Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Debussy - Pelléas et Mélisande (3)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Mer 10 Jan 2018 - 15:12

DavidLeMarrec a écrit:
Par ailleurs Mélisande découvrirait que Pelléas est son frère, et il apparaîtrait dans un nimbe de harpes suivi d'un tutti cuivré sur un accord en boucle.

Ça pourrait tout aussi bien être du Verdi (au moins pour la révélation finale) hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5734
Age : 43
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Mer 10 Jan 2018 - 15:45

Une histoire d'inceste sur une scène italienne du XIXᵉ? tutut
En revanche, Verdi n'aurait jamais dit dès le début que Pelléas et Golaud étaient frères. On aurait juste eu ceci, à la fin du IV, et pas d'acte V:

Spoiler:
 

Bon allez, qui essaye de faire la fin de Pelléas par Mozart/Da Ponte, maintenant?


Dernière édition par Benedictus le Mer 10 Jan 2018 - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adalbéron
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 999
Localisation : Rue de la Grande Truanderie
Date d'inscription : 21/08/2015

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Mer 10 Jan 2018 - 15:48

Exact pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Mer 10 Jan 2018 - 16:59

Ok, ok, il suffit de demander.

Finale :
(Melisando sta morendo nel suo letto.)

ARKELLO
Fermate un po', Golaud !
Altra cure più gravi di queste,
Altra brama lassù la guidò !

IL MEDICO
La terzana d'avere si sembra
E le membra animar più non sa.

GOLO
Parla dunque !
Che facesti ? Che volesti ?

ARKELLO
Taci, sciagurato,
Più tempo non ha !

GOLO
Parla, parla, Melisanda, ascoltandoti sto !

IL MEDICO
Oibò, tempo non ha lei, scusate.

(Le commare nel fondo fanno il segno della croce. Campane del convento vicino.)

GOLO
Che gelo è questa mano, non ho sentito nulla…

ARKELLO
Pentiti, è l'ultimo momento !

GOLO
No, no, lasciatemi con lei,
un momento solo !

ARKELLO
Pentiti, scellerato !
L'hai uccisa !

GOLO
Io sono un infelice.

IL MEDICO
Ah! tempo più non v'è !

(Fuoco da diverse parti, il castello sparisce, e s'apre una voragine.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29727
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Mer 10 Jan 2018 - 17:03

Je vois qu'on s'amuse bien ici Basketball

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 17 Fév 2018 - 16:38

Rattle Londres : j'avais déjà essayé d'écouter ce CD en entier, mais je m'étais endormi à l'acte III sans avoir connu un seul moment de joie véritable.
Or, bien qu'on n'en aie pas tous les jours, j'ai trouvé ça un peu bizarre : je réécoute donc en alternance avec les studios de Karajan et d'Abbado, et brusquement tout me parait évident... Cette version n'a absolument aucun charme, ni défaut (positif). Tout le monde fait parfaitement son boulot, on entend absolument tout à l'orchestre, les chanteurs non seulement assurent vocalement mais incarnent indéniablement leurs personnages... Seulement (pour moi) il n'y a aucune poésie là-dedans, comme si tous restaient à la surface de cet univers, se contentant d'une réalisation parfaite jusqu'aux moindres détails.
Je pense que Rattle y est pour beaucoup (j'avais eu exactement la même sensation avec la captation berlinoise de 2006), et qu'en raison de cette direction chirurgicale les chanteurs se retrouvent un peu en roue libre : on dirait par exemple que Kozena n'est plus vraiment concernée par son personnage, alors que c'était si génial en 2007 avec Haitink...
Je n'ai pas dit grand-chose de constructif, mais je vais poster car je suis sur mon téléphone en 4G et j'ai peur de devoir tout réécrire...


Dernière édition par Golisande le Sam 17 Fév 2018 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 17 Fév 2018 - 21:57

J'ai la version Pascal/Lazar qui me nargue là sous mon nez, mais j'ai bêtement oublié d'emporter mon lecteur de DVD/bluray...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Jeu 22 Fév 2018 - 23:56

J'aime bien le Golaud de Finley, sans qu'il rejoigne Naouri, Van Dam et McIntyre à mon panthéon...
... mais l'Yniold d'Elias Mädler ne donne rien du tout... Dans le genre Yniold-garçon, il faut écouter Anthony Britten dans le studio de Boulez (en 1970, ça commence à être une vieille version...)... Là c'est nul, on dirait que Rattle s'imagine qu'il suffit de prendre un pré-ado avec un accent (à couper au couteau) pour faire un bon Yniold...
De même, Finley est mollasson dans "sa" scène de l'acte IV ; en soi ça tient la route, mais on dirait un Golaud des années 1950, pas possible face à Van Dam (surtout chez Karajan) et Naouri (surtout chez Haitink en 2007)...


Dernière édition par Golisande le Ven 23 Fév 2018 - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 1:07

... Quant à Gerhaher, encore une fois ça tient largement la route, mais face à Degout, Lapointe ou (surtout) Le Roux, ça ne semble plus aussi bien... Quitte à avoir un Pelléas prononçant le français n'importe comment, autant choisir Shirley chez Boulez ou Stilwell chez Karajan...
...d'autant que l'un comme l'autre donnent la réplique à une Mélisande autrement intéressante (même si Kozena assure : encore une fois, tout le monde assure à mort...) : Von Stade, Söderström et surtout Ewing sont infiniment plus habitées et expressives... Et Kozena, il faut l'entendre en 2007...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 15:01

Hihi, décidément… donc tu dis que c'est pas bon en expliquant que tout est très bien ? Smile

Il fallait que je l'écoute, mais à la place j'ai réécouté Boulez-Covent Garden. Assez déçu je dois dire : tout est impeccable (même les chanteurs, c'est vraiment très bien), mais on a tellement de versions soit plus anciennes et typées, soit plus récentes et frémissantes, maintenant on dispose d'orchestres mieux captés… c'était assez parfait il y a vingt ans, aujourd'hui en comparaison j'entends un peu plus la raideur du studio.

Mais c'est très très beau, dans le genre glaçant (les interludes sont vraiment terrifiants), il n'y a que Desormière qui fasse encore plus noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 20:05

Boulez CG n'est pas ma version préférée, mais je le trouve à la fois extrêmement singulier (ça a vraiment renouvelé mon écoute de l'œuvre) et sans grand défaut (les accents des chanteurs ne me dérangent pas, ils s'intègrent au contraire idéalement à cet univers d'"altérité radicale" particulièrement inquiétante bounce).
Il n'y a que le studio de Karajan qui réunisse à ce point ces deux qualités, à mon avis, mais pour le coup je le place encore plus haut...
Désormière, je n'ai jamais vraiment accroché, en grande partie à cause du style de chant (et surtout de Joachim...).

Quant à Rattle, oui c'est "parfait" (sauf l'Yniold qui est une cata), mais ennuyeux et sans aucun charme.... Je ne le conseillerais même pas pour découvrir l'œuvre, ce serait trop dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 20:28

Golisande a écrit:
Boulez CG n'est pas ma version préférée, mais je le trouve à la fois extrêmement singulier (ça a vraiment renouvelé mon écoute de l'œuvre) et sans grand défaut (les accents des chanteurs ne me dérangent pas, ils s'intègrent au contraire idéalement à cet univers d'"altérité radicale" particulièrement inquiétante bounce).

Tout à fait ! Very Happy


Citation :
Il n'y a que le studio de Karajan qui réunisse à ce point ces deux qualités, à mon avis, mais pour le coup je le place encore plus haut...

Ah, je trouve quand même que la distribution pose plus de problème, les voix font beaucoup plus lyriques (même van Dam), et si l'accent est comparablement correct-bizarre, les chanteurs sont aussi beaucoup moins expressifs.


Citation :
Désormière, je n'ai jamais vraiment accroché, en grande partie à cause du style de chant (et surtout de Joachim...).

Ah, c'est sûr, on entend mal l'orchestre, les chanteurs font ça de façon extrêmement métronomique et peu naturelle (avec Coppola, Truc, Ansermet, Inghelbrecht… on n'a pas du tout ça). Mais il y a une atmosphère oppressante assez unique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 21:58

Citation :
Citation :
Ah, je trouve quand même que la distribution pose plus de problème, les voix font beaucoup plus lyriques (même van Dam), et si l'accent est comparablement correct-bizarre, les chanteurs sont aussi beaucoup moins expressifs.

C'est vrai (sauf Van Dam qui est tout de même un des Golauds les plus expressifs qui soient !), mais ils ont une sorte de distance étrange qui colle génialement au texte et au propos, et l'orchestre prend en charge l'essentiel de l'expres​sion(on peut critiquer le parti pris romantique, mais pour ma part j'aime énormément et ne trouve pas ça du tout hors style)...
Mais c'est Abbado que je préfère  décidément... Ceux qui crachent sur Maria Ewing devraient réécouter l'acte V, c'est absolument incroyable...

Désormière, je vais réécouter, j'y reviens régulièrement car ça me glisse dessus (le côté insaisissable est plutôt une qualité) et pourtant j'ai toujours un certain plaisir à l'écouter -- mais une frustration aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 22:21

(Pardon pour la forme curieuse du post précédent, pas moyen d'éditer pour enlever ce foutu cadre de citation...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 22:34

Il suffit d'écrire en mode code et d'enlever la balise en trop (dernière icône de la barre).

Golisande a écrit:
C'est vrai (sauf Van Dam qui est tout de même un des Golauds les plus expressifs qui soient !),

Je ne trouve pas. Avec Abbado, oui, c'est vrai que c'est marquant (même si toujours un peu trop épais-lyrique pour mon goût, bonhomme aussi), mais avec Karajan, vraiment trop lyrique, moins déclamé que la moyenne. C'est très bon, hein, c'est juste que puisque la discographie me donne beaucoup de choix, c'est pas ce que je choisis.


Citation :
mais pour ma part j'aime énormément et ne trouve pas ça du tout hors style)...

Extrêmement réussi, oui, mais le hors style paraît quand même assez évident, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 23:00

Non, pas hors style car pour moi Pelléas est romantique Mr. Green ... Enfin, postwagnérien incontestablement -- dans un sens bien particulier, mais pour moi le lien avec le romantisme n'est pas du tout rompu... Il le sera plus tard, avec les Estampes et surtout La Mer (et les Images)...
Je comprends qu'on soit en désaccord avec cette thèse Razz (d'ailleurs je ne dis pas du tout que Debussy soit un compositeur romantique...), mais en dépit de la "révolution" qu'il représente à bien des égards, je ne peux vraiment pas séparer Pelléas de son héritage immédiat -- c'est d'ailleurs un des aspects qui le séparent radicalement de Polyphème de J. Cras, pour faire le lien avec un autre fil... (Et de Ravel, par exemple - sans parler de Stravinsky ou de Bartók, évidemment.)


Dernière édition par Golisande le Ven 23 Fév 2018 - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 23 Fév 2018 - 23:08

Concernant Van Dam, je comprends ce que tu veux dire mais je trouve le lyrisme de 1979 plus expressif que le côté déclamé de ses Golauds ultérieurs...
Il n'est pas impossible que je change d'avis -- d'ailleurs je réécouterai sous peu les versions Karajan et Abbado en entier... bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 0:51

Golisande a écrit:
Non, pas hors style car pour moi Pelléas est romantique Mr. Green ... Enfin, postwagnérien incontestablement -- dans un sens bien particulier, mais pour moi le lien avec le romantisme n'est pas du tout rompu... Il le sera plus tard, avec les Estampes et surtout La Mer (et les Images)...
Je comprends qu'on soit en désaccord avec cette thèse Razz (d'ailleurs je ne dis pas du tout que Debussy soit un compositeur romantique...), mais en dépit de la "révolution" qu'il représente à bien des égards, je ne peux vraiment pas séparer Pelléas de son héritage immédiat -- c'est d'ailleurs un des aspects qui le séparent radicalement de Polyphème de J. Cras, pour faire le lien avec un autre fil... (Et de Ravel, par exemple - sans parler de Stravinsky ou de Bartók, évidemment.)

Ah, mais il y a beaucoup de Massenet chez Debussy (ça s'entend dans L'Enfant Prodigue, dans le Gladiateur… mais aussi dans Pelléas lorsque c'est Baudo qui dirige !). Simplement Massenet n'est pas Richard Strauss, et Karajan dirige plutôt ça comme le Pelléas de Schönberg, sous un flot de cordes très germaniques.

Encore une fois, c'est très réussi, mais ça me paraît assez loin (comme peu ou prou 100% de ce qu'il a dirigé après 1970, Brahms et Strauss exceptés peut-être) des équilibres pressentis par le compositeur (en tout cas tels qu'on peut se les représenter en lisat la partition).

Il est bien plus fidèle en 54 à la RAI. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 29727
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 9:03

J'étais d'accord avec Golisande en tous points : sauf sur Pelléas romantique.
Ah non ... tout l'intérêt de Pelléas c'est bien de se détacher du XIX°.

Mais en revanche ... oui l'approche de Karajan est plus romantique oui. Pourtant cette version marche magnifiquement, c'est tout aussi vrai.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 10:38

Pelléas est tout de même une espèce de neveu de Parsifal, et d'arrière-petit-cousin éloigné de Tristan...
Je ne compare pas la partition de Debussy à celles de Wagner, mais ce que j'entends (spécialement dans les interludes mais pas seulement) est dans une continuité certaine (quoique très particulière) avec ces œuvres ; le Debussy ultérieur est sans doute anti-romantique dans la mesure où il prend une direction esthétique radicalement différente, mais pour moi Pelléas s'inscrit plutôt dans une logique de transition que de rupture... Ce qui n'empêche pas que ce soit un aboutissement génial et unique en tant qu'œuvre, au contraire : cette position étrange, cette espèce l'indécision esthétique - comme si Debussy n'arrivait pas à s'arracher complètement au passé - en est un des aspects les plus singuliers et les plus troublants, qui m'a été pleinement révélé par cette version.
Dire que c'est une invention de Karajan, qui tirerait de l'œuvre une sorte de suc romantique qui ne s'y trouve pas à la base, voilà qui me semble prêter à ce chef des superpouvoirs qu'il ne possédait peut-être pas... Je suis convaincu que ce romantisme est bel et bien dans la partition, qu'il est une de ses caractéristiques, et que Karajan n'a fait que mettre en valeur (génialement à mon avis, et je suis bien loin d'idolâtrer Karajan) cet aspect particulier. C'est clairement une option interprétative, superbement mise en œuvre, mais pour moi ça n'a rien de déplacé ou de hors-quoi que ce soit. Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 11:48

Pour filer (perfidement Mr.Red) la métaphore utilisée par Debussy à propos de Wagner, j'ai envie de dire que Pelléas est tout autant le dernier rayon d'un soleil couchant romantique/wagnérien que l'aurore d'une certaine modernité musicale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 11:53

Golisande a écrit:
Je ne compare pas la partition de Debussy à celles de Wagner, mais ce que j'entends (spécialement dans les interludes mais pas seulement) est dans une continuité certaine (quoique très particulière) avec ces œuvres ; le Debussy ultérieur est sans doute anti-romantique dans la mesure où il prend une direction esthétique radicalement différente, mais pour moi Pelléas s'inscrit plutôt dans une logique de transition que de rupture...

Orchestralement, ou dans la structure, les motifs, oui, incontestablement !

En revanche l'esthétique générale (dans le sens où l'opéra est une œuvre théâtrale), c'est tout l'inverse : texte riche d'ellipses (là où celui de Wagner ne fait que surexpliciter du vide), intervalles vocaux très conjoints, aération du spectre, sens du silence, discontinuité, etc.

Il ne s'agit pas de dire que Pelléas n'est pas romantique (le symbolisme, l'impressionnisme découlent directement de postulats romantiques), mais que le style d'exécution de Karajan (avec un gros flux de cordes épaisses et du legato partout) ne correspond pas à ce que suggère la partition. (On appelle ça rapidement un style romantique, mais ce n'est assurément pas comme cela qu'on accompagnait les opéras de Weber, Donizetti ou Gounod !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 24 Fév 2018 - 13:02

Tout à fait d'accord concernant le texte et le traitement vocal - je parlais en effet exclusivement de l'écriture orchestrale et de certains aspects du langage harmonique (mais c'est tout de même foutrement important !)...

En revanche, je trouve au contraire que l'option interprétative de Karajan convient extrêmement bien à l'œuvre, même si c'est très peu conventionnel... et bien que d'autres options "fonctionnent" tout aussi bien (mais pas mieux, à mon avis).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 27 Avr 2018 - 23:18

OYO TOHO a écrit:
que pensez-vous de cette version :

Tiens, c'est la première fois que je remarque que Geneviève semble vouloir pousser Mélisande et Pelléas dans les bras l'un de l'autre (cf. sa dernière réplique)...

En d'autres termes, je trouve la scénographie (et le jeu d'Emma Lyrén, qui incarne Geneviève, en particulier) excellente ; la mise en scène me plaît beaucoup également, avec cette forêt omniprésente jointe à ces personnages au look plus ou moins moderne (disons XXe), mais je n'en suis qu'à l'acte I...

Pas grand-chose à dire sur l'orchestre et la direction, qui me satisfont tout à fait, sans plus pour le moment.

Arkel est ici un vieillard assez effrayant, apparemment acariâtre et colérique, une option que je n'avais jamais vraiment envisagée jusqu'à présent mais qui me semble ici assez convaincante (le chant de S. Bronk est à l'avenant, plutôt monolithique et cassant, mais son jeu est très convaincant, réfrigérant à souhait).

E. Lyrén est assez passionnante à regarder - peut-être une peu moins à écouter (avec un accent à couper au couteau), mais personnellement j'adhère tout à fait.

Le Golaud de L. Alvaro me plaît beaucoup, sans que je puisse en dire grand-chose de plus (apparemment un Golaud très classique, quoique plutôt sur le versant noir du personnage).
En revanche la voix et le chant de Jenny Daviet - très clairs (une soprano sans la moindre ambiguïté), incisifs et presque coupants - ne m'enchantent pas vraiment en eux-mêmes ; toutefois, ces caractéristiques vocales s'accordent parfaitement tant au personnage qu'elle cherche à créer qu'au Pelléas de M. Mauillon - le plus clair et (à l'exception peut-être de F. Le Roux) le mieux articulant que j'aie jamais entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 27 Avr 2018 - 23:35

Le coup des "trois vieux pauvres" (sont-ce bien eux ?) jouant le rôle de Nornes / Cassandres muettes pendant le changements de décor, ça me plaît beaucoup...

Sinon, Yniold semble omniprésent, comme dans je-ne-sais-plus quelle autre mise en scène... Question


Dernière édition par Golisande le Sam 28 Avr 2018 - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 28 Avr 2018 - 0:57

Acte II : M. Mauillon m'agace déjà un peu Neutral - contrairement à J. Daviet, à laquelle je m'habitue d'autant mieux que son jeu est vraiment extraordinaire (dans un registre très "kozénien", mais avec une voix on ne peut plus différente).

Golaud à davantage l'air d'être le père de Pelléas (et à plus forte raison de Mélisande Twisted Evil ) que son frère... Par ailleurs, Laurent Alvaro me semble lui aussi extrêmement convaincant, tant vocalement que par son incarnation visuelle : je commence à me dire que c'est peut-être bien un grand Golaud...
Je suis également de plus en plus impressionné par l'orchestre / direction - sans doute moins somptueux de timbres et de couleurs que certains, ni particulièrement original, mais transparent et jamais décevant ni frustrant.
Au passage : j'ai particulièrement aimé que le visage de Mélisande / Daviet apparaisse "à l'envers" (elle est allongée sur le lit la tête renversée) lorsqu'elle chante "Oui, c'est vrai, on ne voit jamais le ciel ici"...
Une deuxième scène particulièrement réussie et intense - sans (peut-être) la profondeur tragique de certaines versions (en raison de la Mélisande "légère" et peut-être de la direction, mais certainement pas de Golaud).

Yniold apparaît systématiquement pendant les interludes, souvent avec un jouet émettant de petites lumières (un bateau entre I, 2 et I,3 , dont les diodes colorées répondaient aux phares sur la mer, ici une espèce de mini théâtre de Guignol avec deux petits projecteurs sur l'avant...), ce qui crée une ambiance assez féerique dans ce cadre uniformément forestier (le lit de Golaud se trouve parmi les arbres, et est couvert de mousse).

La scène de la Grotte m'emballe moins - non tant à cause de Mauillon (tout de même un excellent Pelléas même si je je ne suis pas fan de son timbre) que de l'orchestre, qui s'avère ici tout de même moins chatoyant et moiré que d'autres...

Suite demain. I don't want that
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Sam 28 Avr 2018 - 23:32

Acte III : l'idée de la première scène est excellente - permettant non seulement d'éviter les cheveux, mais surtout de garder une certaine distance avec un texte qui apparaît ici comme un semi-simulacre de marivaudage (ou un jeu d'enfant... si l'on veut, du moins au début) - la couronne sur la tête de Pelléas pouvant par exemple expliquer le "Moi, moi, et moi !" si souvent moqué -, ajoutant à la fois un degré supplémentaire d'intimité entre les personnages et une plus "grande innocence" dans leur relation au départ.
La scène apparaît donc comme bien plus décisive dans l'évolution de leurs rapports qu'elle ne l'est habituellement ("jeu d'enfants" au début, mais véritable duo amoureux très sensuel - voire davantage : "Oh ! Oh ! Tu m'as fait mal !", même si la situation est assez peu conventionnelle Mr.Red - à la fin)... Ce qui est parfaitement raccord avec le texte (les "colombes" qui "s'envolent"), donc d'une intelligence de mise en scène assez remarquable.
Mais encore une fois, le visuel est prépondérant (les mimiques de J. Daviet en particulier, Pelléas étant - comme souvent - moins expressif) ; je ne serais probablement pas aussi enthousiaste avec seulement le son...

Mélisande qui lève le bras en l'air le plus haut possible en disant "Voilà, voilà, je ne puis me pencher davantage", alors que Pelléas à ses pieds lui demande de lui donner sa main, j'ai trouvé ça assez irrésistible... Mr. Green
 
Tout cela est globalement plus léger que d'habitude, tant en raison des voix très claires que de la mise en scène, même si cela devient de plus en plus sérieux et grave au cours de la scène...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Dim 29 Avr 2018 - 0:05

Suite de l'acte III : le Golaud de Laurent Alvaro est vraiment extraordinaire.
La naïveté (pour ne pas dire la niaiserie) de Pelléas s'extasiant sur l'air frais et les roses mouillées ( pig ) au sortir du souterrain ne m'a jamais frappé à ce point, essentiellement grâce à la figure ironique et dévastée de Golaud à l'arrière plan... (Il faut dire aussi que le Pelléas de Mauillon est une vraie tête à claques)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Dim 29 Avr 2018 - 1:05

Acte III scène 3 : contrairement à tout ce qui précède, j'ai plutôt l'impression qu'ici l'image n'apporte rien...
Julie Mathevet (dont je connais déjà le formidable Yniold) ne veut décidément pas faire semblant de ressembler à un petit garçon - et comme cette mise en scène est plus réaliste que celle que j'avais déjà vue où elle chantait ce rôle, je n'arrive pas à ne pas être gêné de voir une figure incontestablement féminine - même affublée d'un anorak et d'un bonnet tricolore ridicule - singer un peu caricaturalement ce rôle. Vocalement ça fait plus que me convenir, mais visuellement, je ne m'y fais pas... Neutral
Qhant à Alvaro, c'est décidément formidable (autant que Naouri, ou Tomlinson dont il se rapproche peut-être le plus), mais peut-être encore plus vocalement que visuellement.
Et pour ce qui est du décor, il semble ici si minimaliste que je ne l'ai tout simplement pas remarqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5223
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Lun 30 Avr 2018 - 1:14

Acte IV : la (demi-)scène du quasi-monologue d'Arkel, que j'appréhende souvent comme un moment un peu "faible", est ici extrêmement émouvante - grâce à la présence physique imposante et très expressive de Stephen Bronk (on peut épiloguer sur son chant, mais j'aime d'autant plus ce qu'il fait que l'on croit vraiment à l'âge du personnage, sans que la voix soit le moins du monde délabrée) et à l'intensité du visage de Mélisande (Jenny Daviet) reagissant à ce qu'elle entend - mais aussi, je dois le dire, à la très grande expressivité de l'orchestre.
La partie "Golaud" de cette même scène est également très réussie, surtout grâce à Golaud lui-même - Laurent Alvaro, impressionnant à tous égards, décidément un grand interprète du rôle.
À noter qu'il s'adresse à Mélisande et non à Arkel en disant "Vous voyez ? [...] comme un vieillard"...

J'en profite pour insister sur la très grande expressivité du jeu physique de tous les chanteurs/acteurs - à l'exception notable de Pelléas...

Après avoir donné à Mélisande une sorte de ruban que je n'identifie pas (mais elle si, apparemment), Yniold manipule une série de jouets-symboles auxquels je n'arrive pas davantage à attribuer un sens (sauf ceux qui semblent être des moutons, et la plume-Berger)... Julie Mathevet ressemble toujours aussi peu à un garçon, mais cela me gêne moins que dans la scène avec Golaud.

Autre idée puissante de cette mise en scène : au début du duo - lorsqu'elle arrive - Mélisande ressemble à un fantôme, comme si Golaud l'avait "déjà [presque] tuée" (ce que la fin de la scène 2 tend effectivement à montrer)...
Sinon, ce duo n'apporte rien de bien nouveau (il faut dire que cette scène, qui pour moi est la seule - très relative - faiblesse de l'œuvre, n'offre pas une grande marge de manoeuvre...) : ça tourne un peu en rond, et puis Golaud se pointe avec un sourire sardonique, et Paf le chien Pelléas... Pas beaucoup de poésie là-dedans...

En revanche, l'acte V m'a bouleversé comme il me bouleverse (presque) toujours.
Rien de particulièrement transcendant par rapport à ce que je connais, mais je ne peux que louer une fois de plus le Golaud de L. Alvaro et l'Arkel de Bronk, ainsi que l'expressivité visuelle (plus que vocale, même si c'est tout de même très bien) de la très belle Mélisande de Jenny Daviet...

Une mise en scène plastiquement très belle, habitée par la personnalité de chanteurs/acteurs de premier plan, et par un orchestre irréprochable (il y a plus chatoyant et somptueux, mais il suffit de comparer avec n'importe quelle version antérieure à 1970 pour ne pouvoir que s'extasier).

Manquent peut-être la poésie et le mystère de certaines mises en scène... Pour s'en tenir à l'ambiance générale, l'arrière-plan est toujours dans une pénombre suggestive, mais l'action elle-même est toujours en pleine clarté - à l'image des timbres de voix lumineux des deux rôles-titres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3251
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Lun 30 Avr 2018 - 10:12

Voila une éternité que je n'ai pas écouté Pélleas. Je l'ai vu une fois en salle, mais c'était en 1985 (donc pendant la préhistoire hehe ) et je l'ai vu au mois une fois en télédiffusion dans les années 2000 ou 2010. Y a-t-il une version correcte récente qui me permettrait de "renouer" avec cet opéra?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 81766
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Lun 30 Avr 2018 - 11:31

Il suffit que tu lises les messages de Golisande juste au-dessus. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7975
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 1 Juin 2018 - 9:53

Je voulais faire un commentaire discographique, mais après ceux de Golisande, c'est difficile !
Je passe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 84265
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 1 Juin 2018 - 10:50

luisa miller a écrit:
Voila une éternité que je n'ai pas écouté Pélleas. Je l'ai vu une fois en salle, mais c'était en 1985 (donc pendant la préhistoire hehe ) et je l'ai vu au mois une fois en télédiffusion dans les années 2000 ou 2010. Y a-t-il une version correcte récente qui me permettrait de "renouer" avec cet opéra?

Abbado avec Le Roux et van Dam devrait te plaire. Sinon, Dutoit, Rattle, Pascal, tout ça est relativement récent et très abouti.

Peut-être que tu serais aussi sensible à la version très lyrique de Baudo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7975
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 1 Juin 2018 - 10:52

Personnellement je ne conseillerais pas Dutoit; elle m'a tenu éloigné de l'œuvre un bon moment !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luisa miller
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3251
Age : 918
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Ven 1 Juin 2018 - 12:42

DavidLeMarrec a écrit:
luisa miller a écrit:
Voila une éternité que je n'ai pas écouté Pélleas. Je l'ai vu une fois en salle, mais c'était en 1985 (donc pendant la préhistoire hehe ) et je l'ai vu au mois une fois en télédiffusion dans les années 2000 ou 2010. Y a-t-il une version correcte récente qui me permettrait de "renouer" avec cet opéra?

Abbado avec Le Roux et van Dam devrait te plaire. Sinon, Dutoit, Rattle, Pascal, tout ça est relativement récent et très abouti.

Peut-être que tu serais aussi sensible à la version très lyrique de Baudo.

Je prends note. Merci David kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lyriqueinfo.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Debussy - Pelléas et Mélisande (3)
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Debussy Pelléas et Mélisande - Bastille - Février-mars 2012
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Debussy - Pelléas et Mélisande (3)
» Pelléas et Mélisande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: