Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Climaxes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
S
Le Maître est marteau


Nombre de messages : 760
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 7:31

Lorsque j'écoute de la musique j'adore les moments forts, particulièrement les climax.

J'aimerais bien savoir quels sont pour vous les climaxes les plus impressionnants dans toute l'histoire de la musique.

Pour lancer une liste j'irais avec la Coda du Finale de la 5e symphonie de Bruchner (si bémol) absolument gigantesque!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 16:50

-La fin du Crépuscule des Dieux, après l'immolation de Brunnhilde.

-La fin du duo de l'Acte 2 de Tristan, avec le climax interrompu.

-La danse sacrale dans le Sacre du printemps.

-La marche infernale du 2è mouvement de la 11è de Chostakovitch, qui fait référence aux événements du 9 janvier 1905.

-Le passage délirant de la 9è sonate de Scriabine, avant la coda.

-Dans le genre climax soft celui du 2è mouvement du concerto en sol de Ravel, magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bezout
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3493
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 17:07

La fin du 1er mouvement des "Nuits dans les jardins d'Espagne", de DeFalla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
encolpio
La vie en noir et blanc
avatar

Nombre de messages : 848
Age : 44
Localisation : Palermo
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 17:39

Le 3e mouvement de la 9e de Bruckner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capri
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1239
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 18:24

- La Fin de l'"Oiseau de Feu" de Stravinsky (ce satané tremolo aigüe avec ces appels triomphals de cuivres)
- la fin de "De l'aube à Midi sur la Mer" de Debussy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille
Monsieur Claude
avatar

Nombre de messages : 1031
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 20:20

Xavier a écrit:
La marche infernale du 2è mouvement de la 11è de Chostakovitch
A tomber par terre !!! thumleft thumleft thumleft (Toute la symphonie, d'ailleurs...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanislas Lefort
Baroqueux fou
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Aux trousses du fantôme de l'Opéra !
Date d'inscription : 11/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 21:42

Sam a écrit:
...
J'aimerais bien savoir quels sont pour vous les climaxes les plus impressionnants dans toute l'histoire de la musique...

Mr. Green

De toute l'Histoire de la musique... heu, restons modestes ! Mais de toute "l'Histoire" de ma discothèque, je dirais, spontanément :

1) Chantons Platée, égayons-nous : choeur final de Platée (Rameau), par les Musiciens de Louvre.

2) trompettes et tambours, annoncez sa victoire : choeur final de David et Jonathas (Charpentier), par les Arts Florissants

3) du plus beau de nos jours consacrons la mémoire : choeur final de Jephté (Montéclair), par les Arts Florissants

4) que le ciel, que la terre et l'onde : choeur final de Castor & Pollux (Rameau), par les Arts Florissants


Allez ! tous en choeur... chantez avec moi !!! Mr. Green


Dernière édition par le Mar 28 Juin 2005 - 1:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahbon.free.fr/Ars_Musica.html
Achille
Monsieur Claude
avatar

Nombre de messages : 1031
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 27 Juin 2005 - 23:31

Tssss... S'pèce de baroqueux, va... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 28 Juin 2005 - 0:19

Stanislas Lefort a écrit:
Mais de toutes "l'Histoire" de ma discothèque
LOL !!! Laughing excellent !

Stanislas Lefort a écrit:
Allez ! tous en choeur... chantez avec moi !!! Mr. Green
ça va être dur, j'ai aucun de tes disques Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Bezout
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3493
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 28 Juin 2005 - 0:27

Citation :
Allez ! tous en choeur... chantez avec moi !!!

C'est ça, et risquer d'avaler une araignée hibernant entre 2 mesures datant d'avant 1750 ? Non merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stanislas Lefort
Baroqueux fou
avatar

Nombre de messages : 2477
Localisation : Aux trousses du fantôme de l'Opéra !
Date d'inscription : 11/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 28 Juin 2005 - 1:35

Bezout a écrit:
Citation :
Allez ! tous en choeur... chantez avec moi !!!

C'est ça, et risquer d'avaler une araignée hibernant entre 2 mesures datant d'avant 1750 ? Non merci.

Purée, les mecs ! on ne peut pas dire que vous vous aventuriez beaucoup dans les couloirs du temps ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahbon.free.fr/Ars_Musica.html
christia
Invité



MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 28 Juin 2005 - 9:06

Stanislas Lefort a écrit:
Purée, les mecs ! on ne peut pas dire que vous vous aventuriez beaucoup dans les couloirs du temps ! Mr. Green
bah, ça viendra peut être un jour mais il y a tellement de choses à découvrir au temps présent qu'une vie n'y suffirait pas...
Revenir en haut Aller en bas
mitia
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 40
Localisation : France
Date d'inscription : 05/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 5 Juil 2005 - 1:17

Chez Chosta, il y a aussi les 7 et 8èmes symphonies qui possèdent plusieurs climaxes tellement ces oeuvres sont riches.
Je pense également au dernier mouvement de la "Pathétique" de Tchaïkovsky avec ce mouvement contraire, fortissimo, entre d'un côté la descente des violons et des bois et de l'autre la montée des contrebasses, des trombones et tubas. Superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 5 Juil 2005 - 2:17

-Daphnis et Chloé, dans la 3è partie, le tutti magnifique avec les choeurs. (encore au début de la 3è partie, pas dans le passage rapide)

-La toute fin de l'Ascension de Messiaen: voilà un climax original et tout à fait sublime!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 5 Juil 2005 - 9:08

Xavier a écrit:
-La toute fin de l'Ascension de Messiaen: voilà un climax original et tout à fait sublime!
+ 1000 pour ma part Bad)
Revenir en haut Aller en bas
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Jeu 21 Juil 2005 - 20:23

Voici quelques climax mémorables que j'écoute chaque fois avec délectation :

- Le climax du premier mouvement de la symphonie pathétique de Tchaïkovski (vers la fin du deuxième tiers du mouvement qui fait quand même près de 20 minutes) avec roulement de timbales fortissimo ; violons et trombones pour l'essentiel.

- La neuvième variations des variations Enigma d'Elgar intitulée Nimrod, en fait, le climax même de cette variation.

- Le choral du prélude choral et fugue de César Franck avec les arpèges sur le thème des cloches du Mont-Salva de Parsifal de Richard Wagner. C'est d'ailleurs pas facile de sortir du répertoire purement symphonique quand il est question de climax, pas d'accord ?

- Le poème de l'Extase de Scriabin, les deux climax en fait de cette oeuvre. La péroraison décroche et de loin pour moi la palme de tous les climax les plus intenses et les plus jouissifs de l'histoire de la musique.

Je n'en ai pas d'autres en tête mais sans doute que beaucoup d'autres m'émeuvent, d'ailleurs je n'ai pas parler d'opéra. Dan sl'ensemble je suis assez d'accord avec les climax énoncés précédement (Oiseau de feu ; 11ème de Chosta ; Nuits dans les jardins d'Espagne (hélas un peu court) etc... et vous, que pensez-vous de mes propositions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Jeu 21 Juil 2005 - 20:34

ouannier a écrit:

- Le choral du prélude choral et fugue de César Franck avec les arpèges sur le thème des cloches du Mont-Salva de Parsifal de Richard Wagner. C'est d'ailleurs pas facile de sortir du répertoire purement symphonique quand il est question de climax, pas d'accord ?

- Le poème de l'Extase de Scriabin, les deux climax en fait de cette oeuvre. La péroraison décroche et de loin pour moi la palme de tous les climax les plus intenses et les plus jouissifs de l'histoire de la musique.

Oui oui pour ces deux-là!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Jeu 21 Juil 2005 - 20:47

Je reviens à la charge car j'oubliais de citer le duo entre Paul et Marietta dans La Ville Morte de Korngold, opéra sublimissime, limite chef-d'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80235
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Jeu 21 Juil 2005 - 20:48

Ah oui il faudrait que je le réécoute, y a de bien belles choses là-dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Ven 19 Aoû 2005 - 22:42

Xavier a écrit:
ouannier a écrit:

- Le choral du prélude choral et fugue de César Franck avec les arpèges sur le thème des cloches du Mont-Salva de Parsifal de Richard Wagner. C'est d'ailleurs pas facile de sortir du répertoire purement symphonique quand il est question de climax, pas d'accord ?

- Le poème de l'Extase de Scriabin, les deux climax en fait de cette oeuvre. La péroraison décroche et de loin pour moi la palme de tous les climax les plus intenses et les plus jouissifs de l'histoire de la musique.

Oui oui pour ces deux-là!! Very Happy




Je me disais bien que tu avais une tête à aimer ça... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Sam 20 Aoû 2005 - 2:14

ouannier a écrit:
Xavier a écrit:
ouannier a écrit:

- Le choral du prélude choral et fugue de César Franck avec les arpèges sur le thème des cloches du Mont-Salva de Parsifal de Richard Wagner. C'est d'ailleurs pas facile de sortir du répertoire purement symphonique quand il est question de climax, pas d'accord ?

- Le poème de l'Extase de Scriabin, les deux climax en fait de cette oeuvre. La péroraison décroche et de loin pour moi la palme de tous les climax les plus intenses et les plus jouissifs de l'histoire de la musique.

Oui oui pour ces deux-là!! Very Happy




Je me disais bien que tu avais une tête à aimer ça... Wink


J'voudrais pas rajouter de l'huile sur le feu mais je rappelle à tous que Wagner a piqué ses cloches de Montsalvat à Liszt: les cloches de la cathédrale de Strasbourg

De rien Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
Achille
Monsieur Claude
avatar

Nombre de messages : 1031
Date d'inscription : 09/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 4:33

leo a écrit:
J'voudrais pas rajouter de l'huile sur le feu mais je rappelle à tous que Wagner a piqué ses cloches de Montsalvat à Liszt: les cloches de la cathédrale de Strasbourg
Le nul... Quand on sait en plus que le thème du Graal n'est autre que l'Amen de Dresde (chant protestant déjà utilisé par Mendelssohn dans sa 5ème symphonie), on se dit que le bonhomme manquait vraiment d'inspiration pour son ultime opéra...

dwarf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 8:04

Achille a écrit:
leo a écrit:
J'voudrais pas rajouter de l'huile sur le feu mais je rappelle à tous que Wagner a piqué ses cloches de Montsalvat à Liszt: les cloches de la cathédrale de Strasbourg
Le nul... Quand on sait en plus que le thème du Graal n'est autre que l'Amen de Dresde (chant protestant déjà utilisé par Mendelssohn dans sa 5ème symphonie), on se dit que le bonhomme manquait vraiment d'inspiration pour son ultime opéra...

dwarf


Le monde le la musique avait traité le sujet dans un de ces tous premiers numéros ( je dois encore l'avoir dans un carton ) avec un mini 33T et extraits sonores pour appuyer la chose. Il semble en fait que tout le monde plagiait tout le monde mais qu'en effet Wagner était un spécialiste de la chose. Ce qui à mon sens n'enlève rien à sa valeur artistique ni à son sens dramatique. Disons qu'il a su retravailler tout ça à sa manière et qu'il reste un des compositeurs qui me fait le plus jubiler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 9:51

batmanJ'ai honte => c'est koi, un CLIMAXE ? <= y a pas de bonnet d'âne, alors j'ai mis un lapin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 11:50

César-Alexandre a écrit:
batmanJ'ai honte => c'est koi, un CLIMAXE ? <= y a pas de bonnet d'âne, alors j'ai mis un lapin

Pourquoi ne regardes-tu pas dans un dictionnaire, ça t'éviterait de te taper la honte ? Mr. Green (oui, bonjour à toi aussi C&A)

Le Petit Robert 2003 revu et corrigé par ouannier (D.R) :
climax (à prononcer en français klimax, et non pas klaimax à l'anglaise comme beaucoup le font et même que c'est moche)

Dans une progression, (en l'occurence, le plus souvent harmonique, rythmique et de dynamiques (nuances)), point culminant, apogée, sommet d'un mouvement ou d'une oeuvre.

Ce qui me fait penser qu'il ne faut pas inclure un climax dans tous les moments forts. Le climax est un moment fort particulier, il est issu d'une (lente) progression.

Je pense que parmi les exemples de climax qui ont été cités plus haut, même s'ils sont tous des moments très intenses, tous ne sont pas des climax. Corrigez-moi si je me trompe, mais pour ma part, le passage de la Ville morte n'est pas un climax. D'ailleurs un climax ne peut pas durer 7 minutes, ou alors ce n'est plus un climax. La 11° de Chosta, le deuxième mouvement, non plus, et la fin de l'oiseau de feu non plus, car c'est une péroraison. Un climax se trouve forcément à l'intèrieur des terres puisqu'il lui faut un tremplin et une piste d'aterrissage. Le sujet de ce topic est très bien, mais si on veut faire figurer tous les passages les plus intenses, il fait créer un autre topic passage les plus intenses (qui existe déjà d'ailleurs je crois).

Excellente journée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 11:58

Voila qui clarifie les choses. Alors en climax, je cietrai l'ouverture des 3ème, 6ème et 7ème portes chez Bartok dans le Château de Barbe Bleue



PS: César Alexandre ne peut avoir de dictionnaire voyons, au prix de la bouteille de Bourgogne Mr.Red Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 12:27

leo a écrit:
Voila qui clarifie les choses. Alors en climax, je cietrai l'ouverture des 3ème, 6ème et 7ème portes chez Bartok dans le Château de Barbe Bleue


J'ai oublié de dire, et si vous n'êtes pas d'accord, faites-le moi savoir surtout, qu'il me parait difficile d'entendre des climax dans un opéra, car le déroulement, et donc la progression, se fait non pas d'abord par la musique mais par le texte, le livret. Il faudrait donc qu'on puisse parler de climax dans un texte, ce qui me parait délicat dans un art qui ne se déroule pas dans le temps. Cependant, j'entend moi aussi, comme un climax, à la fin de la deuxième scène du deuxième acte de Tristan et Isolde, comme un climax interrompu effectivement par l'arrivée inoportune de melot Marke et toute la smala, c'est tout simplement parce que le livret est statique, il ne se passe rien, c'est je t'aime mon amour, moi aussi je t'aime, au fait, t'ais-je déjà dit que je t'aimai -oui, mais répètes-le encore un peu pour voir mon amour etc... C'est la musique qui guide le tout, elle seule évolue et permet ainsi le climax, elle est comme libérée d'un livret trop présent (c'est génial d'ailleurs).
Je ne connais pas d'autres exemple de climax dans un opéra, ceci dit je ne connais pas encore celui de Bartok (que je vais sans doute découvrir cette année au Châtelet, par Boulez).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 13:30

leo a écrit:
PS: César Alexandre ne peut avoir de dictionnaire voyons, au prix de la bouteille de Bourgogne Mr.Red Mr.Red
DU BOURGOGNE???... MOÂ ????? Mais enfin, je n'ai pas besoin de me soigner, je ne suis pas malade...
Le Roro, je l'ai pas en petit, je l'ai en 6 volumes. Échtoc !! bounce
Zarbi ce mot climax. De mon temps on disait pas pour la musique.

Et comme au vol 2, page 211, Roro donne en II : "point culminant (dans une progression)" et en c) "orgasme", alors mon climax à moi c'est la scène 2 du 2e acte de Tristan avec le coïtus interruptus de l'arrivée de Marke et son accord atroce (de ce point de vue-là, bien entendu).

Malgré tout, Roro parle de figure de rhétorique (France, 1753) puis d'acceptions scientifiques (Anglais, vers 1900)...Twisted Evil pas de progression harmonique, mélodique, Émachinchose ! Evil or Very Mad
Érechtoc !!
bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 13:35

César-Alexandre a écrit:
(...) alors mon climax à moi c'est la scène 2 du 2e acte de Tristan avec le coïtus interruptus de l'arrivée de Marke et son accord atroce (de ce point de vue-là, bien entendu). (...)
Et merde, c'était déjà dit... j'avais qu'à tout lire. Mais... c'est votre faute aussi : à me parler de Bourgogne, vous m'avez rendu malade ! pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 13:36

ouannier a écrit:

J'ai oublié de dire, et si vous n'êtes pas d'accord, faites-le moi savoir surtout, qu'il me parait difficile d'entendre des climax dans un opéra, car le déroulement, et donc la progression, se fait non pas d'abord par la musique mais par le texte, le livret. Il faudrait donc qu'on puisse parler de climax dans un texte, ce qui me parait délicat dans un art qui ne se déroule pas dans le temps.

Hum, le livret "se déroule" dans le temps puisqu'il est supposé être joué. Le "livret", c'est le texte tel qu'il est representé sur scène plus que le texte sur le papier (ou en tout cas, c'est cet aspect là du livret, sa capacité à representation, qui importe). Le théatre est un art du temps, et on parle très bien de climax au cinéma. Même dans un roman on peut trouver un climax car si le déroulement, la progression n'est pas temporelle, elle est dramatique. Le monologue de fin de Salomé (au moins la toute fin) est pour moi un bon exemple de climax musical et dramatique. Ou la fin de Tristan, qui est la terminaison thématique et dramatique de l'oeuvre. Le climax est un moment d'accomplissement du discours (qu'il soit dramatique ou musical). Sans être une conclusion (une conclusion ferme l'oeuvre, le climax la porte à son point de culmination - et se faisant tend à entrainer la conclusion car il parait n'y avoir plus rien à dire), il est logique qu'ils se trouvent en général en fin d'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 13:42

The Scythe-Meister a écrit:
Le théatre est un art du temps
Ben... et la musique, donc, la danse... Tout ce que l'on appelle "spectacle vivant" est art du temps. Même le mime, qui n'a pas de texte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 13:46

ouannier a écrit:
Je ne connais pas d'autres exemple de climax dans un opéra,
J'ose la scène du cimetière avec le Commandeur dans Don Giovanni, non ? Sommet dramatique de l'œuvre mais pas sa fin.
On doit en trouver d'autres, je pense.
La mort du Christ dans les 2 passions de JSB, par exemple... OK, ce n'est pas de l'Opéra, c'est de l'Oratorio. mais bon, c'est bien parce que c'est un sujet liturgique que ce n'est pas "joué". Mais quelle théâtralisation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 14:53

César-Alexandre a écrit:
J'ose la scène du cimetière avec le Commandeur dans Don Giovanni, non ? Sommet dramatique de l'œuvre mais pas sa fin.

Je ne pense pas. C'est un moment intense, certe, mais pas un climax. Où est la progression dans cet exemple ? L'entrée du commandeur est inattendue et surprenante alors que c'est lui qui est à l'origine de cette tension.

César-Alexandre a écrit:
Roro donne en II : "point culminant (dans une progression)" et en c) "orgasme"

Ca c'est très interressant, c'est très exactement ça un climax. L'image est d'autant mieux choisie que chacun sait ce que c'est un orgasme.


Dernière édition par le Mar 1 Nov 2005 - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 16:02

Je pense qu'un livret d'opéra et une pièce de théâtre ce n'est pas tout à fait la même chose.

Citation :
le livret "se déroule" dans le temps puisqu'il est supposé être joué.


Le livret est censé être mis en musique, ce qui est différent d'être joué, il ne se déroule donc jamais dans le temps indépendamment de la musique.
Le théâtre et l'opéra sont des arts qui se déroulent dans le temps. Pas le livret d'opéra tout seul.

Citation :
Le "livret", c'est le texte tel qu'il est représenté sur scène plus que le texte sur le papier (ou en tout cas, c'est cet aspect là du livret, sa capacité à représentation, qui importe)

Je pense que c'est plus sa capacité à être mis en musique qui importe, sa capacité à supporter de la musique, pas sa capacité à représentation, c'est très différent.

Citation :
on parle très bien de climax au cinéma

Tout à fait d'accord avec ça. Seulement, encore une fois, le cinéma et l’opéra sont deux arts très différents. Le cinéma est un art à part entière, tandis que l’opéra, est une forme hybride entre théâtre et musique (en gros). Et le théâtre est d'abord sous forme de livret, c'est -à dire qu'il est comme en pleine léthargie et qu'il ne demande qu'à être ranimé, ranimé par le compositeur de musique.

Citation :
Le monologue de fin de Salomé (au moins la toute fin) est pour moi un bon exemple de climax musical et dramatique.

Je ne trouve pas, mais peut-être cela appartient-il en partie au domaine de la subjectivité.

Citation :
Ou la fin de Tristan, qui est la terminaison thématique et dramatique de l’œuvre.

Tout à fait d’accord avec ça, c’est en autres choses, ce qui fait que Tristan et Isolde est un chef-d’œuvre et que cette fin est inouïe, c’est ce climax en guise de fin. Je l’entends effectivement également comme un climax. Encore une fois, c'est le texte qui le permet ici. Bourré d’anaphores et d’énumérations, la musique peut faire ce qu’elle veut, elle est libre de toute contrainte formelle de la part du livret.


Citation :
Sans être une conclusion (une conclusion ferme l’œuvre, le climax la porte à son point de culmination - et se faisant tend à entraîner la conclusion car il parait n'y avoir plus rien à dire), il est logique qu'ils se trouvent en général en fin d’œuvre.

Disons que les climax (ça se met comment au pluriel ce mot bizarre ?) se trouvent dans la deuxième moitié de l’œuvre.
Mais entre la fin du climax et la fin de l’œuvre ou du mouvement, il peut y avoir encore pas mal de choses à dire, c’est même une excellente occasion de faire de la très belle musique. Mais à parit de quand commence t-elle ? Quand est le début de la fin ? C'est une autre histoire.


Citation :
Même dans un roman on peut trouver un climax car si le déroulement, la progression n'est pas temporelle, elle est dramatique.

Alors là, moi je veux bien, mais il va falloir que tu me donnes des exemples, parce que je n’en vois aucun. Qu’est–ce qui permet à l’écrivain de faire cette progression dramatique ? Quels sont ces outils ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 16:39

ouannier a écrit:
Je pense qu'un livret d'opéra et une pièce de théâtre ce n'est pas tout à fait la même chose.

Je n'ai pas dis le contraire, mais combien de livrets d'opéra sont des pièces remaniées... souvent très légèrement pour des raisons de prosodie et autres et pas des raisons dramatiques.

Citation :

Le livret est censé être mis en musique, ce qui est différent d'être joué, il ne se déroule donc jamais dans le temps indépendamment de la musique.
Le théâtre et l'opéra sont des arts qui se déroulent dans le temps. Pas le livret d'opéra tout seul.

D'où mes guillements. Mais le texte conserve une autonomie et un rôle central. Il est "mis en musique" : la musique ou le théatre sont des formes d'interprétation. Diras-tu qu'il n'existe pas de climax dans le théatre?

Citation :

Je pense que c'est plus sa capacité à être mis en musique qui importe, sa capacité à supporter de la musique, pas sa capacité à représentation, c'est très différent.

La mise en musique est une forme de représentation (ou d'interprétation pour utiliser un terme plus précis). Je suis d'accord avec ce que tu dis plus bas quand tu dis que le livret demande à être ranimé par la musique. Mais on ne ranime jamais autre chose que ce qui est présent en tant que possible dans le texte original.

Citation :

Tout à fait d'accord avec ça. Seulement, encore une fois, le cinéma et l’opéra sont deux arts très différents. Le cinéma est un art à part entière, tandis que l’opéra, est une forme hybride entre théâtre et musique (en gros). Et le théâtre est d'abord sous forme de livret, c'est -à dire qu'il est comme en pleine léthargie et qu'il ne demande qu'à être ranimé, ranimé par le compositeur de musique.

Parce que la représentation théâtrale ne le ranime pas?

Citation :

Disons que les climax (ça se met comment au pluriel ce mot bizarre ?)

L'anglais donne climaxes...

Citation :
Mais entre la fin du climax et la fin de l’œuvre ou du mouvement, il peut y avoir encore pas mal de choses à dire, c’est même une excellente occasion de faire de la très belle musique.

Oui mais sous une forme autre, qui prendra souvent l'allure de conclusion, épilogue, coda...

Citation :

Alors là, moi je veux bien, mais il va falloir que tu me donnes des exemples, parce que je n’en vois aucun.

Je pense qu'on en trouve énormément dans toute une littérature influencée par le cinéma, dans les genres épiques et autres. Genre la bataille de Minas Tirith dans le seigneur des anneaux (livre et film). J'ai d'autres exemples dans une littérature plus "raffinée" mais j'ai pas envie de spoiler.

Citation :
Qu’est–ce qui permet à l’écrivain de faire cette progression dramatique ? Quels sont ces outils ?

Pas le temps là, j'y répondrais plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 17:30

Bon, tout ceci est très interressant. Je me sens hélas incapable de continuer la discussion sur internet, à l'écrit, et sans exemple concret. Ca devient de plus en plus subtil et l'idéal pour ça est d'en parler de vive voix en faisant écouter en direct les éventuels exemples. Je pense toujours que le climax à l'opéra reste exceptionel et pour cause... ceci dit ta vision est tout à fait logique aussi et se tient parfaitement.

Je vais quand même tenter de répondre aux quelques questions que tu poses directement.

Citation :
Diras-tu qu'il n'existe pas de climax dans le théatre?

Je connais assez mal le théâtre, mais j'imagine assez facilement que oui, bien sûr, il y a des climax(es). Ceci dit, je me demande vraiment si une pièce (de Racine par exemple) lue tout seul dans sa chambre par exemple et donc dans sa tête peut contenir des climax(s).


Je ne pense pas que l'on parle de livret pour le théâtre. Sinon, bien sûr que si elle le ranime. Quand je dis que le théâtre est d'abord sous forme de livret, je veux parler du potentiel de théâtre que contient ce livret (d'opéra). On a pas idée de représenter scéniquement un livret d'opéra. L'exemple de Pélléas et Mélisande de Maeterlinck, pour lequel Debussy a simplement supprimé des passages et changé quelques phrases, est assez rare je pense.

Citation :
Citation:
Qu’est–ce qui permet à l’écrivain de faire cette progression dramatique ? Quels sont ces outils ?


Pas le temps là, j'y répondrais plus tard.



A la bonne heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr Bloom
Ancien bagnard
avatar

Nombre de messages : 1221
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Dim 21 Aoû 2005 - 17:53

ouannier a écrit:

Je connais assez mal le théâtre, mais j'imagine assez facilement que oui, bien sûr, il y a des climax(es). Ceci dit, je me demande vraiment si une pièce (de Racine par exemple) lue tout seul dans sa chambre par exemple et donc dans sa tête peut contenir des climax(s).

Dans une mise en scène ou une mise en musique, une partie de l'interprétation ou une première interprétation du texte est donnée, au contraire de la lecture où le texte est nu : l'interprétation est purement celle du lecteur, avec son imagination et une "mise en temps" propre (très différente de celle du théâtre et de l'opéra, mais qui existe, chacun à son rythme de lecture et sa manière d'aborder une oeuvre littéraire/textuelle).
Je trouve personnellement la fin de "fin de partie" de Beckett (monologue final) et de "Caligula" de Camus (la toute fin), et le ressenti que j'ai face à ces moments est proche de celui que je peux avoir face à un climax musical, surtout que le texte souvent court des pièces et de ces climax, réduit la climax à l'instant, souvent comme dans la musique. Mais il est évident qu'il faut une implication plus forte du récepteur, car il est seul à interpréter le texte, il ne recoit aucune interprétation pré-établie du metteur en scène ou du compositeur.
Il ne t'arrive jamais de ressentir des choses très fortes à la lecture d'un roman?

ouannier a écrit:
Quand je dis que le théâtre est d'abord sous forme de livret, je veux parler du potentiel de théâtre que contient ce livret (d'opéra). On a pas idée de représenter scéniquement un livret d'opéra. L'exemple de Pélléas et Mélisande de Maeterlinck, pour lequel Debussy a simplement supprimé des passages et changé quelques phrases, est assez rare je pense.

Les livrets adaptés de pièces sont quand même très communs (Mozart, Janacek, Salome de Strauss...). Il faudrait voir au cas par cas l'envergure de l'adaptation : l'opéra nécessite des réductions de texte, des répétitions, une manière différente d'exposer l'intrigue, des adaptations au phrasé chanté, qui font qu'une adaptation est nécessaire. On y perd souvent dans la qualité du texte littéraire, mais on y gagne en possibilités musicales. Alors on a pas idée de représenter scéniquement un livret d'opéra, mais l'adaptation est relativement aisée pour en faire un texte viable pour le théâtre (et inversement).

Citation :

A la bonne heure...

Je te sens cynique... Smile Ca sera pas pour tout de suite il faut que je réfléchisse pour dire autre chose que des banalités (même si j'ai partiellement répondu un peu plus haut).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 22 Aoû 2005 - 0:47

ouannier a écrit:
(...) chacun sait ce que c'est un orgasme.
Voilà qui est un peu vite dit mais a néanmoins le grand mérite de l'optimisme !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
César-Alexandre
Poivrot averti
avatar

Nombre de messages : 339
Localisation : continuellement entre BIARRITZ et PAU (pyrénées-Atlantiques)
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Lun 22 Aoû 2005 - 12:09

ouannier a écrit:
Citation :
Même dans un roman on peut trouver un climax car si le déroulement, la progression n'est pas temporelle, elle est dramatique.
Alors là, moi je veux bien, mais il va falloir que tu me donnes des exemples, parce que je n’en vois aucun.
qu'est-ce que t'es compliqué, toi, à citer, avec tous tes leitmotive "citation"... Y a pas que le nom qui s'accorde... y'a aussi le texte ! (Non ! en te relisant bien, ça fait plutôt couplet-refrain ; comme les chansons de Sheila affraid )
Bon, ben, Vagnier, te faudra de news binocles : DOSTOÏEVSKI, si tu y trouves pas de progression dramatique avec ou non climax continental, y a un sérieux souci. Permier exemple qui me saute à l'esprit. On va en trouver des tonnes d'autres, je suis sûr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.crendiffusion.com
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 18:41

Citation :
Genre la bataille de Minas Tirith dans le seigneur des anneaux (livre et film).

Ah oui, effectivement, j'ai lu le livre (très chiant soit-dit en passant) et vu le film (très chiant aussi, sauf le dernier justement) et c'est un exemple de climax littéraire, je suis d'accord.

Citation :
Il ne t'arrive jamais de ressentir des choses très fortes à la lecture d'un roman?

A vrai dire je lis très peu, mais je n'ai jamais ressenti quelque chose d'aussi fort qu'un climax musical, si la comparaison n'est pas aberrante.
Ceci dit, j'ai le souvenir d'un seul moment très fort, c'est le passage des Madeleines de Proust. A l'instant précis où j'ai compris ce qu'il voulait dire, où j'ai compris pourquoi manger ces madeleines à ce moment-là
lui rappelait une pèriode de son enfance qu'il avait totalement oublié par le seul rappel du goût, j'ai trouvé ça très beau et m'a fait très forte impression. Je dois dire qu'auparavant je n'avais connu de sensations littéraires supèrieures ou égales à celle-là, ni après non plus d'ailleurs.

Citation :
qu'est-ce que t'es compliqué, toi, à citer, avec tous tes leitmotive "citation"... Y a pas que le nom qui s'accorde... y'a aussi le texte ! (Non ! en te relisant bien, ça fait plutôt couplet-refrain ; comme les chansons de Sheila )

Je ne comprends rien de rien, mais alors nada, niet, queue dalle, nothing...

Citation :
DOSTOÏEVSKI, si tu y trouves pas de progression dramatique avec ou non climax continental, y a un sérieux souci

Connait pô, je n'ai pas encore pris le temps de le lire, on verra ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 18:47

Tolkien chiant Question ah bon... Perso c'est plutôt Proust qui m'ennuie à mort.
Alors je sais quoi te dire pour Dostoïevski, écrivain génial et qui a eu un destin comparable à Wagner. Perso j'adore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 18:53

Citation :
écrivain génial et qui a eu un destin comparable à Wagner

Ah oui ? En quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bezout
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3493
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 18:55

Citation :
Perso c'est plutôt Proust qui m'ennuie à mort.

Ca me rappelle une fille de ma classe qui disait "ouah Proust c'est trop chiant, il fait des phrases qui durent 1 page entière, c'est trop nul à chier".

Par curiosité, parce que ça faisait longtemps que j'avais prévu de me mettre à Proust, et parce que j'ai vu l'existence d'une thèse rapprochant Debussy et Proust, je me suis lancé dans la Recherche.

Et ça a été "la" révélation, c'est le genre d'oeuvre que j'ai toujours cherché et voulu trouver, et qui m'est enfin apparu. En fait, ce que Proust à ressenti en goutant sa madeleine, ça m'est arrivé en commençant son livre.

Alors oui, il y a de très longues phrases qui font une page, mais qu'est ce qu'elles peuvent être belles et pleinent de sens.



Pour Tolkien, je suis d'accord, c'est chiant à mort (et pourtant je suis fan d'heroic-fantasy). Peut être que Léo va nous dire que c'etait SA révélation et qu'il ne faut pas y toucher Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 18:58

ouannier a écrit:
Citation :
écrivain génial et qui a eu un destin comparable à Wagner

Ah oui ? En quoi ?


Même époque, même âge ( 1811 -1881 et 1813-1883 )
Révolutionnaires à 30 ans, subissant ensuite le contrecoup de leurs engagements ( exil pour Wagner, goulag pour Dostoïevski ) années de galères, de problèmes financiers - pour finir en icônes, reconnus par tous et développant de dangereuses idées de nationalisme et d'antisémitisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 19:08

Moi la recherche a également été une révélation. Je l'ai commencé par-dessus la jambe me disant que peut-être ça allait me plaire. J'ai compris dès les premières lignes que c'était quelque chose de très fort. Il décrit des sensations avec une précision et une vérité qui m'ont beaucoup touché, surtout l'enfant qu'il est au début. Ca m'a tellement plu que j'ai abandonné la lecture au bout de 200 pages environ (c-a-d avant la fin de Swann), me disant que c'etait trop bien pour moi, que je ne le méritai pas, je reprendrai plus tard quand je serai moins jeune, moins inexpérimenté et moins con.

Quand aux phrases qui font une page, ça me rappelle une dictée que notre prof de français voulait à tout prix nous faire faire. Tout le monde rouspétait. Personne ne voulait la faire cette dictée de merde. Pour nous faire changer d'avis, elle nous a dit qu'il n'y avait que deux phrases. On a tous dit d'accord, deux phrases, c'est pas bien méchant. Elle ne nous a pas menti, mais c'était du Proust.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
christia
Invité



MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 19:19

Bezout a écrit:
Ca me rappelle une fille de ma classe qui disait "ouah Proust c'est trop chiant, il fait des phrases qui durent 1 page entière, c'est trop nul à chier".
personnellement j'ai lu Proust par curiosité et parce que mes parents avait un de ses livres, et j'ai bien aimé...
Revenir en haut Aller en bas
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 19:26

Puisque c'est ainsi je vais longtemps me coucher de bonne heure Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
ouannier
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mar 23 Aoû 2005 - 19:26

leo a écrit:
Puisque c'est ainsi je vais longtemps me coucher de bonne heure Mr.Red



Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
leo
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1684
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Climaxes   Mer 24 Aoû 2005 - 9:03

ouannier a écrit:
leo a écrit:
Puisque c'est ainsi je vais longtemps me coucher de bonne heure Mr.Red



Boulet


Proust-toi de là! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leboc.forumactif.org/forum.htm
Cadbury Fan
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 30/08/2005

MessageSujet: climaxes   Jeu 1 Sep 2005 - 21:21

comme le dit très justement mon ami ouannier un climax ca dure pas 20 minutes!!!!!!!!!!

Donc voici les climax (+ leur préparation) qui me font un petit quelque chose:

> Prélude à l'après midi d'un faune
(mes.37 [chiffre 4] à mes.47)

> La Mer, Ier mouvement
(mes 132 [chiffre 14] à la fin)

> Sirènes
1er petit climax (mes 44 à 56)
2ème grand climax (mes.72 à 75)

voilà pour debussy...jen chercherai d'autre chez lui et chez les autres...
Mais votre avis mintérresse sur ces choix là...

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Climaxes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Climaxes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Climaxes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: