Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Erich Wolfgang Korngold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16045
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Sam 31 Aoû 2013 - 21:21

Je trouve La Ville Morte plus achevé, avec des motifs plus marquants et une dramaturgie sonore à la fois plus dense et plus intense.Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 1 Sep 2013 - 19:13

Je trouve aussi qu'il est difficile de hiérarchiser clairement les opéras de Korngold; on ne saurait déjà choisir penser les différences de ces opéras suivant des différentiations nuancées d'une même esthétique ou des esthétiques différentes usant d'un même matériau.
Violanta est tout de même déjà d'une inventivité orchestrale tout à fait remarquable, et même si Die tote Stadt va plus loin au niveau du scintillement orchestral, je ne sais pas si on peut véritablement établir un classement sur une telle échelle de valeur sur un parti pris avant tout esthétique - l'onirisme - et retrancher aux autres oeuvres de ne pas être dans ce même parti. Je trouve au contraire très intéressant de voir comment Korngold épure un peu plus ses textures pour donner une allure plus religieuse, mythologique à Das Wunder des Heliane.
Il n'y a certes pas de révolution esthétique, mais il y a une véritable adaptation du matériau à des enjeux diverses, c'est ce qui est assez remarquable ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22157
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 7 Déc 2014 - 16:48

Smile Réécouté aujourd'hui cette oeuvre que j'avais découverte voilà précisément deux ans, sur les conseils du Forum qui m'ont guidé dans mes quasi premiers pas dans le domaine opératique.
Mon excellent souvenir s'est confirmé. L'orchestration est vraiment superbe, pleine d'effets luxuriants. Et l'écriture pour les voix est tout aussi grisante, portée par un lyrisme dramatique qui touche au coeur.
J'ai ressorti le numéro de L'avant-scène afin d'approfondir ma compréhension.
Et j'ai commandé Violanta, en espérant que ça relève du même souffle.



Mélomaniac, in playlist, a écrit:




Erich Wolfgang Korngold (1897-1957) :

Die Tote Stadt, opéra en trois actes d'après la nouvelle Bruges la morte

Paul : René Kollo
Marietta ; fantôme de Marie : Carol Neblett
Frank : Benjamin Luxon
Brigitta : Rose Wagemann
Fritz : Hermann Prey
Juliette : Gabriele Fuchs
Lucienne : Patricia Clark
Gaston ; Victorin : Anton de Ridder
Comte Albert : Willi Brokmeier

Choeurs de la Radio bavaroise, dir. Heinz Mende
Choeurs d'enfants de Bad-Tolz, dir. Gerhard Schmidt-Gaden


Erich Leinsdorf, Orchestre de la Radio de Munich

(RCA, juin 1975)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81257
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 7 Déc 2014 - 18:02

Et puis quel enregistrement ! Violanta n'est pas mal non plus, en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16045
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 7 Déc 2014 - 21:54

@Mélomaniac:Si tu attends l'éblouissement de La Ville Morte avec Violanta tu seras déçu.
Mais bon faut avoir en tête le fait qu'il l'a composé à 17 ans...

D'ailleurs, plus je réécoute La Ville Morte plus je suis convaincu que c'est un des meilleurs opéras jamais écrits. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81257
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 7 Déc 2014 - 22:37

Si par un des meilleurs, tu veux dire dans les 250 meilleurs, peut-être. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22157
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Dim 7 Déc 2014 - 22:47

Je classe aussi Tote Stadt parmi mes opéras préférés, mais bon je n'en connais qu'une poignée d'autres dans lesquels y a quand même la Tétralogie.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Lun 8 Déc 2014 - 10:13


L'ouverture de "Violanta" est étonnante avec son érotisme morbide....Surtout quand on pense que cela a été écrit par un ado de 17 ans...

"Die Tote Stadt" est, incontestablement, un grand opéra, même si j'aime moins le dernier acte avec son cortège sacré décrit par Paul...J'en avait vu une excellente version à Cologne où les références à "Vertigo" d'Hitchcock étaient transparentes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81257
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Lun 8 Déc 2014 - 21:51

Pourtant, le cortège, c'est le meilleur moment (avec la chanson du II). Very Happy Même du point de vue littéraire, c'est le moment fort du livret (et un des moments forts du roman).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 9 Déc 2014 - 16:52

DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, le cortège, c'est le meilleur moment (avec la chanson du II). Very Happy  Même du point de vue littéraire, c'est le moment fort du livret (et un des moments forts du roman).

Je préfère nettement le moment de la rencontre Paul/Marietta au 1er acte... Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 81257
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 9 Déc 2014 - 21:42

starluc a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, le cortège, c'est le meilleur moment (avec la chanson du II). Very Happy  Même du point de vue littéraire, c'est le moment fort du livret (et un des moments forts du roman).

Je préfère nettement le moment de la rencontre Paul/Marietta au 1er acte... Cool

J'aime beaucoup aussi, mais pour moi, la chanson quasi-puccinienne du luth fait basculer le tout dans le sirop, alors que j'attendrais justement une rupture un peu plus rugueuse pour mettre en valeur les beautés qui précèdent et suivent. C'est la réserve qui fait qu'au bout d'un moment, je me lasse… trop beau et confortable tout le temps, à la limite de la « facilité » quelquefois.

Ça reste magnifique et délectable quand même, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 17 Déc 2014 - 9:36

DavidLeMarrec a écrit:
starluc a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Pourtant, le cortège, c'est le meilleur moment (avec la chanson du II). Very Happy  Même du point de vue littéraire, c'est le moment fort du livret (et un des moments forts du roman).

Je préfère nettement le moment de la rencontre Paul/Marietta au 1er acte... Cool

J'aime beaucoup aussi, mais pour moi, la chanson quasi-puccinienne du luth fait basculer le tout dans le sirop, alors que j'attendrais justement une rupture un peu plus rugueuse pour mettre en valeur les beautés qui précèdent et suivent. C'est la réserve qui fait qu'au bout d'un moment, je me lasse… trop beau et confortable tout le temps, à la limite de la « facilité » quelquefois.

Ça reste magnifique et délectable quand même, bien sûr.

Quand on voit la production assez plate du Korngold de l'Entre-deux-guerres, on se dit que la musique aurait gagné de sa fréquentation avec un musicien avec lequel il avait plus d'un atome crochu : Alban Berg. Ce dernier trouvait Erich-Wolfgang très sympathique et aurait aimé entretenir des rapports amicaux avec lui. Mais lorsqu'une connaissance commune lui a dit qu'il devrait se fader aussi le père, Berg a rétorqué, très froissé : "ne me parlez pas de ce vieil imbécile!"...

La musique y a sans doute perdu..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Lun 2 Fév 2015 - 23:49

bonsoir/bonjour xavier tu connais je pense cette oeuvre de korngolg compositeur que je découvre en ce moment :
Das Wunder der Heliane

sil te plait est-ce une mélodie ou l'extrait d'un opera etc ? merci pour la reponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80168
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Lun 2 Fév 2015 - 23:50

Tu vas dans l'index, et à Korngold, tu tombes sur ce sujet: http://classik.forumactif.com/t4242-korngold-das-wunder-der-heliane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 3 Fév 2015 - 9:05


Le livret est assez filandreux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 3 Fév 2015 - 9:55

Xavier a écrit:
Tu vas dans l'index, et à Korngold, tu tombes sur ce sujet: http://classik.forumactif.com/t4242-korngold-das-wunder-der-heliane
merci xavier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 723
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Lun 7 Déc 2015 - 23:31

Sauron le Dispensateur a écrit:
Bon découverte de Die Tote Stadt par le DVD Arthaus à l'Opéra du Rhin... Bon je suis assez mitigé... c'est du sucre allemand... mais c'ets du sucre quand même... Il y a beaucoup de choses réussies c'est indéniable... Il y a aussi quelques longueurs... Le livret m'ennuie je trouve ça un peu tarte pour tout dire... l'idée de faire un opéra entier sur un type qui a perdu sa femme en suivant ses rêves et ses fantasmes... ok mais je ne trouve pas ça totalement efficace... Comment dire... j'aurai aimé que tout ne soit pas qu'un rêve... le dénouement ne me plait pas du tout... Bon sinon j'ai été surpris par la qualité de l'interpretation musicale de l'ensemble des protagonistes... Tous les rôles sont bien tenus... En revanche je trouve la mise en scène trop statique et les mimiques de Torsten Kerl sont insupportables: il surjoue et c'est bien dommage car vocalement il se défend remarquablement bien... Pour Denoke je sais pas trop c'est bien mais ça ne marque pas je ne comprend pas vraiment le ou plutôt les personnages qu'elle défend... Voilà la direction et l'orchestre sont très bien...
Pour conclure je tourve le Die Gezeinichten bcp plus intéressant et plus étrange... Notons quand même que Korngold a composé ça à 23 ans... alors bravo...
bonsoir monsieur sauron, moi j'aime souvent le sucre en musique classique, je vais même plus loin quand on n'aime pas le sucré on est dépourvu de sensibilité, d'émotivité et c'est dommage, non pas tout à fait il reste la musique atonale pour les non sensibles et les non émotifs.....bref des gens qui n'ont jamais versé une larme.
marrieta's lied drunken
je ne sais pas ce que vous en pensez !!!! bonsoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 8 Déc 2015 - 15:11


1- on ne peut dire que "die Tote Stadt" soit une sucrerie d'un bout à l'autre. Je trouve le livret très intéressant : ce "Mirage" de Georges Rodenbach a influencé le scénario de "Vertigo'" d'Hitchcock, ce qui n'est pas rien!

2- il existe de la musique atonale pour les sensibles et les émotifs...Je suis un sensible/émotif et j'en connais..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 15888
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 8 Déc 2015 - 17:37

le troll est presque trop gros pour y répondre, mais bon...
le sucre n’a rien à voir avec l’émotion ou la sensibilité, au contraire je pense il l’enrobe... une mélodie nue est bien plus terrassante émotionnellement, par exemple ; pour la musique atonale, encore que cela ne veut pas dire grand-chose, c’est peu respectueux de prétendre que ceux qui l’apprécient sont insensibles ou je-ne-sais-quoi, je t’assure que c’est faux... d’ailleurs ce sont les autres qui n’y sont pas sensibles, à ces musiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80168
Age : 35
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 8 Déc 2015 - 21:25

Evidemment qu'il n'y a rien à répondre... et puis, si on aime le tonal, voire le romantique et le sucré, mais aussi l'atonal, alors on a un coeur ou pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucien
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 15888
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 8 Déc 2015 - 21:31

oui, j’ai oublié de préciser que la partie centrale de mon message ne concernait que mon ressenti personnel (la plupart du temps), on peut évidemment ressentir quelque chose de fort en écoutant du “sucré”, du non sucré, ou les deux, aucun des deux, entre-deux, etc., question de sensibilité et d’humeur, et bien sûr ça dépend de la musique en question, et donc aussi des gouts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchoukrev
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 363
Age : 20
Localisation : Entre Paris et les Hauts-de-France
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mar 8 Déc 2015 - 21:36

Parlant de Korngold que pensez-vous de sa symphonie? Je l'ai écouté dernièrement et cela ne m'a pas du tout parlé... Je crois que j'ai pas compris cette musique en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6196
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 9 Déc 2015 - 8:06

hommepiano a écrit:

bonsoir monsieur sauron, moi j'aime souvent le sucre en musique classique, je vais même plus loin quand on n'aime pas le sucré on est dépourvu de sensibilité, d'émotivité et c'est dommage, non pas tout à fait il reste la musique atonale pour les non sensibles et les non émotifs.....bref des gens qui n'ont jamais versé une larme.
marrieta's lied drunken
je ne sais pas ce que vous en pensez !!!! bonsoir
C'est de l'humour...je suppose ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 9 Déc 2015 - 10:26

Marchoukrev a écrit:
Parlant de Korngold que pensez-vous de sa symphonie? Je l'ai écouté dernièrement et cela ne m'a pas du tout parlé... Je crois que j'ai pas compris cette musique en fait.

C'est une oeuvre assez inégale et assez atypique en ce qu'elle se détache du style habituel de Korngold. Certains passages relèvent de l'expressionisme davantage que du style "hollywoodien" de Korngold, même si certains thème de cette symphonie sont issus de cette partie de sa production.

Le début est assez saisissant, avec cette rythmique dure, implacable, qui m'évoque le choc que Korngold a du ressentir en voyant son Europe ruinée par la guerre. Mais il est vrai que ce mvt tourne ensuite un peu en rond. Le mvt le plus intéressant, à mon avis, est le scherzo, avec son rythme inégal, sautillant, capricieux, presque exaspérant.Le trio est p-ê ce que je préfère dans cette symphonie avec ce thème hâve , blême, empreint d'une sensualité presque malsaine, maladive, qui sent la sueur et la fièvre. Je pense au "Mandarin" de Bartok. Les accords de la fin sont d'une terrible cruauté. Le mvt lent est beau, mais les mvts élégiaques de cette époque ne manquent pas, à commencer par les "Métamorphoses" de Strauss et je ne sais pas si je mettrais Korngold dans le peloton de tête. Le finale est, un peu, un "défilé de victoire" sur les thèmes de la symphonie. Cela ne manques pas d'allure mais est un peu convenu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 9 Déc 2015 - 10:37

En réponse à la question posée au sujet de la version du Lied de Marietta par Von Otter :

bAlexb a écrit:
hommepiano a écrit:
bonsoir comment vous la trouvez là ? merci !
Anne Sofie von Otter sings Marietta's song
watch?v=WN_vsAUEE8s

Disons que le Lied de Marietta a été tellement enregistré qu'il est difficile, ici à la "découpe", de dire si c'est fondamentalement bien, très bien, exceptionnel, seulement utile, etc. Bien sûr Von Otter comprend ce qu'elle chante et la manière dont ça, spécifiquement, ça doit se chanter. Il n'empêche qu'elle ne sa classe, à mon sens, ni parmi les enchanteresses/envoûteuses (Jeritza, Lehmann), ni parmi les moelleuses/diaprées (Schwarzkopf dans un enregistrement rare et qu'on cite trop peu, Fleming) et qu'à la scène ou en intégral, elle ne tiendrait évidemment pas la longueur/langueur du rôle (Armstrong, Neblett ou Denoke).
Je ne jette pas le bébé avec l'eau du bain mais j'ai envie de dire, ici : à quoi bon ?
(Alors que, a contrario, Von Otter a montré encore récemment quelle interprète incontournable de Kurt Weill elle pouvait être, cf. son récital parisien avec Gruber.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claudeyaacov
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 57
Age : 70
Date d'inscription : 14/03/2012

MessageSujet: Discographie de E. W. Korngold   Mer 9 Déc 2015 - 11:16

Discographie de E. W. Korngold

Il existe plus de 40 enregistrements de "Glück, das mir verblieb" (Lied de Marietta)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.musiques-regenerees.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 9 Déc 2015 - 12:35

claudeyaacov a écrit:
Discographie de E. W. Korngold

Il existe plus de 40 enregistrements de "Glück, das mir verblieb" (Lied de Marietta)

J'aurais dit beaucoup plus, encore ; c'est un tube, et à juste titre d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3330
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Mer 24 Aoû 2016 - 22:43

Quatuors à cordes n°1 op. 16 et n°2 op. 26
Quatuor Aron
Vienne, I, VII & XII.2007
CPO


Je n'avais dû les écouter qu'une ou deux fois, et sans doute pas avec une attention suffisante, puisqu'il ne m'en restait presque aucun souvenir: c'est donc quasi une première écoute.
Je ne pourrais pas faire état d'un jugement véritablement mitigé, puisque j'ai trouvé vraiment admirable presque tout ce que j'ai entendu.

En revanche, ça prend le contrepied de mes attentes (et/ou de mes goûts) dans le domaine du «quatuor décadent». Je m'explique: le langage est tout à fait conforme au genre - tout en harmonies complexes et rythmes sinueux, façon Zemlinsky (avec peut-être par moments quelque chose de vaguement ravélien) - mais ce langage-là ne semble paradoxalement être mis au service que d'une atmosphère positive, lumineuse. L'incipit du 1 est à cet égard tout à fait représentatif: c'est complètement dissonant, les phrasés ont un caractère tortueux qui s'apparente à de l'expressionnisme viennois mais ça garde un caractère presque primesautier. D'une manière générale, ça danse beaucoup, ça multiplie les clins d'œil «viennois» (au classicisme, à la valse) ça babille avec grâce entre deux belles mélodies très lyriques; même les mouvements lents n'ont jamais rien d'une déploration (tout au plus quelque chose d'une consolation teintée de nostalgie - d'un chaud lyrisme dans l'Adagio du 1, plus suspendue dans le Larghetto du 2).

Cette conjonction d'un langage «décadent» et d'une heureuse humeur possède un charme indéniable, d'autant que l'écriture est d'un grand raffinement, mais assez surprenante lorsqu'on a plutôt l'habitude du romantisme crépusculaire des quatuors de Schoeck ou de Schmidt ou de l'expressionnisme luxuriant mais tendu de Zemlinsky ou de celui, inquiet, des meilleurs Wellesz ou Krenek.

(Accessoirement, je comprends aussi pourquoi cela plaît tant à David - et je suis un peu rassuré un peu au sujet d'Anaëlle, qui finalement n'aime pas des trucs si déprimants ou si vénéneux que ça.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 28617
Age : 36
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Jeu 25 Aoû 2016 - 6:22

Tout à fait d'accord. C'est ce mélange de ces 2 choses apparement contradictoires qui donne ce charme.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16045
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Jeu 25 Aoû 2016 - 9:00

Vous m'intéressez, là. bounce
J'ai toujours eu une appréhension en ce qui concerne ces quatuors à cordes. La peur de ne pas y retrouver les dégorgements de confettis de la Ville Morte. fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 13/08/2013

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Jeu 25 Aoû 2016 - 9:06

C'est tout le paradoxe korngoldien...Un homme qui n'a rien de métaphysicien et même optimiste jusqu'à la naïveté qui utilise, avec maestria un langage "vernaculaire" auquel, même, il donne sa "patte"...Mais qui ne possède en rien se "substrat" de doute, d'inquiétude, d'introspection qui est le fonds de la culture viennoise et je dirais, même, d'une certaine culture européenne de l'époque.

J'ai souvent pensé en écoutant sa "Sinfonietta" de jeunesse, qu'il avait eu à l'égard de la Vienne de François-Joseph, cette émerveillement que Gershwin a eu pour New-York dans "Rhapsody in Blue".

Le second sortilège auquel il s'est raccroché a été Hollywood. Quand il a cherché a retrouver ses racines autrichiennes, juste après la guerre, rien de subsistait de la Vienne qu'il avait aimé. D'où des oeuvres "sérieuses" comme la Sérénade pour cordes ou la Symphonie, qui ne manquent pas d'intérêt mais où l'on ne sent pas de renouveau.

Berg aimait bien Korngold et aurait été heureux de le fréquenter. Mais le père Korngold s'y est, bien entendu, opposé. Je epnse que Berg aurait eu une influence très heureuse sur Korngold car ils avaient en commun une certaine sensualité.

Je me trompe p-ê, m'enfin...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6196
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   Jeu 1 Juin 2017 - 16:06

Une intégrale intéressante en 2 CDs, celle de ses Lieder avec piano:



C'est excellemment interprété. Konrad Jarnot m'impressionne !
Adrianne Pieczonka est excellente elle aussi; sur la totalité des 60 Lieder, elle n'en chante que huit, dont le "Marietta's Lied"  drunken
Konrad Jarnot chante le "Tazlied des Pierrot"

Eichendorff et Shakespeare s'y côtoient.

Ce programme est un régal ! Smile

Adrianne Pieczonka: soprano
Konrad Jarnot: baryton
Reinild Mees : piano
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erich Wolfgang Korngold   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erich Wolfgang Korngold
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)
» Erich Wolfgang Korngold
» Erich W. Korngold: Génial pionnier de la Musique de films.
» Wolfgang Rihm (°1952)
» Korngold - Das Wunder Der Heliane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: