Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tchaikovsky - Symphonie n°5

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Sam 28 Sep 2013 - 15:04

Hormis dans le fil dédié à l'ensemble des symphonies, la n°5 ne me semble pas avoir encore fait l'objet d'un topic spécifique que mérite l'abondante discographie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Sam 28 Sep 2013 - 15:05

Je réserve cet espace pour recenser la discographie, à mesure que les interprétations seront abordées dans ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tomseche89
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 444
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Sam 28 Sep 2013 - 15:21

Je ne possède que 3 versions, toutes relativement récentes : Jansons/Oslo, Abbado/Chicago, Gerviev/Vienne. Je dois dire qu'aucune ne me convient vraiment. Je trouve celle de Jansons trop sèche, celle d'Abbado très creuse et tournant un peu à vide (en dépit d'un bel orchestre), et celle de Gergiev trop clinquante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Sam 28 Sep 2013 - 15:27

Giuseppe Sinopoli, Philharmonia Orchestra
 
(DG, janvier 1992)
 
Avant d'aborder les célèbres références, je voulais accorder un coup de projecteur à cette version proprement géniale où l'on retrouve le chef italien à son plus haut niveau d'inspiration.
Je ne figure pas parmi ses admirateurs inconditionnels (je déteste par exemple son Inachevée trop décortiquée et cérébrale) mais là on doit dire que l'esprit a soufflé sur cet enregistrement.
Selon le Guide Fayard des Indispensables, Sinopoli arrache au Philharmonia « une interprétation très peu britannique : tous les risques pris et assumés, des rubati insensés à la Huberman, contrastes brusques et extrêmes à chaque virage formel, et pourtant un contrôle constant de la conduite, le tout au nom d'une narration dont le souffle épique vous étonnera. »

On ne saurait mieux dire : la palette dynamique s'exacerbe, au prix d'éclairages parfois crus, où la nervure de l'oeuvre ressort à vif. Nulle dérive expressionniste à craindre cependant, tant la concentration du discours s'avère magistralement gérée dans la durée. La structure formelle et l'éloquence du discours se donnent la main, sans excès de pathos dans l'Andante cantabile, ni outrecuidance dans le Finale.
A l'écoute de ce disque, on ressort complètement ébranlé par l'intelligence, la hauteur et la grandeur du propos. Un tour de force !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 27 Oct 2013 - 0:36

Serge Koussevitzky, Orchestre symphonique de Boston

(RCA, 22 novembre 1944)

Session chargée : le même jour furent aussi gravés le Prélude à l'Après-midi d'un Faune, le Carnaval Romain. Et c'est la dernière fois qu'avec sa phalange bostonienne Koussevitzky dirigeait cette symphonie, qu'il avait jadis jouée à Moscou -dans cette Russie où il avait rencontré le compositeur qui mourut quand le jeune contrebassiste avait dix-neuf ans.
Il en avait soixante-dix lors de cet enregistrement où son tempérament fougeux s'exprime en un geste zélé, bouillonnant, qui fait rougeoyer un Andante véritablement « con alcuna licenza », intense et désinhibé.
L'Allegro con anima se trouve investi d'une semblable liberté, tant dans la gestion des dynamiques que du phrasé, nous plongeant dans un brasier où l'expression s'impatiente et fait rage, fière d'un grand style romantique dont la discographie préserve peu d'équivalent. L'insoumissible main du fatum se gante dans des émotions imprévisibles, éruptives.
C'est encore la spontanéité, la fulgurance des intuitions qui nous offrent une Valse si charismatique, avec en son coeur un volubile Trio que le maestro slave rend irrésistiblement intrépide.
Dès l'introduction du Finale, Koussevitzky érige un drame inexorable, maestoso mais glabre et sans traînage. Pour mieux déchaîner les orages passionnels d'un Allegro vivace où la battue n'en garde pas moins un total contrôle sur une pulsation rythmique qu'elle attise autant qu'elle domine. On reste bouche bée devant maints instants où les pupitres s'embrasent littéralement, avec un sens du théâtre, de l'effet au meilleur sens du terme. Les émérites instrumentistes sont poussés à l'exploit, quelle effarante discipline collective ! Et quels cuivres incandescents !
La virtuosité atteint des sommets diaboliques que ne menacent pas les paroxysmes d'exaltation -jusqu'aux éclatantes dernières mesures où résonne le triomphe de cette interprétation.
Un témoignage ancien, absolument majeur, qui porte l'orchestre à bout de bras et fournit un flagrant exemple de ce que pouvait réussir ce chef à son plus haut degré d'imprégnation envers le génie d'une oeuvre -à tel point qu'on se sent assister à une recréation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22925
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 2 Nov 2014 - 19:01

Les deux enregistrements de Karajan avec Berlin des années 1965 et 1975 sont très différents l'un de l'autre, ce qui n'est guère surprenant quand on connaît le chef. Cela m'a permis d'ailleurs de découvrir cette symphonie que je n'avais pas encore entendu d'après mes souvenirs.
La première version est pleine d'audace dans le choix de tempi très variables et contrastés, elle avance et on peut noter une recherche de clarté et un sens du détail très poussé.
La seconde version est plus lente, plus sombre. Karajan fait preuve de beaucoup moins d'audaces. Elle est par ailleurs à mon avis moins détaillée orchestralement que la première. Elle est plus spectaculaire dans les cuivres et cela me convainc moins. Le deuxième mouvement est pour moi le plus réussi des quatre dans cette version car l'étirement des tempi n'est pas un problème et rend bien la profondeur de ce mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Sam 23 Jan 2016 - 16:11

Smile Unique enregistrement studio de cette oeuvre que nous légua le chef anglais, achevant sa trilogie tchaikovskienne captée en mai 1957 (symphonie n°4) et août 1958 (la Pathétique), avec son fidèle orchestre de Manchester.
Une de mes interprétations favorites, parce qu'elle privilégie l'angle narratif, ce qui nous vaut des tempi très variés dans le premier mouvement (observez le contraste entre l'Andante et l'Allegro !), et une diction très vive dans les épisodes rapides.
Partout cet art du sostenuto, d'accompagner les phrases du début à la fin en surveillant galbe et volume, anime sans relâche.
Barbirolli fait partie de ces baguettes (à la même époque : Ansermet, Beecham...) qui savent habiter un texte et révéler ses subtilités par soin du détail, sans brusquerie, mais en exfiltrant la moindre goutte d'expressivité. Cela avec une pétillante subjectivité, voire une pointe de fantaisie. Par exemple les jeux bilatéraux de cordes dans le trio de la Valse.
Même quand on connaît bien cet opus, l'oreille reste intriguée par cette lecture qui conserve à chaque instant un potentiel de surprise, où le discours ne va pas de soi -jamais laissé en « pilotage automatique ».
Cette efflorescence provient d'un travail en souplesse des pupitres, tramée sur une vision pourtant sans concession, voire une certaine rudesse dans le Finale.
Car le drame s'y attise sans peser (les micros allègent les basses), et garantit une tension dénuée d'emphase.
Générosité, lyrisme, âme, finesse de la caractérisation : on retrouve ici tout le génie de Sir John.

Ce témoignage rare, ardu à débusquer, le voici en téléchargement :
https://yadi.sk/d/h2H3XiUBncAzQ  santa

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Piotr I. Tchaikovsky (1840-1893) :

Symphonie n°5 en mi mineur, Op. 64

= John Barbirolli, Orchestre Hallé de Manchester

(Nixa, avril 1959)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 4275
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Mer 27 Jan 2016 - 8:01

Merci pour le lien,
Cool
Barbirolli a fait d'excellents disques,
celui-ci m'est inconnu,
je vais écouter d'une oreille très attentive
J'aime surtout le troisième mouvement
de cette symphonie,
j'en possède deux versions,
(on en a jamais trop):
* Karajan/Phil.Berlin (DGG)
* Markevitch/LSO (Philips)
fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vincent.1976
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 729
Age : 41
Localisation : Côte d'Or
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 13 Mar 2016 - 11:53

Pour ma part, j'aime bien cette version :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 13 Mar 2016 - 15:33



J'aime beaucoup l'espace de cette version, ainsi que les timbres fruités des vents et des cors de l'orchestre géorgien.

La plus époustouflante interprétation que j'aie entendue demeure celle de Leinsdorf à la tête du Boston Symphony. C'est un concert disponible sur le net. L'orchestre est littéralement chauffé à blanc. Ça cisaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 13 Mar 2016 - 16:11

Tbilisi, déjà, ça suggère déjà tellement ; quelque chose de l'ordre du mystère (c'est loin, connu/méconnu en même temps) et de la bigarrure, si ce n'est une forme d'exotisme qui "vaut" interprétation en soi drunken !
(Dans le genre, j'ai une 6e symphonie qui ne paie pas de mine, par l'Orchestre symphonique des jeunes de Rostov sous la baguette de Galanov, qui tient sérieusement son rang, peut-être parce que le son général en paraît absolument imperméable à la notion de temps en étant, en revanche, violemment inscrit, enraciné dans un "espace" interprétatif russo-russe.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Jeu 1 Fév 2018 - 1:01

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Piotr I. Tchaikovsky (1840-1893) :

Symphonie n°5 en mi mineur, Op. 64

= Constantin Silvestri, Philharmonia Orchestra

(HMV, février 1957)

Smile Venant de Silvestri, un maestro que j'admire pour sa poigne et son goût des chamarrures,
je m'attendais à davantage de tension et à des couleurs plus saturées.
Le chef roumain privilégie la souplesse, l'élégance, sans rogner sur la clarté des lignes,
et avec un art de phraser parfois fort ouvragé (l'intro de l'Andante qui d'ordinaire coule tout seul devient ici étrangement chantournée).
Orchestre de toute beauté, avec des bois suaves, des cordes lustrées, et bénéficiant d'une stéréo ample et nourrie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Ven 11 Mai 2018 - 23:31

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Piotr I. Tchaikovsky (1840-1893) :

Symphonie n°5 en mi mineur, Op. 64

= Georges Prêtre, Philharmonia Orchestra

(HMV, juillet 1964)

Smile Très bonne version, dont le net dessin et le propos sûr clarifient le sirop tchaïkovskien,
et évitent les excès glycémiques de l'orchestre londonien aux timbres pourtant délicieusement ronds tels qu'à l'habitude.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84049
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 13 Mai 2018 - 21:03

Très tentant (Prêtre est en général passionnant dans le symphonique… ses Bruckner m'ont véritablement décillé). Ça a été réédité en CD ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 24386
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   Dim 13 Mai 2018 - 21:13

DavidLeMarrec a écrit:

Très tentant (Prêtre est en général passionnant dans le symphonique… ses Bruckner m'ont véritablement décillé).
Ça a été réédité en CD ?



Smile Oui, il n'était pas qu'un accompagnateur lyrique, ou un spécialiste assigné au répertoire francophile.
On remercie particulièrement RCA de lui avoir fait enregistrer Sibelius, ou le Zarathoustra de Strauss.
Cette 5° de Tchaikovsky a été rééditée dans le gros coffret de 17 cds dans la collection Icon chez Emi/Warner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tchaikovsky - Symphonie n°5   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tchaikovsky - Symphonie n°5
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: