Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand le classique se fait la malle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 8:59

Entre jazz, classique et mystique, un disque qui devrait plaire à Lucien !Laughing 

un extrait là.http://www.youtube.com/watch?v=W3P21ivgmJQ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 15127
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 10:30

mmh, cela sonne quand même trop « jazz » pour moi...  rabbit 

***

/watch?v=0Nj4-RNoz5s Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2692
Age : 42
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 10:44

Lucien a écrit:
/watch?v=0Nj4-RNoz5s Laughing 
pété de rire  pété de rire 

Merci pour ce petit bonheur dominical...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 11:10

Bon tant pis Lucien , je te propose cela alors d'ailleurs j'ai le disque!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 13:49

Dans le genre transgressif :



Je n'ai pas envie d'en dire grand-chose, si ce n'est tout de même que :

. les membres de la Société Gustav Mahler allemande, qui ont décerné un prix au 1er de ces albums, encourageant ainsi la vocation de ce jazzman branché new-yorkais, ancien élève de George Crumb et assez modeste pianiste de jazz, s'adonnent probablement aux drogues les plus vicieuses (le malheureux Bruno Walter a dû se retourner dans sa tombe)

. que l'humour qui consiste à transformer les Variations Goldberg en tango ou en paso-doble me ferait presque réévaluer Gerald Hoffnung en le plaçant au même niveau que les Monty Python

. que la branchitude boboesque dans le jazz est, avec l'adjonction de quatuors à cordes à des formations de jazz, une des rares choses qui me hérissent le poil en musique.

Toutes opinions qui n'engagent que moi évidemment : plus de détails sur le site de l'éditeur www.winterandwinter.com/index.php?id=145 et pour les courageux curieux qui ne connaîtraient pas encore sur le tube et les sites de streaming.

Pour être plus positif, j'adore par contre cet album, que j'ai déjà cité sur un autre fil :



aux antipodes de la prétention bouffie et souvent ricanante que j'entends seule (au risque de me tromper, encore une fois) dans les massacres à la tronçonneuse de Uri Caine : un enregistrement assez foutraque, réprésentatif de l'époque la plus prolifique du jazz libertaire, où de médiocres musiciens cotoyent de bien meilleurs et avec de redoutables passages à vide (l'acte IV par ex., très essouflé, qu'on peut trouver sur le net en cherchant un peu), mais où l'on sent un véritable amour de la musique de Puccini de la part de Dave Burrell, un jazzman assez discret et trop sous-évalué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 14:11

Pour Uri Caine, je trouve tout de même difficile de porter un jugement global : c'est parfois paresseux (l'Urlicht, ce sont quelques variations de violon sur l'exacte version de Mahler, réduite pour cordes), parfois facile mais pertinent (ainsi la filiation hungaro-tzigane recréée pour le mouvement burlesque de la Première de Mahler), parfois assez inspiré (ses variations pianistiques sur la matière de l'Otello de Verdi)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 14:30

Tu connais ça aussi évidemment, David, et en long en large et en travers en plus. hehe

Je n'ai pas tout écouté (il faudrait que je sois masochiste, puisque je déteste), mais je crois que c'est avant tout le second degré à peu près permanent et la prétention de l'entreprise qui m'insupportent. Et puis je n'aime pas trop la mouvance du jazz contemporain dans laquelle s'inscrit ce musicien, celle du surdoué et prolifique John Zorn, qui a lui une toute autre envergure quand il relit Ennio Morricone par exemple.

Dans le même registre, Miles Davis et Gil Evans, deux jazzmen que j'aime énormément, avaient envisagé sur le tard une adaptation de Tosca. Leur Sketches of Spain étant le seul disque d'eux que je n'écoute à peu près jamais, je ne suis personnellement pas trop chagriné que ce (vague) projet n'ait jamais abouti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 14:36

Je suis d'accord que ce n'est pas du très grand jazz, mais c'est précisément le côté bon enfant que j'aime bien. Après, je n'écoute pas ça régulièrement, c'est certain, plutôt une curiosité... mais qui vaut peut-être un peu mieux que ce que tu en dis, surtout si on en attend pas du jazz. Celui que j'aime le plus est précisément son album Verdi, parce qu'on n'entend pas trop Verdi et beaucoup plus le jazz que dans les Mahler, par exemple.

Citation :
Leur Sketches of Spain étant le seul disque d'eux que je n'écoute à peu près jamais
Peut-être le disque de jazz qui m'est le plus cher. hehe Mais effectivement parce qu'il tire vers un trip un peu plus musique contemporaine, comme les meilleurs moments d'Yves Robert.

Cela dit, dans le jazz plus jazz, je ne suis pas persuadé que nous ayons beaucoup de convergences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 14:50

DavidLeMarrec a écrit:
Alifie a écrit:
Leur Sketches of Spain étant le seul disque d'eux que je n'écoute à peu près jamais
Peut-être le disque de jazz qui m'est le plus cher. hehe (...) Cela dit, dans le jazz plus jazz, je ne suis pas persuadé que nous ayons beaucoup de convergences.
C'est mal parti en effet hehe ... en précisant, si nécessaire puisque j'en pollue tous les fils jazz du forum, que je suis une groupie hystérique de Gil Evans *, mais que je suis plutôt mal à l'aise, même si j'y prends un plaisir coupable, avec les espagnolades de Sketches of Spain (Falla notamment, pour Rodrigo ça n'est pas bien grave).

* à tout hasard, puisque tu es un homme de ressources aussi surprenantes qu'inépuisables, si tu avais des enregistrements de ses arrangements pour le Bob Hope Show, je retirerais immédiatemment toutes les vilenies que j'ai pu poster à ton sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 15:38

Alifie a écrit:
mais que je suis plutôt mal à l'aise, même si j'y prends un plaisir coupable, avec les espagnolades de Sketches of Spain (Falla notamment, pour Rodrigo ça n'est pas bien grave).
Je n'écoute pas assez souvent Falla et Rodrigo pour entendre les citations... c'est le résultat général qui me séduit beaucoup, plus parce que ça a des points de convergence avec Takemitsu que parce que ça ressemble à du jazz, c'est sûr.

Citation :
* à tout hasard, puisque tu es un homme de ressources aussi surprenantes qu'inépuisables, si tu avais des enregistrements de ses arrangements pour le Bob Hope Show, je retirerais immédiatemment toutes les vilenies que j'ai pu poster à ton sujet.
Malheureusement, j'ai très peu d'inédits de jazz (quelques bandes sur les genoux négociées de haute lutte), donc pas vraiment les réseaux pour remonter ce genre de piste. Je peux chercher, mais ce sera ni plus ni moins avec les mêmes outils que toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 18:10

David a écrit:
Alifie a écrit:
je suis plutôt mal à l'aise, même si j'y prends un plaisir coupable, avec les espagnolades de Sketches of Spain (Falla notamment, pour Rodrigo ça n'est pas bien grave).
Je n'écoute pas assez souvent Falla et Rodrigo pour entendre les citations
scratch Je commence à me demander si on parle bien du même disque, celui dont Mélo a écrit, avec une cruauté qu'il réserve à Wagner en rubrique gé :

"La célèbre et lancinante mélodie de Rodrigo transformée en moite digression, étirée pendant dix-huit minutes. Envahie par un cliquetis de percussions, que le compositeur avait eu le bon goût d'éviter. Six mois de préparation, cinquante heures de sessions pour en arriver à cette marmelade à castagnettes."

ce à quoi j'avais répondu par anticipation, au cours d'une chamaillerie avec arnaud et Zeno à propos d'une sombre histoire de Tutu :

"Sketches of Spain, c'est probablement le moins intéressant des 4 albums de Miles avec Gil Evans, l'indigence du matériau que constitue le concerto d'Aranjuez, quelles que soient les merveilles qu'en tirent Gil Evans et Miles comme soliste, y étant pour beaucoup, na !"

Ou alors tu as la capacité, que je t'envie, David, de t'abstraire totalement de l'original : L'Amour sorcier swinguant a un peu de mal à passer pour moi, quand je n'ai pas la même prévention pour Les Filles de Cadix dans leur premier album "Miles ahead" (et je mets évidemment à part Porgy and Bess, qui appartient pour moi autant au jazz qu'à l'opéra).

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 21:33

néthou ayant évoqué Jacques Loussier sur le fil à propos de Bach et du jazz
Spoiler:
 
il faut peut-être citer aussi, et au premier rang, Lennie Tristano, disciple de Charlie Parker et mentor d'un mini-courant dont l'esthétique est sous l'influence directe de Bach et où on compte notamment les saxophonistes Lee Konitz et Warne Marsh.

Dès 1950, il interprétait avec ces deux saxophonistes, sous le titre Wow, la fugue en ré mineur BWV 899 : watch?v=AGZsUSfX0gY

Par la suite, Konitz et Marsh joueront souvent Bach à deux voix : watch?v=jKyXAdDfwsY par ex.

Du même courant, le saxophoniste Lenny Popkin, qui vit en France, a sorti l'année dernière un disque où on trouve encore du Bach et qui a reçu un bon accueil, mais que je ne connais pas : www.parisjazzcorner.com/dis_fiche.php?ArtNum=106358


Outre John Lewis et le Modern Jazz Quartet ou Dave Brubeck, il y doit y avoir nombre d'autres jazzmen à relier à Bach, mais aucun ne me vient à l'esprit (néthou peut-être s'il repasse par le fil ?)

Enfin, pour le plaisir, même s'il s'agit de C.P.E. Bach, ce joyeux Solfeggietto par Bud Powell : watch?v=DupAh_02g7U
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 22:29

Alifie a écrit:
on peut par contre probablement oublier chez les français, bien qu'il ait été associé à quelques jazzmen illustres, Jean-Christian Michel
Jean-Christian Michel... Mais je ne jurais que par lui, quand j'étais ado ! Et j'ai encore tous ses 33 tours Cool 

Et puisqu'on parle de Dave Brubeck, je voudrais mettre fin à un mythe qui a la vie dure : Non, Le jazz et java n'est pas une variation de J. Datin sur un thème de Haydn, mais bien une adapatation de "Three to get ready", une des mélodies de Time out (qui est de loin le chef-d'oeuvre du quartet en bousculant pas mal de codes de l'époque). Sur la pochette du disque, il est bien mentionné "Three to get ready promises, at first hearing, to be a simple Haydn-esque waltz theme in C major", c'est à dire une valse "à la manière de Haydn" en doM. Or à ma connaissance, jamais "papa Haydn" n'a composé de Valses. Il s'agit donc bien non d'un canular, mais d'une mauvaise interprétation de ce texte. Dire qu'il y a des gens qui ont épluché l'oeuvre de Haydn dans l'espoir d'y trouver quelques mesures concordantes avec ladite chanson Razz  Au moins, cela leur a permis d'admirer toute la richesse  et la variété du compositeur !!
Ah, et puis je ne résiste pas au plaisir de vous donner mon interprétation favorite de Take five (je sais, je m'éloigne du sujet, mais j'ai bien vu que d'illustres membres ne s'en privaient pas Mr. Green  ): Aziza Mustafa Zadeh dont la version délirante (qui convoque même la 5è de Beethoven) est bien supérieure, par exemple, à Ne boude pas de Richard Anthony Razz 
Here's the link :

www.youtube.com/watch?v=nG7-nT


Dernière édition par Chris3 le Lun 18 Nov 2013 - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 22:35

Alifie a écrit:
scratch  Je commence à me demander si on parle bien du même disque,
Si, bien sûr.

Citation :
Ou alors tu as la capacité, que je t'envie, David, de t'abstraire totalement de l'original : L'Amour sorcier swinguant a un peu de mal à passer pour moi,
C'est plus simple que cela : j'écoute très rarement El Amor brujo (une fois tous les deux ou trois ans, et je crois que le cycle s'est rompu depuis quelque temps), et j'ai dû entendre deux fois dans ma vie le Concerto d'Aranjuez en entier. Donc les thèmes, franchement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 17 Nov 2013 - 23:21

En revisitant ma discothèque :

Larry Adler jouant Granados (Danses espagnoles), Ravel (Boléro) et Bizet (Carmen fantasy).
Sur la pochette, l'harmoniciste dit qu'il a joué le Boléro devant le maître lui-même mais que le visage de ce dernier demeura indéchiffrable. Fut-il séduit par cette transcription ? N'oublions pas non plus qu'à l'époque Ravel était déjà amusique...

Sinon, au rayon des horreurs :

Prophetic Band (!!) : Ainsi parla Zarathoustra... du Strauss funky !

www.youtube.com/watch?v=SfBOn

Anarchic System : Bizet à la sauce "pop corn" !

www.youtube.com/watch?v=eOkZb7E

N'empêche que c'est grâce à des trucs comme ça que je suis venu au classique à mon adolescence !!


Dernière édition par Chris3 le Lun 18 Nov 2013 - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth


Nombre de messages : 1481
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 8:39

Alifie a écrit:
..., il y doit y avoir nombre d'autres jazzmen à relier à Bach, mais aucun ne me vient à l'esprit (néthou peut-être s'il repasse par le fil ?)
Ouais, Keith Jarrett par exemple.


(ceci est à prendre au second degré...)


Sinon ce qui me vient à l'esprit, ce sont les pièces un peu fuguées du Modern Jazz Quartet.
Pas nécessairement lié à Bach, mais un des rares exemples réussis qui mélange jazz et classique pour en faire quelque chose qui ne s'apparente pas à la caricature de l'un ou de l'autre, et qui musicalement se tient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 9:04

On peut réviser ou revisiter ses classiques là-aussi?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27utilisations_d%27%C5%93uvres_de_musique_classique_dans_d%27autres_domaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré


Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 11:01

Gluckhand>
Merci pour le dernier Matthew Shipp, je ne l'avais pas écouté et ça m'intéresse beaucoup.
Il y a bien sûr une filiation avec Cecil Taylor (sans la conviction surnaturelle), et des ponts avec Craig Taborn, Myra Melford et même Keith Jarret quand il se met à atonaliser. Pas facile de se forger une personnalité dans ce créneau, mais je trouve super que certains jazzeux creusent dans cette voie-là.

Alifie>
Merci pour l'invention de Bach, c'est fresh !

Je n'ai pas lu tous les posts, d'autant qu'un fil "crossover" existait déjà, donc il y aura peut-être des doublons :
- Grappelli et South, Concerto de Bach en ré mineur pour deux violons (alla manouche)
- Bob James, Une nuit sur le mont chauve, L'arlésienne (funk orchestral)
- Eumir Deodato, Ainsi parlait Zarathoustra, Prélude à l'après-midi d'un faune (funk orchestral)
- Les Swingle singers chantent Bach
- Scriabin's groove, Gérard Badini super swing machine (spéciale dédicace à Xavier)
- Jim Hall et Chet Baker, Concierto de Aranjuez
- diverses singeries acrobatiques de Bobby McFerrin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 11:11

jerome a écrit:

- diverses singeries acrobatiques de Bobby McFerrin
Tout n'est pas à prendre chez lui, mais tout n'est pas à jeter non plus Cool 

J'aime bien son Menuet de Boccherini, par exemple.

Et attention à l'emploi de certains mots vis-àvis de certaines personnes dans le contexte actuel Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré


Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 11:28

Laughing j'avais pas pensé à ça

Remplaçons le mot par "clowneries", alors, ça marche pareil.
Clowneries que j'aime beaucoup aussi.
Ce type est un vrai baume chaque fois qu'il se met à chanter, il a l'art de donner instantanément la banane. Euh, merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 12:02

Faut arrêter avec cet humour noir Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 16:01

jerome a écrit:
Jim Hall et Chet Baker, Concierto de Aranjuez
pas de castagnettes dans celui-ci, donc bon pour le service pour Mélomaniac. Smile ... et outre les deux solistes, l'arrangeur maison, Don Sebesky, tient lui aussi la route. Dans les bizarreries, le saxophoniste Jean-Louis Chautemps, qui en a fait bien d'autres en matière de bizarreries (une oeuvre avec deux sopranos chantant un dialogue imaginaire entre Husserl et Heidegger par exemple), avait orchestré en jazz la musique de Nietszche, mais je ne pense pas que ça a été édité. Et puisque gluckhand a sorti l'artillerie lourde avec la variété, deux incontournables :

. watch?v=Dbe_DIv_Ja0 (avec une petite dédicace pour calbo Mr. Green )

. www.google.fr/search?tbm=vid&q=spike+jones bien sûr, notamment sa Carmen Murdered, où celle-ci écrit à Don José en tapant à la machine, ou encore :

. www.deezer.com/track/5823514 où on entend dans un duo avec un chien adapté d'Il Bacio d'Arditi la divine Ina Souez, ancienne coqueluche de Glyndebourne et personnalité suffisamment originale pour tourner avec les City Slickers après-guerre quand elle a abandonné sa carrière.

nb : je poste les liens à l'aveugle, ne pouvant pas pas accéder au tube ni à deezer pour l'instant, donc en espérant qu'ils sont valides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth


Nombre de messages : 1481
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 16:22

Alifie a écrit:
Et puisque Gluckhand a sorti l'artillerie lourde...
Expression employée on ne peut plus à propos pour Spike Jones, dont l'instrument favori était ... un revolver Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 16:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 17:00

Sacré Spyke Jones et Tomita il joue de quoi exactement Isao Tomita, pas de la flûte c'est sûr, ni du tambourin!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Lun 18 Nov 2013 - 17:59

Pour en savoir plus sur Isao Tomita , j'ai vu qu'il avait fait un arrangement de l'Oiseau de feu de stravinsky, je voudrais bien écouter ça!
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isao_Tomita
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 6:59

Un 33 tours que j'ai, marrant,Les quatre saisons ( sur le thème de la symphonie N°40 de Mozart.Maxime le Forestier) Ah Mozart si tu savais là-haut!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 10:36

Oui, Mozart a beaucoup inspiré... y compris au XXè siècle !

Comme beaucoup de gens, j'ai découvert la symphonie 40 avec Les Compagnons de la Chanson (Pierrot et Colombine) et Waldo de Los Rios. Idem pour le Concerto pour piano avec Cacérès (Contigo mi vida). Au 2è degré, il y a Boris Vian (Mozart avec nous), Nino Ferrer (L'année Mozart) et Delpech (Tête de turc). Evidemment, on pourrait multiplier les exemples à l'infini, sans parler des samples dans le rap !
Ah, et j'ai aussi une tendresse particulière pour La lettre à Elise d'Anne Sylvestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 11:40

Lalo Schifrin, qu'il est inutile de présenter (outre sa production de musique de films et son activité dans le jazz, notamment comme pianiste et arrangeur de Dizzy Gillespie, il est également l'auteur d'une soixante de compositions classiques), LS donc a aussi produit dans les années 60 un petit bijou, dont le titre lui aurait été inspiré par la pièce de théâtre à succès et à scandale de l'époque Marat/Sade :



De facture très "jazz West Coast" *, bien que les sessions aient été enregistrées dans le New Jersey, l'album se veut une relecture jazzique (peu sérieuse) de la musique baroque et de la Renaissance, pour un résultat d'une réjouissante légèreté.

Spoiler:
 
Il en a aussi enregistré au début des années 2000, avec une formation plus réduite pour l'essentiel des plages et un orchestre symphonique pour deux d'entre elles, un second volet, que je ne connais pas, mais dont je serais curieux d'entendre le "Relaxin' at Charenton", dont le titre renvoie au "Relaxin'at Camarillo" de Charlie Parker évoquant son séjour dans un établissement psychiatrique californien ou encore "A Night in Venezia" (pour "A Night in Tunisia" de Dizzy Gillespie).



Pas grand-chose de plus à trouver par contre (si ce n'est plusieurs de ces thèmes réorchestrés pour un ensemble symphonique) qui soit en relation avec le fil dans sa série "Jazz meets the Symphony", 7 albums enregistrés depuis le début des années 90 avec le LSO pour les 5 premiers et deux autres formations symphoniques pour les derniers. Je n'ai personnellement que le plus connu, très réussi mais au titre un peu trompeur, puisque qu'on n'y entend que quelques citations de l'Oiseau de Feu dans la dernière et plus longue plage du disque, une suite composée de thèmes joués par Charlie Parker, de Parker's Mood à Donna Lee, en passant par Lover Man, April in Paris ou Relaxin' at Camarillo.



cf. www.discogs.com/Lalo-Schifrin-Jazz-Meets-The-Symphony-Collection/release/2508944 pour les 5 premiers albums de la série


* vu les instrumentations souvent inorthodoxes dans ce courant musical, dans les bataillons duquel on trouvait beaucoup de musiciens des studios hollywoodiens, mais si je me trompe pas aussi à l'occasion quelques musiciens de pupitres du Los Angeles Philarmonic ou venant d'autres formations classiques, les emprunts du jazz West Coast au classique ne doivent pas manquer, mais rien ne me revenant à l'esprit pour l'instant, le "jazz-club" du forum, comme dit Mélomaniac, aura peut-être quelques lumières sur le sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
néthou
JazzAuNeth


Nombre de messages : 1481
Date d'inscription : 04/03/2011

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 13:13

Alifie a écrit:
* vu les instrumentations souvent inorthodoxes dans ce courant musical, dans les bataillons duquel on trouvait  beaucoup de musiciens des studios hollywoodiens, mais si je me trompe pas aussi à l'occasion quelques musiciens de pupitres du Los Angeles Philarmonic ou venant d'autres formations classiques, les emprunts du jazz West Coast au classique ne doivent pas manquer, mais rien ne me revenant à l'esprit pour l'instant, le "jazz-club" du forum, comme dit Mélomaniac, aura peut-être quelques lumières sur le sujet
Dave Brubeck, disparu récemment, a commencé avec un curieux ensemble où se côtoyaient Dave Van Kriedt, Paul Desmond ou Cal Tjader, qui enregistra des OMNI un peu bizarres que l'on peut trouver dans ce disque:



Brubeck (et Van Kriedt) avaient suivi les cours de Darius Milhaud à Oakland (et il paraît même que Brubeck a rencontré Schönberg), et le résultat dans ce disque est un peu curieux sans être rébarbatif.

Par suite certains musiciens classiques ont "fait" dans le jazz (les barrières sont moindres aux USA), comme le corniste John Graas (j'en parlais début juillet), la harpiste Betty Glamman avec Kenny Dorham, pour ne pas parler du célèbre Ebony Concerto que Stravinsky avait écrit pour le big band de Woody Hermann et qui fut joué par Benny Goodman. Les arrangeurs de Stan Kenton ont aussi beaucoup utilisé d'instruments classiques dans leurs orchestrations, avec plus ou moins de bonheur.

C'est aussi le moyen de rappeler que beaucoup de musiciens de jazz ont reçu une formation classique des plus solides, et à l'inverse que beaucoup de musiciens classiques ont participé à nombre d'enregistrements mêlant solistes de jazz et section à cordes ou vents.
Dans les années 50 le mélange classique-jazz était à la mode aux USA avec pas mal d'expérimentations, jusqu'au Third Stream de Gunther Schuller qui n'a pas vraiment eu de suite.  
Mélange beaucoup plus difficile en Europe où les barrières étaient -et restent- culturellement bien plus nettes et établies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 17:09

lui aussi nethou

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 19 Nov 2013 - 23:54

Miles Davis et Gil Evans y ont renoncé, mais d'autres jazzmen l'ont fait :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 0:15

Debussy aussi y est passé : watch?v=mdGXN6JuCcs pour l'adaptation originale

Les reprises de cette adaptation ne manquent pas, d'Ella Fitzgerald à Sarah Vaughan en passant par les Platters et en intrumental aussi (Sonny Rollins sur l'album Tenor Madness et dans les années 70/80) ou encore watch?v=_sRMUKKiuAQ



drunken 
promis, je ne dirai plus de mal d'Ella
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello


Nombre de messages : 5446
Age : 42
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 9:49

Alifie a écrit:
... il faut peut-être citer aussi, et au premier rang, Lennie Tristano, disciple de Charlie Parker et mentor d'un mini-courant dont l'esthétique est sous l'influence directe de Bach et où on compte notamment les saxophonistes Lee Konitz et Warne Marsh.

[size=10]Dès 1950, il interprétait avec ces deux saxophonistes, sous le titre Wow, la fugue en ré mineur BWV 899 : watch?v=AGZsUSfX0gY

Par la suite, Konitz et Marsh joueront souvent Bach à deux voix : watch?v=jKyXAdDfwsY par ex.
En 2000, Konitz a aussi sorti ce disque où il reprend, avec un quatuor à cordes, des oeuvres de Koechlin, Debussy, Satie, Chausson, Ravel et Fauré.



Je l'ai vu en concert dans la foulée et c'était pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 10:18

Cello, quand j'étais au 33 tours je cherchais les disques de Lennie Tristano, il en a pas fait beaucoup,mort assez jeune je crois?


Dernière édition par gluckhand le Mer 20 Nov 2013 - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkmagus
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1395
Age : 68
Localisation : au centre du sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 12:33

Trouvé dans ma discothèque un « Liebestraum » enregistré en 1954 par le sax alto « mainstream » Earl Bostic à la tête d’une petite formation comprenant entre autre le ténor (sax)Benny Golson, joué de façon très fidèle et sobre au vibraphone (Teddy Charles), et avec en contrepoint (peut-être pas le terme exact, disons en contre-voix) une excellente impro très middle-jazz par l’alto.

Sinon, dans un tout autre style : les relectures de Monteverdi par l’AEC sur l’album « les Stances à Sophie » dont Alifie avait mis un thème sur son dernier BT (des stances, pas de la reprise de Monteverdi), et une relecture de thèmes de Hanns Eisler par un trio de jeunes musiciens dont il est fait écho sur le fil lui étant consacré, (à Eisler, pas au trio)

Et puis il y a cet album qui peut plaire à certains, mais que personnellement je déteste, n’aimant pas trop Nino Rota et encore moins les reprises trop fidèles (ce qui est le cas ici), par des musiciens de jazz dont on attend qu’ils «interprètent » au sens propre, ne se servant des thèmes initiaux que comme d’un canevas.



Et puis même si c’est HS, j’en profite pour dire que si je suis d’accord avec Alifie pour dire que la reprise du concerto d’Aranjuez est indigente, surfaite, inutile et ennuyeuse, surtout ne fuyez pas ce disque pour autant tutut , il y a sur cet album ce que je tiens pour une des trois ou quatre plus belles prestations de Miles :   la Saeta,  où Miles, à capella, triture et écorche sa trompette et nous délivre une musique magistrale, magnifique de sobriété, sans aucune concession au « joli », et qui touche au trésfond du malheur de l'humanité, une des plus grandes oeuvres sombres du 20ème siècle musical.Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 13:03

HS je ne pense pas, puisque gluckhand a donné au fil un titre suffisamment large pour qu'on puisse y fourrer dedans un peu tout ce qu'on veut et l'a aussi posté en Autres styles.

dm, c'est Mélomaniac qui trouve la reprise du concerto d’Aranjuez indigente, surfaite, inutile et ennuyeuse, en ce qui me concerne c'est plutôt le concerto lui-même que je qualifierais ainsi (ou enfin à peu près).

Pour Sketches of Spain, je suis plus ambivalent : si je fonds comme une midinette dès que j'entends 3 mesures orchestrées par Gil Evans, y compris pour une improbable chanteuse japonaise (Kimiko Kasai pour ne pas la nommer), je suis plutôt allergique, sans pouvoir vraiment justifier le pourquoi de la chose, aux espagnolades dans le jazz (même The Maids of Cadix, que j'ai réécouté, me semble un peu faire tâche dans Miles Ahead). A tout prendre, je préfère encore pour Aranjuez la version live au Carnegie Hall, un peu moins propre sur elle (il est probable que l'orchestre n'a pas dû trop répéter).

Pour Nino Rota, Jaki Byard ou Steve Lacy sur l'album que j'ai cité il n'y a pas longtemps en playlist jazz * te convaincraient peut-être (par contre la reprise de 8 1/2 par Carla Bley est à peu près pile poil dans le registre que tu détestes).

EDIT : * plutôt là en fait : http://classik.forumactif.com/t2488p200-vous-ecoutez-en-ce-moment#890643


Dernière édition par Alifie le Mer 20 Nov 2013 - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 13:11

Je n'aime pas les espagnolades non plus, même dans la musique classique... et je ne les perçois pas dans Sketches of Spain. Comme je le disais, ça m'évoque davantage les contemplations de Takemitsu que les danses de Falla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Jaky
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 9397
Age : 56
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 13:23

gluckhand a écrit:
Roderick_U a écrit:
Ou Berg Smile  : /watch?v=19ixRZIUDfY
Pas mal comme scène Roderick, j'ai regardé si l'on trouvait du Wagner à l'accordéon et niet pour l'instant, c'est bizarre quand je les cherche pas, je trouve des disques marrants et curieux et quand je les cherche ,je les trouve pas?Laughing 
Ah mais si, le chœur des pèlerins : /watch?v=9Roe8KxCekk

affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré


Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 14:04

Cello a écrit:
En 2000, Konitz a aussi sorti ce disque où il reprend, avec un quatuor à cordes, des oeuvres de Koechlin, Debussy, Satie, Chausson, Ravel et Fauré.



Je l'ai vu en concert dans la foulée et c'était pas mal.
Jamais entendu parler. Quelle super idée ! Shocked 
On trouve l'album sur Deezer. Le résultat est spécial, mais comme curiosité ça se pose là. Konitz a l'air de jouer un bec classique (Alifie ?...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 14:36

DavidLeMarrec a écrit:
Je n'aime pas les espagnolades non plus, même dans la musique classique
Je m'en doutais un peu. Ceci dit, Falla ou Granados ont eux plus de raison de faire de la musique espagnole que les jazzmen qui s'y essaient *, y compris en dehors des reprises ou adaptations de tubes du classique... arnaud étant absent du forum en ce moment, je peux par exemple citer en toute impunité dans le registre indigeste pour moi :

Spoiler:
 
* même s'il y a j'imagine, enfin à l'oreille, mes capacités en la matière étant extrêmement limitées, une parenté entre les harmonies utilisées dans la musique espagnole et celles utilisées dans le jazz


Citation :
Comme je le disais, ça m'évoque davantage les contemplations de Takemitsu que les danses de Falla.
Ma culture musicale microscopique * fait que je ne ne connais pas cette oeuvre. Ceci dit, comme l'écrit darkmagus plus haut, le propre du jazz qui se respecte est bien d'utiliser un matériau pour s'en affranchir et en faire absolument autre chose (Hank Mobley jouant "My Reverie" adaptée de Debussy, cf. plus haut, ou encore Albert Ayler avec la Marseillaise Mr. Green ) et, en s'en tenant à ce critère, c'est bien plus convaincant/réussi de mon point de vue pour Aranjuez dans cette version-ci, citée par jerome sur le fil : watch?v=uWMHt_thke0 . Dès l'exposé du thème à la guitare passé, on a plus l'impression d'être dans le De Guello de Rio Bravo que dans Rodrigo... mais elle fait assez penser ensuite, et pour cause vu la rythmique, au Las Vegas Tango de Gil Evans (il faut bien que je me refasse un peu à propos de mon chouchou).

* :
 
@jerome : pas de deezer pour l'instant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkmagus
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1395
Age : 68
Localisation : au centre du sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 14:55

Alifie a écrit:


Citation :
Pour Sketches of Spain, je suis plus ambivalent
je ne parlai pas de l'album, encore que globalement il me convienne,passé "Aranjuez", je parlai de l'intervention A CAPELLA de Miles Davis sur "Saeta", c'est à dire où Gil Evans n'intervient ni en plus ni en moins, et qu'il ne faut absolument pas zapper, fan de Miles ou pas
Edit: "à capella", hormis l'intro et la coda finale, volontairement kitch et rappelant les processions religieuses courantes en Espagne lors de certaines fêtes catholiques.


Dernière édition par darkmagus le Mer 20 Nov 2013 - 15:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 15:06

Alifie a écrit:
Spoiler:
 
Ah tiens, j'aime bien le Corea cross-over, merci pour le conseil. mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Alifie
Googlemaniac


Nombre de messages : 12745
Date d'inscription : 29/01/2012

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 15:46

darkmagus a écrit:
Alifie a écrit:
Pour Sketches of Spain, je suis plus ambivalent
je ne parlai pas de l'album, encore que globalement il me convienne,passé "Aranjuez", je parlai de l'intervention A CAPELLA de Miles Davis sur "Saeta", c'est à dire où Gil Evans n'intervient ni en plus ni en moins, et qu'il ne faut absolument pas zapper, fan de Miles ou pas

Edit: "à capella", hormis l'intro et la coda finale, volontairement kitch et rappelant les processions religieuses courantes en Espagne lors de certaines fêtes catholiques.
D'abord, je te ferais dire qu'on zappe quand on veut, non mais ! rambo

Ensuite, pour être plus sérieux, le seul morceau que je ne peux pas zapper dans SoS, c'est le dernier, Solea, parce que c'est pour moi une merveille d'équilibre entre l'orchestration et le soliste (une seule prise car, dixit Gil Evans "Miles ne pouvait plus jouer du tout après" et pour la partie de caisse claire, qui n'est pas des plus commodes non plus, GE avait pensé faire appel à Buddy Rich, ça fera plaisir à arnaud).

Quant à l'orchestration de la saeta, elle n'est pas kitsch, c'est la parfaite restitution instrumentale d'une pièce traditionnelle folklorico-religieuse chantée.

@david: on te savait déjà très pointu en kitscherie aussi. colors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80802
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 15:52

J'ai effectué un sérieux comparatif des versions poèmes symphoniques de Ketèlbey. Cool

Et j'aime Bruckner et Villa-Lobos.

Plus tout ce que je n'ai jamais dit dans le domaine hors-classique... mais déjà que tu trouves Beyoncé insolite, je n'ai pas fini de t'entendre le jour où je dirai ce que j'écoute vraiment... hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
darkmagus
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1395
Age : 68
Localisation : au centre du sud-est
Date d'inscription : 04/10/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mer 20 Nov 2013 - 16:26

Alifie a écrit:


Citation :
Quant à l'orchestration de la saeta, elle n'est pas kitsch, c'est la parfaite restitution instrumentale d'une pièce traditionnelle folklorico-religieuse chantée.


n'empêche, le Saeta ça se zappe pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 24 Nov 2013 - 8:18


La perruque de Beethoven , adaptation de Richard Perlmutter en chansons de thèmes célèbres de musique classique, plus de 130 commentaires sur amazon anglais, donc ça doit bien plaire et faire rire ce truc, sacré Beethoven, tu es vraiment un comique dans ton genre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris3
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 4542
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Dim 24 Nov 2013 - 12:36

C'est Vlado qui doit se retourner dans sa tombe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 26 Nov 2013 - 10:10

Parler de musique sans citer Franck Pourcel, c'est un peu comme parler de religion sans parler de Dieu?




Bien sûr, on ne peut pas parler de Franck Pourcel sans parler de Paul Mauriat



On ne peut non plus parler de Mauriat sans parler de Raymond Lefèvre


Dernière édition par gluckhand le Mar 26 Nov 2013 - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gluckhand
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1563
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   Mar 26 Nov 2013 - 10:39

Liberace un sérieux concurrent pour Horowitz ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le classique se fait la malle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le classique se fait la malle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand le classique se fait la malle
» La Guitare Classique
» Jean-François Zygel
» Quand le priest se fait taillader par Rock and folk
» comment sa se passe dans le parc quand il fait moche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Autres musiques :: Autres styles-
Sauter vers: