Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Sacchini
Le meilleur compositeur de tous les temps
0%
 0% [ 0 ]
Le meilleur compositeur du XVIIIe siècle
0%
 0% [ 0 ]
Le meilleur compositeur de Marie-Antoinette
17%
 17% [ 1 ]
Du sous-Piccinni
0%
 0% [ 0 ]
Du sous-Gluck
17%
 17% [ 1 ]
De la sous-musique
0%
 0% [ 0 ]
Jamais écouté
33%
 33% [ 2 ]
Jamais entendu parler
33%
 33% [ 2 ]
Polyeucte doit abjurer Gounod ou démissionner
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 6
 

AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 80872
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide   Mer 24 Oct 2012 - 15:16

Le 19 octobre dernier, à l'Opéra Royal de Versailles.

    Julien Dran Renaud
    Marie Kalinine Armide
    Julie Fuchs Mélise
    Katia Velletaz Doris
    Li-Chin Huang Antiope
    Jennifer Borghi Iphise
    Cyrille Dubois Tisiphone
    Pascal Bourgeois Alecton
    Jean-Sébastien Bou Hidraot
    Edwin Crossley-Mercer Adraste
    Pierrick Boisseau Mégère

    Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles
    Direction artistique Olivier Schneebeli

    Les Talens Lyriques
    Direction Christophe Rousset


Dans genre "quatrième école" (le genre Gluck, même si Sacchini est plus proche esthétiquement de Piccinni), Sacchini reprend le personnages principaux de Quinault / Lully.

Distribution globalement excellente (avec quelques changements, Wanroij remplacée par Kalinine, Beuron remplacé par Dran), et Rousset est palpitant dans ce répertoire tardif en général.

Marie Kalinine a beaucoup progressé depuis un an (où elle chantait des extraits de ce même rôle), mais les amateurs de baroque trouveront sans doute cela un peu opaque. En revanche Velletaz, Borghi, Dran, Dubois, Bou, Crossley-Mercer... tous ceux-là seront fantastiques.

Seule réserve : l'oeuvre, qui n'est pas de la trempe de ses meilleures contemporaines de Gluck, Piccinni, Grétry, Gossec ou Salieri.


Et précisément, si certains d'entre vous y sont allés, je suis curieux d'avoir leur avis sur l'oeuvre, que je pronostiquais peu passionnante au vu des larges extraits déjà écoutés. Mon contact insider ayant essuyé un petit accident, je n'ai pas d'éléments sur cette soirée. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18754
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide   Mar 14 Mai 2013 - 12:12

C'est sorti depuis le 7 mai en disque!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3009
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide   Ven 30 Déc 2016 - 1:14

Je viens d’écouter la chose...


• Marie Kalinine (Armide), Julien Dran (Renaud), Jean-Sébastien Bou (Hidraot), Pierrick Boisseau (Adraste, Arcas, Tissapherne, Mégère), Julie Fuchs (Mélisse, Une Coryphée), Katia Velletaz (Doris, Une Coryphée), Chantal Santon (Antiope), Jennifer Borghi (Iphise), Cyrille Dubois (Tisiphone, Un Chevalier), Pascal Bourgeois (Alecton), Christophe Rousset / Les Talens Lyriques, Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles / Olivier Schneebeli
Metz, X.2012
Singulares / Bru Zane


Bon, l’œuvre en elle-même n’est pas bien fameuse. Musicalement, ça fait surtout penser à du Mozart qui tire à la ligne: les marches et les airs de ballets pourraient sortir de quelque divertimento, cassation ou sérénade, il y pas mal d’airs de virtuosité qui évoquent le formalisme des airs de concert («Jeux folâtres, plaisirs charmants»). Globalement, c’est très morcelé, très conventionnel et plutôt insipide: récitatifs brefs et assez plats avec des cordes qui tricotent en-dessous d’une déclamation assez simple, airs et chœurs qui modulent sur deux phrases jusqu’à la résolution harmonique attendue surlignée d’un crescendo, peu d’ensembles et traités de façon essentiellement instrumentale... Le livret n’est pas bien fameux non plus: on dirait une sorte de réduction de l’univers surnaturel et guerrier du Tasse aux conventions du seria (amours contrariés et intrigues politiques sommaires).

Par ailleurs, l’interprétation n’aide pas non plus forcément. Autant j’aime bien le côté hédoniste et un peu nonchalant de la direction de Rousset dans Lully (où elle peut ménager de beaux moments de poésie ou adoucir certaines raideurs) ou dans Salieri (où elle permet de faire entendre pleinement une orchestration inventive), autant là ça sonne juste mou. Le Chantres de Schneebeli, assez sollicités, sont en revanche parfaits d’intelligibilité et de précision dans les effets de leurs parties.

Vocalement, on retrouve là les caractéristiques habituelles des troupes mobilisées ces dernières années dans les tragédies lyriques. D’un côté, des hommes qui, au pire font très honorablement le travail (Pierrick Boisseau), au mieux se distinguent par un art consommé de la déclamation (Jean-Sébastien Bou, absolument admirable, Cyrille Dubois, malheureusement cantonné à des parties très brèves); de ce point de vue, Julien Dran est impeccable lui aussi, en revanche son interprétation possède un ton de bonhommie pateline pas dénuée d’humour qui sonne assez curieusement dans un rôle héroïque (on pense un peu à François Hollande expliquant les interventions militaires françaises dans le monde...) - bizarrement son élocution m’a rappelé Michel Sénéchal dans Offenbach; dans l’air «Déjà la trompette guerrière...», par lui-même déjà assez rigolo dans son pseudo-héroïsme décoratif, on vraiment très éloigné des sombres violences du Tasse...

Côté féminin, je pourrais reprendre mot pour mot ce que je disais de Jennifer Borghi et Julie Fuchs à propos de leurs prestations dans l’Hercule mourant de Dauvergne. Katia Velletaz et Chantal Santon m’ont semblé, prévisiblement, un bon cran au-dessus - en termes de diction comme de positionnement vocal, beaucoup plus proches de la franchise des voix de dessus des Arts Flo’ de la grande époque. Reste le cas de Marie Kalinine qui, intrinsèquement, est totalement à rebours de mes attentes dans ce répertoire: voix très couverte et assombrie, diction en conséquence très opaque avec des voyelles peu distinctes et des consonnes manquant de tranchant, interprétation un peu «callassienne» avec des postures vocales très marquées qui soulignent les effets dramatiques (ce qui est peut-être moins gênant ici que dans des répertoires antérieurs); pour autant, l’engagement et la personnalité sont tels que, dans cette œuvre faiblarde et par ailleurs pas défendue avec énormément d’ardeur, elle est vraiment la seule à «assurer le spectacle» et à soutenir vaillamment l’intérêt vacillant de l’auditeur.

Mais, un peu comme David à propos d’autres œuvres, je m’interroge quand même sur les critères qui guident Bru Zane dans leurs exhumations... Sinon, l’Œdipe à Colone de Sacchini, c’est de la même farine ou c’est un peu plus intéressant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 80872
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide   Ven 30 Déc 2016 - 2:30

Globalement d'accord avec toi :

livret siphonné, plus grand'chose des saveurs du Tasse (ou même de Quinault, qui avait indubitablement le sens de la couleur locale) ;

musique bien faite, mais qui manque de contrastes, de personnalité… un peu toujours la même sauce assez commune à tout ce qui nous est parvenu du dernier quart du XVIIIe en France ;

Marie Kalinine, vraiment pas ce qu'on attend ici, mais il faut bien admettre qu'une fois de plus, avec un instrument qui est ce qu'il est, elle donne tout avec une belle sincérité et une grande conviction. Elle fait des efforts audibles ici. Pas au point de me plaire vraiment, mais ça fonctionne plutôt bien malgré la diction et la voix épaisses.

Concernant l'œuvre, ce n'est pas très étonnant, puisqu'il s'agit d'une refonte de son Armida de 1772, donc l'essentiel, aussi bien musique que livret, fut conçu bien avant l'opéra français réformé…

Il faut néanmoins voir que Renaud est plutôt un bon Sacchini. Œdipe est nettement pire – vraiment pas bon, le livret un peu plus incarné mais à peu près rien à voir côté musique.
Son meilleur, si j'en juge par les extraits entendus, est Chimène (ce n'est pas fabuleux, mais ça ne fait pas mal à Corneille comme la version Massenet). C'est rejoué dans quinze jours à Saint-Quentin-en-Yvelines (puis Massy et Herblay) par le Concert de la Loge Olympique et Julien Chauvin ! J'y serai naturellement, je pourrai te dire si tu dois te tenir prêt à acheter le CD ou attraper la bande. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Versailles] Antonio SACCHINI - Renaud ou la Suite d'Armide
» Antonio Sacchini ( 1730-1786)
» Charles Hubert Gervais
» Antonio Maria Gasparo Sacchini (1730-1786)
» Musique profane à Versailles (1650-1764) : les sorties

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Concerts-
Sauter vers: