Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Frederic Rzewski (1938–)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 27 Aoû 2013 - 0:55

note : prononcez Jevski. Smile 




Né en 1938 à Westfield (Massachussetts), il étudie aux États-Unis avec Randall Thompson, Roger Sessions, Walter Piston et Milton Babbitt. Il part en Italie et y étudie avec Luigi Dallapiccola. Il y fait aussi une carrière de pianiste, s’intéressant à la musique contemporaine (il a notamment joué Scelsi bien avant sa « découverte », et créé Klavierstück X de Stockhausen). À Rome, il forme l’un des tout premiers ensembles d’instruments électroniques, Musica Elettronica Viva. En 1977, il devient professeur de composition à Liège (Belgique). Il réside aujourd’hui à Bruxelles.

Rzewski est surtout connu pour ses œuvres pour piano. Son langage musical, à la fois accessible et complexe, est, contrairement au mouvement dominant à l’époque, très polymorphe et syncrétique, assimilant toute une tradition (notamment pianistique), mélangeant dodécaphonisme, minimalisme, jazz (il a travaillé avec des musiciens de jazz, notamment avec Anthony Braxton et Steve Lacy), etc. On trouve chez Rzewski une sorte de pulsion rythmique et une place centrale donnée à la mélodie. Sa musique est également marquée par ses engagements sociaux et politiques. Enfin, plus récemment, il a beaucoup composé pour « speaking pianist », dans une écriture très libre et spontanée.



The People United Will Never Be Defeated (1975?)

Cette œuvre pour piano est constituée de 36 variations sur la chanson chilienne El pueblo unido jamás será vencido (Sergio Ortega/Quilapayún), encadrées par le thème et une reprise du thème. Et j’adore.

Quelques observations en vrac :
— une écriture très virtuose, et un rythme généralement soutenu ;
— ce procédé qui consiste, en caricaturant, à jouer chaque note sur une octave différente ; donc beaucoup de contrastes aigus / graves ;
— clusters et glissandos à gogo sur certaines variations ;
— une influence du blues/jazz (excusez l’imprécision), tantôt diffuse, tantôt très nette, et parfois sur de longues sections (par exemple variations 27–33) ;
— plus généralement, impression d’une sorte d’inventaire synthétique des modes d’expression possibles.

Ce qu’en pensent les (hem.) autres :

François, 4 mars 2009 : Aujourd'hui, j'ai ouvert mon esprit, et j'écoute un extrait de cette pièce de une heure chaque jour, car je n'en finit pas de découvrir de nouvelles choses.
DavidLeMarrec, 4 mars 2009 : C'est vrai qu'en prenant la part la moins intéressante de la chansonnette de Sergio Ortega (ça rappelle, ensuite, le ton des chansons occitanes...), mais la plus caractéristique, il en fait vraiment quelque chose.   Note : pour moi, Rzewski reprend toute la chanson (refrain + couplet), mais bon... Cela reste vrai dans le sens où il fait beaucoup à partir de quelque chose d’assez simple.
DavidLeMarrec, 9 aout 2010 : Très impressionnant, un vrai tour de force dans tous les styles, et passionnant de bout en bout. Pierre majeure du piano du XXe siècle.
Nugava, 12 septembre 2010 : Une découverte pour moi... c'est très joli...
DavidLeMarrec, 12 septembre 2010 : C'est même un sacré monument.
DavidLeMarrec, 21 avril 2011 : La différence entre les deux, c'est que Rzewski écrit de la musique réellement intéressante, quoi...
DavidLeMarrec, 30 avril 2011 : En tout cas, El puebo unido me tient en haleine sur toute sa durée (mais ça ne fait qu'une heure, il est vrai).

Côté discographie, on dispose d’un certain nombre d’enregistrements, notamment Frédéric Rzewski lui-même (plusieurs enregistrements), Ursula Oppens (1978), Yuji Takahashi (1978), Stephen Drury (1992) et Marc-André Hamelin (1998). Je n’ai pas tout écouté en entier, mais pour moi Takahashi se démarque nettement : c’est vraiment superbe et, comme le dit un commentaire sur le tube, on perçoit bien le thème tout au long de l’œuvre. Very Happy


/watch?v=eHRFLwQbQPI


Dernière édition par lucien le Lun 13 Jan 2014 - 17:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Lun 13 Jan 2014 - 9:12

J’ai l’intention de parler un peu plus longuement des œuvres plus récentes de Rzewski, mais en attendant, je vous invite à découvrir deux pièces, toutes les deux écrites pour « speaking pianist ». Dans les deux cas, on est presque dans le mélodrame. La première, De Profundis, est basée sur le texte du même nom d’Oscar Wilde ; dans la deuxième, qui appartient au cycle The Road (Part 8, Mile 58), le narrateur qui a tué sa femme raconte son histoire. Tout cela est disponible sur IMSLP, mais on peut aussi les écouter sur le tube :

/watch?v=s734Je_TwnU

/watch?v=ZXNkIpkQxUk

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Lun 13 Jan 2014 - 11:31

J’en profite au passage pour signaler l’importance chez Rzewski de l’improvisation. Non seulement beaucoup de ses œuvres ont l’aspect d’un long improvisando, mais on y trouve souvent des cadenza, des passages que l’interprète peut improviser (tous le ne le font pas). Rzewski lui-même est un grand improvisateur ; pour avoir une idée de son travail dans ce domaine, on peut l’écouter dans Beethoven ( /watch?v=ZbsRVw5v3Yk&t=12m42s ), dans Cardew ( /watch?v=xRjx2U6hrKQ ) ou encore dans ses propres œuvres ( /watch?v=JTVepsmIjN4 ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
WoO
Surintendant
avatar

Nombre de messages : 14116
Date d'inscription : 14/04/2007

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 0:35

lucien a écrit:
On trouve chez Rzewski une sorte de pulsion rythmique et une place centrale donnée à la mélodie.

C'est une très bonne description. J'ai écouté les 36 variations The People United Will Never Be Defeated ce matin au travail (ma chef n'étant pas là Mr. Green ), je ne connaissais pas ce compositeur et j'ai été surpris de voir à quel point sa musique était accessible. Le thème est superbe et avec un thème pareil cette pièce ne pouvait que devenir un classique. J'ai écouté le disque Naxos, le pianiste Ralph van Raat m'a semblé très bon, par contre choix éditorial pourri : l'oeuvre toute entière tient sur une seule plage...  carton rouge 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 0:42

je suis content que cela t’ait plu ! Very Happy (je ne connais pas cette version)

WoO a écrit:
je ne connaissais pas ce compositeur et j'ai été surpris de voir à quel point sa musique était accessible.
son travail se base notamment sur une destruction des clivages entre musique classique, musique expérimentale et musique « populaire » ; donc oui, c’est accessible — même si ses œuvres plus récentes le sont un peu moins. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 1:02

J'ai la version Hamelin de People United (très bonne selon moi même si je n'ai pas comparé). Ça reste une musique de circonstance, un peu comme le Canto general de Theodorakis (également basé sur des textes "révolutionnaires" chiliens), et composé pratiquement à la même période, sinon la même année (?).

Je trouve ça (Rszewski et Theodorakis) génial, mais il n'y a aucun doute que le temps viendra où elles seront considérées en tant qu'oeuvres purement musicales, sans égard au contexte socio-politique. Je ne suis pas certain que l'effet sera alors le même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 1:10

André a écrit:
Je ne suis pas certain que l'effet sera alors le même.
ah ? moi je trouve que cela tient très bien sans ça. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 1:15

Cela 'tient très bien' effectivement, et ça va continuer de bien tenir. Mais le contexte sera alors fort différent, tout comme il l'est maintenant quand on écoute du Chostakovich, 60 ans après la mort de Staline.

Ça ne diminue en rien la qualité de la musique. C'est juste que ce qui a donné lieu à la création fait maintenant partie de l'histoire et non de l'actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 1:25

oui, sans doute...

...c’est-à-dire que pour moi ce sont de toute façon des « évènements » qui ne me touchent qu’indirectement (on a fêté il y a quelques mois les 40 ans de la mort d’Allende !), donc j’écoute déjà ça de façon « extérieure »... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 1:55

Ah! la jeunesse... Je me rappelle parfaitement où j'étais et ce que je faisais quand le renversement d'Allende fut annoncé à la radio. J'avais 18 ans Mr. Green. Pour moi c'était l'actualité immédiate...   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 21:30

Puisqu'il est question du Pueblo unido.

Pour moi, cela fonctionne même d'autant mieux que je ne le relie pas du tout à son contexte, j'ai horreur de l'art militant – je veux dire en matière de résultat artistique, pas forcément de principe contre lequel je n'ai aucune prévention.

Je l'ai découvert à la radio, dans la version Hamelin. Et comme je n'avais entendu que le dernier tiers, j'étais très loin d'avoir fait le rapprochement. Mais la somme et l'éloquence de l'ensemble étaient assez phénoménaux.


Je n'ai jamais réécouté la version Hamelin depuis (et vu ses doigts comme son goût, je doute a priori qu'il y ait mieux), mais j'en ai fréquenté quelques autres. Vu l'immensité du monument (et sa diversité stylistique), il est difficile pour les pianistes d'y masquer leur style.

=> Rzewski lui-même (Nonesuch) a un son, un piano et un jeu qui accentuent vraiment la filiation populaire.

=> Kai Schumacher (Wergo), la première version intégrale que j'aie écoutée... un piano chiche en pédale, peu lyrique, qui tire au contraire beaucoup vers la musique contemporaine. L'avantage est qu'on gagne en netteté, par rapport aux pianistes plus « grand répertoire » qui noient un peu les détails sous la pédale.

=> Ralph van Raat (Naxos) est précisément dans ce cas... très, doux, voire un peu mou, on sent vraiment la filiation chopinienne : phrasés très délicat mais assez peu de puissance.

=> Stephen Drury (New Albion) a beaucoup d'allant, mais s'inscrit lui aussi dans la tradition pianistique pédalières, avec quelques zones de flou. Heureusement, la prise de son est bonne, ce qui donne suffisamment de recul chez le spectr.

=> Christopher Hinterhuber (Paladino Music). Une version particulièrement intéressante, qui creuse beaucoup les parentés thématiques, et qui structure beaucoup ses plans, avec un étagement qui tient plutôt du pianiste beethovenien. Malheureusement, le prise de son n'est pas très maîtrisée et le spectre du piano enveloppe un peu trop le micro, ce qui peut rendre l'écoute un peu moins agréable sur la durée.


Après, il serait difficile de dire celles que j'aime le plus, ce cycle n'étant pas forcément conçu pour être joué de façon rapprochée... donc j'ai plutôt écouté les versions de loin en loin, sans réelle comparaison possible. Là où j'ai pris le plus de plaisir est sans doute chez Hamelin, Schumacher et Hinterhuber, mais sans pouvoir réellement comparer, surtout que le cycle ne prend sa force que dans la durée (donc même si on écoutait tout à la suite, au bout de la sixième version on serait déjà matériellement assez éloigné de la première).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 21:48

tu n’as pas écouté Takahashi ? Surprised je suis le seul à adorer cette version ? Mr. Green 

(bon, le son de la vidéo sur le tube est assez étrange, comme amorti, avec les basses amplifiées... c’est bizarre, le cd n’est pas comme ça... Confused)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 21:51

Six versions, c'est déjà pas mal pour un obscur machin assez répétitif (je n'aime pas le principe de la variation classique et romantique en général, cette œuvre est vraiment une exception). Surprised

Non, je n'ai pas essayé Takahashi (ce que tu décris est normal pour la compression). C'est le même Takahashi (Aki) qui a enregistré de (bons) Takemitsu, ou c'est le joueur de synthé fou ?


EDIT : Flûte, je vois que Yuji a aussi enregistré du Takemitsu. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 21:57

DavidLeMarrec a écrit:
Non, je n'ai pas essayé Takahashi (ce que tu décris est normal pour la compression). C'est le même Takahashi qui a enregistré de (bons) Takemitsu, ou c'est le joueur de synthé fou ?
Yūji et Aki Takahashi sont frère et sœur. Ils ont tous les deux enregistrés du Takemitsu, mais je crois tu parles du cd Aki. Ici, c’est Yūji, qui est bien le joueur de synthé fou. Mais c’est avant tout un pianiste (sérieux Mr. Green) ; il a notamment enregistré Schoenberg, Webern, Feldman, Messiaen, Xenakis, etc. et je crois que ses Satie sont assez célèbres. Personnellement c’est un pianiste que j’aime beaucoup. Surprised

EDIT. oui-mais-bon, si tu édites ton message... Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 14 Jan 2014 - 22:03

(moi je passerais bien mon temps à écouter des variations — mais du vingtième siècle uniquement — hehe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 15 Jan 2014 - 2:34

Bien, j'ai remis Drury (première moitié, de toute façon il ne fait pas la cadence), Hinterhuber (seconde moitié), Rzewski (34 à 36) et Schumacher (31 à 36), et ça coïncide assez avec mes impressions antérieures. Drury très lisse, abusant un peu de la pédale ; Rzewski et Schumacher un peu secs, (le disque Wergo ne manque pas d'énergie, mais attention pour les plus sensibles, piano pas très parfaitement accordé). Et Hinterhuber vraiment très persuasif.

Et alors, sur la partition, que de pièges rythmiques... pas des trucs spectaculaires, mais plein de départs après le temps, d'accents à contretemps, des valeurs assez inégales... ça peut se jouer sans la garder sous les yeux ?


EDIT : Les extraits de Hamelin en ligne (le dernier quart d'heure en concert) sont assez hallucinants. Tempo inhumain mais phrasés remarquablement évidents. Hamelin quoi.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Sam 17 Oct 2015 - 13:33

nouvelle version chez Sony par Igor Levit, avec les Goldberg et les Diabelli, rien que ça. hehe

EDIT. et Oppens a enregistré une nouvelle fois l’œuvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 13:57

lucien a écrit:
note : prononcez Jevski. Smile 

Tiens, j'ai manqué l'ouverture de ce fil, bizarrement. Je me demandais justement si son patronyme était prononcé à la polonaise… il se passe souvent des choses bizarres lors des assimilations. (Je connais même quelqu'un dont les ancêtres ont raboté les dernières syllabes slavisantes de leur nom.)

Donc, récemment en 'playlist' :

nugava a écrit:

FREDERIC RZEWSKI - The People United Will Never Be Defeated! - Yuji Takahashi
Passionnant d'un bout à l'autre... Et le thème est génial... (Je crains que le côté politique influence mon amour pour cette œuvre... Y a un filloniste qui aime ça dans la salle ?)

Je trouve justement le thème assez pauvre : ça fonctionne bien comme chanson de marche, mais ça sonne vite étique à l'état brut, dans un contexte plus purement musical.

Peut-être que la dimension politique ajoute quelque chose, mais en tout cas ce n'est pas mon cas – j'ai horreur que les compositeurs / poètes / réalisateurs etc. se mêlent de choses qu'ils ne maîtrisent pas du tout, et nous forcent la main pour nous faire adhérer à leurs idées erronées (car il ne sont que rarement d'accord avec moi).

Vu le thème choisi et la date de composition, on ne peut pas vraiment douter qu'il y ait un positionnement politique plus fort qu'un joli poster du Che – moi, ça me met plutôt mal à l'aise, qu'une composition, même s'il n'y avait pas vraiment de bon camp (l'ode à Reagan ne m'aurait pas nécessairement plus séduit) soutienne plus ou moins implicitement des gouvernements oppressifs ou des révolutions sanguinaires.

En l'occurrence, je trouve que la forme des variations, très poussées de surcroît, permet de s'abstraire de la dimension potentiellement politique, et de n'y entendre qu'une recherche musicale brute, indépendamment des opinions de son auteur et de la marche du monde.

Je trouve ça plus difficile chez d'autres compositeurs aux buts pourtant plus louables (le pauvre Isang Yun qui étale surtout sa panique et son désespoir dans toutes ses compositions, superbes mais qui suintent tellement la déréliction…).

Donc pour te répondre : pas sûr que l'aspect politique soit si déterminant que ça. Heureusement, parce que s'il fallait remplir le parterre des maisons d'Opéra avec des auditeurs de la couleur politique des compositeurs, on jouerait devant des salles vides ou on ne programmerait que du Richard Strauss…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5472
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 14:35

DavidLeMarrec a écrit:
nugava a écrit:

FREDERIC RZEWSKI - The People United Will Never Be Defeated! - Yuji Takahashi
Passionnant d'un bout à l'autre... Et le thème est génial... (Je crains que le côté politique influence mon amour pour cette œuvre... Y a un filloniste qui aime ça dans la salle ?)

Je trouve justement le thème assez pauvre : ça fonctionne bien comme chanson de marche, mais ça sonne vite étique à l'état brut, dans un contexte plus purement musical.

...

Oui, même problème pour moi.

Ayant lu des commentaires flatteurs au sujet de cette oeuvre, je l'abordais avec un à priori positif mais ce thème m'a paru être d'une banalité flagrante (même un peu irritante, en fait) et je n'ai pas réussi à me départir de cette déception en écoutant la suite. Je réessayerai mais en espérant qu'on passe vite à des choses plus consistantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16209
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 14:45

Justement, c'est la façon dont il réussit a faire l'investigation systématique de toutes les virtualités ( vraiment insoupçonnées pour le coup) de ce thème de rien du tout qui force l'admiration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 14:48

il y a (au moins) deux thèmes dans cette œuvre : le chant du titre, et un autre d’Eisler (Solidaritätslied).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac
avatar

Nombre de messages : 13332
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 14:49

DavidLeMarrec a écrit:
Vu le thème choisi et la date de composition, on ne peut pas vraiment douter qu'il y ait un positionnement politique plus fort qu'un joli poster du Che – moi, ça me met plutôt mal à l'aise, qu'une composition, même s'il n'y avait pas vraiment de bon camp (l'ode à Reagan ne m'aurait pas nécessairement plus séduit) soutienne plus ou moins implicitement des gouvernements oppressifs ou des révolutions sanguinaires.

C'est un point de détail, mais il n'y a en l'occurrence aucun lien avec de féroces barbudos ou Ronald Reagan, mais plutôt avec Richard Nixon et ses amis locaux assurant quelques régulations en Amérique latine à l'époque (le groupe Quilapayun, auteur de la chanson, est chilien, celle-ci date de 1973).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5617
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 15:30

La musique Rzewski est vraiment superbe, c'est vraiment une pièce d'une très grande richesse. La chanson titre n'a rien d'extraordinaire néanmoins le thème avec toute sa facilité ne me semble pas dépourvu d'un certain lyrisme assez séduisant. C'est de toutes façon sans commune mesure avec ce qu'en fait Rzewski.
Quand au contexte politique chilien, il me semble que cette chanson ne risquait pas d'être entonné par les forces du régime sanguinaire locale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nugava
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 31
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 20:36

Chez nous, on chantait "O bella ciao", "L'internationale", "Le chiffon rouge", avec ferveur... Même "Ah ça ira ça ira ça ira", ça soulève mon enthousiasme Laughing ... Vous comprendrez que je trouve le thème génial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 20:56

Je faisais référence à l'univers idéologique que m'évoque le thème (ça a été chanté par toutes les nuances de rouge depuis, avec divers degrés de finesse…), ça ne veut pas dire que j'étais à l'origine de la politique de Pinochet, hein.

Mais vous avez raison, je n'avais pas vérifié l'origine de la chanson, je croyais que c'était plus ancien, lié aux guerres intestines locales entre tyranneaux et guerilleros… défendre la république chilienne en 75, ce n'est clairement pas le plus compromettant. hehe


nugava a écrit:
Chez nous, on chantait "O bella ciao", "L'internationale", "Le chiffon rouge", avec ferveur... Même "Ah ça ira ça ira ça ira", ça soulève mon enthousiasme Laughing ... Vous comprendrez que je trouve le thème génial.

Ça ira est assez abominable dans le genre – contrairement à la Carmagnole qui se tient, ou bien sûr au Chant du Départ. I love you Plein de compositeurs l'ont intégré dans des opéras qui se situent dans la période (L'Aigle de Nouguès, très belle partition, Les Fugitifs de Fijan, particulièrement médiocre, et je crois Les Girondins de Le Borne), et franchement, le résultat est souvent assez maigrelet musicalement.

Alors que la Carmagnole, c'est limité, mais ça anime immédiatement une situation.

L'Internationale est un bijou bien sûr, et assez complexe musicalement – il faut absolument que tu en écoutes la transcription rugueuse et poétique pour guitare par Takemitsu, si tu n'as pas déjà essayé.

Bella ciao, je suis partagé, ça dépend des jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 23:05

ça explique pourquoi tu loues une interprétation aussi lisse et peu habitée que celle d’Hamelin, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 23:30

Je ne vois vraiment pas le rapport.

(De toute façon, je ne m'explique pas ton désamour envers Hamelin, je suppose que ça tient largement au son très fondu et pédalé, plus chopinien que XXe ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mer 7 Déc 2016 - 23:36

si, ça va assez bien avec ça je trouve :

DavidLeMarrec a écrit:
En l'occurrence, je trouve que la forme des variations, très poussées de surcroît, permet de s'abstraire de la dimension potentiellement politique, et de n'y entendre qu'une recherche musicale brute, indépendamment des opinions de son auteur et de la marche du monde.

mon désamour envers Hamelin, je ne sais pas, mais dans cette œuvre, par contre, je suis sûr de trouver ça mauvais.
(à la limite, vu comme c’est fade [il est évident que ce n’est que mon avis, n’est-ce pas ?], on pourrait au moins espérer que ce soit neutre, mais non, ça suinte de maniérismes de tous les côtés...)

Mr.Red avouez que j’ai peu d’exigences en matière d’interprétation :
— non à Litwin dans Barraqué ;
— non à Hamelin (dans Rzewski) ;
— des interprètes soviétiques pour les compositeurs soviétiques ;
— avec, pour le contemporain récent (après 1965/70), une forte tendance à préférer les interprétes et interprétations les plus proches du compositeur [préciser : surtout quand ce sont les seuls existants].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81630
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 0:19

Hamelin n'est justement pas du tout celui qui exalte le plus la recherche musicale, sa version se fonde davantage sur la continuité.

Ce que tu décris, c'est le « pianisme » de concert standard… j'y suis habitué, ça ne me gêne pas, surtout quand il y a un élan comme toujours chez Hamelin (et un très beau son, ce qui manque à une grosse partie de la discographie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 0:35

ok, pianisme de concert, ça me va.
c’est vrai qu’Hamelin n’exhalte pas la construction et les développements-variations ; moi j’y entends un manque de pénétration de l’œuvre, mais si tu y trouves une recherche sur la continuité, très bien.
par contre, le son, ça fait partie ce que je n’aime pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 3:09

Hamelin c'est Hamelin, comme Gould c'est Gould. Ça ne se compare à rien. On aime, on déteste ou bien on ne fait pas la différence.  J'ai entendu Hamelin de nombreuses fois en concert et sur disque et l'effet est le même: il m'intimide. Rien ne lui échappe, mais (contrairement à Gould) rien ne le pénètre non plus. Tout dépend de ce que l'on recherche. Il y a eu l'avant et l'après Horowitz, l'avant et l'après Gould, et je crois que ce sera pareil (dans 30 ans ?) pour Hamelin.

Rzewski: son oeuvre la plus célèbre me fait penser à ceci (À peu près contemporain et presque aussi insupportable musicalement que Rzewski):

https://m.youtube.com/watch?v=7oday_Fc-Gc (la "toune" commence à 0'50". Sur ça aussi on pourrait composer 45 minutes de variations).

En fait ce n'est pas tant le thème que sa ré-éré-é-pé-épé-pé-ti-ti-ooooon inlassante qui m'insupporte. Comment peut-on avoir le culot de penser que ça supportera le passage des ans et des époques ?

C'est comme ça. Je n'aime pas. Ça m'agace. Désolé, je suis trop vieux (depuis ma retraite il y a 1 an j'en suis très conscient).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 9:51

eh bien il me semble, d’une part, que certains cycles de variations ont largement supporté le passage des ans et des époques, et d’autre part qu’on n’écrit pas nécessairement pour la postérité, ce qui me parait être le cas de Rzewski (il n’y a qu’à voir sa réaction embêtée chaque fois qu’on lui parle du succès de cette œuvre).
ensuite, dans cette œuvre, la répétition est loin d’être inlassable et obstinée. il y a plusieurs thèmes comme je l’ai dit et le principal est tellement transformé que le reconnaitre ne va pas de soi dans la plupart des variations.
on peut bien sûr ne pas aimer ou détester, mais cet argument me parait un peu fallacieux.


Dernière édition par lucien le Jeu 8 Déc 2016 - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5617
Age : 25
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 9:59

André a écrit:

En fait ce n'est pas tant le thème que sa ré-éré-é-pé-épé-pé-ti-ti-ooooon inlassante qui m'insupporte. Comment peut-on avoir le culot de penser que ça supportera le passage des ans et des époques ?

Ben parce que ça passe les ans et les époques? Mr.Red

plus sérieusement Lucien a tout dit, surtout sur le reproche assez absurde pour mes oreilles de la répétition lassante, franchement a un moment je n'entend plus du tout le point de départ, il y a des bouts de thème qui reviennent mais c'est tellement pris dans autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5473
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Jeu 8 Déc 2016 - 15:34

Vous avez tous deux raison. J'ai exagéré. J'ai écouté l'œuvre il y a un mois environ et en ai été insatisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3495
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 21 Mar 2017 - 20:17

lucien a écrit:
nouvelle version chez Sony par Igor Levit, avec les Goldberg et les Diabelli, rien que ça. hehe
Quelqu'un a écouté cette version? C'est quel style de pianisme? (Je n'ai jamais entendu Levit.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 16351
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   Mar 21 Mar 2017 - 20:32

moi j’ai écouté !
mais mon souvenir est lointain... et même sans ça je ne me sens pas très compétent pour en dire quelque chose.
je crois que ça m’avait pas semblé très caractérisé, un peu « intermédiaire ».
désolé de ne pas pouvoir t’aider davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frederic Rzewski (1938–)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frederic Rzewski (1938–)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frederic Rzewski (1938–)
» Frederic II "le Grand"
» FREDERIC LERNER
» Frederic Cliffe
» Frederic Remington

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: