Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Strauss - Salomé (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 10:23

Polyeucte a écrit:
Et puis une version plus ancienne : Keilberth Joseph qui dirige en 1951 Max Lorenz (Hérode), Irmgard Barth (Hérodias), Inge Borkh (Salomé), Hans Hotter (Jochanaan).
Version plus sobre, mais tout aussi impressionnante de tenue! Borkh est pour moi un parfait juste milieu entre le monstre et la jeune fille, Lorenz splendide... et Hotter... au sommet dans ces années là avec un ton prophétique magnifique. Et pour l'époque, très bonne qualité d'enregistrement! Very Happy

Ah ! Orfeo drunken !
Allez, je pinaille : je ne suis pas un fan "naturel" de Hotter, et en Jochanaan sa prophétie sent un peu la langue de bois, pour moi (tapez pas trop fort fesse ) ; donc bien sûr il y a Lorenz mais pour Borkh, je préfère le live avec Kempe/Metternich/Uhl où Metternich (MYTO), peut-être un peu fruste, va bien avec les angles et la projection hachée de Borkh.
Hotter existant (mieux) avec Welitsch au MET.
Et si tu tiens réellement à la confrontation Borkh/Lorenz (ce que je comprends tout à fait Wink ), il y a ce live qui vaut largement son pesant de sucettes : http://www.amazon.fr/Salome-Richard-Strauss/dp/B00004VSZR/ref=sr_1_7?s=music&ie=UTF8&qid=1407745207&sr=1-7&keywords=salome+lorenz (ici aussi, comme pour Metternich, Franz trouve une raideur/rigueur monolithe sur laquelle les vagues tranchantes de Borkh viennent se briser avec une énergie beaucoup plus efficace que dans la confrontation avec Hotter).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18945
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 10:30

bAlexb a écrit:
Ah ! Orfeo drunken !
Allez, je pinaille : je ne suis pas un fan "naturel" de Hotter, et en Jochanaan sa prophétie sent un peu la langue de bois, pour moi (tapez pas trop fort fesse )
Oui, mais après tout, Jochanaan reste un peu poseur et là sa façon d'être totalement inaccessible me va très très bien! Et quelle voix drunken

Citation :
donc bien sûr il y a Lorenz mais pour Borkh, je préfère le live avec Kempe/Metternich/Uhl où Metternich (MYTO), peut-être un peu fruste, va bien avec les angles et la projection hachée de Borkh.
Hotter existant (mieux) avec Welitsch au MET.
Et si tu tiens réellement à la confrontation Borkh/Lorenz (ce que je comprends tout à fait Wink ), il y a ce live qui vaut largement son pesant de sucettes : http://www.amazon.fr/Salome-Richard-Strauss/dp/B00004VSZR/ref=sr_1_7?s=music&ie=UTF8&qid=1407745207&sr=1-7&keywords=salome+lorenz (ici aussi, comme pour Metternich, Franz trouve une raideur/rigueur monolithe sur laquelle les vagues tranchantes de Borkh viennent se briser avec une énergie beaucoup plus efficace que dans la confrontation avec Hotter).

Plus que la confrontation, c'est vraiment l'ensemble qui me va bien Very Happy
Mais je note tout ça... Cool 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 10:36

J'avais entendu en partie cette version et Borkh notamment avait retenu mon attention même s'il faudrait que j'entende en priorité absolument une de ses Elektra : http://www.amazon.fr/Salom%C3%A9-Richard-Strauss/dp/B004WEHLB6/ref=sr_1_2?s=music&ie=UTF8&qid=1407746156&sr=1-2&keywords=salome+borkh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 10:50

aurele a écrit:
J'avais entendu en partie cette version et Borkh notamment avait retenu mon attention même s'il faudrait que j'entende en priorité absolument une de ses Elektra : http://www.amazon.fr/Salom%C3%A9-Richard-Strauss/dp/B004WEHLB6/ref=sr_1_2?s=music&ie=UTF8&qid=1407746156&sr=1-2&keywords=salome+borkh

Dans Elektra, elle a ce côté absent glacial/glaçant qui la place, pour moi, tout en haut de la discographie ; donc oui, tu as tout à fait raison de vouloir l'entendre.
Dans Salome, à mon avis, Borkh avec son timbre un peu mate, apporte une étrangeté singulière au personnage ; la figure est "ailleurs", objet du drame mais un peu à côté, à la marge ce qui motive l'incompréhension avec Jochanaan, avec Hérode. Versions d'approfondissement, je dirais ; mais payantes, assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 13:33

bAlexb a écrit:
Mais en fait, je me dis que j'ai dû, très tôt, développer une tolérance mâtinée de fascination envers ce chant (mais il faut dire que j'avais 14/15 ans quand je l'ai entendue en scène dans Elektra ; j'imagine que ceci explique cela Embarassed ).

Effectivement, l'enregistrement permet alors une rémanence du grain de la voix en vrai. Je suis persuadé que je n'aurais jamais été aussi intéressé par Delunsch si je n'avais pas été en contact avec la réalité physique de son chant. En revanche, maintenant, je peux prendre du plaisir rien qu'en écoutant ses témoignages audio, parce que je rétablis spontanément ce qui manque. Mais ça ne fonctionne pas avec tous les chanteurs – pour Stotijn, par exemple, je n'aime vraiment pas son son « radio », alors qu'elle est suffocante en vrai.


Citation :
L'une de mes versions favorites avec Cebotari & Goltz/Krauss + Goltz/Suitner (mais j'en ai déjà beaucoup parlé quelque part plus haut) : orchestre en majesté, et malgré l'orchestre j'ai envie de dire, avec des diaprures inouïes pour un live (comparer avec Böhm à Vienne chez RCA, tellement plus "chichiteux" ou gourmé, malgré/à cause de la phalange et du rôle titre) et, dans le même temps, un sens "hic et unc" de la transe, de la défonce.

Ah, moi j'aime énormément la direction de Böhm à Vienne, mais effectivement c'est un autre style, ne serait-ce que par le profil généreux de Böhm dans ces années, et par ce qu'induit le partenariat avec Rysanek. Néanmoins, malgré la voix horrible, elle est absolument convaincante.

Les couleurs de Krauss 47 sont effectivement extraordinaires, on n'en a pas souvent entendu d'aussi généreuses, et harmonieuses en plus, sans stridence (à ce titre, l'opposé de Solti par exemple) ni confort douillet comme tant d'autres (Karajan, Sinopoli, etc.).

Le seul problème, et de taille, c'est quand même que Höngen, aphone, parle son texte (non, ce n'est pas une exagération, elle parle, délibérément). Donc il manque un bout de la musique, c'est plutôt fâcheux. Mais même considérant cela, ça reste l'une des versions les plus étonnantes – la première que j'aie entendue au disque, d'ailleurs, ce qui prouve s'il était besoin mon bon goût inné.

Je suis beaucoup moins convaincu par le studio (pourtant, Goltz, Dermota, ça promettait), qui est bon, mais pas très frémissant. Vu la beauté de la discographie (mis à part quelques problèmes de rôle-titre – Caballé, pour ne pas la nommer, et éventuellement Norman –, il n'y a pas de version au-dessous du très très bon), ce n'est pas vraiment une version utile à fréquenter.


Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
Sinon, mes Salome à moi, c'est assez simple : Studer et Stratas. Mais j'aime beaucoup aussi Cebotari, Welitsch, Behrens, Mattila, Herlitzius…

Apparemment, on a les mêmes, alors ; j'ajoute Norman avec Ozawa, pour Ozawa et pour la manière dont Norman, élève ce qui peut largement apparaître comme un contre-sens au rang d'oeuvre d'art "total" (parce qu'il sollicite l'ouïe, l'odorat avec sa lourde palette de benjoin/tubéreuses, la "vue" avec cette espèce de mobilité serpentine de la voix, etc.), wildienne au carré (pour ne pas dire au cube ; révérence étant due à la dame Wink ). Même si j'entends parfaitement qu'il s'agisse d'une expérience "limite" dans tous les sens du terme.

Pour moi, c'est la seule titulaire de l'entreprise (Caballé étant hors-concours) à faire sombrer l'entreprise. Nilsson, Rysanek, Jones étaient des paris risqués, mais font toutes un pas vers la partition, et réussissent remarquablement.

Salomé aussi opaque, sans mots (à côté, Nilsson, c'est Sarah Bernhardt), aussi massive et déconnectée du monde… ce n'est pas possible. Ce n'est d'ailleurs pas vraiment la faute de Norman (là où Caballé sent un peu plus l'incurie), simplement que la voix ne peut pas se prêter à ça. Leinsdorf-Mehta71-Ozawa sont les trois versions que, vraiment, je ne peux pas conseiller.


Polyeucte a écrit:
Alors la version qui me fait le plus d'effet, c'est celle d'Orange en 74 : Kempe Rudolf qui dirige Leonie Rysanek (Salomé), Jon Vickers (Jérode), Thomas Stewart (Jochanaan), Ruth Hesse (Herodias).
Rysanek totalement survolté, Vickers halluciné, Stewart d'une noblesse magique... et Kempe qui fouette bien l'orchestre... J'adore! Very Happy

Glotto un jour…

Citation :
Et puis une version plus ancienne : Keilberth Joseph qui dirige en 1951 Max Lorenz (Hérode), Irmgard Barth (Hérodias), Inge Borkh (Salomé), Hans Hotter (Jochanaan).
Version plus sobre, mais tout aussi impressionnante de tenue! Borkh est pour moi un parfait juste milieu entre le monstre et la jeune fille, Lorenz splendide... et Hotter... au sommet dans ces années là avec un ton prophétique magnifique. Et pour l'époque, très bonne qualité d'enregistrement! Very Happy

Pour moi, Goltz est un peu trop monstre, justement ; dans Elektra, ça va avec la taille de la déclamation, mais ici, Salomé manque singulièrement de grâce. Ça reste très bon néanmoins, et comme tu dis, l'entourage est formidable – Hotter est taillé pour les rôles de Jésus, de toute façon. On entend très bien le détail orchestral, avec de belles couleurs (bois !), rien à voir avec les captations étriquées de Bayreuth pour Keilberth à la même époque.

Très beau disque effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:35

bAlexb a écrit:
Le son, dans le cd de l'édition Böhm/Strauss de DGG me paraissait un peu proche/métallique (c'était sensible pour DFD, pour Cassilly aussi ; dans une moindre mesure pour Jones dont ça rendait, surtout, sensible, le volume assez phénoménal) ; ça me paraît s'être arrangé dans le report Brilliant, par exemple.

Et pourtant, c'est bien chez Brilliant que j'ai écouté cette version...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:36

Puisqu'on brasse un peu toutes les versions, j'ai essayé de faire une discographie, mais il est posssible qu'il manque les plus récentes et quelques DVDs, je suppose.

Rôles dans l'ordre suivant : Salome, Herodias, Herodes, Jochanaan, Narraboth.

1947 – Krauss I – Cebotari, Höngen (parlé), Patzak, Rothmüller, K. Friedrich – Opéra de Vienne à Covent Garden
1948 – Keilberth I – Goltz, Karén, Aldenhoff, J. Herrmann, R. Dittrich – Sk Dresden (studio)
1949 – Reiner I – Welitsch, Thorborg, Jagel, Janssen, B. Sullivan – Met
1951 – Keilberth II – Borkh, Barth, Lorenz, Hotter, Fehenberger – Opéra de Munich
1952 – Reiner II – Welitsch, Höngen, Svanholm, Hotter – Met
1952 – Moralt – W. Wegner, Milinkovic, Szemere, Metternich, Kmett – Wiener Symphoniker (studio)
1952 – Schröder – Borkh, Klose, Lorenz, Hotter, Fehringer – Radio de Francfort
1953 – Weigert – Varnay, Klose, Patzak, V. Braun, Hopf – Radio bavaroise (studio)
1954 – Krauss II – Goltz, Kenney, Patzak, V. Braun, Dermota – Wiener Ph. (studio)
1955 – Mitropoulos I – Goltz, Thebom, Vinay, Schöffler, B. Sullivan – Met
1958 – Mitropoulos II – Borkh, Thebom, Vinay, M. Harrell, G. Gari – Met
1960 – Kempe I – Borkh, Malaniuk, Uhl, Metternich, Paskuda – Opéra de Munich
1961 – Solti – Nilsson, G. Hoffman, Stolze, Wächter, Kmentt – Wiener Ph. (studio)
1963 – Suitner – Goltz, Ericsdotter, Melchert, Gutstein – Sk Dresden (studio)
1965 – Košler – Silja, Varnay, Stolze, Wächter, Wunderlich – Opéra de Vienne
1965 – Sebastian – Nilsson, G. Hoffman, Uhl, Wächter, Sassola – Colón
1968 – Leinsdorf – Caballé, Resnik, R. Lewis, Milnes, J. King – LSO (studio)
1969 – Wallberg – Bukovac, Kehl, Moller, Horn, Kollo – Fenice
1970 – Böhm I – G. Jones, Dunn, Cassily, Fischer-Dieskau, Ochman – Opéra de Hambourg
1971 – Leitner – Rysanek, Varnay, Stolze, Fischer-Dieskau, Ochman – Opéra de Munich
1971 – Mehta I – Caballé, B. Wolff, Thiemann, Nimsgern, Ochman – RAI Roma
1972 – Böhm II – Rysanek, G. Hoffman, Hopf, Wächter, Kmentt – Opéra de Vienne
1974 – Böhm III – Stratas, Varnay, Beirer, Weikl, Ochman – Wiener Ph. (DVD studio)
1974 – Kempe II – Rysanek, Hesse, Vickers, Stewart, Laubenthal – ONF à Orange
1977 – Karajan – Behrens, Baltsa, K.-W. Böhm, van Dam, Ochman – Berliner Ph. (studio)
1977 – Reiner III – G. Jones, Mödl, Hopf, Weikl, Ahnsjö – Opéra de Munich
1990 – Nagano (en français) – Huffstodt, Jossoud, Dupouy, van Dam, Viala – Opéra de Lyon (studio)
1990 – Mehta – Marton, Fassbaender, Zednik, Fassbaender – Berliner Ph. (studio)
1990 – Ozawa – Norman, K. Witt, Raffeiner, Morris, Leech – Sk Dresden (studio)
1990 – Sinopoli – Studer, Rysanek, Hiestermann, Terfel, Cl. Bieber – Deutsche Oper Berlin (studio)
1990 – Sinopoli – Malfitano, Rysanek, Hiestermann, Estes, Cl. Bieber – Deutsche Oper Berlin (DVD)
1992 – Downes – Ewing, G. Knight, Riegel, Devlin, Leggate – Covent Garden (DVD)
1994 – Dohnányi – Malfitano, Schwarz, Riegel, Terfel, Begley – Covent Garden (studio)
1997 – Dohnányi – Malfitano, Silja, Riegel, Terfel, Gambill – Covent Garden (DVD)
1998 – Schønwandt – I. Nielsen, Silja, Goldberg, Hale, van der Walt – Radio Danoise (studio)
2007 – Caldi (en français) – Soloviy, Scaini, Gramegna, Finucci, Sarinelli – O. Internazionale d'Italia
2007 – Mackerras (en anglais) – Bullock, Burgess, Graham-Hall, Wegner, A. Rees – Philharmonia (studio)
2008 – Ph. Jordan – N. Michael, Schuster, Moser, Volle, J. Kaiser – Covent Garden (DVD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:38

Et mon opinion :


1947 – Krauss I – Cebotari, Höngen (parlé), Patzak, Rothmüller, K. Friedrich – Opéra de Vienne à Covent Garden
On en a parlé ci-dessus, des couleurs orchestrales extraordinaires, très chaleureuses et pittoresques, une version qui n'exalte pas la violence, mais sans chercher le confort ou la facilité.
Un très beau plateau, mais Höngen, aphone, déclame son texte et ne chante pas, ce qui est particulièrement frustrant. Néanmoins, l'une des plus belles versions.
Le son chez Gebhardt est très bon, limpide, sans distorsion.


1948 – Keilberth I – Goltz, Karén, Aldenhoff, J. Herrmann, R. Dittrich – Sk Dresden (studio)
Très bonne version aussi, à tout point de vue, avec un quintette irréprochable. Aldenhoff, en pleine force de l'âge, se situe plutôt dans la catégorie des Hérode de grand format dramatique (qui ont moins ma faveur vu l'écriture fragmentée, clairement de caractère). Quant à Ingen Karén, c'est tout de bon l'Hérodiade la plus saisissante de toute la discographie, à la fois vipérine et bien chantante.
Au passage, l'Ensemble des Juifs est remarquablement typé jusque dans chaque voix (et ce ne sont pas des superstars : E. Zimmermann, Tessmer, Delenda, Kemter et le plus célèbre, Pflanzl).


1949 – Reiner I – Welitsch, Thorborg, Jagel, Janssen, B. Sullivan – Met
1952 – Reiner II – Welitsch, Höngen, Svanholm, Hotter – Met
Versions légendaires à juste titre, où Welitsch, très sensuelle, joue de toutes les facettes d'une manipulation pathologique. Et Reiner claque de façon saisissante.


1951 – Keilberth II – Borkh, Barth, Lorenz, Hotter, Fehenberger – Opéra de Munich
Là aussi, on en a parlé juste au-dessus. Des voix extraordinairement généreuses : en particulier Borkh un peu large et pas forcément éloquente verbalement, mais d'une grande présence, et Hotter moelleux et profond, majestueux et doux, une véritable figure de Jésus.
La prise de son est excellente et l'on entend, contrairement à la plupart des témoignages de Keilberth dont nous disposons à ce jour, remarquablement les plans, en particulier de très beaux bois, dans une acoustique qui sonne avec une agréable ampleur.


1953 – Weigert – Varnay, Klose, Patzak, V. Braun, Hopf – Radio bavaroise (studio)
Varnay en séductrice, c'est forcément bizarre, mais elle s'en sort bien, en essayant d'adoucir ses contours (un peu comme son Isolde). Rien de prioritaire, mais c'est intéressant.


1954 – Krauss II – Goltz, Kenney, Patzak, V. Braun, Dermota – Wiener Ph. (studio)
Très bon studio, dans lequel on ne retrouve pas, néanmoins, les couleurs ni le frémissement dramatique de 1947.


1960 – Kempe I – Borkh, Malaniuk, Uhl, Metternich, Paskuda – Opéra de Munich
Enregistrement intéressant en particulier pour une lecture allégée de Borkh, paradoxalement beaucoup plus jeune fille qu'en 1951, avec un soin du texte supérieur, qui la rend vraiment fascinante.
Pour le reste, Metternich n'a pas son éclat habituel, et l'orchestre est un peu aplati par la prise de son assez grise.


1961 – Solti – Nilsson, G. Hoffman, Stolze, Wächter, Kmentt – Wiener Ph. (studio)
Version qui vaut surtout par son orchestre formidable, débordant de textures et de couleurs, sans verser du tout dans la veine spectaculaire du Ring ou du Tannhäuser de la même équipe.
Mais tous les chanteurs sont bons : Nilsson chante avec une rondeur inaccoutumée, et fait ce qu'elle peut pour ne pas trop s'éloigner du texte qu'elle dit (sans être très touchante non plus) ; Wächter, sans l'assise des barytons-basse propose un Jochanaan très franc et assuré, vraiment beau et convaincant ; Stolze en revanche est mal capté, et semble ne pas vraiment tirer parti ni de son potentiel vocal (comme son David chez Cluytens) ni de son abattage (comme pour ses Loge).


1968 – Leinsdorf – Caballé, Resnik, R. Lewis, Milnes, J. King – LSO (studio)
Leinsdorf est le seul, je crois, à prendre une option si ouvertement romantique, tirant l'œuvre vers le passé, avec des cordes soyeuses et très lyriques, une forme de décontraction musicale qui contraste avec les habitudes de tension maximale dans ces pages. Karajan est bien sûr encore plus lyrique, mais davantage dans une optique décadente, de chantilly korngoldienne, et tendu dramatiquement, ce n'est vraiment pas la même chose.
Ce n'est jamais mou pour autant, simplement une autre façon de voir les choses. Et avec les prises de son RCA de l'époque, il y a de quoi se régaler.
Cohérence, avec un plateau plein de rondeurs, très vocal pour tout le monde. Ça reste sans doute l'un des disques les plus soignés de Caballé, mais cela manque un peu de mots, tout comme Milnes manque d'assise. En revanche, Richard Lewis est un Hérode qui surprend par sa beauté, et qui fonctionne remarquablement.


1970 – Böhm I – G. Jones, Dunn, Cassily, Fischer-Dieskau, Ochman – Opéra de Hambourg
Je n'en garde pas beaucoup d'impressions précises, à part d'une belle version cohérente.


1971 – Mehta I – Caballé, B. Wolff, Thiemann, Nimsgern, Ochman – RAI Roma
La seule version orchestralement vraiment discutable de la discographie, avec un orchestre pas bien beau et surtout mal capté (comme devant les chanteurs, mais on l'entend mal quand même).
L'intérêt est surtout d'entendre le Jochanaan très bougon de Nimsgern – assez jubilatoire, et en plus la voix est vraiment éclatante de santé à cette époque.


1972 – Böhm II – Rysanek, G. Hoffman, Hopf, Wächter, Kmentt – Opéra de Vienne
Böhm dernière manière, une volupté et une luminosité absolues. Rysanek est remarquablement moche, mais son personnage, d'une rare persuasion, impose le respect.


1974 – Böhm III – Stratas, Varnay, Beirer, Weikl, Ochman – Wiener Ph. (DVD studio)
Outre la direction de Böhm, l'un des plus beaux rôles-titres jamais captés, d'une souplesse vocale et expressive hors du commun, épousant chaque inflexion avec une beauté dont on ne croyait pas Stratas capable.


1977 – Karajan – Behrens, Baltsa, K.-W. Böhm, van Dam, Ochman – Berliner Ph. (studio)
Sans surprise, une lecture très typée : énormément de générosité orchestrale, tout est expansif et onctueux, la décadence par le romantisme au carré plus que par le dynamitage et les grincements. L'avantage


1977 – Reiner III – G. Jones, Mödl, Hopf, Weikl, Ahnsjö – Opéra de Munich
Je l'ai vu recensé dans des discographies, mais je crois qu'il n'est en réalité disponible que chez des revendeurs pirates, donc ne disputez pas votre disquaire s'il ne le trouve pas.


1990 – Nagano (en français) – Huffstodt, Jossoud, Dupouy, van Dam, Viala – Opéra de Lyon (studio)
La version française (de la main de Strauss, sur le texte original de Wilde) est sensiblement la même chose, avec une prosodie plus malaisée, donc n'a pas réellement de plus-value, mais le changement est agréable, d'autant que tout le monde chante très bien.
Lecture très ronde et égale de Nagano, comme d'habitude. Seule faiblesse, Huffstodt qui est bien mais dont le timbre ne peut rivaliser avec la généreuse concurrence.


1990 – Ozawa – Norman, K. Witt, Raffeiner, Morris, Leech – Sk Dresden (studio)
Je ne peux pas en dire grand'chose, pour moi une version avec une Salomé d'aussi peu de mots et d'un caractère aussi incompatible n'est pas possible. On est face à une espèce d'objet informe, comme une gélatine qui épouserait les lignes de la partition, plus par inertie que par volonté.
Je n'ai pas réussi à m'y faire et je n'ai pas pu terminer mon assiette. À réessayer.


1990 – Sinopoli – Studer, Rysanek, Hiestermann, Terfel, Cl. Bieber – Deutsche Oper Berlin (studio)
Seule réserve : la prise de son, avec une réverbération un peu lointaine qui amollit légèrement l'ensemble.
Sinon, vraiment une version idéale, très belle orchestre, chanteurs extraordinaires : Studer flexible, très détaillée, tendue, lumineuse et capricieuse ; Terfel à l'exact emplacement entre le bronze et la tendresse ; Hiestermann à la fois très expressif et pas trop cabot (le meilleur équilibre de la discographie, à mon sens) ; Rysanek assez à son aise pour une soprane déclinante.
Sinopoli a toujours un côté un peu gentil, n'aiguisant jamais les angles, mais c'est sans comparaison avec son Elektra, et très supportable.
Ma référence personnelle, en tout cas.


1997 – Dohnányi – Malfitano, Silja, Riegel, Terfel, Gambill – Covent Garden (DVD)

Terfel est formidable, et la mise en scène de Bondy se regarde agréablement, mais Malfitano + Silja + Rieger, c'est peut-être exiger beaucoup en matière de tolérance au chant poussé.


1998 – Schønwandt – I. Nielsen, Silja, Goldberg, Hale, van der Walt – Radio Danoise (studio)

Belle version, mais rien qui ne m'ait paru particulièrement saillant (contrairement à Xavier, je n'adore pas Inga Nielsen, il y a un petit vibrato irrégulier et blanchâtre qui me déplaît).


2007 – Caldi (en français) – Soloviy, Scaini, Gramegna, Finucci, Sarinelli – O. Internazionale d'Italia
Contrairement à ce qu'on pourrait redouter, très bel orchestre (rien à voir avec celui, embauché sous le même nom, pour Meyerbeer, Auber ou Verdi). La prise de son n'a pas la sècheresse d'autrefois chez Dynamic, et c'est très bien chanté par tout le monde.
Le français n'est pas toujours parfait (en particulier Finucci qui ne parvient pas à prononcer les [ü]), mais globalement soigné. Très bonne version !


2008 – Ph. Jordan – N. Michael, Schuster, Moser, Volle, J. Kaiser – Covent Garden (DVD)
Ce que j'en ai vu a l'air très sympa, un très beau plateau qui claque, même si les timbres ne sont pas individuellement beaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:42

Si tu veux compléter, en DVD il y a aussi:

-Harding-Bondy 2007 à la Scala (Michael, Struckmann)
-Summers-Flimm 2008 au Met (Mattila, Uusitalo)
-Soltesz-Lehnhoff 2011 à Baden-Baden (Denoke, Held)
-Luisotti-Lavia 2010 à Bologne (chanteurs méconnus, je n'arrive pas à lire leurs noms sur Amazon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:43

DavidLeMarrec a écrit:

2008 – Ph. Jordan – N. Michael, Schuster, Moser, Volle, J. Kaiser – Covent Garden (DVD)
Ce que j'en ai vu a l'air très sympa, un très beau plateau qui claque, même si les timbres ne sont pas individuellement beaux.

Franchement, c'est une grande version, avec une superbe mise en scène de McVicar. (en audio seul, ça ne se classe pas parmi les meilleures du côté vocal par contre, c'est sûr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:44

Ah oui, je n'ai pas dit mon choix. Franchement, il n'y a que des (très) bonnes versions, je n'en vois pas une qui ferait passer à côté de l'œuvre. Le niveau requis est tel, et c'est tellement bien écrit, que ça fonctionne à chaque fois.
Étonnant, d'ailleurs, parce que j'en dirais pas autant d'Elektra, où l'on trouve des orchestres vraiment perdus ou des chanteuses dépassées.

La version qui me donne le plus de satisfactions par sa cohérence (et puis la meilleure Salomé, le meilleur Hérode, le meilleur Jochanaan et un bon orcheste, ça aide) est le studio de Sinopoli, mais Krauss 47, Reiner, Keilberth 51, Karajan me procurent de grande satisfactions également. Et j'aime toutes les autres (à part Ozawa, il faudra donc que je retente), de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:47

Xavier a écrit:
bAlexb a écrit:
Le son, dans le cd de l'édition Böhm/Strauss de DGG me paraissait un peu proche/métallique (c'était sensible pour DFD, pour Cassilly aussi ; dans une moindre mesure pour Jones dont ça rendait, surtout, sensible, le volume assez phénoménal) ; ça me paraît s'être arrangé dans le report Brilliant, par exemple.

Et pourtant, c'est bien chez Brilliant que j'ai écouté cette version...

Alors imagine la sensation avec le premier report DGG hehe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:48

J'en ai vu et écouté trop peu pour m'avancer sur la version Jordan, mais ça a clairement l'air bien, oui.

Xavier a écrit:
Si tu veux compléter, en DVD il y a aussi:

-Harding-Bondy 2007 à la Scala (Michael, Struckmann)
-Summers-Flimm 2008 au Met (Mattila, Uusitalo)
-Soltesz-Lehnhoff 2011 à Baden-Baden (Denoke, Held)
-Luisotti-Lavia 2010 à Bologne (chanteurs méconnus, je n'arrive pas à lire leurs noms sur Amazon)

Merci beaucoup, j'attends d'autres compléments éventuels, et je vais le faire. J'ai vu le Flimm, et c'est hallucinant, parce qu'en plus de très bien chanter un rôle qui n'est vraiment pas dans sa voix, Mattila offre une performance (au sens le plus français du terme !) scénique hors du commun.

D'ailleurs, c'est étonnant, le Met, à l'époque où il massacrait les Wagner, a toujours très bien joué Salome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:50

En quoi ça n'est pas dans sa voix?  scratch 

Jusqu'ici j'ai toujours trouvé que c'était son meilleur rôle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 15:57

Xavier a écrit:
En quoi ça n'est pas dans sa voix?  scratch 

Mattila s'épanouit plutôt dans les grands épanchements lyriques, dans les lignes stables, et n'a jamais eu beaucoup de graves ni de mordant.

Or, dans Salomé, on attend justement des intervalles extravagants, le grave doit un minimum sonner, et on ne peut pas attaquer mollement (sinon on est à côté du rythme, tout simplement).
Et elle réussit à s'adapter totalement, quitte à se mettre un peu en danger (il y a quelques raucités pas très conseillées çà et là).

Le résultat est saisissant, mais d'autant plus qu'avec la voix qu'elle a, le pari était audacieux.


Citation :
Jusqu'ici j'ai toujours trouvé que c'était son meilleur rôle...

Je ne parlais pas du résultat. Pour moi, c'est dans ses grandes réussites (comme à peu près tout ce qu'elle a fait), mais ses meilleurs rôles, ce serait plutôt Donna Elvira, Amelia in Maschera et Arabella, donc des profils sensiblement plus lyriques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Lun 11 Aoû 2014 - 20:06

Tu n'as pas écouté Mehta avec Marton?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:18

Xavier a écrit:
Tu n'as pas écouté Mehta avec Marton?

Non !

Je l'ai entendue avec Janowski au Met à la même époque (1989), en revanche, et c'est très chouette, même si ça vibre beaucoup – mais ce n'est pas du tout massif comme on pourrait le craindre, vraiment juvénile et frémissant.

C'est bien, alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:20

Oui, l'orchestre de Mehta est magnifique, et Marton est tout à fait comme tu viens de la décrire, ça vibre (mais quand on aime Marton dans Wagner, on est habitué), c'est un peu lourd peut-être pour le rôle, mais c'est superbe. (en plus il y a Zednik et Fassbaender...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:21

Bon, bon, à écouter alors. Effectivement je lorgnais pour Fassbaender (dont je crois que j'ai écouté des extraits) et Zednik. bounce

De toute façon, à peu près toutes les versions que je n'ai pas essayées me tentent ! Ce n'est pas tous les jours qu'on voit ça dans une discographie. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:23

Le studio Dohnanyi est assez chouette aussi, même si Malfitano n'est pas la plus belle des Salomé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:26

Comme j'ai déjà pas mal regardé vidéo, j'avoue ne pas avoir ressenti le besoin… c'est très différent, à part la prise de son sans doute meilleure (et Schwarz mieux chantante que Silja) ?

Il faut dire que Malfitano, dans un panorama où j'aime quasiment toutes les chanteuses, me casse un peu les pieds avec ses poses vocales qui changent à chaque note… une caricature de ce qu'on a pu dire de Stratas… dans Verdi. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:30

DavidLeMarrec a écrit:
Comme j'ai déjà pas mal regardé vidéo, j'avoue ne pas avoir ressenti le besoin… c'est très différent, à part la prise de son sans doute meilleure (et Schwarz mieux chantante que Silja) ?

Non c'est un peu ça, je l'ai écouté parce que Polyeucte insistait, c'est vrai que c'est quand même une belle version, l'orchestre est vraiment beau et détaillé, pour le reste effectivement rien de très nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:35

Donc je m'en passerai sûrement, mais oui, ce que fait Dohnányi (et Terfel, plus encore qu'avec Sinopoli) est assez enthousiasmant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3883
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:57

Bizarre: en vous lisant, j'ai eu envie de réécouter Salome, que je n'avais sans doute pas réécouté depuis un an mais que je n'aurais pas hésité à placer parmi mes opéras préférés... Or, que ce soit avec Karajan ou Sinopoli: rien - ou plutôt une sorte d'ennui qui s'installe très vite: le chant paroxystique me semble sans surprise et vite pénible, les luxuriances de l'orchestre un peu écœurantes... Ça vous arrive parfois / vous est déjà arrivé, ce genre de déconvenue avec Salome (ou une œuvre du même acabit)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 1:57

Oui, Dohnanyi est vraiment un grand straussien: quelle Elektra! (en DVD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 2:06

Avec une œuvre du même acabit, oui, parce que si on a trop consommé de Strauss et on arrive sur Frosch ou Helena, on peut caler. Mais avec Salome, non, jamais. Je vois cela dit ce que tu veux dire, c'est pour ça que je l'écoute moins souvent qu'Elektra (alors que j'aime davantage le langage musical de Salome, sans hésitation), parce qu'elle me laisse cette impression de continuité luxuriante.
Mais à chaque réécoute, non, je suis plutôt davantage conquis.

Xavier a écrit:
Oui, Dohnanyi est vraiment un grand straussien: quelle Elektra! (en DVD)

Dans Frosch aussi, c'est assez fort. Et dans Arabella, tétanisant de tenue et de beauté. Cela dit, Dohnányi est immense dans tout le répertoire germanique : références quasi-absolues dans Beethoven, Mendelssohn, Wagner, Bruckner, Mahler, Strauss…

Son Rosenkavalier est un peu plus gentil, mais très beau aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 2:09

Benedictus a écrit:
Bizarre: en vous lisant, j'ai eu envie de réécouter Salome, que je n'avais sans doute pas réécouté depuis un an mais que je n'aurais pas hésité à placer parmi mes opéras préférés... Or, que ce soit avec Karajan ou Sinopoli: rien - ou plutôt une sorte d'ennui qui s'installe très vite: le chant paroxystique me semble sans surprise et vite pénible, les luxuriances de l'orchestre un peu écœurantes... Ça vous arrive parfois / vous est déjà arrivé, ce genre de déconvenue avec Salome (ou une œuvre du même acabit)?

Franchement, non!
C'est peut-être pas le moment pour toi d'écouter ça, ça peut être aussi une question de fatigue, ou d'état d'esprit... ça reste une musique tendue et très plein en effet!

DavidLeMarrec a écrit:
Xavier a écrit:
Oui, Dohnanyi est vraiment un grand straussien: quelle Elektra! (en DVD)

Dans Frosch aussi, c'est assez fort.

Tu parles du live de 1980 à l'Opéra de Paris? Pour moi c'est impossible de juger l'orchestre dans ces conditions... ça a l'air bien, c'est sûr, mais de là à en dire plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 2:12

Ce n'est pas génial dans la bande vidéo, mais il en existe plein de versions audio dans un son très correct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 2:12

Ah, bah j'aimerais bien trouver ça...  Confused (sinon j'ai trouvé un autre live de 1980 mais c'est avec Marton et... Nilsson  Confused )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 9:23

Xavier a écrit:
Oui, l'orchestre de Mehta est magnifique, et Marton est tout à fait comme tu viens de la décrire, ça vibre (mais quand on aime Marton dans Wagner, on est habitué), c'est un peu lourd peut-être pour le rôle, mais c'est superbe. (en plus il y a Zednik et Fassbaender...)

 mains 

DavidLeMarrec a écrit:
Il faut dire que Malfitano, dans un panorama où j'aime quasiment toutes les chanteuses, me casse un peu les pieds avec ses poses vocales qui changent à chaque note… une caricature de ce qu'on a pu dire de Stratas… dans Verdi. Mr. Green

Justement, c'est pas Traviata non plus (qui existe avec Malfitano Twisted Evil ) ; et la pose ne nuit pas à l'exposition du personnage, au contraire même il me semble (en tout cas moins qu'avec Sinopoli dvd que je trouve très dispensable). Ce qui m'intéresse, pour le coup, c'est que la "pose" suscitée par Bondy (dont j'ai toujours trouvé qu'il s'agissait d'une mise en scène plutôt très réussie) transpire d'une certaine manière dans l'audio ; comme infusée, j'ai envie de dire. Et comme Dohnanyi tient très bien la chanteuse (ce qui était peut-être moins le cas de Sinopoli, dans une logique de scène un peu "redondante") et que l'entourage est de très grande qualité (Terfel bien supérieur au studio DGG, Schwarz à mon sens un peu plus "mordante", si ce n'est mieux chantante que Silja), ça vaut largement le détour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 13:36

bAlexb a écrit:
Justement, c'est pas Traviata non plus (qui existe avec Malfitano Twisted Evil )

Oh, mais Malfitano, je l'ai même en Donna Elvira… Déjà qu'en Tosca, c'est pénible, alors pour les répertoires antérieurs… Quand même spectaculaire qu'elle arrive à chanter sans fatigue apparente avec une technique pas mauvaise, mais aussi disparate.

Citation :
la "pose" suscitée par Bondy (dont j'ai toujours trouvé qu'il s'agissait d'une mise en scène plutôt très réussie)

Bondy y met ce qui est dans le texte. C'est très bien, mais pas particulièrement plus génial que les autres, à mon sens… Il faut dire que je pourrais déclarer la même chose d'à peu près tous les Bondy. Mr. Green


Citation :
(Terfel bien supérieur au studio DGG,

Largement, peut-être pas, mais oui, c'est encore mieux, et surtout, infiniment mieux capté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 13:42

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
la "pose" suscitée par Bondy (dont j'ai toujours trouvé qu'il s'agissait d'une mise en scène plutôt très réussie)

Bondy y met ce qui est dans le texte. C'est très bien, mais pas particulièrement plus génial que les autres, à mon sens…

En réalité, c'est peut-être la qualité de la captation qui est en jeu : le bon point de vue au bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 13:50

C'est vrai que c'est très bien filmé, mobile, avec beaucoup d'angles, mais qui prend son temps. Et pas trop dans le gros-plan-baveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18945
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 12 Aoû 2014 - 13:51

DavidLeMarrec a écrit:
bAlexb a écrit:
Justement, c'est pas Traviata non plus (qui existe avec Malfitano Twisted Evil )

Oh, mais Malfitano, je l'ai même en Donna Elvira… Déjà qu'en Tosca, c'est pénible, alors pour les répertoires antérieurs… Quand même spectaculaire qu'elle arrive à chanter sans fatigue apparente avec une technique pas mauvaise, mais aussi disparate.

Ben moi je l'aime bien en Juliette! Na!!
Et du coup, en Salomé, je retrouve cette Juliette mais un peu déglinguée... c'est peut-être pour ça que j'accroche pas mal à la Salomé de Malfitano : j'y ai associé un personnage de jeune fille... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
AD
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1156
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Ven 15 Aoû 2014 - 11:22

Pour moi un seul regret, que Grace Bumbry n'ait pas été enregistrée officiellement car elle est extraordinaire dans ce rôle et sans soucis vocalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Dim 13 Déc 2015 - 18:53

Je viens de commander d'occasion pour le prix de 24,11 € tout de même la version de Zubin Mehta avec Marton, Weikl, Fassbaender et Zednik dans les principaux rôles. Ce sera ma 4e version en support physique mais quand on aime un opéra, on apprécie de posséder plusieurs enregistrements. Depuis le temps que j'ai envie d'entendre cet enregistrement, notamment pour la direction orchestrale du chef que je ne connais pas beaucoup dans l'opéra en dehors de Verdi et Puccini, pour Fassbaender et Zednik surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 15 Déc 2015 - 21:51

AD a écrit:
Pour moi un seul regret, que Grace Bumbry n'ait pas été enregistrée officiellement car elle est extraordinaire dans ce rôle et sans soucis vocalement.
Bien d'accord mains  
De toute façon, Bumbry est extraordinaire dans tout ce qu'elle a chanté et en particulier dans les rôles de soprano : Norma, Turandot, Abigaille, Lady Macbeth, Leonora de la Forza, Elvira d'Ernani.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 15 Déc 2015 - 23:03

Figaro a écrit:
AD a écrit:
Pour moi un seul regret, que Grace Bumbry n'ait pas été enregistrée officiellement car elle est extraordinaire dans ce rôle et sans soucis vocalement.
Bien d'accord mains  
De toute façon, Bumbry est extraordinaire dans tout ce qu'elle a chanté et en particulier dans les rôles de soprano : Norma, Turandot, Abigaille, Lady Macbeth, Leonora de la Forza, Elvira d'Ernani.

Je ne savais pas. Et ça passe bien malgré la tessiture très tendue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 817
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mar 15 Déc 2015 - 23:28

Oui, ça "passe" très bien ! Bumbry a toujours été très à l'aise dans l'aigu.

Abigaille, c'était à l'Opéra Garnier en 1979, elle était alors au sommet des ses moyens : /watch?v=z3Bw1LsWMHo

Pour Turandot, c'est un peu plus tardif en 1991, mais sincèrement c'est nettement plus aisé que Ricciarelli Mr.Red
/watch?v=y4_jc9UrC0I
/watch?v=xi2pyME0m1U

Désolé pour le hors sujet Embarassed je vais donc me rattraper, puisqu'il s'agit du fil sur Salomé et qu'il existe des vidéos de Bumbry en Salomé Wink  :
/watch?v=M1fZIedh6mA
/watch?v=8oSM4HmGy7c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 30 Déc 2015 - 11:00

version studio Mehta 1990 :

Je possède six versions de Salome en disques et DVD et il s'agit du 5e enregistrement de cette œuvre que j'ai entendu intégralement puisque je connais la version de Karajan que je ne possède pas en support physique.

Le Philarmonique de Berlin est évidemment somptueux mais Mehta a une direction qui ne m'a pas passionné, j'ai trouvé qu'il lui manque une vision de cette œuvre, c'est bien dirigé mais il ne fait quasiment que sonner magnifiquement l'orchestre.

Eva Marton que Xavier notamment a défendu dans le rôle titre mérite mieux que la réputation qui lui est faite en Salome. La voix très épaisse est plus celle d'une Elektra que d'une Salome, elle gueule par moments, le vibrato est très présent comme toujours chez cette soprano mais il y a une attention incontestable aux mots, elle essaye de discipliner sa voix dans les passages plus doux et lyriques, elle incarne ce rôle avec intensité. Par ailleurs, je suis comme toujours très sensible à son timbre. Néanmoins, on peut ne pas aimer sa conception du personnage. Elle incarne une Salome méchante, hystérique, machiavélique plutôt qu'une jeune fille complètement folle. Je lui préfère Stratas qui est à ce jour ma Salome préférée, Behrens et Rysanek mais elle ne gâche pas l'enregistrement du tout. A ma connaissance, elle a assez peu chanté ce rôle, contrairement à Elektra. Elle ne peut se reposer que sur son métier selon moi car Mehta la laisse en roue libre, comme tous les autres chanteurs de cette version. Malheureusement, le live de 1989 du Met n'est plus disponible sur youtube car Marton est une chanteuse selon moi plus intéressante en live qu'en studio.

Bernd Weikl est beaucoup plus intéressant en Jochanaan en 1974 avec Böhm, le timbre est infiniment plus séduisant et sa confrontation avec Stratas notamment est beaucoup plus intéressante que celle avec Marton. Là, je n'ai pas ressenti le personnage. Vocalement, il assure plutôt bien mais sur le plan de l'incarnation, c'est zéro.

Heinz Zednik compose un Herodes formidable grâce à sa voix en très bon état et à son intelligence dramatique. Son Herodes est cauteleux comme il faut et en même temps séducteur. Le meilleur avec Vickers selon moi parmi ceux que j'ai entendus à ce jour.

Brigitte Fassbaender est une Herodias vipérine absolument magistrale. Son timbre si particulier convient très bien à ce personnage selon moi. C'est un rôle qui a été très bien servi par diverses chanteuses, qu'elles soient mezzos ou vieilles sopranos. Fassbaender est peut-être celle que je préfère à ce jour. Il me reste à entendre notamment Mödl, Höngen, Resnik et une réécoute de Baltsa serait intéressante.

Keith Lewis est un Narraboth de bonne tenue mais Ochman est bien entendu le meilleur que j'ai entendu à ce jour.

Les seconds rôles sont efficaces mais pas luxueux.

Un enregistrement à connaître surtout pour le couple Herodes - Herodias mais aussi intéressant car il nous propose la Salome de Marton officiellement dans ce rôle. C'est à réserver aux admirateurs de cette chanteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 30 Déc 2015 - 11:18

aurele a écrit:
version studio Mehta 1990 :

Je possède six versions de Salome en disques et DVD et il s'agit du 5e enregistrement de cette œuvre que j'ai entendu intégralement puisque je connais la version de Karajan que je ne possède pas en support physique.

Le Philarmonique de Berlin est évidemment somptueux mais Mehta a une direction qui ne m'a pas passionné, j'ai trouvé qu'il lui manque une vision de cette œuvre, c'est bien dirigé mais il ne fait quasiment que sonner magnifiquement l'orchestre.

Eva Marton que Xavier notamment a défendu dans le rôle titre mérite mieux que la réputation qui lui est faite en Salome. La voix très épaisse est plus celle d'une Elektra que d'une Salome, elle gueule par moments, le vibrato est très présent comme toujours chez cette soprano mais il y a une attention incontestable aux mots, elle essaye de discipliner sa voix dans les passages plus doux et lyriques, elle incarne ce rôle avec intensité. Par ailleurs, je suis comme toujours très sensible à son timbre. Néanmoins, on peut ne pas aimer sa conception du personnage. Elle incarne une Salome méchante, hystérique, machiavélique plutôt qu'une jeune fille complètement folle. Je lui préfère Stratas qui est à ce jour ma Salome préférée, Behrens et Rysanek mais elle ne gâche pas l'enregistrement du tout. A ma connaissance, elle a assez peu chanté ce rôle, contrairement à Elektra. Elle ne peut se reposer que sur son métier selon moi car Mehta la laisse en roue libre, comme tous les autres chanteurs de cette version. Malheureusement, le live de 1989 du Met n'est plus disponible sur youtube car Marton est une chanteuse selon moi plus intéressante en live qu'en studio.

Bernd Weikl est beaucoup plus intéressant en Jochanaan en 1974 avec Böhm, le timbre est infiniment plus séduisant et sa confrontation avec Stratas notamment est beaucoup plus intéressante que celle avec Marton. Là, je n'ai pas ressenti le personnage. Vocalement, il assure plutôt bien mais sur le plan de l'incarnation, c'est zéro.

Heinz Zednik compose un Herodes formidable grâce à sa voix en très bon état et à son intelligence dramatique. Son Herodes est cauteleux comme il faut et en même temps séducteur. Le meilleur avec Vickers selon moi parmi ceux que j'ai entendus à ce jour.

Brigitte Fassbaender est une Herodias vipérine absolument magistrale. Son timbre si particulier convient très bien à ce personnage selon moi. C'est un rôle qui a été très bien servi par diverses chanteuses, qu'elles soient mezzos ou vieilles sopranos. Fassbaender est peut-être celle que je préfère à ce jour. Il me reste à entendre notamment Mödl, Höngen, Resnik et une réécoute de Baltsa serait intéressante.

Keith Lewis est un Narraboth de bonne tenue mais Ochman est bien entendu le meilleur que j'ai entendu à ce jour.

Les seconds rôles sont efficaces mais pas luxueux.

Un enregistrement à connaître surtout pour le couple Herodes - Herodias mais aussi intéressant car il nous propose la Salome de Marton officiellement dans ce rôle. C'est à réserver aux admirateurs de cette chanteuse.

Xavier ; et pas seulement Wink . Quant à la réputation (bonne ou mauvaise), elle est toujours à manipuler avec des précautions extrêmes d'entomologiste !
Marton, en studio et en live peut-être plus encore, est incontestablement une des très très bonnes Salome ; si ce n'est l'une des meilleures (Stratas, par exemple, n'est sauvée/sauvable que par l'image, et par le studio, et par Böhm ; assez comme Rysanek dans un exercice similaire, dans Elektra). Extrêmement constante et sur la longueur de l'oeuvre, et sur le "spectre" de sa propre chronologie (comme Jones, d'une certaine manière) ; et cette version Mehta, avec de beaux moments de tellurisme "sourd" (j'entends : qui sourd), des couleurs fauves ni seulement étales, ni seulement violentes est, par exemple, beaucoup plus immédiatement recommandable, y compris pour la cohésion/cohérence du plateau en général, qu'Ozawa avec laquelle on la compare parfois (à tort, a mon avis ; studio certes, "international" sans doute mais dans une logique qui n'est pas cette logique "du pire", en quelque sorte, ultime dans le sens où Ozawa pousse le luxe, le détail, le son jusqu'à l'infime/l'infini avec un rôle-titre "irréversible" de stupre, en mode vocalo-vocal & atmosphérique ; une Sezession au carré, si j'ose dire ; une Sécession-qui-aurait-fait-sécession mais c'est très dur à exprimer, en fait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22865
Age : 26
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 30 Déc 2015 - 11:27

Oui, je sais que tu aimes Marton dans le rôle mais plus dans le live de l'année précédente au Met.
La version de Böhm 1970 puisque tu évoques Jones, je ne l'ai toujours pas entendue en entier alors que j'ai le disque dans le coffret Strauss Brilliant Clasics mais quand j'étais à Nancy, j'ai écouté d'autres choses. Heureusement, je pourrai toujours l'entendre sur spotify.
J'ai ramené avec moi la version de Leinsdorf, toujours pas entendue en entier là encore.
Il me reste beaucoup d'interprètes de Salome à entendre : Borkh pas entendue en entier, Goltz, Wellitsch, Studer en entier, Jones du coup en entier, Silja, Varnay que je ne connais que dans la scène finale, Nilsson que je ne connais que dans certains passages de la version Solti, Denoke et Mattila pour des Salome plus récentes, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 30 Déc 2015 - 13:32

aurele a écrit:
Oui, je sais que tu aimes Marton dans le rôle mais plus dans le live de l'année précédente au Met.
La version de Böhm 1970 puisque tu évoques Jones, je ne l'ai toujours pas entendue en entier alors que j'ai le disque dans le coffret Strauss Brilliant Clasics mais quand j'étais à Nancy, j'ai écouté d'autres choses. Heureusement, je pourrai toujours l'entendre sur spotify.
J'ai ramené avec moi la version de Leinsdorf, toujours pas entendue en entier là encore.
Il me reste beaucoup d'interprètes de Salome à entendre : Borkh pas entendue en entier, Goltz, Wellitsch, Studer en entier, Jones du coup en entier, Silja, Varnay que je ne connais que dans la scène finale, Nilsson que je ne connais que dans certains passages de la version Solti, Denoke et Mattila pour des Salome plus récentes, etc.

Leinsdorf, c'est très spécial aussi ; très démonstratif à l'orchestre (dans le déploiement, la bigarrure) et aussi à la voix, pour le rôle titre (par "excès" inverse, de raffinement pour le coup). Mais ça ne manque pas de charme (ah ! si tu peux mettre la main sur Caballe à Bâle en 57 drunken ).
Sinon, tu as raison pour tous les noms que tu évoques ; et c'est saisissant, d'ailleurs, de voir (d'entendre, en l'occurrence ; même si certaines se regardent, aussi ; notamment Denoke, Mattila, Herlitizus, les "modernes" en fait) comme cet opéra peut être polyphonique, enfin je devrais dire : polymorphique ; et comme il accepte des voix/voies absolument ambivalentes (mais j'enfonce une porte ouverte en soulignant l'ambiguïté de chacun, sur le plateau).
Borkh étrange, inquiétante ; Goltz, vipérine ; Wellitsch illuminée, incendiaire (une folle comme Jochanaan devrait être un "fou-de-Dieu" ; ce qui fait d'ailleurs que Fischer-Dieskau hier, et Nikitin avec sa rectitude de "starets" touchent à l'idéal, pour moi) ; Studer qui est à la fois matière et son image (comme un vitrail ; c'est la métaphore que j'utilise souvent pour l'Elsa de Janowitz, colorée en pleine masse qui est, de manière parfaitement complémentaire, dessin et couleur dans sa chair même) ; Jones et Silja qui "sont" (et sonnent, irrévocablement ; et bien différemment, pourtant mais comme des évidences) ; Varnay, comme une projection de sa mère dans une logique freudienne (une authentique mante religieuse ; et doublement puisqu'elle se dévorera elle-même à son propre profit en passant de l'une à l'autre, ce qui ne manque pas de sel "rétrospectif").
Il n'y a peut-être guère que Nilsson qui ne me passionne pas : portrait complet à tout point de vue mais à une seule dimension, assez univoque en fait.
Etc. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 31 Aoû 2016 - 14:13

Repêché dans la Playlist :

Polyeucte a écrit:

Strauss : Salomé (Joseph Keilberth, 1951 : Inge Borkh, Max Lorenz, Irmgarth Barth, Hans Hotter, Lorenz Fehenberger, Katja Sabo)

Dans la même lignée que l'Elektra chez le même éditeur et avec la même Borkh... magnifique... mais beaucoup plus subtil... Very Happy

À ce sujet, voir notamment le haut de la page et ce qui s'ensuit Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1539
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Mer 4 Oct 2017 - 23:16

Est-ce que quelqu'un serait en mesure de me conseiller une version au rubato à peu près standard ? Enfin c'est à dire quelque chose de pas trop excessif, la distribution vocale importe peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80642
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Jeu 5 Oct 2017 - 0:49

J'avoue que je ne vois pas trop d'exemples de versions excessives à ce niveau. Tu aurais des exemples, pour qu'on comprennes mieux ce que tu recherches?

Sinon: Karajan, Sinopoli, Schonwandt, Dohnanyi, Mehta...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18945
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Jeu 5 Oct 2017 - 9:40

Moi quand on me parle de "standard", je pense à Solti... mais je n'ai jamais écouté son enregistrement de Salomé... donc c'est pas vraiment un conseil fiable! hehe

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   Jeu 5 Oct 2017 - 12:58

Leinsdorf, pour avoir les détails, vraiment superbe (et ça tombe bien si tu te moques des chanteurs Mr. Green ). Ou Solti (en plus, grande version). Dohnányi, je n'ai écouté que le DVD, mais le CD doit être bien capté aussi.

(Sinopoli, l'orchestre est capté en retrait ; Karajan, on a moins de détails, le son Karajan en somme…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Strauss - Salomé (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Strauss - Salomé (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Strauss - Salomé (2)
» Strauss - Salomé
» Strauss - Salomé
» R. Strauss - Oeuvres a cappella
» Lisa della Casa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: