exception : Leonid Kogan.

Si vous ne tenez pas à trop lire, la lecture du paragraphe entre spoiler n'est absolument pas nécessaire pour comprendre le reste.


Présentation


Voici une courte biographie tirée de l'encyclopédie Universalis

Spoiler:
 

Caractéristiques ( un peu arbitraire m'enfin il faut bien quelque chose) violonistiques :

-> Un son très chaud et expressif
-> Une palette de nuances extrêmement étendue, ses forte dans le Tchaikovsky étant sans égal.
-> Un jeu très net ( relativement peu de dégueulando entre chaque note, il doit y avoir un terme technique mais je ne le connais pas, bref le fait de faire des glissades de mauvais goût entre chaque notes) : son jeu devient de plus en plus net au fur et à mesure de sa vie, les deux versions de Tchaikovsky sont très significatives à ce sujet
-> Une technique impressionnante, dans le paganini et autres oeuvres virtuoses, Kogan déploie une technique proprement ahurissante tout à fait caractéristique de l'école soviétique
-> Une relative froideur physique contraire au son qu'il dégage. En effet, là où les violonistes ( et encore plus aujourd'hui, on peut penser à Vengerov ou tout ce que l'on voit sur les concours internationaux) multiplient les clignements des yeux, déhanchés, et mouvement scéniques, Kogan reste relativement neutre, ce qui donne une impression glaciale, impression qui disparait bien vite quand on ferme les yeux.


Comme mentionné sur beaucoup de sites, Wikipedia en tête, Kogan est souvent passé pour le "dauphin" d'Oistrakh, mais comme le rapportent certains Russes, il est probable qu'Oistrakh ait été volontairement avancé par le régime parce que d'abord, Oistrakh ne possédait pas un don excessivement grand et correspondait à l'archétype de ce que le régime soviétique voulait exporter : "Un enfant issu de famille pauvre qui ayant travaillé beaucoup - grâce au confort du régime évidemment - devient un très grand artiste.


Allez, assez parlé, je vais maintenant tenter de vous convaincre, enfin vous persuader d'écouter davantage ce violoniste.



Les liens utiles :

YOUTUBE :


-> Un "documentaire" sur Kogan ( avec bien 99% de musique et 1% de parole, les documents comme on les aime quoi Mr. Green ) :


/v/3yHkOpMrJno

->Le concerto de Beethoven : ( j'espère que c'est dans l'ordre)
-> Partie 1 : /v/KmTSfHbbSgo
-> Partie 2 : /v/lNnmb9c-4FU
-> Partie 3 : /v/dc2O97WBno0
-> Partie 4 : /v/ClVrkFRPgAQ
-> Partie 5 : /v/ilscxnoJdXM

SPOTIFY ( que je ne cesserai jamais de conseiller, pour son prix relativement bas et son catalogue relativement bon)

-> Lien vers la plus vieille de ses versions de Tchaikovsky ( la meilleure selon moi) http://open.spotify.com/album/4C3ODKFZqpsuxjBIpJt7Ca
-> Lien vers le concerto de Paganini,Vieuxtems et Tzigane de Ravel : http://open.spotify.com/album/3npAUjZjgATJjb2kcsRFhU
Le reste je vous laisse découvrir, il y a tellement de choses à son sujet sur Spotify, notamment de très bons enregistrements de la musique de Chambre de Fauré avec Gilels et Rostropovitch.

Deezer

-> Lien vers une de ses versions de Tchaikovsky http://www.deezer.com/fr/music/leonid-kogan/tchaikovsky-violin-concerto-valse-schro-4318961 ( c'est une version qu'il a enregistré quand il était relativement jeune, du coup son 1er mouvement est très fougueux et comporte quelques imperfections mais son 2e mouvement est le plus beau que j'ai jamais entendu.



Pour aller plus loin


Amazon dispose de nombreux CD de Kogan, dont un très très bon coffret peu cher ( encore trouvable d'occasion) http://www.amazon.fr/Kogan-Archives-historiques-russes-Coffret/dp/B000FOTI4U/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1344624849&sr=8-1

Je vous laisse faire vos retours, à la fois sur le sujet ( c'est la première fois que j'en crée un) mais aussi sur l'interprète en lui-même!

A vos claviers !

Revenir en haut Aller en bas
Papagena
Néophyte


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 10/12/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 27 Sep 2012 - 18:45

Hello ! pas oublié par moi, c'est avec l'un de mes violoniste préférés (avec A. Dumay et Christian Ferras, etc ...)


J'ai à peu près tous ses enregistrements ! Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  173236763

Il est tout sauf froid, comme disait mon prof, l'expression que l'on met à l'extérieur (mouvements), on la perd dans l'interprétation. Je ne suis cependant pas complètement d'accord avec cet avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 27 Sep 2012 - 19:02

Tu ne peux pas t'empêcher de descendre Oistrakh Laughing
Jolie présentation !
Le titre est douteux, il est loin d'être oublié…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 27 Sep 2012 - 20:25

@Mariefran : Hmm, certes, certes, mais par oublié je sous-entendais d'abord "oublié des sujets créés". Very Happy Puis sinon pour Oistrakh, je n'ai fait que rapporter une hypothèse émise tant par des personnes du monde du violon, que certains musicologues.

@Papagena : Oh mais par froid, je parlais vraiment spécifiquement du côté physique, c'est à dire que si on prend l'image, sans le son, il paraît être de marbre. De mon côté, je suis assez d'accord avec la citation de ton professeur, et je pense que les personnes jouant en bougeant beaucoup sont une exception.
Revenir en haut Aller en bas
pianissimo
Mélomane averti
pianissimo

Nombre de messages : 334
Age : 32
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 28 Sep 2012 - 10:17

Pas oublié de moi non plus !
Dans les grands concertos du répertoire (Beethoven, Mendelssohn, Brahms...), Kogan reste pour moi inégalé, seul Milstein fait jeu égal.


Un de mes disques préférés :

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Front%25282%2529
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papagena
Néophyte


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 10/12/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 28 Sep 2012 - 15:50

@Samgnardidovslavatovsky : nous sommes d'accord Wink

Parmi les exceptions je me souviens de la jeune Midori dans son interprétation de la sonate de Mozart K 301 à Carnegie Hall en 1990 - avec Robert Mc Donald au piano) ... elle a une "gestique" incroyable !!! pas gênante cependant et son jeu est très expressif, on a le sentiment qu'elle fait complétement corps avec son violon.
J'ai revue cette VHS hier soir avant de venir dire des idioties Smile Quel beau concert !
C'est pour cette raison que je dis : pas complètement d'accord ... mais il y aurait tellement à dire ...

@pianissimo : très beau disque en effet Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 29 Aoû 2013 - 4:47

il faudrait accorder vos violons Laughing et en effet comme le dit cet invité qui semble avoir disparu et créateur de ce post , Kogan est vraiment un violoniste exceptionnel et qui mériterait peut être qu'on en parle plus ici? On le voit souvent assez jeune sur les pochettes pourtant il est mort vers la soixantaine , voici une petite bio trouvée sur Wikipedia!
Leonid Borissovitch Kogan (en russe : Леонид Борисович Коган; ISO 9 : Leonid Borisovič Kogan), né le 14 novembre 1924 à Dnipropetrovsk (alors Union soviétique, aujourd'hui Ukraine) et mort le 17 novembre 1982 était un violoniste soviétique. Il décède subitement à Mytichtchi dans un train qui reliait Moscou à Iaroslavl, où il devait donner un concert avec son fils Pavel, également violoniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 29 Aoû 2013 - 9:09

Invité a écrit:

Comme mentionné sur beaucoup de sites, Wikipedia en tête, Kogan est souvent passé pour le "dauphin" d'Oistrakh, mais comme le rapportent certains Russes, il est probable qu'Oistrakh ait été volontairement avancé par le régime parce que d'abord, Oistrakh ne possédait pas un don excessivement grand et correspondait à l'archétype de ce que le régime soviétique voulait exporter : "Un enfant issu de famille pauvre qui ayant travaillé beaucoup - grâce au confort du régime évidemment - devient un très grand artiste.
Il est évident que le régime contrôlait tout, et décider de promouvoir Oistrakh comme 1er artiste (du peuple) pendant la période de guerre froide. Je ne crois pas qu'il y ait du favoritisme, faute de preuve d'un sens ou d'un autre. Par contre il est clair de dire que Oistrakh "n'a pas de don excessivement grand " est une betise sans pareil.

En passant, j'adore Kogan, il est parmi les 3 violonistes que je voue une admiration sans borne.

Cordialement,

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 29 Aoû 2013 - 9:26

Invité a écrit:

-> Lien vers une de ses versions de Tchaikovsky http://www.deezer.com/fr/music/leonid-kogan/tchaikovsky-violin-concerto-valse-schro-4318961 ( c'est une version qu'il a enregistré quand il était relativement jeune, du coup son 1er mouvement est très fougueux et comporte quelques imperfections mais son 2e mouvement est le plus beau que j'ai jamais entendu.
Je ne vois pas où sont les imperfections. J'imagine que c'est l'enregistrement en 1959 avec Nobolsin,

Il exste au moins un autre enregistrement avec Gauk en 1948.

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rubber
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 26/03/2013

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptySam 31 Aoû 2013 - 18:16

Kogan dans " Ma nuit chez Maud ":

https://www.dailymotion.com/video/xbul1w_ma-nuit-chez-maud-le-concert-mozart_music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestor
Mélomaniaque
Nestor

Nombre de messages : 1564
Date d'inscription : 05/10/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyDim 8 Déc 2013 - 17:41

Je viens d'écouter un enregistrement dont la pochette est la suivante :

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Pochet10

Je ne sais pas si il s'agit de rééditions , mais la qualité de l'enregistrement est très bonne ( contrairement aux micros parfois un peu défaillants de ceux faits pendant les concerts en ex-urss).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyDim 8 Déc 2013 - 19:52

Bonjour,

J'ai forte impression qu'il s'agit des même enregistrements publiés il y a une dizaine d'année par Testament, d'origine EMI me semble t-il.

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestor
Mélomaniaque
Nestor

Nombre de messages : 1564
Date d'inscription : 05/10/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyDim 8 Déc 2013 - 20:52

Bonjour Bruno,

Merci pour l'information. Est-ce que tu saurais pas hasard si il s'agit d'enregistrements studio ou live ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyDim 8 Déc 2013 - 21:00

Studio. Ils sont enregistré dans la Salle Wagram à Paris (pas loin de l'Arc de Triomphe) en pendant une semaine en Novembre 1959.

Cordialement,

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestor
Mélomaniaque
Nestor

Nombre de messages : 1564
Date d'inscription : 05/10/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyDim 8 Déc 2013 - 21:04

Ok merci beaucoup. Je vais continuer à essayer d'écouter ces enregistrements, ils sont de qualité sonore vraiment supérieure au coffret que je possédais ( URSS archive).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyLun 9 Déc 2013 - 9:14

On ne peut quand même pas dire que Leonid Kogan soit ou ait été oublié. EMI et Testament lui ont rendu hommage et la quasi-totalité de ses enregistrements "occidentaux" et quelques "Live" (me semble-t-il) ont été réédités en CDs.

J'ai toujours beaucoup aimé cet artiste, un de mes violonistes préférés, mais je me suis toujours beaucoup interrogé sur son parcours.

Après des enregistrements EMI significatifs et marquants autour de 1960, il semble qu'il n'ait plus que très peu enregistré par la suite :

- Sonates pour Violon et clavecin de Bach, avec Karl Richter à Munich (1972)
- Concertos de Bruch et Mendelssohn à Berlin, sous la baguette de Lorin Maazel à Berlin (1974).

De même, il semble qu'il soit relativement peu sorti du bloc communiste à partir de 1970, alors qu'il avait accompli pas mal de tournées en Occident et au Japon entre 1955 et 1963.

Par ailleurs, à l'occasion de sa disparition, en 1982, je me souviens avoir lu dans des revues musicales anglo-saxonnes qu'il était de santé fragile et que ses collègues solistes et musiciens soviétiques le tenait pour un agent du fameux KGB.

En quelques mots, j'attendais beaucoup de Leonid Kogan et je regrette profondément qu'il se soit trouvé en retrait, quelle qu'en soit la raison, à la fin des années soixante.

Pour info, un mélomane japonais, Kenzo Amoh, a établi une discographie de Leonid Kogan en 1997, à l'occasion du quinzième anniversaire de sa mort.

    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Kogan_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyLun 9 Déc 2013 - 12:49

fomalhaut a écrit:
On ne peut quand même pas dire que Leonid Kogan soit ou ait été oublié. EMI et Testament lui ont rendu hommage et la quasi-totalité de ses enregistrements "occidentaux" et quelques "Live" (me semble-t-il) ont été réédités en CDs.

Un peu quand même dans la mesure où son éditeur officiel (Melodiya) ne lui a toujours pas consacré un coffret remasterisé comportant ses meilleurs enregistrements concertants. Et c'est d'autant plus dommage qu'il y est beaucoup mieux entouré (Kondrashine, Rojdestvensky....) que dans ses gravures occidentales. Il reste le coffret Brilliant pour se consoler....mais dans un son si pourri que je ne l'ai pas acheté en espérant (vainement ?) que Melodiya "fasse enfin son job".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyLun 9 Déc 2013 - 16:05

hugo75 a écrit:
fomalhaut a écrit:
On ne peut quand même pas dire que Leonid Kogan soit ou ait été oublié. EMI et Testament lui ont rendu hommage et la quasi-totalité de ses enregistrements "occidentaux" et quelques "Live" (me semble-t-il) ont été réédités en CDs.

Un peu quand même dans la mesure où son éditeur officiel (Melodiya) ne lui a toujours pas consacré un coffret remasterisé comportant ses meilleurs enregistrements concertants. Et c'est d'autant plus dommage qu'il y est beaucoup mieux entouré (Kondrashine, Rojdestvensky....) que dans ses gravures occidentales. Il reste le coffret Brilliant pour se consoler....mais dans un son si pourri que je ne l'ai pas acheté en espérant (vainement ?) que Melodiya "fasse enfin son job".

Melodiya, éditeur officiel ? Disons plutôt, éditeur obligé !
Ceci écrit, il est vrai que, du point de vue répertoire, une réédition soignée d'un certain nombre d'enregistrements Melodiya serait la bien venue sans trop en attendre du point de vue sonore car les enregistrements soviétiques n'ont que bien rarement compté parmi les meilleurs sinon même parmi les bons.

Du point de vue interprétatif, ce que tu écris est très discutable : tu as la dent bien  dure envers les occidentaux !
D'abord, plusieurs enregistrements "occidentaux" ont été faits sous la direction précisément de Kyrill Kondrachine et ensuite, Kogan a été accompagné par des chefs de qualité (Bruck, Monteux, Maazel, Silvestri) qui n'ont pas à souffrir de la comparaison avec des chefs soviétiques.

Quoiqu'il en soit, à mon avis, l'affaire n'est pas tant de discuter la qualité des chefs que de constater (et regretter) le peu d'enregistrements (et même de témoignages "live") laissés par Leonid Kogan durant les quinze dernières années de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyLun 9 Déc 2013 - 20:14

Oui, enfin, le coffret Kogan auquel tu fais allusion (avec le Brahms de Kondrashine) se trouve à plus de 250 euros sur internet. Du coup, cela calme...

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  413W1J2QFML

De surcroit, les gravures Melodiya sont en réalité de grande qualité car les russes avaient pris pour butin lors de la 2ème guerre mondiale, une bonne partie des équipements Telefunken de la radio berlinoise. Simplement, on s'est rendu compte qu'ils faisaient deux pressages : un de bonne qualité pour la Nomenklatura et une édition médiocre à bas cout pour le petit peuple...que Brilliant a largement exploité. Mais si on accède au pressage d'origine, on peut avoir une très belle restitution sonore (cf la dernière édition de l'Onéguine de Khaïkine chez Melodiya) à condition de soigner le remastering (j'ai une édition japonaise, parue il y a dix ans, du Sibelius d'Oïstrakh avec Rojdestvensky d'une présence et d'un grain remarquables).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyLun 9 Déc 2013 - 23:03

J'ai lu des choses incroyables.

- Les archives Brilliant Classics sont des Lives, donc moins bonnes techniquement. Je doute qu'il existe une de double qualités sur les bandes originales.

- Les techniciens russes ne savant pas vraiment bien enregistrés le violon solo avant le milieu des années 60s. Toutes les enregistrements précédents cette date sont mal équilibrés. Tantdis que l'Est (EMI, Captitole, RCA, Mercury, Decca, Philips, DG) savaient maitriser une bonne 10 années auparavant.

- Les solistes russes ne sont pas toujours bien accompagnés par leurs compatriottes. Si vous pensez ainsi, écoutez Nebolsin puis Bruck en compagnie de Kogan dans Paganini, puis on reparlera.

Les archives de Kogan étaient bien édités par Arlechino, Russian Revelation, Yedand, EMI, Testament. Malheureusement ce n'est plus maintenu en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMar 10 Déc 2013 - 10:57

Quelques info sur Leonid Kogan :

http://www.andromeda.at/mus/kog/index_e.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMar 10 Déc 2013 - 12:23

Bruno Luong a écrit:
J'ai lu des choses incroyables.
Les archives Brilliant Classics sont des Lives, donc moins bonnes techniquement. Je doute qu'il existe une de double qualités sur les bandes originales.

Brilliant a toujours fait un travail de sagouin sur les remasterings pour limiter les couts et Emi, dans les années 50-65, avait pris un retard de 10 ans sur les prises de son en raison des réticences de Walter Legge vis à vis de la stéréo. Il suffit de comparer le Cosi de Karajan chez EMI au Chant de la terre de Walter chez Decca pour s'en convaincre.

Bref, ce qui doit être surtout intéressant chez Kogan, ce sont ses concertos gravés en studio chez Melodiya mais impossible d'en trouver une liste précise sur le net. Quant aux problèmes d'équilibre des enregistrements russes de Kogan, cela vient du fait que les éditeurs occidentaux n'ont pas eu accès aux masters d'origine ou ont mal fait leur boulot. Mais bon, le seul moyen d'en avoir le cœur net, c'est d'attendre que Mélodiya rende enfin un hommage au second violoniste russe de son temps avec Oïstrakh. Et je me demande ce qu'ils attendent car cela pourrait être assez vendeur si la presse spécialisée et les réseaux sociaux en parlent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMar 10 Déc 2013 - 14:03

Je ne suis pas d'accord avec les clichés que vous avez fait Hugo.

Ecoutez le concerto Mendelssohn de David Oistrakh/Kondrashin dans le coffret Brilliant puis DG. Et puis dites moi si Brillilant est inferieur ? Si vous pensez que oui alors nous n'avons les mêmes perceptions auditives.

Je trouve très bon les enregistrements de Walter Legge lorsque le remastering rend la justice (écoutez la 2e Mahler de Klemperer dans le dernier coffret dédié au chef).

Les déséquilibres soliste/orchestre des enregistrements russes après guerre s'entendent partout, même chez les publications Melodyia récentes (par exemple les divers publication de David Oistrakh). Je suis presque certain qu'ils sont équipés les dernières techno de remastering (les DSCH et Mahler de Kondrashin ne sont jamais aussi bien rendus).

Cordialement,

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMar 10 Déc 2013 - 19:49

hugo75 a écrit:
Oui, enfin, le coffret Kogan auquel tu fais allusion (avec le Brahms de Kondrashine) se trouve à plus de 250 euros sur internet. Du coup, cela calme...

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  413W1J2QFML

De surcroit, les gravures Melodiya sont en réalité de grande qualité car les russes avaient pris pour butin lors de la 2ème guerre mondiale, une bonne partie des équipements Telefunken de la radio berlinoise. Simplement, on s'est rendu compte qu'ils faisaient deux pressages : un de bonne qualité pour la Nomenklatura et une édition médiocre à bas cout pour le petit peuple...que Brilliant a largement exploité. Mais si on accède au pressage d'origine, on peut avoir une très belle restitution sonore (cf la dernière édition de l'Onéguine de Khaïkine chez Melodiya) à condition de soigner le remastering (j'ai une édition japonaise, parue il y a dix ans, du Sibelius d'Oïstrakh avec Rojdestvensky d'une présence et d'un grain remarquables).

Cela calme ? Cela montre surtout que Leonid Kogan est apprécié et n'est pas oublié !

Ce double CD, comme on dit, est sorti en 1997, me semble-t-il. La série Testament dédiée à Kogan a été publiée en 2002 et, en 2006, EMI a publié "Les Introuvables de Leonid Kogan". On ne peut pas écrire que les éditeurs occidentaux n'ont pas fait leur travail. Les CDs Testament sont toujours disponibles et il est regrettable que les CDs EMI ne le soit plus mais cela tient vraisemblablement aux errements et vicissitudes de cette firme depuis une quinzaine d'années.

Quant à Melodya, j'ignorais complètement cette affaire de "double pressage".....tout à fait dans la ligne de la nomenklatura soviétique.
Pour ma part, après avoir acheté des LPs de symphonies de Mahler dirigées par Kyrill Kondrachine en 1969/1970 et, ensuite m'être intéressé à Prokofiev et Sibelius dirigé par Rojdestvensky, j'ai trouvé ces LPs si lamentables que je n'ai plus acheté de disques Melodya avant de succomber devant une intégrale des symphonies de Brahms dirigée par Kondrachine en 1978, qui, techniquement,  n'était pas glorieuse. A ma grande surprise, j'ai trouvé en Allemagne, entre 1981 et 1983, des éditions Eurodisc des symphonies de Mahler par Kondrachine et de Sibelius par Rojdestvensky enfin audibles.

Ceci écrit, j'ai eu l'occasion de me rendre en Russie ces dernières années et j'y ai trouvé les CDs des symphonies de Mahler par Kondrachine et de concerts d'Emile Guilels, entre autres, de qualité acceptable...et je trouve même que ce CD d'Oïstrakh

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Oistra12

sonne beaucoup mieux que celui la

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Oistra13

Quant à Kogan, La majorité des enregistrements Melodya est assez ancienne, disons antérieure à 1970, et je crains qu'une réédition ne soit pas techniquement satisfaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMer 11 Déc 2013 - 8:37

[quote="Bruno Luong"]J'ai lu des choses incroyables.

- Les solistes russes ne sont pas toujours bien accompagnés par leurs compatriottes. Si vous pensez ainsi, écoutez Nebolsin puis Bruck en compagnie de Kogan dans Paganini, puis on reparlera.

quote]

Qui a écrit cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMer 11 Déc 2013 - 13:14

fomalhaut a écrit:
A ma grande surprise, j'ai trouvé en Allemagne, entre 1981 et 1983, des éditions Eurodisc des symphonies de Sibelius par Rojdestvensky enfin audibles.

On sort un peu du sujet mais dans l'intervalle, il y a eu la parution de ces deux coffrets (il y a deux ans) dont le remastering est remarquable :

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  51CCJbrND2L._SX450_ Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  61mVxCijawL._SX450_

Bref, depuis 7-8 ans (en gros la réédition de l'intégrale Chosta par Kondrashine), Melodiya soigne bien davantage sa présentation et ses remasterings. C'est pourquoi, on peut toujours espérer que le tour de Leonid Kogan viendra. Quant à la médiocrité des accompagnements des compatriotes de Kogan, j'ai du mal à vous suivre. Tout dépend en effet de qui il s'agit : si c'est Kondrashine, Rojdestvensky, Niebolssine ou Golovanov, je suis preneur ! D'où la nécessité de mieux connaitre cette discographie qui doit être trouvable sur des sites russes...dont je ne parle pas la langue. Sinon on trouve encore facilement ce concerto de Khatchaturyan avec Monteux qui est très bien capté et dont on n'a pas parlé :

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  0090266370825
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMer 11 Déc 2013 - 15:34

Citation :
Qui a écrit cela ?

Suite à ceci (par Hugo75):

Citation :

Un peu quand même dans la mesure où son éditeur officiel (Melodiya) ne lui a toujours pas consacré un coffret remasterisé comportant ses meilleurs enregistrements concertants. Et c'est d'autant plus dommage qu'il y est beaucoup mieux entouré (Kondrashine, Rojdestvensky....) que dans ses gravures occidentales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMer 11 Déc 2013 - 19:18

Bruno Luong a écrit:
Citation :
Qui a écrit cela ?

Suite à ceci (par Hugo75):

Citation :

Un peu quand même dans la mesure où son éditeur officiel (Melodiya) ne lui a toujours pas consacré un coffret remasterisé comportant ses meilleurs enregistrements concertants. Et c'est d'autant plus dommage qu'il y est beaucoup mieux entouré (Kondrashine, Rojdestvensky....) que dans ses gravures occidentales.

Et je persiste et signe : Kondrashine et Rojdestvenky n'ont pas besoin de moi pour être défendus car il suffit d'écouter les Chosta du premier et les Prokofiev ou Sibelius du second pour se rendre compte que ces chefs sont exceptionnels. Mais juger Niebolssine uniquement à travers l'accompagnement du Paganini qui ressemble à un crincrin, c'est un peu court quand on sait qu'il a signé des "contes du tsar Saltan" et "une vie pour le tsar" (avec Reïzen) de référence. Même chose pour Golovanov dont le Boris et le Sadko sont anthologiques. Bref, à mon avis, Rimsky Korsakov et Moussorgsky permettent plus surement que Paganini de se faire une idée de la valeur d'un chef...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyMer 11 Déc 2013 - 22:14

Citation :
Et je persiste et signe : Kondrashine et Rojdestvenky n'ont pas besoin de moi pour être défendus car il suffit d'écouter les Chosta du premier et les Prokofiev ou Sibelius du second pour se rendre compte que ces chefs sont exceptionnels. Mais juger Niebolssine uniquement à travers l'accompagnement du Paganini qui ressemble à un crincrin, c'est un peu court quand on sait qu'il a signé des "contes du tsar Saltan" et "une vie pour le tsar" (avec Reïzen) de référence. Même chose pour Golovanov dont le Boris et le Sadko sont anthologiques. Bref, à mon avis, Rimsky Korsakov et Moussorgsky permettent plus surement que Paganini de se faire une idée de la valeur d'un chef...

Encore incroyable. Personne ici ne juge Nebolsin avec un son accompagnement de Paganini. J'ai juste dit que Kogan est mal accompagné par Nebolsin sur *CE* coup là. Personne non plus ne dit que Rozhdestvensky et Kondrashin sont des mauvais chefs.

Nous ne comprenons pas pouquoi vous affirme que les accompagnement des chefs de l'Ouest ne sont pas comparables. Avez vous écouter
- Cluytens/Oistrakh dans Beethoven ?
- Klemperer/Oistrakh dans Brahms ?
- Ormandy Oistrakh dans Shoatakovitch ?
- Silvestri/Kogan dans Mendelssohn ?
- Silvestri/Kogans dans Tchaikovsky ?

Sont-ils mal accompagnés ?

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 12 Déc 2013 - 10:32

Bruno Luong a écrit:
hugo75 a écrit:
Et je persiste et signe : Kondrashine et Rojdestvenky n'ont pas besoin de moi pour être défendus car il suffit d'écouter les Chosta du premier et les Prokofiev ou Sibelius du second pour se rendre compte que ces chefs sont exceptionnels. Mais juger Niebolssine uniquement à travers l'accompagnement du Paganini qui ressemble à un crincrin, c'est un peu court quand on sait qu'il a signé des "contes du tsar Saltan" et "une vie pour le tsar" (avec Reïzen) de référence. Même chose pour Golovanov dont le Boris et le Sadko sont anthologiques. Bref, à mon avis, Rimsky Korsakov et Moussorgsky permettent plus surement que Paganini de se faire une idée de la valeur d'un chef...

Encore incroyable . Personne ici ne juge Nebolsin avec un son accompagnement de Paganini. J'ai juste dit que Kogan est mal accompagné par Nebolsin sur *CE* coup là. Personne non plus ne dit que Rozhdestvensky et Kondrashin sont des mauvais chefs.

Nous ne comprenons pas pouquoi vous affirme que les accompagnement des chefs de l'Ouest ne sont pas comparables. Avez vous écouter
- Cluytens/Oistrakh dans Beethoven ?
- Klemperer/Oistrakh dans Brahms ?
- Ormandy Oistrakh dans Shoatakovitch ?
- Silvestri/Kogan dans Mendelssohn ?
- Silvestri/Kogans dans Tchaikovsky ?

Sont-ils mal accompagnés ? Bruno

Est-il nécessaire d'utiliser le terme "incroyable" pour qualifier un point de vue différent du votre ? Vous n'êtes pas le seul à détenir la vérité et mon ressenti est aussi respectable que le votre. Inutile aussi de commencer votre phrase par "nous" quand seule votre opinion est en cause.

Sinon Cluytens et Klemperer sont de bons chefs mais on ne peut pas dire que le rebond rythmique et la passion slave (et ses excès) caractérisent leur direction. Cluytens est en effet très classique dans Beethoven et Klemperer très monumental et hiératique dans Brahms. Et j'ai toujours eu le sentiment qu'ils muselaient un peu Oïstrakh qui est capable d'emportements bien plus surprenants quand il est accompagné par d'autres chefs. De surcroit, pour avoir ces deux versions (qui restent fort belles) chez moi et en import japonais remasterisé en 24 bits, je continue à penser que les prises de son EMI de l'époque restent un peu sèches et arides et gomment un peu la richesse harmonique et le grain si particuliers d'Oïstrakh. Quant à Ormandy, oui, c'est un bon chef qui n'arrive pas à la cheville de Rojdestvensky dans Tchaïkovsky comme l'a justement souligné Fomalhaut.

Enfin, pour en revenir à Kogan, ni vous, ni moi, ne pouvons dire si les enregistrements soviétiques de Kogan sont supérieurs ou non à ses gravures occidentales. Et ceci pour une raison très simple : elles n'ont pas été rééditées en CD. Simplement, contrairement à vous, les gravures occidentales de Kogan me laissent un peu sur ma faim. Peut être parce que j'aimerais entendre dans Beethoven, Sibelius ou Prokofiev des lectures plus passionnées que celles qui sont disponibles sous étiquette Testament ou EMI (et assez bizarrement le Brahms/Lalo avec Kondrashine  qui m'a l'air très bien n'est pas disponible en séparé et ne figure que dans un coffret au prix prohibitif). C'est pourquoi j'aimerais connaitre ses gravures russes car l'abondance de biens n'a jamais nui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 12 Déc 2013 - 14:52

hugo75 a écrit:
Bruno Luong a écrit:
hugo75 a écrit:
Et je persiste et signe : Kondrashine et Rojdestvenky n'ont pas besoin de moi pour être défendus car il suffit d'écouter les Chosta du premier et les Prokofiev ou Sibelius du second pour se rendre compte que ces chefs sont exceptionnels. Mais juger Niebolssine uniquement à travers l'accompagnement du Paganini qui ressemble à un crincrin, c'est un peu court quand on sait qu'il a signé des "contes du tsar Saltan" et "une vie pour le tsar" (avec Reïzen) de référence. Même chose pour Golovanov dont le Boris et le Sadko sont anthologiques. Bref, à mon avis, Rimsky Korsakov et Moussorgsky permettent plus surement que Paganini de se faire une idée de la valeur d'un chef...

Encore incroyable . Personne ici ne juge Nebolsin avec un son accompagnement de Paganini. J'ai juste dit que Kogan est mal accompagné par Nebolsin sur *CE* coup là. Personne non plus ne dit que Rozhdestvensky et Kondrashin sont des mauvais chefs.

Nous ne comprenons pas pouquoi vous affirme que les accompagnement des chefs de l'Ouest ne sont pas comparables. Avez vous écouter
- Cluytens/Oistrakh dans Beethoven ?
- Klemperer/Oistrakh dans Brahms ?
- Ormandy Oistrakh dans Shoatakovitch ?
- Silvestri/Kogan dans Mendelssohn ?
- Silvestri/Kogans dans Tchaikovsky ?

Sont-ils mal accompagnés ? Bruno

Est-il nécessaire d'utiliser le terme "incroyable" pour qualifier un point de vue différent du votre ? Vous n'êtes pas le seul à détenir la vérité et mon ressenti est aussi respectable que le votre. Inutile aussi de commencer votre phrase par "nous" quand seule votre opinion est en cause.

Sinon Cluytens et Klemperer sont de bons chefs mais on ne peut pas dire que le rebond rythmique et la passion slave (et ses excès) caractérisent leur direction. Cluytens est en effet très classique dans Beethoven et Klemperer très monumental et hiératique dans Brahms. Et j'ai toujours eu le sentiment qu'ils muselaient un peu Oïstrakh qui est capable d'emportements bien plus surprenants quand il est accompagné par d'autres chefs. De surcroit, pour avoir ces deux versions (qui restent fort belles) chez moi et en import japonais remasterisé en 24 bits, je continue à penser que les prises de son EMI de l'époque restent un peu sèches et arides et gomment un peu la richesse harmonique et le grain si particuliers d'Oïstrakh. Quant à Ormandy, oui, c'est un bon chef qui n'arrive pas à la cheville de Rojdestvensky dans Tchaïkovsky comme l'a justement souligné Fomalhaut.

Enfin, pour en revenir à Kogan, ni vous, ni moi, ne pouvons dire si les enregistrements soviétiques de Kogan sont supérieurs ou non à ses gravures occidentales. Et ceci pour une raison très simple : elles n'ont pas été rééditées en CD. Simplement, contrairement à vous, les gravures occidentales de Kogan me laissent un peu sur ma faim. Peut être parce que j'aimerais entendre dans Beethoven, Sibelius ou Prokofiev des lectures plus passionnées que celles qui sont disponibles sous étiquette Testament ou EMI (et assez bizarrement le Brahms/Lalo avec Kondrashine  qui m'a l'air très bien n'est pas disponible en séparé et ne figure que dans un coffret au prix prohibitif). C'est pourquoi j'aimerais connaitre ses gravures russes car l'abondance de biens n'a jamais nui.



Un soliste ukrainien peut être très bien accompagné par un chef occidental, tel que Cluytens, Klemperer ou Ormandy, tout comme il peut l'être par un chef soviétique, tel que Kondrachine ou Rojdestvensky. A ce niveau de qualité, on peut préférer l'un ou l'autre, bien sur.

En ce qui concerne David Oïstrakh, il existe un livre, publié par Cassell en 1979, livre de conversations avec son fils Igor, écrit par Viktor Jusefovich:

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Oistra19

Page 84, on lit que David Oïstrakh préférait l'enregistrement du concerto de Beethoven qu'il avait fait sous la direction d'André Cluytens.
Il est donc permis de penser que le classicisme de Cluytens a apporté à Oïstrakh quelque chose que d'autres chefs ne lui apportaient pas et qu'il l'a apprécié.

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Oistra18

Plus loin, dans même livre, Igor Oïstrakh détaille les relations que son père a eu avec plusieurs chefs dont deux "occidentaux", précisément Klemperer et Ormandy.
De toute évidence, David Oïstrakh avait beaucoup d'estime musicale et humaine pour ces chefs, il avait apprécié l'enregistrement du concerto de Brahms avec Klemperer et il aimait jouer sous la direction d'Eugene Ormandy. A ce propos, je n'ai pas écrit que Ormandy n'arrivait pas à la cheville de Rojdestvensky mais que le CD BMG-Melodia des concertos de Sibelius et Tchaikovsky sonnait (techniquement) beaucoup mieux que le "remastering" DSD-Sony...ce qui n'est pas la même chose.
Encore une fois, à chacun ses préférences...Pour ma part, je préfére entendre David Oïstrakh dans Brahms à Cleveland avec George Szell.

Revenons à Leonid Kogan.

La discographie de Kenzo Amoh possède un copyright. Par ailleurs, elle date de 1997 et est malheureusement dépassée.
On peut néanmoins en tirer quelques informations quant aux concertos enregistrés par Kogan pour Melodia et réenregistrés ensuite en Occident.
Voici les chefs et dates des enregistrements Melodia en question:

Beethoven
Kondrachine, 1958 à Moscou
Kondrachine, 3/11/62 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino

Brahms
Eliasberg, 3/10/53 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino
Kondrachine, 24/04/59 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino
Rojdestvensky, 19/02/61 à Moscou, live publié en CD par "Triton" (?)
Kondrachine, 05/67 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Lalo
Kondrachine, 21/10/59 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino

Mendelssohn
Svetlanov, 24/04/60 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Mozart 3
Eliasberg, 21/11/53 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino
Rojdestvensky, 19/02/61 à Moscou, live publié en CD par "Triton" (?)
Barchai, 11/02/64 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Mozart 5
Kondrachine, 21/10/1959 à Moscou, live publié en CD par Arlecchino
Barchai, 11/02/64 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Paganini 1
Nebolsin, 20/03/50 à Moscou

Prokofiev 2
Kondrachine, 28/02/56 à Moscou

Shostakovitch
Kondrachine, 1962 à Moscou
Svetlanov, 25/09/76 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Tchaikovsky
Nebolsin, 31/10/50 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Un dernier mot en ce qui concerne Leonid Kogan et les chefs : je trouve pour ma part que les "binômes" Kokan/Kondrachine et Kogan/Silvestri fonctionnent très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hugo75
Mélomane averti
hugo75

Nombre de messages : 470
Date d'inscription : 24/12/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyJeu 12 Déc 2013 - 17:47

fomalhaut a écrit:

Revenons à Leonid Kogan :

Beethoven
Kondrachine, 1958 à Moscou
Brahms
Kondrachine, 05/67 à Moscou, publié en CD par Arlecchino
Mendelssohn
Svetlanov, 24/04/60 à Moscou, publié en CD par Arlecchin
Prokofiev 2
Kondrachine, 28/02/56 à Moscou
Shostakovitch
Kondrachine, 1962 à Moscou
Tchaikovsky
Nebolsin, 31/10/50 à Moscou, publié en CD par Arlecchino

Merci pour ces précisions : tout cela fait très envie surtout s'il s'agit d'enregistrements faits en studio et donc souvent mieux captés que les live.

Quant à Oïstrakh, qu'il préfère dans Beethoven, l'accompagnement de Cluytens à celui de Gauk et Ehrling, c'est quand même assez logique : la concurrence n'était pas très rude...et Cluytens est parfait dans une optique classique. Mais personnellement, je préfère un Beethoven plus passionné.

Sinon, oui, les goûts et les couleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 994
Date d'inscription : 07/08/2012

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 13 Déc 2013 - 9:23

Une partie des enregistrement Melodyia mentioné par fomalhaut ont été publié chez Russian Revelation. Je ne suis pas certain du lien entre Melodyia et RV.

RV ont publé entre autre les concertos de Barber et Berg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 13 Déc 2013 - 14:33

Juste pour rappeler que Melodiya a publié un coffret de 20 disques (que des concerts), en 1990  Mr. Green et j'ai plusieurs arlecchino, et même qu'il y en a qui sont libres de droits…  siffle 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14253
Age : 57
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptyVen 13 Déc 2013 - 21:27

J'ai mis sur Musique ouverte quelques vieilles gravures soviétiques de Kogan libres de droits, :

Les concertos de Beethoven et Mendelssohn, le poème de Chausson, du Lalo (Symphonie espagnole), St-Saens et Vieuxtemps, son Tchaikovsky (Concerto avec Nebolsin et divers).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 999
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  EmptySam 14 Déc 2013 - 10:16

Mariefran a écrit:
Juste pour rappeler que Melodiya a publié un coffret de 20 disques (que des concerts), en 1990  Mr. Green et j'ai plusieurs arlecchino, et même qu'il y en a qui sont libres de droits…  siffle 

Un coffret de 20 disques (CD, je présume) consacré à Leonid Kogan ? Je ne me souviens pas avoir vu cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty
MessageSujet: Re: Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?    Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Leonid Kogan, un dieu du violon oublié ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J''ai oublié de vivre
» Vos meilleures excuses pour zapper la St Valentin...
» Présentation de Shibby
» Pat Vurden se joint à vous...
» TRUST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: