Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ecoute comparée : Debussy, Jeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

[Présélection] Ces versions me paraissent particulièrement intéressantes :
Ansermet (Suisse Romande) 1958
6%
 6% [ 5 ]
Baudo (Czech PO) 1966
3%
 3% [ 2 ]
Baudo (LPO) 1986
4%
 4% [ 3 ]
Bernstein (NYPO)
4%
 4% [ 3 ]
Boulez (CO) 1993
6%
 6% [ 5 ]
Boulez (Philharmonia) 1966
6%
 6% [ 5 ]
Cambreling (SWR Baden-Baden)
3%
 3% [ 2 ]
Celibidache (BPO) 1948
4%
 4% [ 3 ]
Cluytens (Orchestre de la société des concerts du Conservatoire) 1963
5%
 5% [ 4 ]
Denève (Royal Scottish National Orchestra) 2012
4%
 4% [ 3 ]
Dutoit (Montréal SO) 1989
4%
 4% [ 3 ]
Gergiev (LSO) 2009
1%
 1% [ 1 ]
Haitink (RCO) 1968
4%
 4% [ 3 ]
Haitink (RCO) 1979
1%
 1% [ 1 ]
Jun Märkl (Orchestre National de Lyon) 2007
1%
 1% [ 1 ]
Louis de Froment (Radio Luxembourg)
1%
 1% [ 1 ]
Maazel (WPO)
1%
 1% [ 1 ]
Martinon (O.R.T.F) 1973
3%
 3% [ 2 ]
Monteux (Boston SO) 1951
4%
 4% [ 3 ]
Monteux (ONF) 1955
4%
 4% [ 3 ]
Munch (Boston SO)
4%
 4% [ 3 ]
Rattle (City of Birmingham) 1989
4%
 4% [ 3 ]
Rosbaud (Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester) 1954
3%
 3% [ 2 ]
Rosenthal (ONP) 1957
4%
 4% [ 3 ]
Saraste (Rotterdam Philharmonic Orchestra)
3%
 3% [ 2 ]
Scherchen (Nordwestdeutsche Philharmonie Herford) 1960
3%
 3% [ 2 ]
Tortelier (Ulster Orchestra)
0%
 0% [ 0 ]
Zender (Saarbrucken Radio Symphony Orchestra) 1984
1%
 1% [ 1 ]
Tilson Thomas (LSO)
11%
 11% [ 9 ]
Total des votes : 79
 

AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80639
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 13:15

C'est vrai, du coup moi aussi, mais ça n'est pas grave. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 13:47

J'essaie de poster les résultats ce soir.

Quelle idée j'ai eu de planifier la finale juste au moment de Noël, déjà que c'est la course Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusèbe
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 625
Age : 41
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 15:07

Xavier a écrit:

Où sont Eusèbe, Senthinel, Abbado71, Resigned?...

Noyé sous une centaine de copies, en ce qui me concerne Confused

Je suis désolé, pas moyen de trouver le temps et la concentration nécessaire pour écouter les neuf versions. Je lirai avec attention les résultats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80639
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 15:14

Bon courage! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 22:28

Et voici les résultats (corrigés) de la grande finale !

Ne voulant pas vous faire languir, et parce que les fêtes de Noël m'empêchent de faire mieux en peu de temps, je ne reprends pas ici les anciens commentaires. Si vous le demandez avec insistance, je verrai à mon retour de congés  Mr. Green

Je vous remercie de vérifier vos commentaires et classements et de me prévenir si vous voyez une erreur.

En 9e et dernière position :
Le Schtroumpf Bricoleur = Grenat = Porthos (10,63/20) =
Jun Märkl (Orchestre National de Lyon) 2007.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment. Très beau début, mais l'entrée des bois paraît nettement trop forte. Tempi beaucoup plus lents que dans la plupart des versions précédentes, c'est assez analytique, on entend à peu près tout (petit regret tout de même pour le célesta qu'on n'entend pas une seule fois pendant l'ensemble de l'oeuvre), notamment certains détails inaudibles dans d'autres versions. (les trémolos de 2è violons sur le chevalet à 4'23 et 4'26 par exemple) On sent que ce n'est pas un très grand orchestre (cordes pas toujours bien homogènes), mais le résultat est quand même assez remarquable. Par moments on a l'impression d'être dans une conception finalement très contemplative, et c'est assez rare dans cette oeuvre; je ne suis pas complètement convaincu, mais ça apporte quelque chose à certains passages et surtout c'est très bien fait. Ca n'empêche d'ailleurs pas la danse, ni les contrastes, ce n'est (heureusement) pas uniformément lent d'un bout à l'autre. Sans être aussi enthousiasmé que par les 2 versions que j'avais placées en tête au 1er tour, je dois tout de même dire mon admiration et mon intérêt pour cette version que, je crois, je n'avais jamais écoutée, et que, pour l'instant, je place en tête de ce groupe.  Petit rajout: à 3'28 ça semble un peu bordélique, mais en fait c'est parce qu'on entend les hautbois qu'on n'entend jamais d'habitude, toujours bouffés par les cordes!
Note:8, Clas.:2/9.


Senthinel a écrit en finale : le début est excellent, absolument parfait même, très mystérieux, et le final est explosif dans le bon sens du terme. Pour le reste, l'orchestre est moyen(les cordes sont même presque désagréables parfois), et les tempi sont trop lents.
Note:6,5, Clas.:9/9.


Draffin a écrit en finale : Une prise de son intéressante, avec un premier plan très proche et très étalé, une assez faible profondeur mais avec une acoustique de salle immense. On a vraiment l'impression d'être placé à la place du chef. L'orchestre est assez beau, avec des pupitres de cordes magnifiques, des flûtes délicieuses, des trompettes espiègles, etc. L'ambiance est rêveuse, contemplative, tout en délicatesse. C'est lent, mais il y a du contraste, de la surprise et … du jeu ! Il me faut un certain temps avant d'entrer dedans, étant un peu frustré par les tempi lents du début de la partition. Mais petit à petit, je m'y installe et j'écoute. Le passage avec les clarinettes et le tambour de basque (rejoints par le violon solo) est d'une sensualité troublante, entrecoupé de silences courts mais puissamment expressifs. Le climax est puissant et impressionne mais frustre par sa lenteur...
Note:8, Clas.:5/9.


Mélomaniac a écrit en finale : enregistrement très physique (on croirait un micro fixé à chaque instrument !) et coloré qui brasse les volumes avec complaisance, en s’arrêtant à chaque instant pour mieux s’admirer le nombril. Phrasés poussifs dont on ne perçoit guère la cohésion globale, autre qu’un hédonisme séquentiel. Faire jouir l’oreille signe une approche érotomane, vraiment trop décousue et racoleuse. Je réclamais du théâtre mais là y a overdose : cette lascivité permanente semble arbitraire, les jeux deviennent d’alcôve, et abandonnés à leur bon plaisir. Traîtresse séduction. On adore ou on déteste. Une esthétique très marquée mais qui m’agace trop pour y succomber.
Note:6,5, Clas.:6/9.


Anaxagore a écrit en finale : Version très lente, enregistrée de très près. C’est du coup très précis, très détaillé. Tout est placé sous la loupe du chef. C’est fort intéressant, mais réalisé au détriment de la continuité. L’orchestre est très bon et tout est très bien mis en place. Mais la lenteur est excessive et, à ce jeu là, Debussy ressort démembré. Je n’adhère pas.
Note:6, Clas.:9/9.


DBL a écrit en finale : C'est beau en soi mais cette lenteur ne me convient pas pour cette pièce. Je la trouve un peu hors-sujet.
Note:5, Clas.:9/9.


En 8e :
Le Schtroumpf Chétif = Quartz = Athos (11,38/20) =
Maazel (WPO) 1999.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà écoutée précédemment. C'est assez statique, mais tout de même réussi dans le genre, très beau, très sensuel, très tranquille, sans ruptures. Parfois ça manque quand même franchement d'animation dans la première moitié de l'oeuvre; ensuite ça bouge plus et on trouve un peu plus de contrastes. Toute la fin est très bien menée sauf le climax ""Très modéré"" vraiment bâclé à mon sens, trop rapide. Encore un tambour de basque beaucoup trop fort! Mais célesta inaudible la plupart du temps, ce qui est quand même dommage. Trompettes inaudibles à 6'04. (pourtant indiquées forte) Cordes absolument magnifiques, tantôt transparentes, tantôt mordantes, tantôt très lyriques. Soli de bois superbes aussi. Un peu trop de réverbération à mon goût. Encore une superbe version sur laquelle il y a tout de même pas mal à redire.
Note:7,5, Clas.:4/9.


Senthinel a écrit en finale : le début est un peu lourd, j'ai l'impression désagréable que chaque pupitre est surexposé. Mais ensuite, l'immersion est totale: l'ambiance féérique est parfaitement rendue, les cordes sont d'une grande finesse et absolument délicieuses. En revanche c'est une version qui manque parfois de rythme, si bien qu'on se surprend à certains passages à regarder sa montre. Pour le reste, tout est parfaitement dessiné, chaque pupitre est très expressif, et il n'y a bien qu'au début, le temps de s'habituer à la prise de son que ce remarquable équilibre semble désagréable. J'aime beaucoup cette version. Le seul bémol est donc sa gestion des moments plus lents, gestion dépourvue d'énergie et de vitalité. C'est vraiment dommage.
Note:8, Clas.:4/9.


Draffin a écrit en finale : Côté sonore, on a quelque chose de très aéré (presque trop) : tout est noyé dans une acoustique de salle, certes assez belle, mais qui a tendance à gommer les aspérités de l'orchestration debussyste. Cela dit, l'acoustique est en adéquation parfaite avec le projet musical, qui tire vers la torpeur, vers l'immobilité, vers la sensualité. Projet qui ne fonctionne pas toujours d'ailleurs : l'ennui s'installe souvent, y compris semble-t-il chez les musiciens (il y a quelques interventions solistes bien peu concernées...). Plus ça avance et plus je me demande pourquoi cette version a été conservée dans le groupe des finalistes, tant elle semble anecdotique.
Note:4, Clas.:9/9.


Mélomaniac a écrit en finale : articulation sculpturale, phrasés nets et pleins, rythmes carrés, timbres francs (j’aime beaucoup la percussion, par exemple la cymbale ferrailleuse au début) : tant pis pour le mystère. Cette densité mégalithique du paramètre sonore, cette solaire clarté du discours ne laissent regretter qu’une approche quasi-didactique à force de signifier la grammaire de l’œuvre plutôt que son contenu. Robuste et orthophonique mais trop magistral.
Note:8, Clas.:4/9.


Anaxagore a écrit en finale : L’orchestre est bon, sans plus, et est enregistré de très près. C’est une nouvelle fois fort original. Le tempo est très modéré, mais ça s’englue çà et là. Il y a trop d’alanguissements et de minauderies selon mon goût. Il y a certes un évident parti pris et c’est très personnel, mais je n’adhère pas du tout.
Note:5,5, Clas.:8/9.


DBL a écrit en finale : Entrée un peu lourde.  L'image sonore est enveloppante, un peu trop proche.  Les instruments sont beaux et très expressifs. Les passages lents me semblent poussifs, cela manque  de rythme pour un ballet. Mon attention n’est pas captée en continu.
Note:7, Clas.:5/9.


En 7e :
Le Cosmoschtroumpf = Opale = Aramis (11,96/20) =
Saraste (Rotterdam Philharmonic Orchestra) 1998.flac


Xavier a écrit en finale : Introduction: la harpe et les cors rentrent trop vite, on n'a pas temps de goûter le si des cordes. Début trop rapide à mon goût. Trompettes peu audibles et pas belles à 3'03. A 8'11 le flûtiste met des sol bécarre partout, ça me semble être un enregistrement studio et pourtant cela n'a gêné personne; dommage. Ce sont des détails car globalement c'est une version que j'aime beaucoup, très bien faite, belle prise de son, simplement j'ai tendance à préférer les versions un peu moins précipitées, avec plus de mystère et de langueur: je trouve tous les passages lents trop rapides. (de 10'25 à 11'05 par exemple) Fin aussi rapide que le début malheureusement.
Note:7, Clas.:6/9.


Senthinel a écrit en finale : l'orchestre est très riche, peut être le meilleur de toutes les versions du corpus finale. Cependant, la prise de son est pour moi très froide, très lointaine, ce qui comme un mauvais vin accompagnant un bon plat, est vraiment triste et gâte un peu le tout. Le final est vraiment bon, très dansant finalement contrairement au reste qui est un peu statique. C'est assez paradoxal puisque c'est une version très rapide, mais assez peu nerveuse finalement. En résumé, une bonne version mais trop rapide et avec une prise de son médiocre.
Note:7, Clas.:7,5/9.


Draffin a écrit en finale : Le mot qui reflète le mieux cette version pour moi est «évidence». La prise de son est naturelle, un peu froide du point de vue des timbres, profonde mais précise (acoustique sèche). L'orchestre sonne très bien mais sans ostentation. Le grave est impressionnant sans être masquant. Dès les premières secondes, l'ambiance est plantée : il y a du mystère mais aussi une décontraction ludique qui convient à l'argument du ballet. Mais ce qui est vraiment remarquable, c'est que le chef offre une lecture d'une seule coulée de l'œuvre, l'englobant dans un geste immense, rassemblant chaque partie par des rapports de tempi intelligents (tempi qui poussent parfois l'orchestre dans des retranchements dont il se sort toujours avec élégance). De fait, le climax est formidable et les pages qui suivent semblent annoncer un deuxième acte qui ne viendra pas... Troublant. Bref, une version synthétique, qui coule naturellement et qui danse avec grâce.
Note:10, Clas.:2/9.


Mélomaniac a écrit en finale : une prise de son plate, lointaine, inconsistante trahit la finesse et les irisations de cette lecture. De surcroît, la célérité d’ensemble laisse une impression de survol. Après plusieurs minutes, je n’ai toujours pas accroché à cette vision ectoplasmique et étriquée.
Note:4, Clas.:9/9.


Anaxagore a écrit en finale : J’ai reconnu Opale qui m’avait déjà laissé perplexe lors du second tour. « Prise de son lointaine, curieusement un peu étouffée, et qui génère une ambiance ouatée, cotonneuse, qui me gène un peu. On a le sentiment d’un Debussy désossé ou sans squelette. L’orchestre, pourtant de grande qualité, manque de corps, de présence, d'impact ». Bof …
Note:7, Clas.:7/9.


DBL a écrit en finale : Belle présence des graves. Clarté des pupitres mais par moment pas très équilibrés. La prise de son crée une belle présence.  Le récit est cohérent dans l’ensemble mais parfois un peu trop lent, cela un peu de danse. Par la suite cela s’améliore.
Note:8, Clas.:3/9.


En 5e ex-aequo :
Le Schtroumpf Grognon = Malachite = D'Artagnan (12,91/20) =
Gergiev (LSO) 2009.flac


Xavier a écrit en finale : Début remarquable. C'est presque tout le temps lent et ça me gêne plus ici que dans une formidable version entendue au tour précédent. (qui se trouve être ici Porthos) C'est très beau et très lisible dans la prise de son, mais je trouve que ça manque vraiment d'angles. A 9'04 le cor anglais met des ré bécarre au lieu de ré bémol. A 15'01, cymbale inaudible. La fin s'emballe et danse enfin, mais je trouve que c'est un peu tard et que du coup ça ne vient pas naturellement.
Note:7, Clas.:6/9.


Senthinel a écrit en finale : l'orchestre est très équilibré, tout comme la prise de son. On entend très bien les bois. La musique se déploie lentement, mais je trouve qu'il y a un tel détail dans l'orchestre que cela compense ce manque d'énergie. C'est typiquement une interprétation qui pour moi n'est pas vraiment dans l'esprit d'un « ballet » et qui ne peut donc pas prétendre à la première place d'une écoute comparée, mais que j'aurais grand plaisir à posséder dans ma discothèque.
Note:8,5, Clas.:3/9.


Draffin a écrit en finale : Prise de son très analytique, dans laquelle les cordes ne dominent pas la masse orchestrale. C'est intéressant, parce que ça permet d'entendre très bien les bois sans qu'ils aient à forcer. C'est très beau, mais aussi très artificiel, très construit. Curieusement, j'ai l'impression que la dynamique est un peu réduite et c'est dommage. Autre étrangeté : j'entends les contrebasses à gauche... La pulsation est lente, le climat extatique. On écoute les timbres, les combinaisons de timbres (très savoureuses), la conduction toujours très souple de la phrase, les enchaînements de tension et de détente. Il y a une science de l'orchestre indéniable. Ça ne danse pas beaucoup mais le projet est ailleurs. Une version très zen au final.
Note:8, Clas.:6/9.


Mélomaniac a écrit en finale : travail fin et méticuleux mais qui ne passe pas la rampe, à cause d’une prise de son rachitique et de phrasés lisses et exsangues. Le discours me parle toutefois davantage qu’Aramis, qui semble plus velléitaire alors qu’ici du moins les intentions sont plus cohérentes. Dommage que ce pointillisme ne fasse qu’assécher un discours dont on regrette à chaque instant le manque de hauteur et d’expressivité.
Note:5, Clas.:8/9.


Anaxagore a écrit en finale : J’ai reconnu Malachite que j’avais classée première lors du tour précédent. L’orchestre est excellent. La prise de son est claire et précise. Lecture très contrastée, supérieurement mise en place, avec une belle économie des tempi. C’est moins sensuel que Bragelonne mais sans être desséchant pour autant. J’aime beaucoup.
Note:9, Clas.:2,5/9.


DBL a écrit en finale : Ambiance de rêverie correspondant plus à un tableau statique qu’à un ballet. Prise de son et orchestre agréables. Belle interprétation mais pas en ligne avec ce que j’attends pour cette pièce
Note:7, Clas.:5/9.


En 5e ex-aequo :
Le Grand Schtroumpf = Citrine = La Valliere (12,92/20) =
Boulez (CO) 1993.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment. Début assez neutre. Pourquoi les contrebasses ne jouent-elles pas entre 1'43 et 1'47? Etonnant pour un enregistrement studio récent. Très rapide et même assez raide, mais très bien fait. Le son est un peu rond et opaque. (même si ça reste assez lisible) L'orchestre est superlatif, mais l'ensemble paraît presque terne après d'autres versions.  Je trouve que les bois manquent encore un peu de personnalité, d'expressivité. Bon, sinon, dans le genre vif, parfaitement en place et très équilibré, c'est quand même le top, ou presque.
Note:7, Clas.:6/9.


Senthinel a écrit en finale : l'orchestre est excellent, plein de couleurs, de variétés, de chaleur et d'expressivité. Le final est lumineux. L'ensemble est très vif, plein de vigueur. Peut être trop pour moi en fait.  
Note:7, Clas.:7,5/9.


Draffin a écrit en finale : D'un point de vue strictement sonore, c'est superlatif. La prise de son est d'un rare raffinement : extrêmement analytique, chaleureuse de timbres, précise (quelle acoustique géniale !), dynamique. Évidemment, il y a quelques bruits parasites, ce qui est inévitable avec ce type de prise de son fractionnée (car les micros sont très près des instruments). En plus, l'orchestre est tout simplement sublime : des bois doux et chantant, des cordes moelleuses à l'envi, des cuivres qui se comportent comme les grands frères bienveillants des bois, des percussions qui transforment le moindre «schling» en touche de peinture sur un tableau impressionniste. Du coup, confortablement installé dans ce bain sonore, j'avoue me sentir bien et ne pas me poser trop de questions. La mise en place est exemplaire et ce malgré des tempi plutôt rapides (qui, curieusement, n'appellent pas forcément la danse). C'est sérieux, presque autoritaire, mais ça fonctionne très bien comme ça.
Note:10, Clas.:1/9.


Mélomaniac a écrit en finale : décidément, on a écarté aux tours éliminatoires des versions très typées pour ne garder que des lectures qui finalement se ressemblent, me convainquent sans me combler. Je ne vois guère à reprocher ici, le résultat est élégamment peaufiné, délicatement suggestif –comme Bragelonne, mais en moins enchanteur en raison d’un suc plus insidieux. Toutefois à cet impressionnisme un brin vénéneux je préférerais l’imprévu du théâtre.
Note:7,5, Clas.:5/9.


Anaxagore a écrit en finale : Là, j’ai reconnu la version. Orchestre très beau, pas trop mal enregistré. La lecture est nettement plus rapide que les concurrentes et la mise en place est supérieure. C’est assez remarquable, mais un peu impersonnel.
Note:8,5, Clas.:5/9.


DBL a écrit en finale : Bel orchestre comme pas mal de versions de cette finale. Par contre j'ai l'impression d'être resté sur le quai. Les transitions entre certains passages sont peu expressives et cela nuit à ma cohésion. Peu d’émotions.
Note:6, Clas.:7,5/9.


En 4e :
Le Schtroumpf Bêta = Zircon = Treville (13,39/20) =
Eötvös (BBC SO) 2003.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment. Version très bien exécutée dans le détail, à part des trompettes parfois un peu disgracieuses. C'est très vif et contrasté, j'aime bien. A partir de 3'35, le hautbois plante 3 fois de suite des ré# au lieu de ré bécarre dans sa guirlande de triple croches, ce qui détruit évidemment l'harmonie malheureusement. Presque trop de contrastes de tempi finalement, ça devient un peu trop séquentiel. Une belle version toutefois, mais je ne suis pas complètement emporté.
Note:7,5, Clas.:3/9.


Senthinel a écrit en finale : cette version est un peu inégale, pas toujours en veine. Mais alors quand elle l'est, l'énergie de l'ensemble emporte tout sur son passage. Il y a une vrai unité de l'ensemble même si au niveau de l'orchestre, je n'aime pas les cuivres qui sonnent bizarrement, c'est assez désagréable. Finalement, c'est une version très poétique, on se laisse bercer par le rythme imposé par le chef. J'aime l'originalité de cette interprétation dont on peut déplorer un peu l'immobilité, mais qui au milieu du reste détonne un peu. J'ai donc le même ressenti qu'à l'écoute de d'Artagnan, c'est à dire qu'en plus du plaisir que je ressens normalement à l'écoute de cette œuvre, s'ajoute celui d'aimer une interprétation un peu plus audacieuse et originale que les autres, ce qui comble un peu les inégalités indéniables de cette version qui alterne les moments de génie et les autres bien fades.
Note:7, Clas.:5,5/9.


Draffin a écrit en finale : Prise de son honnête, assez sèche, dans une acoustique un peu quelconque. Certains pupitres sont un peu «écrasés», notamment les anches doubles. La primauté est donnée aux cordes (un peu anonyme d'ailleurs). Le chef mise tout sur les contrastes, les ruptures de caractère, la surprise. Les tempi peuvent être tantôt vifs, tantôt traînants ; le ton tantôt badin (voire pataud), tantôt subtile. Je suppose que ces choix suivent la scénographie du ballet. En ce sens, on a donc une version un peu surjouée. Néanmoins, le plaisir est bien présent et on sent que les musiciens s'amusent. Simplement, au sein de cette sélection finale, ces qualités font un peu pâle figure.
Note:7, Clas.:7/9.


Mélomaniac a écrit en finale : Comme Bragelonne le propos privilégie l’évocation, et parle une langue très châtiée quoique beaucoup plus désinhibée que Fouquet : le contrôle des phrasés épouse des fluctuations agogiques qu’on n’entend pas chez les concurrents. Cette liberté dans la gestion du tempo contribue à une spontanéité qui reconsidère l’œuvre dans sa fantaisie jaillissante, sans que ces largesses ne décousent la trame : le chef sait où il va et gère sa matière orchestrale avec autant de tact que de sensibilité. On a entendu aux tours précédents des baguettes qui exacerbaient la dimension chorégraphique du spectacle, ramené au plancher de scène, ou en épiçaient la palette. Ici c’est la poésie qui domine : son imaginaire n’est pas celui de l’enchanteur Bragelonne, mais d’un troublant onirisme où se répondent les sons et les parfums qui flottent sur le cours. On me dira peut-être, partoche à l’appui, que cette interprétation n’est pas la plus exacte. Mais c’est celle qui m’a emporté le plus loin, rêvant l’œuvre pour mieux en restituer l’esprit ludique.
Note:9,5, Clas.:1/9.


Anaxagore a écrit en finale : L’orchestre est bon et n’est pas trop mal enregistré. Vision beaucoup plus globale, moins détaillée, exécutée d’un seul geste et qui montre une très grande souplesse dans les tempi. C’est très personnel, très imaginatif et original: une version qui sort du lot. C’est très bon, mais il y a mieux.
Note:8,5, Clas.:5/9.


DBL a écrit en finale : Une entrée de bon allant. Certains passages sont très plaisants mais d’autres décoivent. Assez décousu par moment, les passages ne s’enchainent pas de manière naturelle. Prise de son pas optimale , timbres pas très beaux, manque de relief sur les instruments solo.
Note:6, Clas.:7,5/9.


En 3e :
Le Schtroumpf Sculpteur = Topaze = Richelieu (13,92/20) =
Denève (Royal Scottish National Orchestra) 2012.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment. Ca démarre magnifiquement, la mise en place est remarquable, excellente lisibilité, il faut pousser un peu le volume mais on entend des choses qu'on entend rarement ailleurs (les pizz de violons à 3'18 ou à 4'16 par exemple, le célesta qu'on entend trop peu dans la plupart des versions), tout avance de façon très fluide. Si on veut vraiment pinailler, il manque la première note du trait du 1er piccolo à 4'58. (le ré aigü) Les cordes sont moins chaudes, moins ""romantiques"" qu'ailleurs, j'aime beaucoup les accords à 5'15, vraiment ""doux et caressants"" comme demandé par Debussy. Du coup l'équilibre avec les bois est vraiment idéal, par contre on peut trouver les trompettes parfois un peu lointaines. On peut regretter les harpes vraiment trop faibles tout de même. A partir de 14'25 on n'entend pas du tout les double-croches de cymbales du coup ça donne un rythme beaucoup plus trivial entre triangle et tambour de basque. A part ces quelques détails je suis vraiment en admiration devant cette version, le chef a l'intelligence de mettre les cordes vraiment en sourdine quand il le faut, et ménage de beaux contrastes, et de superbes vagues sonores lors du point culminant final. Clairement ma version préférée avec la Tilson-Thomas éliminée au 1er tour.
Note:9,5, Clas.:1/9.


Senthinel a écrit en finale : il y a des moments assez délicieux, les passages lents sont la plupart du temps très bien menés. Dans cette version aussi, j'ai l'impression d'entendre des choses que je n'avais pas entendu auparavant. C'est un peu scolaire en revanche, on dirait que le chef coche des cases : allez maintenant harpe, allez maintenant les cordes, etc. C'est une version d'une grande qualité, mais dans une finale avec un niveau que je trouve très élevé, ce manque de cohésion de l'ensemble et d'audace du chef ne m'emporte pas toujours, même si cette version me plaît beaucoup.
Note:7,5, Clas.:5,5/9.


Draffin a écrit en finale : Une prise de son naturelle, précise, qui sonne avec ampleur mais sans ostentation. Dès le début, on sent une concentration, une fébrilité inquiète (pulsation instable, nuances très marquées). La danse s'installe rapidement, mais pas durablement, comme si le chef avait adopté un projet plus vaste dans lequel l'action théâtrale n'est qu'une des composantes. Après les premières minutes (vraiment exemplaires), le choix d'un tempo très lent et d'une lecture plus contemplative me laisse dubitatif : je décroche un peu et j'attends que ça redémarre. Cette froideur semble venir d'un léger manque de lâcher-prise : la direction se veut millimétrée, presque objective. La deuxième moitié de la pièce emporte mes réticences : les passages rapides sont toujours très convaincants et il y a une vraie poésie qui se dégage de l'ensemble. On entend une vraie écoute inter-pupitre, une intelligence collective, des couleurs à la fois variées et cohérentes. Bref, une version qui prend des risques (calculés) et qui interroge. Pourquoi pas !
Note:9, Clas.:4/9.


Mélomaniac a écrit en finale : il faudrait scruter avec la partition les menues différences avec D’Artagnan et Aramis dont la physionomie me semble très similaire. Un peu plus de tempérament que ce dernier, d’intelligence que D’Artagnan, mais ce genre d'exécutions déshydratées et focalisées sur le détail m’ennuie.
Note:5,5, Clas.:7/9.


Anaxagore a écrit en finale : Prise de son un peu lointaine et réverbérée. Très, très bel orchestre, luxueux, que j’ai peut-être reconnu. J’ai donc sans doute aussi identifié la version. Le tempo est plutôt modéré et la lecture très détaillée, avec beaucoup de finesse. C’est très bien. Mais il y a mieux.
Note:8,5, Clas.:5/9.


DBL a écrit en finale : Ambiance douce avec de beaux passages, mais l’ensemble manque d’unité pour captiver mon attention d’un bout  l’autre. Manque de caractère.
Note:7, Clas.:5/9.


En 2e :
Le Centième Schtroumpf = Serpentine = Bragelonne (15,31/20) =
Baudo (LPO) 1986.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment, que je n'avais pas adoré. C'est beau, très ouaté, pas hyper détaillé mais rien ne manque. Tempi très bien pour le début. J'entends un peu le chef grommeler, ça m'embête. La prise de son est quand même un peu trop réverbérée et manque de détail, de précision. (les notes rapides de trompette brouillées par exemple à 5'47) Même le célesta est un peu opaque. A 5'58, on n'entend pas la tierce des 2 premiers accords. A 7'46, ça me paraît beaucoup trop rapide, du coup ça manque de précision et le chef ne peut pas ""animer peu à peu"" comme c'est demandé par la suite. A 9'06 je trouve que c'est trop rapide, ça manque d'alanguissement. D'une manière générale je trouve que c'est une version qui n'est pas assez aérée, aérienn , ça concerne autant la prise de son que les tempi. Tout s'enchaîne un peu trop rapidement à mon goût. Bref, pas du tout une mauvaise version, mais cela manque pour moi d'abandon, de légèreté, et de détail dans la prise de son.
Note:6,5, Clas.:8,5/9.


Senthinel a écrit en finale : pour le coup, contrairement à la version précédente, je n'aime pas vraiment la prise de son. Les bois sont sous-exposés dans les passages d'ensemble. Pour le reste, c'est une version magnifique, j'ai eu l'impression de redécouvrir certains passages qui me paraissaient sans grand intérêt dans la plupart des autres versions. La complexité de ce ballet, de sa sensualité, de son mystère mais aussi de son énergie sont parfaitement mises en valeur. C'est une version remarquable
Note:9, Clas.:1/9.


Draffin a écrit en finale : Prise de son très aérée, élégante, privilégiant l'homogénéité au détail. Ça sonne bien mais on peut regretter que les bois et la harpe soient un peu perdus en fond de salle. Vu le projet musical du chef, une prise de son plus analytique aurait mieux convenu. Passons. On a là une lecture fine de l'œuvre, honnête dans la mise en place, avec des choix de tempi cohérents. Ses points forts sont les passages rapides en tutti, assez grisants. Par contre, ça manque vraiment de climat et de mystère partout ailleurs.
Note:5, Clas.:8/9.


Mélomaniac a écrit en finale : c’est prouesse d’ainsi coller au texte tout en se permettant une telle variété de caractérisation, unifiée par le talent narratif. L’œuvre s’anime comme une transition ininterrompue où les scènes s’enchainent avec la magie du kaléidoscope. La perspective est un peu lointaine, mais sans défaut de relief. Et la spatialisation contribue au chatoiement de ce creuset de couleurs dont le pouvoir de fascination, après le factualisme d’Athos, réenchante ces Jeux comme un conte de fées. Ne manquerait qu’un surcroît de présence scénique pour ne pas oublier l’argument de ce ballet qui doit rester réaliste malgré la subtilité de son langage.
Note:9, Clas.:2/9.


Anaxagore a écrit en finale : J’ai reconnu Serpentine que j’avais bien appréciée lors du premier tour. La prise de son est un peu trop réverbérée, mais cela me dérange moins que la première fois. L’orchestre est excellent, même virtuose. Cela a beaucoup de corps et de sensualité. Le chef offre une vision très contrastée, tant sur la plan agogique que dynamique. C’est très équilibré et supérieurement réalisé. Puisqu’il faut bien choisir un gagnant, je choisis Bragelonne, mais j’aurais pu tout autant choisir les deux suivantes.
Note:9,5, Clas.:1/9.


DBL a écrit en finale : Jeux souple et rond, bien nuancé. Le son et les timbres sont beaux. L'interprétation correspond bien à ce qu'on attend d'un ballet. Beaucoup de poésie. Très bien.
Note:10, Clas.:1/9.


Le grand gagnant de la finale :


Le Schtroumpf Peintre = Aventurine = Fouquet (15,75/20) =
Dutoit (Montréal SO) 1989.flac


Xavier a écrit en finale : Version déjà entendue précédemment. Ca démarre très très bien. Version équilibrée, assez vive mais sans être précipitée, un tout petit peu trop de réverbération dans la prise de son et les cordes sont un peu trop avantagées à mon goût. Sinon j'aime bien comment cela avance, de façon très naturelle, mais cette version ne propose rien de très personnel ou de très marquant. Tambour de basque perdu entre 7'55 et 8', en dehors de cela, mise en place impeccable. Bel orchestre. A 14'03, cymbale inaudible dans le rythme combiné avec le triangle et le tambour de basque. C'est quoi ce cluster à 15'55?? Il y a des sol bécarre dans l'accord, très embêtant. Beau produit de studio dans l'ensemble, mais qui manque un tout petit peu de finesse et de lisibilité.
Note:6,5, Clas.:8,5/9.


Senthinel a écrit en finale : j'aime beaucoup l'orchestre dans cette version. Les cordes sont parfaites, tantôt très douces et sensuelles, tantôt mordantes. Le chef met en valeur chacun des thèmes: énergique dans les passages très expressifs; élégant et mystérieux dans les passages plus lents. Une version qui m'enthousiasme et que je reconnais(c'est la seule d'ailleurs car je suis absolument incapable de reconnaître les versions écoutées auparavant) car je l'ai écouté et je crois apprécié au tour précédent.
Note:9, Clas.:2/9.


Draffin a écrit en finale : Magnifique prise de son, très enveloppante, avec du relief, de la dynamique, un beau grave. Et la précision n'est pas sacrifiée pour autant. L'orchestre n'est sans doute pas le plus beau de la confrontation mais il a du charme, du caractère. On sent un soin immense porté au mouvement, à l'articulation, à la direction globale de la pièce. On peut regretter une échelle de dynamique un peu restreinte. Ça danse vraiment (notamment grâce à un choix de tempi très fluides) et l'auditeur est entraîné physiquement dans l'action sonore.
Note:9, Clas.:3/9.


Mélomaniac a écrit en finale : encore un témoignage très maîtrisé, sans accroc, qui rappelle qu’on est en Finale. Le lissage des textures, le contrôle des dynamiques en strates s’avèrent très impressionnants, surtout qu’ils s’agrègent par une linéarité sur la corde raide. Dès le début, on sent une impatience qui contribue à un constant suspense. Le discours ne respire guère mieux que chez D’Artagnan et Aramis, mais le chef parvient à insuffler sinon la vie du moins une tension narrative qui atteste d’une puissante conception d’ensemble. Je préfère toutefois des incarnations moins parfaites et plus vivantes.
Note:8,5, Clas.:3/9.


Anaxagore a écrit en finale : Très belle version, mais moins bien enregistrée. L’orchestre excellent y a moins de corps et d’impact, mais beaucoup de sensualité. Lecture très fouillée de la partition, mais moins contrastée que la précédente. Grande continuité dans les tempi. C’est remarquable. J’aime beaucoup.
Note:9, Clas.:2,5/9.


DBL a écrit en finale : Jeux de l'orchestre très propre et précis. Le décor est bien décrit. Prise de son excellente. Le chef donne des impulsions bien placées pour relancer le discours là où il faut. Une version très cohérente et agréable.
Note:9, Clas.:2/9.


J'adresse pour finir un GRAND merci à tous les participants, en espérant que vous avez pris plaisir à cette écoute et avez découvert des versions sur lesquelles vous reviendrez avec plaisir  coucou


Dernière édition par Pipus le Jeu 24 Déc 2015 - 8:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 22:30

Pipus a écrit:

Quelle idée j'ai eu de planifier la finale juste au moment de Noël, déjà que c'est la course


Espérons que tu n'as pas loupé la préparation de tes foâgras, tes invités du réveillon t'en voudront éternellement Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 22:36

hehe Cette année je suis invité. A la place des foâgras, ce fût donc opération grocâdo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22820
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 22:55

Smile Hormis Bêta/Tréville que j'ai noté un peu différemment (2,5 points d'écart), je constate (avec un certain soulagement) que mes commentaires et notes sont très similaires pour les versions que j'ai entendues aux trois tours.

Notamment, j'ai admiré avec constance la version qui finit en seconde place, et qui s'avère ma préférée (Baudo/London Philharmonic), que j'avais respectivement évaluée 9 (Centième), 10 (Serpentine), 9 (Bragelonne).

Dutoit chez Decca finit sur le podium, c'est David qui va être content hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80639
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Mer 23 Déc 2015 - 23:08

Merci Pipus!

Je suis surpris que Dutoit, auquel je n'avais pas du tout pensé, arrive en tête.
Pour moi c'est une bonne version, sans excès, très propre, une bonne version d'approche disons, mais sans intérêt particulier...

Pourquoi as-tu changé les notes d'Anaxagore? (il a mis 6/10 à Märkl par exemple, pas 2!)
Ca ne correspond pas du tout à ce que je lis dans ses commentaires de la page précédente et j'imagine que ça a des répercussions sur le classement final...

J'ai redécouvert Denève que j'avais dû écouter une seule fois distraitement, pour moi c'est vraiment une version exceptionnelle, tout comme Märkl d'une certaine façon même si ça reste un parti-pris très clivant et particulier, qui ne me convainc pas totalement.
Sinon, confirmation que j'adore Tilson-Thomas et Bernstein aussi dans un genre plus débridé et légèrement hors-sujet.
Boulez pour moi définitivement trop raide et précipité dans cette oeuvre.
Eötvös bonne surprise mais je ne trouve pas que ce soit une version exceptionnelle non plus.
Pour finir je ne comprends pas du tout ce que beaucoup (4 auditeurs sur 6 pour cette finale) ont trouvé de remarquable à Baudo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaxagore
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1322
Age : 52
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Jeu 24 Déc 2015 - 3:38

Merci à toi Pipus pour tout ce travail mains  ...

Je suis moi aussi surpris par les résultats Shocked  ... Je n'avais pas du tout pensé à Dutoit pour Fouquet et encore moins à Baudo pour Bragelonne. Et certainement pas à Gergiev pour D'Artagnan Shocked. Belle surprise avec Denève pour Richelieu, que je n'avais pas bien identifié contrairement à ce que je dis dans mon commantaire hehe . J'y suis très élogieux pour l'orchestre écossais Laughing  ... J'avais reconnu Boulez et Cleveland, que je trouve bien impersonnels dans cette confrontation. J'oublierai Märkl trop lent pour moi et Maazel qui minaude. Et Saraste en soi pas mal du tout est vraiment enregistré de trop loin.

Je regrette moi aussi l'absence de Bernstein que j'aime beaucoup dans cette oeuvre.

En tout cas, je vais enrichir ma discothèque, qui, pour Jeux, était assez pauvre jusqu'ici Smile .

Comme Xavier, je ne comprends pas trop ton report de mes notes ... Rien ne correspond hehe  Mais j'imagine qu'il y a une explication.

Encore merci à toi pour ce travail lourd de préparation et bonne fête de Noël Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Jeu 24 Déc 2015 - 8:44

Oh la la, toutes mes excuses Anaxagore, c'est réparé Embarassed J'avais mélangé tes classements et des notes (auxquels j'applique la formule 10-note pour avoir un classement final dans le bon ordre, c'est-à-dire que le premier a un classement de 1 alors que dans les classements individuels c'était le sens inverse).

Ca ne change rien au classement, ouf !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Resigned
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1182
Age : 34
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Ven 8 Jan 2016 - 14:57

Bonjour Pipus, je voudrais m'excuser d'avoir fait faux bond pour la finale, mais je n'ai pas réussi à m'en sortir en décembre.
Merci en tout cas pour ton beau travail!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2906
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   Ven 8 Jan 2016 - 18:02

Pas de soucis Resigned, mon planning de finale était mal choisi. C'est déjà super d'avoir pu apporter ton aide sur les autres tours mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecoute comparée : Debussy, Jeux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecoute comparée : Debussy, Jeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Ecoute comparée : Debussy, Jeux
» Ecoute comparée: Debussy - 3 Chansons de Bilitis
» Ecoute comparée - Liszt : sonate en si mineur, S. 178
» Ecoute Comparée - Bach - Partita n2 BWV 1004
» Beethoven - Sonate n.30 op.109 - Ecoute Comparée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique (Divers)-
Sauter vers: