Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1497
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 18:11

S'il y a des compositeurs jamais ou très très peu enregistrés.........c'est sans doute au prétexte qu'ils sont ....plutôt moyens...???????......ou que leur génie ne peut être compris que par un cousin génie??????

Mais d'abord, la question première est : un compositeur non enregistré, est-ce que ça existe encore???????

Et d'abord, qu'est-ce qu'un compositeur?

Les improvisations ne comptent pas.

Des propositions peuvent être faites, mais elles sont susceptibles ensuite d'être rectifiées par une trouvaille d'un collectionneur/fureteur!!

Pour le moment, je n'ai aucune proposition à faire, mais je me vengerai.


Ne sont pas nominés malgré des apparences parfois trompeuses :

Daniel Roth, 1942- organiste et compositeur : d'après son site, au moins 4CD et 1 LP comprennent de ses œuvres. Et j'en ai un.
Absent de la "List of Composers" de Wikipédia en. Injustice à réparer.

Luboš Fišer (1935-1999, tchèque).


Hypothèses proposées :

Nadia Boulanger : peu
Louise Bertin : peu


Dernière édition par shushu le Sam 4 Mai 2013 - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pacifique
Mélomane averti


Nombre de messages : 229
Age : 29
Date d'inscription : 29/04/2012

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 18:15

C'est vrai ça, pourquoi je suis jamais enregistré Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 18:17

Opéras de Rimsky-korsakov = pas de DVD et des CDs très difficiles à se procurer (là ça fait deux mois que j'ai commandé Mlada sur amazon, je sens bien qu'ils vont me sortir bientôt "désolé, nous n'avons pas pu nous procurer votre commande). Je ne comprends pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 20:28

Glocktahr a écrit:
Opéras de Rimsky-korsakov = pas de DVD et des CDs très difficiles à se procurer (là ça fait deux mois que j'ai commandé Mlada sur amazon, je sens bien qu'ils vont me sortir bientôt "désolé, nous n'avons pas pu nous procurer votre commande). Je ne comprends pas.

Ah non mais là faut pas exagérer, c'est pas du tout des trucs introuvables ou jamais enregistrés, sinon on va citer beaucoup de choses...
Que certains enregistrements soient indisponibles de temps à autre, c'est vrai, mais ils existent et se trouvent d'occasion, en médiathèque, etc...
Je crois que Shushu voulait parler des compositeurs peu ou pas enregistrés, pas des enregistrements indisponibles.

Par exemple, Koechlin, il y a peut-être 50% de ses oeuvres qui n'ont pas été enregistrées du tout. (peut-être même pas publiées pour certaines)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glocktahr
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 22/03/2009

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 20:38

Xavier a écrit:
Glocktahr a écrit:
Opéras de Rimsky-korsakov = pas de DVD et des CDs très difficiles à se procurer (là ça fait deux mois que j'ai commandé Mlada sur amazon, je sens bien qu'ils vont me sortir bientôt "désolé, nous n'avons pas pu nous procurer votre commande). Je ne comprends pas.

Ah non mais là faut pas exagérer, c'est pas du tout des trucs introuvables ou jamais enregistrés, sinon on va citer beaucoup de choses...
Que certains enregistrements soient indisponibles de temps à autre, c'est vrai, mais ils existent et se trouvent d'occasion, en médiathèque, etc...
Je crois que Shushu voulait parler des compositeurs peu ou pas enregistrés, pas des enregistrements indisponibles.

Par exemple, Koechlin, il y a peut-être 50% de ses oeuvres qui n'ont pas été enregistrées du tout. (peut-être même pas publiées pour certaines)
En fait j'hésitais à parler seulement des DVDs. Là c'est clair que les éditeurs ne se ruent pas dessus, ce qui est emmerdant pour des opéras. Et trouver des enregistrements avec livrets ce n'est pas évident non plus, même des synopsis sont difficilement trouvables sur internet et la plupart des opéras n'ont même pas leur propre fiche wikipedia. Et il me semble qu'en en parlant sur son fil qqn avait dit que certains opéras n'avaient été enregistrés qu'une fois dans les années 40 et n'avaient jamais été réédités. Donc, certes il y a des compositeurs moins enregistrés, mais Rimsky-Korsakov est tout de même un compositeur reconnu dans les livres, plusieurs opéras par an sont joués à Moscou et Saint Petersbourg, mais pourtant il est extrêment difficile d'avoir des disques (Je ne vais pas me taper le trajet à Paris pour avoir un exemplaire de Paul Voyedova des années 30 dans une médiathèque).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16338
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 20:45

.


Dernière édition par lucien le Mar 15 Aoû 2017 - 10:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 20:50

Glocktahr a écrit:
En fait j'hésitais à parler seulement des DVDs. Là c'est clair que les éditeurs ne se ruent pas dessus, ce qui est emmerdant pour des opéras. Et trouver des enregistrements avec livrets ce n'est pas évident non plus, même des synopsis sont difficilement trouvables sur internet et la plupart des opéras n'ont même pas leur propre fiche wikipedia. Et il me semble qu'en en parlant sur son fil qqn avait dit que certains opéras n'avaient été enregistrés qu'une fois dans les années 40 et n'avaient jamais été réédités. Donc, certes il y a des compositeurs moins enregistrés, mais Rimsky-Korsakov est tout de même un compositeur reconnu dans les livres, plusieurs opéras par an sont joués à Moscou et Saint Petersbourg, mais pourtant il est extrêment difficile d'avoir des disques (Je ne vais pas me taper le trajet à Paris pour avoir un exemplaire de Paul Voyedova des années 30 dans une médiathèque).

OK, il faut peut-être simplement citer des oeuvres précises, mais Sadko, le Coq d'or, Kitège, Katscheï, la Fiancée du Tsar... ça se trouve sans problème. (et même en DVD pour les trois premiers)
Enfin, globalement, Rimsky n'est pas un compositeur peu enregistré il me semble!

Quels sont les opéras qui n'ont pas été du tout enregistrés?

(au passage, le Coq d'or est donné à Paris en juillet)


Dernière édition par Xavier le Sam 20 Avr 2013 - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16338
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 20:53

ouais passequebon si vous y aller avec Rimski, moi je vais vous envoyer Busoni. pourtant, il y a pas mal de choses enregistrées. Smile et chez Liszt aussi, il y a pas mal de choses non enregistrées, notamment dans la musique chorale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1497
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 20 Avr 2013 - 23:01


Toujours pas d' hypothèse pour le moment.

Et d'abord, qu'est-ce qu'être un compositeur? Etre ou avoir été édité, conservé dans des bibliothèques publiques,....privées ..?? En fait je ne sais pas, moi.

Avis aux musicologues en sommeil, si vous avez une idée. Il doit bien y avoir des découvertes récentes de partitions en sommeil de compositeurs tombés dans l'oubli (mais géniaux, ça va se soi), que les interprètes et les labels sont prêts à s'arracher, ou bien des compositeurs recensés mais tellement mauvais que............
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 21 Avr 2013 - 15:14

Ben non, ils ne le se les arrachent pas, car si c'est peu connu, ça vendra peu, que ce soit bon ou pas.
Quand on voit que Flammen de Schulhoff n'est même pas réédité...
La label "world premiere recording" ne fait pas spécialement vendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 21 Avr 2013 - 19:53

Certains
Abels se spécialisent dans la découverte de compositeurs oubliés, négligés, morts et enterrés. CPO, MDG, Koch Schwann, Zigzag et plusieurs autres, notamment les lavels dit 'nationaux tels que Dux, Musica Sveciae, Da Capo, etc. Quelquefois on comprend l'oubli dans lequel ils croupissent, quelquefois on est ébloui.

Je ne suis pas sûr de comprendre l'utilité de ce fil. Si on cite un nom qu'on est seuls à connaître, est-ce que ça veut dire quelquue chose, et est-ce que ça va donner quoi que ce soit? En musique comme en toute chose il y a l'offre et la demande. Très peu d'offre pour ce qui n'est pas en demande, et très peu de demande pour ce qui n'est pas disponible ou offert.

Par exemple, je connais un compositeur nommé Richard Nanes. J'ai de lui ses quatre symphonies et je sais qu'il existe des concertos et quelques autres oeuvres, notamment pour piano seul. Les seuls enregistrements existants ont été produits par Nanes lui-même. Il louait chef, orchestre (le London Philharmonic) et studio d'enregistrement car il était très riche. Les critiques sont fortement divisés, pour toutes sortes de bonnes et de mauvaises raisons - notamment un certain snobisme: comme Charles Ives, Nanes était avant tout un homme d'affaires prospère qui composait après les heures de bureau.

Très honnêtement je ne m'attends pas à ce que quiconque ici connaisse sa musique, donc c'est probablement la première et dernière fois que vous entendrez parler de lui ! Ce qui risque d'être le cas de plusieurs exemples similaires parmi ceux qui seront cités Sad


Dernière édition par André le Dim 21 Avr 2013 - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 21 Avr 2013 - 20:27

Je ne vais même pas parler de gens qui ont quand même UN disque (parfois épuisé) comme Février ou Hurum, ce serait trop facile.

Mais parmi ceux très dignes d'intérêt que j'ai pu entendre en concert (pour les vivants) ou lire, je pourrais par exemple citer Biffi, Lochon, La Coste, Bertin de la Doué, Hirchmann, Fusté-Lambezat, Gaigne, dont il n'existe rien, ou bien seulement des extraits épars, très loin de la monographie (Hirchmann, Fusté-Lambezat, Gaigne).


shushu a écrit:
Et d'abord, qu'est-ce qu'être un compositeur? Etre ou avoir été édité, conservé dans des bibliothèques publiques,....privées ..?? En fait je ne sais pas, moi.
On peut considérer que la frontière entre le compositeur amateur que l'on ne va pas étudier et les pros qu'on étudie tient effectivement dans le fait qu'il y a l'ambition (et la réussite) à se faire jouer devant un large public, publier, etc.

Il existe bien sûr de vrais compositeurs qui restent inédits, mais dans ce cas, il faut vraiment une raison particulière d'aller chercher.


Citation :
Avis aux musicologues en sommeil, si vous avez une idée.
Une raison pour laquelle on ne les joue pas ? C'est très simple, il n'y a pas de place pour tous au répertoire, et aujourd'hui le répertoire des siècles précédents s'est accumulé, et de surcroît on multiplie les re-créations. Alors certains très bons, et parfois plus proches de nos goûts, tombent en désuétude. Ceux qui demeurent ont toujours une raison de rester ; ceux qui disparaissent n'en ont pas forcément.

Par ailleurs, il suffit que le style ait déplu à ses contemporains, qu'il arrive à un mauvais moment, et il peut être enseveli avant même d'être écouté sérieusement par quiconque.

Ce ne sont pas les raisons d'injustices qui manquent.


Citation :
Il doit bien y avoir des découvertes récentes de partitions en sommeil de compositeurs tombés dans l'oubli (mais géniaux, ça va se soi), que les interprètes et les labels sont prêts à s'arracher
La mode de la recréation se trouve surtout dans le répertoire baroque, où un public s'est révélé depuis une cinquantaine d'années, et où il reste encore de la place instituer un répertoire traditionnel. Par ailleurs, ces musiques sont beaucoup plus proches entre elles que celles du XIXe et du XXe, et ne nécessitent donc pas la même adaptation en passant d'une oeuvre à l'autre. Il y a infiniment plus de différences entre deux opéras de Massenet qu'entre les opere serie de Vivaldi et Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1497
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mer 24 Avr 2013 - 0:11

Nadia Boulanger (qui a arrêté la composition fort jeune, au décès de sa sœur Lili), est quand même très peu enregistrée pour un prix de Rome, premier prix de composition.

Ceci dit, j'ai trouvé des traces, et j'ai même 2 petites pièces chez moi.

Par contre, Lili Boulanger est bien présente sur le marché, mais il parait qu'elle était plus douée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mer 24 Avr 2013 - 11:39

Considérant la différence d'âge, il est possible que Lili ait eu un plus grand potentiel. Néanmoins, en ce qui me concerne, je trouve moins d'effet et plus de concentration poétique dans la musique de Nadia. Et effectivement, il existe peu de monographies (à peu près toutes sur de petits labels, et complètement épuisées).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
shushu
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1497
Localisation : Kourou, Guyane
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 4 Mai 2013 - 13:44

Autre femme un peu oubliée des disques : Louise Bertin?
Il y a la reprise de Esmeralda au Festival de Montpellier qui a fait l'objet d'une gravure, mais ça doit être tout?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 4 Mai 2013 - 14:31

shushu a écrit:
Autre femme un peu oubliée des disques : Louise Bertin?
Il y a la reprise de Esmeralda au Festival de Montpellier qui a fait l'objet d'une gravure, mais ça doit être tout?
Elle était la fille du directeur (et possesseur) du Journal des débats, elle n'avait donc pas de carrière de compositrice au sens habituelle. Elle a tout de même écrit d'autres oeuvres, mais à en juger par la genèse de son opéra (au minimum conseillée par Berlioz, et sans doute orchestré par ses soins, voire un peu plus) et sa qualité (assez médiocre, avant tout un agrégat de lieux communs musicaux du temps, de façon plutôt bruyante), il n'est pas sûr que le peu d'intérêt de la postérité soit injustifié.

Il existe un fil consacré aux femmes compositrices, dans lequel on a pu parler de gens infiniment plus intéressants : Francesca Caccini, Jacquet de La Guerre, Wieck, Kinkel, Schindler, Beach, Gubaidulina, Aboulker, Beamish... Là, on parle de grandes dames.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
darkmagus
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1421
Age : 68
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 6 Oct 2013 - 15:36

Gna pas me semble-t’il de topic consacré aux compositeurs peu connus, alors je place ma demande ici, quelqu’un connait-il
LOUIS SAGUER dont j’ai acheté un disque chez un soldeur et qui ma foi en vaut bien d’autres.
J’ai pu récupérer ce qui suit sur le net :Louis Saguer, né Wolfgang Simoni le 26 mars 1907 à Berlin, mort à Paris le 1er mars 1991, est un compositeur d'origine allemande naturalisé français en 1947.
Il débuta ses études musicales avec plusieurs élèves de Busoni, dont Tagliapietra, puis travailla avec W. Bülau, W. Klatte, professeur au Conservatoire Stern de Berlin, Louis Aubert, Arthur Honegger et Darius Milhaud.En 1932, il suit les cours de Hindemith à la Hochschule de Berlin et, à l'Université, les cours de musicologie de Kurt Sachs. Il devient assistant de Hanns Eisler à l'Université Ouvrière et à la Chorale Populaire de Berlin.Chef de chant et assistant de mise en scène à l'Opéra d'Etat de Berlin, il fut Chef d'orchestre du Théâtre Piscator, collaborant dans le même temps avec des musiciens comme Meisel pour la musique du film «Dix jours qui ébranlèrent le monde» de Eisenstein ou Hanns Eisler, dont il devint l'assistant à l'Université Ouvrière, pour «Kühle Wampe». Beaucoup plus tard, il signera la musique du film d'Eric Rohmer «Le signe du lion».Il se fixe définitivement à Paris en 1933.

En tant que pianiste et claveciniste, il donne des concerts, surtout de musique contemporaine, aux radios française, belge, allemande, et fait connaître, à Darmstadt en 1949, des oeuvres, notamment, de Boulez, Dutilleux, Jolivet, Martinet, Messiaen, Nigg.


Récompenses
1961 : Copley Award à Chicago
1964 : Grand Prix de Monaco pour son opéra Mariana Pineda inspiré par le destin tragique de l'héroïne de même nom
1973 : Premier Prix de l'American Association of Negro Musicians pour Daybreak in Alabama
1974 : Prix de la SACEM
Quelqu’un connait-il ? qu’en penser ?
merci pour vos avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 6 Oct 2013 - 18:25

Justement il ne faut pas hésiter à créer un sujet pour ce genre de compositeur méconnu, en rubrique générale, s'il n'y a pas de sujet existant. Wink  (sinon les discussions qui découleront de ton message risquent de se perdre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkmagus
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1421
Age : 68
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 6 Oct 2013 - 23:27

ouaip, d'un autre côté, je suis sur le topic "Discographie", rubrique "compositeurs jamais ou peu enregistrés", ça peut aussi le faire non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 6 Oct 2013 - 23:35

Oui, ça le fait, mais je trouve dommage ces sujets fourre-tout dans lesquels quantité d'informations se perdent.

Si tu crées le sujet dédié à ce compositeur en rubrique générale, il pourra être retrouvé et surtout indexé. Smile 

Maintenant, c'est sûr que c'est plus judicieux de créer le sujet quand tu auras écouté le disque et que tu auras quelque chose à en dire. Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 14 Oct 2013 - 7:27

En farfouillant ici ou là je m'aperçois de la présence d'un Antoine Dard (1715-1784) bassoniste qui a laissé pas mal d'oeuvres d'ailleurs pour son instrument ou pour d'autres instruments mais comme il y a un CD consacré aux sonates pour basson jouées par Pascal Dubreuil, instrument assez peu joué au final et comme certains internautes disent beaucoup de bien de ce cd autant le citer ici pourquoi pas ?
Autre curiosité pour moi la présence sur Amazon.fr d'Alberto Savinio, frère de Georges de Chirico, Savinio, écrivain, peintre et compositeur à mis en musique Ses Chants de la mort par Bruno Canino piano , soprano Luisa Castellani et baryton Alberto Jona (1993)j'avoue que je serais assez curieux d'entendre ça, j'ai toujours été intrigué par la multiplicité de cet écrivain qui a beaucoup parlé de musique dans ses livres d'ailleurs.

Un vomissement musical, 1917

Le charme de l’harmonie est la plus grave atteinte à l’honneur de l’homme libre. Parmi les principales causes de criminalité par dégénérescence il faut placer — en premier lieu la musique : bien avant l’alcoolisme !

Des populations denses de gens idiots, ignorants, sales, malades, dégénérés, entrent dans le Temple de la Musique comme chez eux. Ils s’y trouvent — en effet — parfaitement chez eux, car on y célèbre un culte à la portée de toutes les plus répugnantes misères de l’esprit : c’est l’Assistance Publique pour tout le rejet de l’humanité.

« Un vomissement musical », Alberto Savinio, Dada, nº 1, Juillet 1917, p. 6
C'est dingue ce qu'on peut découvrir d'interessant et de curieux en se baladant sur le net, le problème c'est qu'on ne peut hélas ou heureusement pas faire un topic sur chaque découverte , je continue mes investigations!Laughing 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 14 Oct 2013 - 7:47

Benigne de Bacilly  (1621 -1690 ) ,autre compositeur à découvrir je pense ,contemporain de Michel Lambert, il laisse une oeuvre fructueuse et fournie dont Un art de bien chanter, pas mal de renseignements sur Wikipedia, et aussi sur ce site
http://www.musicologie.org/Biographies/b/bacilly_benigne_de.html
A découvrir je pense pour beaucoup comme moi , il y a deux cd de lui enregistrés déjà?

je ne peux parler d'un compositeur ancien sans aussi parler d'un moderne alors parlons de Toshio hosokawa né à Hiroshima en 1955 et qui semble avoir déjà une oeuvre conséquente, les japonais ont souvent été attiré par les percussions et la flûte , c'est le cas de Musique pour percussions /  Hosokawa : Oeuvres percussion et orchestre. Nakamura. de Toshio Hosokawa, Rupert Huber, WDR Rundfunkchor Köln et percussion Isao Nakamura (2008)  On trouve aussi de la musique de chambre et un concerto pour guitare et bien d'autres oeuvres de lui sur cd  , mais quelqu'un ici le connnaît il  peut être déjà?

Wikipedia

Toshio Hosokawa fait des études de piano et de composition à Tokyo avant de partir en 1976 à Berlin-ouest pour étudier la composition auprès d'Isang Yun, le piano avec Rolf Kuhnert, et l'analyse avec Witold Szaloneck. De 1983 à 1986, il part pour Fribourg travailler avec Klaus Huber et Brian Ferneyhough.

Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 20011.
Œuvre

   2010 : Matsukase opéra mis en scène par Sasha Waltz
   2004 : Hanjo, opéra mis en scène par Anne Teresa De Keersmaeker
   2003 : Wind from the Ocean, pour orchestre
   2003 : Garden at First Light pour instruments traditionnels japonais
   2002 : Somon-ka pour ensemble
   1998 : Silent Flowers, pour quatuor à cordes
   1997 : Birds Fragments IIIb, version pour accordéon et flûtes à bec
   1996 : Ferne-Landschaft II pour orchestre
   1996 : Ferne-Landshaft III, seascapes of Fukuyama, pour orchestre
   1996 : Medea Fragments I, ouverture pour ensemble de chambre
   1996 : Memory à la mémoire d'Isang Yun
   1996 : Slow Dance, pour six instrumentistes
   1996 : Utsurohi-Nagi, pour shô et orchestre à cordes avec harpe, célesta et percussion
   1996 : Vertical Song Ib, version pour flûtes à bec
   1995 : Vertical Song I, pour flûte
   1993 : Tenebrae pour chœur
   1992 : Dawn pour orchestre
   1992 : Landscape I pour quatuor à cordes
   1991 : Birds Fragments III pour shô et flûte basse
   1989 : Death and Resurrection, pour trois récitants, voix solistes, chœur mixte et orchestre
   1989 : Preludio «Night», pour orchestre
   1988 : Concerto pour flûte «Per-Sonare»
   1987 : Ferne-Landschaft I pour orchestre
   1980 : Quatuor à cordes n°2

PS.bon je m'aperçois après qu'il y a déjà un topic sur ce compositeur lancé par Cello et c'est tant mieux, de toutes façons je ne connais pas ce compositeur , et lui a l'air de mieux le connaître , comme je dis souvent l'important c'est d'aimer et pas de savoir qui a fait quoi le premier, alors allons voir sur ce post ce qu'on peut y apprendre sur Toshio, il a l'air interessant à la lecture des titres de ses oeuvres?Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mer 16 Oct 2013 - 14:33

Bacilly est surtout important parce qu'il note intégralement les diminutions (comme d'Ambruis, d'ailleurs) à exécuter par le chanteur. Musicalement, ça s'écoute très bien – ça n'atteint pas forcément les sommets de Guédron, Lambert ou Moulinié –, mais ça se situe parmi ce qui se fait de mieux dans le genre de l'air de cour.

Quant à Hosokawa, grand compositeur effectivement, dont on a parlé dans son fil ; on joue d'ailleurs un opéra de lui cette saison à Paris, j'y serai. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 3:31

Ib Norholm, on peut pas dire que ce compositeur danois né en 1931 ne soit pas enregistré , il l'est même assez, il est déjà l'auteur de plus de 9 symphonies,de pas mal d'oeuvres de musique de chambre, bien que j'avoue ne pas connaître quel est vraiment son style? un truc que je comprends toujours pas quand je sélectionne un ficher et que j'envoie l'image , toujours rien n'apparaît c'est frustrant de ne pas y arriver?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 3:44

gluckhand a écrit:
Ib Norholm, on peut pas dire que ce compositeur danois né en 1931 ne soit pas enregistré , il l'est même assez, il est déjà l'auteur de plus de 9 symphonies,de pas mal d'oeuvres de musique de chambre, bien que j'avoue ne pas connaître quel est vraiment son style?
C'est plutôt du néo-tonal dépressif. Mr. Green Donc pas très rugueux, mais assez sombre. Vu que tu aimes Pettersson, ça me paraît une fréquentation assez judicieuse. Il y a de tout dans sa production (particulièrement du côté a cappella, très riche), des choses assez fades et puis des œuvres plus significatives, même si je n'ai rien trouvé de complètement éverestique chez lui.

Sa discographie est effectivement abondante.

Dans le même genre, il y a beaucoup d'autres compositeurs similaires qui me paraissent beaucoup plus intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 4:24

Rassures- toi David, je n'écouterais pas tout ce dont je parle ici, question temps, c'est pour ceux qui veulent aller plus loin comme Lucien peut être ?Laughing 
Très peu de choses en français sur ce compositeur et violoniste américain Samuel Gardner sinon cette notice en anglais sur Wikipedia!
Samuel Gardner (August 25, 1891 – January 23, 1984) was an American composer and violinist of Russian origin. He won a Pulitzer prize with a string quartet in 1918. He was a student of Franz Kneisel and Percy Goetschius, and began his career as a concert violinist; among his compositions is a violin concerto. He wrote a number of other chamber works, and a handful of things for orchestra, including Broadway, which was performed by the Boston Symphony in the 1929-30 season.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 4:29

Anton Fils, encore un compositeur mort très jeune!

Anton Fils est un compositeur et violoncelliste allemand du début de la période classique, né à Eichstätt le 22 septembre 1733 et mort à Mannheim le 14 mars 1760.

Biographie

Anton Fils participe comme violoncelliste à l'orchestre de la cour de Mannheim dès 1754. Malgré sa mort précoce, il a eu le temps de composer diverses œuvres pour la Hofkapelle, dont 30 symphonies. Il est certainement l'un des compositeurs les plus importants de l'école de Mannheim avec Johann Stamitz, Christian Cannabich et François-Xavier Richter.

Ses contemporains l'ont apprécié, comme le poète allemand Christian Friedrich Daniel Schubart qui a vu en lui « le plus grand compositeur de symphonies qui ait jamais vécu ».

Discographie
Sa musique, quoiqu'oubliée, est en cours de redécouverte grâce notamment au Concerto Köln qui a consacré un disque aux compositeurs de l'école de Mannheim et surtoutà L'Orfeo Baroque Orchestra dirigé par Michi Gaigg qui a consacré un disque entier à des symphonies composées en 1760-62.
Merci à Wikipedia! mais en 1762 , il doit y avoir une erreur s'il était mort?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 4:46


Un compositeur dont on voit certaines oeuvres en disques ou CD ,Sartorio, situé entre la mort de Monteverdi et la naissance du prêtre roux, Vivaldi un autre Antonio plus célèbre.
Encore un emprunt à Wkipedia!

Antonio Sartorio (né en 1630 à Venise et mort le 30 décembre 1680 dans la même ville) était un compositeur italien du XVIIe siècle.

Antonio Sartorio a surtout composé des opéras et de la musique vocale. Il exerça son activité principalement dans sa ville natale de Venise et à Hambourg.

On connait peu de choses sur sa vie et sa formation. De 1666 à 1675, il a été maître de chapelle du duc Jean-Frédéric de Brunswick-Lunebourg. Démis de cette charge, il revint à Venise où il occupa le poste de vice-maître de chapelle de Saint-Marc, du 7 mai 1676 à sa mort.

Les œuvres d'Antonio Sartorio présentent des caractères typiquement vénitiens de la seconde moitié du XVIIe siècle. Plus précisément ses livrets appartiennent à la catégorie du "drame héroïque" pleine d'intrigues, de déguisements, d'astuces, de sort

Opéras
L'Adelaïde (1672)
Alcina (1674-1675)
Anacreonte tiranno (1677)
Antonio e Pompeiano (1677)
Elio Seiano (1667) (ou La prosperità d'Elio Seinano ou La caduta d'Elio Seiano)
La Flora (1680, œuvre inachevée, complétée par Marc Antonio Ziani)
Giulio Cesare in Egitto (1676)
Massenzio (1672)
L'Orfeo (1673)

Musique sacrée

Psaume à 8 voix et à deux chœurs mais adapté à l'usage de la sérénissime chapelle ducale de Saint-Marc.
Ad tantum triumphum in Motetti Sagri à une seule voix et instruments.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Dim 20 Oct 2013 - 4:57


Giovanni Priuli, une belle tartine sur ce compositeur sur Wikipedia en anglais, en français très peu de renseignements sinon cette brève biographie chez Larousse!


Organiste et compositeur italien (Venise v. 1575 – Vienne ? 1629).

Élève de Giovanni Gabrieli, il publia dans sa ville natale trois recueils de madrigaux dans le style aussi bien a cappella que concertato. Vers 1615, il entra au service des Habsbourg, d'abord comme maître de chapelle de l'archiduc Ferdinand à Graz, puis, après que ce dernier fut devenu l'empereur Ferdinand II (1619), à Vienne. Il publia alors, toujours à Venise, deux volumes de Sacri concentus (1618-1619), deux nouveaux recueils de madrigaux (1622 et 1625) et deux volumes de messes concertantes (1624). Il fut à Vienne le premier d'une longue lignée de maîtres de chapelle impériaux italiens dont le dernier devait être Salieri.

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 21 Oct 2013 - 2:43

J'aime beaucoup les symphonies et concertos de Norholm. Sa deuxième symphonie ('Isola bella') en particulier m'enchante à chaque écoute. Il faut mentionner les notes de programme (label Kontrapunkt) qui permettent un réel approfondissement de l'oeuvre. Les symphonies 4, 5 et 7 valent aussi une écoute attentive.

Nektatrios Chargeishvili (1937-1971) est un compositeur géorgien contemporain de Vainberg, Nosyrev et Chostakovich. À ma connaissance il n'est pas enregistré. Par contre, sa symphonie de 1971 est disponible sur Youtube. C'est une oeuvre courte (21 mins) mais dense et très chargée. J'y entends des influences de Scriabine (entre autres) mais surtout une grande intégrité de pensée. Une musique turbulente, chargée et portée sur la démesure.

Edison Denisov est mieux servi au disque (son unique Symphonie a été enregistrée à au moins deux reprises), mais il demeure sur les franges du répertoire discographique. Je recommande la Symphonie, une des oeuvres modernes les plus cohérentes et intéressantes que j'aie entendues.

Richard Nanes est un compositeur excentrique et conservateur en même temps. Son oeuvre a été en grande partie enregistrée par le London Philharmonic Orchestra grâce à sa fortune personnelle (quatre symphonies, des oeuvres concertantes et plusieurs pour piano seul). Sa deuxième symphonie est une de mes préférées. Débutant dans le chaos et la dissonance, l'orchestre finit par 'trouver' un accord parfait et bâtit une mélodie simple qui est reprise et variée en un crescendo toujours plus richement instrumenté. La résolution de la dissonance à la consonance est magistrale. Très efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 21 Oct 2013 - 6:24

[quote="André"]


Edison Denisov est mieux servi au disque (son unique Symphonie a été enregistrée à au moins deux reprises), mais il demeure sur les franges du répertoire discographique. Je recommande la Symphonie, une des oeuvres modernes les plus cohérentes et intéressantes que j'aie entendues.

André, moi aussi j'adore cette symphonie et je n'ai que l'enregistrement de Barenboïm, la version russe étant pas facile à trouver a un prix correct, sur Wikipedia,ils signalent 2 symphonies pour Denisov et 2 de chambre aussi?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_compositeurs_ayant_%C3%A9crit_des_symphonies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 21 Oct 2013 - 11:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22365
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mar 22 Oct 2013 - 22:14

Surprised Le Concerto pour piano du compositeur suisse André-François Marescotti (1902-1995)...
 
Je ne connais pas l'oeuvre ni même le compositeur.
 
L'inépuisable catalogue Decca inclut un enregistrement d'octobre 1958 dont je doute qu'il ait été réédité en CD...
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ovni231
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 12128
Age : 23
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mar 22 Oct 2013 - 22:46

Raffaelo d'Alessandro est trop peu enregistré... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 28 Oct 2013 - 18:36

En fait, à tout bien considérer, il y a bien plus de compositeurs peu ou pas enregistrés que de compositeurs honorés par une discographie abondante !!
Je peux ajouter Emile Goué, mort prématurément à 42 ans, Alfred Bruneau, le gendre de Zola (très connu dans les années 1900, comme quoi...) et les époux Jaëll, Alfred, qui fut l'un des meilleurs virtuoses de son époque (auteur de nombreuses paraphrases et variations) et Marie, également grande pédagogue du piano.
D'autres ont eu (un peu) plus de chance comme Alkan, par exemple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Lun 28 Oct 2013 - 21:05

Chris3 a écrit:
Alfred Bruneau, le gendre de Zola
Tu es sûr ? J'ai pourtant pas mal lu autour de Bruneau, mais ça ne m'évoque vraiment rien, et après une rapide vérification sur les quelques notices présentes en ligne, je n'en trouve pas trace.

En plus leurs relations personnelles n'étaient pas particulièrement chaleureuses, même s'ils travaillaient avec enthousiasme ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mar 29 Oct 2013 - 5:59

Non apparemment la fille de Zola n'était pas mariée à Bruneau.
"Denise est la fille d'Emile Zola et de Jeanne Rozerot. Elle est née le 20 septembre 1889. Lorsque son père meurt, en 1902, Alexandrine Zola se bat pour que elle et son frère, Jacques (1891-1963), puissent porter le nom de leur père. En 1908, elle épouse Maurice Le Blond, jeune écrivain qui fut un proche de Zola, de qui elle aura trois enfants. Son principal souci est de travailler à la gloire de son père et de son oeuvre littéraire. Ainsi, entre 1927 et 1929, elle participe à la publication des OEuvres Complètes de Zola chez Bernouard, en compagnie de son mari. "
http://www.ezola.fr/Denise_Aubert/Accueil_Denise_Aubert.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mar 29 Oct 2013 - 22:00

Embarassed  Oui, j'ai dû m'avancer un peu sur les liens Bruneau-Zola... ils étaient juste de très bons amis (et collaborateurs pendant plusieurs années). Mais l'un a laissé plus de trace dans l'histoire culturelle de notre pays que l'autre, alors qu'il y a cent ans, c'était l'inverse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mer 30 Oct 2013 - 3:28

Lera Auerbach, je sais pas si l'on en a parlé ici, j'ai vu qu'il commençait a y avoir pas mal d'oeuvres enregistrées
Voici ce qu'en dit Wikipedia
Valeria Lvovna Auerbakh (en russe : Валерия Львовна Ауэрбах), plus connue sous le nom de Lera Auerbach, née le 21 octobre 1973 à Tcheliabinsk, est une compositrice russe.

Biographie

Elle est née à Tcheliabinsk, une ville de l’Oural située à la frontière sibérienne. Lera Auerbach perpétue la tradition des compositeurs et pianistes virtuoses des XIXe et XXe siècles. Elle est la plus jeune compositeur du catalogue de la prestigieuse maison d’édition musicale internationale Hans Sikorski, célèbre pour avoir présenté Prokofiev, Chostakovitch, Schnittke, Goubaïdoulina et Kantcheli. La musique de Lera Auerbach se caractérise par sa liberté de style et sa juxtaposition de langages musicaux tonal et atonal.

Elle a joué pour la première fois au Carnegie Hall en mai 2002 en présentant sa propre Suite pour violon, piano et orchestre avec Gidon Kremer et le Kremerata Baltica. Depuis lors, la musique de Lera Auerbach est présente chaque saison au Carnegie Hall. En 2005, elle s’est vue décerner le prestigieux Prix Hindemith du Festival de musique du Schleswig-Holstein, en Allemagne.

Ses compositions ont été commandées et jouées par Gidon Kremer, le Ballet royal danois, le Ballet de Hambourg, David Finckel et Wu Han, Vadim Gluzman, Kremerata Baltica et l’Orchestre Ensemble Kanazawa, pour n’en citer que quelques-uns. Elle s'est produit en récital au piano sur des scènes aussi prestigieuses que le Grand Hall du Conservatoire de Moscou, l'Opéra de Tokyo, le Lincoln Center de New York, le Herkulesaal de Munich, le Konzerthaus d’Oslo, le Symphony Hall de Chicago et le Kennedy Center de Washington.

Une nouvelle commande du Ballet royal danois, à l’occasion du bicentenaire de Hans Christian Andersen, a permis à Lera Auerbach de collaborer pour la deuxième fois avec le chorégraphe John Neumeier. Le ballet est une version moderne du conte de fée classique La Petite Sirène. La première a remporté un vif succès en avril 2005.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Mer 30 Oct 2013 - 4:56

Dane Rudhyar, il y a deux ou trois disques de ce compositeur, penseur, astrolgue, peintre, bref une personnalité aux multiples facettes, voyons ce qu'en dit Wikipedia pour y voir plus clair que dans le marc de café?



Dane Rudhyar (23 mars 1895 à Paris1 – 13 septembre 1985), né Daniel Chennevière, était compositeur et le pionnier de l'astrologie transpersonnelle.
Biographie

Il fut tout d'abord influencé par Marc Edmund Jones. Il était un ami de Alice Bailey et à l'origine de plusieurs concepts utilisés par le New Age. Considéré comme le père de l'astrologie humaniste, il a fondé aux États-Unis le Comité international pour une astrologie humaniste. (C.I.A.H)2.

Il a publié environ 40 ouvrages.

Dane Rudhyar eut pour compagnon de route en Europe Alexander Ruperti, fondateur du Réseau d'Astrologie Humaniste (RAH).
http://astrosophia.free.fr/dane_rudhyar.htm

Pour sa musique
http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dclassical&field-keywords=Dane+Rudhyar+&rh=n%3A301174%2Ck%3ADane+Rudhyar+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Jeu 31 Oct 2013 - 5:28

Nikolaï Kapoustine .pas grand chose en français sur ce compositeur et pianiste russe sinon cet article très interessant au sujet de sa musique
http://www.hyperion-records.co.uk/al.asp?al=CDA67433
On est comme d'habitude obligé de se réferrer à Wikipedia



Nikolaï Guirchevitch Kapoustine (en russe : Николай Гиршевич Капустин), né le 22 novembre 1937 à Gorlovka (Ukraine), est un compositeur et pianiste russe.

Biographie
Élève d'Alexandre Goldenweiser au conservatoire de Moscou, il acquerra au cours des années cinquante une solide réputation de pianiste de jazz, de compositeur, et d'arrangeur. Il est considéré aussi bien comme un héritier de la tradition du piano virtuose classique que de celle de l'improvisation jazz.

Il mélange ainsi dans ses compositions un langage harmonique et rythmique résolument jazz avec des structures classiques.

Kapoustine se voit lui-même d'abord comme un compositeur plutôt qu'un musicien de jazz : « Je n'ai jamais été un musicien de jazz. Je n'ai jamais essayé d'être un vrai pianiste de jazz, mais j'y ai été contraint pour mes compositions. L'improvisation ne m'intéresse pas - et qu'est ce qu'un jazzman sans l'improvisation? Toutes mes improvisations sont écrites, bien sûr, et sont ainsi devenues bien meilleures, cela les a améliorées. »

Œuvres
Parmi ses œuvres on compte 20 sonates pour piano, six concertos pour le même instrument, d'autres concertos, ainsi que des variations et études pour piano.

Pas mal de disques déjà pour ce compositeur dont un disque de Hamelin qui s'est vraiment interessé à pas mal de monde!
http://www.amazon.fr/gp/search/ref=a9_sc_1?rh=i%3Aclassical%2Ck%3Akapustin&keywords=kapustin&ie=UTF8&qid=1383193536
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Jeu 31 Oct 2013 - 5:36

Stanford ,moins connu qu'Elgar, ce compositeur irlandais a laissé 7 symphonies et pas mal d'oeuvres chorales sans compter sa musique de chambre etc ...... toujours Wikipedia!

Sir Charles Villiers Stanford est un compositeur irlandais, né le 30 septembre 1852 à Dublin et décédé le 29 mars 1924 à Londres.

Biographie

Fils d'un éminent juriste à la chancellerie de Dublin, Stanford est élevé dans un milieu musical où ses deux parents sont des musiciens chevronnés ; son père s'intéresse plus particulièrement au chant tandis que sa mère est pianiste. Il étudie l'orgue et la composition auprès de Robert Stewart. Ses talents précoces ont été relatés dans un article du Musical Times de décembre 1898.

Il se rend à Londres en 1862 pour étudier avec Arthur O'Leary et Ernst Pauer, avant de parvenir en 1870 au prestigieux Queens' College de Cambridge, puis au Trinity College en 1873 où il est notamment organiste jusqu'en 1892. Sa nomination au poste de directeur de la société musical de l'université de Cambridge lui offre une notoriété certaine.

Entre 1874 et 1877, il passe quelques semaines d'études en Allemagne afin de parfaire sa technique de composition avec Carl Reinecke et Friedrich Kiel, avant d'obtenir ses diplômes universitaires à Cambridge. Il rencontre le violoniste Joseph Joachim et le chef d'orchestre Hans von Bülow qui le soutiendront avec constance.

Engagé comme professeur de composition au Royal College of Music en 1883, il devient également chef du Bach Choir de 1886 à 1902, professeur de musique à Cambridge, à partir de 1887. Il est aussi chef de l'Orchestre philharmonique de Leeds de 1897 à 1909, ainsi que du festival de Leeds de 1901 à 1910.

Parmi ses élèves, on retrouve les compositeurs Arthur Bliss, Herbert Howells, John Ireland, Gustav Holst, George Dyson, Ernest John Moeran, Rebecca Clarke et le chef d'orchestre Eugène Goossens.

Avec Hubert Parry et surtout Edward Elgar, il est l'un des compositeurs emblématiques de la période victorienne.

Il a été fait chevalier le 24 octobre 19021.
Œuvres principales
Œuvres orchestrales

Symphonie n° 1 en si bémol majeur (1876-1877)
Symphonie n° 2 en ré mineur, "Elegiac" (1882, Cambridge)
Symphonie n° 3 en fa mineur, "Irish", op. 28 (17 mai 1887, Londres)
Symphonie n° 4 en fa, op. 31 (14 janvier 1889, Berlin)
Symphonie n° 5 en ré, "L'allegro ed il penseroso", op. 56 (1894, créée à Londres en 1895)
Symphonie n° 6 en mi bémol, op. 94 (1905)
Symphonie n° 7 en ré mineur, op. 124 (1912)

Œuvres concertantes

Concerto pour violon en ré majeur, op. 74 (1899)
Suite pour violon, op. 32 (1888)
Concerto pour piano n° 1 en sol majeur, op. 59 (1894)
Concerto pour piano n° 2 en ut mineur, op. 126 (1911-1915)
Variations sur des thèmes anglais ("Down among the Dead Men") pour piano et orchestre, op. 71 (1898)
Concerto pour clarinette en la mineur, op. 80 (1902-1903)
Konzertstück pour orgue et orchestre, op. 181 (1921)

Rapsodies irlandaises

Rapsodie irlandaise n° 1 en ré mineur, op. 78 "dédiée à Hans Richter"
Rapsodie irlandaise n° 2 en fa mineur, op. 84 "Ossian"
Rapsodie irlandaise n° 3 pour violoncelle, op. 137 (1913)
Rapsodie irlandaise n° 4 en la mineur, op. 141 (1913)
Rapsodie irlandaise n° 5 (1917)
Rapsodie irlandaise n° 6 pour violon, op. 191 (1922)

Opéras

Sa première composition marquante est la musique de scène composée en 1876 d'après le Queen Mary d'Alfred Tennyson.

The Veiled Prophet (Le Prophète voilé de Khorasan, Hanovre 1881)
Savonarola (1884, Hambourg 1884)
The Canterbury Pilgrims (Les Pèlerins de Canterbury, Drury Lane 1884)
Shamus O'Brien (Opéra-Comique 1896)
Christopher Patch (1897)
Much Ado About Nothing (Covent Garden 1901)
The Critic (Londres 1916)
The Travelling Companion, en 4 actes (Liverpool 1925)

Œuvres chorales

De nos jours, Stanford est particulièrement connu pour ses œuvres chorales. On peut citer deux oratorios, un requiem (1897), un Stabat Mater (1907) mais aussi des œuvres profanes plus courtes telles The Revenge (1886), The Voyage of Maeldune (1889), Songs of the Sea (1904) et Songs of the Fleet (1910).

La musique composée pour l’Église anglicane est encore beaucoup jouée.

Anthems et motets
And I Saw Another Angel, op. 37 n° 1
For lo, I raise up, op. 145
If Thou Shalt Confess, op. 37 n° 2
The Lord is my Shepherd (1886)
Three Latin Motets, op. 38
Justorum animae
Coelos ascendit hodie
Beati quorum via

Musique pour les offices
Jubilate Deo et Te Deum en si bémol, op. 10
Magnificat et Nunc dimittis en la, op. 12
Magnificat et Nunc dimittis en si bémol, op. 10
Magnificat et Nunc dimittis en ut, op. 115
Magnificat et Nunc dimittis en ré pour chœur (1923)
Magnificat et Nunc dimittis en mi bémol (1873)
Magnificat et Nunc dimittis en fa, op. 36
Magnificat et Nunc dimittis en fa (Queens' Service) (1872)
Magnificat et Nunc dimittis "Grégorien" (1907)

Autres
The Blue Bird
Magnificat en si bémol pour double chœur
Pater Noster (1874)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Jeu 31 Oct 2013 - 5:41

Mario Castelnuovo-Tedesco, un compositeur surtout lié à la guitare pour moi, dont on croise le nom de temps en temps sans trop savoir ce qu'il a fait, alors  pour en savoir plus ,comme d'habitude merci Wikipedia!

Mario Castelnuovo-Tedesco (* Florence, 3 avril 1895 - † Los Angeles, 16 mars 1968) était un compositeur italien, émigré aux États-Unis.

Biographie

Mario Castelnuovo-Tedesco est un compositeur italien de tendance impressionniste et néo-romantique très prolifique; descendant d'une illustre famille de banquiers qui vécurent dans la péninsule ibérique jusqu'à l'expulsion des Juifs d'Espagne en 1492, sa musique combine de fait des inspirations italiennes, juives et espagnoles, comme en témoigne son important catalogue (210 opus).

Il a écrit pour tous les genres et son style fluide s'adapte aux diverses situations évoquées dans sa musique, souvent descriptive; ses très nombreuses pièces pour piano ou guitare sont souvent conçues comme des poèmes symphoniques en miniature; sa musique, d'une grande puissance poétique et d'évocation, puise souvent sa source d'inspiration dans la littérature ou se marie souvent avec la poésie ou la scène : mélodies, mais aussi musique à programme (ballet, théâtre, opéra, cinéma, marionnettes,...) pour, ou bien d'après des textes poétiques ou narratifs : William Shakespeare, Federico Garcia Lorca, John Keats, Walt Whitman, Juan Ramón Jiménez,...

C'est logiquement en Italie qu'il commence sa formation musicale : il étudie le piano à Florence, puis la composition à Bologne avec le compositeur Ildebrando Pizzeti (1880-1968) et surtout Alfredo Casella (1883-1947) qui fut son grand mentor. Il déploie une activité de pianiste, de compositeur mais aussi de critique musical, et ses œuvres furent très vite jouées dans toute l'Europe.

Sa première œuvre d'importance est un opéra, La Mandragola (d'apres Machiavelli), crée à la Fenice de Venise en 1926.

Ses origines juives seront pour lui une source d'inspiration constante : (Naomi and Ruth op 22, Sacred service for the Sabbath Eve) et notamment son deuxième concerto pour violon Il Profeti, op. 66, écrit en 1931, en hommage à Jascha Heifetz. Mais ce furent ces mêmes origines juives qui l'obligèrent à quitter en 1939 l'Italie pour les États-Unis afin de fuir la politique antisémite du régime de Mussolini. Il s'installa à Hollywood où il écrivit la musique de plus de deux cents films.

Outre ses origines, les liens du compositeur avec l'Espagne sont aussi en partie dus à sa rencontre avec Andrés Segovia à Venise en 1932. Cette première rencontre lui inspira d'ailleurs son premier concerto pour guitare, qui devint l'un de ses instruments de prédilection : près d'une centaine de compositions, dont des concertos (2 pour Guitare, 1 pour 2 Guitares, 2 pour Violon, 2 pour Piano, 1 pour Harpe...) et aussi, certainement l'une des plus originale, son fameux Platero y yo, élégie andalouse pour narrateur et guitare, son opus 190 écrit en 1960 sur 28 des 138 courts chapitres du récit poétique éponyme du poète andalou Juan Ramón Jiménez

Filmographie

Crédité

   1941 : The Return of the Vampire, réalisé par Lew Landers
   1944 : The Black Parachute, réalisé par Lew Landers
   1944 : She's a Soldier Too, réalisé par William Castle
   1945 : Dix petits Indiens (And Then There Were None), réalisé par René Clair
   1947 : Time Out of Mind, réalisé par Robert Siodmak
   1948 : Les Amours de Carmen (The Loves of Carmen), réalisé par Charles Vidor
   1950 : Rogues of Sherwood Forest, réalisé par Gordon Douglas
   1951 : La Corrida de la peur (The Brave Bulls), réalisé par Robert Rossen
   1951 : Mask of the Avenger, réalisé par Phil Karlson
   1952 : The Brigand, réalisé par Phil Karlson
   1954 : Nettoyage par le vide (The Long Wait), réalisé par Victor Saville

Non-crédité

   1941 : La Proie du mort (Rage in Heaven)
   1941 : Dr. Jekyll et Mr. Hyde (Dr. Jekyll and Mr. Hyde)
   1942 : Fingers at the Window
   1942 : We Were Dancing
   1942 : The Affairs of Martha
   1942 : Mr. Blabbermouth!
   1942 : Je te retrouverai (Somewhere I'll Find You)
   1942 : Journey for Margaret
   1942 : Sept amoureuses (Seven Sweethearts)
   1942 : Reunion in France
   1943 : Plan for Destruction
   1943 : Hitler's Madman
   1944 : In Our Time
   1944 : Two-Man Submarine
   1944 : Address Unknown
   1944 : Les Saboteurs (Secret Command)
   1944 : The Mark of the Whistler
   1944 : Sergeant Mike
   1945 : I Love a Mystery
   1945 : The Crime Doctor's Courage
   1945 : Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray)
   1945 : Son of Lassie
   1945 : The Strange Affair of Uncle Harry
   1945 : Voice of the Whistler
   1945 : Prison Ship
   1946 : Night Editor
   1946 : The Man Who Dared
   1946 : Dangerous Business
   1946 : Le Courage de Lassie (Courage of Lassie)
   1946 : Shadowed
   1946 : Lame de fond (Undercurrent)
   1947 : Time Out of Mind
   1947 : Devil Ship
   1948 : Alias a Gentleman
   1949 : Si ma moitié savait ça (Everybody Does It)
   1951 : Strictly Dishonorable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Jeu 31 Oct 2013 - 5:51

Johann Melchior Molter, encore un compositeur passé à l'as, auteur pourtant de 169 symphonies ,de nombres de sonates et contemporain de Bach, bon Molter a t'il écrit la musique du cantor comme  Corneille les pièces de Molière , vous le saurez en lisant ce qui est marqué sur wikipedia et pas sur Voici-voilà!Est-ce qu'Alain Damiens sait  aussi que c'est lui  Molter qui a écrit les premiers concertos pour clarinette ,j'en doute!Laughing 

**********************


Johann Melchior Molter est un compositeur allemand de musique baroque né le 10 février 1696 à Tiefenort (près d'Eisenach) et décédé le 12 janvier 1765 à Karlsruhe.

Biographie
Initié à la musique par son père, Valentin Molter (professeur et chantre à Tiefenort), il découvre la musique de Georg Philipp Telemann au lycée d'Eisenach. En 1717, il devient violoniste au service du comte Carl Wilhelm von Baden-Durlach. Le 12 juillet 1718, il épouse Maria Salome Rollwagen qui décèdera en 1737. En 1719, il étudie à Venise et à Rome. Il est ensuite maître de chapelle de 1723 à 1749 à la cour du margrave, au château de Durlach et à la nouvelle résidence de Karlsruhe. Il assure les responsabilités musicales à l'église, au théâtre et à la chambre. Dans de cadre il compose de nombreuses œuvres. En octobre 1738, il est de nouveau à Eisenach où il se marie avec Maria Christina Wagner.

En 1741, la chapelle de la cour d'Eisenach est dissoute et il se rend à Karlsruhe où les changements lui sont positifs : en 1743, il entre de nouveau au service de la cour de Baden-Durlach. Il compose de très nombreuses pièces pour un petit orchestre qu'il anime au lycée.

En 1746, le comte Carl Friedrich décide de réorganiser la musique de la cour et le charge du projet. De 1747 à sa mort en 1765, il dirige la nouvelle chapelle.

Œuvres
Molter est parmi les premiers compositeurs qui ont écrit des concertos pour la clarinette. Klaus Hafner, musicologue allemand a établi un catalogue des œuvres de Molter (MWV), contenant près de 600 compositions dont :

   66 sonates
   22 concertos à 3
   12 concertos à 4
   61 concertos à 5
   14 ouvertures
   169 symphonies
   3 opéras
   14 cantates
   1 passion

Les 6 concertos pour petite clarinette en ré de Molter sont les tout premiers concertos pour la clarinette, instrument nouveau à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 7:06






Domenico Alaleona ( Montegiorgio , 16 Novembre 1881 - Montegiorgio , 28 Décembre 1928 ) était un organiste et compositeur italien .

Biographie

Il a eu ses premières leçons de Antonio Bernabei et poursuit ses études au Lycée S. Cecilia à Rome: composition avec Cesare De Sanctis , le piano avec Alessandro bustiers , l'harmonie et l'orgue avec Remigio Renzi . Il est diplômé en composition , orgue et harmonie à la Santa Cecilia à Rome en 1907 , l'année d'après il est diplômé en Arts. Il était chef d'orchestre et chorales à Livourne et à Rome, où il a enseigné le chant chorale de l'École Nationale de Musique et de 1916 professeur au conservatoire de Santa Cecilia en tant que professeur d'histoire et d'esthétique de la musique, a été un précurseur à l'étude des aspects techniques de la musique, en introduisant des termes tels que la technique dodécaphonique , encore en usage aujourd'hui.

Il était un collaborateur et critique musical pour divers magazines et journaux: "Music Magazine italien", "Harmonia", "The Piano". A sa mort, causée par une maladie inconnue, laissé plus de six cents oeuvres, dont le travail le plus connu, La Myrrhe, composée en 1913 et dédiée à Arturo Toscanini . La municipalité de Montegiorgio intitulé du théâtre municipal et la place voisine, où se trouve la maison.

Compositions

   Myrrhe, opéra en deux actes
   Cantique de Frère Soleil, pour chœur , orchestre et orgue
   Melodie Pascoli, pour voix et piano,
   Les étourneaux Marches, pour deux voix et piano
   Quatre laude italien, pour cordes , flûte et trompette
   Marcia héroïque, pour chœur et piano bande
   Messe pour les morts, pour quatre voix

Article italien trouvé sur Wikipedia en traduction française!


Dernière édition par gluckhand le Sam 9 Nov 2013 - 7:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 7:16








Sergueï Mikhaïlovitch Liapounov (en russe : Сергей Михайлович Ляпунов) est un compositeur russe, né le 30 novembre 1859 à Iaroslavl et mort le 8 novembre 1924 à Paris


Biographie
Après la mort de son père, l'astronome Mikhail Vassilievitch Liapounov, à Iaroslavl alors qu'il n'a que huit ans, Sergueï va vivre à Nijni Novgorod avec sa mère, Sofia Aleksandrovna Shilipova, son frère aîné Alexandre, futur grand mathématicien, et son frère cadet Boris. Sur les recommandations de Nikolaï Rubinstein, directeur du conservatoire de Moscou, Sergueï s'y inscrit en 1878. Ses principaux professeurs sont Karl Klindworth pour le piano et Sergueï Taneïev pour la composition.

Diplômé en 1883, il rencontre le compositeur Mili Balakirev qu'il rejoint à Saint-Pétersbourg en 1885. Balakirev, lui-même originaire de Nijni Novgorod, prend le jeune pianiste-compositeur sous son aile et l'accompagne dans ses premières compositions aussi attentivement qu'il le fait avec les membres de son cercle, qui a succédé au fameux Groupe des Cinq. Liapounov est engagé comme directeur musical assistant à la Chapelle Impériale, puis accède au rang de professeur au Conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1911. Après la Révolution, il émigre à Paris en 1923 et dirige une école de musique pour émigrés russes, mais meurt d'une attaque cardiaque peu de temps après.

Liapounov est issu d'une génération intermédiaire entre d'un côté le Groupe des Cinq et Tchaïkovski, et de l'autre côté des compositeurs comme Scriabine, Stravinsky, Prokofiev ou Chostakovitch. Avec Alexandre Glazounov et Anton Arenski, il reste bien moins connu que le néo romantique Sergueï Rachmaninov de dix ans son cadet.

Lui-même pianiste virtuose, comme Balakirev son mentor, Liapounov s'est illustré dans des œuvres pour cet instrument, avec ou sans orchestre. Il a également composé des chansons avec accompagnement au piano. Son œuvre la plus célèbre, écrite à la mémoire de Liszt, est Douze études d'exécution transcendante.

Liapounov est enterré à Paris, au Cimetière des Batignolles (24e division).

Oeuvres
Trois Morceaux, op. 1 [pour piano]
Ballade, op. 2 - Ouverture symphonique (1883; rév. 1894-1896)
Rêverie du soir, op. 3 [pour piano] (1880, rév. 1903)
Concerto pour piano no 1 en mi bémol mineur, op. 4 (1890)
Impromptu en la bémol majeur, op. 5
Sept Préludes, op. 6 [pour piano] (1895)
Ouverture solennelle sur des thèmes russes, op. 7 (1886, créée le 6 mai 1886 à Saint-Pétersbourg)
Nocturne en ré bémol, op. 8 [pour piano]
Deux Mazurkas, op. 9 [pour piano] : no 1 en fa dièse mineur, no 2 en ré bémol majeur
Trente Chants populaires russes, op. 10
Douze Études d'exécution transcendante pour le piano, op. 11 (1900-1905)
Berceuse en fa dièse majeur
Ronde des fantômes en ré dièse mineur
Carillon en si majeur
Terek ( "Le fleuve Terek") en sol dièse mineur
Nuit d'été en mi majeur
Tempête en ut dièse mineur
Idylle en la majeur
Chant épique en fa dièse mineur
Harpes Éoliennes en ré majeur
Lezghinka en si mineur
Ronde des sylphes en sol majeur
Elégie en mémoire de François Liszt en mi mineur
Symphonie no 1 en si mineur, op. 12 (1887, créée le 23 avril 1888 à Saint-Pétersbourg)
Trente-cinq Chansons populaires russes, op. 13 (1897)
Quatre Chansons, op. 14
Chansons russes, op. 15 (1900)
Polonaise, op. 16 [pour orchestre] (1902)
Mazurka no 3 en mi bémol mineur, op. 17 [pour piano]
Novelette, op. 18 [pour piano]
Mazurka no 4 en la bémol majeur, op. 19 [pour piano]
Valse pensive en ré bémol majeur, op. 20 [pour piano]
Mazurka no 5 en si bémol mineur, op. 21 [pour piano]
Chant du crépuscule, op. 22 [pour piano]
Valse-Impromptu no 1 en ré majeur, op. 23 [pour piano]
Mazurka no 6 en sol majeur, op. 24 [pour piano]
Tarentelle en si bémol mineur, op. 25 [pour piano]
Chant d'automne en fa dièse mineur op. 26 [pour piano] (1906)
Sonate pour piano en fa mineur, op. 27 (1906-1908)
Rhapsodie sur des thèmes ukrainiens, pour piano et orchestre op. 28 (1907, créée le 23 mars 1908 à Berlin)
Valse-Impromptu no 2 en sol bémol majeur, op. 29 [pour piano]
Quatre Chansons, op. 30
Mazurka no 7 en sol dièse mineur, op. 31 [pour piano]
Quatre Chansons, op. 32
Deux pièces pour piano d'après Rouslan et Ludmila de Glinka, op. 33
Humoresque, op. 34 [pour piano]
Divertissements, op. 35 [Huit morceaux pour piano]
Mazurka no 8 en sol mineur, op. 36 [pour piano] (1909)
Żelazowa Wola - Poème symphonique, op. 37 (1909)
Concerto pour piano no 2 en mi majeur, op. 38 (1909)
Trois Chansons, op. 39
Trois Morceaux de moyenne difficulté op. 40 [pour piano] (1910) : no 1 Prélude, no 2 Elégie, no 3 Humoresque
Fêtes de Noël (Svyatki), op. 41 [pour piano] (1910)
Trois Chansons, op. 42 (1910-11)
Sept Chansons, op. 43 (1911)
Trois Chansons, op. 44 (1911)
Scherzo, op. 45 [pour piano]
Barcarolle en sol dièse mineur, op. 46 [pour piano] (1911)
Cinq Quatuors vocaux (pour voix d'hommes) op. 47
Cinq Quatuors vocaux (pour voix d'homme

Article trouvé sur Wikipedia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 7:48





Personnellement je ne connais qu'un enregistrement de ce compositeur Saül , un opéra oratorio avec lequel j'avais du mal, alors pourquoi ne pas en savoir plus sur Wikipedia italien en traduction approximative française , faute de mieux?

*****

Flavio Testi (né le 4 Janvier 1923 Florence ) est un Italien compositeur de musique classique contemporaine et musicologue . Il a étudié avec Gedda et Peracchio au Conservatoire de Turin , et a pris un baccalauréat ès arts à l'Université de Milan (1951). Il a ensuite travaillé pour Suvini Zerboni et Ricordi tout aussi composer, poursuivant son intérêt pour l'histoire de la musique et de travailler sur différents projets de radio pour la RAI. De 1972, il se consacre à des activités éducatives, enseignement de l'histoire de la musique au Conservatoire de Padoue et puis occuper des postes d'enseignement au Conservatoire de Milan et Florence Conservatoire .

En tant que compositeur, la musique de Testi a été fortement influencé par les œuvres de Stravinsky avec sa propre sensibilité dramatique. Cela est particulièrement évident dans ses œuvres orchestrales antérieurs, tels que Concerto (1954) et Divertimento (1956). Son crocifissione La première au La Scala en 1954 avec grand succès. L'expressivité du travail a été particulièrement admiré et le compositeur a suivi le même style dans son Stabat mater (1957) et New York Oficina y dénonciation (1964), dont le dernier a dénoncé l'environnement déshumanisant de la métropole moderne. Le travail a coïncidé avec la conversion du Testi au marxisme , et a été suivie par d'autres compositions mettant en évidence les préoccupations sociales et politiques, y compris le réglage Neruda Canto a las Madres de los muertos miliciens (1967) et Cori di Santiago (1975). Les opéras de Testi évoluent vers moments de violence réalisme scénique et musical. L'Albergo dei Poveri (1966) affiche une attitude clairement caractéristique de but dramatique rugueux, confirmé dans Il sosia (1981) et Riccardo III ( La Scala , 1987), ouvrages qui sonder intensément dans la psychologie de leurs personnages. Dans le style général Testi, plutôt que d'adhérer aux radicalismes de l'avant-garde post-Webern, re-élabore et tient compte, non sans éclectisme, certaines réalisations cruciales du 20e siècle, de Stravinsky et Bartók au début de Schoenberg .

Son dernier opéra, Mariana Pineda première à l'Opéra d'Erfurt , Allemagne , le 8 Septembre 2007.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 12:32

gluckhand a écrit:


Lui-même pianiste virtuose, comme Balakirev son mentor, Liapounov s'est illustré dans des œuvres pour cet instrument, avec ou sans orchestre. Il a également composé des chansons avec accompagnement au piano. Son œuvre la plus célèbre, écrite à la mémoire de Liszt, est Douze études d'exécution transcendante.

Est-ce que les expressions "s'est illustré" et "son oeuvre la plus célèbre" sont vraiment adaptées, au regard de sa très relative notoriété ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81605
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 13:11

Merci de l'avoir signalé, j'avais toujours laissé passer ce disque, croyant qu'il s'agissait d'un oratorio du XVIIIe siècle dans le style vivaldien. hehe

Vu ce qui se faisait en Italie au cœur du XXe, je ne suis vraiment pas assuré d'aimer, mais je vais au moins essayer, merci !


gluckhand a écrit:
est un Italien compositeur [...] et a pris un baccalauréat [...] Il a ensuite travaillé pour Suvini Zerboni et Ricordi tout aussi composer [...] poursuivant son intérêt pour l'histoire de la musique et de travailler sur différents projets [...] la musique de Testi a été fortement influencé [...] ses œuvres orchestrales antérieurs [...] Son crocifissione La première au La Scala en 1954 avec grand succès.
Heu, d'où provient cette notice ? scratch Ça ressemble à du Wikipédia italien traduit par Google. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80271
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   Sam 9 Nov 2013 - 14:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Compositeurs jamais ou très très peu enregistrés
» Octobre sera très Maiden (Paul & Blaze)
» Très beau texte de Anne Roumanoff dans le JDD
» Le topic des images droles, insolites, ...
» Atheist prayer cherche batteur sur Rennes, très très urgent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie-
Sauter vers: