Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 William Byrd (1540-1623)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 12:28

J'ouvre un topic séparé pour ce compositeur car à mon avis il le mérite, et surtout je ne pense pas que ça rentre dans la période baroque.

Voici un compositeur qui m'avait attiré par quelques pièces, notamment l'Ave Verum, absolument sublime.

J'ai écouté dernièrement les 3 messes ainsi qu'un CD de musique instrumentale, et ça a confirmé que c'est une musique qui me touche bien plus que n'importe quel compositeur baroque.

C'est harmoniquement très intéressant, modal bien sûr, mais avec toutes sortes de fausses relations ambigües. (cf l'extrait que j'avais mis dans le dernier Blind test)

Les pièces lentes sont très belles, d'une grande intériorité, celle où la richesse harmonique est la plus présente.
Et puis il y a des pièces dansantes, notamment dans les instrumentales, avec les violes et les flûtes qui rappellent immanquablement les tavernes de Baldur's gate. Laughing

Il faudrait sans doute que je me plonge également dans les autres anglais de l'époque, à commencer par Dowland certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 13:25

Il faut connaitre ca:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 13:26



Tout aussi magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 13:35

J'aimerais bien que ça ne devienne pas un topic à pochettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 60
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 13:52

J'étais en train de chercher la pochette d'un très bel album de clavecin de William Byrd (par Davitt Moroney, chez Harmonia Mundi), intitulé Pavanes & Gaillardes. Très beau, très virtuose, d'une grande hauteur de vue. Pas trouvé... Sad

Sinon, il y a ça :



Mais il ne doit pas s'agir du même enregistrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:06

Xavier a écrit:
J'aimerais bien que ça ne devienne pas un topic à pochettes.

Mieux vaut une image qui résume tout qu'un long discours fatiguant à lire. Mais ce n'est que là mon avis.

Et puis sur Byrd y'a pas de mines d'informations non plus. Si tu en sais plus je serai très heureux de te lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:10

Jorge a écrit:

Mieux vaut une image qui résume tout qu'un long discours fatiguant à lire. Mais ce n'est que là mon avis.

Ben le forum est fait pour ça, discuter des compositeurs, des oeuvres, et des enregistrements dans la rubrique Discographie.
Mettre une pochette sans même dire en quoi c'est bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:11

Jorge a écrit:

Et puis sur Byrd y'a pas de mines d'informations non plus.

C'est pas tellement la question; c'est sa musique qui m'intéresse, pas sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:24

C'est une musique que je n'aime pas mais les interprétations superbes. Leonhardt dans son jeu finement articulé installe une ambiance de mystere. Tout en retenue il déroule les notes comme un long fleuve tranquille. Les notes coulent lentement et humblement. Point de frivolités, une rigueur toute protestante; une maîtrise d'un art absolue. Son jeu, travaillé depuis des dizaines d'années nous porte vers une profondeur et recueillement unique, que seul lui, il sait installer. C'est dire combien on se laisse porter, bercer par cette musique enchanterre et chiantissime. Le choix du clavecin est une merveille dans son genre. Choix parfaitement assumé. Un son tout ce qu'il y a de mieux pour ce style de musique. Parfaitement ferrailleur avec une pointé d'acidité et de verdeur. Mais la hauteur de vue rétablit ses vraies qualités de sorte que on oublie les cadavres qui baisent sur le toit pour se laisser entrainer vers la douceur de la mort et de langueur que distille cette musique. Mort que semble, un tant soit peu, ressentir Leonhardt qui, au seuil de la fin de sa vie nous abandonne ici un magnifique enregistrement. On en oublie le moment présent et on finit tant bien que mal par se laisser emporter dans l'ile deserte Byrdienne. Ile aride de style et de mélodie. On semble tourner en rond? Que diable, on en a que faire! L'étendue que déploit le compositeur se limite à quelques malheureuses octaves mais on s'y plait et s'y complait. Et c'est ici que le choix du clavecin blesse, on aurait preferer une épinette toujours trop rare en enregistrement pour marquer toujours plus l'intimité fervente de cette musique. Non, ce choix est deliberé et parfaitement assumé. Trascendé même par un jeu hors du commun et inoubliable tracé à force de volonté de caractère durant un parcous professionnel artistique hors du commun. Car cette fluidité est unique en son genre et elle est, entre autres, la marque de fabrique du maitre hollandais. Allez, doucement, on ferme les yeux sur l'ennui mortel qui nous assaillent pour se cantonner à apprecier la finnesse et la sensibilité du jeu. Raffinement extreme c'est un fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:29

Donc si on résume ce que tu penses de cette musique, c'est "chiantissime"?

Je trouve ça tellement plus riche et profond que la plupart de la musique baroque; oui ce n'est pas brillant, rarement virtuose, si c'est ce que tu cherches... plus retenu, plus intérieur, plus complexe aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:32

Xavier a écrit:
Donc si on résume ce que tu penses de cette musique, c'est "chiantissime"?

Comment résumer? Tout ce long flot de paroles était donc inutile? Voila la démonstration de ce que j'avançais. Une pochette, une ligne d'explication suffisent (pour le coup je l'ai oubliée mais d'habitude je joins toujours une appreciation).

Quant à mon sentiment, je dirais qu'il est plus nuancé. J'aime beaucoup ce style en fait, mais il faut completement s'imerger dans la musique ce que je n'ai pas trop le temps de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:36

Jorge a écrit:

Comment résumer? Tout ce long flot de paroles était donc inutile? Voila la démonstration de ce que j'avançais.

Tu as plus parlé de Leonhardt que de Byrd, m'enfin.
Parce que dire que c'est "aride de style et de mélodie" ne me semble pas très sérieux.
Et dire que sa musique n'utilise que quelques octaves, qu'est-ce que ça veut dire? Qu'il reste beaucoup dans la tessiture médium?

Jorge a écrit:

Quant à mon sentiment, je dirais qu'il est plus nuancé. J'aime beaucoup ce style en fait, mais il faut completement s'imerger dans la musique ce que je n'ai pas trop le temps de faire.

Ah, tu ne trouves donc pas ça "chiantissime". Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorge
Caliméro baroqueux
avatar

Nombre de messages : 6307
Age : 29
Localisation : Strossburi
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:38

Non c'était pour contraster un peu dans cette logorrhée.

C'est mysterieux, prenant, on se laisse agréablement bercé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 118
Age : 60
Localisation : Jemappes
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 20 Mai 2006 - 14:57

Xavier a écrit:
J'aimerais bien que ça ne devienne pas un topic à pochettes.
D'accord, mais ça peut être une façon comme une autre d'entamer une dicussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mqcd-musique-classique.com/
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 21 Mai 2006 - 0:04

Jorge a écrit:
Voila la démonstration de ce que j'avançais. Une pochette, une ligne d'explication suffisent

Regarde ce qu'a fait Vartan pour Webern par exemple, je ne suis pas sûr que ça ne soit pas plus efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-A-M de Glédel
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1512
Age : 30
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 11/08/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 11 Aoû 2007 - 22:38

Je ne sais pas si quelqu'un s'est penché plus profondément dans la musique de Byrd...
Il faut déjà savoir que Byrd est un compositeur, maître de la chapelle royale du Royaume d'Angleterre alors en pleine effervescence pour la religion Anglicane, alors qu'il penche plus pour la musique sacrée de l'office romain.

mais le Complete Keyboard Music de Davitt Moroney est un travail colossal, les pièces parfois jouées à l'orgue, au clavicorde, au virginal ou au clavecin (bien qu'il me semble que Byrd les a toutes conçues à la base pour virginal) sont d'une grande diversité d'inspiration.

Sinon, pour étayer une discographie de Byrd, il convient de se procurer des motets de ses 2 Sacrae Cantiones, les 3 messes et son Great Service.
Je connais les versions du Tallis Scholars dirigé par Peter Phillips qui sont de très bonne qualité.


A voir comme compositeur à la cour anglaise de l'époque, Thomas Tallis, John Dowland et Orlando Gibbons pour les plus importants!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryzstof
Mélomane averti


Nombre de messages : 233
Age : 117
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Lun 22 Oct 2007 - 18:23

Le disque de Bertrand Cuiller est excellent, un enregistrement majeur dans la discographie du compositeur selon moi. C'est de la pure poésie, du Shakespeare façon clavecin et virginal. Les instruments choisis sont un ravissement de tous les sens, et surtout le clavecin : rond, flûté et chaleureux, presque aquatique et harpé, un timbre d'une toute autre sphère que celui des instruments du XVIIIème. J'ai plus de mal avec le son pincé des virginals pour prononcer une critique intéressante, mais le jeu du musicien est si chantant et la musique si envoûtante que cela ne m'empêche pas de les écouter en boucle. A noter aussi l'accoustique merveilleuse des lieux, qui met si bien en valeur les résonances si caractéristique des cordes pincées (enfin, je parle d'accoustique avec un air pédant, mais c'est peut-être plutôt la prise du son qui est excellente, où l'instrument en lui-même qui résonne davantage que les autres...).

Je n'aime pas l'intégrale de Monrey dont on a parlé à plusieurs reprises ici. L'alternance orgue et instruments à cordes punaisées est peut-être historiquement justifiée mais esthétiquement elle me paraît de mauvais goût, et ni le jeu ni le timbre des instruments ne me conviennent. Sec, pincé, parfois empressé... Non, vraiment, j'admire l'acte mais je n'aime pas. Je me suis jeté sur cette boîte après avoir découvert Byrd à travers le disque de Cuiller, et j'ai été fortement déçu.

J'ai hâte d'entendre la version de Leonhardt, et que Xavier ou d'autres me donnent des références pour les « ensembles de violes » Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 4 Nov 2007 - 1:08

Le disque que j'ai c'est l'ensemble Fretwork, avec Emma Kirby pour le chant.



J'ai trouvé ça magnifique mais sinon je n'ai pas d'autres points de comparaison... Peut-être quelqu'un d'autre. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kryzstof
Mélomane averti


Nombre de messages : 233
Age : 117
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 4 Nov 2007 - 1:10

Merci beaucoup ! J'ai vu ce disque à la bibliothèque, je l'emprunterais la prochaine fois. Je n'avais pas capter qu'il y avait des voix en fait, je cherchais bêtement des disques avec que des violes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 4 Nov 2007 - 1:13

Si je compte bien il y a 5 pièces sans voix dans ce disque. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 4 Nov 2007 - 10:34

Emma Kirkby a un succès phénoménal outre-Manche (la chanteuse favorite du public après Callas et Pavarotti, ou quelque chose dans le genre...).

Dans ce répertoire, ce doit être parfait, surtout que l'accent anglais épouvantable s'entendre moins. Mr. Green Mais tout de même, le gazouillis de cette toute petite voix, à toutes les sauces...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Kryzstof
Mélomane averti


Nombre de messages : 233
Age : 117
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 4 Nov 2007 - 10:44



Autrement, connaissez-vous ce disque ? Vu qu'il y a aussi l'ensemble Fretwork, et qu'il est à peu près au même prix que l'autre, ça me donne vraiment envie de prendre les deux... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 25 Avr 2008 - 9:46

Il a l'air intéressant ce CD. Tu l'as acheté finalement ?

Byrd est un de mes compositeurs préférés.

Je suis très attaché à ce CD :


Pas forcément pour la qualité du consort, mais pour le souffle magnifique qui anime les quelques Consort Anthems (5 voix / 5 violes, je crois).

J'ai longtemps cherché à creuser ce répertoire pour choeur et consort, mais je n'ai pas trouvé grand'chose. Il y a surtout des "consort songs", pièces pour voix solo et consort, dans la discographie, je trouve ça un peu dommage car le mariage choeur - violes est à mon sens beaucoup plus magistral.


Dernière édition par jerome le Mar 17 Juin 2008 - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Strangelove
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 604
Age : 27
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 25 Avr 2008 - 10:48

Tu n'as jamais entendu ses messes ? Le Tallis Scholars en a interprété des références.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 25 Avr 2008 - 16:34

J'aime beaucoup ses messes, elles sont d'un minimalisme à couper le souffle...
Je connais les versions de Summerly & Oxford Camerata, très contemplatives.

Mais j'ai quand même un penchant plus prononcé pour l'entrain et la générosité des consort anthems.
Dans ce créneau, j'ai aussi les Songs of Sundries Natures par le Hilliard chez EMI, mais je n'arrive pas à rentrer dans ces interprétations très plastiques (pour ces oeuvres en tous cas).
J'aime sentir le terroir anglais, la viole qui grince et des voix franches avec ce délicieux accent vieil-anglais !... Dans ce style je trouve le naturel de Tessa Bonner réjouissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 29 Aoû 2008 - 12:48

Petite écoute comparée du In Nomine à 5 n°5 et de la fantaisie à 5 "two parts in one in the 4th above".

The English Consot of Viols (Musicaphon, 1994) :
La préhistoire du consort. Pas de phrasé, une lenteur sans vie, des timbres plats. Un dessus très crin-crin. A décourager le plus inconditionnel des Elisabéthophiles.
Rose Consort of Viols (Naxos, 1992) :
In Nomine seulement. Pas des plus vivants non plus, mais le timbre de l'ensemble a un certain charme intime ; ce sont des instruments renaissance, il n'y a pas de doute. Petite particularité : l'équilibre sonore n'est pas spécialement à la faveur du dessus, c'est assez rare, et plutôt agréable pour une écoute au casque car toutes les voix sont bien présentes. Le Cantus Firmus, pour une fois, n'est pas caché sous le tapis, et sa persistance au long de la pièce apporte un certain souffle.
Phantasm (Simax, 1997) :
Vif, élégant, tempi rapides une grande recherche dans les phrasés qui permet d'individualiser les différents motifs. On sent une vraie reflexion sur les pièces, une volonté narrative (épisodes, nuances). L'ensemble comprend Wendy Gillespie de Fretwork, et surtout Laurence Dreyfus qui est un excellent dessus, n'hésitant pas à vibrer légèrement dans les parties les plus expressives : c'est souvent proche du violon baroque, les aigus sont très justes et bien timbrés. Dans le In Nomine, la verve de l'ensemble me paraît toutefois légèrement excessive ; les motifs évoquant des chants d'oiseaux sont littéralement bondissants.
Fretwork (Virgin 1986, 89) :
Assez vivant, de beaux aigus également, mais après Phantasm ce consort-ci paraît tout de même un peu grêle. Les attaques sont en général assez franches, ce qui dans le meilleur des cas apporte précision et vivacité, mais fait aussi grincer le consort, à la longue c'est plutôt agaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 24 Oct 2008 - 0:09

En musique instrumentale je recommande ce disque:



Skip Sempé, Capriccio Stravagante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapio
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 7577
Age : 29
Localisation : Lille
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 24 Oct 2008 - 0:13

Xavier a écrit:
J'aimerais bien que ça ne devienne pas un topic à pochettes.

hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 24 Oct 2008 - 20:11

Xavier a écrit:
En musique instrumentale je recommande ce disque:



Skip Sempé, Capriccio Stravagante.
Je veux bien quelques précisions, Xavier Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 24 Oct 2008 - 22:48

Ben il est vachement bien ce disque.


Mr. Green


Grosso modo, que des très belles pièces, et j'aime beaucoup comment sonne cet ensemble instrumental.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 24 Oct 2008 - 22:50

ok merci, c'est bien plus clair comme ça Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Mar 1 Sep 2009 - 13:52

J'ai intégré des infos sur Byrd au fil Consort Musicke.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 1 Avr 2010 - 12:29

Je découvre sa très belle musique pour clavier avec des pièces extraites du Fitzwilliam Virginal Book. J'ai été en particulier séduit par The Carmans Whistle et surtout The Bells avec ses chouettes effets de résonance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 1 Avr 2010 - 12:49

Ces pièces descriptives sont parmi les moins profondes, mais je trouve aussi qu'elles ont un charme. Un charme naïf.
Dans un style plus riche, as-tu écouté My Ladye Nevels Grownde, The Maidens Songe, Hughe Ashton's Grownde, les 10 Pavians/Galiards ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 1 Avr 2010 - 13:32

Oui, exactement, beaucoup de caractère, un vrai charme même si je conçois que musicalement, elles ne vont pas très loin. J'ai aussi écouté une Fantasia in C, The Woods so Wild, The Queene's Alman, Lavolta et Ut, Ré, Mi, Fa, Sol, La.

Tu as de recommandations en ce qui concerne les CDs? J'ai repéré Moroney, Ayrton et Staier entre autres (ou on ouvre un sujet discographique?).


Dernière édition par Cello le Jeu 1 Avr 2010 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 1 Avr 2010 - 13:33

J'ai l'intégrale Moroney (qui alterne sur beaucoup d'instruments différents, c'est agréable), je ne connais pas les autres. C'est surtout par le déchiffrage que je me suis familiarisé avec ces pièces, en fait. Donc, pas de conseil très avisé à te donner, désolé. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82373
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 1 Avr 2010 - 16:12

Moroney n'est pas superlatif musicalement, mais c'est un document passionnant pour l'instrumentarium d'époque. Après ça, de toute façon, le renouvellement de Byrd n'est pas abyssal non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Lun 19 Avr 2010 - 10:04

jerome a écrit:
J'ai l'intégrale Moroney (qui alterne sur beaucoup d'instruments différents, c'est agréable)

DavidLeMarrec a écrit:
... mais c'est un document passionnant pour l'instrumentarium d'époque.

Je viens d'écouter le disque de Moroney extrait de l'intégrale dont jerome parle plus haut.



Je suis comblé, c'est superbe. Encore une fois, ce sont les pièces "de caractère" qui m'ont le plus séduit: Go from my Window, The Bells, The Carman's Whistle, The Battell (The Trumpetts), Have with Yow to Walsingame, toutes vraiment pleines de charme. Cela dit, l'ensemble des oeuvres reprises sur le CD vaut le détour.

Et puis comme cela a été dit, la très bonne idée de Moroney a été de faire alterner divers instruments tout au long du programme (clavecin, virginal, clavicorde, plusieurs orgues). Au final, on a vraiment une palette de sonorités nettement plus large que ce à quoi je m'attendais, surtout avec les registrations. Cela donne quelques résutats étonnants comme le virginal qui vrombit très à propos dans The Trumpetts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Dim 6 Mar 2011 - 21:37

Les récentes rééditions des Tallis Scholars permettent d'avoir en un double-album économique (mais avec notice et textes traduits en français) les pièces essentielles de la musique vocale de Byrd.

Ce double reprend intégralement les albums suivants (avec en plus quelques pièces enregistrées pour la BBC) :



Le premier album comporte les trois messe et les motets "Ave verum corpus" et "Infelix ego", présentant ainsi le versant catholique de la production de Byrd. Ces messes ont écrites alors que le rite catholique était prohibé en Angleterre, ce qui n'a pourtant pas empêché Byrd de les signer de son propre nom.
L'écriture est d'une concision remarquable (le texte des Kyrie n'est jamais répété, une seule scansion est donnée), avec un contrepoint extrêmement intense permettant de montrer des couleurs très chatoyantes (on n'est jamais dans une sorte de monotonie palestrinienne). Tous les accidents qui se trouvent dans ces messe en font une musique extrêmement expressive, aux surprises nombreuses (le retard sur le "benedicimus te" du Gloria de la messe à quatre voix et l'enchaînement qui suit est absolument divin).
Les motets qui suivent sont sublimes (l'introduction de l'Ave verum corpus est d'une expressivité incroyable).

Le deuxième disque est lui plutôt consacré au rite anglican avec "The Great Service". Il commence néanmoins avec trois motets catholiques, une nouvelle fois portant à l'extase, avec des ressorts expressifs souvent renouvelés.
Suit un court anthem "Prevent us, O Lord". L'écriture devient légèrement plus austère, avec un contrepoint moins luxurieux, le texte en devient d'autant plus intelligible.
Il en va de même pour "The Great Service", les différentes voix chantent souvent le même texte, il y a beaucoup moins d'enchevêtrements (moins d'entrées sur des strettes aussi). On perd en mystère par rapport aux messes, on sent ici que la piété prime sur l'extase. Bien que l'on ait 10 voix, on n'a pas la même impression de complexité que pour les messes, les voix se répondant souvent par blocs. Le Magnificat rompt un peu avec ceci, proposant une écriture sans cesse plus complexe. Bien que cette musique soit moins colorée, le sens mélodique et des frottements de Byrd reste fabuleux.

L'interprétation est irréprochable, avec des voix très distinctes, bien captées (la réverbération est idéalement dosée), et une magnifique attention aux dynamiques d'ensemble (et puis ces œuvres sont des indispensables de la musique polyphonique).
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Lun 7 Mar 2011 - 9:58

Ah tiens, j'écoutais justement ses Consort Music and Songs sur l'excellent disque Fretwork. Les oeuvres pour ensemble des violes ont beaucoup d'élégance mais je préfère nettement celles de Dowland, plus chargées en émotions. Par contre, ses chansons avec violes sont superbes, en particulier If women could be fair et Lullaby, my sweet little baby.



Tout ça me donne très envie de continuer à explorer sa musique, c'est un compositeur auquel je m'attache de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jerome
Fugueur intempéré
avatar

Nombre de messages : 8868
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Lun 2 Avr 2012 - 10:17

Ophanin a écrit:
Je suis embêté parce que j'adore Byrd mais pas une oeuvre en particulier.
Cello a écrit:
je suis dans le même cas de figure que toi: je le considère comme un de mes 15-20 compositeurs préférés mais impossible de citer une œuvre en particulier.

Je comprends le problème. J'ai quand même quelques pièces fétiches, si ça peut vous inspirer, voici :

O God give ear and do apply (Psalm LV a 5, 1588) - Rooley
Have mercy upon me, O God (Consort anthem a 6 + 5v) - Red Byrd
Christ rising again (Consort anthem a 6 + 4v, 1589) - Red Byrd

Fantasia a 6 n°2 - Phantasm
Fantasia a 5 "Two parts in one in the 4th above"

My Ladye Nevels Grownde
A Fancie - Moroney
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5510
Age : 43
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Lun 2 Avr 2012 - 14:13

En y réfléchissant un peu, je pourrais citer parmi ses pièces de caractère pour clavier The Bells et The Battell ainsi que ses traitements d'airs populaires (Go from my window, Have with yow to Walsingame) ou d’œuvres écrites par d'autres comme la Pavana Lachrymae d'après Dowland.

Dans Consort Songs, il y a les deux que je citais plus haut: If women could be Fair et Lullaby, my sweet little baby.

Peut-être que cette difficulté est due au fait que l'intérêt de sa musique réside dans le traitement du matériau plus que dans ce dernier, surtout dans sa musique pour clavier. On n'a donc moins de repères qui marquent immédiatement, c'est une musique dans laquelle il faut se glisser et se perdre.


Dernière édition par Cello le Mer 17 Oct 2012 - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5036
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Mer 17 Oct 2012 - 0:22

Là j'écoute du Byrd depuis un bon moment (plus précisément les Consort Songs, puis the Great Service et la Messe à 5 voix, chacun dans différentes versions) et je suis assez déçu : comparé à ce que j'ai écouté d'autre de cette période (de Josquin à Schütz en passant par Lassus et Palestrina, sans parler de Gesualdo), je trouve ça plutôt carré et attendu, sans grande sensualité ni enchantement harmonique/mélodique. En fait je n'ai pas l'impression de découvrir grand-chose, je trouve ça joli sans plus... Neutral

Je ne sais si c'est vraiment le compositeur qui est en cause ou le fait que je n'ai pas envie d'écouter ce genre de musique en ce moment; en tout cas je vais passer à autre chose, quitte à y revenir plus tard... Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 80894
Age : 36
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Mer 17 Oct 2012 - 0:24

Il faut écouter les oeuvres instrumentales pour consort surtout. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5036
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Mer 17 Oct 2012 - 0:30

Ok j'insisterai là-dessus alors, mais pour l'instant je vais écouter un peu autre chose parce que j'en ai plein la tête... compress
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 5036
Age : 43
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Mer 17 Oct 2012 - 0:38

C'est bizarre cette musique : même quand on n'accroche pas trop et qu'on en a un peu marre, on a du mal à s'en détacher... (Enfin le fait est que je suis passé à l'instrumental, là, donc tu as sans doute raison. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
xoph
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 1716
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Ven 12 Fév 2016 - 23:32

Si comme moi une fringale vous prend de Byrd... une page c'est peu

Rien n'est perdu cependant Arrow
http://classik.forumactif.com/t3684p20-consort-musicke

et au risque de détourner le fil (en sommeil) vers les jolies pochettes (en l'absence de fil discographique) quelques interprétations -relativement récentes- revigorantes (ou simplement magnifiques) pour clavier

• Contrapuntal Byrd par Colin Tilney*
• Byrd, Bach, Ligeti par Mahan Esfahani

* "ne vous attendez pas à des constructions contrapunctiques, telles que les fugues de Bach. En effet le contrepoint de Byrd est avant tout poétique et narratif, très discret dans le ton et soutenant la mélodie et le geste expressif intime et humaniste plus qu'expressioniste ou métaphysique.
C'est en tout cas, ce que cette approche épurée mais impliquée, minimaliste mais relâchée, classique mais pas lisse, loin des partis pris caricaturaux mais très personnelle, restitue à merveille.
Colin Tilney nous rappelle ici que la discrétion et la modestie de William Byrd, autant que son génie musical, étaient des qualités (qu'il partageait avec Orlando Gibbons) qui provoquait l'admiration de ses contemporains" Nicolas in http://www.amazon.fr/William-Byrd-Oeuvres-clavier-Tilney/product-reviews/B018UPNBMA/ref=dpx_acr_txt?showViewpoints=1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 23109
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Jeu 19 Oct 2017 - 23:30


Ravélavélo, in playlist, a écrit:

Mélomaniac a écrit:

William Byrd (1538-1623) :

First Pavan and Galliard
Hughe Ashton's Ground
Sixth Pavan and Galliard
A Voluntary
Sellinger's Round


= Glenn Gould, piano


(CBS, mai 1967 - avril 1971)

Smile Un "virginaliste" inattendu au piano, et un des sommets dans la discographie du pianiste canadien,
qui de son clavier à malice fait son miel de tous ces raffinements polyphoniques.





Gould a rédigé un texte d'accompagnement pour ce disque qui contient aussi des oeuvres d'Orlando Gibbons.
Ce texte de Gould se retrouve dans le livre de Bruno Monsaingeon (consacré à Gould): Le Dernier Puritain.
Le point intéressant du texte de Gould c'est son explication de la pièce Sellinger's Round: avec un Si ♭ isolé à la fin du morceau. Cette note, selon Gould, se faisant annonciatrice d'un nouveau système harmonique orienté vers la tonalité.
Intéressante aussi sa comparaison: Gibbons est un peu à Byrd ce que Gustav Mahler est à Richard Strauss.



Ravélavélo a écrit:

charles.ogier a écrit:


Je n'ai pas lu ce texte, mais UNE note peut-elle être annonciatrice d'un nouveau système harmonique?


Selon Gould, la réponse serait affirmative.
Il faut lire le texte et écouter la pièce.  
Cette note, d'une durée de deux temps, revêt un caractère primordial mais il faut la resituer dans la pièce et resituer la pièce dans son époque, elle survient comme dénouement de l'oeuvre après une longue série de variations et elle met fin à longue tradition parmi les compositeurs des Tudors.
Placer une note comme ça, à la fin d'une morceau, vous laisse comme suspendu dans le vide et ouvre la voie vers l'inconnu.
Avant cette pièce, ça ne se faisait pas, on aurait jamais osé, mais à partir de ce moment, plus rien ne sera comme avant.
Byrd fait donc preuve d'audace, il innove et sans doute est-ce la raison qui suscite l'admiration de Gould.

/watch?v=xyfZOZwuFM8




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandryka
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 21 Oct 2017 - 7:23

Je suis très impressionné par le disque de Byrd par Arpo Hakkinen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravélavélo
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3595
Localisation : Pays des Bleuets
Date d'inscription : 28/09/2015

MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   Sam 21 Oct 2017 - 16:25

charles.ogier a écrit:

suspendu
C'est exact

resituer la pièce dans son époque
J'avoue: je ne suis pas du tout familier de la musique de la renaissance anglaise, et il m'est impossible de la replacer.

En fait, je ne peux pas apprécier l'importance de ce si♭
Mais,  grâce à lui, je me suis remis dans l'oreille O.Gibbons et de W.Byrd, que je préfère.

Merci.

La signification de cette note suspendue marquerait le passage de la Renaissance au Baroque.
Cette note ne marque pas une révolution musicale, juste un signe précurseur de ce qui va arriver 62 ans après la mort de Byrd avec la naissance de Bach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Byrd (1540-1623)   

Revenir en haut Aller en bas
 
William Byrd (1540-1623)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» William Byrd (1540-1623)
» William Byrd
» Le Fitzwilliam Virginal Book
» William Alwyn (1905-1985)
» William Russo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: