Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Complexité du français (2)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5588
Age : 44
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Mer 11 Juil 2018 - 15:19

Ce midi, j'ai parlé d'une collègue absente en disant qu'elle "se plaignait de se sentir un peu isolée".

Le sens premier de "se plaindre" étant "exprimer sa douleur, son chagrin", je voulais dire donc : "cette personne regrette, a de la peine d'être un peu seule". Néanmoins, juste après avoir dit cela, j'ai immédiatement pensé que cela pouvait aussi être interprété selon le deuxième sens : "protester, râler".

Comme c'est dans un contexte professionnel, je m'en voudrais de mettre dans l'embarras quelqu'un que j'apprécie, en suggérant qu'elle était mécontente, ce qui n'est pas du tout le cas.

Ma phrase était-elle malheureuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
avatar

Nombre de messages : 82584
Age : 37
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Mer 11 Juil 2018 - 15:21

Je pense que tout le monde aura compris ta phrase dans le 2è sens que tu évoques: se plaindre, "chouiner"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Mer 11 Juil 2018 - 15:25

Ça dépend vraiment du contexte (ce qu'on dit sur elle, comment toi-même tu as l'habitude de parler des collègues…). Difficile à dire vu d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Mer 11 Juil 2018 - 17:37

Je ne sais pas si ce fil est approprié pour ce post ?

Sur Canal + ce soir à 21h un reportage consacré au concours Eloquantia : il s'agit d'un concours organisé avec le barreau pour encourager l'initiation à "l'art oratoire". Les participants sont des étudiants en droit de Seine Saint Denis.

Je rapproche cette démarche avec celle initiée par le Ministère de l’Éducation visant à introduire une épreuve de type "grand oral" au bac ; c'est une idée excellente, le système éducatif français mettant peu en valeur l'initiation à l'expression orale - mais elle sera probablement difficile à concrétiser faute de ressources pédagogiques disponibles dans ce domaine.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cello
Chtchello
avatar

Nombre de messages : 5588
Age : 44
Date d'inscription : 03/01/2007

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Jeu 12 Juil 2018 - 9:37

DavidLeMarrec a écrit:
... ce qu'on dit sur elle, comment toi-même tu as l'habitude de parler des collègues…

Ce qu'on dit sur elle, c'est quasiment rien vu qu'elle est relativement nouvelle et qu'elle travaille sur un projet prestigieux mais assez périphérique dans nos activités usuelles. D'où relatif isolement, malgré une personnalité chaleureuse. Tout le monde voit de qui il s'agit, mais il semble que peu lui ait parlé au-delà de "Bonjour, ça va ?".

Quant à moi, il est très rare que je dise du mal d'un collègue.

D'ailleurs, hier, me rendant compte du potentiel malentendu que ma phrase a fait naître, je me suis empressé d'expliquer la situation. J'ai même revu mon interlocuteur exprès quelques heures plus tard pour bien repréciser les choses. J'espère que ça a suffit à convaincre car je serais vraiment mortifié de causer des ennuis à quelqu'un de charmant que j'essaye précisément de mieux intégrer à notre groupe.


Dernière édition par Cello le Jeu 12 Juil 2018 - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Jeu 12 Juil 2018 - 9:52

Vu "A voix haute".

Intéressant , sympathique, mais finalement un peu décevant.
Le film suit le parcours de préparation d'une vingtaine de jeunes étudiants de Seine Saint Denis.
L'aspect frappant du film : la diversité des parcours et des motivations..
Difficile d'évaluer le contenu de la formation : l'accent est porté sur les séances les plus spectaculaires : coaching vocal, respiration, slam... du coup l'aspect initiation à la rhétorique qui devrait etre central devient presque anecdotique.

Le déroulement des épreuves confirme cette dérive : ce n'est plus une joute basée sur les capacités d'éloquence et d'argumentation, mais une sorte de concours de "stand up " : d'ailleurs le vainqueur est celui qui a pour projet de devenir comédien.

Le concours Eloquentia :
https://fr.news.yahoo.com/voix-haute-force-parole-qu-110000790.html?guccounter=1

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 85798
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Jeu 12 Juil 2018 - 11:22

Cello a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
... ce qu'on dit sur elle, comment toi-même tu as l'habitude de parler des collègues…

Ce qu'on dit sur elle, c'est quasiment rien vu qu'elle est relativement nouvelle et qu'elle travaille sur un projet prestigieux mais assez périphérique dans nos activités usuelles. D'où relatif isolement, malgré une personnalité chaleureuse. Tout le monde voit de qui il s'agit il semble que peu lui ait parlé au-delà de "Bonjour, ça va ?".

Quant à moi, il est très rare que je dise du mal d'un collègue.

D'ailleurs, hier, me rendant compte du potentiel malentendu que ma phrase a fait naître, je me suis empressé d'expliquer la situation. J'ai même revu mon interlocuteur exprès quelques heures plus tard pour bien repréciser les choses. J'espère que ça a suffit à convaincre car je serais vraiment mortifié de causer des ennuis à quelqu'un de charmant que j'essaye précisément de mieux intégrer à notre groupe.

Dans ce cas, ça va, tu as franchement bétonné le truc… On fait tous des écarts de langage, là c'est minime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Morloch
Lou ravi
avatar

Nombre de messages : 9894
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Jeu 12 Juil 2018 - 13:01

Belcore a écrit:
Vu "A voix haute".

Intéressant , sympathique, mais finalement un peu décevant.
Le film suit le parcours de préparation d'une vingtaine de jeunes étudiants de Seine Saint Denis.
L'aspect frappant du film : la diversité des parcours et des motivations..
Difficile d'évaluer le contenu de la formation : l'accent est porté sur les séances les plus spectaculaires : coaching vocal, respiration, slam... du coup l'aspect initiation à la rhétorique qui devrait etre central devient presque anecdotique.

Le déroulement des épreuves confirme cette dérive : ce n'est plus une joute basée sur les capacités d'éloquence et d'argumentation, mais une sorte de concours de "stand up " : d'ailleurs le vainqueur est celui qui a pour projet de devenir comédien.

Le concours Eloquentia :
https://fr.news.yahoo.com/voix-haute-force-parole-qu-110000790.html?guccounter=1

Belcore

Il y a une évolution dans ce sens des machins d'éloquence. J'avais assisté à diverses sessions des conférences du stage http://www.laconference.net/ et conférences Berryer (même genre avec un vague aspect people), autour de 2010, j'étais censé faire la claque pour des amis.

J'avais été frappé par le nombre de prestations "décalées" qui voulaient jouer sur l'humour. Les orateurs qui faisaient des démonstrations sur un ton sérieux étaient en minorité, la plupart des candidats se prétendaient insolents et imitaient plus ou moins bien des trucs de comiques télévisuels. Le jury, de son côté, semblait friand (ou résigné?) de ces sketchs qui s’enchaînaient sur le même ton.

Il semble que de cette époque soit sortie une humoriste avec un début de carrière, Sandrine Sarroche. C'est un bilan comme un autre.

Il faudrait y retourner pour voir comment c'est aujourd'hui.

Je me demande ce que donnerait un discours sur le ton d'André Malraux "EeEeEentre iciiiiiii Jean  Mouliiiiiiiiin, aveEeEec ton terriiiiiiiible Cortèèèègeux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nhofszandz.blogspot.com/
Belcore
Mélomaniaque


Nombre de messages : 703
Date d'inscription : 28/09/2017

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Jeu 12 Juil 2018 - 15:05

@ Morloch

Oui, je me demande si il n'y a pas une dérive un peu démago : au lieu d'aller vers une initiation à l'argumentation orale construite, parfois austère, on encourage la libération de la "tchatche" pour imiter un comique banlieusard..??

La composition du jury pourrait favoriser une telle dérive : un mélange d'avocats et de comédiens.

Belcore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélomaniac
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 25722
Date d'inscription : 21/09/2012

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Lun 29 Oct 2018 - 21:39

David Rolland, in playlist, a écrit:

Melomaniac ! Vous êtes sûr que « maestro » prend un “s” au pluriel ?



=> http://www.cnrtl.fr/morphologie/maestro

Et ceux qui ne sont pas d'accord, je leur refais la tête comme une griche-dents, c'est de circonstance Mr. Green





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cololi
chaste Col
avatar

Nombre de messages : 30332
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Lun 29 Oct 2018 - 21:45

Ca dépend comment on voit les choses : ces mots totalement importés d'une autre langue, il y a deux façons de voir les choses : soit on respecte les règles de la langue originelle … soit on considère qu'il est totalement intégré à notre langue … et on respecte nos règles …

Typiquement : media ou médias ? Bon … logiquement les deux sont bons pour les 2 raisons données. Mais … perso je trouve le 2° très moche (mais dans ce cas … il faudra dire … un medium … et non un média).

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discopathe-anonyme.fr/ En ligne
David Rolland
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 127
Date d'inscription : 24/03/2018

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Mar 30 Oct 2018 - 18:16

Justement Cololi, medium et media signifient autre chose que média et médias.
Les premiers désignent le moyen, le vecteur ou le mode de communication, et c’est à peu de chose près tout ce qu’on veut : quelqu’un ou quelque chose.

Tandis que média et médias désignent un secteur d’activité qui communique de l’information, au sens le plus large.

Par exemple, ici nous disons ce que nous savons, soit directement comme je le fais là, soit indirectement (comme avant ou comme d’autres). Nous sommes tous médiateurs de ce point de vue-là. Notre medium est l’écriture sur internet avec comme objet principalement la musique. Internet n’est pas un média, c’est un réseau. Mais classik.forumactif.com est un média. Tout journal, télé, aussi. La médiation entre nous deux est possible. J’aurais plus de mal à contacter pareillement un journaliste qui vient d’écrire un article que j’ai lu, même dans les commentaires du journal, sauf s’il me répond sous son nom de plume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.princepsavogador.com
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 6645
Age : 43
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   Lun 3 Déc 2018 - 18:14

Du fil «À la découverte du Lied - discographie» (à propos de Marienleben de Hindemith par Juliane Banse):
Benedictus a écrit:
Je ne raffole pas a priori de la voix de Juliane Banse (très antérieure, plutôt sombrée, avec des aigus problématiques), mais ses choix de répertoire (beaucoup de Berg, mais aussi Koechlin, Schoeck, Rihm, Reimann…) et la cohérence de ses interprétation font que je l’écoute souvent et apprécie beaucoup l’artiste.
DavidLeMarrec a écrit:
(D'accord avec toi sur Banse en général – tu voulais dire postérieure, non ?)
Benedictus a écrit:
Embarassed Oui, enfin très en arrière, quoi.
Je faisais déjà la faute en bio au collège, à propos des membres postérieurs et antérieurs.
DavidLeMarrec a écrit:
Il faut dire que la terminologie est contradictoire : un fait antérieur est un fait d'avant, qui remonte en arrière dans le temps. scratch
Voilà: mon paradigme de référence est chronologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Complexité du français (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Complexité du français (2)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Complexité du Français
» Récitals d'Opéra Français
» François Couperin - 3 Leçons de Ténèbres du Mercredi Saint
» François Adrien Boieldieu (1775-1834)
» Les plus belles dictions françaises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Divers :: Hors sujet-
Sauter vers: