Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

  Goffredo PETRASSI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Goffredo PETRASSI   Lun 5 Aoû 2013 - 19:07

Rappels biographiques:

Goffredo Petrassi est une figure emblématique de la composition contemporaine en Italie, né le 16 juillet 1904 à Zagarolo, Province de Rome, et décédé le 3 mars 2003, à l'âge de 99 ans.
Tout en travaillant dans un magasin de musique, il étudie en privé le piano avec Battesti, puis étudie l'harmonie avec Vincenzo Di Donato en 1925. Il entre au Conservatoire de Santa Cecilia en 1928 où il étudie la composition avec Alessandro Bustini et l'orgue avec Fernando Germani. Il sort diplômé du Conservatoire de Rome, au début des années 1930, en composition et orgue. Il enseigne à l'Académie de Santa Cecilia de 1934 à 1936 mais continue ses études musicales en suivant les cours de Bernardino Molinari. Il est surintendant de la Fenice de Venise entre 1937 et 1940. Entre 1954 et 1956, il est le président de la Société internationale de musique contemporaine. Il donne également des cours à Tanglewood (1956), à l'Académie Chigiana de Sienne (1966-1968).

Petrassi a représenté pour des décennies un point de référence dans la vie musicale italienne, pas seulement comme source de métier et de doctrines, mais même comme exemple de vivacité intellectuelle. Goffredo Petrassi a été un enseignant très suivi et généreux, professeur au Conservatoire romain de Santa Cecilia 1939, a ensuite été titulaire du cours de composition de 1958 à 1974 à l'Académie de Santa Cecilia. Parmi ses nombreux élèves il faut mentionner Aldo Clementi, Wolfango Dalla Vecchia, Robert W. Mann, Peter Maxwell Davies, Ennio Morricone, Marcello Panni, Boris Porena, Fausto Razzi, Jesus Villa Rojo.
(Voir Wikipédia pour une biographie plus complète)

Je suis très sensible à sa musique de manière générale. Aujourd'hui, j'ai réécouté des oeuvres qui me plaisent beaucoup;

__FRAMMENTO pour orchestre I love you I love you 
__CONCERTO PER FLAUTO I love you I love you I love you J'adore le jeu très équilibré entre la flûte et l'orchestre.
__POEMO I love you I love you I love you  car même si l'oeuvre pour 48 cordes et 4 trompettes se fait désirer dans sa première partie, à partir de la douzième minute, je suis alors captivé par les orchestrations et l'ambiance très singulière de cette musique.
__KYRIE pour choeur et orchestre est une petite friandise! Very Happy 
__RITRATTO DI DON CHISCIOTTE pour orchestre. I love you I love you Dans un style plus "néo-classique", suite tirée de sa musique de ballet. Très divertissant. J'aurais aimé m'épancher davantage sur ces oeuvres mais pour l'instant, je manque de mots et de temps.Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mar 6 Aoû 2013 - 1:07

Francesco La Vecchia doit normalement enregistrer l'intégrale de sa musique pour orchestre (et donc les huit concertos). Un premier volume est sorti : Divertimento en ut majeur (1930), Partita (1932), Quattro anni sacri pour ténor, basse et orchestre (1942, rév. 1950) et Coro di Morti - Madrigale drammatico pour choeur et orchestre (1940-1941). Je n'ai écouté qu'une seule fois ce disque et ça ne m'a guère marqué - contrairement au volume Ghedini qui revient très régulièrement dans mes écoutes depuis qu'il est paru - pour faire (très) vite je dirai que Petrassi compose dans un idiome néoclassique proche de Hindemith. Mais je vais réécouter ce disque plus attentivement, merci d'avoir ouvert ce sujet. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mar 6 Aoû 2013 - 19:43

Je n'aurais pas pensé à un rapprochement avec Hindemith, toutefois, à l'instar de Dallapiccola, on peut déterminer deux périodes chez Petrassi, une première période néoclassique et une autre davantage sous l'emprise sérielle et dodécaphonique. D'ailleurs, ses huit concertos pour orchestre regroupés chez Stravidarius par le NRSO et Arturo Tamayo synthétisent parfaitement ces deux périodes.

Sinon, je n'ai plus en mémoire les oeuvres que tu cites car il y a bien longtemps que je ne les ai pas réécoutées. J'ai l'intention de me confectionner un "cycle-portrait" par lequel je vais réécouter toutes les oeuvres que je possède de lui afin de m'imbiber complètement de sa personnalité musicale, chose que je fais souvent avec les compositeurs qui me plaisent beaucoup et Goffredo Petrassi en fait partie. Cela me permet de mieux approfondir les mystères de sa musique, de faire aussi ressortir les différentes particularités de son art.

Ghedini est intéressant aussi mais sa musique me touche moins. Dallapiccola m'intéresse davantage ainsi qu'Aldo Clementi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 7 Aoû 2013 - 4:56

Le parallèle avec Hindemith vient naturellement. J'en ai parlé dans le Quiz Compositeurs.

Huit concertos pour orchestre, huit kammermusik, le même respect pour tout type de musique, le même désir de communiquer, d'éduquer, la même humilité foncière face au matériau et au public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raoul
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 206
Age : 68
Localisation : guadeloupe (FWI)
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 7 Aoû 2013 - 14:57

Egalement compositeur de musiques de films, dont Journal intime (Cronaca familiare) de Zurlini, avec Marcello Mastroianni et Jacques Perrin (lequel Zurlini a également signé Le désert des Tartares, d'après la nouvelle de Buzzati, toujours avec Perrin)

Journal intime a récemment été diffusé par FR3 dans son Cinéma de Minuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebby
Mélomaniaque


Nombre de messages : 991
Date d'inscription : 02/12/2012

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 7 Aoû 2013 - 15:20

Les fragments et concertos pour orchestre sont de la très grande musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 7 Aoû 2013 - 18:54

Raoul a écrit:
Egalement compositeur de musiques de films, dont Journal intime (Cronaca familiare) de Zurlini, avec Marcello Mastroianni et Jacques Perrin (lequel Zurlini a également signé Le désert des Tartares, d'après la nouvelle de Buzzati, toujours avec Perrin)

Journal intime a récemment été diffusé par FR3 dans son Cinéma de Minuit.

Il n'en a pas composé beaucoup et, selon ses dires, il n'en garda pas, à l'instar d'Arthur Honegger, une très bonne expérience, au point qu'il aurait déconseillé celui qu'il considérait comme ayant été son plus brillant élève d'en faire....Au contraire d'Alfred Schnittke et d'Edison Denisov qui aimèrent beaucoup leur expérience musico-cinématographique.Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 7 Aoû 2013 - 18:59

André a écrit:
Le parallèle avec Hindemith vient naturellement. J'en ai parlé dans le Quiz Compositeurs.

Huit concertos pour orchestre, huit kammermusik, le même respect pour tout type de musique, le même désir de communiquer, d'éduquer, la même humilité foncière face au matériau et au public.

Je n'en doute pas et Hindemith est un compositeur que je ne connais pas encore aussi bien que Petrassi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Sam 10 Aoû 2013 - 14:07

J'ai réécouté le disque Naxos avec une oreille plus attentive. Le "Divertimento en ut" est une oeuvre de jeunesse enregistrée pour la première fois, qui mêle comme dans un pot-pourri assez génial toutes ses influences du moment (en gros Ravel, Debussy, Hindemith, Casella) : c'est une oeuvre très bien construite qui nous transporte dans les climats les plus divers en l'espace de quelques secondes seulement. C'est très bien foutu, on sent tout le potentiel du bonhomme, son habileté à jongler avec les différents pupitres de l'orchestre. Je suis nettement moins enthousiaste sur la très néo-classique "Partita", oeuvre qui l'a fait connaître du grand public. Pour moi ça ressemble trop à du Hindemith, en moins bien. Les oeuvres avec voix pâtissent vraiment d'une prise de son catastrophique : solistes qui résonnent dans le lointain, choeur indistinct (on n'arrive même pas à suivre le texte), c'est vraiment regrettable. Ambiance plutôt sinistre dans "Quattro inni sacri" (très belles choses à l'orchestre), "Coro di Morti" n'est pas forcément plus joyeux (il s'agit du début du "Dialogue de Frédérick Ruisch et ses momies", une des fables morales de Leopardi) mais ici c'est plutôt le caractère d'étrangeté qui domine. Livret d'accompagnement très fourni pour une fois avec les paroles des oeuvres chantées mais en anglais/italien uniquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théo taschimor
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 800
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Jeu 12 Sep 2013 - 22:51


Il Cordovano est un opéra de Goffredo Petrassi qui me plait beaucoup même si je ne le connais que par l'oreille, sur disque. Peu de chance qu'il soit monté un jour à Paris. Dommage, bien sûr, mais pas dramatique non plus dans la mesure où, d'un point de vue purement musical, il me transporte complètement; les voix, les chants, les coloris et les agitations ludiques de l'orchestre, le tout forme une prose abstraite qui me captive d'un bout à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 21918
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 20 Mai 2015 - 23:44

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Goffredo Petrassi (1904-2003) :

Concerto n°1 pour orchestre

Allegro - Adagio - Tempo di marcia

= Fernando Previtali, Orchestre de l'Académie nationale Sainte-Cécile de Rome


(Decca, juillet 1956)

Smile Dans la nomenclature, on note un piano obbligato, seul représentant des percussions, mais très présent dans le premier mouvement.
Les trois parties sont en sol majeur quoiqu'assez dissonantes, dans un langage qui rappelle à la fois la Kammermusik de Hindemith (pour l'austérité un peu sentencieuse, le motorisme) et le Honegger de la Symphonie n°2 (pour la densité des ambiances, et la couleur).
J'aime beaucoup.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3208
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   Mer 19 Avr 2017 - 1:27

Une découverte:


Magnificat (1939-40) pour soprano léger, chœur et orchestre
Sabina Cvilak (soprano), Gianandrea Noseda / Orchestra Teatro Regio Torino, Coro Teatro Regio Torino / Claudio Fenoglio
Turin, VII.2012
Chandos


Une très, très belle œuvre sacrée: on a affaire ici à un langage assez immédiat pour être fervent et accessible, et en même temps d’une grande richesse d’écriture. Stylistiquement, cela fait beaucoup penser au Poulenc du Gloria ou du Stabat Mater (ou à la Symphonie de psaumes de Stravinsky, mais sans la raideur), pour les harmonies très franches mais non sans frottements, les grands balancements d’ostinatos et le jeu sur la verticalité et l’horizontalité de l’écriture chorale. Cependant, c’est moins hiératique et les moyens sont plus variés - mais de manière discrète, qu’il s’agisse des belles inflexions du soprano léger ou de certains effets choraux presque opératiques (on sent poindre une manière lyrique qui vient de Verdi), de la tentation du contrepoint choral imitatif à la manière palestrinienne, du délié d’une écriture orchestrale «moderne» finalement plus baroquisante que sèchement néoclassique, ou encore de trouvailles plus personnelles comme l’espèce de prélude suspendu de l’Esurientes inplevit bonis ou le Recordatus misericordiae suae sussuré par le chœur.

Je n’ai en revanche pas encore écouté le Psaume IX qui complète le disque (d’inspiration probablement plus stravinskienne, au vu de la date - 1934-36 - et de l’effectif - chœur, orchestre à cordes, cuivres, percussion et 2 pianos.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Goffredo PETRASSI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Goffredo PETRASSI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goffredo Petrassi (1904-2003)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: