Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yvonne Minton

Aller en bas 
AuteurMessage
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22983
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Yvonne Minton   Jeu 21 Mai 2015 - 22:54

Je suis surpris qu'il n'existe pas de topic consacré à cette mezzo très talentueuse. Les rôles dans lesquels je l'ai entendue en entier sont Mercedes dans Carmen, Clotilde dans Norma, la Dritte Magd dans Elektra, la Zweite Dame dans Die Zauberflöte, Sesto dans La Clemenza di Tito. Je l'ai entendu sinon dans La mort de Cléopâtre sous la direction de Boulez et dans les Rückert lieder sous la direction du même chef. Je connais en partie son Octavian avec Solti.
J'écoute en ce moment sa Brangäne sur l'intégralité du Tristan de Bernstein, je la connaissais déjà par extraits dans ce rôle. J'ai le Ring de Boulez de 1976 dans lequel elle était Fricka dans Die Walküre et Waltraute dans Götterdämmerung, il faudra que j'écoute ces enregistrements en entier car je n'en connais des extraits et pas ceux dans lesquels elle intervient.
C'est une chanteuse qui attache une grande importance aux mots et si elle n'a pas le talent de Christa Ludwig, ni sa carrière ou sa prestance, elle a travaillé avec de grands chefs et c'était une grande artiste. Le timbre n'est pas aussi touchant que celui de Ludwig mais c'est néanmoins une chanteuse qui a toujours quelque chose à apporter au rôle qu'elle aborde, au cycle de lieder qu'elle interprète, etc. Elle est touchante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82584
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 0:10

Minton a enregistré Fricka en studio avec Janowski au début des années 80, c'est vraiment à écouter. Wink
Je te conseille aussi sa Kundry avec A.Jordan (ou Kubelik) et ses Wesendonck lieder avec Boulez.

Je ne suis pas d'accord avec ton dernier paragraphe, personnellement elle m'intéresse et me touche beaucoup plus que Ludwig la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ojoj
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 652
Age : 32
Localisation : Bayonne/Bordeaux
Date d'inscription : 22/10/2009

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 8:56

Je la connais essentiellement dans des oeuvres de musiques sacrées.
Requiem de Mozart avec sir Colin Davis, Messe en si par Munchinger(Mr. Green) , Stabat Mater de Rossini dirigé par Istvan Kertesz, Missa Solemnis version Solti 1
Belle voix en effet thumleft , mais qui ne remplace pas dans mon coeur les Christa Luwig, Janet Baker et autres Brigitte Fassbaender. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22983
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:23

Xavier a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec ton dernier paragraphe, personnellement elle m'intéresse et me touche beaucoup plus que Ludwig la plupart du temps.

C'est une question de sensibilité personnelle. Dans le lied, je ne connais pas encore trop Minton, surtout que j'avais entendu les Mahler sur youtube donc pas le meilleur mode d'approche.
Merci pour les conseils sur les choses dans lesquelles il faut l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8418
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:26

Xavier a écrit:
Je ne suis pas d'accord avec ton dernier paragraphe, personnellement elle m'intéresse et me touche beaucoup plus que Ludwig la plupart du temps.

Je me demande si je ne partage pas tout ou partie de ton avis ; sans doute Minton a-t-elle été moins "polyvalente" que Ludwig (le versant sopranisant "moyen", disons, est moins développé ; alors qu'elle aurait largement pu y prétendre) mais pour une artiste qui affiche un répertoire plutôt similaire (opéra ET estrade), il y a peut-être quelque chose de plus graphique, de plus nerveux ou délié chez Minton (c'est félin, fauve je dirais) qui m'attrape plus que chez Ludwig, finalement. Ou qui m'embarque in petto ; là où Ludwig appelle un peu de cérébralité supplémentaire ?
Si comparaison doit nécessairement être raison (et là où la comparaison est possible, surtout Wink ) ; après tout, je serais une fois de plus adepte du juste milieu et les deux me semblent très bien pouvoir cohabiter et coexister en haut d'un podium où elles pourraient figurer (seules ; exit Troyanos, par exemple) comme deux ex aequo également présentables/fréquentables.
En revanche, à titre strictement personnel et là aussi s'agissant de répertoires qui se frictionnent fortement, je place Minton au-dessus de Baker.
(Ah la la ! Si on avait une Farberin, une Ortrud de Minton et des Sea pictures ou un Dream of Gerontius de Ludwig  bedo !)

aurele a écrit:
C'est une question de sensibilité personnelle.

Ça oui, tu as raison ; mais c'est le cas pour n'importe quel interprète, en fait (aucune valeur valeur objective chez aucun de nous, je veux dire).
En revanche, je trouve que "touchante" la qualifie mal (bon, plus largement, je trouve que ça qualifie mal n'importe quel interprète tongue ...) ; disons que c'est l'une des rares anglophones chez qui je retrouve une universalité qu'elle peut, plus ou moins seule, disputer à Ferrier, justement par des qualités "so british" (et je l'explique mal ; et je ne cherche en fait pas à l'expliquer silent ).


Dernière édition par bAlexb le Ven 22 Mai 2015 - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22983
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:28

ojoj a écrit:
Belle voix en effet thumleft  , mais qui ne remplace pas dans mon coeur les Christa Luwig, Janet Baker et autres Brigitte Fassbaender. Very Happy

Baker me touche moi aussi énormément, grâce à sa sensibilité d'interprète et son timbre mais elle a beaucoup moins chanté d'opéras que Minton et pas les mêmes rôles. Baker fait Vitellia d'ailleurs dans la version de Colin Davis de La Clemenza di Tito et Minton est Sesto. Pour le lied ou la musique sacrée, je ne préfère pas m'exprimer, ne connaissant pas énormément Minton dans ce répertoire.
Fassbaender est une remarquable chanteuse et elles ont un certain nombre de rôles en commun mais en Brangäne, notamment dans les Appels, Minton lui est supérieure. Je parle d'une comparaison Bernstein/Kleiber studio. Elles l'ont d'ailleurs toutes les deux interprétées sous la direction de Carlos Kleiber. En Octavian, je connais Fassbaender dans un live en DVD alors que pour Minton, le plus simple est de se référer au studio de Solti, ce qui est donc forcément différent comme expérience auditive. Le timbre de Fassbaender et celui de Ludwig sont beaucoup plus typés à mon sens que celui de Minton, il y a une signature chez ces deux chanteuses qu'il n'y a pas chez Minton. Néanmoins, on ne peut pas dire que Minton est une interprète lisse. Elle sait ce qu'elle chante, met des intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8418
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:34

aurele a écrit:
Le timbre de Fassbaender et celui de Ludwig sont beaucoup plus typés à mon sens que celui de Minton, il y a une signature chez ces deux chanteuses qu'il n'y a pas chez Minton. Néanmoins, on ne peut pas dire que Minton est une interprète lisse. Elle sait ce qu'elle chante, met des intentions.

A contrario, il y a des voix typées qui font/disent n'importe quoi ; ne racontent rien ; n'ont rien à dire sauf à compter sur le viatique seul d'un "véhicule" rutilant, hurlant et immédiatement reconnaissable. Je veux dire : aucun rapport de cause à effet entre "signature vocale" (et c'est bien univoque, d'ailleurs ; j'ai l'impression de participer à une resucée de "Nouvelle star" hehe ) et profondeur du propos ; ce que tu montres bien, tu as raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3279
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:49

Baker avait un immense répertoire lyrique, probablement encore plus étendu que celui de Minton. Elle a aussi chanté Sesto et Oktavian. En fait, c'était une chanteuse assez imperméable à la question de la tessiture, ce qui rend les comparaisons difficiles.

Ce qui rapproche Ludwig et Minton, à mes oreilles, c'est le sentiment non pas tant de savoir ce qu'elles chantent, que de savoir chanter, tout simplement. Chez l'une comme chez l'autre, l'émission, la projection ont quelque chose d'impeccable, de construit et de fluide à la fois. Mais comme Minton ne s'est pas "arrachée" sur des rôles aigus (enfin, à ma connaissance) elle n'a pas cette touche "soprano dramatique" qu'on entend parfois chez Ludwig et qui vient parfois bousculer ce rendu. Un peu l'équivalent mezzo, pour l'honnêteté, d'une Edith Mathis, finalement.

PS : je suis toujours surpris que bAlexb, la bonhommie faite oreille, ait une dent contre certaines chanteuses comme Troyanos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8418
Age : 37
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 10:58

Francesco a écrit:
PS : je suis toujours surpris que bAlexb, la bonhommie faite oreille, ait une dent contre certaines chanteuses comme Troyanos.

Non non, pas : une dent. J'imagine que je n'ai pas la clé, voilà tout ; et ça n'est pas un jugement de valeur. Quand je disais à Aurélien que toute appréciation, pour tout un chacun, devait être regardée comme strictement personnelle et sans ambition à une quelconque portée universelle, je m'incluais dedans le premier.
Troyanos, j'entends ; je n'écoute pas forcément. Il n'y a pas ce truc, cette aspérité (même en creux ; même par-défaut-d'aspérité, j'ai envie de dire) qui m'accroche, qui peut être susceptible de m'attacher, dans tous les sens du terme. C'est excellemment, supérieurement chanté ; mais c'est... chanté, "seulement" et ça n'a pas la qualité de vécu (ou de capacité-à-l'être, de "vécu-vivable" si je peux oser, pour "moi-simple-auditeur"). Mais ça n'est pas le sujet ici, hein silent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
aurele
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 22983
Age : 27
Date d'inscription : 12/10/2008

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Ven 22 Mai 2015 - 11:00

Toutes mes excuses concernant Baker puisqu'il existe effectivement un enregistrement radiophonique d'une Clemenza di Tito dans laquelle elle interprète Sesto et un live de 1971 enregistré à Glasgow de Der Rosenkavalier avec Dernesch en Maréchale, c'est dirigé par Alexander Gibson. Ce dernier est à la tête de l'Orchestre nationale d'Ecosse. Leur répertoire commun est plus étendu que je ne l'ai écrit : Berlioz pour Marguerite, Béatrice et La Mort de Cléopâtre notamment, Mozart pour Sesto et Dorabella essentiellement, pas mal d'oeuvres de Mahler niveau lied, les Wesendonck, de la musique sacrée aussi. En revanche, Baker a chanté pas mal Haendel, contrairement à Minton, ce qui est une corde de plus à son arc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Lun 25 Mai 2015 - 13:57

bAlexb a écrit:
Francesco a écrit:
PS : je suis toujours surpris que bAlexb, la bonhommie faite oreille, ait une dent contre certaines chanteuses comme Troyanos.

Non non, pas : une dent. J'imagine que je n'ai pas la clé, voilà tout ; et ça n'est pas un jugement de valeur. Quand je disais à Aurélien que toute appréciation, pour tout un chacun, devait être regardée comme strictement personnelle et sans ambition à une quelconque portée universelle, je m'incluais dedans le premier.
Troyanos, j'entends ; je n'écoute pas forcément. Il n'y a pas ce truc, cette aspérité (même en creux ; même par-défaut-d'aspérité, j'ai envie de dire) qui m'accroche, qui peut être susceptible de m'attacher, dans tous les sens du terme. C'est excellemment, supérieurement chanté ; mais c'est... chanté, "seulement" et ça n'a pas la qualité de vécu (ou de capacité-à-l'être, de "vécu-vivable" si je peux oser, pour "moi-simple-auditeur"). Mais ça n'est pas le sujet ici, hein silent !

Pourtant, Troyanos est toujorus très intense ; mais je ressens la même chose : c'est finalement trop sûr, si bien que je ne me sens pas très concerné. Il y a aussi que cette sûreté se paie un peu sur les couleurs (très belles, mais toujours les mêmes) et les mots (un peu lissés et opaques).

Cela dit, ne serait-ce que pour sa Judith… I love you Et là, étrangement, quel naturel verbal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Figaro
Mélomaniaque
avatar

Nombre de messages : 855
Localisation : Quelque part ;-)
Date d'inscription : 08/06/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Lun 25 Mai 2015 - 21:54

Très belle Marguerite dans la Damnation de Faust dirigée par Barenboim.

Par ailleurs, je la trouve très touchante en Sesto et en Chérubin sous la direction de Davis. Par contre sa Dorabella n'arrive pas à prendre vie sous la direction de Klemperer. Cela dit, dans cette version de Cosi, difficile de trouver de la vie, hormis avec la Despina de Lucia Popp.

J'ai souvent été frappé par la similitude de son timbre avec celui de Norman. De très belles couleurs, mais tout en finesse, sans le côté énôÔôrme de Jessye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 19676
Age : 35
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Jeu 4 Oct 2018 - 12:57

A paraître : un recueil des Lieder de Mahler par Yvonne Minton :



Mahler: Das Lied von der Erde
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, René Kollo (tenor), Yvonne Minton (mezzo-soprano)

Mahler: Lieder eines fahrenden Gesellen
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, Yvonne Minton (mezzo-soprano)

Mahler: Das irdische Leben (Des Knaben Wunderhorn)
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, Yvonne Minton (mezzo-soprano)

Mahler: Verlorne Müh' (Des Knaben Wunderhorn)
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, Yvonne Minton (mezzo-soprano)

Mahler: Wo die schönen Trompeten blasen (Des Knaben Wunderhorn)
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, Yvonne Minton (mezzo-soprano)

Mahler: Rheinlegendchen (Des Knaben Wunderhorn)
Chicago Symphony Orchestra
Sir Georg Solti, Yvonne Minton (mezzo-soprano)

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
Walther
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Jeu 4 Oct 2018 - 13:26

Elle a pas mal enregistré avec Boulez (en plus des exemples déjà cités : Pierrot Lunaire et les Gurrelieder chez Sony), et l'a retrouvé dans le rôle de la Comtesse Geschwitz dans Lulu, où elle incarne avec une perversité très troublante cette prédatrice sexuelle lesbienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francesco
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 3279
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Yvonne Minton   Dim 14 Oct 2018 - 18:31

Je suis ébloui par son Chérubin dans les Nozze de Colin Davis. Le souffle est infini (on ne l'entend pour ainsi dire par respirer) et elle habite sans aucun problème musicalement les tempi larges du chef. Il faut entendre vraiment la conjonction entre la richesse, la splendeur même de la texture et la clarté du timbre ... un Chérubin gigantesque, boulet de canon qui fuse dans la folle journée et qui, pourtant, ne parait pas surdimensionné ou trop dense (syndrome Cossotto).

Du reste, le disque entier est une révélation pour moi. C'est merveilleusement dirigé, avec un souffle, une lisibilité, une poésie qui me rappellent un peu Fricsay (ma version favorite) et une beauté des timbres qui rend chaque détail orchestral merveilleusement évocateur.
Du coup, porté par ça et par la théâtralité, j'en oublie les défauts de presque tout le monde (il n'y a rien à oublier pour Minton). La moins dans son élément est Norman en comtesse : le centre de gravité du rôle est trop haut pour elle, ce qui explique sans doute l'absence de raffinement, de fini dans les phrases et l'impression que le souffle est un peu court (le grand air du III en pâtit particulièrement). Le timbre pulpeux fait des merveille (une comtesse qui laisse une épaule dénudée disons) et la grandeur de la voix impressionne, mais l'émission empêche purement et simplement l'émergence des consonnes. Wixell est un aristocrate sûr de son droit, absolument magnifique vocalement (quels aigus et quels graves !), comme toujours, mais qui ne peut ni vocaliser ni même respecter exactement l'écriture de son air. Freni est très bien (aidée par les choix de Davis, son premier air est étonnant, beaucoup plus retenu que d'habitude) même si on sent que c'est trop grave pour elle et elle soutient avec beaucoup de joliesse la ligne des marronniers. ... La révélation c'est Ganzarolli, horrible partout ailleurs, et là d'une méchanceté, d'une amertume, d'une gravité, d'une noirceur peut-être un peu hors sujet, mais vraiment frappantes : un Figaro dangereux ... et révolutionnaire en puissance. Et quasiment sans grimace de basse bouffe italienne. Seconds rôles excellents en plus : Basilio formidable de Tear, un peu eunuque, mais silhouette très caractérisée, Marceline grinçante et très timbrée de Casula (dans la bonne tessiture de quasi soprano, puisqu'elle chante son air ... celui que Von Otter vient encore une fois de dire inchantable par un mezzo qui a assuré le reste de la soirée) ... et même Felicity Palmer qui déborde en paysanne et dont la voix n'a jamais été fraiche ou bêtement jolie mais dont la "signature vocale" (copyright Otello) s'impose en quelques mesures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yvonne Minton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yvonne Minton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blind test 72 - Une nuit à l'opéra -
» Yvonne Loriod
» Melba Moore & Yvonne Gage à Lyon le 2 & 3 Mai 2008
» Dîner dansant du réveillon à Lyon avec YVONNE GAGE
» [Vidéo TV] Reportage sur Yvi P, sosie de Bill et fan de TH - SternTV 07.09.2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: