Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Martina Arroyo

Aller en bas 
AuteurMessage
moffo
Néophyte


Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 12/06/2010

MessageSujet: Martina Arroyo   Dim 2 Déc 2012 - 21:25

Martina Arroyo (née à New York, le 2 février 1936) est une soprano afro-américaine particulièrement associée au répertoire italien, notamment Verdi, dont elle chanta la majorité des grands roles. Elle connut aussi le succès dans quelques opéras français tels Les Huguenots et L'Africaine, ainsi que Norma et Gioconda.

Arroyo possédait une voix chaude et veloutée à l'ample tessiture mais moins séduisante et vibrante que sa compatriote Leontyne Price et avec un aigu moins étincelant. Elle a relativement peu enregistré, je l'ai dans Les Huguenots et I vespri siciliani, et dans des extraits de La juive. Elle a aussi enregistré Don Giovanni, Un ballo in maschera et La forza del destino. J'ai lu qu'elle a remplacé Montserrat Caballé souffrante dans les enregistrements de Vespri et Ballo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 855
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Ven 5 Oct 2018 - 22:50

Martina Arroyo est une chanteuse que j'aime particulièrement aujourd'hui. Pourtant, je l'ai longtemps détestée. Eh oui !
Je l'ai découverte quand j'étais ado, au disque en Donna Elvira et en Donna Anna. Je trouvais son timbre opaque et lourd. Face à mes références de l'époque qui s'appelaient Te Kanawa, Janowitz, Popp, M.Price ou Varady, elle semblait manquer de légèreté et de finesse.

J'évitais alors avec soin tous les enregistrements où son nom apparaissait. Mais pour entendre la Nedda de Lucia Popp, j'ai dû acheter le Paillasse couplé avec le Cavalliera  dirigé par Gardelli avec la Santuzza d'Arroyo. Là, même si je n'ai pas apprécié, j'ai été intrigué par ce timbre si particulier.

Puis je l'ai entendue dans la Missa Solemnis de Beethoven, le Requiem de Verdi et le Stabat Mater de Rossini et là, ce fut la révélation. Ce timbre qui me semblait opaque et lourd m'est alors apparu moiré avec des reflets cuivrés, riches et précieux, avec des aigus lumineux et rayonnants. J'ai été complètement conquis par cette chanteuse à la signature vocale unique.

Je suis depuis retourné à ses enregistrements mozartiens, ce n'est pas là qu'on peut l'apprécier le mieux. Là où elle est sublime, c'est dans Verdi : son Amelia, sa Leonora dans la Forza, son Aida, sa Lady Macbeth et sa merveilleuse Elena dans les Vêpres Siciliennes. Elle a malheureusement assez peu enregistré. Je pense qu'elle a pâti de l'ombre que pouvaient lui faire Leotyne Price ou Montserrat Caballe. Pourtant, je pense qu'elle n'a pas grand chose à leur envier : timbre unique, immédiatement reconnaissable, une très grande aisance dans l'aigu et un grave sonore. Certes, on peut lui reprocher une certaine mollesse dans la diction, mais ce n'est pas la seule  Mr. Green

Heureusement, YT permet de l'entendre dans des rôles qu'elle n'a pas enregistrés : Leonora du Trouvère, Butterfly, Elsa de Lohengrin, Bess (aux côté du Porgy surprenant d'Ingvar Wixell) et surtout une Turandot stupéfiante de facilité ...  Idea  ... elle aurait été plus à sa place que Ricciarelli dans l'enregistrement de Karajan.

Question Petit jeu combien de chanteuses auraient pu remplacer Ricciarelli en Turandot : Arroyo, Jones, Behrens, Bumbry, Rysanek ... Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3283
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Sam 6 Oct 2018 - 9:24

Oui, je pense qu'elle donnait l'impression d'une absence de flamme et d'une certaine mollesse qui lui a été très préjudiciable, parce qu'en effet, elle avait vocalement tout ce qui fait une très grande "star", de la grandeur à la singularité en passant par le répertoire ... et je suis sûr en effet que la comparaison avec Price lui a été fatale (alors que je la préfère : j'adore son timbre et elle a un grave stupéfiant). Mais Price animait davantage sa ligne et son sens de la phrase était plus fluide et plus subtile. Chez Arroyo, c'est rapidement un torrent vocal, un peu aux kilomètres.

Je viens justement d'écouter (pour la première fois, le reste de la distribution, à part Burrows, ne m'inspirait pas) sa Donna Anna. Vocalement, je crois que je n'ai jamais entendu chanter le rôle avec autant de constance. Un jaillissement continu et voluptueux de notes, d'une parfaite égalité. Et elle donne l'impression que sa réserve est inépuisable. C'est vraiment un plaisir sensuel (qui m'évoque un peu Jurinac en fait) d'entendre cette qualité d'émission et cette solidité totale (des aigus à mourir, franchement, il faut entendre ça dans Or Sai chi l'onore). Ce qu'elle fait du texte n'a rien de révolutionnaire ou de particulièrement imaginatif, mais c'est suffisant, disons. Ce n'est pas une morte vivante et elle joue les récitatifs convenablement, en s'appuyant sur les nuances et les attaques plus que sur les mots (elle n'en a jamais eus, ça c'est vrai). A la fin des grandes scènes dramatiques, elle laisse s'éteindre sa voix, sans détimbrer non plus. C'est très beau, comme une lumière qui disparait.

Pour le reste, ça n'est pas si mal, à part le grimaçant et filandreux valet de Ganzarolli et Freni, égale à elle-même. Te Kanawa est plus enthousiaste qu'avec Maazel, Wixell est somptueux, le poing (ou le reste ?) toujours levé, Burrows magnifique évidemment.

Pour revenir à Arroyo, Hoffelé, sur son blog, disait beaucoup de bien de son récital avec piano (live) paru il y a quelques années. Vu le répertoire (purement concertiste), cela irait un peu à l'encontre de ce qu'on entend d'elle habituellement puisque ça demande des qualités de phrasé et un indispensable art du dire.

Sinon, je l'écoute aussi avec toujours un immense plaisir dans Les Huguenots, Cavaliera, Un Bal Masqué, La Forza (j'aimerais écouter la version de Saint Petersbourg avec elle) ... et plus rare, sa vénéneuse odalisque dans Samson d'Haendel (Richter) où elle m'avait vraiment surpris avec quelques intervention.  Jérôme avait signalé un récital studio jamais sorti en CD, je crois que je serais curieux d'entendre. Et malheureusement son Africaine (a priori complète) n'est plus disponible depuis longtemps.


Dernière édition par Francesco le Sam 6 Oct 2018 - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 849
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Sam 6 Oct 2018 - 9:25

Une chanteuse que j'ai immédiatement appréciée.
J'ai beaucoup regretté (et je regrette toujours) qu'elle n'enregistra que relativement peu. Evidemment, à coté de Leontyne Price et de Montserrat Caballé, il était alors difficile de s'imposer.
Je me souviens toutefois que, quand on a commencé à parler d'elle, d'aucuns étaient moins enthousiastes que moi : s'ils la trouvaient à la hauteur d'une façon générale, ils lui reprochaient des aigus "un peu durs"...

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 855
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Sam 6 Oct 2018 - 10:05

Je me rappelle avoir lu une fois qu'elle avait beaucoup d'humour.
Lors d'une interview, elle critiquait les productions trop sombres avec des décors noirs, car elle était alors obligée de sourire à pleine dents pour être vue et que le public ne la confonde pas avec le décor Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otello
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6946
Age : 52
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Sam 6 Oct 2018 - 13:17



superbe album!!

Une cantatrice fabuleuse, à mon sens encore mieux dotée vocalement que Leontyne Price et dont la discographie est tout de même non négligeable:

- 9 intégrales lyriques officielles (2 Mozart, 2 Meyerbeer, 4 Verdi, 1 Mascagni)
- 1 disque d'extraits officiel (La Juive de Halévy)
- 8 intégrales officielles musique religieuse (3 Haendel, 1 Beethoven, 1 Rossini, 2 Verdi, 1 Fauré)
- 3 enregistrements officiels de musique symphonique (1 Beethoven, 1 Mahler, 1 Barber)
- 8 albums officiels (3 lyriques dont 2 "galas" consacrés l'un au MET et l'autre à Wagner, 1 liederabend, 2 spirituals, 1 Stockhausen, 1 Gurrelieder de Schoenberg)

On peut aussi y rajouter 6 intégrales lyriques lives officialisées:
1 Huguenots, 1 Trovatore, 1 Vespri siciliani, 2 Aida, 1 Don Carlo

Evidemment le circuit parallèle propose en plus ses formidables prestations lives dans Don Giovanni, Macbeth, Ernani, Vespri siciliani, Gioconda, Madama Butterfly, Tosca, Turandot (rôle-titre et Liu), Andréa Chénier, Lohengrin, ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fomalhaut
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 849
Age : 74
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Sam 6 Oct 2018 - 16:32

Le site personnel de Martina Arroyo propose une discographie (hélas dépassée, 2009) :

http://www.martinaarroyo.com/discography.html

tout comme le site operadis :

https://www.operadis-opera-discography.org.uk/CLSIARRO.HTM

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colbran
Mélomane du dimanche
avatar

Nombre de messages : 85
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Dim 7 Oct 2018 - 1:02

Otello a écrit:
à mon sens encore mieux dotée vocalement que Leontyne Price

Oui, absolument. Et avec une première octave plus solide et moins en arrière que sa consoeur. Bien qu'elle ne soit pas la partie la plus a fuoco de la tessiture chez Arroyo non plus. Pour le reste, si l'opulence avait une voix, ce serait bien la sienne. Peut-être trop capiteuse parfois même, d'où cette vague sensation de lourdeur à quelques occasions.

Sur le papier, peu pour me plaire, mais je reste toujours impressionné par la qualité (et la quantité)  sidérante de l'instrument et l'aisance d'émission. En revanche, pour les subtilités dynamiques, la variété d'accent et le raffinement du phrasé, on repassera. Mais un torrent de son, oui.

Allez, pour le plaisir: /watch?v=fOq9z-mMG9k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3283
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 12:05

Je réécoute des extraits du Don Giovanni ce matin. Ce qui frappe vraiment chez Arroyo, c'est son incapacité à se faire oublier ! Le timbre est tellement présent, singulier, capiteux ... dans les ensembles, on n'entend qu'elle, y compris ses erreurs (vocalises un peu étranglées) et elle empêche en partie la fusion nécessaire au trio des masques. Mais, ça reste un régal d'entendre sa voix royale prendre de haut tout le monde.
Je me surprend à m'attacher à la Zerline de Freni : c'est moins pincé et moche que chez Klemperer et elle la joue vraiment comme l'idiote du village (rien de la fine mouche peinte, par exemple, par une Seefried). Finalement, j'arrive à en rire, après l'exaspération première.
Wixell impressionne et menace (pas un rigolo, ni vraiment un roué : un Don Giovanni très méchant et très sexuel aussi). La voix est absolument superbe.
Je trouvais Te Kanawa très bien, très vive, jusqu'au grand air où elle déroule texte et musique avec une indifférence incompréhensible.
Burrows est magnifique, vraiment, dans la lignée de Simoneau, bien équilibré entre le chevaleresque et l'élégiaque. Dommage que le chef désosse ses airs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 855
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 20:45

J'aime beaucoup ce Don Giovanni dirigé par Davis, à part justement Freni, que je trouve absolument insupportable en bécassine.
Concernant Arroyo, elle est vraiment magnifique en Anna, meilleure à mon sens qu'en Elvira chez Böhm. Ah ... ses aigus dans le Non mi dir drunken bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3283
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 20:51

Je comprends très bien pour Freni (déjà que je n'aime pas cette chanteuse habituellement) mais, finalement, c'était une lecture du personnage que je n'avais jamais entendue pousser à ce stade là, et ça a l'air tellement conscient que ça force un peu mon admiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 855
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 21:20

C'est comme sa Suzanna des Noces, en particulier dans le film de Ponnelle, dirigé par Böhm.
Elle est complètement caricaturale en essayant de jouer à la jeune fille. J'ai rarement vu quelqu'un jouer aussi mal.

Embarassed Désolé pour le hors sujet Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 23:16

Et pourtant, dans les films de Ponnelle, la concurrence est rude. hehe

Pour ce qui est de mal jouer, Popp tient la corde, surpassée seulement par Gruberová – leurs duos dans Fledermauß sont au jeu de scène ce qu'est dans l'échelle des vertus l'éviscération de nouveaux-nés avec des os de chatons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6653
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 23:28

DavidLeMarrec a écrit:
Popp [...] Gruberová –  leurs duos dans Fledermaus sont au jeu de scène ce qu'est dans l'échelle des vertus l'éviscération de nouveaux-nés avec des os de chatons.
Ah, moi, je suis un grand fan: la confrontation entre l'une en mode godiche empotée et l'autre qui imite De Funès, je trouve ça irrésistible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 23:35

On peut trouver ça amusant au second degré, mais c'est objectivement une catastrophe dans la maîtrise du jeu théâtral.

Et de Funès, Gruberová l'imite aussi dans Traviata. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6653
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 23:41

DavidLeMarrec a écrit:
On peut trouver ça amusant au second degré, mais c'est objectivement une catastrophe dans la maîtrise du jeu théâtral.
Oui, mais tellement catastrophique que ça finit par en avoir un côté Marx Brothers.

DavidLeMarrec a écrit:
Et de Funès, Gruberová l'imite aussi dans Traviata. Surprised
bounce Il faut que je trouve ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Jeu 11 Oct 2018 - 23:43

Oui, c'est exactement ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
sergio
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 223
Date d'inscription : 19/07/2010

MessageSujet: Re: Martina Arroyo   Mer 28 Nov 2018 - 15:13

J'ai souvenir d'une incroyable bronca quand Bernard l'effort l'avait distribuée dans les Vêpres Siciliennes à Garnier.  Des huées hystériques avaient cueilli Arroyo à la fin de son air...

Pourtant cela m'avait paru excellent )

Je n'ai jamais connu les dessous de l'affaire ...mais c'était une période où il y avait des cabales très violentes dirigées vers Bernard Lefort qui pourtant (rétrospectivement) avait programmé une des périodes les plus glorieuses de l'Opéra de Paris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martina Arroyo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Martina Arroyo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Martina Serafin
» Martina McBride
» Verdi-Ernani
» Les opéras de jeunesse de Verdi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: