Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le contrebasson au disque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1565
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Le contrebasson au disque   Dim 24 Fév 2013 - 12:47

Je considère déjà plus ou moins le basson comme le roi de l'orchestre, mais alors que dire du contrebasson? Empereur?

Malheureusement, je n'ai que des disques et mes oreilles pour le pister au disque, je ne vis pas au milieu d'une bibliothèque de partitions.

Donc ceux qui ont des partitions peuvent peut-être nous renseigner aussi sur l'utilisation du contrebasson dans certaines oeuvres.

Il me semble qu'un des exemples les plus facile à capter est l'utilisation qu'en fait Ravel dans Ma mère l'Oye, la Belle et la Bête, où le contrebasson représente de toute évidence la Bête.
Et à y réfléchir plus, sans doute aussi le début du Concerto pour la main gauche, le basson m'a l'air fort sombre et grave, ça doit être du contrebasson.

Pendant ces 2 séquences, il est mis en valeur, mais j'ignore s'il est beaucoup employé pendant le reste de ces 2 oeuvres.

Déjà, puisque c'est un sujet de la rubrique Discographie, je peux essayer de comparer les contrebassons de mes diverses gravures de Ma mère l'Oye.


FELLINI : Répétition d'Orchestre (film)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22601
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Dim 24 Fév 2013 - 14:40

shushu a écrit:

Pendant ces 2 séquences, il est mis en valeur, mais j'ignore s'il est beaucoup employé pendant le reste de ces 2 oeuvres.
Concernant Ma Mère l'Oye, Ravel n'emploie le contrebasson que dans les Entretiens de la Belle et la Bête, où sa voix rauque incarne évidemment cette dernière.

Dès sa première intervention à la mesure 49, il dévale vers un mi grave, presque au plancher de sa tessiture (si bémol je crois).
Ses grondements sont omniprésents dans ce morceau, répétant avec insistance les mêmes formules mais en exploitant progressivement le registre médium / aigu pour mieux illustrer la plainte du hideux soupirant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81920
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Dim 24 Fév 2013 - 14:47

Beau sujet. Smile

Pour ce type de recherche, YouTibe est souvent une source très intéressante, parce qu'elle permet d'isoler les instruments - parfois on peut entendre un instrumentiste jouer seulement son 'trait".

Au disque, il est certain que les solos de contrebassons ne sont pas légion. J'en ai néanmoins quelques récitals (essentiellement Susan Nigro chez Crystal Records) :
- Susan Nigro (essentiellement des arrangements, aussi bien de pièces brillantes de Tartini que de Debussy méditatifs) ;
- Susan Nigro & Burl Lane (arrangements de pièces pour deux bassons, pour deux contrebassons) ;
- Susan Nigro (oeuvres contemporaines pour contrebasson, Cummings, Grassel, Powning...) ;
- Susan Nigro (autres oeuvres contemporaines, pas nécessairement américaines) ;
- Susan Nigro (de petites suites légères écrites spécifiquement pour le contrebasson) ;
- Susan Nigro (arrangement de pièces de musique instrumentale italienne, de Vivaldi à Rossini) ;
- Carolyn Beck (Deep d'Alex Shapiro, un solo de sept minutes, le reste étant consacré au basson) ;
- Matthew Morris (Into the Deep de Daniel Baldwin, chez Mark Records).

Parmi les oeuvres célèbres, le choral à la fin de l'introduction du dernier mouvement de la Première de Brahms utilise le contrebasson à la basse. La Sérénade Op.44 de Dvořák comporte également un contrebasson.

Les chefs raffinés l'utilisent en remplacement du tuba dans certains répertoires où l'orchestration n'est pas aussi soignée que chez ceux que tu cites - opéras de Verdi, par exemple. Si tu prends l'Aida par Harnoncourt, c'est le cas.

Ou alors il faut aller du côté des ensembles-arrangeurs. On trouve chez Genuin un disque consacré entièrement à des arrangements (Tableaux de Moussorgski, Suite de Tango de Piazzolla) pour ensemble de bassons. A Bordeaux, il y a aussi l'ensemble Arundonax, qui regroupe les meilleurs doublanchistes de la région, mais qui joue essentiellement des créations (entendu une bien belle de Michel Fusté-Lambezat !) et des arrangements.

--

Il existe tout de même quelques oeuvres pour contrebasson soliste :

=> le concerto pour contrebasson de Kalevi Aho (chez BIS), assez réussi ;
=> le concerto pour contrebasson de Donald Erb ;
=> le double concerto pour basson et contrebasson de Henk Badings (chez Albany), même si les plus belles lignes sont confiées au basson... pas un chef-d'oeuvre de toute façon ;

mais aussi, pour petits ensembles où il est facilement audible :

=> Sine Nomine de Rihm, pour quatre cuivres et contrebasson (Capriccio) ;
=> les deux Petites Suites de Victor Bruns, pour trois bassons et contrebasson (chez Azica) ;
=> 5 Red Hot Duets de Donald Erb (chez Albany) ;
=> Persuasions de Richard Edward Wilson (Albany), pièce chambriste où la basse est tenue par un contrebasson ;
=> le Sextuor à vents de Mathieu Lussier (Atma) ;
=> le Concerto pour hautbois de Rudolf Haken (Centaur), avec contrebasson soliste ;
=> un Duo pour contrebasson et piano d'un quart d'heure de John van der Slice (Albany) ;
=> le second double quintette de David van Vactor ;
=> Winnipeg de Hallonsten & Berke, pour voix, basson, contrebasson, contrebasse et trois percussionnistes (Nosag Records) ;
=> Kaleidoscope d'Elliott Schwarz pour contrebasson, violon et piano (Innova) ;
=> Reflections d'Elliott Schwarz pour quatre bassons et contrebasson (autre disque Innova) ;
=> Incantation de Bear McCreary pour flûtiste (piccolo et basse), bassoniste (basson et contrebasson) et harpe (Delos) ;
=> Fusions d'Irwin Bazelon, pour petit ensemble, mais le contrebasson ne joue pas tout le temps (Albany) ;

--

Pour ceux qui sont curieux d'une première écoute, il existait chez EMI une présentation en allemand (Menuhin erklärt...) des instruments de l'orchestre par Menuhin. Pas sûr que ça se trouve toujours en revanche. Après, on n'entendait que des traits brefs, pas des oeuvres ; ça sert surtout pour identifier une première fois.

Vanguard Classics a fait la même chose (avec David Randolph) en anglais, couplé avec le Young Penguin de Britten.

Enfin, ça existe chez Naxos (en sept CDs !) avec Jeremy Siepmann et de vrais bouts d'oeuvres.


Bonnes écoutes à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1565
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Lun 25 Fév 2013 - 9:29


Super David! Je te remercie vraiment beaucoup pour ta contribution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5492
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Lun 25 Fév 2013 - 14:52

DavidLeMarrec a écrit:
Il existe tout de même quelques oeuvres pour contrebasson soliste :

=> le concerto pour contrebasson de Kalevi Aho (chez BIS), assez réussi ;

Le voici d'ailleurs:



Et ce que j'en disais il y a un an sur le fil Aho. Le disque était écoutable gratuitement sur le site de BIS Records à l'époque. C'est peut-être toujours le cas maintenant.

Citation :
Aho réussit presque entièrement son pari de faire des œuvres de grande envergure (30 minutes) avec ces solistes incongrus. L'intérêt commence quand même à se tarir dans les dernières minutes, probablement en raison des sonorités souvent caverneuses. Les deux concertos démontrent les qualités cantabile, inattendues mais réelles, des deux instruments qui se voient également confier des phrases virtuoses (où il faut reconnaître qu'on est parfois à la limite du savonnage, surtout avec le tuba). L'orchestration est maitrisée, parfois assez incisive même si elle n'est pas toujours très originale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1565
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Mar 30 Sep 2014 - 14:55

Des nouveautés dans le domaine du contrebasson ?

Des indications d'emploi dans des partitions orchestrales ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1565
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Mar 30 Sep 2014 - 19:01

Il y en a un en vente sur ebay à 10.000 €.

Si vous cherchez un peu sur Y..T..., vous rencontrerez un concerto pour picolo et contrebasson !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bassonbaroque
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 407
Age : 46
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 10/08/2014

MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   Mar 30 Sep 2014 - 22:46

shushu a écrit:
Je considère déjà plus ou moins le basson comme le roi de l'orchestre, mais alors que dire du contrebasson? Empereur?

Malheureusement, je n'ai que des disques et mes oreilles pour le pister au disque, je ne vis pas au milieu d'une bibliothèque de partitions.

Donc ceux qui ont des partitions peuvent peut-être nous renseigner aussi sur l'utilisation du contrebasson dans certaines oeuvres.

Il me semble qu'un des exemples les plus facile à capter est l'utilisation qu'en fait Ravel dans Ma mère l'Oye, la Belle et la Bête, où le contrebasson représente de toute évidence la Bête.
Et à y réfléchir plus, sans doute aussi le début du Concerto pour la main gauche, le basson m'a l'air fort sombre et grave, ça doit être du contrebasson.

Pendant ces 2 séquences, il est mis en valeur, mais j'ignore s'il est beaucoup employé pendant le reste de ces 2 oeuvres.

Déjà, puisque c'est un sujet de la rubrique Discographie, je peux essayer de comparer les contrebassons de mes diverses gravures de Ma mère l'Oye.


FELLINI : Répétition d'Orchestre (film)

       
       

Merci beaucoup pour cet hommage, qui ne peut que me combler...

Le contrebasson a été créé au début du XVIIIème, sans doute pour l'exécution des oeuvres de Händel pour extérieur (Watermusic, Royal Fireworks). On le trouve explicitement cité dans certaines partitions de Vivaldi, dans certains concertos pour l'orchestre de Dresde... Haydn l'intègre dans la Création.

C'est au XIXème qu'il acquiert davantage d'importance ; une littérature plus spécifiquement dédiée à cet instrument se développe au cours du XXème siècle

http://www.contrabassoon.org/INCONIS_kontrafagott.htm

http://poupeesdesons.over-blog.com/categorie-703685.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le contrebasson au disque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le contrebasson au disque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le contrebasson au disque
» Status Quo Le Double Disque d'Or de Status Quo
» Le contrebasson
» Disque dur: ATA ou SATA
» Un disque dur virtuel, ça existe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie-
Sauter vers: